AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yin Li-Huang
25è princesse Héritière de l'Empire Xing
Modo rp et fiche

avatar

Féminin
Lion Singe
Messages : 26
Age : 25
Rang dans le RP : Princesse-Lune | 25è princesse Héritière de l'Empire Xing | Elixirologue | Yuè-Hime-Sama | Amie d'enfance de Sai Xin-Yao, son gardien
Rang spécial Hrp : Princesse | Future Femme et Reine de Roy Mustang | Impératrice autoproclamée des coeurs et du monde |

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Elixirologue (spécialisée en médecine) | Manipulation des éventails de combat (Tessens)

MessageSujet: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Sam 24 Avr - 23:21


Entre Elle & Lui ...


Cela faisait maintenant plus d'une semaine que Yin et Sai avaient quitté leurs familles, contraints de fuir Xing sous peine de conséquences désastreuses. Yin avait toujours cette espèce de boule au ventre qui la tiraillait lorsqu'elle repensait à la patrie d'où elle avait été bannie. Au fond d'elle même, elle trouvait cela injuste ! Être obligée de s'exiler dans un pays étrangers par la faute de quelques vautours répugnants qui avaient fait d'elle la fausse fille de l'empereur, née d'un adultère, c'était ignoble ! Après tout, elle n'avait rien demandé à ces chacals, le trône, le pouvoir, la gloire, toutes ces choses avaient toujours été totalement futiles aux yeux de la jeune princesse, qui n'avait désiré qu'une seule chose, vivre en paix entourée de sa famille, de Sai et de Hei, son chat. Mais son destin en avait décidé autrement, l'empereur aussi, et voilà qu'elle était maintenant sur la route, comme une simple vagabonde, cherchant désespérément un lieu ou elle pourrait se poser en attendant de trouver le droit de rentrer au pays qui était le sien, Xing. Accompagnée de Sai, son « frère » et ami de toujours, et secondairement son garde du corps, la Princesse-Lune avait entrepris de traverser le grand désert qui servait de frontière naturelle entre Xing et Amestris, où elle avait décidé qu'elle s'installerait pour y retrouver son "honneur". La partie "désertique" du voyage n'avait pas été de tout repos pour Yin, qui déjà, était de constitution fragile, mais en plus avait une peau très claire, sensible aux rayons brulants du Soleil. Elle avait du user de divers onguents et d'une large ombrelle pour se protéger de la chaleur. Heureusement, ils avaient acheter un cheval assez résistant pour entreprendre la traversée sans problème, car Yin aurait été incapable d'arriver au bout de cette immensité de sable si elle avait du marcher durant près de six jours entiers. Hissée sur le dos de la bête de trait, elle n'avait pas eu besoin de se déplacer par elle même, lui évitant de trop se fatiguer sous le Soleil de plomb. Sai, lui, avait marché durant toute la traversée, sans se plaindre, sans un moment de faiblesse. Quand elle se surprenait à le regarder, Yin se disait qu'il s'était vraiment endurci durant les cinq années qu'il avait passé pour son entrainement, et que cela n'avait sans aucun doute possible pas été une partie de plaisir pour lui, qui avait du en baver plus que de raison pour devenir aussi fort qu'il l'était actuellement. Bien que cela soit désormais bénéfique à eux deux (surtout pour elle), elle espérait tout de même par moment qu'il n'avait pas entrepris ce long apprentissage sur cinq ans juste pour elle. D'ailleurs, elle s'était beaucoup inquiété pour lui durant leur errance dans la fournaise du Désert, où les nuits étaient au contraire, totalement glaciales, mais elle avait compris qu'elle n'avait pas à s'en faire autant, Sai était devenu plus que mature, et elle avait bien plus besoin de lui que lui n'avait besoin d'elle ... Mais ça, elle ne l'avouerait jamais !

Leur Odyssée sableuse et désolante s'était achevée quand ils eurent traversé la frontière Est d'Amestris, leur terre d'accueil désormais. En réalité, s'ils avaient mis autant de temps pour traverser le Désert, c'est parce qu'ils avaient fait un détour vers le sud, une petite déviation qui avait en conséquence allongé leur trajet. Pourquoi dévier ? Pour éviter Lior et le surnombre de militaires de la région Est. Et oui, même à Xing, on était au courant de la rébellion dans cette région d'Amestris, et Sai avait suggéré à la princesse que, plus ils s'éloignaient des zones de tensions, mieux cela était pour eux, et elle avait acquiescé. Ils avaient donc atterri au Sud de la Région Est, non loin de la délimitation avec la South Area. Sai avait longuement étudié les cartes géographique de ce pays inconnu à leurs yeux, et avait déterminé qu'ils étaient bien plus proches de South City, une grande ville d'Amestris, que d'East City, une autre grande Ville. Décrétant que le plus près serait le mieux, ils convainquit Yin de rejoindre South City. Selon lui, en une journée de marche, ils y seraient, et bien que Yin le soupçonnaient de s'inquiéter pour elle, elle le suivit sans broncher, de toute façon, elle ne connaissait rien à ses contrées, et Sai était sa seule lumière dans l'obscurité. Après avoir récupéré le peu d'affaires qu'ils avaient, à savoir un petit sac pour Yin, un paquetage plus grand pour Sai et la cage contenant Hei, la Princesse et son protecteur rendirent la liberté à leur monture, comme pour la remercier pour son travail accompli, et se dirigèrent vers a fameuse South City.

Le périple jusqu'à la ville avait, comme prévu, duré à peu près une journée. Pendant ce temps, Yin avait pu retrouver des contrées vertes qui lui rappelaient, non sans mal, Xing. Malgré tout, elle en était heureuse, car elle préférait largement le vert de l'herbe à la chaleur stérile du sable. Pendant le trajet, elle n'arrêta pas "d'embêter" Sai, lui posant des questions, le taquinant, riant quand il arborait visage gêné. Presque comme au bon vieux temps, elle entretenait la conversation pratiquement seule, Sai souriant de la voir si bavarde. C'était Yin tout craché ça, cacher sa mélancolie, sa nostalgie derrière ses taquineries et ses rires. Elle ne voulait pas alarmer son ami plus que de raison, il s'était déjà sacrifié en l'accompagnant dans son exil, c'était déjà bien trop. Plusieurs fois ils s'arrêtèrent en chemin, Hei, le chat noir de la Princesse, réclamant de l'attention et surtout, un temps pour se dégourdir les pattes. Ce Pacha savait très bien comment faire plier sa maitresse à ses envies, et ses miaulements tristes étaient une arme redoutable, au grand damne de Sai qui voyait très bien la comédie dans le comportement du félin. Il faut dire que ces deux là ne se supportaient pas. Yin avait eu Hei peu de temps après que Sai soit parti pour son entrainement. Le chat avait donc reçu toute l'attention de la Princesse, tout son amour, puisqu'il était le dernier réconfort de celle ci durant l'absence de son ami. Et puis, lorsque Sai était revenu, ce bougre d'animal avait vu d'un mauvais œil la relation particulière qu'entretenaient sa maitresse et ce nouveau venu qu'elle semblait connaitre depuis bien plus longtemps que lui. La jalousie entrainant la jalousie, Hei pris donc rapidement Sai en grippe. Ainsi, dès lors ou la princesse et son ami étaient sur la même longueur d'onde ou que Yin s'occupait un peu trop de Sai au gout du félin, celui ci jouait une comédie pour que sa maitresse porte son attention sur lui. Cela, Yin en était pleinement consciente, mais elle ne pouvait s'empêcher de choyer son animal de compagnie comme un bébé, ce qui avait le don de provoquer le désarroi et l'incompréhension de Sai.

Quoi qu'il en était, et malgré les facéties de Hei, Sai et Yin finirent par atteindre South City. C'était la première fois depuis plus d'une semaine qu'ils voyaient une ville digne de ce nom. Celle ou ils arrivèrent était même très grande et bondée d'âmes qui vivent. La princesse était émerveillée par l'architecture Amestrienne qui était totalement différente de celle plus traditionnelle de Xing. La mode de ce nouveau pays la surprenait aussi. Elle portait elle même une robe typiquement Amestrienne donnée par la grand mère de Sai, que celle ci avait obtenue lors d'un voyage, ici même, dans son enfance. Mais la princesse compris bien vite qu'elle portait une robe dépassée, car plus aucune femme ne semblait arborer ce genre d'habits. Mais ce petit détail ne la dérangea pas plus que cela, car ça restait discret malgré tout. Ils arpentèrent durant un long moment les rues de South City, visitant par la même occasion la ville qui allait les abriter pour un petit moment désormais. Yin semblait avoir délaissé ses soucis à l'entrée de la ville. Un sourire aux lèvres, elle marchait devant Sai, qui la suivait de près. Elle tenait dans sa main droite la cage contenant Hei qui passait sa tête, curieux, hors de celle ci pour observer lui aussi les alentours. La princesse se retournait souvent pour à la fois regarder ce qu'elle n'avait pu regarder dans sa précipitation mais aussi pour lancer un sourire ravissant à Sai de temps en temps. Pour le moment, elle était libérée du poids de son exil. Cela ne durerait certainement pas, juste le temps que l'effet de la découverte passe, mais tous ceux qui pouvaient la voir dans cet état étaient capables d'en ressentir une profonde chaleur.

Continuant leur chemin à travers South City, il leur fallait désormais trouver un toit ou vivre le temps que durerait leur séjour ici, séjour à durée indéterminée pouvant s'étaler d'une à plusieurs nuitées. Ils n'avaient pas beaucoup de bagages, mais Yin avait pris une important somme d'argent avec elle, ce qui leur permettrait de vivre simplement certes, mais pas dans le besoin. Au détour d'une rue, la Princesse remarqua un grand panneau de bois, où étaient collées de multiples feuilles de papier. Des affiches sans aucun doute, et certainement des annonces ! Peut être y avait il l'adresse d'une auberge ou tout autre lieu où ils pourraient se poser et surtout se reposer. Elle se retourna alors vers Sai, le visage rayonnant !

- « Regarde ! Un panneau d'annonces ! Peut être qu'on peut y trouver une adresse où dormir ! Aller viens ! »

Ni une, ni deux, elle lui pris la main, et le tira pour l'emmener jusqu'à l'emplacement même du dit panneau. Il était plutôt grand et recouvert de papiers de différentes couleurs et d'écritures inconnues. Yin n'y avait pas pensé, mais elle ne savait pas vraiment lire l'Amestrien, bien qu'elle arrivait tout de même à comprendre la langue oralement et à la parler, mais ces symboles étranges étaient totalement inconnus pour son cerveau ... Comment faire ? Elle s'adressa à Sai, dont elle tenait toujours la main.

- « Tu sais lire la langue d'Amestris toi ? »

Le fixant, elle attendait la réponse de son compagnon, sans faire attention à l'homme qui se dirigeait vers eux ...

_________________


Yin Li-Huang

A reçu une Rose de Robert Break
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sai Xin-Yao
Garde du corps Xingnois
Modérateur fiche

avatar

Masculin
Gémeaux Singe
Messages : 23
Age : 25
Rang dans le RP : Garde du corps et ami d'enfance de la Princesse-Lune : Yin

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Corps à corps, excelle au maniement de sabre et lancer de couteaux

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Dim 25 Avr - 15:00

Le voyage avait finalement duré une semaine. Sept jours et sept nuits dans un désert. Une vaste étendue de sable sans le moindre signe de végétation ou, tout simplement, de vie humaine. Tout au long de cette traversée, Sai avait prit les rennes de la monture de la princesse. Marchant devant, il était le guide de ce voyage, bien qu'il n'avait jamais vraiment traversé de désert. À vrai dire, c'était la première fois. Avançant souvent par tâtonnement ou par déduction, Sai avait tenté tant bien que mal de ne pas se perdre. Il était facile de dire qu'il suffisait de marcher droit devant pour ne pas se perdre. Mais, c'était plus dur de le faire, non seulement car il n'y avait aucun repère et bien souvent des obstacles se dressaient devant eux. Sans oublier le fait qu'il était impossible de ne pas boire pendant une semaine ou bien même de porter suffisamment d'eau. Les deux voyageurs avaient donc faire des zigzags dans l'espoir de trouver des oasis. C'était une tâche ardue, pourtant, Sai avait réussi à les mener à destination. Amestris, un de ces pays remplis de mystère. La princesse y espérait trouver un moyen de racheter son nom et d'avoir une chance de voir son nom laver de tout blasphème. Ce bannissement était à l'origine de tout, non, la véritable origine de cette traversée était la jalousie qu'éprouvaient certaines personnes vis-à-vis de la princesse. Jaloux de sa filiation et de ses chances d'accéder aux trônes, ils avaient trouver une excuse des plus stupides pour l'en écarter. Mais il ne servait à rien d'y repenser encore et encore. Comme l'entendait souvent dire son père, "pense à la solution, pas au problème". Sai avait toujours eu du mal à faire ainsi, après tout, comment trouver une solution si on ne connaissait pas tout du problème ? Bien souvent cette question avait fini en débat entre Sai et son père. Aujourd'hui, le protecteur de la Princesse-Lune, ne savait pas quand il pourrait avoir un nouveau débat sur cette opinion. Après tout, comment savoir combien de temps durerait cette aventure ?

L'aventure avait déjà commencé une semaine et ce n'était que le début. À peine parti, les deux Xingnois avaient du faire face à un problème, outre le désert bien entendu. En effet, la région de Lior, une ville située à l'est d'Amestris, était occupé par d'innombrables militaires. Préférant éviter les potentiels problèmes, Sai avait pensé faire un détour et partir pour le sud, où ils auraient probablement plus de chances d'avoir moins de problèmes, le nord étant une source de conflit d'après ce qu'il avait pu entendre. Ayant rapidement convaincu la princesse, le jeune Xin-Yao avait donc entamer le détour en prenant la direction du sud. Le voyage s'était donc rallongé pour éviter quelques soucis. Bien que ce n'était probablement pas la meilleure solution, surtout pour la princesse. Pour Sai, ce détour ne posait aucun problème, mais pour Yin, c'était une tout autre histoire. Résisterait-elle encore longtemps à cette chaleur infernale ? Il l'espérait. Et pour ne rien arranger, ce chat stupide semblait vouloir être le premier centre d'intérêt de la princesse. Jouant la comédie, miaulant à tout bout de champ ou tentant de faire sentir encore et encore sa présence, ce chat était probablement habité par un mesquin démon, prêt à tout pour faire perdre la tête du jeune protecteur. Enfin, il fallait bien le supporter ... Sai se consolait en se disant qu'il servait à réconforter la princesse de temps à autre. Enfin, c'était la version qu'il se donnait pour ne pas embrocher ce chat.

Arrivant tant bien que mal à South City, dans une région au Sud d'Amestris appelée South Area, les deux voyageurs avaient abandonné leur monture, lui rendant ainsi sa liberté. Prenant le plus gros sac qu'il maintint avec sa main droite, Sai laissa Yin s'occuper de la cage de ce chat sans cervelle et de son petit sac à dos. Même s'il la trouvait probablement trop chargé, il était hors de question, pour lui, de porter la cage de ce chat. Il avait été tenté de lui proposer de le laisser sur le bas côté, mais il savait comment se terminerait cette discussion, même si c'était une plaisanterie. Restant donc derrière Yin à observer ses mouvements et ceux des passants où des marchands, Sai attendait patiemment. Il souriait simplement lorsque la princesse se retournait en lui souriant car, oui, il ne portait pas son masque. Venant d'être seule avec la princesse, il l'avait ôté et n'avait pas vraiment eu le temps de le remettre, après tout, la princesse était si pressée et si excitée par l'idée de découvrir cette ville. Il était plaisant de la voir ainsi, libérée d'un poids bien trop grand pour une si jeune princesse. S'il était venu, c'était pour l'aider, mais encore aujourd'hui, il ne savait comment faire. Trouver un moyen de "restaurer" son honneur, laver l'affront qu'on lui avait fait. Il était bien facile de dire cela, mais tellement difficile de trouver un moyen. Trouver un cadeau digne de ce nom pour l'empereur était-il seulement suffisant ? Même s'il en doutait, Sai espérait que oui. Après tout, il savait très bien que la princesse n'espérait pas vraiment monter sur le trône, loin de là d'ailleurs. D'autant plus que pour le moment, elle n'avait rien d'une future reine, enfin, selon lui.

La journée se terminait petit à petit, déjà le soleil était dans sa chute pou partir loin à l'horizon. Il était donc prioritaire de trouver un endroit où dormir, encore heureusement, Yin l'avait compris. Apercevant finalement ce qui semblait être un tableau d'annonce au détour d'une rue, la princesse se précipita dessus en prenant Sai par la main. Enfantine comme toujours lorsqu'elle avait découvert quelque chose, elle en avait oublié ce qui pouvait l'entourer. La suivant malgré tout en se laissant trainer derrière elle, Sai s'attarda un moment sur ce bref contact. Depuis combien de temps la princesse n'avait-elle pas agit ainsi ? La dernière fois remontait à quelques temps déjà. Pensant deux secondes à montrer à ce stupide chat ce contact pour le faire rager, Sai repoussa cette idée en repensant qu'il était quand même dans une ville inconnue où un danger pouvait frapper sans prévenir. Une fois arrivés devant ce panneau d'annonce, composé d'un simple morceau de bois recouvert d'une multitude de papier au sujets aussi divers que varié, la princesse sembla hésitante. Bien évidemment, elle n'avait probablement jamais vu cette langue. Se retournant donc vers son ami de toujours, elle espérait y trouver des réponses, comme toujours d'ailleurs. N'écoutant sa question que vaguement, il se pencha plus sérieusement sur les annonces et finit par lui répondre d'une voix calme mais intimant un pardon, face à son incapacité :


Non, pas suffisamment pour comprendre tout ce qui est écrit là.

Comme toute personne plus ou moins sérieuse, Sai avait tenté d'apprendre la langue d'Amestris, ou du moins, apprendre leurs écritures, mais il était bien dur d'apprendre en quelques jours une langue palée depuis des siècles. Parler n'était pas un problème, comme pour Yin d'ailleurs, mais les textes étaient différents. Si Yin n'y connaissaient rien, Sai n'y connaissait pas grand chose. N'ayant qu'une vague connaissance de ce sujet, il n'était pas plus avancé qu'elle. Remarquant un passant marchand dans leur direction, Sai décida qu'il pourrait probablement les aider. L'observant avant tout, il remarqua rapidement ses vêtements propres et probablement neufs, mais surtout, suffisamment élégant pour ne pas appartenir au plus démuni. Accompagné d'un chien, il semblait peu agressif et non dangereux. Attendant donc qu'il soit plus ou moins à leur hauteur, Sai l'arrêta et lui demanda amicalement :


Excusez-moi de vous déranger mais nous venons d'arriver dans cette ville et nous cherchons un endroit convenable où dormir. Pouvez-vous nous aider ?


Attendant simplement, Sai gardait tout de même un œil sur le chien de ce passant et sur celui-ci. Après tout, qu'importe d'où on venait, les apparences pouvaient être trompeuses, mais dans le cas présent, les deux Xingnois n'avaient pas vraiment le choix.

_________________



À reçu une rose de Yin ♥
Sai's Thème ~


Dernière édition par Sai Xin-Yao le Lun 26 Avr - 18:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Dieter Elberich
Colonel
Administrateur

avatar

Féminin
Gémeaux Dragon
Messages : 33
Age : 29
Rang dans le RP : Colonel de south city
Rang spécial Hrp : Mister propre of the forum

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Pas de pouvoir, mais possède une bonne précision au lancé d'objet divers (tranchant en général) et au corps à corps.

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Dim 25 Avr - 19:04

Deuxième jours. Ou plutôt le début de la deuxième journée dans cette ville du Sud, qui me semblait tellement loin à présent… Les doux rayons du soleil avait commencé à me sortir doucement de ma léthargie, commençant à me promettre un nouveau dur labeur. Au programme, le jardin. C’était mon dernier jour de repos avant la prise de service, autant la mettre à contribution… Quel heure était-il tiens ? … 7h… On voyait bien que l’été se rapprochait. Bon… Flemmardons encore un peu… Juste 5 min, avant de sortir de ce lit… Bon sang que ça faisait du bien, j’avais oublié comme les matelas civils était si reposant…. Ça changeait radicalement de ces matelas dure et rêche que l’on retrouvait dans les dortoirs des QG… Ou plutôt du QG Est. J’attrapa donc mon oreiller, histoire de le coller un peu plus en dessous de ma tête lorsque… Un son distinct et bien connu me réveilla complètement… Norbert… Cet imbécile de chien était en train d’aboyer dans le jardin, et devait sans aucun doute se bousiller la voix à hurler comme un demeuré après je ne sais quel truc encore… Tout en soupirant, je me redressa tout en fixant de nouveau l’heure… 7h03... Un bâillement sembla m’arracher la mâchoire tandis que je finissait par me lever et enfila mon peignoir. Si j’allais voir dehors en simple caleçon, ça n’allait pas spécialement plaire au voisinage… D’un pas las, je m’approcha de la fenêtre et la débloqua afin de pouvoir l’ouvrir et me pencher en avant pour voir l’origine de tout ce remue-ménage. Si j’avais une glace devant moi, je suis certain que j’aurais pâlit en moins de deux. La en bas, accroché au poteau de cette lampe qui éclairait la cour de devant se tenait le facteur… En dessous, le Doberman qui essayait avec férocité de lui mordre ce qui lui servait de mollet… Et bien, la journée commençait bien -_-…

- Norbert ! Assis !… Je suis désolé Monsieur ! Attendez un instant, j’arrive tout de suite…

Sans attendre un moment de plus, je fila à travers ma chambre, puis déboula dans le couloir histoire d’aller descendre les escaliers quatre à quatre. Dans le même mouvement, je vint ouvrir la porte et sortie du bâtiment. Le pauvre bougre devait suer de peur… Il faut dire que le Doberman n’était pas spécialement des plus gentil quand il s’agissait d’intrus… Sans faire de cérémonie j’attrapa le collier de Norbert et le fit reculer de réverbère, laissant ainsi le pauvre facteur descendre…

- Pour une première mâtiné, on ne peut pas dire que je fasse le plus grand effet ^^’…
- Peut-être devriez-vous mettre une boîte aux lettres à l’extérieur… Voila votre courrier.
- Promis !… Merci, et bonne journée !


Le facteur fit un signe de la main et sortie du terrain… D’un soupir je relâcha l’animal, et observa l’enveloppe… Haaa L’armée… Sûrement pour me dire que je reprend demain… Pas la peine de l’ouvrir maintenant, j’ai ma journée. Et puis, si c’était si important, ils n’avaient cas appeler directement chez moi… Enfin enfin, laissant le chien entrer dans le manoir, je reprit le cour de ma petite vie en ces lieux histoire de pouvoir enchaîner la suite de la journée.

8h30... Me voila donc fin prêt pour la suite. Simple chemise abîmé par le temps, un pantalon sortant de je ne sais où, des gans assez résistant. Un air pas spécialement ravis gravé sur mon visage et face à moi… Cette immense toundra asséché qui me servait actuellement de jardin… Bon et bien, commençons donc par le devant, c’était le plus urgents. Remontant les manches, et prenant les outils de jardinage, je me mit donc à mon dur labeur. Retourner la terre, casser ce sol fissuré, arroser un peu pour arranger le tout, retirer les plantes mortes, couper les arbres morts (ça me fera du bois pour cette hivers, sait-on jamais), vider les pots de fleur contenant on ne sait plus trop quoi et… Tiens ? Je ne savais pas que mon cher paternel avait eu une envie de cactus… Enfin bref, je voulut m’atteler à la suite, m’occuper du jardin arrière, malheureusement… Il était bien plus vaste que je ne l’avait imaginé… Note à moi-même, prendre un jardinier en plus de la femme de ménage.
Je laissa donc tomber l’arrière du jardin pour le moment, prenant donc la décision d’aller acheter quelques plantes. Quel heure ? 12h50. Parfais. Rapidement je fila dans la salle de bain la plus proche, et me décrassa. En une demi-heure je parvint à prendre la directive d’attraper mes vêtements, et peu de temps après, j’étais fin prêt pour partir à la chasse aux végétaux… Sans Norbert, il y aurait fort à parier qu’il parvienne à mettre tout à terre juste après être passé à la caisse u_u.

Le chemin ne fut pas spécialement long. Je connaissais la zone, et par-dessus tout, un ami de la famille avait ouvert un magasin non loin de mon nouveau chez moi. Bien entendu, n’étant pas spécialement lié famille et quoi que ce soit, ce fut sans grand étonnement qu’il ne me reconnut pas. Et c’était tant mieux. Les longues discutions ennuyeuse sur l’entourage n’étaient pas spécialement ce qui me plaisait le plus -_-. Je choisi donc avec soin, tout ce qui pourrait mettre utile. Quelques fleurs de toute les couleurs pour remplir les bac qui décorait l’entré du manoir, beaucoup de plantes vertes pour fournir au pied des murs… Puis des cheveux d’anges pour mettre sur les cotés… Des jeunes plants d’arbuste à planter prêt des barrière histoire de cacher l’intérieur, et le plus important… Des graines pour la pelouse. Enfin, c’était bien beau d’acheter tout ça mais… Comment est-ce que j’allais faire pour transporter tout ça… -_-… Bon, je n’avais pas spécialement le choix, il allait falloir que je fasse fonctionner les avantages d’être dans la famille Elberich…

- Bonjours monsieur Renzorio, mon père m’a demandé de vous saluer de sa part.

Il était bon de mentir parfois… Bien que pour l’instant, je crois que j’aurais préféré la vérité… Enfin, la conversation avait donc démarré, et ce fut avec difficulté que je tentais de sourire en acquiesçant à chaque fois que l’homme partait en délire… L’après-midi allait être long… Très long même… Surtout quand il se proposa pour venir m’aider….

Bon, je dois bien l’avouer, le faites que cet homme fut venu me donner un coup de main, me permis d’avancer énormément dans mon boulot. Pendant qu’il plantait devant, j’était repartie pour refaire la même chose qu’au matin dans la jardin arrière. Bien sûr, Norbert ce vit enfermer dans le bâtiment, histoire qu’il ne vienne pas croquer dans la chaire de l’homme pendant que j’avais le dos tourné… Quel ne fut pas le soulagement lorsqu’il partie enfin. Le silence, le calme était bien revenu. Et le soir pointé le bout de son nez. J’en avait profité pour ouvrir la lettre et constater que je devrais me rendre de bonne heure au QG le lendemain… Bon et bien, autant ne pas se coucher tard hein. Les livres qui traînaient dans la bibliothèque allait devoir attendre encore… Autant profiter du temps restant pour promener Norbert (sinon il risquerait fort d’aboyer toute la nuit) et d’aller déposer mon annonce. Je repartie donc pour me changer à nouveau, me rendre présentable en soit, puis, après avoir rédigé l’annonce, j’attrapa la laisse en cuir de l’animal, et le siffla histoire de le mettre en règle.

Ce fut donc ainsi, que je me retrouva à l’extérieur du domaine, un chien muselé au bout de la laisse, et l’esprit vagabondant. C’était qui déjà ma futur supérieur ? … Enfin, ma nouvelle Supérieur ? Yuko Kusanagi… Une bonne connaissance m’avait assuré qu’elle ne dirait rien à propos de mes yeux… Même si j’ignorais pourquoi, ça m’arrangeait assez. Les histoires que j’avais connu à l’Est était plus qu’agaçant en soit… Ha oui, on m’avait prévenu qu’elle était spécial aussi… M’enfin, pour moi, après avoir connu la Lieutenant Général, je restais persuadé que je ne pouvais pas connaître pire.
Enfin… Lorsque j’arriva au niveau du panneau d’affichage, je remarqua rapidement ce duo bien alourdis. A parier qu’il s’agissait de voyageur en recherche d’une auberge. En plus la jeune femme possédait une robe de bonne maison, mais qui était à présent démodé… Même si ça passait encore bien, je doutais que ma jeune sœur soit encore avec l’idée de mettre de tel vêtement… Mais bon, les gens faisaient ce qu’il voulait, je n’allait pas les blâmer pour ça… Mon regard rouge se posa cependant sur ce jeune homme qui m’observait, et lorsque j’arriva à leur niveau, il prit rapidement la parole afin de me demander si je pouvez les aider à trouver un endroit convenable où dormir… Mais il y avait quelque chose de frappant chez lui… Cet accent… Je n’avais pas souvenir de l’avoir déjà entendu dans ma courte vie… Ils ne venaient pas d’Amestris, c’était certain… Drachma me semblait trop lointain pour ça… Peut-être de Creta ? Ou alors d’Aerugo… Dans tout les cas, je fit un léger geste de la main histoire qu’il patiente un instant, et sortie mon annonce de ma poche, venant la fixer avec les autres sur le tableau. Voila, comme ça c’est fait <3.

- Et bien, et bien… Je doute pouvoir vous aider convenablement je ne suis arrivé ici que depuis hier…

Je stoppa ma lancé au moment ou j’entendis le Doberman se mettre à grogner… Le pourquoi de cette soudaine haine ?… Mais la créature qui se trouvait dans le panier à chat de la demoiselle… Bien entendu. D’un soupir je fit reculer le canin et lui ordonna de s’asseoir, chose qu’il fit rapidement, en reprenant un silence des plus totales bien qu’il gardait le regard fixait sur sa soit disante « proie »… Puis je reprit l’un de ses sourires étranges dont j’avais le secrets…

- Mais j’ose espérer pour vous, que vous êtes munie de titre de séjour ? Si je ne me trompe pas, vous n’êtes pas du pays n’est-ce pas ?

Et voila… Sûrement que les deux êtres allaient me voir comme un pourris finit, ou quelque chose du genre… Mais bon… De toute manière, j’étais encore en « vacance ». Je n’avais pas l’intention de commencer à enfermer des gens avant même d’avoir vu à quoi allait ressembler mon bureau u_u… Ce n’était pas comme-ci j’étais le genre emm**deur à ces heures perdus…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yin Li-Huang
25è princesse Héritière de l'Empire Xing
Modo rp et fiche

avatar

Féminin
Lion Singe
Messages : 26
Age : 25
Rang dans le RP : Princesse-Lune | 25è princesse Héritière de l'Empire Xing | Elixirologue | Yuè-Hime-Sama | Amie d'enfance de Sai Xin-Yao, son gardien
Rang spécial Hrp : Princesse | Future Femme et Reine de Roy Mustang | Impératrice autoproclamée des coeurs et du monde |

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Elixirologue (spécialisée en médecine) | Manipulation des éventails de combat (Tessens)

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Lun 26 Avr - 17:08

Mais qu'était ce donc que cette écriture farfelue ? Y avait il seulement une logique quelconque dans tout cet enchainement de signes et de symboles ? Comment diable les Amestriens avaient ils pu inventer une manière d'écrire aussi compliquée ? Regardant le tableau d'affichage avec perplexité, la jeune princesse-lune était complètement démunie devant les affiches dont elle ne comprenait rien du contenu. Cela aurait été trop simple si elle avait pu lire ces maudits écriteaux, ils auraient ainsi pu facilement trouver une auberge et donc se reposer au plus vite. Malheureusement, ce n'était à ses yeux qu'un charabia incompréhensible. Pourquoi la jeune fille en connaissait des langages et des dialectes différents ! Rien qu'à Xing, il existait près de trente deux dialectes plus ou moins ressemblant entre eux, dérivant tous de la même langue de base, le Xingnois antique. Yin, en bonne princesse de l'empire, maitrise tous ces dialectes, en plus de quelques langues étrangères. Malheureusement pour elle, elle n'avait pas eu le temps d'apprendre à lire l'Amestrien, tout ce qu'elle savait faire, c'était le parler (en effet, un des officiers du clan Li-Huang était un réfugié Amestrien qui lui avait appris a parler à peu près bien la langue de ce pays.), mais cela ne lui servait à rien pour le moment ! En plus de cela, les Amestriens semblaient utiliser un alphabet, là ou les Xingnois utilisaient des idéogrammes. Contrariée d'être impuissante et incapable de lire le panneau d'affichage, elle se promis de trouver un professeur dans ce pays d'accueil qui accepterait de lui apprendre a lire l'Amestrien. Soupirant, elle déporta son attention sur Sai, à qui elle tenait toujours la main, cherchant à trouver son aide. C'était toujours comme ça avec Yin, dès qu'elle se sentait incapable de quelque chose, c'est vers son ami et protecteur qu'elle se tournait irrémédiablement, comme s'il avait été son seul soutien dans ce monde, ce qui était un peu le cas à ce moment là. Ainsi donc, elle lui demanda sil pouvait déchiffrer la complexe écriture d'Amestris. Il se pencha pour mieux voir le panneau, mais malheureusement ...

« Non, pas suffisamment pour comprendre tout ce qui est écrit là. »

La jeune princesse ne s'était pas vraiment attendue à ce qu'il y arrive, c'était plus par instinct qu'elle lui avait demandé, et c'est calmement qu'il lui avait répondu. Soupirant, la demoiselle commençait à voir sa joie d'il y a quelques secondes encore diminuer. Le soir n'allait pas tarder à tomber, et il allait leur falloir surement une heure ou deux avant de trouver une auberge pour les héberger. Leur première difficulté dans ce pays inconnu était il dejà arrivé ? Allaient ils dormir dehors ? Cette idée ne plaisait guère à la princesse, qui n'avait jamais dormi à la belle étoile. Posant un instant son regard sur Sai, elle finit par chasser ses idées noires qui grandissaient en elle. S'il était à ses côtés, elle n'avait rien à craindre, car elle le savait très bien, il se sacrifierait volontiers pour elle, même si l'idée même que Sai se sacrifie ne lui plaisait pas du tout ! Mais, en regardant son compagnon adoré, elle compris qu'il n'avait pas l'intention de la laisser dormir dans les rues, comme une sans abris. En effet, il semblait fixer un passant, marchant dans leur direction. C'était un homme, habillé avec un costume à la mode Amestrienne, il était grand, fin et élancé, les cheveux d'un noir corbeau. C'était sans aucun doute possible un homme de classe ! Yin le remarqua tout de suite. Pourquoi ? Et bien parce que plus il s'approchait de duo Xingnois, plus elle pouvait déceler les détails de son physique, une peau soyeuse et entretenue, une démarche élégante et fluide, une posture noble. La princesse savait très bien reconnaitre les personnes de haute famille et celle de naissance moins prestigieuse, tout était dans la posture, et pour avoir fréquenté depuis sa naissance le monde de la noblesse et de l'aristocratie (dont elle faisait partie) elle savait plus que bien de quoi elle parlait ! Quand l'homme aux cheveux corbeau fut à leur portée, Sai l'interpella, l'arrêtant dans sa marche.

« Excusez-moi de vous déranger mais nous venons d'arriver dans cette ville et nous cherchons un endroit convenable où dormir. Pouvez-vous nous aider ? »

Un instant durant, l'homme ne dit rien, regardant alternativement Yin et Sai. Il avait l'air surpris, ou alors juste intrigué ? Quoi qu'il en était, la Princesse remarqua un autre détail chez lui, ses yeux rouges. Et aussi, son chien. Un chien ?! L'attention de Yin se porta sur la cage qu'elle tenait dans la main droite. Elle pouvait ressentir les légers mouvements de Hei à l'intérieur, mais celui ci n'avait pas l'air d'avoir remarqué la bête de l'homme aux yeux rougeoyants, ou alors, comme d'habitue, il l'ignorait. Le passant fit signe à Sai d'attendre un instant, et alla coller une affiche sur le panneau, avant de reporter son attention sur les deux compagnons.

« Et bien, et bien… Je doute pouvoir vous aider convenablement je ne suis arrivé ici que depuis hier… »

C'est à ce moment là que son gros chien se mis à grogner en regardant méchamment la cage que Yin portait. Instinctivement, la princesse ramena celle ci contre son cœur, dans un geste de protection. Hei, lui, fixait le bétail d'un air supérieur, presque narquois, à travers les barreaux de sa cage. Fort heureusement, l'animal de l'homme était muselé et attaché en laisse. En plus de cela, il semblait totalement soumis et obéissant à son maitre, qui d'un seul mot fit taire son chien. Enfin, il regarda à nouveau Sai avec un sourire des plus énigmatique sur le visage, s'exprimant calmement, pendant que son chie, bien que calme à présent, fixait toujours la cage de Hei avec avidité ...

« Mais j’ose espérer pour vous, que vous êtes munie de titre de séjour ? Si je ne me trompe pas, vous n’êtes pas du pays n’est-ce pas ? »

Tiens, était ce si voyant que cela qu'ils n'étaient pas d'ici ? Yin pensait pourtant qu'ils n'étaient pas si "atypiques" que cela ! Détaillant un instant Sai, l'homme et elle même, elle remarqua qu'en effet, il y avait peut être une petite différence de mode entre eux. Mais pas de quoi fouetter un chat ! Peut être que l'homme était juste très observateur ! Quoi qu'il en était, il demandait s'ils avaient des titres de séjour. Mais qu'était ce donc que des titres de séjour ? Était ce un grade ou bien un rang propre à chaque Amestrien ? On ne lui avait jamais parlé de titre de séjour, ça n'existait pas à Xing. Réfléchissant un instant, elle ne pu s'empêcher de parler à voix haute ...

« Un titre de Séjour ? Qu'est ce donc que cela ? »

Les sourcils froncés d'incompréhension, elle réfléchissait à toute vitesse, tentant de comprendre. S'il fallait absolument un "titre de séjour" pour se promener sur le territoire Amestrien librement, sa famille lui en aurait procuré un ! Or, tout ce qu'elle avait reçut, c'était de l'argent, quelques noms de contacts et ses espèces de papiers avec des tampons dessus. Tirant la manche de Sai, elle le força à se pencher vers elle, histoire qu'elle puisse lui parler au creux de l'oreille.

« Tu sais ce que c'est toi, des "titres de séjours' ? »

Attendant de connaitre sa réponse, elle fixait l'homme aux cheveux corbeau dans les yeux. Son sourire étrange la mettait mal à l'aise, pouvait on lu faire confiance ?

_________________


Yin Li-Huang

A reçu une Rose de Robert Break
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sai Xin-Yao
Garde du corps Xingnois
Modérateur fiche

avatar

Masculin
Gémeaux Singe
Messages : 23
Age : 25
Rang dans le RP : Garde du corps et ami d'enfance de la Princesse-Lune : Yin

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Corps à corps, excelle au maniement de sabre et lancer de couteaux

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Lun 26 Avr - 18:15

Attendant donc la réponse de l'homme qu'il avait interpellé, Sai n'avait pu que remarquer deux-trois petites choses à propos de cet Amestrien. Omis le fait qu'il n'était pas habillé comme le premier pouilleux de la ville, il avait les yeux rouges, plus vifs que la princesse mais rouge tout de même. D'ailleurs, son regard était presque semblable à celui du Xingnois, observateur et attentif, il jugeait ses interlocuteurs d'un rapide coup d'œil. Enfin, ce n'était pas la chose qui attirait le plus l'attention de Sai. Non, ce qui le surpris fut son attitude. Donnant priorité à un bout de papier, il avait fait patienter ses interlocuteurs pendant quelques secondes. Ce n'était que quelques secondes, certes, mais cela était facilement vu comme une impolitesse, enfin, pour le Xingnois. N'en faisant pas tout histoire puisqu'il était probablement le moyen le plus rapide pour les deux voyageurs de trouver un endroit où dormir, Sai attendit donc une potentielle réponse, qui ne semblait pas venir. De nouveau interrompu par son chien, cet homme semblait gérer ce problème en quelques secondes. Laissant un sourire paraitre lorsqu'il avait vu la réaction de ce chien, Sai n'avait pu s'empêcher d'imaginer dans quel état serait Hei après une petite rencontre entre les deux animaux. Enfin, non, après tout, ce chat pouvait toujours servir, même si ce n'était pas évident de trouver son utilité. Patientant donc, le protecteur de la princesse fut surpris d'entendre cet inconnu leur demander des titres de séjours.

Selon ce qu'avait pu entendre et comprendre Sai, c'était principalement les militaires qui faisait office de représentant de la loi ou de l'ordre. En d'autres termes, cette question était plus "naturelle" sortant de la bouche d'un militaire et non d'un quelconque passant accompagné de son chien. D'autant plus que Sai avait cru comprendre que les militaires avaient un uniforme. Bleu et universel. Et à première vu, il ne s'agissait pas d'un militaire. Était-ce un militaire habillé en civil pour tromper la vigilance des gens ? Ou un représentant de l'ordre indépendant de l'armée ? À vrai dire, la réponse importait car même si Sai voulait des réponses à ses questions, Yin, elle, allait tout simplement répondre sans prendre le temps de réfléchir plus qu'à la question posée. Une autre preuve de son tempérament quelque peu "agité" ? Probablement oui. L'entendant se demander ce qu'était un titre de séjour, Sai soupira intérieurement. En partant, il ne s'était jamais douté que la princesse était si peu préparée. Tandis qu'il avait personnellement étudié des cartes, les "traditions", les modes de vies et tout ce qui s'en suivait, Yin ne semblait avoir prêté attention à rien de tout ça. Qui pouvait croire qu'elle était ici pour laver l'affront qu'on lui avait fait ? Son attitude était celle d'une touriste venu découvrir un autre pays. Il ne restait plus qu'à espérer que cela changerait vite mais pas brusquement. Tout du moins, pas aussi brusquement que le changement qu'elle avait subit en cinq ans.

Lorsqu'elle le força à se pencher pour lui parler discrètement, Sai se laissa faire bien qu'il avait déjà une idée de ce qu'elle allait lui parler. Bingo ! Encore une fois, il avait tapé dans le mille. Lui demandant presque innocemment s'il savait ce qu'était un "titre de séjour". N'avait-elle donc pas préparé un peu tant soi peu ce voyage ? Ne pouvant s'empêcher de laisser une pointe de son étonnement sur son visage, Sai finit par lui dire après s'être relevé un peu :

Voyons, Princesse ... C'est ce que vous avez reçu votre famille avant de partir, juste après la liste de noms qu'on vous a donné.

Se relevant donc totalement après sa réponse, Sai se tourna vers cet homme. Bien habillé mais pourtant si étrange. Son regard, son sourire, son comportement, tout semblait signifier quelque chose de particulier chez lui mais quoi ? Là était toute la question. L'obéissance du chien était également un détail qui avait son importance, à moindre d'être véritablement bien dressé, il n'aurait pas écouté aussi rapidement et fait taire son instinct canin comme ça. Enfin, pour tout conclure, si ce qu'avait apprit Sai n'était pas faux, seul les militaires étaient en droit de s'occuper de ce type de problème. Étaient-ils donc en face d'un truand espérant les rouler ? Croyait-il que, puisqu'ils étaient des étrangers, ils étaient naïfs et facilement manipulables ? Si c'était le cas, il déchanterait rapidement car ils étaient loin d'être naïfs à ce point. Décidé à avoir des réponses à ses questions silencieuses, Sai demanda à l'inconnu d'un ton tout aussi égal qu'auparavant :

Nous ne sommes pas, en effet, de ce pays. Néanmoins nous avons des titres de séjours. Mais, pourrions-nous savoir à qui nous nous adressons ?

Avec un peu de chance, Sai pourrait être fixé avec la réponse qu'il obtiendrait. Dans le cas contraire, il fausserait compagnie à cet homme et partirait à la recherche d'une nouvelle personne qui pourrait les aider. Enfin, il fallait espérer que la princesse soit capable de fausser compagnie à cet homme. Après tout, il était le premier Amestrien avec qui ils parlaient et devaient donc être un sujet d'attention pour la princesse d'une nature curieuse, parfois même trop.

_________________



À reçu une rose de Yin ♥
Sai's Thème ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Dieter Elberich
Colonel
Administrateur

avatar

Féminin
Gémeaux Dragon
Messages : 33
Age : 29
Rang dans le RP : Colonel de south city
Rang spécial Hrp : Mister propre of the forum

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Pas de pouvoir, mais possède une bonne précision au lancé d'objet divers (tranchant en général) et au corps à corps.

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Lun 26 Avr - 21:57

Un titre de séjour… Encore l’une de ses idées pour faire main basse sur les étranger sans doute. Enfin, je n’avais encore jamais été confronté à une tel situation et… Donc voila quoi ._. … Résultat, j’observa mes interlocuteurs d’un œil mystérieux, alors que la jeune femme semblait en proie à un questionnement. Peut-être qu’ils n’en avaient pas ? C’est ce que je pensa immédiatement après que cette fille de bonne famille demanda ce qu’était cette chose… Que faire donc ? Soupirer et les laisser aux mains d’un militaire qui passait par la ? Ou alors m’en occuper moi-même et faire compter ça comme heure supplémentaire ? Ou alors j’agissait au Feeling, en fonction de leur réaction à eux. Ils n’avaient pas l’air forcément louche en soit. Cette jeune femme, malgré le faites qu’elle possède une robe hors course, semblait provenir d’un milieu plutôt chic. Il suffisait de voir sa prestance… Et puis, quelqu’un qui à un chat n’est forcément pas mauvais non ?… Bon okay, ne nous basons pas sur ce que l’on aime x3.
M’enfin… L’inconnue c’était donc penché vers son camarade, afin de lui chuchoter quelques truc à l’oreille. Une méthode pour fuir au plus vite ma présence ? M’assommer peut-être… Dans les deux cas, il y avait toujours Norbert. Je pouvais très bien le lâcher pour qu’il les poursuive dans le premier cas, et dans le deuxième, il le ferait tout seul. J’ai beau le rabaisser, je ne peux nier qu’il s’agit d’un compagnon fidèle qui, pour une raison que j’ignore totalement, à décidé de jeter son dévolu sur moi, au grand désespoir du paternel (héhéhé encore un de ses échecs <3).

Tout ça pour dire que le jeune garçon parut étonné en entendant les chuchotement de l’étrangère. Et lorsqu’il prit la parole… Attendez un peu ? Il avait dit princesse ? Princesse et Etrangère de surcroît… Non, je devais sûrement me faire des idées. Peut-être était-il tout simplement fiancé ?… Fiancé et il vouvoyait… Hans, arrête de réfléchir la dessus, si cet étranger dis vrais, tu le sauras rapidement de qui il s’agit… Et si c’est des gens important ._. … Mouai bref…
Une méfiance c’était réveiller chez ce jeune homme… Une méfiance à mon égard sûrement ? Boarf, j’étais plutôt habitué. De toute manière, j’aimais bien paraître assez étrange la plupart du temps, ça évitait de perdre mon temps dans des bagarre stupide. Et les gens ne m’approchait pas facilement, donc la tranquillité était de mise… Puis la question tomba après avoir confirmé le faites qu’ils n’étaient pas du pays. Qui je suis ? Egal à moi-même, je posa ma main droite au niveau de mon cœur, et fit un léger mouvement de la tête histoire de me présenter…

- Je suis le Colonel Elberich, actuellement en poste dans cette ville. Bien que je soit actuellement en congé, rien ne m’empêche de vérifier quelques papiers concernant la réglementation en vigueur dans ce pays…

J’avais gardé une voix calme et sûr malgré le faites que ma langue avait faillit prononcer lieutenant-colonel(L‘habitude u_u)... Il s’agissait donc la d’une voix amicale qui ne laissait paraître aucune agressivité, de toute manière je n’avais aucune raison de les agresser (Du moins, pour le moment.)… Seulement, j’avais gardé cet air mystérieux qui m’étais propre. C’était ma nature, alors comment voulez-vous que je change ça hein ?… Je garda donc un instant de silence, observant le duo et leur réaction, puis reprit sur le même ton…

- Vous comprendrez donc qu’il m’est impossible de ne pas vous demander de me les présenter …

Allons, soyons un peu plus gentil. Je leur offrit un air bien moins mystérieux, histoire de les mettre quand même en confiance. J’étais un militaire tout de même, pas un tortionnaire. Enfin…. Ça dépendait pour qui ._.

Bref ! Je n’avais plus qu’a espérer que ces étrangers coopèrent, auquel cas je devrais passer à l’action… Ou pas… Honnêtement, je n’avais pas spécialement envie de bouger. Non seulement c’était chiant, mais en plus je risquais de salir mon costume, tout le monde sait bien que le noir est sûrement la « couleur » la plus salissante qui soit, après le blanc…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yin Li-Huang
25è princesse Héritière de l'Empire Xing
Modo rp et fiche

avatar

Féminin
Lion Singe
Messages : 26
Age : 25
Rang dans le RP : Princesse-Lune | 25è princesse Héritière de l'Empire Xing | Elixirologue | Yuè-Hime-Sama | Amie d'enfance de Sai Xin-Yao, son gardien
Rang spécial Hrp : Princesse | Future Femme et Reine de Roy Mustang | Impératrice autoproclamée des coeurs et du monde |

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Elixirologue (spécialisée en médecine) | Manipulation des éventails de combat (Tessens)

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Mer 28 Avr - 16:35

A regarder Yin, on pouvait facilement se dire qu'elle n'avait guère préparé son exil en Amestris. Pourtant, la réalité était toute autre, puisque la jeune princesse avait bel et bien préparé son voyage ! Mais à sa manière. Certes, elle n'avait pas cherché à apprendre en détail la géographie d'Amestris, ni même sa culture et encore moins s juridiction. Non, ça, elle avait laissé le soin à Sai de le faire, car elle le connaissait bien celui là, il ne serait jamais parti à l'aventure sans ne serait ce qu'une seule once d'informations utiles pour éviter la plupart des problèmes. Il était bien trop avenant et prévoyant pour partir comme ça, sans préparation d'aucune sorte, laissant la chance et le hasard guider ses pas. Alors, Yin s'était affairée à étudier d'autres sujets, qui aux premiers abords pouvaient paraitre futiles, mais qui révèleraient toute leur importance dans un futur plus ou moins proche. Sai s'occupait de la partie "survivre" du voyage, et Yin de la partie "ne pas rester en exil plus de temps que nécessaire". Car il ne fallait pas voir en elle une jeune fille insouciante et impulsive, qui agissait sans même réfléchir. Bien au contraire, son éducation lui avait enseigné qu'il fallait toujours avoir une longueur d'avance sur le destin, et bien que les apparences soient trompeuses, Yin était toujours prête à réagir ... Enfin, presque. Il lui arrivait bien sur par moment de ne pas être aussi prête que cela, après tout, elle était peut être une princesse impériale, mais elle n'en était pas moins une humaine, avec ses défauts et ses qualités, ses atouts et ses faiblesse. En l'occurrence, là, pour le coup, il était vrai qu'elle ne savait pas ce qu'était des "titres de séjour" et que si elle s'était intéressée à autre chose que l'alchimie Amestrienne durant les mois de préparation de son voyage, elle n'aurait pas eu besoin de demander tout haut ce que c'était. Mais bon, elle avait toujours Sai à ses côtés, et elle savait pertinemment qu'elle pouvait toujours compter sur sa lucidité et sa prévoyance pour la sortir de ce genre de cas difficiles. Et comme elle l'avait prédis, c'est ce qu'il fit ...

Voyons, Princesse ... C'est ce que vous avez reçu votre famille avant de partir, juste après la liste de noms qu'on vous a donné.

Ah, Sai ! Décidément, il était réellement sa bonne étoile ! Si elle avait du partir seule, dieu seul sait que cette histoire de titres de séjour aurait durée des heures durant ! Encore une fois, elle se demanda ce qu'elle ferait sans lui ! Bien sur, cette réflexion se fit intérieurement, une simple pensée en fait, car jamais, ô grand jamais elle ne dirait cela à voix haute ! Sai en profiterait pour la taquiner, le bougre. Néanmoins, il avait tout de même osé l'appeler Princesse, chose qu'elle détestait venant de sa part ! Il n'avait pas à se soumettre au protocole ! Surtout lorsqu'il n'y avait personne du clan Li-Huang ou Xin-Yao dans les parages. Sai était son ami avant d'être un quelconque protecteur ou gardien, d'ailleurs, même s'il avait été qu'un simple garçon de cuisine, Yin l'aurait certainement emmené avec elle, après tout, c'est le garçon qu'elle appréciait, pas le fidèle serviteur. Quoi qu'il en était, Sai ne gagnait rien pour attendre, car dès que l'homme et son chien seraient partis, il allait devoir soit rattraper son erreur, soit subir le courroux d'une princesse, cela, Yin le déciderait après ...

Nous ne sommes pas, en effet, de ce pays. Néanmoins nous avons des titres de séjours. Mais, pourrions-nous savoir à qui nous nous adressons ?

Alors que son ami et compagnon interrogeait l'homme au chien méchant (Sai cherchait sans doute à vérifier qu'ils n'avaient pas à faire avec un quelconque truand, comme à son habitude), Yin posa derrière elle la cage de Hei, qui se mis à miauler très légèrement en signe de protestation, histoire de libérer sa main droite pour pouvoir fouiller dans son petit sac à doc qu'elle décrocha de ses épaules. Ouvrant le conteneur, elle se mis à farfouiller à l'intérieur histoire de trouver les deux espèces de papiers tamponnés qu'elle avait reçu de son oncle, qui travaillait au palais impérial comme diplomate. Sai disait que c'était cela, des titres de séjour, alors Yin, ayant une totale confiance en lui, cherchait tant bien que mal à remettre la main dessus. Elle ne savait pas, lorsqu'elle les avait obtenu, que ces deux papiers étaient si importants que cela. En plus, comme c'était écrit en Amestrien dessus, elle n'avait pas pu comprendre ce qu'il y était stipulé. Quoi qu'il en soit, elle n'arrivait pas à mettre la main dessus. Son sac était pourtant petit et contenait peu de choses, juste une bourse d'argent, quelques habits de rechange, la liste des contacts, mais pas de titres de séjours. Cela commençait à l'inquiéter, alors que les deux hommes semblaient discuter.

- Je suis le Colonel Elberich, actuellement en poste dans cette ville. Bien que je soit actuellement en congé, rien ne m’empêche de vérifier quelques papiers concernant la réglementation en vigueur dans ce pays…

Lentement, Yin releva la tête vers le visage de l'homme en face d'elle. Celui ci venait de se présenter comme étant le Colonel Elberich. Colonel ! Cela signifiait qu'il était militaire ! Légèrement, la princesse fronça les sourcils, jetant un rapide coup d'œil vers Sai, attendant une réaction de celui ci. Malgré le fait qu'elle ne s'était pas vraiment renseigné sur Amestris, Yin savait que l'armée de ce pays était particulièrement développée, stricte et rigoureuse, et que tout manquement quelconque à une loi ou règle, pouvait mener à des problèmes que les deux compagnons ne pouvaient se permettre d'avoir. Le dit Colonel ne semblait pas méchant, peut être un peu mystérieux et étrange, mais pas sans cœur. Peut être que si elle remettait la main sur ces papiers tamponnés et qu'elle les lui présentait, ils n'auraient aucun soucis ? Quoi qu'il en était, désormais, la princesse n'était plus très à l'aise, perdant tout sourire et toute attitude enfantine.

- Vous comprendrez donc qu’il m’est impossible de ne pas vous demander de me les présenter …

Au moment même ou le Colonel Elberich prononça ces paroles, Yin mis la main sur les papiers tant recherchés. Hei miaulait son impatience, ne voulant sans doute pas trainer au sol encore plus longtemps, mais Yin n'en avait que faire pour le coup, seuls ces fichus papiers comptaient pour elle.

« Là ! Les voilà ! C'est ça ? »

Elle sortit triomphalement les titres de séjour du fin fond de son petit sac à dos, les tendant au Colonel, un sourire radieux sur les lèvres. Elle était vraiment très mignonne quand elle souriait de la sorte ! Bien sur, son but n'était pas d'être mignonne, juste de paraître sympathique aux yeux du militaire. Après tout, une princesse devait savoir varier les visages pour faire tourner les circonstances en sa faveur, même si au fond, elle sentait qu'elle et Sai n'avaient pas grand chose à craindre ! Mais bon, on n'est jamais trop prudent ! Elle se permis tout de même un petit coup d'oeil à Sai, vérifiant via le regard de celui ci si elle n'avait pas mal agit en présentant ces papiers ...

_________________


Yin Li-Huang

A reçu une Rose de Robert Break
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sai Xin-Yao
Garde du corps Xingnois
Modérateur fiche

avatar

Masculin
Gémeaux Singe
Messages : 23
Age : 25
Rang dans le RP : Garde du corps et ami d'enfance de la Princesse-Lune : Yin

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Corps à corps, excelle au maniement de sabre et lancer de couteaux

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Jeu 29 Avr - 11:00

Cet homme était donc le colonel Elberich. Selon ce que savait Sai à propos des grades militaires d'Amestris, le grade de colonel était suffisamment élevé pour avoir de l'autorité. En poste dans cette ville, affecté depuis quelques jours à peine. Au moins, le protecteur de la princesse aurait un nom à mettre sous ce visage. Même si ce n'était pas vital, Sai avait préféré avoir un nom, qui sait, ça pourrait toujours lui servir. Expliquant qu'il lui était donc impossible de les laisser partir sans présenter leur titre de séjour, ce colonel semblait être plutôt responsable et consciencieux pour faire son travail même en jour de congé. Seraient-ils tous ainsi en Amestris ? Sai se le demandait. D'ailleurs, il ne savait pas si cela serait une bonne nouvelle ou non, après tout, avoir un goût trop poussé pour le travail bien fait, était une source d'ennui. Enfin, dans le cas présent, ce n'était pas si grave que ça, après tout, les deux xingnois étaient en règle et avait ce qu'il fallait. Enfin, normalement. Sai se demandait ce que la princesse faisait en fouillant ainsi dans son sac. Elle ne les retrouvait pas ? Comment pouvait-elle ne pas les retrouver ? Son sac était petit et ne contenait pratiquement rien. La regardant chercher dans son sac, Sai se demandait si elle ne les avait pas oublié ou si elle ne les avait pas perdu. Quand les aurait-elle perdu ? Le sac était resté fermé tout au long du voyage et personne ne les avait approché, donc personne n'avait pu les voler. Yin les aurait-elle jeté par inadvertance, croyant que c'était inutile et encombrant ? Non, même si elle était du genre à aimer le rangement, elle n'était suffisamment tête en l'air pour jeter un tel papier, d'autant plus qu'elle n'avait mis que le plus important dans ce sac.

Sai attendait patiemment que Yin la retrouve. Pensant à ce qui allait pouvoir se passer si elle ne les retrouva pas, le protecteur de la princesse xingnois se doutait que ça allait mal finir. Enfin, mal finir, pas autant que ça, néanmoins, ils seraient dans de beaux draps. Comment passer ce militaire sans titre de séjour ? Devraient-ils fuir ? Courir le plus loin et le plus vite possible ? Mauvaise idée, ce chien semblait être fait pour courser les fuyards, de plus, ce chien n'était pas le seul problème. Il y avait bien évidemment cet Elberich qui serait probablement prêt à leur courir après. Mais le plus problématique n'était pas ce chien ou ce colonel. Le plus gros problème était que Sai et Yin ne connaissaient pas suffisamment cette ville pour courir et tenter de semer quelqu'un. En d'autres termes, il y avait plus de chance qu'ils se perdent qu'ils le perdent. Sai ne voulait pas s'essayer à courir à travers les rues sans savoir où aller. Et puis, il restait toujours la condition physique de la princesse qui n'était pas la celle qu'on pouvait espérer. Sai voyait mal Yin courir pour s'enfuir et il ne se voyait pas non plus la porter, elle, leur sac et la cage de ce chat stupide, même s'il l'aurait laisser sur place volontiers. Bref, en définitif, c'était impossible de fuir. Que restait-il comme choix ? La corruption ? Le combat ? Ces deux idées ne plaisaient guère à Sai qui n'aimait ni corrompre, ni combattre si tôt dans leur voyage. D'autant plus que s'il devait combattre cet homme, il se ferait rapidement remarquer et se mettrait les militaires à dos. Autrement dit, ce n'était guère enviable, surtout que les deux xingnois n'étaient pas venus ici pour jouer à cache-cache avec l'armée amestrienne.

Enfin, peut-être que tout ceci ne serait pas nécessaire. Apparemment Yin arborait un air triomphant. Elle venait probablement de trouver ces titres de séjours. Les sortant rapidement et les tendant vers le colonel pour les lui présenter, elle regarda Sai un moment, probablement pour savoir ce qu'il pensait de son geste. Souriant simplement, il la regarda un moment. Ce fut une erreur. En effet, au même moment, une ombre surgit, sortie du croisement de rue, loin du regard du protecteur de la princesse. Filant à toute vitesse, elle passa entre le colonel et les deux xingnois et vola les titres de séjours ainsi que le sac de la princesse. Filant dans la rue qui agençait le croisement où ils étaient, ce voleur filaient à toute allure pour s'échapper avec son butin. Réagissant au quart de tour, Sai regarda Yin et lui dit rapidement :


Princesse, restez-ici.

Se mettant à poursuivre le voleur, Sai partit rapidement dans la rue que ce voleur avait emprunté quelques secondes plus tôt. Laissant donc la princesse seule avec le militaire, Sai parti à la poursuite de ce voleur. Tournant la tête pour voir par où il était parti, Sai continua sa course dans les rues pendant un moment. À première vue, il était plus rapide que ce crétin qui avait osé voler la princesse, mais il ne connaissait pas aussi bien la ville. Jurant silencieusement, le protecteur finit par trouver un moyen pour compenser cette absence d'information. Sautant sur un toit, Sai prit de l'altitude pour avoir une meilleure vision d'ensemble. Il pourrait ainsi facilement repéré le voleur. Après tout, un tel malfrat n'aurait pas en tête de se mêler à la foule une fois son vol établit, non, il ne penserait qu'à fuir le plus loin possible. Cherchant donc rapidement, Sai ne s''était pas arrêté de courir, pensant uniquement à rattraper ce voleur.

_________________



À reçu une rose de Yin ♥
Sai's Thème ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Dieter Elberich
Colonel
Administrateur

avatar

Féminin
Gémeaux Dragon
Messages : 33
Age : 29
Rang dans le RP : Colonel de south city
Rang spécial Hrp : Mister propre of the forum

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Pas de pouvoir, mais possède une bonne précision au lancé d'objet divers (tranchant en général) et au corps à corps.

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Jeu 29 Avr - 17:04

La dites princesse fouillait son sac, sans aucun doute à la recherche des papiers demandé ?… Dans tout les cas, le faites d’être laissé en arrière plan, ne semblait en aucun cas plaire au chat qui montrait son mécontentement. Durant un instant je pensa que la jeune femme ne possédait pas les titres demandé. Elle avait prit un air des plus sérieux, et laissait voir un coté soucieux… Quand à son camarade la situation le mettait plutôt mal à l’aise. Pensait-il que je pourrais faire tomber une quelconque sentence ? Non mais je vous en prit, je serait repartie en leur souhaitant bonne chance, ils avaient l’air amicale. Mais bon , si ils croisaient la route d’autre militaire ça ne risquait pas d’être le même cas.
Je préféra donc resté silencieux, gardant un sourire léger sur mon visage, tandis que les yeux rouge avait finit par se poser sur le panier à chat. Quel animal splendide… Dire que je ne pouvais pas profiter de la compagnie d’une tel créature, sous prétexte que mon père aurait envoyé Norbert directement en enfer. Ce chien était une crème avec moi, je faisais tout ce que je voulais avec lui, et il m’obéissait au doigts et à l’œil…. Cependant il s’agissait la d’un chien de garde, une créature agressive et particulièrement protectrice envers son environnement. Les autres personnes autre que moi, n’avait pas spécialement intérêt de s’en approcher lorsqu’il n’était ni attaché, ni muselé. Le pauvre facteur du matin en avait fait la douloureuse expérience d’ailleurs… Même mes parents et mes frères et sœurs devaient s’en méfier… Résultat, le paternel ne pouvant plus supporter la chose m’avait menacé directement de le tuer de ses propres mains si je ne le récupérait pas. Ce chien ne m’avait rien fait… Alors j’avais finit par faire un détour par Central pour récupérer la bête avant de prendre route pour le sud.

Un éclat de voix me fit relever la tête. Devant moi se tenait à présent la jeune fille, qui arborait un magnifique sourire vainqueur, alors qu’elle brandissait fièrement les papiers tant attendu. Je les reconnu assez rapidement d’ailleurs, ce tampon, cette position des mots…

- Je vous en rem…

J’avais commencé à lever la main pour récupérer les bouts de papiers lorsque finalement un truc… Identifié comme un être humanoïde à part entière se jeta entre elle et moi, arrachant papier et sac pour finalement fuir à vive allure… La réaction ne se fit pas attendre… Assez interloqué qu’un abrutie puisse avoir eu l’idée de venir ME bousculer, et voler les gens qui se trouvaient devant MOI, je ne put arrêter l’élan du Doberman. Le voleur ayant faillit le renverser d’ailleurs, avait réussi à mettre le chien en mode « tank ». Il avait bondit d’un seul coup, aboyant furieusement et grognant toute la haine dont il était capable, et la puissance qu’il y mit m’obligea à lâcher la laisse, si je ne voulais pas me retrouver au sol… Au même instant, le jeune homme c’était retourné sur Yin, afin de lui demander de rester la, et partie en même temps… Mouai… Je resta muet durant quelques secondes, gardant un calme assez étrange pour une tel situation… M’enfin, ce n’est pas comme-ci il fallait fouetter un chat.

- J’espère pour lui que la muselière est encore en bon état…

Le regard lointain, j’observais donc le petit groupe s’éloigner, avant de pousser un soupir bien audible… J’allais devoir me bouger, quel poisse.

Je n’attendis pas de réponse de la part de l’étrangère, et prit rapidement la course. Il fallait bien que je rattrape mon chien, et surtout que je coince cet enflure qui avait osé commettre un crime en MA présence. A East City, jamais personne n’auraient osé me faire un tel affront è_é. Ils allaient entendre parler de moi dis donc… Il n’y avait plus qu’a espérer que je puisse le rattraper. Dans un geste rapide, j’avais attrapé trois couteaux se trouvant dans ma veste, histoire d’être prêt à les utiliser… Le pire c’est que cet abruti utiliser des rues que je ne connaissais pas… Et bien, Norbert avait intérêt à retrouver la route après sinon, il allait entendre parler de moi è_é. Stupide chien… Un couinement retenti au milieu des aboiements… Pas de doute possible, il avait sûrement croisé un rat -_-… Enfin, d’un œil avertie j’avais put rapidement repérer mon camarade de charge, qui avait finalement décidé de passer par les toits. Bon, d’ici quelques minutes je devrais finir par tomber sur notre proie. Un chien sa cour vite. Norbert n’était pas du genre à lâcher prise et faisait tout de même peur mine de rien.
Ma course finit par me mener directement dans une ruelle qui m’était totalement inconnue… AU milieu de celle-ci, un type était allongé, grimaçant devant l’air franchement menaçant du chien qui avait mit ses deux pattes avant sur son torse, grondant des menaces canines. D’ailleurs, je put constater que Norbert bavait, à défaut de pouvoir mordre… Irk… J’aimerais franchement pas être à sa place ._. … Je stoppa donc ma course, rangeant rapidement mes armes à leur place. Pas la peine de les utiliser pour ça maintenant… Un léger sourire aux lèvres, je m’approcha doucement, n’ayant pas spécialement envie de récupérer Norbert directement. Haaa quand je disais que je n’étais pas Tortionnaire… finalement c’était un petit mensonge <3.

- Je vous félicites. Vous avez tenue plus longtemps que sa dernière prise.

Enfin, maintenant, fallait quand même tenir le chien, si les deux propriétaire de ses affaire voulait les reprendre. Je reprit donc possession de la laisse et tira pour forcer la bête de lâcher prise. Pour finir par maintenir le type au sol, en venant poser le pied gauche sur son torse…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yin Li-Huang
25è princesse Héritière de l'Empire Xing
Modo rp et fiche

avatar

Féminin
Lion Singe
Messages : 26
Age : 25
Rang dans le RP : Princesse-Lune | 25è princesse Héritière de l'Empire Xing | Elixirologue | Yuè-Hime-Sama | Amie d'enfance de Sai Xin-Yao, son gardien
Rang spécial Hrp : Princesse | Future Femme et Reine de Roy Mustang | Impératrice autoproclamée des coeurs et du monde |

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Elixirologue (spécialisée en médecine) | Manipulation des éventails de combat (Tessens)

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Jeu 29 Avr - 18:56

Alors qu'elle souriait au colonel, lui tendant les papiers qu'il avait demandé à voir, on pouvait lire sur le visage de la Princesse une once de soulagement après l'air légèrement soucieux qu'elle avait arboré pendant qu'elle cherchait les « titres de séjour ». Mais bon, maintenant qu'elle avait mis la main sur ces formalités administratives qu'elle trouvait futiles et inutiles, son visage était devenu rayonnant et et éblouissant. Fièrement, elle avait tendu au militaire en congé ce qu'il avait réclamé d'eux, et après avoir rapidement jeter un œil à Sai, Yin pu remarquer le sourire légers de celui ci. Ouf, elle avait bien agit, malgré sa précipitation ! Encore un poids d'envolé ... Néanmoins, ce n'était pas parce que le protecteur souriait de la sorte à la jeune fille qu'il allait pouvoir échapper à son courroux pour avoir osé l'appeler « princesse » ... Comme elle se l'était déjà dit intérieurement, il ne gagnait rien pour attendre celui là. Elle se contenta donc de lui sourire, de ce genre de sourire qui n'existait chez la jeune demoiselle que pour Sai (Réservés !), avant de reporter son attention à l'homme aux yeux rouges, qui s'était mis à parler ...

- Je vous en rem…

Le colonel Elberich n'eut pas le temps de terminer sa phrase, car s'enchaina soudainement. Hei s'était mis à miauler fortement et à feuler. Mais contrairement à d'habitude, où il le faisait pour se faire remarquer et chouchouter par sa maîtresse, cette fois ci, c'était comme pour avertir Yin d'un danger qui s'approchait. La jeune princesse le compris bien assez vite, mais tout de même trop tard. A peine eut elle le temps de tourner la tête, qu'un individu habillé de sombres vêtements s'insinua entre elle et le colonel, arrachant de ses mains non seulement ses précieux « titres de séjour » qu'elle avait mis tant de temps à retrouver, mais en plus, il emporta son petit sac, qui contenait l'argent qu'elle avait reçu de sa famille ! Restant figée sur place, trop surprise pour réagir, elle ne fit que suivre du regard l'homme, qui, une fois son butin en main, s'éloigna en courant, disparaissant de son champ de vision. Il fallu quelques secondes à Yin pour que ses idées se remettent en place et qu'elle comprenne ce qu'il venait de se passer. On venait de lui voler ses affaires ! On venait de voler la princesse qu'elle était ! Une enfant de sang impérial ! L'indignation et la colère la gagnèrent assez rapidement, sans compter la frustration de ne pas avoir su réagir au quart de tour, chose que fit Sai, bien entendu ! Ah, Sai ...

- Princesse, restez-ici.

Alors qu'il s'éloignait lui aussi, partant à la poursuite du mécréant, Yin resta encore un instant complètement qoi, comme figée par le temps. Il lui fallu un petit instant encore pour comprendre les paroles de Sai, qui soudainement la firent réagir. Qu'avait il dit ? Qu'il fallait qu'elle reste ici ? Attendre que ça passe, ne rien faire ! Non mais pour qui la prenait il ? Elle pouvait paraître faible et fragile comme ça, mais il ne fallait pas croire qu'elle n'était pas capable de se défendre et de montrer à ce malfrat, qui avait osé lui dérober ses biens, ce qu'il en coutait de faire un tel geste envers une princesse de sang. Elle allait faire voir à ce maudit voleur ce que c'était que de mettre une princesse en colère ! Voulant répondre à son ami, elle n'en eut pas le temps, celui ci disparaissant rapidement, suivi de très près par le chien du militaire, que celui ci avait lâché, sous peine d'être déséquilibré, tellement l'animal tirait de toutes ses forces, désireux de poursuivre celui qui avait bousculé son maître.

- J’espère pour lui que la muselière est encore en bon état…

Surprise, Yin se tourna vers la seule personne qui restait à ses côtés, le colonel Elberich. Il venait de parler à voix haute, mais, en réalité, il avait juste exprimé une de ses pensées tout haut. Soupirant, il se mis en mouvement, s'éloignant doucement de la jeune fille au début, pour accélérer de plus en plus, jusqu'à atteindre un état de course. Alors comme ça, ils partaient tous à la poursuite du voleur, et elle, elle devait rester derrière à attendre que ça se passe ? Non mais où était passé la courtoisie là dedans ? Et la formule « Les dames d'abord », l'avaient ils oublié ? L'avaient ils seulement apprise un jour ? Que des bougres ! Si elle en avait le temps, elle leur referai leur éducation à ces rustres ! Sai venait tout juste d'alourdir sa peine ! La torture allait être pénible pour lui, au plus grand bonheur de la princesse, qui se réjouissait d'avance de tous ce qu'elle allait bien pouvoir lui faire voir ♥. Bien décidée donc à poursuivre elle aussi le malfaiteur, elle se retourna vers la cage de Hei, qui s'était remis à miauler. Elle devait se depecher, et n'avait pas de temps à perdre. Néanmoins, elle ne pouvait pas laisser son animal adoré ici, seul et à la merci de tous ! Pauvre bête sans défense, cela serait indigne d'une princesse de partir sans lui. Pourtant, porter la cage la ralentirait, et dans sa course, et dans ses mouvements, au cas ou elle aurait à se défendre. Soupirant, elle n'avait pas d'autres choix. Elle ouvrit la cage, libérant le félin, avant de se retourner, s'avança vers le lieux ou s'était dirigé les deux hommes. Là, d'une voix douce, mais pleine d'une autorité que beaucoup auraient du mal à contester, elle s'adressa à Hei :

« Hei ! Monte ! »

L'animal compris de suite l'ordre. Il s'avança rapidement vers sa maitresse, faisant tinter la petite clochette qui pendait à son cou, et sauta que l'épaule de Yin, s'accrochant tant bien que mal, en essayant de ne pas faire du mal à la princesse. Une fois le chat perché sur ses épaules, Yin se mis en marche, presque au pas de course. Il lui fallu un moment pour retrouver Sai et le Colonel, et l'aide de Hei lui fut précieuse, car l'odorat du chat était habitué à trouver le compagnon de Yin, certainement s'en servait il pour le dénicher et savoir s'il ne tentait rien envers la princesse ! (Quelle saleté ce chat !). Ainsi, elle les retrouva dans une petite ruelle, entourant le voleur, qui était à terre, le chien du Colonel au dessus de lui. Son visage était plein de la bave de l'animal, et c'était là un spectacle peu ragoutant à voir. Pourtant, le visage de la princesse se rembrunit. Ce malfrat était devant ses yeux, et elle n'allait pas le laisser filer si facilement, surtout qu'il était dans une posture de faiblesse et d'impuissance totale !

- Je vous félicites. Vous avez tenue plus longtemps que sa dernière prise.

Le colonel était aux cotés du malfrat, et après avoir ironisé auprès de celui ci, il récupéra la laisse de son chien, le faisait descendre de l'homme. Ensuite, il posa son pied gauche sur le torse de l'inconnu, histoire que celui ci ne bouge pas. D'un pas franc, et sans prêter attention à Sai qui était là, Yin s'approcha du malfaiteur, déterminée à lui faire passer un sale quart d'heure ! Maintenant qu'il l'avait énervée, elle était telle une furie réclamant vengeance. Hei quitta son épaule, sautant au sol, peu désireux d'assister à un éclat de voix. A la place, il se dirigea vers Sai, s'asseyant devant lui et le fixant droit dans les yeux de son regard mesquin aux pupilles fendues. Qu'essayait il de faire ? Empêcher Sai d'intervenir ? Ou juste le narguer, comme souvent ? Allez savoir. Quoi qu'il en était, Yin, une fois face à son voleur, lui montra un visage de colère, au regard assassin et sombre. Autant la jeune princesse, par son sourire et son physique innocent pouvait réchauffer les cœurs facilement, autant, lorsqu'elle était en colère, elle pouvait évoquer la peur et la crainte dans l'esprit des autres. Ses colères n'étaient pas dévastatrices, non, pas vraiment, mais elles étaient du genre que l'on n'oublie pas de toute une vie et que l'on préfère éviter ...

Se plaçant donc à côté du voleur, elle le surplomba de toute sa prestance de noble, une lueur de supériorité dans le regard. A cet instant, ce n'était plus une gentille princesse, mais une terrible despote.

« Alors comme ça, ça vous amuse de voler les personnes dans la rue ? Et bien ça ne risque plus de vous amuser bien longtemps ! Vous avez commis le méfait de trop en me prenant pour cible ... Et maintenant, il va falloir, non seulement me rendre mes biens, mais aussi payer votre crime ! »

Ses yeux lançaient ses éclairs, mais ses paroles avaient été maitrisées, presque douces. Néanmoins, on pouvait y ressentir la dureté et la fermeté inébranlable de la princesse, et malgré leur douceur, ses mots n'en étaient que plus menaçants et terrifiants ...

_________________


Yin Li-Huang

A reçu une Rose de Robert Break
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sai Xin-Yao
Garde du corps Xingnois
Modérateur fiche

avatar

Masculin
Gémeaux Singe
Messages : 23
Age : 25
Rang dans le RP : Garde du corps et ami d'enfance de la Princesse-Lune : Yin

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Corps à corps, excelle au maniement de sabre et lancer de couteaux

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Jeu 29 Avr - 20:10

Poursuivant donc le voleur qui était probablement tombé sur les plus mauvaises personnes qu'on pouvait voler, Sai sautait de toit en toit, espérant le retrouver rapidement. Il était évident que plus la poursuite se poursuivrait, plus il aurait moins de chance de retrouver ce voleur. Il fallait donc être rapide et efficace. Tandis que Sai semblait courir sur les toits pour rattraper ce fameux bandits de seconde zone, le chien du colonel Elberich semblait aussi se mêler à la chasse. Intéressant, un chien poursuivant un voleur. Sai l'observait du coin de l'œil pensant qu'il trouverait probablement plus rapidement leur cible. Ainsi, le xingnois remarqua aussi leur interlocuteur courir après son chien. Probablement pour le rattraper et empêcher qu'un homme soit retrouvé mort, déchiqueté, dans la rue. Poursuivant sa course, Sai fut surpris de la rapidité à laquelle le voleur fut rattrapé par ce chien de militaire. Rattrapé dans une petite ruelle, le voleur servit de tapis et de bavoir au chien du colonel. Allant donc à sa rencontre, Sai pu voir le militaire arrivé rapidement et s'occuper de l'homme recouvert d'une bave gluante et répugnante.

Quittant les toits, Sai rejoignit le colonel Elberich et attendit patiemment qu'il s'occupe de récupérer son chien. Alors qu'il allait s'occuper de récupérer les titres de séjours et le sac de la princesse, Sai eut la surprise de voir celle-ci arrivé en courant avec ce stupide chat sur son épaule. Surpris de la voir ainsi alors qu'il lui avait pourtant demandé de l'attendre, Sai pensa lui demander pourquoi elle ne l'avait pas écouter. Il se retint lorsqu'il aperçu la fureur qui brulait dans ses yeux. Elle semblait vraiment en colère. Même s'il pouvait la comprendre, il se demandait ce qui la mettait réellement dans cet état. Elle devait s'être attendu à être victime de vol à l'arraché ou de vol pur et dur venant de marchand ou autre, c'était presque normal pour des touristes, surtout pour un pays comme Amestris qui devait être rempli de voleur en tout genre. Enfin, ce n'était pas le moment de se demander pourquoi elle était ainsi, il fallait plutôt l'arrêter avant qu'elle ne commette un meurtre. Lorsqu'elle se rapprocha du voleur en question, maintenu à terre par le pieds du colonel, Sai remarqua que son chat venait s'asseoir devant lui, l'observant de ses yeux noirs. Qu'est-ce que voulait se chat ? Le narguer ? L'agresser encore une fois puisqu'il était enfin dehors ? Franchement, quelles idées pouvaient passer dans la tête de ce chat ? Soupirant, Sai l'ignora superbement en portant son regard sur les agissements de la princesse.

La princesse se pencha simplement au dessus du voleur et finit par lancer quelques phrases bien senties. Bon, il était vrai que c'était l'évidence même, mais Yin avait pensé bon de lui rappeler qu'à présent, il devait rendre ce qu'il avait volé et le sac à dos. Décidant d'intervenir malgré tout, avant que ça n'aille plus loin, le protecteur xingnois enjamba Hei et se dirigera vers la princesse. Lui posa une main sur l'épaule, il finit par lui dire d'une voix calme et rassurante :


Ne t'énerve pas autant, il n'en vaux pas la peine.

Sur le coup, Sai avait jugé bon de la tutoyer pour lui faire comprendre qu'il lui parlait en tant qu'ami et non en tant que protecteur. Enfin, c'était ce que son inconscient avait fait, puisque sa phrase était sortie telle quelle. Regardant rapidement le voleur en question, qui n'avait pas osé bouger, mise à part pour se dégluer un peu, Sai se mit à chercher le sac à dos et les titres de séjour. Les remarquant du premier coup d'œil, il se pencha pour les ramasser. Une fois ceci fait, il se contenta de tendre le sac à dos et les titres de séjours à Yin en lui souriant. Une fois qu'elle récupéra ses affaires, Sai se tourna vers le militaire et observa un moment le chien qui avait rapidement rattrapé le voleur en question. Souriant un peu plus, il finit par dire d'un ton tout aussi amical qu'à l'accoutumée :


C'est un bon chien de chasse que vous avez. Combien de voleur comme lui a-t-il rattrapé ?

Montrant brièvement le voleur qui n'avait toujours pas bouger, Sai avait posé cette question pour laisser à Yin le temps de vérifier si rien ne lui manquait et pour, tout simplement, se remettre de cette course brève mais éprouvante qu'elle avait dut subir. Exagérait-il en pensant ainsi ? Probablement, mais après tout, il n'était pas son garde du corps pour rien.

_________________



À reçu une rose de Yin ♥
Sai's Thème ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Dieter Elberich
Colonel
Administrateur

avatar

Féminin
Gémeaux Dragon
Messages : 33
Age : 29
Rang dans le RP : Colonel de south city
Rang spécial Hrp : Mister propre of the forum

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Pas de pouvoir, mais possède une bonne précision au lancé d'objet divers (tranchant en général) et au corps à corps.

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Jeu 29 Avr - 22:58

Décidément… Norbert ne semblait pas vouloir se calmer, laissant ses grognement sinistre continuer d’emplir l’atmosphère. C’est qu’il tirait vraiment le bougre, et l’envie de venir lui planter les crocs dans la jugulaire ne devait pas être lointaine. Un regard dur lui fit comprendre qu’il avait intérêt à se tenir à carreau, et le chien posa ses fasses sur le sol rapidement, bien qu’il ne c’était pas arrêter de grogner. Lorsque je redressa la tête, ce fut pour voir la demoiselle approcher. Elle avait libéré son chat, et le félin avait reprit place sur le bitume, laissant sa maîtresse approcher… C’était dingue comme elle pouvait avoir un air si royal… Mon regard rouge ne la quitta pas une seule seconde. Elle dégageait quelque chose qui forçait pas mal de monde au respect. Un truc qui ne m’était nullement inconnu, avec tout ces gens que j’avais fréquenté autrefois… Peut-être que finalement, ce garçon l’avait appelé par son véritable titre ? Serais-ce vraiment une princesse ?… Je senti une pression au niveau de la laisse. Norbert c’était relevé, fixant la demoiselle avec un air mauvais. Mais contrairement à mes craintes, il resta sur place, la laissant approcher un peu plus, afin de sûrement, déverser sa fureur.

Lorsqu’elle prit la parole, ce fut un étrange ressentiment qui me parcourut. Si jeune et pourtant… Je veux bien admettre qu’arrivé à un âge on pouvait avoir un caractère bien plus trempé, mais quand même pas à ce point ?… Bon d’accord, j’abdique. Je devais pas être mieux de mon coté, surtout lorsque je me suis retrouvé sous les ordres de la Lieutenant Général d’aujourd’hui. Enfin, un léger sourire amusé c’était fixé sur mon visage. Voir un Voleur se faire traiter de la sorte était plutôt un merveilleux spectacle en soit… Surtout lorsque l’on savait que ce genre de truc, s’en prenait facilement aux voyageurs qui semblaient particulièrement perdu. De la fripouille, qui pullulait dans les grandes villes, et particulièrement à Central. Voila pourquoi je n’avait pas spécialement voulu prendre poste la bas, en plus que ce soit si prêt de ce cher père… Ma main droite me faisait encore souffrir aujourd’hui d’ailleurs. Non ce n’était pas une souffrance physique, mais plutôt moral. Allez-y, vous faire tatouer à la barbare alors que vous n’aviez même pas terminé de grandir…
Le jeune homme c’était finalement approché, semblant vouloir calmer sa compagne. Lui restait d’un calme assez appréciable, mais bon… Les laissant faire pour le moment, je me contenta de laisser glisser la laisse le long de mon bras, histoire de pouvoir remettre convenablement les gans. D’un œil discret, j’observa cependant le garçon, ramasser les affaires histoire de les rendre à sa propriétaire… Heu… Tiens ? Il venait de la tutoyer… Quel étrange duo :/…

Puis l’étranger finit par s’adresser à moi, en arborant un sourire, et en prenant un ton amical. Il complimenta donc Norbert, avant de demander combien de voleur il avait put déjà attraper… Hm… Pour ainsi dire, c’était son troisième… Enfin, si on peut dire ainsi… Le premier ayant été mon cher paternel, et le deuxième… Hm… le facteur…

- C’est un chien dressé pour le gardiennage, mais qui a attrapé quelque mauvaise habitude. Disons simplement que c’est son premier. Du moins en pleine rue.

Je finit donc de remettre mes gans, et récupéra la laisse. D’un regard rapide autour de nous, je tenta de me repérer… On était où la ?… Hahaha… Génial, me voici donc perdu dans l’un des coins qui m’était totalement inconnue. Mon séjour dans cette ville poussiéreuse allait véritablement être réjouissante.

- Vous êtes surprenant de votre coté. Ce n’est pas la première fois que je vois quelqu’un bouger avec autant de facilité, mais votre style est bien saisissant.

Et j’étais sincère, même si mon visage gardait toujours ce coté étrange qui laissait les autres plutôt sceptique quand à ce que je pensais réellement. Je finit par tourner le regard sur la voyageuse…

- Vous devriez ranger vos documents, je ne vais plus vous embêter avec ceci. J’en ai vue suffisamment. D’où venez-vous ? Par simple curiosité…

Ho bien sûr que oui j’avais l’intention de savoir. Cet accent… Je voulait véritablement mettre un nom de pays la dessus. Qui sait, ça pouvait peut-être me servir pour plus tard, et au moins, j’aurais quelque chose en plus par rapport à mon stupide paternel, qui soutenait que la connaissance des autres pays n’était pas nécessaire en soit…. Enfin, avec cette question, peut-être que je parviendrais à en apprendre plus…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yin Li-Huang
25è princesse Héritière de l'Empire Xing
Modo rp et fiche

avatar

Féminin
Lion Singe
Messages : 26
Age : 25
Rang dans le RP : Princesse-Lune | 25è princesse Héritière de l'Empire Xing | Elixirologue | Yuè-Hime-Sama | Amie d'enfance de Sai Xin-Yao, son gardien
Rang spécial Hrp : Princesse | Future Femme et Reine de Roy Mustang | Impératrice autoproclamée des coeurs et du monde |

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Elixirologue (spécialisée en médecine) | Manipulation des éventails de combat (Tessens)

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Sam 1 Mai - 15:52

« Alors comme ça, ça vous amuse de voler les personnes dans la rue ? Et bien ça ne risque plus de vous amuser bien longtemps ! Vous avez commis le méfait de trop en me prenant pour cible ... Et maintenant, il va falloir, non seulement me rendre mes biens, mais aussi payer votre crime ! »

Yin n'était pas de nature intolérante, ni même méprisante. Bien au contraire, beaucoup la considéraient comme altruiste et compréhensive, dont la charité était sans limite. Néanmoins, la princesse, et comme tout le monde, détestait certaines choses, certains actes, qui avaient le don de la mettre hors d'elle même. Le vol en faisait partie, tout comme le crime volontaire ou l'abus des faibles. En tant que princesse, elle avait appris que le peuple, pour être heureux, devait vivre loin de la criminalité, dans l'abondance et la liesse. Or, le genre d'individu, comme celui qu'elle avait devant les yeux, allait à l'encontre d'une société durable et d'une population heureuse. C'était le profil typique de personne envers qui elle n'avait aucune pitié, aucune patience et aucune réceptivité. De plus, et il fallait tout de même l'avouer, il avait un peu blessé la jeune princesse dans son orgueil, alors qu'elle avait baissé sa garde dans un pays qu'elle savait pourtant potentiellement dangereux. Certes, il n'avait fait que la voler, mais tout de même ! Il avait cru gagner de l'argent, mais il venait juste de trouver une terrible furie. Elle avait pensé à plusieurs châtiments, plus cruels les uns que les autres, et que l'on pratiquait à Xing dans les temps anciens. Des tortures insupportables pour apprendre aux voleurs ce qu'il en coutait de violer les lois. Bien sur, ces idées de la princesse resterait au stade d'idées, car jamais elle ne serait capable de mettre à l'œuvre tant de cruautés et de souffrances. Elle était juste sous l'effet de la colère, et cela arrive a tout le monde de penser ainsi sous l'influence d'un tel sentiment.

Ne t'énerve pas autant, il n'en vaux pas la peine.

Une phrase, une main sur son épaule. Voilà ce qui calma Yin définitivement. Elle n'avait pas vu Sai enjamber Hei, qui l'avait suivi de près, et arriver à ses côtés pour apaiser la princesse, dont il avait sans doute compris le niveau élevé d'énervement. Il l'avait tutoyé, comme lorsqu'ils étaient seuls, comme autrefois quand ils jouaient ensembles sous les cerisiers, comme avant qu'il ne devienne son « protecteur » et qu'il se soit alors mis à la vouvoyer et à la considérer avec les honneurs, aussi bêtement qu'un toutou dressé. Yin aimait ces moments là, où enfin, Sai laissait tomber ce masque qu'il se forçait à porter et où il redevenait l'ami indispensable de la princesse. Vous comprenez bien alors, que l'effet combiné de ce tutoiement et de cette main posée sur son épaule fut immédiat sur elle. L'éclat de colère dans ses prunelles grenat disparu instantanément, laissant place à un regard normal. Sa posture dominante, noble, s'estompa un peu, ressemblant maintenant plus à celui d'une jeune fille aux manières douces et gracieuses. La tension qui se dégageait d'elle s'évanouit d'un coup, et un légers sourire, très fin, naquit sur son beau visage pâle. Décidément, Sai avait une bien forte emprise sur elle, mais que voulez vous, il l'a connaissait tellement bien, qu'il ne pouvait en être autrement.

Une fois calmée, Sai se dirigea vers le voleur, récupérant les affaires de Yin, avant de les lui rendre. La princesse le gratifia d'un légers merci, avant qu'il ne s'en aille vers le militaire. Il observa un instant le chien, avant de se lancer dans une discution à son propos avec le dit Hans.

C'est un bon chien de chasse que vous avez. Combien de voleur comme lui a-t-il rattrapé ?

Yin n'écouta ne fit pas vraiment attention à leur entre-vu. Elle préfère vérifier dans son petit sac si rien ne manquait. Elle ouvrit donc le conteneur, fouillant à l'intérieur. Sa bourse d'argent n'avait pas disparu, c'était déjà un grand soulagement, car elle n'aurait pas su quoi faire sans le moindre sous pour survivre ici. Ses « titres de séjour » étaient là, puisqu'elle les tenait en main, Sai les lui ayant rendu en même temps que le sac. Fouillant encore, elle tomba sur la liste de contacts de sa famille en Amestris. Ça aussi, elle aurait été peinée de le perdre. Car c'était là un ensemble de nom de personne qui pourraient éventuellement l'aider ou lui servir d'intermédiaire entre elle et son clan en cas de nécessite ou de dangers. Enfin, toutes les autres affaires contenues originellement dans son sac étaient belles et bien présentes. Rassurée, elle le referma, avant de le replacer dans son dos. Puis, un miaulement l'interpella, ainsi qu'une sensation au niveau des jambes. Hei était à ses pieds, et se frottait contre sa maitresse, passant entre les pieds de celle ci. Ah, ce chat, toujours a réclamer des caresses et de l'attention ! Souriant, elle s'adressa à lui :

« Toi aussi, mon petit Hei, tu veux réconforter ta maitresse ! Brave chat ! »

- Vous devriez ranger vos documents, je ne vais plus vous embêter avec ceci. J’en ai vue suffisamment. D’où venez-vous ? Par simple curiosité…

Yin, leva le regard vers le colonel qui désormais, s'adressait à elle. Elle lui sourit, aimablement, à la fois pour le remercier, mais aussi pour signaler qu'elle allait le faire. Elle rangea donc sans un mot les deux papiers tamponnés dans son sac, les mettant dans un endroit du conteneur où il serait facile de remettre la main dessus, au cas où ils croiseraient un autre militaire désirant les consulter. Elle laissa à Sai le soin de répondre au militaire quand à l'endroit d'où ils venaient. Elle n'avait guère envie de parler de Xing et de sa terre natale, son cœur étant encore trop rempli de la douleur de la séparation avec sa famille et de la nostalgie de son enfance là bas. Alors, pendant que son compagnon expliquait tout cela au colonel, Yin chercha un moyen d'en entendre le moins possible, s'occupant de Hei, qui miauler toujours son désir d'attention. Souriant, la jeune princesse se retourna vers le chat noir, s'accroupissant pour le prendre dans ses bras. Déjà, le félin ronronnait avant même que Yin ne le saisisse. Mais, la princesse n'était pas au bout de ses surprises avec le voleur.

Le colonel Elberich, occupé à discuter avec Sai, avait du perdre un peu de son attention envers le voleur, du moins, juste assez pour permettre à celui ci de s'extirper de l'entrave du pied du militaire, se redresser rapidement, se retrouvant sur ses deux pieds, et brandir d'on ne savait où un long couteau à la lame éclatante. Très vite, avant même que les deux hommes qui discutaient n'eurent le temps de réagir, le criminel bondit sur Yin, la saisissant et positionnant son couteau sous la gorge de la princesse. Hei miaula méchamment, feulant et crachant sa haine contre l'homme qui osait s'en prendre à sa maitresse. Yin elle, bien que surprise et un peu déboussolée, compris bien vite la situation ...

« Maintenant, z'allez m'écouter ou j'la saigne ! »

Les menaces de l'homme semblaient sincères et sa voix montrait qu'il n'hésiterait pas à les mettre à exécution. Malheureusement pour lui, il n'avait décidément rien appris de sa mésaventure d'aujourd'hui, et n'avait pas du comprendre les paroles précédentes de Yin. S'en prendre à des Xingnois était la dernière chose à faire pour des voleurs. L'éclat de colère et de haine réapparu dans le regard grenat de la princesse. Cela faisait deux fois en quelques minutes que ce malfrat s'en prenait à elle par surprise ! Et elle était bien décidée à ce que cela n'arrive pas une troisième fois. Jetant un regard vers son chat noir dont la queue et le pelage étaient hérissés sur son dos, et dont les oreilles étaient en arrière, elle n'eut besoin que d'un seul mot pour qu'il la comprenne.

« HEI ! »

Le chat, sans hésitation bondit au visage de l'inconnu, miaulant de manière aigüe et sauvagement. Ce dernier, lâcha alors prise, libérant la princesse, dont le visage laissait maintenant exprimer la peur qu'elle avait canalisé jusque là.

_________________


Yin Li-Huang

A reçu une Rose de Robert Break
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sai Xin-Yao
Garde du corps Xingnois
Modérateur fiche

avatar

Masculin
Gémeaux Singe
Messages : 23
Age : 25
Rang dans le RP : Garde du corps et ami d'enfance de la Princesse-Lune : Yin

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Corps à corps, excelle au maniement de sabre et lancer de couteaux

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Sam 1 Mai - 18:36

Sa question posée, Sai avait simplement attendu que le colonel lui réponde. Ce qui ne tarda pas. Apparemment, ce n'était pas un chien de chasse mais un chien de gardiennage. Un légère nuance sur l'objectif premier du canidé. En effet, un chien de passe était porté sur l'attaque, un chien de gardiennage était porté sur la défense, ou du moins, la contre-attaque. Enfin, ce n'était pas très important. Même si ce n'était que sa première victime, il semblait apte à continuer sur cette lancée, pour le plus grand déplaisir des voleurs ou criminels du pays ou plutôt, de la ville. Retournant le compliment, le militaire complimenta la prestance du garde xingnois et ce même si ce n'était pas la première fois qu'il voyait ça. Il serait probablement intéressant de savoir où et quand il avait vu une autre personne faire ainsi. Peut-être que cela serait une information supplémentaire pour Sai qui rangerait cette personne dans la catégorie "à éviter" ou "à faire attention". Enchainant rapidement, le militaire conseilla à la princesse de ranger les titres de séjours avant de demander d'où ils venaient. Là était toute la question. Sai devait-il répondre franchement ou devait-il donner un semblant de réponse ? Il savait que Yin ne répondrait pas, la cicatrice était encore grande ouverte et chaque sujet se rapprochant de leur pays natal lui valait des coups de couteau en plein cœur. Réfléchissant donc rapidement, le protecteur de la famille Li-Huang finit par dire d'une voix toujours aussi égale qu'aux précédentes fois :

Nous venons de l'est, par delà le désert.

Il avait finalement opté pour une moitié de réponse, ou du moins, pour une raison plus ou moins vaste. Après tout, il n'y avait probablement pas que Xing à l'est d'Amestris. Sai ne voulait pas cacher la vérité au militaire, après tout, quelle différence cela ferait s'ils venaient de Xing ? Les deux pays n'étaient pas en guerre et ce colonel ne semblait pas être quelqu'un réagissant en fonction des origines de chacun. Enfin, cela importait peu, il y avait même plus grave. Pendant que les deux hommes discutaient entre eux, le voleur avait profité de l'inattention des deux pour se relever, sortir un couteau et prendre Yin en otage. Déblatérant une menace exécrable bien que sincère, il semblait croire qu'ils allaient laisser le faire. Ne bougeant pas, Sai remarqua bien rapidement que ce stupide voleur avait oublier ce chat écervelé. Ce dernier semblait quelque peu hérité face à cette prise d'otage. Feulant comme tout, il n'attendait qu'un mot de la part de la princesse. Et, sans plus tarder ce mot arriva. Au simple son de sa voix, Hei bondit au visage du voleur qui ne put que libéré son otage sous l'effet de surprise et, très probablement, de douleur.

En attendant ce moment, Sai était resté parfaitement immobile, prêt à réagir au quart de tour. Et justement, il fallait agir maintenant. S'élançant sans perdre la moindre seconde, il s'interposa entre ce voleur et la princesse pour finir par lui assener un coup de coude dans l'estomac et lui attraper le poignet pour le tordre sans retenu, lui faisant lâcher son couteau. Maintenant sa pression, Sai laissait Hei s'acharner sur le visage de cet infâme voleur. Ne bronchant pas plus que nécessaire, le protecteur se tourna néanmoins vers la princesse pour lui demander d'une voix laissant entrevoir sa légère inquiétude :


Tout va bien ?

Tournant un peu plus le poignet de la vermine qu'il maintenant en place, Il regarda ensuite le colonel avant de lui dire simplement :

Je pense qu'il serait temps de le ramener en prison non ?

Une question quelque peu stupide, mais qu'il fallait poser, après tout, ce colonel avait lui-même précisé qu'il était en repos. Peut-être, dans un élan de flemmardise ne ferait-il rien ou laisserait faire les deux voyageurs. C'était une idée un peu stupide et improbable, mais surement pas impossible, après tout, Amestris était remplis de bien des gens pas toujours correct et consciencieux. Enfin, cet Elberich ne semblait pas de ce type là. Même si cela semblait ne pas l'enchanter, il le ferait car c'était son devoir, voila comment Sai l'avait vu dès les premiers instants. Il ne restait plus qu'à espérer que mettre un voleur doublé d'un preneur d'otage ne soit pas un travail trop lourd pour lui. Dans le cas contraire ... Les deux xingnois n'auraient plus qu'à emmener lui-même ce voyou à l'armée, une chose peu agréable à faire, surtout lorsqu'on ne venait pas pour jouer les justiciers ...




[ horriblement "court", je me rattraperais plus tard ]

_________________



À reçu une rose de Yin ♥
Sai's Thème ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Dieter Elberich
Colonel
Administrateur

avatar

Féminin
Gémeaux Dragon
Messages : 33
Age : 29
Rang dans le RP : Colonel de south city
Rang spécial Hrp : Mister propre of the forum

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Pas de pouvoir, mais possède une bonne précision au lancé d'objet divers (tranchant en général) et au corps à corps.

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Sam 1 Mai - 20:07

Alors comme ça, il venait de l’Est ? … ça veut dire que… ôo… Eux ? Ils avaient donc traversé le Désert en venant de Xing ?… Ba oui, qu’est-ce que vous croyez, je suis nul en accent, mais je connaissais quand même ma géographie. Et jusqu’à preuve du contraire, dans l’est, Il y avait le Désert et Xing. Et je doutais vraiment que ces deux la venait de Lior. Non seulement ils n’en avaient pas l’accent, mais en plus, ils n’auraient jamais put mettre la main sur des papiers pareils. M’enfin… j’étais quand même déçu que l’homme ne m’en dise pas plus. A croire que j’étais un sale type qui bavait à tout le monde ce que l’on me disais D:… Bon d’accord, on se connaissait que depuis quelques minutes mais bon. Mais moi, je m’étais présenté, j’avais donné mon nom et mon rang sans même rechigner D: … okay, j’arrête.
Par contre, ça me titillait un peu plus la curiosité, de voir que c’était lui qui avait répondu et non elle… Que cachait-il bien ? Pourquoi de tel réaction ? Coutume du pays ?… Bref, ce n’était pas spécialement important. En faites, le plus important ce fut ce voleur. Alors que j’étais plongé dans mes pensés, et mes envies de rien faire, il en profita pour me déséquilibrer et attraper la jeune femme pour la menacer directement d’un couteau qu’il avait sortie de nulle part… Quoi que… Non, je n’avais pas de lame si grande. C’était bien trop de boulot, et pas spécialement facile à utiliser.

Je dût resserrer ma poigne sur la laisse, alors que le chien avait décidé de repartir à l’assaut, aboyant furieusement. Un coup sec sur la laisse lui fit comprendre que je n’étais pas spécialement d’humeur à essayer de contenir son sale caractère… Et le chien recula rapidement, posant son arrière train sur le sol en se faisant assez petit. S’en était trop, ce type commençait réellement à me courir ! Alors comme ça il voulait qu’on l’écoute ? Et si il allait dire ce qu’il avait à dire dans les Bureau du QG ? Je suis certain que la Général de division de cette ville allait être ravis d’avoir un type pareil dans sa prison. Après tout, vu la réputation qu’elle avait… Je m’étonnais d’ailleurs de voir encore un spécimen de ce type vaquer à de tel occupation en ces lieux. Bon, si l’autre ne bougeait pas, je pourrais faire lâcher sa prise à cet abrutie… Bien qu’il y avait de forte chance qu’il y ai quelques goûtes de sang qui viendrais tâcher la belle robe de la demoiselle. Je n’aurais cas lui payer un teinturier si ça la dérangeait vraiment… Doucement, je fit glisser l’un de mes poignard dans le creux de ma mains, sans même lâcher l’abrutie du regard. D’ailleurs je continuait d’arborer un air neutre, décoré par ce sourire si étrange… Il ne me restait donc plus qu’a faire mouche, la, directement dans l’épaule, cet articulation qui retenait le bras tenant cette lame mortel…
Mais apparemment, un défenseur de la demoiselle inattendu fit son apparition. La miss cria un nom, et le félin noir sauta directement sur le visage du voleur, lui faisant directement lâcher prise. HAAAAAAAAA j’ai toujours su que les chats étaient les meilleurs animaux de tout l’univers ! Ils ont pas besoin de muselière, ni de laisse, et encore moins besoin d’être sortie une fois par jour, voir deux histoire qu’il ne salisse pas le jardin sans vergogne <3. Pas comme Norbert. Mais qu’il était beau cet animal… Un pelage noir, magnifiquement entretenu, une énergie étonnante, un dévouement sans faille pour sa maîtresse, des griffes dure et acérer, une détente excellente et une santé physique qui n’était pas à revoir… Lorsque l’homme partie à l’assaut à son tour, mon regard tomba sur le chien. Mauvais, susceptible… Bon, je dois bien avouer qu’il avait une loyauté sans faille, qu’il avait un magnifique poil que je m’esquintais à brosser et à nettoyer depuis que je l’avais, qu’il avait une parfaite dentition que j’avais put tester dans le train, que son endurance n’était plus à prouver, et qu’il en avait du muscle. Mais bon… Ce n’était pas pareil, la grâce féline était bien trop au dessus des canins.

Bon, petite parenthèse terminé, je reporta mon attention sur le « combat ». Deux contre un. Pas tellement en règle, mais bon. Le chat quitta son perchoir quand le couteau tomba… Quand à l’étranger il parvint à le garder immobile en lui tordant le poignet… Et la question tomba. L’emmener en prison ? Pfff quel poisse… J’étais bien obligé maintenant. Non seulement il avait bousculé un militaire (même si je n’étais pas en fonction) mais en plus il avait menaçait une demoiselle devant moi… Pour aggraver sa situation, je pouvais très bien raconter que c’était moi-même qu’il avait menacé… Qui est-ce que l’on croirait, le colonel ou la fripouille ? <3. Haaa que j’aimais pensais ainsi… Mais ma conscience me l’interdisait. Je n’étais pas ici pour jouer les despotes.

- L’emmener en prison…

Je sembla sombrer dans mes penses les plus profonde, tandis que mon regard couleur rubis venait de se fixer sur l’homme en piteuse état… Son visage devait le piquait horriblement avec toute ses griffures, sans parler de la douleur à l’estomac…

- Pouvez-vous le relâcher s’il vous plais ?

Mon sourire se fit légèrement plus grand… Alors que je lâchais la laisse de Norbert. Le chien observa l’objet retomber contre son corps, mais ne remua pas une seule patte, de peur de subir les retomber un peu plus tard. Non, je ne frappais pas, mais disons simplement que j’étais capable de le faire frémir en haussant simplement la voix <3. C’est ça qui était bien chez les chiens. Si tu es dominant, quelque soit leur caractère, ils s’écrasent volontiers… Enfin…

En silence, je m’approcha de ma cible, tout en retirant mon gant de gauche, histoire de ne pas la salir… Et lorsque l’étranger lâcha sa prise, je ne put me retenir plus longtemps et envoya mon poing directement dans sa face <3. Je crois lui avoir cassé le nez, mais au moins, il était sonné pour un petit moment, au moins le temps de trouver de quoi lui lier les mains… M’enfin, d’un air pas spécialement réjouis, je ne put que constater que mon poing se retrouvait légèrement rougis par le sang de l’abrutie…

- Et bien, on dirait que j’ai éviter de tâcher mon gant…- Je commença à fouiller ma poche pour retirer un mouchoir et nettoyer ça- Est-ce que l'un de vous aurait par le plus grand des hasard une corde sur lui ? Cela me serait fort utile... N’ayant pas prévu de mettre au fer un petit bandit de bas étages, j’ai oublié mes menottes dans mes quartiers…

Bien sûr, j’avais toujours gardé une voix calme et douce à chaque prise de parole, il en va de soit… Une fois le sang retiré, je put remettre mon gant, tout en observant autour de moi… Quel route ?… Si je pouvais rejoindre la route principale, je pourrais bien rapidement me retrouver, c’était certain… Fallait-il seulement que je puisse y remettre les pieds…

- Ha et oui… Tant que nous y sommes… Pardonnez mon incompétence, mais… Est-ce que l’un de vous deux serez capable de revenir à notre point de départ ?

Et bien entendu, je garda le ton habituel de ma voix, et ne laissa passé aucune trace de honte ou de quoi que se soit. Non mais vraiment, vous me prenez pour qui ? Quand on fait quelque chose, autant le faire avec classe. Alors si l’on doit se perdre, autant que ça le soit avec dignité u_u…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yin Li-Huang
25è princesse Héritière de l'Empire Xing
Modo rp et fiche

avatar

Féminin
Lion Singe
Messages : 26
Age : 25
Rang dans le RP : Princesse-Lune | 25è princesse Héritière de l'Empire Xing | Elixirologue | Yuè-Hime-Sama | Amie d'enfance de Sai Xin-Yao, son gardien
Rang spécial Hrp : Princesse | Future Femme et Reine de Roy Mustang | Impératrice autoproclamée des coeurs et du monde |

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Elixirologue (spécialisée en médecine) | Manipulation des éventails de combat (Tessens)

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Dim 2 Mai - 18:35

« HEI ! »

Il n'avait suffit que de prononcer le nom de son animal de compagnie pour que celui ci se précipite sur le malfrat, lui sautant au visage, toutes griffes dehors, dans un miaulement sauvage. L'homme, extrêmement surpris de la réaction du félin (en même temps, qui se méfierait d'un simple chat ?), relâcha son étreinte, laissant libre cours à Yin pour s'extirper de son emprise. Encore une fois, Hei venait de prouver sa fidélité et son utilité auprès de la princesse. Sai avait beau penser qu'il n'était qu'un vulgaire animal stupide et gâté, il devrait tout de même admettre qu'il venait de sauver la mise de Yin, et qu'il n'était pas si inutile que cela. Au fond, elle avait bien eu raison de l'emporter avec elle ici, en Amestris, car sans lui, que se serait il passé à l'instant ? Certes, Sai ne l'aurait pas abandonnée, et il se serait démené corps et âme pour mettre hors d'état de nuire le criminel, tout en préservant la vie de la jeune fille, mais bon, Hei avait permis de régler cela très rapidement et sans aucun bobo ! Mais bon, cela n'empêcha pas Yin d'être toute retournée par ce qu'il venait de se passer. Autant, lorsqu'elle était aux mains du vaurien, aucune peur ne s'était insinuée en elle, autant, maintenant qu'elle était hors de dangers, la panique pouvait se lire dans ses prunelles. C'était bien la première fois qu'on la menaçait de mort, et elle n'était pas prête d'oublier ce jour. C'était une étrange sensation, que celle de savoir que notre vie ne tient qu'à un fil, qu'au bon vouloir d'une seule personne. Vous mécontentez cette personne ? Elle vous tue, purement et simplement. Mourir est chose si facile en ce bas monde, tellement facile, que cela en devenait presque effrayant. Chacun de vos pas pouvaient mener à votre mort, et si vous n'avancez pas, vous mourez. Comme quoi, la vie était bien étrange ...
Le cœur battant, elle regardait Hei la défendre avec hargne, mêlant grâce féline et sauvagerie animale. Peu après, Sai se mêla à l'affaire, fonçant vers le malfrat, il lui donna un coup de coude dans le ventre, histoire de le calmer, et lui tordit franchement le poignet, lui faisant lâcher son arme et l'immobilisant au sol. Une fois hors d'état de nuire, et certain qu'il ne risquait plus de tenter de s'en prendre à quiconque, Sai se tourna vers Yin, le regard inquiet, le ton peu rassuré.

Tout va bien ?

Cherchant le réconfort dans les yeux de son ami de toujours, elle se contenta de répondre par un simple hochement de tête, encore trop secouée pour parler ou prononcer un quelconque mot. Pendant, Hei avait quitté le criminel, dont le visage était marqué de multiples coups de griffes. Le chat noir trottinant jusqu'à sa maitresse, se blottissant dans les bras de celle ci. Il méritait vraiment des caresses, il lui avait sauvé le vie ! Retrouvant le sourire, légèrement, Yin caressa Hei, qui se mis alors à ronronnait comme un bienheureux.

Je pense qu'il serait temps de le ramener en prison non ?

Yin releva la tête vers Sai, puis la tourna vers le colonel Elberich. Son compagnon avait raison, il ne fallait pas laisser un tel individu en liberté, lui qui venait de tenter un quelques minutes, un vol, une prise d'otage, et un meurtre ! C'était un véritable dangers pour la société, et Yin, même si Amestris n'était pas son pays, ne pouvait faire autrement que s'inquiéter pour ceux qui ne désiraient que vivre en paix. Surement son instinct de princesse ... Quoi qu'il en était, son regard était insistant envers le militaire, et elle attendait une réaction positive de sa part ! Après tout, il semblait être consciencieux de son travail, et malgré qu'il soit en congé, il ne laisserait pas un dangers publique en liberté ! L'homme aux yeux rouges sembla parler pour lui même, avant de réfléchir. Il ne mis que quelques secondes à se mouvoir, s'approchant et fixant la malfrat. Doucement, il retira un de ses gants et une fois aux côtés de Sai, qui tenait toujours fermement le criminel en échec, le colonel s'adressa à lui.

- Pouvez-vous le relâcher s’il vous plais ?

Un instant, Yin eut peur que le militaire laisse filer le vaurien, mais lorsque Sai relâcha ce dernier, un sourire traversa le visage du colonel Elberich qui alla planter son poing dans la figure du malfrat, rassurant la jeune princesse. L'homme s'effondra à terre, sonné par l'uppercut, le nez en sang, sans doute cassé au vu du craquement audible qui en résulta. Se redressant, et observant son poing rougis par le sang du criminel, le militaire s'adressa aux deux Xingnois.

- Et bien, on dirait que j’ai éviter de tâcher mon gant… Est-ce que l'un de vous aurait par le plus grand des hasard une corde sur lui ? Cela me serait fort utile... N’ayant pas prévu de mettre au fer un petit bandit de bas étages, j’ai oublié mes menottes dans mes quartiers…

Des menottes ? Yin réfléchit ... Non, elle n'avait rien de tout cela ! Pas de corde, pas de lien, nada. Ah, si, elle avait bien son ruban violet, qui lui tenait les cheveux, mais ce n'était pas fait pour attacher les mains de quelqu'un, c'était bien trop fragile et elle ne voulait pas que ce malfrat se libère et cours dans la nature. Regardant autour d'elle, elle remarqua qu'il y avait des sortes de conteneurs en métal, avec des couvercles, qui semblaient servir de dépôts à ordures. Réfléchissant un instant, une merveilleuse idée lui traversa l'esprit.

- Ha et oui… Tant que nous y sommes… Pardonnez mon incompétence, mais… Est-ce que l’un de vous deux serez capable de revenir à notre point de départ ?

Yin se redressa, posant Hei au sol en lui souriant, histoire qu'il ne miaule pas de mécontentement. Le colonel voulait retourner à leur point de départ ? Sai était certainement l'homme qu'il lui fallait pour ça, car, le connaissant, il avait sans doute mémorisé le parcourt qu'ils avaient fait, après tout, il avait une mémoire incroyable ce Sai ! Ne répondant donc pas, laissant cela aux bons soins de son ami, Yin se dirigea vers un de ces couvercles à poubelle. Bon, l'odeur n'était pas des plus réjouissante, mais si elle voulait faire des menottes solides, il lui fallait du métal. Empoignant un des objets d'une main, elle sortit de sa poche une petite craie avec l'autre main. S'accroupissant, elle dessina quelque chose au sol, une étoile à cinq branches cerclée, comme un cercle de transmutation. Elle posa ensuite le couvercle métallique au centre du symbole, rangea sa craie dans sa poche, et posa ses mains sur le cercle. Quelques secondes et une pensée plus tard, et le cercle s'illumina, d'une aura bleutée. Concentrée, Yin désintégra le couvercle, le transmutant lentement en une chaine, terminée aux deux extrémités par des anneaux capables de s'ouvrir et de se refermer. Il lui suffit de très peu de temps pour réaliser une magnifique paire de menottes toute neuve, brillante et avec la petit clef qui allait avec ! Cela fait, elle se redressa, le fruit de sa création entre ses mains, effaça du pied le cercle au sol, et se dirigea vers le colonel, lui tendant la paire de menottes.

« Voilà colonel. Vous n'avez plus qu'à l'arrêter maintenant ! »

Le regardant, elle lui sourit aimablement avant de rejoindre Sai, attrapant le bras de celui ci pour s'y accrocher. Hei n'allait pas être content, mais Yin avait besoin de réconfort en cet instant ...

_________________


Yin Li-Huang

A reçu une Rose de Robert Break
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sai Xin-Yao
Garde du corps Xingnois
Modérateur fiche

avatar

Masculin
Gémeaux Singe
Messages : 23
Age : 25
Rang dans le RP : Garde du corps et ami d'enfance de la Princesse-Lune : Yin

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Corps à corps, excelle au maniement de sabre et lancer de couteaux

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Dim 2 Mai - 22:43

Maintenant le voleur en lui tordant le poignet, Sai attendait patiemment la réaction du militaire. Pendant ce temps, il donnait quelques coups de poignet pour faire un peu plus mal au voleur. Regardant, dans un même temps la princesse, il se demandait si elle allait bien. Se faire prendre un otage était assurément un coup au moral et pouvait laisser des séquelles psychologiques. Il savait que Yin n'était pas de ces filles fragiles d'esprit qui se laissaient facilement emporté dans un flot de tristesse et de détresse. Néanmoins, être pris en otage le premier jour à Amestris pouvait avoir plus d'impact que d'origine. S'inquiétant naturellement, Sai n'était qu'à deux doigts d'assommer le voleur pour aller correctement vérifier si la princesse allait bien. Se retenant malgré tout, le protecteur de la princesse attendit simplement que le militaire lui réponde. Quand ce dernier s'approcha en lui demandant de le lâcher, le xingnois hésita pendant un court moment. Qu'allait-il faire ? À première vu, il était difficile de le dire, même s'il venait d'accompagner sa demande par un rapide geste cherchant à ôter son gant. Décidant de lui faire confiance, Sai s'écarta en lâchant le bandit. Se rapprochant un peu de la princesse tout en restant proche du voleur dans le cas où ce dernier aurait pour idée de retenter une folie, Sai observa attentivement l'action du colonel.

Quand le militaire frappa l'homme au visage, lui cassant le nez par la même occasion, Sai recula légèrement de façon instinctive. Avait-il eu cette réaction face au sang qui avait giclé ou au coup qui aurait pu suivre ce mouvement ? N'étant pas une priorité, Sai ne réfléchit pas longtemps à cette question. Observant le militaire d'un nouvel œil, Sai le trouva d'autant plus étrange face à son comportement. Sans compté son côté mystérieux, il semblait être une personne dotée d'un grand calme renfermant une violence inouïe. Enfin, inouïe, pas vraiment puisque cet individu l'avait mérité. Mais tout de même, un tel acte alors qu'il n'était pas absolument nécessaire, cela laissait place à de nombreuses interrogations. Oubliant de nouveau ce geste, Sai ne fit pas plus attention à sa demande. Une corde ? Des menottes ? Pourquoi se baladerait-il avec ?Il n'en avait jamais vu l'utilité. Mais il savait bien que la princesse s'en occuperait rapidement. Après tout, elle en avait les moyens et le comportement, surtout face à cet individu qui l'avait pris en otage. Le colonel enchaina néanmoins en demandant si l'un d'entre eux était capable de retrouver leur point de départ. Sai en était capable, ayant mémorisé les déplacements depuis le début puisqu'il avait naïvement pensé que la princesse l'écouterait et resterait au croisement de rue où ils s'étaient fait volés. Prenant donc la parole pendant que Yin se déplaçait vers une poubelle pour la transmuter, Sai répondit au militaire :


Je le peux oui.

Pas un mot de plus, pas un mot de moins. Regardant une fois de plus l'individu au nez cassé, Sai observa ses mouvements. N'en faisant plus aucun, le xingnois ne put qu'en conclure qu'il était probablement inconscient, à moins qu'il jouait de nouveau le jeu pour se faire oublier. Dans ce cas, il était plus stupide qu'autre chose. Dans son état et face aux deux xingnois et au militaire, il n'avait aucune chance de s'en sortir. Tenter l'impossible, voila une attitude bien étrange. Enfin, quand on avait pour idée de voler, on avait forcément perdu l'esprit, ainsi donc, le raisonnable n'était plus qu'une notion bien vaste. Laissant donc Yin finir sa transmutation, il patienta simplement, observant chaque personne présente et la rue pouvant laisser débarquer d'autres personnes. Lorsque la princesse eut enfin finit, elle revint avec une paire de menotte, les tendant alors au colonel Elberich pour qu'il fasse son travail. Lorsque ce fut fait, elle vint s'accrocher à son bras et resta un moment ainsi. Comprenant rapidement qu'elle avait besoin de réconfort, il l'a prit dans ses bras, l'enveloppant d'affection et de protection. La laissant silencieusement entre ses bras, contre lui, Sai ne dit rien, la laissant se réconforter paisiblement. Jetant malgré tout un regard au chat qui était tellement jaloux, Sai ne put s'empêcher de sourire en le voyant les regarder d'un air qu'on pourrait qualifier de jaloux. Observant du coin de l'œil le militaire qui s'occupait du voleur, Sai décida qu'il était probablement temps de retourner sur leur pas.

Entamant donc le chemin du retour, Sai laissa Yin marcher contre lui, continuant ainsi d'être dans ses bras. Hei suivait derrière, miaulant de tout son possible en espérant que la princesse lui accorde un peu d'attention. Douce vengeance que voila. Chaque miaulement plaintif était une douce mélodie pour Sai qui donnait ainsi une bonne leçon à ce stupide chat. Comme quoi, aussi fidèle qu'un chat pouvait l'être, jamais il ne pourrait remplacer la chaleur humaine ni même ce sentiment de réconfort que seul un humain pouvait dégager. Enfin, c'était tellement évident qu'il était inutile de le redire, un chat ne pouvait être meilleur qu'un humain et encore moins être le préféré d'une tierce personne. Laissant le militaire s'occuper du voleur, Sai continuait de marcher dans les rues, d'un pas lent mais assuré, après tout, ce n'était pas facile de marcher rapidement ou normalement quand on avait quelqu'un dans les bras, ou du moins, accrocher à soi. De plus, l'amestrien devait s'occuper de trainer un voleur à moitié sonné et probablement peu désireux de les suivre. Lorsque, enfin, ils furent de retour au point de départ, reconnaissable au vu de la cage de l'animal qui n'avait cessé de miauler, Sai cru bon de se séparer du militaire. Ce dernier n'avait plus besoin d'eux et eux n'avait plus vraiment besoin de lui, enfin, ne pouvant les aider à trouver une auberge, il ne pouvait les aider. Attendant donc que tout le petit groupe fut arrivé au croisement de route, Sai prit la parole en disant simplement :


Et bien, je pense qu'il est temps de nous séparer. Nous ne voudrions pas imposer notre présence. De plus, il nous faut toujours trouver une auberge avant la tombée de la nuit.

N'ajoutant rien de plus, il attendit que la princesse remette Hei en cage et qu'elle se prépare à cette séparation, à moins bien sur qu'elle voyait encore un intérêt à rester avec ce militaire, à moins que ce ne soit que par pure envie. Enfin, ce n'était pas à souhaiter. Attendant donc, Sai attendit que le militaire ou la princesse réponde avant de prendre des chemins différents, le militaire pour emmener ce voleur en prison, les deux xingnois pour trouver une auberge où passer la nuit car oui, malgré cette aventure, leur situation n'avait pas changer ...

_________________



À reçu une rose de Yin ♥
Sai's Thème ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Dieter Elberich
Colonel
Administrateur

avatar

Féminin
Gémeaux Dragon
Messages : 33
Age : 29
Rang dans le RP : Colonel de south city
Rang spécial Hrp : Mister propre of the forum

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Pas de pouvoir, mais possède une bonne précision au lancé d'objet divers (tranchant en général) et au corps à corps.

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Lun 3 Mai - 13:46

Et bien, la petite malheureuse avait dut réellement être secoué par ces événements… A peine arrivé à South City qu’ils se faisaient déjà agresser. Quel image de la ville ! Heureusement qu’au final c’était sur moi qu’ils étaient tombé… Même si je ne connaissais pas encore très bien les pratiques de la ville. Enfin enfin… J’avais donc demandé un peu d’aide pour les liens, et le chemin retour, et les deux me furent accepté. La jeune demoiselle c’était éloigné, et avait attrapé un couvercle de poubelle, afin d’user d’alchimie, tandis que son camarade venait de m’affirmer le faites qu’il pouvait me guider. Ouf ouf ^^.
Quelques secondes plus tard, la demoiselle c’était approché de moi pour me tendre une paire de menotte flambant neuve, accompagné de la clef. J’entreprit donc de me saisir de l’objet tout en faisant une légère révérence de remerciement…

- Je vous en remercie.

A la suite de ça, je revint prêt du voleur, et m’agenouilla à ses cotés. Sans somation, je le poussa pour qu’il se mette sur le ventre, et lui lia les mains dans le dos. Au moins, il allait pouvoir réfléchir à deux fois la où j’allais l’envoyer… Mais en même temps, j’allais me prendre une sacré réputation pour avoir arrêté un délinquant avant même d’être en service -_-. Décidément, moi qui souhaitait me faire discret, c’était raté. Et pas qu’un peu.

Ce qui me consolais par contre, c’était que la général qui me servait de supérieur, avait fait pire que moi. Trois type arrêté avant son affectation il me semble non ?… Au moins, il y avait de forte chance que je soit accepté rapidement en ces lieux du coup… Et surtout, que les petits délinquants de quartiers réfléchiraient à deux fois avant de faire de tels actes. Sans un mot donc, je me redressa et emportant le prisonnier dans mon élan. Il n’était pas inconscient, juste un peu sonné… Le sang coulant le long de son visage, signifiant que je n’avais pas loupé mon coup, au même titre que se chat… Il ne me poserait donc aucun problème, si ce n’est la difficulté à le pousser en avant. Mon regard rouge se posa sur le duo… Ils semblaient lié, et surtout très proches. Un vague sourire se dessina une fraction de seconde, alors que je me disais qu’il avait beaucoup de chance. C’était rare de voir des gens agir de la sorte… Surtout dans le milieu dans lequel nous vivions… De ? Ha oui, ça se voyait qu’ils n’étaient pas de simple voyageur. La demoiselle avait bien trop de charisme et de ces airs princier pour que je puisse penser le contraire. Une classe qui était encore au dessus de la mienne d’ailleurs… Et si c’était comme par ici… Cela devait-être d’autant plus compliqué de ce faire de tel allié.
Alors, nous pouvions donc y aller. Le jeune homme prit le chemin, gardant sa compagne dans ses bras protecteur. Le chat suivit leur pas, et quand à moi… Je me saisi de la laisse du Doberman qui tentait de se faire tout petit et suivit le pas, faisant bien attention à ce que l’autre abruti ne vienne pas tâcher mon smoking. D’ailleurs les gens que l’on croisait nous regardait assez étrangement pour le coup. Faut dire qu’avec ce que je poussais ça ne pouvait paraître que suspect… Heureusement la présence des menottes avaient rapidement mit la puce à l’oreille des passants, qui comprirent rapidement la situation. Sauf qu’ils ne m’avaient jamais vu. Ils allaient devoir s’y habituer.

Nous arrivions donc rapidement au point de rencontre. Et le jeune homme prit la parole, annonçant la chose que j’avais pensé. Bien sûr, je n’allais pas les obliger à me suivre, même si leur vision des faits devaient être vue… Ce n’étaient que des voyageurs, et je n’avais pas spécialement envie de rester au QG plus de temps qu’il en fallait.

- Je comprend. Si vous remontez la rue un peu plus au Nord, vous devriez tomber sur un petit marchand de fleur en tout genre. Le gérant pourra vous aider à trouver un lieu convenable et…- Mon sourire se fit plus mystérieux, révélant que ce n’était plus vraiment un secret pour moi- Digne de vous. Je tiens sincèrement à m’excuser au nom de cette ville pour cette mésaventure. Je peux vous assurer que cet homme n’aura que ce qu’il mérite, je m’en occuperais personnellement.

Je fit une légère révérence en tant que Salut et commença à m’éloigner en gardant toujours le prisonnier… Si il essayait de fuir, Norbert s’en occuperait c’était plus que certain ._. … Cependant, je me rendit compte que j’avais oublié une chose. Au bout de trois pas donc, je m’arrêta et me tourna légèrement dans leur direction…

- Ha, et avant que je n’oublis, si vous avez encore des problèmes de ce type, n’hésitez pas passer au QG, je reprend mes fonctions des demain.

Ils étaient en règle, sympathique, je ne voyais pas pourquoi je ne pouvais pas me permettre de leur dire ça. En plus ils étaient en terrain inconnu, alors savoir qu’ils avaient peut-être droit à une aide pour certaine occasion, c’était pas plus mal non ? Dans tout les cas, ma route n’était autre que celle du QG militaire. Demain j’allais devoir déposer un rapport pour l’arrestation… Halalala… Que de boulot…

[Bon, normalement je considères ça comme finit pour moi, mais si tu veux encore parler Yin, n’hésite pas ^.^]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yin Li-Huang
25è princesse Héritière de l'Empire Xing
Modo rp et fiche

avatar

Féminin
Lion Singe
Messages : 26
Age : 25
Rang dans le RP : Princesse-Lune | 25è princesse Héritière de l'Empire Xing | Elixirologue | Yuè-Hime-Sama | Amie d'enfance de Sai Xin-Yao, son gardien
Rang spécial Hrp : Princesse | Future Femme et Reine de Roy Mustang | Impératrice autoproclamée des coeurs et du monde |

Feuille de personnage
Points:
8/65  (8/65)
Niveau:
10/20  (10/20)

Pouvoir: Elixirologue (spécialisée en médecine) | Manipulation des éventails de combat (Tessens)

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Lun 3 Mai - 18:06

« Voilà colonel. Vous n'avez plus qu'à l'arrêter maintenant ! »

- Je vous en remercie.

Après avoir sourit au colonel et que celui ci eut pris la paire de menottes fabriquées par Yin grâce à son elixirologie, celle ci le quitta du regard, détournant son visage de celui du militaire, pour porter son attention sur Sai. Il patientait sagement un petit peu plus loin, observant les alentours, surement pour vérifier que plus aucun dangers quelconque ne se cachait dans le coin. Doucement, avec la légèreté et la grâce d'un chat, Yin s'avança vers lui, pendant que le colonel Elberich menottait le vaurien. En cet instant, la jeune princesse n'avait besoin que d'une seule chose, une unique chose, du réconfort. La journée d'aujourd'hui avait tourné au vinaigre si rapidement, qu'elle en était encore un peu secouée. Yin n'était pourtant pas le genre de fille faible psychologie que tout fait pleurer ! Bien au contraire, elle était un modèle de caractère, déterminée et solide. Mais comme tout humain, et aussi fort soit son esprit, il lui arrivait d'avoir quelques petits instants de faiblesse, infimes, éphémères, mais réels. Et quand cela arrivait, elle savait exactement comment chasser cet état dans lequel elle n'aimait pas se retrouver, elle savait parfaitement vers qui se tourner. En quelques pas souples et élégants, elle se retrouva auprès de son ami d'enfance. L'expression un peu triste, elle lui saisit le bras droit, l'étreignant des siens, et colla la joue gauche de son visage contre l'épaule de Sai. Un petit instant durant, elle resta ainsi, proscrite, perdue dans ses pensées noires. Elle avait eu la naïveté de croire qu'aller en Amestris ne serait pas si terrible que cela, que ce n'était pas le pays violent que les Xingnois voulaient bien décrire, et qu'y retrouver son honneur y serait chose assez facile. Maintenant, elle se rendait bien compte que cela n'allait pas être si aisé que cela, et qu'elle n'était pas prête de retrouver sa famille, peut être même ne rentrerait elle jamais ... Si elle se faisait agresser dès le premier jour, il était fort probable que cela recommence, et qui sait, peut être la prochaine fois, elle n'aurait pas autant de chance que ce jour là ... Avait elle fait définitivement ses adieux à Xing, sa terre natale en venant dans l'enfer qu'était Amestris ? Peut être oui ...

Elle n'eut pas le temps de s'enfoncer encore plus dans ses pensées néfastes, un mouvement venant l'y déloger. Sai avait certainement vu dans l'expression de la princesse son bouleversement soudain, et, se tournant complètement vers elle, il la saisit dans ses bras, dans une étreinte chaleureuse et protectrice, réconfortante et apaisante. Elle ne s'était pas vraiment attendue à ce qu'il l'enlace, mais elle ne s'en plaint pas, au contraire même, elle en fut heureuse. Plus aucune pensées noires, plus aucun souvenir douloureux, plus aucune souffrance, aussi infime soit elle. Non, juste l'apaisement, la sérénité et le bien être. Comment un simple geste pouvait avoir autant d'effet ? Non, ce n'était pas un simple geste, tout comme ce n'était pas n'importe quelle personne. Ce geste, il venait de Sai, le Sai, l'unique, et il signifiait « ne t'inquiète pas, je serai toujours là pour toi ». Toujours ... Voilà un mot qui résonnait dans l'esprit de la jeune fille, agréablement, tel une saveur douce et sucrée. Fermant les yeux un instant, elle se blottit confortablement tout contre le torse de son compagnon, inspirant profondément, inhalant cette odeur qui lui était propre et qu'elle connaissait si bien, cette fragrance qui l'avait souvent rassuré de par le passé. Un légers sourire vint percer ses lèvres, un sourire de bien être mais aussi symbole d'un courage renaissant. Elle aurait pu rester des heures ainsi, tout contre Sai, tant cette sensation de calme et de bonheur était exaltante et enivrante. Néanmoins, il fallu bien que Yin se résigne et relâcher un peu son étreinte, car il fallait désormais rejoindre leur point de départ. Ils avaient encore une auberge à chercher.

Doucement alors, ils se mirent en chemin, après que le colonel fut prêt à partir, le malfrat sur le dos, et c'est silencieusement que Sai les guida vers le panneau d'affichage où ils s'étaient rencontré, il y avait de cela quelques dizaines minutes maintenant. Yin resta contre son ami, l'étreignant de manière à ne pas trop gêner sa marche ni la sienne tout au long de leur retour. Comme elle l'avait deviné peu de temps auparavant, Sai avait parfaitement mémorisé la route jusqu'au panneau d'affichage, et bien rapidement, il atteignirent leur but. Certes, en route, beaucoup de passants s'étaient retournés sur leur pas pour observer la drôle de troupe qu'ils formaient. Mais aucun d'entre eux n'y prêta attention. Et c'est sans problème qu'ils se retrouvèrent à leur point d'origine, là où tout avait « commencé ». Là, Yin accepta enfin de relâcher son étreinte, bien qu'elle n'aurait pas refusé que cela dure encore un peu plus longtemps, mais Hei, qui n'avait cessé de miauler son mécontentement tout au long de la route, allait vraiment finir par devenir mauvais, et la princesse ne voulait pas d'une énième bagarre entre ses deux amis. Quittant donc Sai, elle pris son chat dans ses bras, et alla le remettre dans sa cage, qui n'avait pas changé de place depuis qu'elle l'avait abandonné là. Une fois Hei à l'intérieur, Yin la porta et retourna auprès de son compagnon.

Et bien, je pense qu'il est temps de nous séparer. Nous ne voudrions pas imposer notre présence. De plus, il nous faut toujours trouver une auberge avant la tombée de la nuit.

- Je comprend. Si vous remontez la rue un peu plus au Nord, vous devriez tomber sur un petit marchand de fleur en tout genre. Le gérant pourra vous aider à trouver un lieu convenable et… Digne de vous. Je tiens sincèrement à m’excuser au nom de cette ville pour cette mésaventure. Je peux vous assurer que cet homme n’aura que ce qu’il mérite, je m’en occuperais personnellement.

Yin sourit au colonel. C'était un homme charmant, il fallait l'avouer et elle espérait qu'ils se recroiseraient un jour ou l'autre, histoire de le remercier de la manière la plus convenable possible pour son aide. Le regardant s'éloigner avec le malfrat aux baskets, Yin saisit de sa main libre celle de Sai. Maintenant, ils devaient trouver ce fleuriste s'ils ne souhaitaient pas dormir dehors ...

- Ha, et avant que je n'oublie, si vous avez encore des problèmes de ce type, n’hésitez pas passer au QG, je reprend mes fonctions des demain.

Le militaire s'était retourné après quelques pas pour leur adresser une dernière fois la parole. Un sourire franc se dessina alors sur le visage de la jeune princesse. Elle avait peut être vécu l'une des pires fin d'après midi de sa vie, mais ils avaient désormais un soutiens en Amestris, soutiens qu'ils avaient obtenu par leur seule volonté. Un point positif pour clore cette première journée en Amestris. Les deux Xingnois le remercièrent d'un signe de tête, puis le militaire s'éloigna et disparu de leur champs de vision. Il était temps pour eux de partir aussi de leur côté. Tirant Sai, Yin l'emmena dans la direction opposée qu'avait pris le colonel.

« Allez, viens ... Sinon, on aura jamais de quoi se reposer ! »

Elle lui sourit joyeusement.

« Et aussi, malgré les évènements, vas pas croire que j'ai oublié que tu m'as appelé « Princesse » ... Tu ne perds rien pour attendre mon cher Sai ! »

Oui, il ne perdait rien pour attendre, mais il attendrait quand même, car elle n'avait pas envie de l'embêter ce soir, juste de le chouchouter, après tout, il le méritait bien ...
Lui souriant toujours, ils se dirigèrent vers le dit fleuriste et sans doute vers d'autres aventures !

//* Voilà, fin du TOPIC ! //*

_________________


Yin Li-Huang

A reçu une Rose de Robert Break
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roy Mustang
Flame Alchemist
Administrateur

avatar

Messages : 1068
Rang dans le RP : Colonel

Feuille de personnage
Points:
58/80  (58/80)
Niveau:
17/20  (17/20)

Pouvoir: Contrôle du Dioxygène de l'air

MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   Dim 9 Mai - 20:11

NOTATION

Voilà donc un bon topic d’introduction pour de tous nouveaux personnages. L’ensemble est très soigné, avec un entête recherché, c’est toujours plus agréable. Peu de fautes d’orthographe relevées par mes soins, et de bonnes tournures de phrases : voilà qui présage du bon !

Vous retrouvons donc nos deux Xingois dans leur première aventure Amestrienne. Et comme rencontre, quoi de mieux qu’un autochtone de la classe de Hans ? Vous n’avez quand même pas de chance de croiser d’entrée un voleur pareil. Mais tout ceci fait que ce petit topic de présentation ne s’enlise pas dans les discussions sans queue ni tête. Un temps pour la discussion et la mise en place des personnages, un temps pour l’action… Le topic est très bien équilibré et agréable à lire !

Pour votre première note, vous récoltez chacun un 8/10 ! Bonne continuation^^

_________________


Kit by Alice
Spoiler:
 

a reçu 11 roses dont la dernière est de Sin!!




[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre elle & lui ... | Yin Li-Huang - Sai Xin-Yao - Hans D. Elberich |
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shoping entre filles
» La nuit réserve bien des surprises [Bizutage]
» «Quand une personne entre dans votre cœur, elle y reste pour toujours.» [Demon Murray]
» La «frontière» est-elle carrément fermée entre Haïtiens et Dominicains même au Q
» Petite chamaillerie entre voisin [Iseult]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FMA-World :: Amestris - South Area :: South City :: Rues ensoleillées-
Sauter vers: