AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Braquage [PV Azai et militaires]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zolf J. Kimblee
Crimson Alchemist
Membre

avatar

Masculin
Gémeaux Dragon
Messages : 37
Age : 29
Rang dans le RP : Maniaque des explosifs

Feuille de personnage
Points:
0/0  (0/0)
Niveau:
8/10  (8/10)

Pouvoir: Provoquer des explosions

MessageSujet: Braquage [PV Azai et militaires]   Mer 4 Mar - 1:52

Zolf avait suivi les instructions données par Develon à la lettre. Il était devant la banque de Central, tenant un masque de clown à la main. Il contemplait le bâtiment qui était vraiment calme. Les gens entraient et sortaient sans faire cas de rien. Zolf enfila le masque de clown, suivi de près par Harry qui portait les sacs vides sur le dos, tenant à la main une arme, un colt. Zolf se tourna vers Azai, un sourire au lèvres.

"Un pas de plus vers le chaos."

Puis il s'élança vers la banque et entra brusquement en bousculant les gens qui sortaient et le regardaient avec suspicion. Harry le suivit de près et tira en l'air avec son arme, il portait lui aussi un masque de clown.

"Tout le monde à terre, c'est un hold-up!"

Zolf était à l'arrière, il n'avait aucune arme, et attendait que Harry geulent littéralement ses instructions. Alors que le personnel et les gens se mettaient à terre. Un des membres de la sécurité en profita pour pointer son arme dans le dos de Zolf.

"Toi tu n'as pas d'arme, lève les mains, et dit à tes potes de lâcher leurs armes."

Zolf se mit à rire. Ca commençait à devenir chaud, les gens résistaient. Ils ne savaient pas à qui ils avaient à faire.

"Les armes...je n'en ai jamais eu besoin!"

Avant que l'homme ne puisse réagir, Zolf avait mis les paumes de ses mains en contact avec un bras de l'homme qui explosa, laissant s'échapper du sang sur les habits de l'alchimiste. L'homme se mit à hurler. Sans attendre, Kimblee le saisit par les épaules et le projetta contre un autre garde après l'avoir transmuté. Les deux hommes explosèrent. L'avertissement était lancé, les deux hommes avaient fourni une explosion bien plus importante que celle du policier effectuée précédemment. Déjà les gens dans la banque étaient bien plus calmes, effrayés par la violence gratuite dont avait fait preuve Kimblee. Harry criait toujours ses instructions.

"Ne tentez rien d'irresponsable, sinon vous finirez comme ces malheureux."

Kimblee se dirigeait déjà vers le coffre, un sourire narquois aux lèvres, c'était à lui de jouer. Il dépassa les guichets et arriva dans une pièce qui présentait une immense porte blindée. Naturellement le coffre était fermé. Kimblee posa les mains sur le coffre, il s'agissait d'acier, il serait facile de le transmuter ce matériau, mais il faudrait de l'azote. Un des employés qui visiblement n'avait pas encore vu la scène était sortit d'une porte qui menait un peu plus loin dans les bureaux de la banque. Kimblee le saisit et le colla contre la porte, qui maintenant explosa. L'explosion était chirurgicale, elle ne détruisit que la porte. Puis Kimblee retourna prendre les sacs qu'Harry lui donna. Il retourna seul dans le coffre, alors qu'Azai et Harry s'assuraient que personne ne tente rien. Dans le coffre se tenait un monticule de billets. Kimblee remplit les sacs selon les instructions de Develon et retourna dans le hall les donnant à Azai. La cavalerie des militaires n'allait certainement pas se faire attendre, l'alarme avait étée sonnée, des sirènes hurlaient dans la rue.

"Je crois qu'il va y avoir de l'action... pour moi tout celà n'est synonyme que de nouvelles explosions..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Braquage [PV Azai et militaires]   Jeu 5 Mar - 20:20

"Un pas de plus vers le chaos."

Azai déploya ses ailes et décolla après que Kimblee soit rentré dans la banque suivi d’Harry armé d'un revolver. La chimère se dirigea rapidement sur le toit afin de passer par les étages pour rejoindre ses compagnons. Le temps n'était pas encore idéal, car il y avait beaucoup de vent qui soufflait aujourd'hui. Azai avait donc du mal à se stabiliser en l'air. Mais après quelques efforts il parvint à son but. Sur le toit se trouvait une barrière l'entourant complètement et une porte qui descendait vers les escaliers. Cependant on entendait déjà les coups de feu d’Harry ainsi que des gardes qui couraient dans tous les sens. La sonnerie de la banque allait ramener la police... La porte s'ouvrit avec fracas. C'était prévisible. On l'avait vu s'envoler vers le toit, et plusieurs gardes apparurent. Azai dégaina son sabre et fonça droit sur eux, propulsé par ses ailes et le vent dans son dos. Celui-ci portait un masque de clown! C'est avec une rapidité déconcertante qu'il traversa les soldats pour en frapper un mortellement. La chimère se retourna et en frappa plusieurs avec ses serres. Ils tombèrent également mais l'un d'eux sacrifia son arme plutôt que de s'infliger un coup. La créature fit un tour sur elle même et le frappa avec le plat de sa lame pour l'envoyer au dessus de la barrière. Un cri, un bruit d'écrasement, et plus rien... De cette hauteur c'était compréhensible. La chimère rangea son arme et descendit prudemment.

Une fois qu'il eut descendu toutes les marches du long escalier, il se retrouva dans le poste de sécurité des étages. A sa ceinture il portait plusieurs bombes. Il en posa dans chaque pièce puis il les traversa, remarquant que personne ne semblait présent. Une explosion retendit, puis une deuxième. Cela fit trembler fortement le sol. Mais Azai ne se découragea pas et continua son escapade. Arrivé dans une pièce remplie de bureau il ferma la porte. Une cinquantaine de mètres et l'escalier qui menait à Kimblee ainsi qu'à Harry. Les lumières s'allumèrent toute d'un coup dévoilant une petite troupe de gardes prêt à en découdre! Ils semblaient avoir été prévenu de l'assaut par en haut et avait bloqué l'escalier avec une barricade et plusieurs fusils. Les autres pointaient la chimère avec leurs armes à feu. Surpris il sauta sur le côté pour se cacher derrière un bureau.

- descendez le!!

- feu à volonté!!

- feu! feu!

Les balles transpercèrent le bureau, forçant la chimère à reculer. Il attendit quelques secondes puis les tirs cessèrent. On entendait des bruits de métaux qui s'entrechoquent. Azai se releva très vite avec son revolver à la main. Les gardes étaient entrain de recharger.

- Merde! A couvert!

Trop tard. La chimère tira rapidement sur les différents gardes. Avec sa rapidité hors norme et son œil d'aigle impossible qu'il rate sa cible. La plupart reçurent une balle dans la gorge ou dans la tête. Quelques uns avaient eut le temps de se baisser. Azai sortit son katana de nouveau et passa entre les bureaux comme un serpent. Evitant les balles qui traversaient les plaques de verres ou de carton et tranchant les survivants un par un. Puis, il vit quelque chose briller derrière lui alors qu'il coupait en deux le dernier garde. Une montre d'alchimiste affichait le reflet d'une lampe. Il se retourna avec stupéfaction! personne ne pouvait le surprendre dans son dos! Un pic sortit du sol et visa la tête de la créature ailée. Il la tourna légèrement évitant le coup mais son aile fut légèrement tranchée. Il poussa un cri et posa son genou à terre. L'alchimiste s'approcha, son revolver à la main. Il pointa la chimère avec mais celle-ci sortit une télécommande. Il appuya sur le bouton, faisant exploser toute les charges des étages. Le sol trembla, mais ne s'écroula pas. Une déflagration traversa la pièce prenant l'alchimiste dans les flammes et jetant violemment la chimère au bas de l'escalier. Il fut sonné un bon moment et en se relevant il remarqua qu'il saignait à la tête. Mais cela ne l'empêcha pas de continuer son chemin pour rejoindre Kimblee vers le coffre ainsi que Harry. Harry se retourna et sembla intrigué de voir la créature boiter.

- cela ne va pas, Azai?

- rien... un petit contretemps...

Kimblee lança les sacs à Azai qui les récupéra. Il se tourna vers la sortie mais fût pris de vertiges le forçant à poser un pied à terre. Ses ailes tremblèrent quelques instants pour reprendre une couleur noir. Synonyme de danger car il était très énervé et colérique. Une erreur de débutant l'avait grandement affaibli! Il se releva ignorant Harry puis il avança vers la sortie. Des sirènes retentirent, l'armée venait d'envoyer plusieurs voitures. Azai pris son revolver qu'il rechargea puis il tira dans le tas. Touchant un conducteur qui provoqua un petit accident, puis en tirant sur divers soldats qui sortaient des voitures. Il recula rapidement, les balles le frôlant de peu ou touchant les vitres. Harry alla près de la chimère, Azai semblait vraiment en colère cette fois-ci. Il attrapa le bonhomme par le col et le poussa droit sur Kimblee. Visiblement, ses intentions étaient claires. Il jeta son masque au sol le fracassant du pied.

- SORS-MOI DE CE MERDIER!!


Il cria si fort que les gens autours étaient pétrifiés de terreur. Azai ramassa quelques autres personnes dans le hall. Plusieurs gardes qu'il désarma et qu'il jeta e direction de Kimblee. La chimère se mit en position de coureur comme lors d'un sprint ses ailes noires déployés de toutes leurs forces. L'artificier allait s'amuser... Il y eut un long silence puis, la chimère poussa très fort sur ses jambes, son katana sortit et qu'il tenait pour une fois à deux mains. Avec ses ailes, il fit signe à gauche et à droite; Les cibles des bombes humaines. Azai donna deux coups d'ailes puissants, traversant la porte vitré ainsi que les marches de l'entré. Un nouveau coup d'aile puissant le fit traverser le barrage comme une flèche. Il trancha l'objet encombrant le bloquant, blessant une jeune femme policière ainsi que deux autres soldats. Il décolla partant loin dans le ciel. Mais même à cette vitesse des soldats se retournèrent pour tirer. La chimère sentit une douleur dans son dos. Plusieurs balles l'avaient touché. Une dans l'aile, deux autres pas loin de la colonne vertébrale. Il entendit derrière lui quelques explosions mais il n'y prêta pas attention.

* ou est... cette maudite voi... voiture?! *

Azai chercha quelques instants puis il reconnu la voiture de Develon. Il jeta les sacs, l'un tombant lourdement au sol, l'autre tombant sur le capot du véhicule. Puis, la vision de la créature devint trouble et il piqua du nez pour filer droit par terre. Il tenta de rester éveiller et c'est probablement cela qui le sauva. Il se prit une toiture en bois de plein fouet, puis il s'écrasa sur une tente de marché sur une petite place. Tombant dans des cagots de pomme il évita plusieurs fractures et autres blessures graves. Il se releva rapidement comme pour repartir à nouveau mais il ne réussit qu'à retomber au sol. Cette fois il se servit de son katana comme d'une canne pour tenir debout et il regarda en direction d'une ruelle. Des sirènes retentissaient. On le cherchait, et les ennuis semblaient très très proche... Une flaque de sang se propageait sur le sol, venant droit du dos et de l'aile de la créature... Develon se trouvait on loin en voiture, le récupérerait-il? Ou est-ce que Kimblee aurait le temps de le suivre? Il l'ignorait. Pour se protéger il menaça des marchands d'avancer leurs chariots et il s'en servit comme barricade. La chimère rechargea son revolver. Il avait tout ce qu'il fallait comme munition. Azai cria aux militaires qui s'approchaient.

- VENEZ BANDE DE CHIENS!! JE VOUS AURAIS TOUS!!!


Il sortit quelques secondes de sa planque et tira plusieurs balles en direction du groupe qui avançait armée de mitrailleuses. Il e descendit plusieurs mais les balles le frôlèrent dangereusement le forçant à reculer une fois de plus... Il jura, se tenant le bras d'une main. Il saignait à cet endroit. Encore une blessure! Il n'allait pas tenir longtemps face aux Militaires. Il regarda sa blessure son aile, elle était superficielle. Son dos n'était pas mortellement touché, et son bras avait été touché dans son muscle. Un bon chirurgien pourrait le remettre sur pied facilement car il se soignait plus vite que la moyenne mais dans cette situation il ne fallait pas prendre de risques et sortit au moindre coup de feu. Azai regarda par en dessous du chariot qui le protégeait. Il pointa plusieurs barils et tira... Merde, du vin! Il tira donc dans d'autres barils qui eux contenaient par contre des alcools très fort. Avec la balle ils s'enflammèrent, séparant la place en deux. Azai en profita pour s'envoler. Il se redit sur le toit du bâtiment le plus haut et le plus proche des environs. Un hôtel restaurant. la chimère espérait qu'un alchimiste national n'allait pas se ramener au dernier moment... Il était déjà bien fatigué... Il ferma ses yeux, se sentant enfin en sécurité... Les militaires partirent dans différentes ruelles n'ayant pas vu ou il se dirigeait lui parmi les flammes. Il lâcha la pression qu'il exerçait sur son revolver depuis un bon moment. Le sang continuait de couler sur le sol...
Revenir en haut Aller en bas
Zolf J. Kimblee
Crimson Alchemist
Membre

avatar

Masculin
Gémeaux Dragon
Messages : 37
Age : 29
Rang dans le RP : Maniaque des explosifs

Feuille de personnage
Points:
0/0  (0/0)
Niveau:
8/10  (8/10)

Pouvoir: Provoquer des explosions

MessageSujet: Re: Braquage [PV Azai et militaires]   Ven 6 Mar - 23:32

Azai se battait comme un lion. Mettant en joug différents gardes, mais pas que, il y avait aussi des militaires dehors. Et les gardes à l'intérieur avaient profité de la panique pour se relever et tenter de défendre la banque. Même Kimblee, d'un naturel assez calme sentait que ça allait dégénérer. Les balles des soldats qui se trouvaient à l'extérieur de la base avait sans doute cédé à la pression, et commençaient à tirer dans tous les sens. Kimblee se mit à couvert derrière une des luxueuses colonnes qui soutenaient le bâtiment. Les tirs frôlèrent la colonne, et Kimblee ne sortirait que lorsque les tirs cesseraient. Lorsqu'Azai envoya Harry dans sa direction, Zolf le saisit et le fixa avec un sourire malsain.

"Hé mais ça va pas?"

"Les divisions par trois n'ont jamais été mon fort, à fortiori lorsqu'il s'agit d'argent."
Kimblee ne laissa pas au braqueur le temps de répondre, il le transmuta rapidement. Kimblee propulsa Harry contre le mur qui soutenait la grande porte vitrée en face de lui. L'explosion fut particulièrement violente, et provoqua une grosse ouverture dans le mur, et soulevant un immense nuage de poussière, les militaires dehors avaient arrêté temporairement les tirs, sans doute surpris par l'explosion. En revanche, à l'intérieur, les gardes avaient lancé un assaut sur Azai, qui les désarma un à un et les envoya dans la direction de Kimblee. Ce dernier se contenta de les transmuter, mais aussi de les envoyer dans les directions indiquées par Azai. Kimblee était au sol, et l'épaisse couche de poussière et de débris soulevés par les explosions lui empêchait de voir autre chose qu'Azai qui lui indiquait des directions où projeter les gardes. Azai avait déjà pris la voie des airs, et les militaires semblaient l'avoir pris pour cible. Kimblee profita de l'agitation pour saisir une personne à terre et la transmuter pour finalement la projeter par la lacune du mur. Un des soldats qui tentait de se mettre à couvert dans le bâtiment percuta violemment l'homme qui explosa violemment. Il fallait trouver un moyen de s'enfuir, et s'enfuir vite. Les militaires ne mettraient pas longtemps à se rendre compte qu'il y avait quelqu'un d'autre à l'intérieur. Azai avait complétement disparu, du moins Kimblee l'avait perdu. C'est alors qu'il eut une idée. Il se rua vers le mur opposé à celui qui portait la baie vitrée, et posa les mains sur le mur. Il y avait sufisamment de soufre et d'azote pour faire une belle explosion. Ce qui se fit la seconde après, cependant, le souffle et les débris firent quelques égratignures à l'alchimiste, comme il l'avait prévu, il se retrouva dans une petite ruelle derrière la banque. Déja des soldats entraient en masse dans la banque pour inspecter le lieu. Kimblee posa ses mains sur le pan de mur qui n'avait pas été endommagé, et transmuta à nouveau, de manière à créer juste une impulsion qui permettrait au mur de s'effondrer. Le tas de débris bloquait l'accès à la rue, ça ralentirait les militaires, qui n'avaient toujours pas vu son visage. L'alchimiste ôta son masque et s'enfuit dans une petite rue transversale, pour rejoindre le lieu que Develon lui avait indiqué comme point de rendez-vous pour les dernières formalités. Il entendit quelques coups de feu dans les rues adjacentes, Azai devait sans doute être en difficulté. C'est alors qu'il entendit aussi des bruits de pas, les pas des bottes de cuir de l'armée. Normalement les militaires ne le reconnaitraient pas, cependant il préféra prendre la ruelle opposée, ça rallongerait le trajet vers le point de rendez-vous, mais il y serait vite. On pouvait dire que maintenant, il était tiré d'affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuyu
Colonel
Membre
avatar

Masculin
Balance Cheval
Messages : 91
Age : 27
Rang dans le RP : Larbin de Mercade
Rang spécial Hrp : Nain Bleu

Feuille de personnage
Points:
24/75  (24/75)
Niveau:
13/20  (13/20)

Pouvoir: # Alchimie avec cercles tatoués basée sur les ondes de choc ~ Roi de la Capoeira °

MessageSujet: Re: Braquage [PV Azai et militaires]   Dim 8 Mar - 0:10

{ Assez plaisanté <3 }

NESPRESSO... WHAT ELSE ? ~

Bon... les prix augmentaient beaucoup trop ces temps-ci. Même le café devenait quasiment hors de prix. C'était inadmissible. Yuki était posté devant un rayon, perplexe, et hésitait entre prendre ces maudites capsules Nespresso et réviser un discours pour Mercedes expliquant qu'il y avait rupture de stock au QG. Très franchement, il n'avait aucune envie de songer à ça et il aimait autant user de manière abusive de son autorité afin de ne pas jeter l'argent par les fenêtres en cédant aux caprices de Mercedes. Et pour ainsi dire ne pas se faire beugler dessus pour une raison aussi petite et stupide. Et puis... fait chier d'abord... aller chercher le café, c'est pas vraiment une mission pour un Colonel quoi... c'était toujours lui qui devait se taper les tâches ingrates. Malgré tout, ce n'était pas celui qui était le plus à plaindre, même si être sous les ordres directs du Diable en personne était loin d'être une partie de plaisir. Et puis il avait faim en plus. Rah et puis merde ! Il attrapa trois boîtes de capsules de café et fonça vers la caisse. Avec un air impassible, il planta un regard sombre et froid dans les yeux de la vendeuse qui tremblait de peur et lui imposa de supporter son abus de pouvoir.

« Mademoiselle, en tant que militaire haut gradé je me réserve le droit de vous prendre ceci sans payer, car l'ordre de remplir la réserve de capsules Nespresso du QG me vient d'en haut et si vous vous opposez au bon déroulement de cette mission de rang A, je me verrai dans l'obligation de vous retirer de votre statut de commercial. »

Il accompagna cela de son perpétuel sourire arrogant et de son air hautain. Bien sûr, tout cela n'était qu'ironie mais la vendeuse avait plus qu'intérêt à rester tranquille si elle ne voulait pas qu'il s'énerve. Ce n'est pas de sa faute si le café devient hors de prix et c'est pourquoi elle devait être compatissante ! Bon, elle était quand même perplexe quant au fait que Yuki soit réellement un haut gradé de l'armée... c'est sûr, il ne portait jamais de tenue de militaire. Il trouvait cela déplaisant et pas assez décontracté. Justement, il portait le style de vêtements qu'un criminel mettrait. En plus de ça, il n'avait pas une tête de gentil chien-chien de l'armée, mais plutôt d'un gros salopard vicieux, sadique et manipulateur. C'est pourquoi les gens avaient tendance à le prendre en préjudice et donc à penser qu'il était tout l'inverse d'un militaire. Il ne s'en plaignait pas, car vu la réputation des alchimistes d'Etat, ça ne le dérangeait pas d'être pris pour autre chose que ce qu'il était réellement. La vendeuse le regarda de bas en haut et dans la mesure où il était armé de son trident, elle n'osa pas provoquer sa colère. Ah, l'abus de pouvoir est l'un des profits que l'on peut tirer d'un haut rang. Et même si les gens ne se rendaient pas compte de la personne à qui ils avaient affaire quand ils le voyaient, ils n'osaient pas l'ouvrir car Yuki avait... une caractéristique naturelle des plus subtiles : le pouvoir de la persuasion.

Une fois sorti de la boutique, portant les trois grosses boîtes en gardant son sourire habituel, il poussa un soupir avec un air à la fois las et amusé, un mélange assez subtil. Bon, c'était par où déjà, le QG... ah mais c'est pas vrai, il avait déjà réussi à arriver jusqu'à la boutique sans se perdre une seule fois ! Se pourrait-il que les miracles n'aient aucune chance de se reproduire deux fois en une journée ? Alala... se perdre dans Central était vraiment devenu une coutume chez Yuki. Même après toutes ces années au service de l'armée, il n'était toujours pas en mesure de retrouver son chemin dans les rues de cette grande ville. Mais ce n'est pas de sa faute si sa boussole interne s'est cassée à sa naissance, on lui pardonne. Enfin, il trouverait certainement une bonne âme pour lui indiquer le chemin. Et puis les trois boîtes qu'il tenait allaient rapidement lui faire perdre sa patience donc il valait mieux qu'il arrive au QG rapidement. Ces trois boîtes, il les tenait sous un bras, et son autre main tenait son trident, avec lequel il se tapotait l'épaule en marchant. Bon, aussi fou que cela puisse paraitre, le chemin jusqu'à maintenant ne lui était pas inconnu, et il reconnaissait à peu près quelles rues il avait empruntées entre le QG et la boutique.

Mais la surprise le gagnait au fur et à mesure qu'il progressait dans sa marche. En effet, les militaires pullulaient dans les environs. Il y avait des voitures bondées de soldats qui fonçaient à toute vitesse vers une distination bien particulière que Yuki n'aurait pas pu déterminer du premier coup d'oeil au vu de son sens de l'orientation défectueux. Il était tout de même perplexe ; pourquoi tant de panique et de précipitation ? Il y avait les voitures, mais aussi des troupes de soldats qui courraient dans la même direction, armes en main. Les civils aussi semblaient paniqués, de voir tous ces militaires s'agiter. Mais que diable se passait-il ? Yuki faisait les petites courses personnelles de Mercedes et voilà qu'il était en train de se dérouler sous ses yeux quelque chose qu'il avait rarement vu, surtout en plein centre ville. La panique totale. Curieux de savoir ce qui causait tant de souci, il prit une rue qui semblait mener au lieu du crime. De par son jeune âge et sa tenue qui n'avait rien à voir avec celle d'un militaire, personne ne se douta de qui il était, et par conséquent, une fois arrivé devant le bâtiment en question, il se fit magnifiquement jarter.

« Tiens donc, une banque. »

Il s'agissait là certainement d'un braquage de banque, ce qui ne l'étonnait que moyennement. Par contre, comme il venait de le voir, il n'allait pas pouvoir inspecter la banque et c'était quelque peu... gênant. Surtout que se faire traiter de morveux pas des soldats de troisième classe était outrancier pour quelqu'un de son calibre. Mais il n'insista pas, et de toute façon, pour l'instant la mission café était prioritaire. Enfin, pas de son point de vue, mais passons...
En fait, il devina qu'il s'agissait d'un braquage, mais c'est tout. Impossible de savoir qui étaient les coupables, et quelle était la mesure de la gravité de la situation. Yuki préféra ne pas insister pour passer. De toute façon, il avait les mains prises et il ne pouvait pas sortir sa montre d'alchimiste d'Etat pour prouver l'authenticité de son rang, même si la chaîne dépassait déjà de sa poche. Il s'éloigna de la banque, indifférent, et se laissa bousculer par quelques militaires qui étaient toujours sous la panique totale. Alala... pas besoin de perdre son sang froid comme ça, faut se calmer un peu, les gars. Mais une fois rentré au QG, Yuki comptait bien faire son rapport à Mercedes là-dessus. Un braquage de banque, ça ne se laisse pas sur le carreau comme ça. Bon, c'est vrai que la blonde s'en fiche ouvertement, mais sait-on jamais. Et puis qui sait, peut-être allait-il tomber sur les sales rats qui avaient fait sombrer la panique en rentrant. Ce n'était pas impossible, mais si ces braqueurs tombaient sur lui, ils avaient du souci à se faire. Yuki n'était pas de très bonne humeur.

Les coups de feu résonnaient, les civils étaient de plus en plus paniqués, et à vrai dire, il n'y en avait plus beaucoup dans les rues : on ne voyait que des militaires qui exerçaient leur métier peu importe les conséquences que cela aurait. Ah, ça faisait bien rire Yuki ça... prêt à payer n'importe quel prix pour faire son boulot... il trouvait ça ridicule et immoral. M'enfin, bref. Lui, il continuait de marcher tranquillement en essayant vainement de ne pas se perdre. Tous les bâtiments étaient barriquadés et ce braquage avait une influence énorme sur l'ordre public. Un tel trouble ne pouvait pas rester impuni. Mais Yuki n'avait pas la moindre envie de chercher les criminels... flemme pour cause. Si c'étaient eux qui venaient à lui, alors c'était parfait. Il bâilla à s'en décrocher la mâchoire et mit la main devant la bouche, mais s'arrêta net, quelque chose l'interrompit dans son bâillement. Ce n'était autre qu'une goutte de sang qui venait de lui tomber sur le front pour couler sur toute la longueur de son visage en suivant le parcours de l'arête de son nez. Puis une deuxième, puis une troisième, et ainsi de suite. Il y avait du sang qui coulait du toit du bâtiment devant lequel il se trouvait, et il ne tarda pas s'en rendre compte lorsqu'il leva la tête vers le haut du bâtiment. Ce n'est pas commun du sang qui tombe de la gouttière d'un hôtel restaurant, surtout quand il y a une étrange coïncidence avec la situation dramatique actuelle. C'était drôlement suspect tout ça. Et ça méritait d'être éclaircit sans plus attendre.

L'hôtel restaurant était assez haut, mais ce ne fut pas très long pour un alchimiste d'Etat de grimper jusqu'au toit. Mais s'il ne voulait pas égarer les boîtes qu'il avait eut tant de mal à dénicher, il était obligé d'escalader avec, et ce n'était pas très stable. Enfin, il y arriva tant bien que mal. Une fois à destination, il épousseta son pantalon, bien content d'être enfin sur une surface totalement plate, ce qui n'avait pas été le cas pour les murs. C'était bien sympathique d'aller sur le toit de cet hôtel restaurant, la vue y était magnifique. Mais de façon générale, car à l'heure actuelle, il n'y avait rien de très beau à voir, avec les flammes qui se propageaient non loin d'ici, les coups de feu, les voitures de militaires qui grouillaient... mais sinon, il y avait toujours du monde sur ce toit, car la vue était effectivement très bonne, principalement le soir. Bref, on ne va pas s'égarer. Il remarqua que ses soupçons s'étaient avérés justes. Il y avait devant lui une personne qui se vidait de son sang. Il avait des ailes d'oiseau, ce qui portait à croire qu'il s'agissait d'une chimère. De plus, il était armé. Bon, pas de doute, il avait vraiment une gueule de criminel celui-là. Mais il avait de la chance, Yuki n'était pas aussi objectif que les militaires de troisième classe qui agissaient sans réfléchir, comme s'ils étaient programmés pour ça. Non, il observa longuement la chimère, avec son sourire malicieux qu'il ne quittait jamais. Cette chimère oiseau avait certainement été blessée par les militaires, ça voulait dire ce que ça voulait dire. Il tenait un revolver, mais la main qui le tenait semblait s'être détendue, et de plus, ses yeux étaient fermés. Tout portait à croire qu'il était mort, mais vraisemblablement, il ne l'était pas.

« Mmmh... »

Il déposa les trois boîtes empilées les unes sur les autres au sol, pour ne pas qu'elles le gênent. En revanche, il tenait toujours son fidèle trident d'une main. Avançant d'un pas lent vers la chimère, il ne la quitta pas des yeux, d'un regard à la fois narquois et sombre. Une fois arrivé juste devant l'homme oiseau qui semblait être à bout de force, il se pencha pour ramasser son revolver et l'inspecter un peu. Il était tâché de sang évidemment, et était toujours chargé, même si son propriétaire avait dû tirer déjà beaucoup de fois. Il ne savait pas trop quoi faire dans l'état actuel des choses. Il n'avait aucune raison de tuer ce gars-là, mais aucune raison de le laisser en vie non plus. Seulement c'était assez lâche de s'en prendre à un homme à terre. Dans tous les cas, il ne comptait pas lui laisser sa liberté, après ça. Et il ne se préoccupait pas le moins du monde de la souffrance qu'il avait pu endurer dans la mesure où c'était une chimère, non, ça ne l'intéressait pas du tout. Être une chimère ne justifie pas les actes criminels et meurtriers, car comme il y avait eut pas mal de militaires qui s'étaient fait descendre, cet homme serait dès maintenant recherché par l'armée.

« Kufufu... on s'amuse bien j'ai l'impression. »

Il lâcha le revolver au sol et le transperça avec son trident. Il sentait que des ondes néfastes qui ne visaient personne d'autre que lui se dégageaient de la chimère et qu'ils n'allaient pas être potes. Bah, c'est bien connu, les militaires ne sont jamais potes avec les criminels, encore moins si ce sont des chimères enragées. Et puis, ça ne dérangeait pas Yuki de se faire détester. Au contraire, il était là pour ça. Et c'était bien petit de mépriser les militaires quand on n'était fondé que de crime... dans tous les cas, cette chimère ne pourrait pas deviner qu'il était un militaire. Enfin c'est ce qu'il pensait. Evidemment, car comme il ne portait pas l'uniforme de l'armée, ça pouvait porter à confusion. Mais la chaîne de sa montre d'alchimiste d'Etat qui tombait de sa poche reluisait, c'était difficile de passer à côté. Avec son éternel air supérieur, il continuait d'observer la chimère qui avait mille raisons de le haïr. Enfin, il se contenta de lui lâcher :

« Bon. C'est la fin. Au fait, je ne me suis pas présenté... je suis... ton pire cauchemars. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Braquage [PV Azai et militaires]   Dim 8 Mar - 1:32

Un bruit de métal brisé, le son de plusieurs pas et un parfum si nostalgique rappelant à la fois une jeunesse qu'on préférait oublier mais aussi la présence "paternelle" dont il se souvenait vaguement avoir profité. Yuki avait la même odeur que son père. Quelque chose de subtil que seul un animal saurait sentir. Ce n'était pas a la portée des humains de ressentir ainsi les choses. Le jeune Alchimiste venait de le désarmer et s'était approché de lui. Ce parfum... Il le détestait. Celui de Julius. C'était il y a bien longtemps. 6 ans environ. Lorsque sa mère l'abandonna un alchimiste récupéra le jeune garçon pour l'éduquer et l'amener à l'armée. Plus tard il servit d'expérience. Il fût baptisé Azai par Julius et Nagamasa, le nom qui figurait sur la maison dans laquelle on le retrouva. Le petit garçon avait une confiance totale en cet homme si bon avec lui. Mais avec le temps il apprit à la détester... à le haïr... à vouloir sa mort. C'était un alchimiste médecin mais qui créait également des chimères. L'idée de fusionner Azai avec plusieurs oiseaux était de lui. Afin d'assimiler e sa personne plusieurs comportements et avantages donné par mère nature. Notamment une vision parfaite avec ses yeux d'aigle et sa fragilité mentale pour la colombe et une douceur sans égal. Facile à manipuler. Cependant l'erreur résidait dans la vivacité d'esprit de l'aigle royal. Mais qu'importe... Il en avait fait une chimère mais pourquoi le haïr ainsi? Un homme qui peut voler, l'un des plus ancestraux rêve de l'humanité! C'est bien à cause de souffrances endurées à ce moment là qui sont responsable.

Flashback.

Le chirurgien fixa le jeune garçon sur la table d'opération. Il était attaché avec des lanières de cuir et il ne portait aucuns vêtements. Sous la table se trouvait un grand cercle de transmutation ainsi qu'un aigle et une colombe en cage. Non loin de là, Julius Shokkeru ainsi que plusieurs autres personnes. Des colonels, des généraux, Docteur Marco, King Bradley... La totale quoi. L'alchimiste posa ses mains au sol, des éclairs de lumières illuminèrent la pièce et vint enfin la douleur. Une douleur incomparable et impossible à décrire avec les mots. C'était comme si on lui arrachait la peau pour y implanter la chair de ces oiseaux. Il pouvait sentir chaque cellule de son corps vibrer sous l'effet de la fusion entre les trois êtres. Dans son dos, une douleur encore plus vive le fit tomber dans les pommes. deux ailes surgirent lui déchirant le dos. Ses mains se crispèrent pour devenir des serres et enfin la transmutation s'arrêta. Ils le détachèrent pour le transporter en cellule, accompagné par deux autres sujets. Sayo et Ritsuka. La pauvre Sayo ressemblait plus à un reptile qu'à un humain et Ritsuka avait deux oreilles de félins ainsi qu'une queue et des griffes. Les militaires les jetèrent violemment au sol sans état d'âme et ils partirent. Après quelques minutes, les sujets se réveillèrent.

- Salut... Moi c'est Ritsuka. Et toi?


- ...

Un peu moins de 6 ans plus tard...

L'homme félin plaqua Azai au mur, tenant chacun de ses bras entre ses griffes. Il l'embrassait langoureusement puis lorsqu'il s'arrêta il le fixa de ses yeux à l'iris en forme de fente. Il le poussa encore une fois au sol, se retrouvant au dessus de lui. Ritsuka lui tenait encore les mains l'empêchant d'échapper à son emprise.

- Tu vois... Tu auras bien fini par être seul avec moi un petit moment...


- AH! Non, arrête! Arrête ca tout de suite!!


- Je ne sais pas... hum... Je ne crois pas...

Il l'embrassa une nouvelle fois avant de descendre dans son cou puis en continuant lentement sur son torse. Azai rougit de plus belle, ne pouvant qu'observer, impuissant. Le félin saisit la fermeture éclair de son pantalon, relâchant les mains de la chimère oiseau. Celle-ci plaqua ses mains sur la chevelure de son compagnon, l'implorant de stopper cela immédiatement. Il serra entre ses doigts les cheveux de Ritsuka et tenta de le repousser.

- Non! Ri-Ritsuka... s'il te plait... Aaah!

Une ou deux heures plus tard environ Sayo fût ramené par la peau du cou, encore une fois couverte de sang. Ritsuka alla la récupérer par terre car les soldats prenaient un malin plaisir à jeter et frapper au sol les trois créatures. Azai lui, dormait à point fermé dans le coin de la pièce avec pour simple couverture la veste de son fougueux compagnon. Les gardes firent signe à Ritsuka de reculer puis l'un deux lui demanda comme à un chien de lui amener la chimère oiseau. Il les regarda avec toute la haine possible mais les abrutis ne pensaient qu'à rire. Il s'exécuta, sachant se qui lui arriverait s’il refusait. Les deux gardiens le saisirent par les bras le réveillant par la même occasion. Après quelques minutes de marches dans les couloirs du laboratoire il arriva encore une fois sur une table d'opération.

- Bien le bonjour, fils. Et oui... j'ai encore à faire avec vous trois. Même si l'armée ne veut plus vous utiliser, vous êtres très intéressant à examiner. J'étais d'ailleurs surpris par tes résultats au Kendo... vraiment impressionnant.

- Tais-toi, fils de chien! Tu n'es pas mon père! va crever!

- ...

Julius se mit à tousser fortement, se cachant la bouche d'un mouchoir. Il fit un geste las de la main après avoir rangé son mouchoir taché de sang.

- Ha! qu'importe! tu n'es qu'un rat de laboratoire, je m'en fiche bien de ce que tu ressens à mon égard. Allez-y!

Les trois chirurgiens avancèrent, scalpels et bistouris à la main. Il sentit la lame plonger dans son bras, et une autre dans son ventre. Une douleur incroyablement forte, le faisant hurler à plein poumon. Les lames firent de longues, longues entailles, le vidant de pas mal de sang. La science demande beaucoup de sang n'est ce pas? Les savants notèrent quelques trucs sur leurs papiers avant de refermer tout cela. Ils le soulevèrent et le poussèrent dans une autre pièce, le faisant s'assoir sur un siège. la douleur de l'opération le maintenait dans un état semi-comateux.

- Nous allons maintenant tester ta résistance à la douleur... amusons nous!

Il y eut une décharge électrique puis, un hurlement terrifiant qui retentit dans tout le laboratoire...

Flashback.

- Bon. C'est la fin. Au fait, je ne me suis pas présenté... je suis... ton pire cauchemars.


La chimère rouvrit les yeux, et observa l'inconnu devant lui. Il portait une montre d'alchimiste. Ne faisant plus attention au reste, il dégaina de nouveau son sabre et infligea un coup directement en le sortant de son étui et en se relevant. Le trident de Yuki fût littéralement tranché en deux. La créature avait la tête qui tournait très fort et la migraine ainsi que les douleurs des blessures par balles brouillaient sa vision. Il se concentra, rétractant ses ailes et les faisant rentrer dans son dos pour dépenser moins d'énergie. Le sang coula moins mais une bonne partie se trouvait déjà au sol. Ses vêtements étaient tachés... Sa vision redevint normale et il put découvrir avec stupeur le visage de son "sauveur" ou "agresseur"... Yuki ressemblait fortement à son père, ce qui le surprit au plus haut point. Le sang coulant de la tête de la chimère avait taché son bandeau. Lorsqu'il passa sa main sur son œil pour le frotter et être sûr de ce qu'il voyait il remarqua cette blessure encombrante. La chimère passa sa main pour retirer le sang puis dans ses cheveux pour tâter la blessure. En faisant cela il réveilla la douleur causé par la balle dans son bras... Enfin bref, il était bien arrangé! un étant vraiment pitoyable. Son dos le faisait souffrir mais c'était supportable. Ses ailes disparus il avait récupéré de moitié. Cela lui demandait beaucoup d'énergie pour les conserver. Le fait de les avoir fait disparaitre l'a probablement sauvé à temps.

- Toi!! Julius Shokkeru!! Sale fils de pute! tu va regretter d'avoir de nouveau croisé mon chemin!!!


Azai fonça droit sur celui qu'il croyait être son "père" et il tenta de le frapper à plusieurs reprises avec son katana. Malgré ses blessures il avait une agilité et une rapidité déconcertante! Des frappes bien précises, visant à diminuer ses mouvements. Cela allait être difficile de la calmer et de le désarmer. Azai esquiva des coups de son agresseur qui tentait de défendre puis il tourna sur lui même pour infliger un violent coup avec le plat de la lame en plein dans le ventre de Yuki pour le propulser à terre. La chimère chercha vainement son revolver à sa poche se rendant compte que l’objet brisé au sol était celui-ci. Il retourna son attention avec l'alchimiste, soudain pris d'un léger vertige qui le fit poser sa lame au sol comme une canne pour éviter de tomber.

- Après... tant d'années... tu reviens me persécuter. Je vous tuerais tous... Sales... alchimistes nationaux. Je vous tuerais tous! Pour ce... que vous avez fait.... pour ce que vous avez laissez faire! Vous avez vendus votre âme à l'armée pour... des privilèges et créer des chimères comme moi... ignorant la douleur enduré et tous les droits de l'homme...


Visiblement, Azai était en colère mais aussi fatigué. Son état se dégradait rapidement car il s'épuisait à parler et à combattre en vain un homme qui n'était même pas celui qu'il pensait avoir vu.
Revenir en haut Aller en bas
Yuyu
Colonel
Membre
avatar

Masculin
Balance Cheval
Messages : 91
Age : 27
Rang dans le RP : Larbin de Mercade
Rang spécial Hrp : Nain Bleu

Feuille de personnage
Points:
24/75  (24/75)
Niveau:
13/20  (13/20)

Pouvoir: # Alchimie avec cercles tatoués basée sur les ondes de choc ~ Roi de la Capoeira °

MessageSujet: Re: Braquage [PV Azai et militaires]   Dim 8 Mar - 14:31

Eh ben voilà, il n'était pas mort ! Ca arrangeait Yuki, il n'aurait pas apprécié ramener Azai au QG sans avoir pu s'assurer de ses mauvaises intentions. Il avait l'air d'avoir du mal à se mouvoir correctement mais il réussit à rouvrir les yeux pour fixer Yuki avec un regard rempli de haine et de rancoeur. Ca ne surprenait même pas notre nain bleu national, pas de la part d'une chimère à moitié morte en tout cas. Il lui renvoya d'ailleurs son regard noir, accompagné d'un sourire narquois et finement supérieur dont lui seul avait le secret. Etrangement, ce visage lui rappelait quelque chose, mais impossible de mettre le doigt dessus. Cela remontait à longtemps... et Yuki n'avait pour souvenir du passé que cette vieille histoire de planche, les folies de son père et la sagesse de son grand frère qu'il admirait et qui avait disparu de sa vie pour ne plus jamais y apparaitre. Il n'avait aucune envie de ressasser les souvenirs de son passé, bien qu'il n'ait aucunement souffert, ça ne l'intéressait tout simplement pas. Cela faisait bien longtemps que Road ne représentait plus rien pour lui et que Julius n'était plus qu'un vieux débris emporté par la maladie. Pour tout dire, Yuki se fichait de la souffrance des autres, en entrant dans l'armée, son coeur s'était pétrifié et il ne comptait pas revenir en arrière. La seule personne à qui il acceptait de consacrer son temps, à présent, c'était Mercedes, bien que ça ne soit pas comme chocolat et vanille entre ces deux-là. Enfin, en tout cas, il était certain d'avoir déjà vu Azai au moins une fois dans sa vie. Même si ça ne l'intéressait pas de savoir à quel moment exactement.

Après un court moment, Azai dégaina son sabre et fit un rapide mouvement circulaire avec, se relevant au même moment. Il découpa le trident de Yuki en deux, ce dernier en lâcha les reste. Il regarda ce massacre avec déconcertation. Y en a marre maintenant ! Ca faisait combien de fois qu'on lui cassait ses affaires ? Rolala... bon, ça n'allait pas se passer comme ça. Un trident ça coûte encore plus cher que trois boîtes de café, et Yuki ne comptait pas brûler son compte en banque juste parce qu'il avait ce problème de toujours casser ses affaires, ou de se les faire casser. Pff, c'est Mercedes qui allait encore se foutre de sa tronche... Il se gratta la tête, embêté, soupira longuement et déclara niaisement et ironiquement à la chimère oiseau :

« Alala... ça coûte très cher ces bidules, tu sais ? »

Mais la chimère ne l'écoutait apparemment pas. Bah, peu importe. Azai était couvert de sang, il y avait d'ailleurs une jolie flaque rouge écarlate sous ses pieds, rien de très beau à voir. On dirait que les soldats de troisième classe s'en était bien sorti avec celui-là. Bon, ça n'allait pas être bien long, vu l'état dans lequel il était. Yuki n'avait qu'à le sonner, le ligoter, le bâillonner et le ramener au QG en le traînant par les pieds. Même si Azai lui montrait une grande résistance, là, maintenant. Il arrivait toujours à tenir debout et à manier son sabre, même avec de pareilles blessures. Et même s'il était en pleine forme, Yuki n'aurait pas eut trop de mal à en faire son quatre heure. Vu comment de simples soldats de troisième classe l'avaient arrangé, il n'avait pas vraiment sa chance contre un alchimiste d'Etat, qui plus est un Colonel. Par ailleurs, ce n'était même pas la peine de chercher pourquoi Azai s'en prenait aux militaires, la raison était plutôt évidente. Alala... à part ça, la chimère avait démonté le trident de Yuki, et ce dernier comptait bien être impitoyable à l'égard du sabre que l'autre possédait, y a pas de raison que ça soit à sens unique.

Plus ça allait, moins la chimère avait de mal à tenir debout. Ca n'avait rien d'un joli spectacle, mais Yuki s'en fichait. Il était du genre à se désintéresser des gens autres que lui et Mercedes, que ce soit pour leur souffrance, leur colère, même leur haine... il n'appréciait pas énormément la transmutation entre deux être vivants afin de créer des chimères, il trouvait ça assez... dégoûtant, dirons-nous. Mais il ne s'y opposait pas car il s'en fichait. Voilà sa mentalité. Donc que cette chimère soit bien amochée, qu'elle ait souffert horriblement et qu'elle veuille se venger de l'armée, il ne s'en préoccupait pas le moins du monde, c'était un criminel et un criminel finit toujours par croupir derrière les barreaux. Et ça, il allait rapidement le comprendre.

« Toi!! Julius Shokkeru!! Sale fils de pute! tu va regretter d'avoir de nouveau croisé mon chemin!!! »

Julius ?! Yuki préféra dissimuler sa surprise, suite à cette déclaration. Oh. Il venait d'apprendre qu'il était devenu son propre père. Mais tout de même, confondre Julius avec un de ses fils... c'était fort. Yuki était très jeune, comment est-ce que c'était possible de le prendre pour ce vieux croûton de Julius ?? Bah, il mit ça sur le compte de la fatigue. Mais vraisemblablement, Azai connaissait Julius. Cela expliquait cette étrange impression de déjà vu. Oui, Yuki se souvenait, il y a six ans exactement... c'était un jour d'orage, où son père l'avait emmené au laboratoire tout simplement parce qu'il refusait de le laisser seul chez lui, dans la mesure où son grand frère Road n'était pas présent. Adossé au mur qui le séparait de la salle où se déroulait la pire des horreurs que l'humanité puisse commettre, il se souvenait qu'à ce moment-là, les cris de douleur fusaient... ce que Yuki n'avais pas pu supporter. Il n'avait pas assisté à la transmutation, mais avait su de son père qu'une chimère oiseau avait été créée à ce moment-là. Se pouvait-il que ce soit Azai ? Peut-être. Mais en tout cas, il ne montrerait aucune compassion à l'égard de la chimère, car les temps avaient changé. Purement et simplement.

Azai lança à nouveau l'offensive, en donnant plusieurs coups de sabre à Yuki. Celui-ci les évitait soigneusement, bien que les coups soient d'une rapidité impressionnante et d'une agilité hors normes, il devait bien le reconnaître. Puis il lui donna un coup avec le dos de sa lame, qui le mit à terre. Yuki n'avait toujours pas lâché son perpétuel sourire. Quant à l'autre, il fut pris d'un vertige et s'appuya de tout son poids sur son sabre. Yuki se releva sans trop se presser, et en deux temps, trois mouvements, il se retrouvait juste en face d'Azai, une main tenant la lame de son arme. Il l'écoutait lâcher ses menaces à l'égard de l'armée, sans rien dire, indifférent. Tout ça, ça ne l'intéressait pas trop. Et il trouvait que Azai était bien mal placé pour parler de souffrance. Il prit soin de lui répondre avec un grand sang-froid, sans perdre son calme. Car n'importe quel militaire face à une chimère enragée aurait du mal à garder son calme dans de telles circonstances.

« Tu nous tueras tous ? Je suis impatient de voir ça. Tu dois surtout t'attendre à avoir toute l'armée sur le dos. Si tu t'imagines que tu y trouveras la vengeance, tu es bien naïf. Hinhinhin. La seule qui viendra à toi, ce sera la mort. Personnellement, je me contrefiche que tu veuilles te venger ou je ne sais quoi, et que tu causes des pertes humaines à l'armée ne me pose aucun problème non plus. Mais as-tu seulement pensé à la souffrance que toi, tu infliges aux pauvres familles innocentes qui ne reverront plus ces personnes qui leur tenaient tant à coeur et que TU as tué pour tes propres intérêts personnels ? »

Joli discours mon Yuyu \o/ j'suis fière de toi !
Toujours avec son sourire de tombeur, Yuki saisit le sabre de la chimère et lui arracha des mains, quitte à se couper en tenant la lame. Un kendôka aux talents impressionnants n'est plus rien sans son sabre. Je vous l'avais dit, Yuki est sans pitié <3 Et puis de toute façon, le port d'arme blanche n'était pas autorisé aux civils. Ah, ça c'était une bonne excuse pour lui faucher son sabre, bien qu'il ne compte pas le garder. Pour plus de précaution, il dessina rapidement un cercle de transmutation et déforma la lame pour qu'elle ne soit plus tranchante, juste cylindrique. Puis il le fit tournoyer et le balança derrière lui, le faisant atterrir à l'extrémité du toit. Il attrapa Azai par le col, le fixant droit dans les yeux avec un regard sombre. C'est qu'il faisait peur des fois, Yuki x3. Mais avant de le saucissonner pour le ramener au QG, il devait régler quelque chose.

« On veut s'la jouer rebelle hein ? Héhé... quoiqu'il en soit, Julius est mort. Tu as une dent contre lui, n'est-ce pas ? Tu n'as qu'à te venger sur moi, compte tenu du fait que son sang coule dans mes veines. Enfin... en admettant que tu y arrives. »

Tralala ♪ Peut-être que ça, ça le calmerait. Et au cas où ça ne le calmerait pas, Yuki avait encore plus d'un tour dans son sac. S'occuper d'un criminel à moitié mort qui tenait à peine sur ses jambes, ce n'était pas bien compliqué et ça n'impliquait même pas de se servir de ses talents d'alchimiste d'Etat. Même si celui-là était redoutable. En effet, la rapidité et l'agilité dans ses mouvements était incroyable, et même dans cet état lamentable, il parvenait toujours à se mouvoir. Très impressionnant, tout ça. Il ne fallait pas laisser courir quelqu'un de son calibre, il se pouvait qu'il devienne encore plus fort. Yuki avait donc toutes les raisons de l'embarquer. Ca lui ferait un truc de plus à porter, mais bon, il le fallait bien. Yuki ne lâcha pas le col d'Azai, toujours avec le même air démoniaque, le fixant de ses iris bleues.

« À part ça... je présume que tu n'étais pas seul pour ce braquage. Je ne compte pas traquer les autres maintenant, je suis de mauvaise humeur. Mais si tu ne parles pas, il y a beaucoup de moyens efficaces de te faire cracher le morceau au QG qui t'attendent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Braquage [PV Azai et militaires]   Dim 8 Mar - 16:13

- Tu nous tueras tous ? Je suis impatient de voir ça. Tu dois surtout t'attendre à avoir toute l'armée sur le dos. Si tu t'imagines que tu y trouveras la vengeance, tu es bien naïf. Hinhinhin. La seule qui viendra à toi, ce sera la mort. Personnellement, je me contrefiche que tu veuilles te venger ou je ne sais quoi, et que tu causes des pertes humaines à l'armée ne me pose aucun problème non plus. Mais as-tu seulement pensé à la souffrance que toi, tu infliges aux pauvres familles innocentes qui ne reverront plus ces personnes qui leur tenaient tant à cœur et que TU as tué pour tes propres intérêts personnels ?

Yuki tenait le katana à une main. Azai avait horreur qu'on touche au sabre de Ritsuka...

- Mes intérêts personnels? Tu me fais bien rire! Je n'ai rien demandé! Et me voilà changé en monstre! Mais si on doit parler de morts, parle-moi d'Ishbal, et de Lior! sale chien des militaires! Retourne à la niche et laisse-moi faire ce que je veux! Aucun morts, ou milliers de morts ne pourra calmer ma vengeance alors sauve toi vite, petit humain!

Yuki récupéra l'arme d'Azai à une main, le surprenant car la pauvre chimère se sentait bien faible et c'était rare qu'un homme puisse le désarmer. il mettait cela sur le compte de la fatigue. La chimère ce contenta de reculer de quelques pas au cas où il voudrait frapper. Mais il n'y avait rien de tel. Il utilisa l'alchimie afin d'en retirer le tranchant, rendant l'arme inoffensive. Après sont méfait, il le jeta au loin, le faisant presque tombé du toit. Le bout de métal se trouvait au bord et était prêt à se retrouver plusieurs étages en bas d'un simple coup de vent. L'alchimiste l'attrapa ensuite par le col de sa veste et tenta de l'intimider. Le fait qu'Azai soit surpris était qu'il ressemblait beaucoup à Julius; personne d'autre n'aurait put lui faire peur ou le torturer ainsi. Cependant lorsqu'il le saisit il resta stoïque, écoutant les paroles de son agresseur...

- On veut s'la jouer rebelle hein ? Héhé... quoi qu'il en soit, Julius est mort. Tu as une dent contre lui, n'est-ce pas ? Tu n'as qu'à te venger sur moi, compte tenu du fait que son sang coule dans mes veines. Enfin... en admettant que tu y arrives. À part ça... je présume que tu n'étais pas seul pour ce braquage. Je ne compte pas traquer les autres maintenant, je suis de mauvaise humeur. Mais si tu ne parles pas, il y a beaucoup de moyens efficaces de te faire cracher le morceau au QG qui t'attendent.


Son fils... cela expliquait tout. Sa jeunesse, son langage... La créature poussa un soupir et éclata d'un rire qui ne présageait rien de bon.

- Son fils un...

Azai saisit son bras à une main.

- Alors dit moi, frère...

La main d'Azai se transforma en serre d'aigle, puis il attrapa son autre bras avec sa deuxième serre. Il serra fortement les mains, plantant les griffes dans la peau de l'alchimiste.

- Quel châtiment pourrait infliger... Au fils de celui qui détruisis ma vie?

Azai lui mit un violent coup de tête dans le nez, avec l'intention de lui briser net. Il serra encore une fois ses serres pour tenter de lui briser les poignets puis il l'envoya voler derrière lui. Azai se retrouvait au dessus de lui. Il lâcha l'un des bras de son agresseur et pointa sa main comme une arme blanche prête à frapper Yuki. Il frappa, mais celui-ci évita de peu le coup, forçant Azai à reculer. profitant que son adversaire était au sol, il alla récupérer son sabre qu'il posa au sol. Avec le sang qu'il avait récupéré sur ses blessures il se dépêcha de dessiner un cercle de transmutation. Après de longues études sur les chimères Azai avait passé son temps à essayer de comprendre l'alchimie. C'était vraiment dur! Pendant 3 ans il arrivait à peine à reconstruire des objets cassés.

Il allait tenter de retransformer son arme pour lui faire récupérer son tranchant. Il posa ses mains sur le cercle, et il réussit! Un apprenti alchimiste qui venait de retrouver son sabre. Il afficha un sourire satisfait, puis il releva la tête vers Yuki qui se relevait à peine de son agression. la chimère rangea son sabre, et apparemment ses blessures ne perdaient plus de sang. un pouvoir de régénération plutôt satisfaisant non? Pas au point de se soigner comme un homuncule mais les recherches de l'armée cherchaient comment créer des supers-soldats. ce n'était donc pas surprenant de trouver un cas de régénération chez une chimère. Il afficha un sourire aussi narquois que Yuki il y a quelques instants se sentant enfin mieux. Ses blessures n'étaient pas encore fermés alors il faisait tout de même attention...

- Ha... merci pour ces quelques minutes de répits. Tu serais intervenu plus tôt, tu n'aurais eu aucuns soucis à m'avoir, frère. Mais notre père avait un don pour les recherches, ca il faut l'avouer. Voler, et se soigner instantanément. Le rêve de tout homme disait-il... Je devrais peut être le remercier, je suis toujours en vie. Mais...

Un bruit de chair et d'os se craquant se fit entendre sur le toit du restaurant. Deux ailes blanches apparurent dans le dos de la chimère. Son visage affichait la douleur qu'il pouvait ressentir à chaque fois qu’ils les sortaient. Il regarda encore une fois son demi-frère tout en mettant la main dans sa poche. Il avait eut le temps de vider celle de Harry à la banque, récupérant ainsi son ticket de sortie!

- Les anges ne rêvent que d'une chose. Devenir humain...

Il y eut un "bip", puis Azai jeta aux pieds de Yuki un explosif. La chimère bâtît de l'aile et s'envola, bien assez loin pour ne plus se sentir menacé par la bombe ou les armes à feu. La bombe n'était pas aussi puissante que celles ayant servi dans les étages mais cela suffirait. 5... 4... 3... 2... 1... L'explosion retentit dans tout central. Le toit du restaurant vola en morceaux, mais il en fallait plus pour tuer un alchimiste tel que Yuki Shokkeru. C'était simplement une diversion. Azai s'arrêta et depuis le ciel, le regarda l'alchimiste en bas. Il avait survécu. La chimère resta un instant à l'observer puis elle tourna le dos, faisant un signe de la main. Un joli doigt d'honneur pour le jeune homme! Cela faisait longtemps, mais cela lui rappellerait probablement quelque chose...

Flashback.

Azai se trouvait dans le jardin d'une immense propriété. Il était assis sur un banc. Julius se trouvait à l'intérieur de la maison avec un jeune garçon appelé Yuki et son grand frère qui somnolait dans un hamac sur la terrasse. Le père sortit pour aller dans le jardin accompagné de son fils. Il s'avança vers Azai.

- Azai? Je te présente Yuki.

- ...

- lu'.

- C'est mon fils. J'espère que vous vous entendrez bien, tous les deux! hm?


- ...

- t'es sourd ou t'es muet? Idiot!

Yuki lui colla une baffe sur le sommet de la tête. Azai leva la tête et le regarda il affichait un grand sourire. Le jeune garçon se leva de son banc et s'en alla vers la maison. Il ouvrit la porte de la terrasse et le dos tourné à Yuki il afficha un doigt d'honneur avant de s'en aller. Le grand frère lui glissa un petit mot...

- Allons, du calme. Il venait de se réveiller. Je sais que c'est dur pour toi de débarquer dans une nouvelle famille mais fait preuve de bonne volonté un? on s'occupera de toi comme si tu faisais parti de la famille.

- ... oui...

Azai rentra dans la maison et se redit dans sa chambre.

- Un sale caractère...

- Laisse le papa! ce n’est pas grave, on apprendra à se connaitre, c'est tout!

Yuki afficha encore un sourire à son père. Mais le père lui, ne semblait pas si réjouit que cela. Le lendemain, le téléphone sonna. Azai descendit dans l'escalier et vit son père adoptif répondre. Celui-ci semblait assez en colère.

- Comment ça, vous ne voulez pas! Personne n'en a rien à foutre! Ramassé dans la rue jvous dit! C'est bien comme cela que vous faites de toute façon! Si vous voulez créer ces choses je suis partant, mais je le ferais à ma manière. Inutile de jouer les papas gâteux avec nos sujets!

Il raccrocha violemment et se rendit compte qu’Azai se trouvait là. Il tenta d'afficher un visage serein.

- Ah, fils. te voilà... tu viens? Nous avons préparé la table.

Azai le suivit dans la cuisine. Il s'assit à table, et Yuki s'assit en face de lui. Celui-ci portait un collier avec une dent accroché dessus. Il le retira et le tendit à Azai. Visiblement il voulait devenir ami. Le jeune garçon le prit et se le mit autour du cou.

- Comme ca, tu fais parti de la famille un? Alors soyons ami! ^__^

le gamin aux cheveux bleus sourit à son tour, et on lui servit à manger dans son assiette.

- Tu voudras venir avec moi au boulot demain Azai? Je n'ai pas trouvé quelqu'un pour vous garder. Votre frère est... absent aujourd'hui.


- Oui, si vous voulez père...

Flashback.

Azai jeta son collier qu'il s'était retiré et le jeta en direction de l'hôtel restaurant. Alors que Yuki marchait de nouveau dans la rue, il en reçu en plein sur la tête. A la hauteur à laquelle se trouvait Azai sa tombait assez vite non? C'était le collier avec la dent d'ours qu'il lui avait donné... le reconnaitrait-il? Peu importe... C'était aussi un bout de son passé qu'il préférait oublier. Le fils du monstre... Yuki Shokkeru.

- Mon frère… Je te tuerais...

Azai s'en alla au loin, se rendant au point de rendez-vous avec Develon et Kimblee.
Revenir en haut Aller en bas
Yuyu
Colonel
Membre
avatar

Masculin
Balance Cheval
Messages : 91
Age : 27
Rang dans le RP : Larbin de Mercade
Rang spécial Hrp : Nain Bleu

Feuille de personnage
Points:
24/75  (24/75)
Niveau:
13/20  (13/20)

Pouvoir: # Alchimie avec cercles tatoués basée sur les ondes de choc ~ Roi de la Capoeira °

MessageSujet: Re: Braquage [PV Azai et militaires]   Lun 9 Mar - 20:32

« Mes intérêts personnels? Tu me fais bien rire! Je n'ai rien demandé! Et me voilà changé en monstre! Mais si on doit parler de morts, parle-moi d'Ishbal, et de Lior! sale chien des militaires! Retourne à la niche et laisse-moi faire ce que je veux! Aucun morts, ou milliers de morts ne pourra calmer ma vengeance alors sauve toi vite, petit humain! »

C'est vrai. On mettait toujours les mauvaises choses sur le dos des criminels, mais l'armée n'avait rien à leur envier. Et ça, Yuki en était parfaitement conscient. Mais Azai ne savait pas de quoi il parlait... c'était un peu poussé de faire directement référence au génocide d'Ishbal, ça n'avait rien à voir. Absolument rien. Toute cette souffrance n'avait pas été voulue. C'était impossible à imaginer. Une guerre pareille n'aurait pas dû avoir lieu... et il était certain qu'un grand nombre d'officiers de l'armée avaient dû culpabiliser, voire déprimer suite à ça. Julius n'en faisait pas partie. Et Kimblee non plus, mais lui, c'était un cas plutôt à part. Tant d'horreur en si peu de temps n'était pas possible... mais bel et bien réelle pourtant. Sur un ordre du Généralissime, Ishbal DEVAIT être anéantie. Et ce fut impitoyable, toutes ces morts avaient détruit le moral de centaines de soldats. Tuer toute personne ayant les yeux rouges et la peau matte ! Tout le monde, sans distinction ! Homme, femme et enfant ! Telles étaient les directives. C'est ainsi que la pire des immondices vit le jour. Cette guerre, personne ne l'avait voulue. Dire que tout cela avait comme base le meurtre d'une enfant ishbale par un militaire... du moins, c'était ce que tout le monde croyait. Si peu pour arriver au pire génocide que l'humanité ait connu... ça avait été une véritable catastrophe. Une horreur, enfin c'était impossible à décrire. Donc de quel droit Azai se permettait-il de comparer ce massacre aux crimes que lui commettait ? Ca mettait Yuki hors de lui, mais il se contenta de camoufler ça au plus profond de son coeur de glace, ce qui lui était d'une grande facilité, puisque cela faisait des années qu'il n'avait pas fait ressortir la moindre émotion. Ainsi, ça ne lui fit ni chaud ni froid. Et puis, finalement, ça l'amusait assez. Il continuait de sourire, comme il avait l'habitude de le faire, snobant de plus belle la chimère oiseau.

Bref, Azai réalisa enfin qu'il n'avait pas affaire au grand Julius Shokkeru, mais à son fils cadet. Lui qu'il connaissait si bien. Ces retrouvailles étaient d'ailleurs loin d'être touchantes. L'un prenait des airs supérieurs et l'autre faisait exploser sa colère sans se retenir. Mais Azai finit par soupirer et éclater de rire, ce qui ne changeait rien à l'image que Yuki se faisait de lui. Ca ne fit qu'accentuer son amusement. Bon alors, quelle était la raison de cet éclat de rire ? Il ne tarda pas à la découvrir. Ce rire sournois qui s'échappait des cordes vocales du "volatile" ne l'inquiétait pas le moins du monde, au contraire. Les deux pseudo frères se défiaient du regard. Huhu, quel châtiment infliger à Yuki ? Bonne question... il aurait tout le temps de méditer sur le sujet une fois derrière les barreaux. Oh ça oui. Et puis, c'était stupide de s'en prendre au fils de Julius alors qu'il ne lui avait rien fait. C'était à Julius qu'il fallait s'en prendre, à personne d'autre. Ah mais j'oubliais... Julius est mort ! Mwahahahaha ! *rire sadique* Il lui avait détruit sa vie, alors qu'il était si jeune... c'est vrai... mais Yuki n'avait absolument rien à voir là-dedans. En espérant qu'Azai ne rencontre jamais Road, au cas où il le rencontrerait... ça irait très mal pour lui. Road était une intelligence supérieure, qui aurait pu sans problème rivaliser avec Mercedes, à l'heure actuelle ! Mais il était bien loin maintenant, cela faisait des années qu'il avait quitté Amestris. Peut-être même était-il mort, qui sait ? Il avait toujours été du genre à jouer avec le feu. Bref, passons. Quoiqu'il en soit, si Azai espérait se venger de l'armée, il était bien loin de cette prétendue vengeance. Déjà qu'il ne pouvait en aucune manière venir à bout de Yuki, concernant les soldats de première classe, n'en parlons pas. Mercedes pouvait l'éliminer d'une seule pichenette, par exemple. Il ne tiendrait pas longtemps avant de se faire attraper. Mais concernant ses compagnons de braquage, ce n'était peut-être pas le cas. Par ailleurs, Yuki avait déjà eut un bon nombre de fois une envie dévorante de coller une droite ou un coup de pied bien placé à Julius, alors d'une certaine façon, il comprenait Azai. D'une certaine façon, je dis bien...

Et rebelotte. Azai saisit un bras de Yuki de sa main qui se changea en serre d'aigle, puis ce fut au tour de son second bras de se faire prendre. Il laissa la chimère enfoncer ses griffes asserrées dans sa chair sans broncher. La douleur ne le fit pas réagir, il valait mieux rester insensible à ça, car montrer un signe de faiblesse à son adversaire était la dernière des choses à faire. Et ça, il le savait parfaitement, les haut gradés ont généralement de l'expérience dans le domaine. Il laissa couler de fins filets de sang le long de ses bras. Profitant de son emprise, Azai lui décocha un coup de tête dans le nez ; la tête de Yuki bascula vers l'arrière et il eut un léger froncement de sourcil suite à ça. Eh ben qu'est-ce que tu fous Yuyu ?? Il se laissait carrément tabasser là... les griffes d'aigle lâchèrent un de ses deux bras, et il tenta à nouveau de le frapper, mais Yuki esquiva sans problème. Ce qui ne l'empêcha pas de se retrouver au sol. Il était parfaitement calme, comme si tout ça ne représentait rien du tout pour lui... et ça ne représentait d'ailleurs rien. CQFD. Il se releva tranquillement, en se frottant le nez à cause du coup de tête qu'il avait reçu. Puis il plia son bras qu'il pencha en biais et regarda un peu le massacre. Il avait de belles tâches de sang sur ses manches, bien qu'on les voit à peine à cause de la couleur noire de sa veste. Souriant, les mains dans les poches, il s'approcha à pas lents d'Azai qui semblait avoir accompli un miracle en usant d'une alchimie des plus basiques. De plus, il avait rengainé son sabre pour ensuite plagier le sourire mesquin de Yuki (OMFGWTF !! xD). Ses deux ailes sortirent de son dos, il mit sa main dans sa poche et... tout se déroula très vite. Il lança un explosif aux pieds de Yuki et s'envola, à une hauteur qui paraissait suffisante pour ne pas être prit dans l'explosion. Yuki fixa son regard sur l'explosif, avec un air faussement surpris, et lâcha le premier truc qui lui vint à l'esprit.

« Itetee... on dirait que je suis mal barré... »

Vling vlang boom ! L'explosif explosa, comme tout bon explosif digne de ce nom. Le boom sonore était si puissant qu'on aurait pu l'entendre à cinq kilomètres à la ronde. Yuki avait eut l'idée au dernier moment de shooter dedans, et de se servir d'alchimie atomique pour se protéger au mieux de l'explosion. Le haut du bâtiment était en miettes, des débris tombaient à n'en plus finir et le nuage de poussière qui s'était soulevé en bas était tel qu'on avait un mal de chien à faire évacuer l'hôtel. Il devait certainement y avoir des blessés avec tout ça, et ça n'allait sûrement pas s'arrêter. Yuki était tombé en bas, étalé au sol et évitait les nombreux débris qui lui chutaient dessus. Il vit alors une boîte lui tomber droit dessus, et il se releva précipitament pour la rattraper. Et vint le tour de la deuxième, puis la troisième. Ouf, le café de Mercedes était sauvé. Il avait rattrapé deux boîtes avec chacune de ses mains, et la dernière faisait de l'équilibre sur son crâne, c'était plutôt ridicule comme situation mais au moins ça lui évitait de devoir nettoyer les toilettes pendant une semaine comme punition. Il les empila et s'assit dessus pour réfléchir. Le gant noir qui couvrait sa main cachait la partie supérieure de son visage à présent totalement inexpressif. Il re-songea à cette nuit d'horreur qui resterait certainement gravée au fin fond de sa mémoire jusqu'à sa mort.

\\ Flashback On //

« Tiens toi un peu tranquille, Yuki.
- Maaaaaiiiis ! Pourquoi Azai il a le droit de venir voir et pas moi ?? »

Agité... Yuki était agité. Il n'avait jamais apprécié la fréquentation des laboratoires, surtout s'il devait s'y ennuyer une journée entière avec absence de personne en mesure de le garder pour cause. Et en plus, son père faisait du favoritisme. Indigné, Yuki eut une meurtrière envie d'écraser la tête d'Azai contre le mur, mais il ne le fit pas. Azai était plus jeune que lui de deux ans, mais ce n'était pas une raison pour le favoriser à chaque fois. Il n'avait même pas le même sang. Il ne faisait pas partie de la famille ! Voilà ce qu'il pensait, et il ne le regrettait pas du tout. C'était le jour de sa quinzaine, mais c'était limite s'il n'était pas un enfant pourri et gâté, donc il est évident que les caprices étaient au rendez vous. Il s'assit par terre, s'adossa au mur qui le séparait de la pièce où son père et Azai étaient entrés. Il semblait qu'ils discutaient d'abord, et il pu entendre des cris d'oiseaux qui n'annonçaient pour l'instant rien de mauvais. Lui aussi aurait bien aimé les voir ces oiseaux ! Il passa ses bras autour de ses genoux pliés et rumina comme un vache en lâchant des injures qui ne visaient personne d'autre que Azai. Mais son attitude changea très rapidement... cela arriva comme la mort arrive aux vieilles personnes de quatre vingt dix ans.

Les cris d'oiseaux gagnaient en intensité, comme s'ils paniquaient. On pouvait entendre de lourds bruits métalliques, puis ce furent des cris d'horreur qui s'ensuivirent. Cette voix... c'était bien celle d'Azai. Yuki se mordit la lèvre, ne comprenant pas ce qu'il se passait. Plus les cris s'intensifiaient, moins il supportait, et il plaqua ses deux mains sur ses oreilles, pour ne pas entendre mais... c'était impossible de passer à côté. Julius était fou de laisser son fils sombrer dans la terreur, juste dans la pièce d'à côté. Ce soir-là était comme l'Enfer, mais ça devait être encore bien pire pour Azai... et pour ces oiseaux... mais que diable faisaient-ils ? Tout plein de choses défilaient dans le cerveau de Yuki qui savait plus quoi penser. Il était assit, à la base, mais il se retrouva très rapidement par terre, la tête entre ses mains, essayant de se calmer du mieux qu'il pouvait. Terrorisé, il agita un pied qui shoota dans un objet diforme, enfin une lampe. Cette lampe était la seule à éclairer la salle... il y eut des étincelles et elle se débrancha à cause du coup et tomba droit sur Yuki, qui hurla à son tour pour rouler en dessous de la table la plus proche, et au même moment, un violent coup de tonnerre se fit entendre. Plus un bruit... le mal avait été fait. Comment ne pas se souvenir d'une telle horreur ? Pour Yuki, ça avait été la peur de sa vie, la première fois qu'il s'était montré aussi sensible et pour ainsi dire la dernière fois.

« Nah... pourquoi... »

// Flashback Off \\

Yuki se remit à sourire normalement. Tout ça n'avait plus d'importance, de toute façon pour lui, rien n'a d'importance. À part peut-être le café de Mercedes, un joyau qu'il était forcé de protéger même au péril de sa vie. Il avait toujours ses trois boîtes intactes, et lui il n'avait quasiment rien ; juste quelques égratinures. Azai avait disparu, et même s'il était toujours là, ça aurait été plutôt difficile de le repérer avec tout ce brouhaha qui s'était installé. Il s'était enfuit... tsss. Ca ne faisait que rallonger un peu son temps de liberté, il finirait bien par se faire choper, après tout ce n'est qu'une chimère, et ce n'était pas la première à prétendre vouloir se venger de l'armée, et ça ne serait pas la première à échapper à la capture non plus. Il ne fallait pas prendre les haut gradés pour des poires, et ça, Azai ne l'avait visiblement pas comprit. Enfin en tout cas, concernant Yuki, tout ça ne lui faisait ni chaud ni froid. Il n'avait pas gagné contre Azai, mais il n'avait pas non plus perdu dans la mesure où il ne s'était même pas battu. Alors qu'importe. La mission "courses" de Mercedes n'était pas accomplie et il fallait terminer ça rapidement. Yuki enfourna sa main dans la poche de sa veste pour prendre sa montre dans le seul but de savoir quelle heure il était, mais il n'y trouva rien.

« Ah mais nan, c'est pas vrai...
- Un problème, mon colonel ?
- YAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAYYYYY !! »

Il sursauta et tourna la tête avec un air d'ahuri pour remarquer qu'un soldat lui demandait s'il avait un souci. Euh... non, pas du tout ! Il venait d'égarer sa montre en argent mais à part ça, tout allait pour le mieux ! Il regarda au sol et commença à inspecter les environs, laissant le soldat sur sa faim. Tout à fait, parle à mon cul ma tête est malade. Deux minutes plus tard, Yuki trouva une chaîne qui dépassait de sous un débris du bâtiment. Il réduit ce dernier en poussière grâce à l'alchimie et récupéra sa montre qui ne ressemblait plus trop à une montre... les aiguilles affichaient une heure qui paraissait improbable, la montre était toute cabossé et la chaîne déformée. Pauvre Yuki, il allait encore se faire engueuler avec ça... alors qu'il toisait le vestige de sa montre de son regard déconcerté, un objet pointu non identifié lui atterri sur le haut du crâne, puis il le rattrapa pour voir de quoi il s'agissait. C'était un pendentif fait à partir d'une dent d'animal, mais allez donc savoir lequel... perplexe, Yuki l'observa, sans rien dire. Qu'est-ce que c'était, ce truc ? Bah... peut-être quelque chose que Azai avait fait tomber... qui sait ? Sans réfléchir, il le plongea dans sa poche, ramassa ses boîtes pour les porter sous son bras et reprit son chemin. Il ne se préoccupait pas plus d'Azai, il ne représentait aucun danger pour l'armée, pourquoi s'en inquiéter ? Même s'il ne connaissait pas l'identité de ses camarades de jeu, pas grave, ils se feraient bien choper à un moment ou à un autre. Yuki avait plus important à faire de toute façon, comme faire réparer sa montre et ramener ses boîtes au QG ~


    [Tagada Pouet Pouet ♪ j'me casse nihihihi Arrow]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hinoto Portman
Petit Nouveau *_*
Invité

avatar

Féminin
Cancer Singe
Messages : 1886
Age : 25
Rang dans le RP : Chimère chat à la solde de Greed, elle recherche sa fille: Eden. La recruteuse de choc des DH.
Rang spécial Hrp : Grande soeur de May, Tata de Zina, Presque épouse de Subaru, mère d'Azai, d'Angelica (alias Eden) et de la box, buveuse de lait, marchant de sable à ses heures perdues, sosie brune de la fée clochette (jeteuse de poussière d'atmosphère), adepte de Saturnain, millitante pour la régence de vert, utilisatrice de . , fan du bas marché, chanteuse de générique de séries et dessins animés cultes, grande floodeuse (n°2 par le passé, actuelle n°1, en attente de se faire détrôner par sa petite soeur <3 histoire que le royaume reste dans la famille!), dealeuse de peluche qui boss pour Memory, accro aux pommes elstars, fondatrice de la secte anti time out.

Feuille de personnage
Points:
32/60  (32/60)
Niveau:
13/20  (13/20)

Pouvoir: Sens surdéveloppés, grande rapidité et aptitude à faire des sauts très haut, griffes acérés. Maîtrise des armes blanches et arts martiaux.

MessageSujet: Re: Braquage [PV Azai et militaires]   Jeu 12 Mar - 14:55

Un topic sympatoche à lire! La longueur de topic était bonne, même si accentuer le côté prise d'otage et les terroriser plus aurait été fun *-* oups, je dérape moi. Pour la longueur des posts, l'orthographe et la syntaxes, y a pas à dire: c'est du bon. Bref j'attends la suite de vos aventures avec impatience: un futur duel à mort entre les deux frérots? J'ai déjà commencer à lire le debriefing et j'attends la suite Smile Avant de passer au salaire pour votre bon boulot, j'aimerais qu'on fasse une minute de silence en la mémoire de Harry (bah quoi, son passage fût furtif, certes, mais bon jl'aimais bien moi). *une minute passe* Bon on passe à la caisse!

Kimblee du gagne un 7/10, tu as fait un post de moins que les autres et tes messages étaient un peu plus courts que les leurs ça donne cette note et tu as tué Harry

Pour Azai et Yuki, vous écopez tout deux d'un 8/10. C'était plus long et j'(ai bien aimé les flash back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Braquage [PV Azai et militaires]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Braquage [PV Azai et militaires]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Militaires démobilisés prennent le contrôle de l’ex-QG de l’armée au Cap-Haïtien
» Les dossiers militaires ( travail d étude )
» Les dépenses militaires ont augmente de 37% en 10 ans
» Les USA mènent des opérations militaires secrètes en Iran
» Emeute : Divertissement populaire donné pour des militaires par des spectateurs innocents...ou pas...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FMA-World :: Amestris - Central Area :: Central City :: Centre ville-
Sauter vers: