AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre Entre Greffés Ou Comment « Dieu créa l'homme à son image » ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Rencontre Entre Greffés Ou Comment « Dieu créa l'homme à son image » ?   Jeu 12 Mar - 17:24

Rush Valley … Love connaissait bien les environs. En effet, il était déjà venu assez souvent pour se faire réparer sa méca-greffe. C’était même ici, qu’il se l’était faîte installé, et qu’il avait perdu son bras originel. Autant dire que Rush Valley n’avait donc plus de secret pour lui. Sous un soleil de plomb, Love arpentait les rues bondées de la capitale de la mécanique. Il tenait son sac à dos en cuir noir par la anse, et marchait en direction des bas quartiers de la ville. Même si Rush Valley était relativement « petite », il y avait tout de même plusieurs types de quartier. Son réparateur d’Automail « Officiel », se trouvait dans un quartier lugubre et mal-fréquenté. Love, venait pour un petit contrôle de routine, et refaire un « poing ». Il voulait en effet, être opérationnel le plus tôt possible pour aller à Lior. D’après ce qu’il avait entendu dire, la guerre couvait dans cette contrée de l’Est … Et il était certains que les Ishbals, dominés par la rancœur, voient en cette occasion la possibilité de se trouver des alliés dans leur lutte sans fin contre Amestris … ainsi, Love espérait trouver sa sœur là-bas … Monica …

Le boxeur soupira, finalement l’histoire était cyclique, et les hommes restaient inchangés quelque soit leurs erreurs. Champion de Boxe, désormais Chasseur de Prime, Love avançait dans la rue, en bousculant les passants sur son chemin. Rien ne devait entraver son chemin, ni sa destinée le menant sur les traces de la True History … L’Ishbal à l’importante carrure, était l’incarnation même de la froideur. Son visage inexpressif, et sa démarche assurée le rendait presque inhumain … Vêtue de sa combinaison moulante noire habituelle, sac à la main, Love dont le regard était caché par ses lunettes de soleil, observait chacun de ses petits humains vacant à leurs occupations quotidiennes. Les humains, … Le monde … voilà bien des choses qui fascinaient notre philosophe en herbe.
Le soleil lui tapait sur la nuque, et Love commençait même à transpirer. Il prit une petite ruelle, à l’ombre, le menant ainsi vers l’atelier de mécagreffes d’Adams Smith, l’un des plus grands fabricants de méca-greffes du pays. A l’ombre, dans ses ruelles étroites, le danger pouvait survenir de n’importe où. Rush Valley n’était pas considéré comme une ville dangereuse aux yeux de l’Etat pourtant la criminalité montait en flèche ici. Love, avait souvent eût à exterminer de la racaille dans le coin. Il était même plutôt détesté dans les parages mais qu’importe, il n’avait pas peur de ces êtres inférieurs. Rares étaient les personnes qui avaient déjà réussis à se mesurer à Love. Sa force spirituelle combinée à ses techniques avaient souvent raison de ses ennemis. Il lui était cependant déjà arrivé de perdre des combats … dont un à Rush Valley. Ce jour-là il en avait payé le prix fort ; son avant-bras gauche. Love, qui continuait de marcher en direction de l’atelier, se remémora au passage les doux moments qu’il avait pu partager ici avec sa tendre Kaya. Bien que Love se considérait « libre » de tout, il était encore cependant attaché au souvenir de sa Juliette, celle qui lui avait fait changé sa vie.

Mais Kaya était morte, et Love le savait bien. C’était le cycle de la vie, et entraver ce cycle serait un affront même à la nature, chose pour laquelle Love avait beaucoup de respect. Il fallait faire son deuil, et il pensait du plus profond de lui-même l’avoir fait. Love leva la tête, pour voir la couleur du ciel, bleu … Poétique, doux rêveur, le tueur à gage aimait s’attarder sur certains spectacles banals qu’offraient la nature. En sortant de la ruelle, il tomba sur une petite place, qui servait apparemment de carrefour. Il n’y avait pas un chat ici … Love, posa son regard froid et haineux, sur des oiseaux mangeant quelques miettes de pain par terre. Il s’attarda quelques minutes sur la place, s’installant sur un banc en béton. Il était en face de là où les oiseaux picoraient le sol. Cette scène ô combien banal sembla inspirer Love. Il fixait avec attention les moindres mouvement des petits piafs, puis l’Ishbal jeta un rapide coup d’œil sur l’architecture des bâtiments. La façade était vieille remarqua t-il … Il s’agissait certainement du vieux quartier de Rush Valley. Les murs fissurés, avaient aussi perdu leur éclat. On pouvait encore voir quelques pointes d’orange sur la façade, mais tout était dépeint en gris désormais. Un lézard s’engouffra dans la brèche d’un mur. Lui aussi ne semblait pas vraiment savoir où aller …

Love soupira, il devait se faire créer un nouveau poing. En effet, lors de son dernier Rocket Punch, son poing propulsé à toute vitesse entra en collision avec un bâtiment. Le Rocket Punch fût alors réduit en miette x_x Depuis il avait réussit en rassemblant de l’acier, et d’autres composants à recréer son poing grâce à l’alchimie. Mais cette merde ne tenait jamais à l’avant-bras ! Elle se dévissait sans-cesse ! Cela était agaçant, mais aussi très dangereux étant donné que le Rocket Punch explose au bout de 10 seconde lorsqu’il n’est ni en propulsé, ni vissée à l’avant bras mécanique de Love … =S Il avait déjà failli, plusieurs fois, se faire exploser la tronche comme ça ><


* Kaya aurait bien ri ... *

Love ne savait pas trop quoi pensé de la mort. Il considérait la peur de la mort comme injustifiée, et source de faiblesse. Il n’en avait pas peur, et était prêt à partir à tout moment. Il ne regrettait rien, non jamais rien. Libre de toute emprise sur le monde actuel, il jouissait d’une liberté totale. A la recherche de Monica et Scar, sa véritable quête était la découverte de la True History. D’ailleurs rien ne devait passer avant cela. Il ne partira en paix lorsqu’il aura trouver les réponses à ses questions. Toujours assis sur le banc, Love se décida à partir. L’atelier de confection d’Automails n’était plus très loin. Il était déjà passé pas mal de fois par ici, mais c’était la première fois en tout cas qu’il s’y était attardé autant de temps. En marchant il ouvrit son sac à dos, qu’il continuait de porter à la main par la anse se trouvant en haut du sac. ( comme si on tenait un pack de bière * tombe * ) Il y avaient pas mal de truc dans son sac à commencer par beaucoup de billets, … L’argent des primes finissaient ainsi généralement dans ce sac, souillé par la moisissure. On pouvait trouver quelques guns et cartouches, une brosse à dent, des hameçons, une serviette, d’autres paires de lunettes noires, ou encore quelques bouquins dont une bible.

Il sortit cette dernière de son sac, puis la tenant de la main gauche ( alors que la main droite tenait le sac ), il commença à lire quelques passage à voix haute. Seul dans cette dédale de ruelles sombres, et malfamés ; ses paroles divines éclaireront peut être les âmes perdus. Love n’avait jamais eût fois en Dieu … Pourtant, il avait reçu une éducation religieuse très stricte. Il avait été éduqué pour qu’uniquement un jour il puisse servir Ishbala. Tss … Au final, en tuant les criminels, il rendait peut être service à Dieu, qui sait ? N’était-ce pas à lui de protéger ses fidèles après tout ? De toute façon Love s’en foutait, il ne croyait pas en l’existence d’une puissance divine. Il n’avait donc ainsi ni compte à rendre, ni devoir à remplir. Il était juste libre, … et seul. La solitude ne l’avait d’ailleurs jamais vraiment ennuyé. Il préférait être seul plutôt que de bavasser inutilement, ou de créer des liens avec les autres êtres de son espèce. Non cela ne l’intéressait plus vraiment. Il s’était vite rendu compte que les humains étaient bien trop différents de lui pour ne serait-ce qu’avoir une conversation « intéressante ». Love n’avait pas de place dans ce monde. Son destin, qu’il écrivait un peu plus chaque jour, le mènerait peut être un jour à conduire les hommes vers les lumières. Peut être après tout … qui sait …
L’Ishbal continuant d’avancer dans ce véritable dédale de ruelles, se mit à lire un passage de la bible. Une phrase l’interpella. De sa voix la plus rauque, il se mit à l’énoncer tout haut. Son timbre de voix particulièrement grave rendait notre Love encore plus sérieux, plus inhumain, plus super-bourrin que jamais ! Cela contrastait quelque peu avec ce qu’il disait :


« Ce qui fut, cela sera ; ce qui s'est fait se refera ; et il n'y a rien de nouveau sous le soleil. »

Les religieux étaient sûrement les sages d’autrefois, au même titre que nos jours le sont les alchimistes … Cette pensée à moitié ironique, l’amusa. Il continua sa route, le livre à la main. Quelqu’un le suivait depuis un bon moment, il le sentait … c’était … distrayant.
Revenir en haut Aller en bas
Milovan Yaroslava
Disparu
Membre

avatar

Masculin
Poissons Cheval
Messages : 326
Age : 27
Rang dans le RP : sadique chronique avec un bon fond xD
Rang spécial Hrp : fils de Mercade - Mari de Greed et Havoc- Très beau mari de Lys et Tiky- Père de Lust, Wrath et Kurnous - Luxray d'FMA W

Feuille de personnage
Points:
41/41  (41/41)
Niveau:
13/20  (13/20)

Pouvoir: Alchimie de chair, la fait se nécroser jusqu'au niveau des os inclu - techniques au couteau

MessageSujet: Re: Rencontre Entre Greffés Ou Comment « Dieu créa l'homme à son image » ?   Ven 13 Mar - 1:18

Le militaire avait profité du temps de trajet désespérément long pour s'employer à reprendre un aspect totalement convenable. En effet, il aurait été malvenu que quelqu'un remarque le sang qui parsemait son visage et en partie ses mains, quoi que plus sec sur celles ci. Et heureusement il y avait toujours un petit compartiment avec lavabo dans les trains. Le militaire s'y enferma et après plusieurs minutes de frottages et de rinçages intensifs il avait enfin réussit à retirer le liquide rouge qui commençait à coaguler.

*J'ai une tête à faire peur... Et puis j'arriverais pas à me débarasser de ce gout comme ça.*

Milovan passa une main sur sa gorge et grimaça, non, le sang était trop prenant pour être élaquer comme ça... Il ne pourrait pas manger avant des heures et des heures après ça, sinon il savait bien qu'il ne supporterait pas le mélange ds relants acres du sang avec les autres aliments... plus normaux. Un soupir lui échappa, il allait encore perdre des kilos, ça risquait de devenir inquiétant à force.
Il retourna jusqu'à sa place et attendit patiemment la fin du chemin, il n'y avait presque que des réfugiés dans ce wagon, eux au moins avait compris où se trouvait la justice et le bien être, loin des superstitions divines et de leurs appels à la violence.

A peine eu t il entendu l'arrivée en gare qu'il s'activa pour sortir au plus vite, les barillement de certains bébés lui tapant rudement sur le système. Il sauta, force de l'habitude, les trois marches métalliques pour attérir sur le quai et le "CLAC" significatif qui lui parvint depuis sa jambe lui fit vite comprendre qu'il avait fait une belle stupidité. Il eut un bref moement d'immobilité digne d'une statue avant de prendre une grande inspiration et de reprendre son chemin avec l'expression la plus stoique et sévère qu'il avait jamais eut.... En même temps, il avait plus mal maintenant que dans la totalité de la mission qu'il venait de finir. La connexion avec les nerfs était entrecoupée par des court circuits et chaque pas ou presque en provoquait un.

Non vraiment, heureusement qu'il était revenu ici, il n'aurait pas fait long feu sans ça. Il fallait qu'il retourne chez celui qui avait fabriqué le premier, qu'il n'avait d'ailleurs pa eu l'occasion de changer pendant toutes ses années. Cet homme là serait à même de omprendre de quoi il avait besoin et de lui en fournir un neuf de meilleure conception. Yaroslava entrait à peine dans les grandes artères de la ville, il en avait pour une belle trotte, surtout avec sa jambe droite dans cet état et la foule n'allait pas l'aider...


*Avec les petites rues se sera plus simple... Aucune des petites frappes de cette ville ne pourra me blesser, même en ce moment.*

L'alchimiste s'engouffra dans la première allée sombre qu'il reconnut et se laissa giduer par ses souvenirs du lieu, assez précis, certainement à cause de leur importance comme tournant de sa vie. Le quartier n'était pas beau, mal famé certes, mais au moins, ici il ne risquait pas de rencontrer de fanatiques, d'adeptes religieux ou presque pire... Des survivants d'ishbals. Pas que le major soit prit de remords terribles en leur présence, il avait déjà revut des Ishballs depuis la guerre et n'en avait eu cure. Mais c'était surtout cette indicible montée de colère, de haine à l'encontre de ceux ci. Le massacre était encore bien présent dans son esprit et il n'avait pas réussit, malgrès ses efforts à pardonner au peuple dans son ensemble tous les morts de l'époque.

Il continuait de marcher, essayant de penser à autre chose, et pourtant, il avait écoppé de son automail à cause de tout cela et celui ci lui avait rendu bien plus de service qu'une vraie jambe... Il en était de même pour ses scarifications alchimiques, après tout, s'il n'avait pas fait la guerre, il n'aurait jamais put développer sa technique ainsi et comprendre comment aider réellement la population d'Amestris à mieux vivre. La défendre de ses ennemis physiques étaient plus important que de vilaines égratignures du à des échardes ou un peu de gel. Milovan n'allait plus tarder à atteindre le bon quartier. Quand il se figea au croisement d'un des chemins qu'il devait prendre.

Grand, trop basané pour être simplement bronzé, imposant dans cette petite ruelle et portant des lunettes de soleil caractéristique de ceux ne vivant pas en camp. Un Ishbal. Il serra le poing mais ne fit, ni ne dit rien qui put le faire remarquer particulièrement. Le Fossoyeur n'était pas dans cette ville pour se battre. Mieux valait calmemant continuer son chemin... Qui suivait le même tracé que celui de l'inconnu. C'était bien sa veine tient.
Restant à distance honorable, il n'avait aucune envie de coller une personne de cette ethnie. Il continua donc sa marche, détaillant forcément un peu plus l'autre, tenue moulante noire, assez étonnant à vrai dire. Des cheveux très court et décoloré et un sac à la main. Il faisait décidément un peu atypique.

Hum ? Il prenait quelque chose dans son fardeau... Yaroslava plissa les yeux, accélérant légèrement pour mieux voir s'octroyant au passage un élancement supplémentaire dans toute la cuisse. Il eut presque un hoquet de stupeur en voyant la Bible dans la main de l'homme. Ce n'était pas possible ?! Un religieux, mais vraiment qu'est ce qui ne tournait pas rond sur cette maudite terre ? Le sang se mit carrément à lui battre la tempe quand le dit devanceur commença à lire à haute voix. Il n'allait tout de même pas se faire infliger ça... Il serra les dents et se dit qu'il n'avait plus qu'une centaine de mètres avant le mécanicien, il devait tenir juste ce temps là.


« Ce qui fut, cela sera ; ce qui s'est fait se refera ; et il n'y a rien de nouveau sous le soleil. »

Grrrrr...... Le militaire se força à se porter à la hauteur de ce qu'il qualifiait d'avance de fanatique. Et jetant un regard vers celui ci, fixant le visage couturé et remarquant réellement au passage la carrure de l'homme... Non, ils ne pouvaient tout de même pas avoir le même mécano ? L'expression sombre, il lança de sa voix la plus haimable, donc aussi lugubre qu'un passage de vent par moi -15 en pleine hiver sur une lande désertique. Tout en continuant d'avancer, espérant autant pouvoir en découdre avec cet homme qu'arriver chez son réparateur avant que cela ne dégénère.

"Bien que cela ne me concerne nullement... Vous devriez faire attention à ce que vous dites, vous pourriez vous créer de facheuses inimitiées."

Ne pas en dire plus, ne pas attiser les problèmes, mais ça le rendait tellement furieux. Un rictus encore discret se peignit sur son visage en même temps qu'une lueur malsaine éclairait son regard.

"Surtout avec des origines pareilles."

Il avait presque crachée la fin de cette dernière phrase. Oui, les ishbals n'étaient supportables que de loin... Après tout il n'avait aps de raison de se priver. Il tourna la tête vers l'Ishbal et le défia du regard, un léger tic qu'il réprimait avec force faisant légèrement se retrousser sa lèvre supérieure. Plus que 50 mètres avant le magasin d'automail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre Entre Greffés Ou Comment « Dieu créa l'homme à son image » ?   Lun 16 Mar - 1:24

Love continuait de lire son livre, quand il fût soudainement interpellé … Hum quoi, finalement ses paroles avaient sûrement éclairé la vie de quelqu’un. Il se devait peut être de montrer la voie de la sagesse, et monter les autres hommes vers le haut. Après tout, ils étaient faibles et pathétiques, et sans un leader, un prophète venu des lumières tel que lui, ils continueraient de faire n’importe quoi de leur existence. Rassembler les hommes pour les guider vers le meilleur. C’était peut être sa destinée, … Enfin, il n’avait pas le cœur, ni le courage, de mener à bien cette mission impossible. Les hommes étaient perdus depuis bien trop longtemps. Et chaque jour qui passait, les écarter un peu plus de la Vérité. Love était définitivement bien pessimiste. Et entendre ce genre de paroles, comme il venait de le faire, ne pouvait qu’accroître son incompréhension face à ceux de son « espèce ».

"Bien que cela ne me concerne nullement... Vous devriez faire attention à ce que vous dites, vous pourriez vous créer de facheuses inimitiées."

Ridicule était le premier mot qui lui venait à l’esprit. Mais devait-il en vouloir aux autres humains ? C’était une de ses questions récurrentes. S’élever au dessus de la bêtise naturelle qui caractérisait l’homme, était une chose ardue. Il ne devait peut être pas tenir rigueur de ces propos. Enfaîte, il n’en avait strictement rien à faire. Mais comme il le disait souvent, dialoguer avec les autres de son espèce, n’était qu’enrichissant ou presque. Bien entendu les dialogues creux et stériles, comme celui-là, ne l’enchantait guère. Il n’allait rien à apprendre sur la True History, ni même quelque chose d’intéressant. Allait-il devoir se justifier de ses paroles ? Ah oui c’est vrai, ce qu’il venait de dire, était extrait de la bible, un livre vieux comme le monde, délaissé par les actuels êtres qui peuplent l’univers. Apparemment les humains avaient décidé de se tourner vers la science. Pathétique. Bien entendu les théories entourant l’alchimie étaient très élaborées, et ne manquaient pas de crédibilité. Mieux, elles pouvaient elles-même se rapprocher de la True History, mais était-ce une raison pour abandonner l’héritage du passé ? Nos ancêtres, étaient des hommes. Comprendre le passé, pour mieux se comprendre. Percer le secret du passé … pour mieux se tourner vers l’avenir. Il y avait une cruelle différence entre croire en l’existence d’une force divine, et lire l’héritage des ancêtres. Pour Love, cette nuance était facilement compréhensible. Mais cela n’était pas donné à tout le monde apparemment. L’Ishbal, se retourna et se trouva face à un homme … à l’apparence faible. Sûrement pas un combattant. Une petite teigne de Rush Valley, sûrement … Qui sait, il était peut être le prochain qu’il allait éliminer pour quelques pièces …

Love, le regard froid, et le visage dur, le fixa longuement. Il remarqua que son « interlocuteur » boita. Il était plutôt mal en point à première vue. Le constructeur de méca-greffe ne se trouvait pas loin de là, et ici tout le monde en était équipé. Peut être que lui aussi allait rendre visite à Smith .. Cela ne l’étonnerait guère. Enfin, savoir ce que foutait ce type ici ne l’intéressait pas. Il n’avait pas de temps à perdre … Le temps pressait, la mort pouvait nous emporter à n’importe quel moment. Il devait trouver Monica, et trouver les réponses à ses questions. Dialoguer futilement avec cet homme ne l’intéressait pas. Cependant en tant que prophète venu de la lumière, il était peut être de son devoir, de l’éclairer. Love, le regarda longuement. Son visage malsain, et la froideur qu’il dégageait … Bah … ça avait de quoi être pitoyable. C’était pas le genre que voulait se donner tous les hommes pour paraître fort ? Ah si sûrement. Mais en faisait-il de même ? certainement ….

« J’éclaire le chemin des passants. Mais vous n’avez pas tord, les êtres humains de nos jours, ont tendance à ne pas entendre ni comprendre la voix de Dieu. C’est regrettable. »

Hum … il venait de dire cela sur un ton des plus glacial. Il avait bien entendu, compris le petit sous-entendu qui se glissait derrière la phrase de cet homme. Mais à quoi bon tenter de sauver un homme déjà perdu ? Love ne croyait pas en Dieu, mais il n’y avait pas que des conneries d’écrites dans ce bouquin. Les religieux, philosophes du passé, tendaient eux-aussi à se rapprocher de la True History, et pour trouver des réponses à ses questions, love devait aussi comprendre le passé.

L’homme ré-enchaîna tout de suite, … Ses origines ? Oh, vraiment. Love, trouva cette réplique des plus populaires, et vulgaires. Enfin, devait-il dédaigner cet homme ? Non, puisqu’il était certainement victime de la conscience collective, qui s’imposait à lui. Le conformisme d’opinion était de rigueur dans nos sociétés modernes. Et puis après tout, les Ishbals ne faisaient rien pour arranger leur réputation. Il n’y avait qu’a prendre l’exemple de sa pauvre sœur, qui s’était égaré dans l’ombre. Mais lui, la Lumière allait peut être pouvoir la sauver. Il l’espérait, dans le cas échéant, il devrait la faire disparaître définitivement de la surface de ce monde.

Love, s’était arrêté, et continuait de fixer l’homme droit dans les yeux. Il prit Milovan pour une petite raclure de Rush Valley. Une de ses petites frappes sans avenir. Un parmi des milliers. Il connaissait bien ce genre de personne, après tout, il en avait combattu tellement à Water Seven … La lumière avait fait place à l’ombre dans leur cœur et leur esprit. C’était regrettable. Il portait un jugement hâtif sur cet être, mais en aucun cas, il le haïssait ni même n’éprouvait un quelconque sentiment à son égard. Il était banal, et sans importance. Cependant lui répondre était la moindre des choses. La politesse ? Ouais sûrement, d’autant plus que ses paroles le guideront peut être vers un autre chemin. Love était pessimiste certes, mais il savait aussi que faire changer les hommes n’était pas totalement impossible.

« Je suis un être humain. Je suis sorti du vagin de ma mère, et je descends du singe. Aurions-nous des origines différentes ? »

Il allait sûrement croire qu’il reniait ses origines Ishbals, alors que bien entendu pas du tout. Le chasseur de prime se définissait juste comme étant un homme avant d’être un Ishbal. Seulement cette nuance n’était pas forcément compréhensible pour certains humains. C’était regrettable.
Revenir en haut Aller en bas
Milovan Yaroslava
Disparu
Membre

avatar

Masculin
Poissons Cheval
Messages : 326
Age : 27
Rang dans le RP : sadique chronique avec un bon fond xD
Rang spécial Hrp : fils de Mercade - Mari de Greed et Havoc- Très beau mari de Lys et Tiky- Père de Lust, Wrath et Kurnous - Luxray d'FMA W

Feuille de personnage
Points:
41/41  (41/41)
Niveau:
13/20  (13/20)

Pouvoir: Alchimie de chair, la fait se nécroser jusqu'au niveau des os inclu - techniques au couteau

MessageSujet: Re: Rencontre Entre Greffés Ou Comment « Dieu créa l'homme à son image » ?   Sam 21 Mar - 1:01

Le militaire tiqua et s'arrêta net pour foudroyer l'homme du regard. Un instant il hésita à lui sauter à la gorge immédiatement mais un sourire réaparut sur ses lèvres alors que celles ci s'étiraient dangeureusement en dévoilant ses dents peu communes. Il plissa les yeux en fixant le précheur. Alors comme ça monsieur voulait communiquer la parole de dieu et se pensait de la même origine que lui ? Stupide fanatique...

"Vraiment ? Je pensais que c'était dieu qui avait tout créé ? D'ailleurs, est ce qu'un survivant dans ton genre peut affirmer qu'une entité supérieure protège le monde après de tels évènements ?"

Oui, il était énervé, tutoiement, sous entendu lourd. Le léger tic qu'il avait eu jusqu'alors c'était transformé pour laisser place à un sourire malsain et féroce. Encore heureux qu'il porta toujours la capeline de Lior, sinon le détail des éclaboussures de sang de ses autres vêtements auraient finit de le faire passé pour un animal enragé... Malgrès cela il était encore capable de se contrôler, pour un temps du moins. L'écart avec la boutique était mince si le ton montait de trop il était presque certain que quelqu'un viendrait les arrêter...

Le fossoyeur aurait aimé ajouté plus, mais il devait se restraindre, attendre au cas où. Il ne voulait pas se battre n'est ce pas ? Même si le conflit devenait de plus en plus envisageable. Après tout, même avec une jambe en vrac il était encore capable de prouver à un homme que son dieu n'était qu'une idée inventé par les humains pour se rassurer et justifier leurs actes odieux et monstrueux !




[post honteusement court je suis navrée, mais sachant que Love allait disparaitre sous peu je ne voulais pas trop développer au risque de bloquer notre cher Romeo pour le futur !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre Entre Greffés Ou Comment « Dieu créa l'homme à son image » ?   Lun 23 Mar - 1:35

Love trouvait cet homme des plus déplorable. Mais devait-il vraiment lui en tenir rigueur ? Etait-il victime de la stupidité naturelle des hommes ? Le soleil cognait. C’était une belle journée … une journée ensoleillée, comme Love les aimait. Cela lui rappelait le temps où il se levait tôt le matin pour aller pêcher avec Monica … Le bon vieux temps … Mais cette époque était révolue. Maintenant tout avait changé, sa vision des choses était si différente des autres. Devait-il changer ou faire les changer les autres ? Voilà un cruel dilemme. Face à cet homme des plus pitoyable, Love restait statique. Il était si froid, si imperceptible. Insondable, c’était un être venu des Lumières, ça il en était persuadé. Il avait hérité de la sagesse de ses ancêtres, et il se devait quelque part, de propager la bonne parole. Une rencontre si anodine que celle-ci pouvait se révéler être un tournant dans la vie de cet homme, mais aussi dans celle de Love. Faire changer d’opinion les autres était une chose ardue, les hommes étaient bornés et bien trop soumis à la conscience collective …

Love sous ce soleil de plomb, se contenta de fixer cet homme d’un air des plus hautain. C’est pas qu’il le méprisait, c’était juste que love avait l’habitude de regarder tout le monde comme ça. C’est sûr, il se pensait supérieur aux autres. Mais n’était-ce pas le cas ? Il était différent, sa perception du monde était si étrange … Love avait bien remarqué ce type était du genre … « pas tranquille ». Certainement une personne « raciste », bien que ce mot était dénué de sens selon Love, ou tout simplement un être bête. C’était ce qu’il y avait de plus plausible. Sa réponse confirmait les hypothèses de l’Ishbal … Des préjugés en veux-tu en voilà …

Parler avec ce type n’avait aucun intérêt. Il était déjà perdu, … tout comme sa sœur, tout comme tous les fanatiques en tout genre. Ca n’aurait pas étonné Love que ce type soit un militaire. L’Ishbal n’avait pas de préjugés sur les militaires … mais quoi qu’on en dise, ils étaient beaucoup plus extrémistes que la plupart des citoyens ordinaires. En haïssant les Ishbals, cherchaient t-ils à justifier leurs actes ? Exterminer un peuple non, mais exterminer une race inférieure oui ? C’était certainement ce qu’on avait bourré dans le crâne des exterminateurs d’Ishbal. Cependant Love ne connaissait pas cet homme. Il était peut être juste un petit délinquant de Rush Valley comme tout le portait à croire …

Son idiotie était des plus regrettable. Love n’avait que peu de temps pour achever sa mission. Discuter avec un homme comme lui, le retardait dans sa quête. Il répondit alors à ce dernier avant de continuer sa route, comme si rien ne s’était passé :

« Dieu, la Vérité, La Lumière … Tout cela est similaire. Qu’importe l’appellation que tu lui donnes. Et par ailleurs … La Vérité n’est-ce pas ce que les Alchimistes de TON pays cherchent ? Preuve que les hommes, quelque soit leur origine, sont tous identiques. Nous sommes tous conçus de la même façon, et nous nous posons tous les mêmes questions. Reste donc dans ta bassesse et dans l’obscurité. Tu es perdu … Mon frère. »

Love continua donc sa route, sans même attendre l’éventuelle réponse de ce petit écervelé. Son ironie de bas-étage était des plus déplorables. Il devait certainement se croire drôle, ou intéressant, mais dans le fond il n’était que ridicule. L’Ishbal continua sa route, l’homme devait certainement le suivre puis le cyborg tomba sur une affiche … la tête d’un petit malfrat de Rush Valley pour 10.000 Pièces d’Or ? Love ne disait pas non. Il s’empara de l’affiche placardé contre un mur. Ce type lui disait vaguement quelque chose … Il l’avait déjà croisé dans le passé, dans un bar malfamé à l’autre bout de la ville. Il fallait se dépêcher … Le Chasseur de Prime ne voulait pas se faire piquer sa proie par un autre traqueur … C’est ainsi que Love, le Philosophe disparût sous le soleil brûlant de Rush Valley …


Arrow Arrêt du Perso
Revenir en haut Aller en bas
Milovan Yaroslava
Disparu
Membre

avatar

Masculin
Poissons Cheval
Messages : 326
Age : 27
Rang dans le RP : sadique chronique avec un bon fond xD
Rang spécial Hrp : fils de Mercade - Mari de Greed et Havoc- Très beau mari de Lys et Tiky- Père de Lust, Wrath et Kurnous - Luxray d'FMA W

Feuille de personnage
Points:
41/41  (41/41)
Niveau:
13/20  (13/20)

Pouvoir: Alchimie de chair, la fait se nécroser jusqu'au niveau des os inclu - techniques au couteau

MessageSujet: Re: Rencontre Entre Greffés Ou Comment « Dieu créa l'homme à son image » ?   Jeu 26 Mar - 3:38

Lui ? Dans la bassesse et l'obscurité ? PERDU ?!!! Et puis quoi encore !Le militaire se sentit devenir furieux mais l'autre venait de se détourner l'ignorant royalement, rien ne pouvait être plus vexant. Le major resta un temps planté comme un piquet à fulminer contre cet Ishbal si sûr de lui. Il venait lui causer de vérité, alors qu'il s'en moquait comme de sa dernière chaussette. La vérité c'était que l'humanité était mal barrée point barre et que lui agissait en fiasant ce qu'il pensait être le mieux pour servir à la survie du peuple qu'il avait adopté comme sien.

Drapé dans sa dignité outragée il allait poursuivre et achever les quelques mètres le séprant du magasin quand il capta une dernière chose, décidément il était pas au mieux de sa forme pour réagir si tard... Cette... Chose, ishballe l'avait appelé "Frêre"... YARK ! Qu'elle horreur ! Pour un peu il en aurait craché de dégout. Un frisson lui parcourut l'échine, non vraiment ça le révulsait profondément de pouvoir ne serait que ce songer d'un lien de parenté réel avec un fanatique qui conduisait au massacre des centaines, que disait il, des milliers de personnes à la gloire de Dieu ou de la Lumière ou même la Vérité si cet empaffé le voulait. Lui s'il tuait c'était pour quelque chose de beaucoup plus terre à terre, la survie des siens. Il n'était pas malade lui ! (*narrateur on* c'est toujours beau de rêver xD *narrateur off*)


"He bein. Vous, vous avez l'air de vous être bien prit la tête avec ce gars."

Milovan releva la tête qu'il avait garder à fixer le sol de frustration en imaginant comment il aurait put réduire son ex interlocuteur en petit bouts de chairs comestibles et transportables en sacoches, quand il réalisa que c'étatit à lui qu'on s'adressait. Le fabricat de méca greffes bien sûr, il avait tout observé depuis la fenêtre de son magasin.

Il se força un sourire et un vague geste de la main pour dégager tout ça. Il y en avait toujours des comme ça, répondit il, des hommes qui se croient plus malins, au dessus, c'était dommage. L'autre hocha la te^te en signe d'assentiment sans faire de véritable commentaire. A priori vu la façon dont il dévisageait l'alchimiste il devait chercher à se rapeller son visage... Certainement que des personnes à l'air si cadavérique, il n'en avait pas croisé énormément, heureusement pour lui. Faire le tour pour atteindre la porte laissa le temps à l'homme assez agé pour premièrement comprendre son problème, en tout cas le localiser et en deviner la raison et ensuite il avait aussi retrouvé ce que ce visage émacié à l'expression joviale forçée lui rapellait.


"Vous... Vous êtes venus il y a 7 ans, pendant la Guerre, n'est ce pas ?
- Je me sent flatté et impressionné que vous soyez capable de vous souvenir de moi, je n'ai certainement pas été votre seul client à cette période.
L'autre eut un petit sourire attristé.
- C'est bien vrai hélas. Mais il ne faut pas sous estimé la mémoire d'un vieillard comme moi. Il désigna la jambe caché sous la cape du désert. Vous l'avez vraiment mise en pièce dites moi. Rien qu'au bruit il doit y avoir trois verrins de sautés au moins.
- Si ce n'était que ça, et dites vous bien que je l'ai fait "réviser" juste avant ma dernière mission."

Rien qu'à entendre ça le mécano eut un soupir désespéré, pourquoi donc ces militaires étaient ils incapables de prendre soin de ce type d'équipement ? Certes leurs mission étaient dangeureuses mais ce n'était pas une raison pour prendre autant de risques inconsidérés. Il ouvrit la porte du fond et invita Yaroslava à le suivre, il était bien partit pour devoir retirer l'ensemble et il espérait seulement avoir à réparer mais il doutait sérieusement que cela fut possible.

La petite salle n'avait pas vraiment changé du souvenir du soldat, bien que la dernière et seule fois où il s'y était retrouvé a être en ces murs n'avait pas été une visitede courtoisie... En réalité il gardait une vision assez trouble du lieu perdue entre le sentiment d'un membre fantome, d'une douleur lancinante qui gardait le degrè de coups de couteaux dans le ventre et aussi l'opération qui n'avait pas été sans douleur. Au final il s'en était plutôt bien sortit. Il alla s'asseoir sur la table métallique du centre attendant tranquillement en suivant du regard l'ancêtre, qui ne devait même pas atteindre les 60 ans, qui préparait ses outils, il grimaça à la vue d'une pince et d'un tournevis et soupira en songeant qu'il n'était pas tant plus jeune que le professionel des automails.


"Allez, laissez moi voir l'état de l'horreur."

Sans se faire prier le militaire s'exécuta, otant sa capeline qui dévoilà d'ailleurs ses vêtements rustres de Lioreins tachés de sang... oups, il n'avait pas prit le temps d'en racheter d'autres c'était vrai. Il eut un sourire d'excuse auquel le vieil homme répondit par un hochement de tête crispé, oui il avait bien compris, et non il ne ferait pas de commentaire, tant mieux. Il retira sa botte et remonta la patte de son pantalon jusqu'en haut sa cuisse... Ha ouais quand même. Le pauvre membre métallique avait décidément vraiment morflé.

La forme elle même était tordue, déboitée de l'attache restatn sur la partie de chair, la plupart des rivés avaient sautés, et les jointures entre les plaques de métal avaient des écarts assez grands pour y passer deux doigts. Un véritable massacre. Pire que tous, il y avait même un des cables de liens nerveux qui s'était arraché. C'était donc pour ça qu'il avait eut si mal à la sortie du train.... Le Fossoyeur releva les yeux vers le mécanicien qui n'avait rien dit et restait figé devant la vision.

Une lueur terrifiante s'alluma dans le regard de l'homme agé qui fusilla du regard Milovan. Comment cet énergumène avait il put réduire à ce point en pièces détachées irrécupérables sa belle construction ?! Le militaire commença à se faire tout petit, il allait quand même pas se faire frapper à coup de clées à molettes, il n'y était pour rien si il avait un métier violent... L'autre ne semlait pas l'entendre de cet oreille et dans un grognement fit savoir au pauvre hère qu'il allait devoir lui installer un autre modèle et sur ses mots retira d'un coup sec l'épave encore accrochée à la jambe du major.


"Ite ! Vous avez pas besoin d'être aussi brutal ! C'était sortit tout seul, en même temps oui ça faisait mal, mince quand même.
- ...Et vous croyez qu'elle, elle avait demandé à ce que vous la massacriez ?"

Le regard du vieux et le fait qu'il teint l'ex mécagreffe par la cheville, donc comme une excellente arme contondante fit taire l'alchimiste et alors qu'il se détournait le machiniste eut un petit sourire victorieux et amusé, cette menca marchait toujours après plus de trente ans, c'était à mourir de rire. Bon, ce ne serait pas tant que de fournir un nouvel équipement à l'homme qui lui posait problème, c'était surtout dans trouvé un qui tiendrait véritablement le coup, parceque oui, sept, ça faisait court pour un appareil de ce type... Et en plus de cela il devrait certainement rouvrir pour changer tout le cablage qui datait lui aussi.

Pendant ce temps Milovan observait avec un certain scpeticisme ses vêtements. Le sang avait séché, s'était tout bonnement irrécupérable, déjà qu'à la base tout ce qui était lessive et entretien généralisé n'était pas sa tasse de thé, mais là. Il devait se faire une raison, il allait devoir se trouver de nouvelles nippes, parceque bon, un alchimiste pouvait se fringuer comme il voulait certes, mais il se doutait qu'il ne passerait jamais devant ses supérieurs ainsi... Surtout si ça supérieure, Mercedes, était bien celle qu'il pensait.

Il allait se predre en réflexion sur les souvenirs du bureau de ladite femme qu'il cataloguait dans la catégorie mégalo maniaque quand le vieil artisan revint avec, posé sur un petit chariot une nouvelle jambe. Brrr.... C'était bizarre à dire ça. Qui paraissait rutilante en comparaison de l'ancienne, à l'armature renforçée en plaques "écaillées" articulées pour plus d'endurance et d'efficacité. De ce qu'il entraperçevait la suspension avait l'air plus adaptée aussi, comme au niveau de l'articulation du genou qui possédait une double carapace de protection. Du peu que Milovan en connaissait, il supposait que c'était une très bonne qualité d'automail. Le marcchand avait surement calculé avec la prime des alchimistes d'Etat pour voir ce qu'il pouvait lui trouver de mieux.


Son regard vert se déporta sur le reste du chariot et il sentit les poils de sa nuque se hérissés. Cables ? Scalpel ? Tournevis ? Ecrous ? Cerclage d'attache ?!!!!! Ca sentait l'opération à pleins nez et la mine de celui qui arrivait à sa hauteur aussi. Il commença à réfléchir au plus vite à une possibilité d'éviter à avoir à se rendurer tout ça, mais le geste de "j'écarte le vent et les paroles inutiles" lui signifia clairement qu'il ne trouverait pas d'échapatoire valable.

"Y'a vraiment pas le choix hein ?...
- Navré, mais si je n'avais eu qu'à réparer, votre ancienne version aurait suffit, mais avec des modèles plus récent, la connexion ne sera jamais assurée correctement.
- Je vois. Il eut un soupir douloureux, allez y, qu'on fasse ça au plus vite."

L'opération dura deux heures, vingt quatre minutes et un nombre de secondes indéfinies. C'était dans ce genre de situation que le Fossoyeur regrettait amèrement de ne plus tenir son ancien rôle d'officier médecin, oui il l'admettait sans difficulté, il n'aurait pas dit non à une bonne dose de morphine histoire de s'assomer le temps que ça se passe. Sauf que cela faisait bien longtemps qu'il n'en possédait plus dans son équipement de base et à part serrer les poings jusqu'à ce que ses paumes saignent et retenir difficilement des larmes brulantes, il n'avait pas put faire grand chose, même s'il avait été conscient que la pose s'était faite très vite par rapport à la première fois...

Cette douleur cuisante qui donnait l'envie de frapper contre un mur avec assez de force pour se briser toutes les phalanges, s'était accompagnée de flash de la guerre. Oui, lorsque la souffrance est trop forte il y a souvent de mini délires, c'est normal, pas glorieux mais naturel. Et de ceux ci il retirait une haine brulante, renforçée contre tous ceux qui venait chercher querelle à son pays. S'il n'y avait pas eu de volontés dominatrices alors rien ne serait arrivé, aucune mort, aucune mutilation, aucune souffrance vêcue et ravivée comme celle ci. La guerre avait été un salut, l'unique moyen de ramener la paix, même si celle ci demeurait précaire...


Alors que le "vieillard" lui tapottait l'épaule pour lui signifier qu'il avait totalement achevé son travail il eut un vague sourire de reconaissance certes, mais surtout un sourire de détermination profonde. Rien, il ne laisserait plus rien passer, rien qui puisse conduire un soldat à se retrouver dans la situation à laquelle il avait été confronté.
Haimablement, le mécanicien le laissa utiliser sa douche, il en avait autant besoin pour finir de se rincer de toute la poussière et le sang de Lior, que pour purifier son corps de la sueur et de la crispation des dernières heures.

A son retour dans la boutique proprement dite il fut gratifier d'un sourire de son "chirurgien mécanique" auquel il répondit avec sincérité. Il n'eut qu'à signer le papier qui permettrait à l'homme d'aller chercher son dû pour son intervention pour en finir avec la phase principale de son passage à Rush Valley... Restait sa tenue.


...

"Comment ça 150 ?!! Pour un bout de tissu d'une seule couleur ?!
- Monsieur, si vous cherchez de la qualité il faut savoir y mettre le prix.
- Dites plutôt que vous voulez vous faire des thunes sur les rares acheteurs du coin....
- Si cela vous déplait vous pouvez toujours allez voir ailleurs !
- C'est exactement ce que je vais faire !
- Ha oui ?!!
- OUI !!"

Il sortit en claquant la porte sur un "grossier personnage !" de la bonne femme du comptoir de la boutique de vêtements. Rahhhhh !!!! Il savait pourquoi il ne voulait plus de femme ! Têtues comme des mules !... Bon ça faisait quand même la sixième boutique qu'il faisait pour tomber sur des hauteurs de budget similaires et qu'il ne pouvait pas se permettre. Sauf que Rush Valley n'était pas réputé pour son nombre de magasin de ce type. Il allait tomber à court de possibilité et devoir refaire face aux visages triomphants de toutes ses mégères lui était tout bonnement intolérable !

Marchant un peu au hasard, il avait épuisé le peu d'idées qu'il avait, Le militaire s'arrêta devant la vitrine d'une boutique sombre et un peu renfonçée. A priori, elle devait aussi fournir de quoi se vêtir... Qui ne tente rien n'a rien comme dit le dicton. Il poussa la porte d'entrée et après un bref, bonjour il erra un peu dans les rayons.

Ha ouais quand même. C'était pas du tout le même genre de clientèle qu'ils devaient recevoir. Entre les vêtements avec chaines et les jupes en tissu transparent doublées de crepon, il ne se trouvait plus dans le même univers. A vrai dire... Il préférait celui ci aux précédents. Il zieuta un peu les différents rayonnages avant de finalement sortir de son alignement un pantalon serré de cuir noir, pas mal ça, pas sûr que ce soit sa taille par contre.


"Tenez. Ca devrait vous aller.
- Ho ? Euh.... Merci."

Il n'était pas à l'aise à parler avec des personnes civiles sans but précis, bref quand il avait cherché l'échange en premier. Il prit cependant l'article que lui tendait la jeune vendeuse à lunettes fines et aux cheveux d'un brun presque noir étrangement coupés. Elle le jaugea du regard un instant, fronçant les sourcils au sang sur son débardeur et lui demanda de patienter un instant. Pour le coup, il obtempéra sans poser de question, elle avait l'air de connaitre son boulot. La jeune femme revint quelques secodnes plus tard avec un débardeur d'un genre radicalement différent de son bleu classique. A mailles résilles larges, mouais, ce n'était pas très couvrant *merci l'euphémisme* Malgrès tout elle lui assura que ça irait bien sûr lui.

Allez savoir pourquoi, il fit l'essai. Et après un instant à se regarder en se disant que de totue manière ses côtes resteraient toujours visibles quelques soient ses vêtements Yaroslava conclut qu'il aimait bien cet ensemble beaucoup plus... Cuir. (*_*) Avec tout ce que cela pouvait sous entendre évidement. Il se nota de revenir dans ce même lieu s'il lui arrivait une bricole avec ses fringues et ayant rêglé sa note qui se hissait tout de même moins haut que dans les autres boutiques il retourna jusqu'à la gare.


*j'écrirai mon rapport pendant le voyage. Le lieutenant pourrait avoir besoin de l'appuit de ce rapport assez vite...*


Arrow Central - Bureau de Mercedes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hinoto Portman
Petit Nouveau *_*
Invité

avatar

Féminin
Cancer Singe
Messages : 1886
Age : 24
Rang dans le RP : Chimère chat à la solde de Greed, elle recherche sa fille: Eden. La recruteuse de choc des DH.
Rang spécial Hrp : Grande soeur de May, Tata de Zina, Presque épouse de Subaru, mère d'Azai, d'Angelica (alias Eden) et de la box, buveuse de lait, marchant de sable à ses heures perdues, sosie brune de la fée clochette (jeteuse de poussière d'atmosphère), adepte de Saturnain, millitante pour la régence de vert, utilisatrice de . , fan du bas marché, chanteuse de générique de séries et dessins animés cultes, grande floodeuse (n°2 par le passé, actuelle n°1, en attente de se faire détrôner par sa petite soeur <3 histoire que le royaume reste dans la famille!), dealeuse de peluche qui boss pour Memory, accro aux pommes elstars, fondatrice de la secte anti time out.

Feuille de personnage
Points:
32/60  (32/60)
Niveau:
13/20  (13/20)

Pouvoir: Sens surdéveloppés, grande rapidité et aptitude à faire des sauts très haut, griffes acérés. Maîtrise des armes blanches et arts martiaux.

MessageSujet: Re: Rencontre Entre Greffés Ou Comment « Dieu créa l'homme à son image » ?   Mar 31 Mar - 10:38

Hello!

Milovan, tu as écrit 3 messages, tu seras donc noté sur 5. Love est abandonné donc pas de note.

Alors Milovan, il y a quelques fautes d'orthographes, elle sont surtout d'inattentions, de frappes. Mis à part cela, la syntaxe est bonne, le texte fluide, agréable à la lecture. La longueur des posts sont bons, sauf le deuxième, ça m'a presque fait un choc LOL enfin bon, c'est pas grave non plus. Le topic était court, m'enfin vu que Love ne sera plus jouet il n'y avait pas de raison que tu t'éternises. Tu a un 3/5. A plus pour ton prochain topic!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre Entre Greffés Ou Comment « Dieu créa l'homme à son image » ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre Entre Greffés Ou Comment « Dieu créa l'homme à son image » ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marshall « Si Dieu a fait l’homme à son image, ça doit être un sacré connard. »
» (M/LIBRE) LUKE EVANS (NEG) › Si Dieu a fait l’homme à son image, ça doit être un sacré connard
» Chapitre cinq : "Et dieu créa l'homme à son image"
» Hypnos, Dieu du Sommeil et Maître des Rêves
» [ Mini-Scénario] Balai Furtif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FMA-World :: Amestris - South Area :: Le Sud, plaines et canyons ensoleillés :: Rush Valley-
Sauter vers: