AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'Alchimiste, les Bourrés et la Mécano [PV Elyana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: L'Alchimiste, les Bourrés et la Mécano [PV Elyana]   Ven 12 Fév - 15:04

Je courais en direction du quai. Trop tard, le train venait de partir. Epuisé après avoir conclut avec la serveuse que j’ai rencontré plus tôt dans l’après-midi et ma course de chez elle jusqu’à la gare, je posais ma valise sur un banc à proximité et m’avachissais sur celui-ci en poussant un juron dans ma barbe inexistante. Je devais voir le bon côté des choses : j’avais rencontré une jolie fille, je m’étais fais de l’argent facilement… Mais j’allais devoir me racheter des billets. ET j’étais crevé. Je suis donc resté assis pendant dix bonnes minutes avant d’être assez motivé pour me relever et aller m’informer au guichet sur le prochain aller simple pour East City. Le guichetier m’a dit qu’il n’y en avait pas avant dix heures, demain matin. Je le remerciais et je quittais à nouveau la gare sous le soleil couchant. Il me fallait désormais trouver un endroit ou me nourrir et passer la nuit. Pour la nourriture, je pouvais essayer de retourner au café, et peut être dormir chez Alison (la serveuse) ? Non… Je n’avais pas envie de m’incruster plus que cela. Je devais trouver autre chose. Mais le lieu n’était pas propice à la réflexion. J’ai donc décidé de retourner au bar-restaurant de tout à l’heure.

Le soleil avait totalement fait place à l’obscurité. Les lampadaires s’allumaient pour illuminer la nuit. Les gens partaient retrouver leur famille chez eux après une dure journée de travail, des amoureux allaient faire une promenade romantique nocturne, d’autres personnes se réveillaient que maintenant afin d’être certains de ne pas les manquer… Et il y avait les anonymes comme moi, voyageurs cherchant un logis et une assiette chaude avant de reprendre la route dans des conditions plus propices. Mon estomac gargouillant dangereusement, je me suis empressé de retourner au bar et de m’asseoir à la même table que durant l’après-midi. Il y avait beaucoup plus de monde que tout à l’heure, les habitués étant venu après le travail afin de dépenser leur paye en alcool et se réfugier dans l’ivresse, en espérant sûrement échapper ainsi à la dureté de la vie. J’ai commandé un potage et une bière au patron, et me suis mis à la lecture d’un journal que j’avais acheté plus tôt dans la journée (et que j’aurais pu lire plus tôt si on n’avait pas sollicité mes services). L’ambiance était plutôt joyeuse, l’alcool commençant à embrumer l’esprit des autres clients. Certains commençaient à entonner des chansons grivoises, d’autres se tapaient dans le dos en marmonnant avec un air ahuris quelque chose comme « Toi… Toi t’es un pote… ». Enfin, certains commençaient même à craquer, à déballer leur regrets et leur problèmes en pleurant à chaudes larmes : ces types étaient la raison même de tous ces stéréotypes sur les ivrognes.

Quelques minutes plus tard, on me servit ma soupe et ma bière. Tandis que je commençais à déguster mon repas, certains regards commençaient à se diriger vers moi. L’effet de l’ivresse, ou bien simple xénophobie ? Dans tous les cas, je dérangeais pour une raison qui m’échappe encore. Je ne me préoccupais pas trop d’eux, j’étais trop affamé pour ça. Mais il fallait dire que je passais rarement inaperçus dans les lieux publics, et que j’attirais énormément les regards. Je ne devais pas être assez conformiste à leur goût, un danger pour la société et un mauvais exemple pour les jeunes. Et moi, je dévorais ma soupe comme un goinfre sans prêter attention à ce qu’il se passait autour de moi. Mais je pense que je me serais bien amusé si je m’étais rendu compte qu’un nouvel élément venait de s’introduire dans le bar. En effet, une jeune femme aux cheveux encore plus… Colorés que les miens venait de faire son entrée, attirant tous les regards de la gente masculine présente. Ou presque, puisqu’il en restait quelque uns qui me dévisageaient. Ce n’est que quand l’un des buveurs a fait craquer ses phalanges en regardant dans ma direction que je me suis rendu compte de la situation : j’étais dans la merde. Cet établissement sympathique le jour pouvait se révéler très dangereux la nuit pour les gens différents et n’ayant pas da la vinasse à la place du sang. Je terminais donc mon assiette en vitesse, prenait ma bière et mon bagage avant d’aller m’asseoir à côté de la jeune fille aux cheveux teints. J’approchais mon visage de son oreille et lui murmurais le danger qui nous guettait tous les deux.

Au cas où vous n’auriez pas remarqué, ces types sont complètements beurrés et si pour moi je sais très bien qu’ils veulent faire de moi leur punching-ball, dans votre cas ce ne sont pas vos yeux qu’ils regardent… Je peux vous faire sortir de là si vous le voulez, mais il faudra jouer le jeu… Et me faire confiance.

Je savais que c’était plus facile à dire qu’à faire. Me faire confiance. Mettre à terre tous ces types aurait été un jeu d’enfant mais je ne souhaitais pas attirer trop l’attention sur moi. Et puis en regardant de plus près, faire plus ample connaissance avec cette fille aurait été un bon moyen de d’achever la journée. Qui sait, peut être aurais-je pu lui demander de m’héberger cette nuit en contrepartie ? Mais avant de penser à cela, fallait-il encore qu’elle accepte. Et je savais comment vendre. Je bus une autre gorgée de bière, avant de me rendre compte que je venais de terminer la bouteille. J’interpelais alors le barman pour lui en demander une autre, et tournais ensuite la tête vers la jeune femme.
Vous buvez quelque chose ?

Restait à savoir si elle allait me prendre au sérieux, ou bien si elle allait penser que c’était une tentative d’approche complètement bidon. Pour cela, il fallait suivre la gifle !
Revenir en haut Aller en bas
Elyana Connor
Mécanicienne de l'armée
Membre

avatar

Féminin
Balance Coq
Messages : 205
Age : 23
Rang dans le RP : Mécanicienne de l'Armée
Rang spécial Hrp : //

Feuille de personnage
Points:
17/35  (17/35)
Niveau:
4/20  (4/20)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: L'Alchimiste, les Bourrés et la Mécano [PV Elyana]   Ven 12 Fév - 16:06

Elyana sortait tout juste du QG de Central. Elle avait eut un journée assez chargée : Tout d’abord un militaire fanatique de Bradley était venue la chercher pour la ramener au QG. Ils eurent une longue conversation philosophique qui fit qu’Elyana n’aima pas du tout ce soldat, bien qu’il lui ai montré un super marchand de beignet. Ensuite elle attaqua sa première journée de travail, ponctuée par les incessant « Connor ! Fais ci ! Fais ça ! » de son supérieur. Un seul repas au mess fit que notre mécano pris la résolution d’aller manger dehors le plus souvent possible, et elle reprit son travail avec un sacré mal de ventre.
Mais cette sale journée pris fin vers sept heure du soir. Lorsque Ely sortit, il faisait déjà nuit et les lampadaires éclairaient les rues. Le ventre de la jeune fille grogna, apparemment il s’était remis du repas de midi. Elyana sortit un petit papier de sa poche, un gars du garage lui avait donné en disant qu’il indiquait l’adresse d’un bon restaurant pas cher. Le type, prévenant, avait même dessiné un plan.
La jeune fille se mit donc en route et, comble du bonheur, elle trouva le restaurant sans se perdre.
Elle rentra dans le bâtiment Il y avait dans la salle des gens déjà bourrés, et l’atmosphère était quelque peu électrique. Elle ne mis que peu de temps pour trouver la raison de cette tension : un homme au cheveux coloré assis seul à une table.


*Pouah ! Il est même pas huit heures qu’ils sont déjà cuits. En plus je me demande pourquoi ils en ont après cet homme, il a l’air tranquille … Enfin c’est pas mes oignons !*

Ely s’approcha du comptoir et demanda une soupe et un verre d’eau. Le barman lui dit qu’il apporterait ça dans quelques minutes. Ely s’assit seule a une table et regarda les gens. C’est là qu’elle remarqua que les regards n’était plus tournés vers l’hommes aux cheveux bleus mais vers elle. La jeune fille se trouva de suite mal à l’aise, et elle essaya tant bien de mal d’aplatir sa poitrine. Elle avait déjà vécu ça : sa poitrine étant assez généreuse pour son age, tout les hommes la dévisageaient. Mais là elle n’était vraiment pas à l’aise car ils étaient tous plus ou moins bourrés.

"Au cas où vous n’auriez pas remarqué, ces types sont complètements beurrés et si pour moi je sais très bien qu’ils veulent faire de moi leur punching-ball, dans votre cas ce ne sont pas vos yeux qu’ils regardent… Je peux vous faire sortir de là si vous le voulez, mais il faudra jouer le jeu… Et me faire confiance."

Elle n’avait pas remarqué que l’homme aux cheveux bleu s’était approché d’elle. Il s’était assit a la table d’Ely et il attendait une réponse. Elle s’apprêtait a la lui donner quand le barman lui apporta ce qu’elle avait commandé. L’homme en profita pour demander une autre bière. Lorsque le barman s’éloigna Elyana murmura :

« Vous ne m’apprenez rien. Et j’aimerais bien accepter votre aide, mais dite moi pourquoi je vous ferz confiance ? S’il faut vous avez les même intentions qu’eux mais vous vous n’êtes pas bourré. »

Ely savait que ce n’était pas le moment de discuter, mais elle n’allait quand même pas partir avec un inconnu comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Alchimiste, les Bourrés et la Mécano [PV Elyana]   Dim 14 Fév - 1:24

La claque que j’attendais n’est finalement jamais arrivée. A la place j’ai eus le droit au doute et à la suspicion ce qui est compréhensible mais absolument pas adapté a la situation. Lorsqu’on est sur le point de se faire sauter (dessus) par une demi-douzaine de mâles en rut et que quelqu’un nous offre gentiment un échappatoire, on ne crache pas dessus non ? Personnellement, c’est comme ça que j’aurais réagis (surtout si c’était une bande de types bourrés). Mais elle avait à moitié raison sur quelque chose : cela ne me dérangerais pas le moins du monde de la mettre dans mon lit… Si j’avais un lit et si la situation n’était pas aussi tendue. D’ailleurs, comment sortir d’ici sans trop de pertes et fracas… Après mûre réflexion, j’ai décidé que la seule solution serait de créer une diversion en explosant les ampoules électriques de la pièce et de nous enfuir par la porte de derrière. Et j’avais aussi trouvé comment la convaincre…

Entre vous faire abuser par un seul homme ou par six en même temps, quel risque préférez-vous prendre ?

Lui murmurais-je, avant de me rendre compte que ce n’était pas plus convaincant que cela. J'avais en plus fait un mauvais jeu de mot. « Quelqu’un peut paraître très intelligent jusqu’à ce qu’il ouvre sa gueule », comme on dit. Mais ca avait au moins le mérite de faire réfléchir. Pendant un bref instant, je pris le temps de la contempler. Hormis sa couleur de cheveux encore plus originale que la mienne, la beauté de ses yeux pouvait rendre jalouses les étoiles. Sa taille devait être dans la norme chez une femme, et elle possédait une poitrine assez avantageuse qui expliquait parfaitement l’attitude de ces hommes. Mais ce qui la rendait vraiment particulière, c’était ses deux automails remplaçant ses avant-bras. Quelque part, nous étions pareil… Pas pour les mêmes raisons, mais nous avions un… Non, trois points en commun : la couleur de cheveux, les prothèses et le merdier dans lequel nous étions. Je retirais alors mes lunettes de ski pour dévoiler mes yeux bleus à mon interlocutrice. J’opposais mon regard au sien pour lui donner une preuve de plus de ma sincérité.

Je vous le répète : si vous voulez que je vous sorte de là, vous devez me faire confiance… Prenez vite votre décision avant qu’ils ne décident de frapper avant moi.
Le barman arriva alors avec ma bouteille décapsulée qu’il me tendait. Je l’ai remercié et j’ai bu une première gorgée en attendant la réponse de mon interlocutrice. Je ne lâchais cependant pas les autres clients des yeux, et eux non plus. Sauf pour boire un peu, dés fois qu’ils dégrisent trop vite… Je me mis à repenser alors à une histoire dans un bar que j’ai eus il y a quelques années… Si mes souvenirs étaient exacts, c’était ma première rencontre avec Ren… Je suis allé fêter seul mon nouveau printemps en hiver. Mes parents me manquaient, j’étais seul et fatigué par l’entraînement avec mon maître. C’est alors que j’ai vu cette magnifique jeune rousse arriver dans ma direction… Ca a été un coup de foudre, mais toute chose à une fin. C’est là que j’ai appris que la foudre peut être extrêmement douloureuse sur tous les plans. J’ai alors secoué légèrement la tête pour me remettre bien les idées en place et pour m’arrêter de me remémorer un passé enterré.

Mon interlocutrice n’ayant pas l’air de réagir, mais étant sans doute en pleine et profonde réflexion, j’ai pensé qu’il serait judicieux de la stimuler un peu histoire qu’on n’y passe pas la nuit et que je sois encore vivant le lendemain. J’ai donc passé ma main dans son dos et l’ai rapproché de moi. Ce n’était pas forcément une bonne idée pour lui prouver que j’étais un être sain d’esprit et correct, mais je n’aimais pas du tout la manière dont on nous regardait. On aurait dit que nous avions brûlé un immeuble avec des orphelins dedans… Ou alors de l’alcool dedans, les enfants défavorisés n’étant sûrement pas l’une des priorités de ces messieurs. Je les fixais inlassablement, attendant que l’un d’entre eux commence à se montrer réellement agressif afin de lancer la diversion. Un homme d’une trentaine d’années, deux fois plus large que moi et possédant une barbe fournie a finit par se lever et à marcher en titubant dans notre direction. Je bus une autre gorgée de bière tandis qu’il s’adressa à nous avec sa grosse voix rauque.

Foutez le *hip* camp ! Moi et les… *hip* … pas de vous *hip*ci… C’est clure ? Sinon moi je vais *hip* moi je vais vous… Vous… Vous… Je disais quoi déjà moi *hip* ?


Dans un tout autre contexte, j’aurais ris en voyant ce type complètement saoul. Si tous ses amis n’avaient pas étés dans le même état que lui et tous prêts à sortir les poings. Je tournais alors la tête vers la jeune femme en remettant mes lunettes de skis sur le nez.

Quand vous voulez…

J’attrapais à ce moment ma valise, et me préparais à leur faire un blackout.
Revenir en haut Aller en bas
Elyana Connor
Mécanicienne de l'armée
Membre

avatar

Féminin
Balance Coq
Messages : 205
Age : 23
Rang dans le RP : Mécanicienne de l'Armée
Rang spécial Hrp : //

Feuille de personnage
Points:
17/35  (17/35)
Niveau:
4/20  (4/20)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: L'Alchimiste, les Bourrés et la Mécano [PV Elyana]   Mer 24 Fév - 18:59

- Entre vous faire abuser par un seul homme ou par six en même temps, quel risque préférez-vous prendre ?

Elyana était entrain de boire une gorgé d’eau, qu’elle avala de travers en entendant l’inconnu prononcé cette phrase. Là il n’avait pas tort, Ely fit une grimace et but son verre d’eau d’un trait.

- Je vous le répète : si vous voulez que je vous sorte de là, vous devez me faire confiance… Prenez vite votre décision avant qu’ils ne décident de frapper avant moi.

L’inconnu avait encore raison, et Ely allait lui dire qu’elle était d’accord lorsque son ventre grogna. Elle décida que de toute façon elle n’arriverait pas a courir bien loin le ventre vide, elle avala alors quelques cuillère de sa soupe, qui était délicieuse d’ailleurs. Elle repoussa l’assiette, mais avant qu’elle donne sa décision l’inconnu mis la main dans son dos et l’approcha de lui. L’heure n’était pas a la dispute aussi Ely évita de giflé la personne qui voulait bien l’aider.
Un des clients bourrés s’était approché et il leur disait de dégager.


*Qu’est-ce que tu crois qu’on veut faire vieil ivrogne !*

- Quand vous voulez…

L’inconnu pris sa valise et se prépara à partir. Ely repris son sac qu’elle avait posé a coté d’elle en disant :

« J’espère que vous avez un plan. Et pas un de ceux qui nous mette dans des situations pas possible »

*Décidément, c’était pas ma journée …*

Ely soupira et se leva pour partir a la suite de l’inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Alchimiste, les Bourrés et la Mécano [PV Elyana]   Dim 28 Fév - 3:30

La réponse tant attendue finit par arriver. Inutile de préciser que c’était positif. J’avais donc le feu vert pour nous sortir de cette galère. Mais avant cela, je devais faire un peu de repérage géographique. La pièce dans laquelle nous étions était rectangulaire et assez grande. La porte d’entrée se situait au milieu, en face du bar et de tous ces gorilles. Nous étions assis à une table à côté d’une grande fenêtre. L’issue principale n’étant pas praticable dans ces conditions, nous allions devoir utiliser la très célèbre porte de derrière. Ah, la porte de derrière ! Tellement pratique quand on veut échapper à une bandes de gros ouvriers baraqués saouls et en rut ! Le passage menant derrière étant juste à côté du bar, cela n’était malheureusement pas plus pratique que de prendre la porte principale. En réalité, cette solution impliquait d’être obligé de leur botter le cul… Cela me gênait un peu en fait, moi qui pensais pouvoir m’en sortir subtilement et avec un minimum de casse pour pas porter préjudice au patron… Mais en y réfléchissant, je me suis rendu compte qu’il n’allait sans doutes pas essayer de les retenir : deux clients contre un peu plus d’une demi-douzaine, le choix est vite fait. Donc, allons-y à la barbare.

Et bien en réalité, je pensais pouvoir créer une diversion pour que nous puissions nous enfuir par derrière, mais je crois que je vais être obligé d’utiliser une autre méthode plus… Expéditive. Restez derrière moi. Prenez ma main et ne la lâchez surtout pas. Ca va aller très vite.

La jeune fille s’exécuta sans poser plus de questions. Je tendais alors mon autre bras dans la direction du bar. Des éclairs bleutés illuminaient celle-ci, on sentit un petit peu de vent dans la pièce puis toutes les lampes de la pièce ont explosés dans un bruit de verre brisé. Le patron et les buveurs poussaient des exclamations et des jurons. Cependant, la pièce fut éclairée un très court instant, à cause du même phénomène se produisant cette fois-ci au niveau de mon genou droit. C’était la même réaction que pour les ampoules, mais multipliée par dix : une énorme bourrasque, suivie d’un bruit de vitre cassée. La valise dans une main, la main de l’adolescente dans l’autre, je m’élançais dans cette issue improvisée, essayant de trouver une vitesse convenable pour échapper à d’éventuels poursuivants (s’ils étaient capables de courir, ou bien même de marcher) mais aussi pour ne pas laisser ma complice sur le carreau. Quelques minutes de courses sous le regard étonné des passants, éclairés uniquement par la lumière des lampadaires nous avaient permis de nous tirer de ce mauvais pas.

Notre fuite nous avait mené jusqu’à un petit parc avec une fontaine à son centre et des bancs éparpillés autour. C’est à cette fontaine que nous fîmes halte afin de reprendre notre souffle. Nous n’avions pas étés suivit, du moins pas que je le sache, et même dans ce cas nous aurions réussi à semer n’importe qui. Je posais ma valise sur un banc puis mon derrière, tête baissée. Ma respiration se stabilisait au fur et à mesure, si bien que j’aurais été prêt à refaire cet effort assez rapidement. Je relevais légèrement la tête et dirigeais mon regard vers la jeune femme. Un silence de glace s’était installé, et c’est pourquoi j’étais décidé à la briser.

Alors ? Mis à part que le proprio’ du bar devra changer toutes ses ampoules et sa vitre, je ne pense pas que nous puissions dire qu’il s’agisse d’une « situation pas possible », pas vrai ?

Mon intuition me disait que ce silence aurait duré longtemps si je n’avais pas pris la parole. Je fis une pause avant de reprendre.

Au fait, je ne crois pas m’être présenté. Je m’appelle Vladimir Romanov, mais vous pouvez m’appeler Vlad’ si vous voulez, c’est plus court. Et… C’est quoi votre petit nom ?

Je me rendais alors compte du trou que j’avais fais dans ma manche cet après-midi, lorsque j’ai voulu faire la morale à cette adolescente. Je n’avais pas fais attention et j’ai du m’accrocher à un morceau de verre lorsque nous nous sommes enfuis, car la manche était complètement déchirée en deux, laissant ma mécagreffe bien visible. Je n’aime pas les montrer, je n’aime pas montrer qu’on m’a enlevé une partie de moi, dans tous les sens du terme. Bien entendu c’est involontaire, mais exhiber mes automails à toujours fait naître en moi un sentiment de honte depuis que je les possède. Pour n’importe qui d’autre, cela peut paraître idiot, illogique et irraisonnable, mais s’ils savaient… Je cachais donc cette déchirure avec mon autre main, tout en essayant de garder un air décontracté, comme si de rien n’était. Je cherchais aussi un moyen de changer de sujet dans le cas ou mon interlocutrice aurait vu ma prothèse robotique.

Oh ! Et… Désolé de ne pas vous avoir prévenu… Vous savez, pour l’alchimie, tout ça… J’aurais volontier évité de m’en servir, mais selon moi la situation l’exigeait. En tout cas, je vous déconseille de remettre les pieds dans ce café pendant un moment si j’étais vous.

La lumière réfléchie par la lune et envoyée par les étoiles et les lampadaires rendait la nuit moins sombre, moins triste, moins froide. La soirée ne venait que de commencer, je n’avais nulle part ou aller… Mis à part si la demoiselle émettait d’objections, à mon sens autant continuer cette conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Elyana Connor
Mécanicienne de l'armée
Membre

avatar

Féminin
Balance Coq
Messages : 205
Age : 23
Rang dans le RP : Mécanicienne de l'Armée
Rang spécial Hrp : //

Feuille de personnage
Points:
17/35  (17/35)
Niveau:
4/20  (4/20)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: L'Alchimiste, les Bourrés et la Mécano [PV Elyana]   Dim 28 Fév - 16:19

Elyana accrocha son sac de manière à ce qu’il ne tombe pas si elle devait courir, et elle se doutait bien qu’elle allait devoir le faire. Le jeune homme observait la pièce méticuleusement, elle en déduit qu’il n’avait pas de plan et qu’il en cherchait un. Ely soupira, voila que son prétendu sauveur improvisait un plan a la dernière minute.

- Et bien en réalité, je pensais pouvoir créer une diversion pour que nous puissions nous enfuir par derrière, mais je crois que je vais être obligé d’utiliser une autre méthode plus… Expéditive. Restez derrière moi. Prenez ma main et ne la lâchez surtout pas. Ça va aller très vite.

Oh génial ! Ely sentait qu’elle allait adorait ça. Elle pris néanmoins la main du jeune homme avec une moue dubitative : au moindre mouvement suspect et elle l’assommerait avec ses automails.
Alors qu’Elyana se demandait quel était ce plan, l’inconnu tandis ses mains vers le bar. Bien que surprise, elle sentit un frisson désagréable lui parcourir le dos : il faisait de l’alchimie ! Les yeux d’Ely s’ouvrir en grand, et elle essaya d’arrêter le flux de souvenirs désagréables qui se déversait dans sa tête. C’était pas le moment de piquer une crise !
Soudain, toute les ampoules explosèrent, plongeant la salle dans le noir. Un bruit de vitre cassée et elle était dehors, l’inconnu lui tirant la main pour qu’elle court. Ils ne s’arrêtèrent que lorsqu’ils arrivèrent dans un petit parc tranquille avec une belle fontaine au milieux. Ely s’effondra sur le rebord de celle-ci, a bout de souffle. Un long silence s’était installé lorsque le jeune homme pris la parole :


- Alors ? Mis à part que le proprio’ du bar devra changer toutes ses ampoules et sa vitre, je ne pense pas que nous puissions dire qu’il s’agisse d’une « situation pas possible », pas vrai ? Au fait, je ne crois pas m’être présenté. Je m’appelle Vladimir Romanov, mais vous pouvez m’appeler Vlad’ si vous voulez, c’est plus court. Et… C’est quoi votre petit nom ?

Elyana le regarda d’un air mauvais : si c’était une situation pas possible !!! Mais elle n’avait pas encore reprit son souffle, aussi un simple grognement sortit de sa bouche. Elle calma sa respiration, et répondit a la dernière question de l’inconnu, la voix légèrement enrouée :


« Je m’appelle Elyana Connor. »

Ely remarque un petit mouvement : il cachait son poignet. Ely, malgré le fait qu’elle soit un peu secouée ne put s’empêcher de se demandait s’il était blessé.

- Oh ! Et… Désolé de ne pas vous avoir prévenu… Vous savez, pour l’alchimie, tout ça… J’aurais volontiers évité de m’en servir, mais selon moi la situation l’exigeait. En tout cas, je vous déconseille de remettre les pieds dans ce café pendant un moment si j’étais vous.

Alchimie ! Voila un mot qu’il n’aurait pas du prononcer. Ely, avec les autres événements qui s’était passés, avait oublié que Vladimir avait utilisé l’alchimie, et il venait de lui rappeler. Alors elle dit avec hargne :


« L’alchimie ! Vous croyez vraiment que ça peut vous sortir de toutes les situations ? Imaginez qu’un de ces bourrés savait l’utiliser aussi hein ! Et a cause de votre truc j’ai failli avoir une crise cardiaque ! »

Ely pris un air digne et tourna le dos au jeune homme. Celui-ci ne devait rien comprendre a la réaction de notre jeune mécano étant donné qu’il ne savait pas qu’elle haïssait l’alchimie. Mais Ely se souvint qu'il cachait son poignet avec sa main, et malgres elle elle s'approcha de lui, et dit en montrant son poignet :

"Vous vous êtes blessé ? Je doit avoir quelque bandages et du désinfectant dans mon sac si vous voulez ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Alchimiste, les Bourrés et la Mécano [PV Elyana]   Mer 3 Mar - 15:08

La belle se prénommait donc Elyana Connor… A ce nom, une foule de pensées surgissait dans mon esprit. En effet, j’imaginais un homme, un gros tas de muscles avec un accent germanique, frapper à la porte d’une maison. Une femme, entre quarante-cinq et cinquante ans ouvrit. L’homme lui demanda alors « Elyana Connor ? » (même si cela donnait plus « Arh ! Frau Elyana Gonnoreuh ? »). La pauvre, ignorant alors son triste destin, répondit « Oui ? ». C’est alors que l’inconnu sorti un pistolet et tira trois coups sur la pauvre femme. Pourquoi pensais-je cela à ce moment précis, à une situation complètement hors-sujet et au combien stupide ? Sans doute la fatigue et la bière… Que j’avais d’ailleurs oublié au café. Mais il y avait des images plus poétiques aussi, comme cette jeune fille ayant toute la journée durant cueillit des mimosas et rentrant au village les bras chargés de fleurs sous le soleil couchant, qui avait l’air de posséder une aura mystique surnaturelle et lui donnant un statut quasi-divin. Le fait étant que les deux situations n’avaient strictement aucun rapport l’une avec l’autre et avec la présente. J’en concluais que j’étais quand même fatigué.

Cependant, sa réaction par rapport à ma dernière phrase me réveilla. Lorsque quelqu’un sauve la peau d’une autre personne (ou au moins lui évite un Xtuple viol), on peut attendre de celle-ci de la gratitude, de la reconnaissance, du respect, une poignée de main, une accolade, un bisou ou un p’tit billet de vingt… Mais je ne me saurais vraiment pas attendu à ce qu’Elyana me reproche en me tournant le dos de l’avoir fait. Enfin, pas exactement, plutôt de la manière dont je l’ai tirée de là. J’avais cru voir une flamme s’allumer dans ses yeux quand je lui ai parlé de l’alchimie, et maintenant je savais qu’elle avait visiblement quelque chose contre. Quoi exactement je ne le savais pas, mais cela semblait être assez grave. Sachant que le dicton « Combattre le feu par le feu » ne serait ici d’aucune utilité et ne ferait qu’engendrer la haine, je décidais de répondre de manière calme, posée et rationnelle afin de lui expliquer en détails ce qui a motivé mon choix.

Et que vouliez vous que je fasse ? Même si j’ai plusieurs cartes dans ma manche, à l’heure qu’il est ces hommes seraient peut être en train de bien s’amuser à vos dépend. J’ai fais un minimum de casse et le seul effort physique que vous avez eus à faire a été de prendre vos jambes à votre coup… Et même si l’habit ne fait pas le moine, je vous ferais remarquer que ces types n’avaient pas du tout le physique de l’emploi, les chances qu’un alchimiste soit parmi eux étaient faibles. Mais si vous insistez, désolé de vous avoir évité une mauvaise soirée…

La colère de mon interlocutrice fut de courte durée. Ce côté quelque peu lunatique me montrait que nous avions un point en commun autre que physique. C’est justement sur cela que son attention était portée, à mon automail que je cache avec ma main. La jeune fille ignorant la présence d’une mécagreffe pensait que j’étais blessé et que j’empêchais un écoulement de sang et me proposa alors de désinfecter la plaie inexistante. Ma peau blanche faisait en sorte que lorsque le rouge me montait aux joues, c’était tout le visage qui devenait vermillon. La crainte que mon secret le plus honteux (selon moi) soit découvert me troublait réellement et me mettait dans un état que je n’aimais pas du tout. Je tentais de reprendre mon calme, de retrouver un teint normal afin de faire plus crédible lorsque je lui répondrais.

N… Non merci, ca ira, ce n’est rien. Inutile de vous inquiétez pour ça, c’est limite si le vêtement est plus abîmé que la peau. Mais je vous remercie, ca me touche.

Je cherchais maintenant désespérément un autre sujet. Pourquoi pas sa colère irrationnelle de tout à l’heure ? Dans mon cas, je n’arrive à comprendre, à envisager même qu’il est possible de détester l’alchimie. Je savais que tout était possible dans ce monde, mais je ne savais pas comment. Encore une question existentielle qui n’aura sûrement jamais de réponse.

Pardonnez moi si je ne me mêle pas de ce qui me regarde, mais… Je ne m’explique pas votre réaction par rapport à… Vous savez ?
Pour quelqu’un comme moi, dans l’enfance a été bercée par l’alchimie, dont sa mère avait été alchimiste d’état, je trouvais tout cela inconcevable. Elle n’est pas seulement très pratique, mais elle a aussi un côté magique, fantastique. C’est aussi l’arme le plus destructrice en ce monde, mais il ne faut pas prendre ce cas pour une généralité : il y a toujours une exception qui confirme la règle. Et je me demandais si elle avait compris cela… Si seulement elle pouvait voir l’alchimie avec mes yeux…

Vous n’êtes naturellement pas obligée de me répondre mais… J’avoue que vous m’avez quelque peu surpris… Si vous pensez à Ishbal, je peux vous comprendre mais je pense que vous vous êtes fait une fausse opinion des alchimistes…

J’étais le mieux placé pour le savoir, maman n’aurait jamais voulu cette guerre ni tuer comme on l’a obligée à faire il y a dix ans… Personne ne l’aurait voulu…
Revenir en haut Aller en bas
Elyana Connor
Mécanicienne de l'armée
Membre

avatar

Féminin
Balance Coq
Messages : 205
Age : 23
Rang dans le RP : Mécanicienne de l'Armée
Rang spécial Hrp : //

Feuille de personnage
Points:
17/35  (17/35)
Niveau:
4/20  (4/20)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: L'Alchimiste, les Bourrés et la Mécano [PV Elyana]   Mer 3 Mar - 18:19

- Et que vouliez vous que je fasse ? Même si j’ai plusieurs cartes dans ma manche, à l’heure qu’il est ces hommes seraient peut être en train de bien s’amuser à vos dépend. J’ai fais un minimum de casse et le seul effort physique que vous avez eus à faire a été de prendre vos jambes à votre coup… Et même si l’habit ne fait pas le moine, je vous ferais remarquer que ces types n’avaient pas du tout le physique de l’emploi, les chances qu’un alchimiste soit parmi eux étaient faibles. Mais si vous insistez, désolé de vous avoir évité une mauvaise soirée…

Elyana ne répondit rien, car il n’avait rien a répondre : il est vrai qu’elle devrait remercier son sauveur au lieu de ‘engueuler mais Ely avait un fichu orgueil, qui fit qu’elle ne s’excusa même pas de sa colère. De plus elle avait vraiment eut peur de rester tétanisée face a l’alchimie du jeune homme.
Mais alors qu’elle s’approchait pour regardait la plaie inexistante le jeune homme dit :


- N… Non merci, ca ira, ce n’est rien. Inutile de vous inquiétez pour ça, c’est limite si le vêtement est plus abîmé que la peau. Mais je vous remercie, ca me touche.

Et voila qu’il piquait un fard maintenant. Elyana trouva ça très louche, mais bon s’il voulait garder ça pour lui c’était son problème … Elle retournait s’asseoir sur le rebord de la fontaine lorsqu’il lui demanda :

- Pardonnez moi si je ne me mêle pas de ce qui me regarde, mais… Je ne m’explique pas votre réaction par rapport à… Vous savez ? Vous n’êtes naturellement pas obligée de me répondre mais… J’avoue que vous m’avez quelque peu surpris… Si vous pensez à Ishbal, je peux vous comprendre mais je pense que vous vous êtes fait une fausse opinion des alchimistes…

Elyana se raidit. Elle n’avait pas forcément envie d’aborder ce sujet mais bon, il venait de la sauver, alors elle pouvait bien faire un effort :


« Ce n’est pas simplement Ishbal ! C’est l’alchimie en générale, pour moi c’est une abomination ! Je … Il m’a … Et puis zut ! C’est mon point de vue ! »

Ely détourna le regard, elle avait faillit en dire trop et maintenant elle était troublée. Elle dit soudain :

« j’ai répondu a votre question, mais dite moi maintenant ce que vous cachait sous votre mains. Si c’est une blessure, même minime il faut quand même la désinfecter. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Alchimiste, les Bourrés et la Mécano [PV Elyana]   Sam 6 Mar - 1:57

Réellement étrange… Et cela excitait d’autant plus ma curiosité, malgré qu’il s’agisse d’un défaut selon certains. La source de la haine de la jeune femme envers l’alchimie semblait être plus profonde que le génocide d’Ishbal, quelque chose de plus personnel, peut être un démon du passé la hantant toujours aujourd’hui ? Ou bien fait-elle parti d’un quelconque culte obscur bannissant et considérant l’alchimie comme « l’œuvre du Démon » ? J’aurais plutôt penché vers ma première hypothèse. Dans les deux cas j’aurais souhaité obtenir une réponse mais je pouvais apparemment me servir de cette idée comme papier hygiénique. Elyana n’avait pas l’air de comprendre ce qu’est réellement l’alchimie, à savoir une discipline scientifique obéissant à des lois bien précises et non un moyen de jouer au sorcier. Mais des gens sont parfois certains de leurs convictions qu’essayer de leur faire changer d’avis reviens à un dialogue de sourd : l’esprit fait tout pour se protéger, écoutant sans entendre. Voilà pourquoi je n’ai rien répondu afin d’alimenter le débat, je me suis juste contenté de me taire. Après tout, les paroles sont parfois plus vaines qu’un silence.

L’une des lois régissant l’alchimie est ce que l’on appelle l’échange équivalent. Le principe est simple : pour obtenir quelque chose, on doit sacrifier une autre chose d’une valeur équivalente. C’est le principe même du commerce, et c’est comme ça que marche le monde la plupart du temps. Si l’on appliquait cette loi ici, l’adolescente m’avait donné quelque chose (ou du moins en partie), et je devais maintenant lui donner quelque chose en échange. Elle devait l’avoir compris inconsciemment et cela ne m’arrangeais pas vraiment car ce qu’elle demandait était bien trop important par rapport à ce que j’avais reçu. Et c’est là que l’on se rend compte que si cette loi fonctionne avec l’alchimie, elle n’est pas générale à toute chose. En conséquence, je n’étais pas non plus obligé de lui répondre et sentait qu’elle allait me harceler jusqu’à ce que je lui montre mon bras, je décidais de gagner ainsi un temps précieux et lui éviter le malheur de me faire regretter de lui avoir permis de se sortir de ce mauvais pas. Je retirais donc mon gant recouvrant toute ma main et ma manche jusqu’à la moitié de l’avant-bras. Elle qui s’attendait à voir une main de chaire et d’os, elle était d’un alliage de plusieurs métaux ainsi que de vis.

Je vous l’avais dis non ? C’est le vêtement qui est abîmé. Mais vous avez raison, je suis blessé depuis que j’ai ces choses en guise de bras et de jambes. Mon cœur saigne à chaque fois que je repense à la manière dont je l’ai perdu.

Le cercle de transmutation était bien en évidence sur le dos de la main, gravé à même le fer. Le fait que les cercles soient toujours cachés sous les gants ou sous mon pantalon était un avantage certains en combat, car l’adversaire ignorait que j’étais en mesure d’utiliser mon alchimie sans dessiner de cercles. Pas tant que je n’en faisais pas usage, bien entendu. J’avais cependant entendu parler d’une alchimie sans aucun cercle et capable d’effectuer tout type de transmutation. Mais je ne m’étais pas attardé là-dessus, étant donné que j’étais loin de maîtriser complètement l’alchimie du vent. De plus, mes cercles gravés étaient pour le moment largement suffisant et je n’avais aucune idée de comment réaliser une transmutation sans aucun cercle. Mais pour en revenir à mon automail, je n’aimais vraiment pas le savoir hors de son gant. Après tout, une arme sans son étui finit par rouiller et devenir moins dangereuse. Je pensais la même chose au sujet de mon bras mécanisé. Je comptais le camoufler à nouveau sous mes vêtements le plus tôt possible… A moins que…
Ce que vous appelez « une abomination » m’aurait peut être évité d’avoir besoin de ces mécagreffes pour pouvoir me déplacer si j’avais pu l’utiliser comme aujourd’hui je le peux… Si jamais vous voulez traiter quelque chose d’inhumain et d’ignoble, essayez plutôt ce qui m’a fait cela.

J’en avais assez dit pour attiser sa curiosité, mais pas assez pour la satisfaire. J’allais peut être, avec de la chance, connaître le fin mot de l’histoire sur sa haine envers l’alchimie, en échange de quelque détails sur Ren, sur le peu que je savais sur elle et ses capacités… Même si je doutais qu’elle puisse croire une telle histoire, un peu comme l’homme de la gare de cet après-midi. Cela me fit justement penser à l’heure. Je sortais la montre en argent d’alchimiste d’état de ma mère afin de vérifier l’heure : presque vingt-et-une heure. Le temps passe vite. Et j’avais inconsciemment fait une gaffe : sortir la montre. Presque tout le monde en Amestris sait que quiconque possède un tel objet est un chien de l’armée, un alchimiste d’Etat. Dans mon cas, je n’en étais pas un, puisqu’il s’agissait de la montre de ma génitrice. Certaines personnes, dont mon interlocutrice fait visiblement parti, vouent une grande haine envers ceux qui usent de l’alchimie. Mais c’est encore pire lorsque l’on est à la solde des militaires. Ce symbole renforçait encore plus l’idée que j’étais moi-même un alchimiste, et pouvait donc provoquer encore plus de colère chez Elyana. Décidément, ca allait être une longue soirée et la convaincre de m’accueillir chez elle pour la nuit allait être difficile.

Euh… C’est pas ce que vous croyez… Je suis pas un alchimiste d’Etat, mais ma mère si. C’est mon père qui a reçu cette montre après la mort de maman et qui me l’a transmis via son testament il y a une semaine…
Revenir en haut Aller en bas
Elyana Connor
Mécanicienne de l'armée
Membre

avatar

Féminin
Balance Coq
Messages : 205
Age : 23
Rang dans le RP : Mécanicienne de l'Armée
Rang spécial Hrp : //

Feuille de personnage
Points:
17/35  (17/35)
Niveau:
4/20  (4/20)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: L'Alchimiste, les Bourrés et la Mécano [PV Elyana]   Sam 6 Mar - 19:47

Apparemment la réponse qu’Elyana avait donné à Vladimir avait piqué sa curiosité, mais elle n’avait pas l’intention de déballer sa vie au premier gars qui passe même s’il lui sauve la vie.
Pour répondre a la question d’Elyana, le jeune homme enleva sa main de son poignet et enleva son gant, dévoilant un automail de belle facture. Ely s’approcha un peu pour observer la mécagreffes de plus près et remarqua qu’il avait gravé un cercle de transmutation sur le dos de sa main artificielle, Ely grimaça. Alors qu’il remettait son gant il ajouta :


- Je vous l’avais dis non ? C’est le vêtement qui est abîmé. Mais vous avez raison, je suis blessé depuis que j’ai ces choses en guise de bras et de jambes. Mon cœur saigne à chaque fois que je repense à la manière dont je l’ai perdu. Ce que vous appelez « une abomination » m’aurait peut être évité d’avoir besoin de ces mécagreffes pour pouvoir me déplacer si j’avais pu l’utiliser comme aujourd’hui je le peux… Si jamais vous voulez traiter quelque chose d’inhumain et d’ignoble, essayez plutôt ce qui m’a fait cela.

Elyana repensa a la manière dont elle avait perdu ses avant bras, et penser a la mort de Kei lui fit venir les larmes aux yeux. Il est vrai qu’a cette époque elle n’avait pas renié l’alchimie et l’idée de récupérer ses bras lui avait plus d’une fois traversé l’esprit. Mais elle ne l’avait jamais tenter car elle connaissait la première règle de l’alchimie et qu’elle n’était pas assez douée.
Elle refoula ses larmes et dit d’une voix calme :


« Je ne sais pas comment vous avez perdu vos membres et même si je le savait l’alchimie resterait quand même une abomination pour moi. Vous dites que l’alchimie aurait pu vous rendre vos membres, mais qu’Est-ce que vous auriez donné en échange hein ?! L’alchimie peut être utile certes, mais elle peut aussi avoir des effets indésirables qui ne valent pas le coup qu’ont l’utilise, alors que les automails sont une valeurs sure a cent pour cent. »

En plus des image de la mort de Kei, la vision de la chose qu’avait créé son père lui revint en mémoire. Les larmes perlèrent au coins de ses yeux et une grimace de souffrance apparue sur le visage de la jeune mécano. Elle se retourna ne voulant pas montrer sa souffrance a Vladimir. Elle essaya de se calmer mais en vain.
Du coin de l’œil elle vit qu’il regardait l’heure grâce a une montre en argent, comme celle des alchimiste d’état. Ely se retourna aussi sec, oubliant que quelques larmes avaient roulées sur ses joues.


- Euh… C’est pas ce que vous croyez… Je suis pas un alchimiste d’Etat, mais ma mère si. C’est mon père qui a reçu cette montre après la mort de maman et qui me l’a transmis via son testament il y a une semaine…

Elyana poussa un soupir dédaigneux qu’il soit un simple alchimiste ou un alchimiste d’état lui importait peu maintenant. Elle n’était vraiment pas d’humeur a lancer un débat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Alchimiste, les Bourrés et la Mécano [PV Elyana]   Mer 10 Mar - 17:37

Avoir les larmes aux yeux en voyant un amas de ferraille… Ou bien j’avais encore beaucoup à apprendre sur les femmes, ou bien cette fille était un cas unique… Ou bien un peu des deux. Mais plus les choses évoluaient, moins je la comprenais et pourtant la réponse se précisait. Me tournant le dos, je pensais à ce qu’elle disait. « L’alchimie peut avoir des effets indésirables », « Les automails sont des valeurs sures à cent pourcent »… Ses mots en disaient plus qu’elle ne souhaitait en partager avec moi. Cela me donnait des indications supplémentaires, tout en me montrant qu’elle était définitivement bouchée, complètement fermée et essayer ne serait-ce que de lui montrer les choses sous un autre angle serait aussi productif que de regarder l’herbe pousser. Je sentais aussi qu’elle n’avait pas compris mes termes, ou les avait maladroitement interprétés. En y réfléchissant, c’est vrai que cela pouvais porter à confusion… Mais je ne parlais absolument pas de transmutation humaine… De plus, des automails n’allaient pas suffire pour l’usage que j’allais en faire…

Excusez-moi, je pense que vous m’avez mal compris. A aucun moment je n’ai parlé de récupérer mes membres par l’acte tabou. Je disais que si j’avais le niveau que j’ai aujourd’hui, j’aurais sûrement réussi à CONSERVER mes membres. Et croyez-moi… Ce ne sont pas des mécagreffes qui auraient pu m’éviter ce sort...
Je faisais une pause avant de reprendre. Je souhaitais souligner un point important à propos de la soi-disant fiabilité des automails.

J’ai parfaitement compris à quoi vous faisiez allusion. Oui, l’alchimie à ses côtés sombres aussi… Mais ce n’est pas suffisant pour la rejeter. Il s’agit d’une science. Si on suit votre résonnement, la balistique n’est-elle pas une abomination ? L’hydraulique, qui permet le fonctionnement de ces mêmes automails dont vous faites tant l’éloge n’est pas aussi une abomination ? Ils ont aidé des gens comme moi ou vous à retrouver un semblant de vie normale mais ils ont aussi permis de tuer. Et si on compare le nombre de morts par l’acte tabous face à ceux qui sont tombés sous les balles… L’alchimie n’est pas mauvaise, seul son utilisateur l’est.

Je n’en pouvais plus. Une sorte de feu brûlait en moi et me poussait à défendre cette alchimie que j’aimais tant et qui étais pour moi la seule et unique chose me permettant d’atteindre mon objectif.

Au lieu d’haïr les créations, haïssez les créateurs. L’alchimie, les automails, ce sont tous les deux des créations des Hommes, ce sont eux le cœur du problème. Nous sommes la cause de tous nos maux. Pas l’alchimie, pas les armes. Juste nous et nous seuls.

La colère passa aussi vite qu’elle était arrivée. Une fois le sac vidé, il ne restait plus que la honte et le regret de m’être emporté de cette manière. Cela ne m’arrivait pas souvent et je détestais quand cela se produisait. Encore plus maintenant, car non seulement je me mêlais de ce qui ne me regardais pas, mais en plus j’avais l’impression de m’acharner sur un point sensible de l’adolescente. Voilà quand on cumule la fatigue et l’alcool et qu’on est menacé de se faire tabasser : on a les nerfs en pelote. J’étais fatigué, j’avais besoin de sommeil. Cette conversation ne nous mènera à rien de toute manière. Autant quitter la scène la tête haute plutôt que de m’enfoncer encore plus.

Navré de m’être emporté comme cela… Excusez-moi. Je crois que je ferais mieux de partir maintenant. A jamais, sans doute…

Je quittais alors la jeune fille, en direction de la ville. J’ai évité que ce dialogue de sourd parte encore plus en vinaigre, et j’étais maintenant à la recherche d’une chambre pour la nuit, avant de partir le lendemain en direction de l’est.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elyana Connor
Mécanicienne de l'armée
Membre

avatar

Féminin
Balance Coq
Messages : 205
Age : 23
Rang dans le RP : Mécanicienne de l'Armée
Rang spécial Hrp : //

Feuille de personnage
Points:
17/35  (17/35)
Niveau:
4/20  (4/20)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: L'Alchimiste, les Bourrés et la Mécano [PV Elyana]   Mer 17 Mar - 18:57

- Excusez-moi, je pense que vous m’avez mal compris. A aucun moment je n’ai parlé de récupérer mes membres par l’acte tabou. Je disais que si j’avais le niveau que j’ai aujourd’hui, j’aurais sûrement réussi à CONSERVER mes membres. Et croyez-moi… Ce ne sont pas des mécagreffes qui auraient pu m’éviter ce sort...
J’ai parfaitement compris à quoi vous faisiez allusion. Oui, l’alchimie à ses côtés sombres aussi… Mais ce n’est pas suffisant pour la rejeter. Il s’agit d’une science. Si on suit votre résonnement, la balistique n’est-elle pas une abomination ? L’hydraulique, qui permet le fonctionnement de ces mêmes automails dont vous faites tant l’éloge n’est pas aussi une abomination ? Ils ont aidé des gens comme moi ou vous à retrouver un semblant de vie normale mais ils ont aussi permis de tuer. Et si on compare le nombre de morts par l’acte tabous face à ceux qui sont tombés sous les balles… L’alchimie n’est pas mauvaise, seul son utilisateur l’est.
Au lieu d’haïr les créations, haïssez les créateurs. L’alchimie, les automails, ce sont tous les deux des créations des Hommes, ce sont eux le cœur du problème. Nous sommes la cause de tous nos maux. Pas l’alchimie, pas les armes. Juste nous et nous seuls.


Des larmes amères coulaient le long des joues d’Elyana. Elle comprenait ce que disait le jeune homme, et elle trouvait aussi que c’était d’une logique implacable. Mais elle était incapable d’accepter ce qu’il disait, c’était trop dur pour elle. La disparition de son père était un obstacle qu’elle n’arrivait pas a franchir malgré toute la volonté et la force qu’elle y mettait. Chaque fois qu’on abordait le sujet de l’alchimie devant elle une sorte de mur se créer dans son esprit et l’empêchait d’avoir des pensées cohérentes. Aussi elle ne dit rien, ne voulant pas envenimer la situation.

- Navré de m’être emporté comme cela… Excusez-moi. Je crois que je ferais mieux de partir maintenant. A jamais, sans doute…

Elyana sécha ses larmes et se retourna pour le voir partir. Elle se sentait mal, car elle savait que c’était elle qui avait tord et qu’elle devait s’excuser, mais cela lui était si dur … Elle inspira un bon coup et lança au jeune homme :


« Non, c’est moi qui doit m’excuser. Je suis aveuglée par mes propres expériences et à cause de ça je ne veut rien écouter. Alors excusait moi … »

Ely n’était pas sûre qu’il ai entendu mais elle se sentait déjà un peu mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elkion Harkonnen
Lieutenant Général
Membre

avatar

Féminin
Capricorne Singe
Messages : 299
Age : 24
Rang dans le RP : Spitfire Alchemist
Rang spécial Hrp : Côté Noir de Tiky Mick : D

Feuille de personnage
Points:
26/80  (26/80)
Niveau:
13/20  (13/20)

Pouvoir: • Alchimie sans cercle # Corps-à-corps

MessageSujet: Re: L'Alchimiste, les Bourrés et la Mécano [PV Elyana]   Jeu 18 Mar - 0:29

J'inaugure ma première correction

Alors tout d'abord une appréciation générale:
C'était un topic plutôt agréable à lire, bien qu'Elyana, je suis partisane des discours indirect, et donc le fait de reprendre intégralement les paroles de Vladimir alourdit et rend la lecture un peu plus longue et fastidieuse. Autrement, l'intrigue est menée de façon tout à fait satisfaisante, et le thème du preux chevalier qui sauve la jouvencelle pour ensuite se prendre une rouste en pleine patate est plaisant sans être cliché (j'ai pourtant l'impression que vous auriez pu vous en sortir sans l'alchimie Wink )mais j'apprécie le fait que vous ayez pu rebondir sur ce sujet et avoir une discussion loin d'être bateau.

Ensuite, le texte à proprement parler:

- Pour Vladimir, je n'ai presque rien à dire, c'est un style fluide, agréable, avec quasiment aucune faute. Le style à la 1ere personne est rare mais ici ça se lit tout seul. Pour ce qui a été dit précédemment plus cette remarque, je t'accorde un 8/10 ^^

- En ce qui concerne Elyana, j'ai pu noter, à côté du fait que les paroles étaient intégralement reprises, quelques fautes notamment de grammaire, ce qui nécessite une ou plusieurs relectures, mais rien de dramatique. Pour t'améliorer, essaye également d'ajouter plus de descriptions (quelles qu'elles soient) pour apporter beaucoup plus de consistance à tes RP, ça reste néanmoins agréable à lire. Tu as donc un 6/10 avec tous mes encouragements!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Alchimiste, les Bourrés et la Mécano [PV Elyana]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Alchimiste, les Bourrés et la Mécano [PV Elyana]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CATALOGUE d'Elessarion l'alchimiste
» L'inspecteur de permis de conduire était... bourré !!!
» rentre bourré [ pv barbara ]
» pilote bourré
» Je suis pas bourré, hips ! [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FMA-World :: Amestris - Central Area :: Central City :: Centre ville-
Sauter vers: