AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dix minutes plus tard ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Wrath
La Colère Incarnée
Modo PNJ/Event

avatar

Féminin
Vierge Coq
Messages : 174
Age : 23
Rang dans le RP : Homonculus de la Colère

Feuille de personnage
Points:
64/75  (64/75)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Contrôle de l'Alchimie, dû à la jambe et au bras d'Edward Elric.

MessageSujet: Dix minutes plus tard ...   Lun 30 Mar - 4:03

De la rue ne lui parvenait plus que le lointain claquement que produisaient les semelles cirées des habitants de Dublith, lorsque ceux-ci passaient devant l’étroite ruelle au fond de laquelle il s’était installé. De temps en temps, l’écho d’une ou de quelques voix lui parvenaient, sans qu’il y porta plus d’attention; à vrai dire, il ne les remarquait qu’à peine, trop obsédé par le grésillement qui s’élevait, beaucoup plus proche. Semblable au pétillement d’une boisson gazeuse que l’on verserait dans un verre sans grandes précautions, le bruit semblait couvrir tous les autres sons produits par la ville en éveille. Il l’agaçait, détournant son attention, alors que son instinct lui soufflait à l’oreille qu’il aurait été préférable pour lui de faire le point sur sa situation actuelle. Ce vague murmure n’était toutefois pas assez influent pour le forcer définitivement à détourner son attention du crépitement qui persistait, bien que de moins en moins fort, à mesure que le picotement de la plaie qui s’étendait de son épaule droite à sa hanche gauche s’atténuait. La blessure avait pris plus de temps que précédemment à se refermer, mais la douleur qu’elle avait provoqué n’était plus, et seule persistait la désagréable mais supportable impression que quelques dizaines d’aiguilles s’enfonçaient alternativement dans le sillon de la blessure. Cette dernière avait presque achevé de cicatriser; seule la peau continuait de se reformer par-dessus la chair nouvellement reconstituée, et le processus s’acheva finalement dans un dernier et presque inaudible grésillement. Ses oreilles sillèrent un instant après la disparition du bruit nuisible, le laissant perdu et hébété le temps de quelques fractions de secondes. Puis, prenant finalement conscience de l’apparent silence qui s’était installé, Wrath se redressa lentement, très lentement sur les coudes. Relevant ainsi en partie l’avant de son corps, il baissa le regard sur son buste dévoilé par une vaste déchirure qui avait pratiquement détruit son vêtement; de la blessure ne demeurait plus la moindre cicatrice, et seul le sang encore frais qui collait à sa peau et ses vêtements en lambeaux indiquaient qu’il sortait d’un affrontement.

Étourdit par cette perte sanguine, il rabaissa les paupières et inspira une grande goulée d’air; des odeurs de boue, d’humidité et de sang l’envahirent aussitôt, le décourageant de recommencer. Cette respiration ne l’avait, de toutes façons, pas aidé du tout, tous les bienfaits d’une bonne goulée d’oxygène ayant été effacés par le haut-le-cœur qu’avait provoqué ce mélange. Finalement, résigné à attendre que son système se stabilise tout seul, Wrath s’étendit de nouveau sur le dos et ne bougea plus. Le sol sur lequel il s’était allongé était terreux et légèrement humide, pour cause de l’hémoglobine qu’il avait absorbée. La boue collait autant à sa peau qu’à ses cheveux, sans qu’il daigne s’en inquiéter : il était déjà sale, alors, pour ce que ça changeait … D’être sale ne le dérangeait pas vraiment, aussi n’aurait-il pas hésité à sortir en pleine rue à la recherche d’un endroit où se laver, ou à défaut de mieux, de la forêt qui entourait le manoir, s’il n’avait pas craint de trop attirer l’attention, souillé comme il était. En fait, il craignait surtout que les militaires présents à Dublith finissent par s’intéresser à son cas; Dante ne serait pas contente de voir l’armée s’impliquer dans cette affaire, et l’incarnation de la colère préférait autant éviter qu’elle se fâche par sa faute. Il ignorait encore ce que c’était que d’être réprimandé par elle, mais il le craignait tout de même.

Conscient, donc, de la drôle d’impression qu’il donnerait aux humains de Dublith, il avait finit par se convaincre que demeurer là jusqu’à la tombée du jour représentait encore la meilleure solution. Solution qu’il appréhendait tout de même, puisqu’elle impliquait qu’il reste installé dans cette ruelle durant des heures. Des heures, oui, car le soleil venait à peine de se présenter lorsqu’il était entré dans le Devil’s Nest et il n’estimait pas être demeuré plus d’une heure à l’intérieur. Quant à sa fuite, elle n’avait duré que quelques minutes; certes, il ne désirait pas être retrouvé, mais il aurait été surpris que le petit Jonathan le poursuive. L’alchimiste ayant défendu son territoire, il n’avait rien à gagner à le poursuivre. Lui restait donc pratiquement une journée à attendre que la nuit vienne enfin. Il souleva légèrement les paupières et, tournant le regard vers l’extrémité des deux bâtiments entre lesquels il s’était installé, il tenta de repérer le soleil. Chose impossible, et il finit par détourner les yeux, désintéressé par ce ciel bleu parsemé par-ci par-là de nuages vaporeux.

Un instant passa, pendant lequel il sa rage envers son adversaire diminuait peu à peu, jusqu’à ne devenir qu’un souvenir. Il guetta attentivement le rythme des pas des passants pendant un moment, tentant de repérer grâce à son ouie la présence de Gluttony parmi la foule. Peut-être avait-il prit de l’avance sur la gourmandise, mais normalement, ce dernier aurait dû le suivre. Mentalement, il tenta de se reconstituer la scène qui venait de se dérouler, et en arriva à la conclusion qu’il avait peut-être agit un peu trop vite pour son confrère Homonculus. Légèrement soucieux, puisqu’il n’était pas certain de pouvoir rapidement retrouver le chemin du manoir sans lui, il essaya tout de même d’envisager ce fait avec calme. Il essaya tant qu’il le put de faire passer le temps en réfléchissant, tout en évitant le souvenir encore frais de sa fuite du Devil’s Nest, mais bientôt à cours d’idée et de patience, il referma les yeux et, faute de mieux, essaya de dormir.

_________________


---


¦--¦¦--¦



Dernière édition par Wrath le Mer 1 Avr - 0:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Lun 30 Mar - 19:36

La matinée avait été longue et ennuyante, une nouvelle fois Nicky avait ouvert son magasin de bonheur et avait attendu encore et toujours des clients. Bien sur il avait vu une ou deux personnes approchants ses vitrines mais rien de bien spécial ... En fait, ils avaient pratiquement tous fuis. C'était presque la faillite. Il avait exposé des modèles de collection et des modèles venant de pays étranger en espérant que cela plairait à plus de monde mais hélas ce n'était pas encore le cas. Pourtant les armes restaient nécessaire surtout entre l'armée et les rebelles. Peut-être était-ce qu'il était placé dans un endroit trop peu visité ou où trop peu de personne s'intéressait aux armes. Ce qui était sur c'était que s'il voulait essayer de gagner un peu plus, il pourrait toujours aller voir dans l'armée, malheureusement on ne traitait pas avec l'armée comme on traitait avec une personne normale. L'armée serait plus du genre à acheter pour après enfermer pour pas avoir à faire face aux mêmes armes que les leurs. Et puis un vendeur d'arme c'était toujours utile d'avoir ça sous la main d'autant plus que cela servirait à empêcher tout autre vente autre part. Bref, si Nicky devait faire commerce avec l'armée ce serait loin de leur QG ou de leur poste ou autre chose leur appartenant.

Midi sonnait et aucun client ne semblait se présenter devant les portes du magasin. C'était donc l'heure de prendre sa pause déjeuner. Il prit une feuille habituelle et alla dehors en fermant la porte de son magasin en plaçant sa feuille pour que tout visiteurs puissent avoir une chance de la voir. Il était temps donc de prendre un peu de bon temps. Marchant alors les mains dans les poches et l'œil attentif à la recherche de deux choses : un bon restaurant et de jeunes et jolies filles. S'il ne trouvait pas de clients, peut-être pourrait-il trouver de charmantes demoiselles voulant bien manger avec lui. Il devait donc trouver quelqu'un qui accepterait, en espérant que cela finirait mieux que son commerce. Même rien que d'y repenser cela lui mettait le moral dans les chaussettes. Et cette absence de compagnie n'arrangeait rien du tout et les longues minutes tournantes aggravaient de plus en plus la chose ...

Ce fut finalement au bout de quelques dizaines de minutes après qu'il eusse enfin trouver un bon repas à manger en marchant que la suite de sa journée se trouva perturbée. Passant non loin d'une ruelle je pus voir ce qui semblait être un enfant allongé au sol, qui était-il et d'où venait-il étaient les principales questions. Mais pourquoi était-il ainsi allonger sur le sol ? Bien que cela ne semblait pas être une jeune et jolie fille, Nicky décida de s'approcher et l'observa un moment. S'accroupissant alors devant ce corps il demanda à haute voix :


Youhou, ptit gars, ça va ?





[ voila un peu court désolé ^^' ]
Revenir en haut Aller en bas
Wrath
La Colère Incarnée
Modo PNJ/Event

avatar

Féminin
Vierge Coq
Messages : 174
Age : 23
Rang dans le RP : Homonculus de la Colère

Feuille de personnage
Points:
64/75  (64/75)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Contrôle de l'Alchimie, dû à la jambe et au bras d'Edward Elric.

MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Ven 3 Avr - 0:49

Aucune discrétion au travers de leur pas, aucune grâce dans leur démarche. Seulement du bruit, et des mouvements de jambes las et répétitifs, automatiques. Leur route était gravée dans leur mémoire autant que dans leurs mouvements, et pour rien au monde ils ne semblaient vouloir bouleverser cette routine, changer de cap, ne serais-ce qu’un tout petit peu, faire une pause, ralentir … À deux ou trois reprises, il avait croisé le regard de l’un d’entre eux. Il les avait vue sursauter, freiner le pas, soudains ébranlés à la vue d’un enfant allongé dans une ruelle, couvert de sang. Il les avait vue hésiter, puis exécuter quelques pas de côtés, afin de mettre un peu de distance entre eux et lui, et détourner les yeux, mal à l’aise. Puis il les avait observer reprendre leur route. Et c’est seulement lorsque le bruit de leurs pas s’était entièrement effacé qu’il s’était permis un sourire hautain. Quelles créatures pitoyables faisaient-ils. ( Mais au fond, ça n’a rien de surprenant; les humains sont bien capables d’éliminer tout un peuple pour flatter leur ego. Abandonner l’un de leur petit dans une ruelle ne doit pas représenter grand-chose. En autant que cet être ne se rapporte pas directement à eux … )

Son sourire s’effaça, car sourire dans le vide ne présentait aucun attrait, mais son amusement restait, profondément encré au creux de sa mémoire, alors qu’il revoyait le visage paniqué du second homme qui s’était aperçu de sa présence. Celui-la avait lancé un regard à la ronde, comme pour s’assurer que personne ne pouvait être témoin de son égoïsme. Puis, il avait accéléré le pas. (En même temps, ça les effraie peut-être. Peut-être ont-ils peur de moi? Du sang qui sèche sur ma peau? Ou de ce que les autres pourraient penser en les voyant traverser la rue avec, dans les bras, le corps ensanglanté d’un garçon immobile? Dire que l’un d’eux m’a créé. Et Envy. Et Lust. Comment des êtres si méprisables peuvent-ils parvenir à créer un homonculus? Dante a-t-elle réellement été un humain, comme eux? Et moi? L’ais-je vraiment déjà été, humain? Je n’arrive pas à y croire. C’est stupide … ) cette réflexion personnelle suffit à lui tirer un sourire goguenard. Ses yeux s’étaient refermés et, dès l’ores, il n’avait plus porté attention aux passants. Il ne s’intéressait guère plus à eux, maintenant qu’il avait à peu près cerné le genre de réaction de ces humains-là.

Il ne remarqua pas tout de suite l’arrêt qu’avait fait Nicky devant la ruelle où il se trouvait étendu, et ne nota sa présence que lorsque le bruit de ses pas devint anormalement fort et près. Sa première réaction fut de ne pas bouger, d’attendre qu’il parte, car évidemment, il allait finir par partir, comme tous les autres. Mais non. Il s’était arrêté, et il était tout près, si près que le jeune homonculus pouvait clairement percevoir le bruit régulier de sa respiration.

Youhou, ptit gars, ça va ?

Sur le coup, Wrath hésita. Lui parlait-il vraiment, à lui? Ça paraissait improbable; qu’est-ce que cet homme pouvait avoir à faire de sa présence dans cette ruelle? Un pervers, à coup sur. Néanmoins, après une courte hésitation, Wrath se redressa prudemment sur les coudes, dans une tentative pour s’asseoir, et leva le regard vers Nicky. Il fronça légèrement les sourcils tout en observant ses traits, l’expression légèrement inquiète de son visage. Il s’inquiétait pour lui? À cette idée, un sourire narquois étira de nouveau ses lèvres, et il révéla un instant ses canines accentuées à l’humain sans s’en apercevoir, amusé par cette soudaine variation de comportement de l’espèce. Son sourire s’effaça toutefois assez vite, et il se contenta de détendre les sourcils, et de planter son regard violacé dans celui de son vis-à-vis, qu’il observa en silence, intrigué.


[Tsshh, poste trop pourri, désolé v_v De plus j'ai essayé un nouveau style de Rp, t'étonne pas ... Je m'abstiendrai, pour ce perso', je penses ... x3]

_________________


---


¦--¦¦--¦

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Dim 12 Avr - 11:25

Nicky restait accroupi, observant ce corps apparemment frêle et fragile, un corps d'enfant recouvert de trace de sang, chose qui n'aurait jamais du arriver. Comment lui était-ce arrivé ? Une bagarre brutale avec d'autre jeune ? Une violence familiale ? Une pourchasse armée visant à l'arrêter ? Mais quelle était cette idée ? L'idée que ce gamin soit pourchassé restait des plus stupides. Vu son apparence et ses expressions des plus marqués et soutenu par un visage encore fin, il était impossible qu'il soit un danger pour quelconque. Même si la méfiance devait toujours rester présente lorsqu'un inconnu se présentait. Enfin peu importait, ce jeune garçon s'était assis et regarder Nicky d'une expression ressemblant à une certaine méfiance, hésitation, étonnement, des sentiments liés par de faibles liaisons tout à fait normales pour un enfant. Un sourire s'était dessiner rapidement pour disparaitre dans le même mouvement. Le vendeur d'arme voyait que son interlocuteur muet le regardait en silence. Était-il muet ? Sourd ? Groggy ? Timide ? Tout était possible mais cela rendrait la conversation bien plus difficile qu'elle ne le serait normalement. Le regardant en souriant un court instant Nicky reprit :

Comment tu en es arrivé à ce résultat, hein ?

Nicky n'avait jamais été doué pour la conversation avec les enfants, enfin c'est ce qu'il pensait, les enfants étaient complexes et leur réaction trop irréfléchies. Leur caractère encore trop flou et indéfini faisait d'eux des êtres impulsif et hasardeux. Contrairement aux adultes entre la vingtaine et la soixantaine, les enfants n'étaient pas du genre à se laisser cerner et à agir pour une pensée précise. Chose qui empêchait l'anticipation et le raisonnement déductif sur leur actions. Tout cela état pour dire que le revendeur d'arme était dans l'incapacité de savoir comment s'y prendre pour aller au plus vite avec cet enfant. Devait-il lui sourire, le réconforter, le prendre dans ses bras, le laisser tranquille, lui tendre une sucrerie ? Il n'en savait absolument rien. Il le regarda un moment avant de se relever et de lui tendre la main en disant :

Viens on va te nettoyer tout ça, tu va pas rester ensanglanter toute la journée.

Devait-il l'emmener dans son magasin d'arme pour le nettoyer ? Hors de question, si ce gamin faisait parti d'un piège cherchant à mener Nicky à la ruine, l'emmener dans son magasin serait causer sa propre perte. Il suffisait soit de l'emmener dans un hôpital ou tout simplement dans sa seconde résidence ou du moins, second lieu de détente et de paix. Un endroit calme et posé dans Dublith qui permettait souvent à Nicky de se reposer en toute tranquillité. Bien sur, il avait pris la précaution d'y planquer une ou deux armes histoire d'avoir encore de quoi faire du commerce après la première fermeture de son magasin. M'enfin les armes y étaient bien caché et un enfant ne pourrait les trouver. Il attendit alors de savoir si ce garçon, si c'en était bien un, allait le suivre ou non.



[ encore désolé de l'attente ^^' ]
Revenir en haut Aller en bas
Wrath
La Colère Incarnée
Modo PNJ/Event

avatar

Féminin
Vierge Coq
Messages : 174
Age : 23
Rang dans le RP : Homonculus de la Colère

Feuille de personnage
Points:
64/75  (64/75)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Contrôle de l'Alchimie, dû à la jambe et au bras d'Edward Elric.

MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Mer 15 Avr - 4:16

L’homme n’avait pas semblé hésiter un seul instant avant de s’agenouiller devant lui, mais maintenant qu’il se trouvait là, il ne semblait plus savoir que faire. Il se contentait de l’observer, les yeux arrondis à la fois par la surprise et par la curiosité, réaction tout à fait légitime; même si il y avait des enfants errants à Dublith, les habitants ne devaient pas s’attendre à tomber sur l’un de leur semblable, tout ensanglanté, dans une rue. Les humains normaux ne s’attendent jamais à cela. Sauf peut-être ceux de Lior… Comme l’expression de l’homme ne s’était pas modifiée suite à son sourire, Wrath en avait déduit qu’il n’avait pas aperçu ses dents anormalement recourbées, ou, si il les avait remarquées, qu’il ne leur avait rien trouvé d’anormale. Il se demanda ensuite s’il était possible que ses canines se soient déjà aplaties, chose qui arrivait normalement lorsque deux crises de colère étaient suffisamment distancées l’une de l’autre. Mais cela semblait impossible, puisqu’il s’était à peine remis de ses blessures les plus graves. Se disant qu’il n’aurait qu’à faire attention et à éviter de dévoiler de nouveau sa dentition, le jeune homonculus leva les yeux vers l’humain, surpris d’entendre ce dernier lui adresser la parole.

La question que lui posa Nicky le laissa perplexe. Son premier réflexe avait été d’ouvrir la bouche, mais il la referma presque aussitôt, ne trouvant rien à répondre. Lui révéler la vérité aurait été non seulement très stupide, mais extrêmement dangereux. S’offraient donc à lui la possibilité de se taire, et celle de mentir quant à la présence de tout ce sang sur sa personne. Chose peu simple, car malgré ses efforts cérébraux, aucune excuse plausible ne lui venait à l’esprit. Lui, qui avait été élevé dans le ventre d’une autre homonculus, n’avait aucune expérience du monde des humains, pas même une once qu’il aurait pu hérité de son ancienne vie, puisqu’il n’en avait officiellement pas vécu. Comment savoir, donc, quelle excuse Nicky avalerait le plus facilement. Wrath demeura donc silencieux, ses yeux légèrement écarquillés fixés sur l’humain qui, loin de sembler troublé par l’absence de réponse, s’était relevé et lui avait tendu la main.

Viens on va te nettoyer tout ça, tu va pas rester ensanglanter toute la journée.

Il tressaillit de tous ses membres et amorça un mouvement de recul, tout en adressant à Nicky un regard effarouché. Que? Lui, suivre un simple humain pour que ce dernier l’aide? À nouveau, il ouvrit la bouche, avec dans l’idée de lui cracher au visage qu’il n’avait et n’aurait jamais besoin de l’aide d’un humain. Pour la seconde fois, ses mots bloquèrent au creux de sa gorge, avant même d’avoir été prononcés, alors que la fin de la phrase prenait tout son sens. , tu va pas rester ensanglanter toute la journée… Bah non, tiens, il se disait justement, un peu plus tôt, que c’était vraiment stupide de se retrouver coincé là jusqu’à la tombée de la nuit. Voila qu’un échappatoire s’offrait gracieusement à lui, et il était passé à deux doigts de l’envoyer promener!

Néanmoins, l’idée seule de se laisser aider par cet homme le dégoûtait, et ce, sans évidente raison. D’où lui venait cette haine envers l’espèce? De son échec face à Vortex, ou de l’extrait que lui avait autrefois lu Xelha? Des deux, probablement … C’était peu, mais suffisant pour le faire hésiter. Pourtant, outre ce simple dégoût, il ne pouvait trouver de bonne raison pour ne pas suivre Nicky; il semblait réellement bien intentionné, et rien n’indiquait qu’il puisse être au courant de l’existence des homonculus. En plus, ce n’était pas un militaire.
Refoulant de son mieux ses ressentiments, Wrath leva le bras et referma ses doigts autour de ceux de Nicky. Puis, pour ;a peine, il tira sur son bras afin de se redresser, ne se servant qu’à peine de la force de ses jambes. C’était décidé, il irait chez cet étranger, se laverait, demanderait des vêtements et, entre temps, chercherait une excuse potable pour lui fausser compagnie sans que ce dernier cherche à le retrouver ou à en savoir plus sur sa situation. Il ne comptait pas rester là-bas longtemps, de toutes façons. Juste le temps qu’il lui faudrait pour se rendre présentable. Une fois debout, il fut tenté de dégager sa main de celle de Nicky, mais comme les doigts de l’homme s’étaient refermés sur les siens, et qu’il ne voulait pas attirer son attention en tirant, l’incarnation de la colère laissa finalement tomber et se mit simplement à avancer à ses côtés, trottinant malgré lui, et maudissant mentalement les grandes enjambées de l’humain.

Plus le temps semblait passer, et plus il devenait anxieux. Ils marchaient, côte à côte, en pleine rue, et les gens se retournaient sur leur passage pour leur lancer un regard curieux. Il n’aimait pas ces regards, et il craignait de plus en plus de voir surgir un visage indésirable, ou alors un militaire qui aurait été alerté par la populace. Il inspira une grande goulée d’air, puis tourna le regard vers Nicky, et se mit à tirer légèrement sur sa main.

« C’est encore loin, chez vous? »

Les premiers mots qu’il avait prononcé depuis leur rencontre, et probablement les seuls qui ne seraient pas que pur mensonge, puisqu’il s’inquiétait vraiment de le temps qu’ils passaient à l’extérieur.

_________________


---


¦--¦¦--¦

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Mer 15 Avr - 10:23

Lorsque finalement ce jeune garçon attrapa la main que lui tendait le revendeur d'arme, ce dernier ne put s'empêcher de sourire. Il n'avait jamais eu l'habitude de s'occuper des enfants, après tout, quelle jeune et jolie jeune femme voudrait quelqu'un qui est déjà un enfant. Seul une minorité aimait les hommes déjà marié et divorcé avec un enfant à leur charge. Enfin tout cela importait peu, enfin pour le moment. Nicky avait décidé d'aider cet enfant et attendrait plus tard avant de repartir chercher quelqu'un qui accepterait de diner avec lui ce soir. Il n'avait jamais été réellement doué avec les enfants, ne sachant pas comment ils réagissaient, ne sachant pas ce qu'ils avaient besoin et comment ils pensaient. Malgré tout, il aimait les aider quand il le pouvait et le faisait du mieux qu'il le pouvait. Néanmoins, il était à noté que cet enfant était différent au niveau du caractère, peut-être était-ce dut au traumatisme qui l'avait rendu dans cet état mais il n'avait pas oser parler par deux fois déjà. D'ailleurs son geste avait rattrapé son silence, un silence étrange qui paraissait trop sourd aux yeux de Nicky. Mais peu importait, après tout, il n'était qu'une enfant de bas âge qui avait du sang partout, son passé était peut-être lourd et lui avait laisser un choc.

Après quelques secondes, l'enfant et Nicky marchaient dans des rues secondaires de Dublith. D'un pas lent mais actif pour le petit, tout deux se dirigeaient vers la seconde planque de Nicky sous le regard de nombreux passants qui devaient surement se demander que faisait un enfant ensanglantés tenant la main à un homme qui pouvait être son père. Nicky n'était pas du genre à se soucier du regard des autres sauf pour deux choses : le manque de client que cela pourrait lui apporter et le regard des femmes qui pourrait le mépriser au vue d'une fausse interprétation. Malgré tout il n'avait pas le choix, le revendeur d'arme n'était pas du genre à laisser tomber comme ça, quand il commençait quelque chose il le faisait jusqu'au bout, sinon à quoi cela servirait de le faire ?

Le silence qui perdurait déjà depuis un moment entre l'enfant et l'homme fut finalement rompu par une question venant de la petite voix frêle de cet enfant. Ce dernier se demandait si c'était encore loin. Une question naturelle pour un enfant, avait-il déjà trop marcher ? Possible, Nicky avait l'habitude de marcher et ne se rendait pas compte du temps et de la distance qu'ils avaient pu parcourir. Le regardant alors en souriant il finit par lui répondre :


On devrait y être dans deux ou trois minutes

En effet, ce n'était plus très loin, cette seconde résidence qui avait permis à Nicky de transférer une certaine partie de l'armement qui composait son commerce. Une seconde demeure qui lui permettait parfois de s'isoler et de profiter de quelques vacances loin de son commerce. Enfin, d'une façon relative car après tout, son magasin était lui aussi à Dublith. Une planque qui se trouva finalement devant eux, une porte peinte pareillement que les murs d'une couleur sombre. Une simple porte qui donnait finalement sur un petit couloir servant d'entrée avant d'arriver à la pièce principale. Une pièce suffisamment grand pour accueillir quatre armoires, deux meubles aux nombreux tiroirs, un table carrée au centre accompagné de quatre chaise. Une petite cuisinière poussiéreuse se trouvait dans un coin aux côtés d'un lavabo presque crasseux qui n'attendait qu'on le réutilise avec au dessus un placard dont la peinture semblait s'en aller. Une porte entre-ouverte donnait sur une plus petite pièce équipé d'un espace d'eau et d'un lit contre l'un des quatre mur. Une seule ampoule accrochée au plafond éclairait le tout et donnait la faible lueur. Et enfin, une armoire au côté du lit qui semblait être posé tel un garde du corps et qui n'attendait qu'on se poste devant lui pour nous tomber dessus. Lorsque Nicky entra et laissa ce jeune garçon dans la pièce principale, il dit finalement :

Désolé de l'était mais ça faisait longtemps que je n'étais pas venu ici. Installe toi, je vais chercher de quoi te nettoyer.

Il parti alors dans la petite pièce servant de chambre et sortit son trousseau de clé pour ouvrir cette armoire bancale. Il y prit une serviette et l'humidifia pour ensuite rejoindre la grande pièce où chaque armoire ou meuble avait été équipé d'une serrure différente et que seul Nicky avait la clé. Un moyen de précaution qui mettait à l'abri tout son armement dangereux pour les enfants tel que celui qui était présent. S'asseyant alors sur l'une des chaises, il tendis la serviette mouillé au jeune garçon et lui dis :

Tiens, nettoie moi tout ce sang. Après on pourra s'occuper de ton linge taché, je dois avoir de quoi t'habiller le temps du nettoyage. Si tu as faim dis le moi.

Nicky essayait d'être le plus attentif et aidant pour ce jeune garçon au passé mystérieux et encore taché de sang. Il espérait juste que cela ne se retourne pas contre lui ...
Revenir en haut Aller en bas
Wrath
La Colère Incarnée
Modo PNJ/Event

avatar

Féminin
Vierge Coq
Messages : 174
Age : 23
Rang dans le RP : Homonculus de la Colère

Feuille de personnage
Points:
64/75  (64/75)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Contrôle de l'Alchimie, dû à la jambe et au bras d'Edward Elric.

MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Ven 17 Avr - 4:11

''Deux ou trois minutes'' fut la réponse de Nicky à la question qu’il venait de poser. Un temps court, très court, même, mais cette réponse l’indisposa tout de même. Se qu’il aurait voulu entendre? ''On y est, tu vois, c’est là!'', car même si la distance à parcourir était lamentablement courte, il ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter de chaque regard, d’autant plus qu’il portait beaucoup plus d’attention à ces simples coup d’œil que l’adulte qui l’accompagnait. Il remarquait plus que lui la surprise, la frayeur, ou encore la curiosité qui venaient allumer le regard de ceux qui remarquaient leur présence. Et, de son point de vue, ils étaient bien trop nombreux à les dévisager ouvertement, ou alors à les observer en se voulant plus subtils. Quelques femmes, vieilles amies ou parfaites inconnues, se penchaient l’une vers l’autre pour murmurer quelques commentaires bien gras. Wrath doutais toutefois que ces paroles le concernent, puisqu’elles adressaient tous à son ''sauveur'' un regard effarouché. Son instinct lui dictant que la plupart de ces dames, presque toutes âgées, devaient être mères, pour porter un regard aussi critique sur un homme qui, à priori, ne faisait rien de mal, uniquement parce qu’un enfant à la peau salie de sang marchait à ses côtés. C’était normal; ces femelles devaient prendre plus facilement pitié de la jeunesse de l’espèce, pour en avoir déjà élevé. Les femmes plus jeunes le regardait davantage, écarquillant les yeux à sa vue et allant même parfois jusqu’à déplacer une main devant leur bouche, ouverte de stupéfaction. Réaction stupidement théâtrale, quant à lui.

Lorsque l’homme quitta le trottoir pour s’engager dans une courte allée menant à une maison aux couleurs sombres, l’incarnation de la colère ne pu retenir un soupir de soulagement. Il ne prit pas le temps d’examiner l’allure extérieure de la seconde demeure, et ne s’intéressa pas davantage à l’adresse de la résidence; ne lui serait jamais venue à l’idée que ces informations auraient pu lui être utiles par la suite, car il n’avait pas l’intention de revenir. Et il semblait impensable que Dante s’intéresse un jour à l’existence d’un simple humain qui aurait simplement proposé de laver l’une de ses choses. Toutefois, dès que la porte eut claquée derrière lui, le coupant ainsi du vacarme de la foule de passants, il se mit à porter une plus grande attention à son environnement. La maison était indéniablement négligée, et même s’il ne s’attendait point à découvrir un palais, l’apparence sale et poussiéreuse de l’endroit l’étonna. Sa maîtresse ayant dans ses habitudes d’entretenir admirablement le manoir dans lequel elle vivait, la maison de Nicky contrastait grandement avec ce à quoi il était habitué. Mais, loin d’être choqué par cette seule découverte, il s’avança vers l’un des murs avant même que son hôte l’invite à s’installer. Il effleura d’un doigt la dure surface, et regarda curieusement l’écaille de peinture qui était demeurée accrochée à sa peau. Il la broyage entre la peau et l’indexe, avant de frotter ces derniers ensemble afin de se débarrasser de la poussière de vieille peinture séchée.

Alors que le bruit de l’eau qu’on fait couler lui parvenait, il fit demi-tour et se dirigea vers le centre de la pièce, où siégeaient quelques chaises, installées autour d’une table. Il nota d’un simple coup d’œil qu’elles étaient presque toutes occupées par quelque objet traînant. Wrath se dirigea vers la chaise la plus proche et, de la main, écarta le tas de tissus – probablement des vêtements – qui s’y trouvaient. En s’écrasant par terre, l’amas laissa échapper un nuage de poussière épais, qui demeura un moment avant de se disperser de nouveau.
Lorsque Nicky prit place à son tour, un phénomène semblable se produisit. L’homme ne sembla pas y porter plus d’attention que lui plus tôt, et au lieu de s’inquiéter de l’aspect de sa seconde demeure, offrit à son invité une serviette. L’incarnation de la colère la pris entre ses mains et la ramena vers lui. Il la tordit légèrement, provoquant la fuite d’un filet d’eau qui s’écrasa sur ses genoux, avant de couler le long de sa jambe.

Le jeune homonculus commença par s’éponger le visage, qui n’était pas très sale, avant de se mettre à frotter ses bras; ces derniers avaient souffert du combat beaucoup plus que le reste de son corps, et la peau de son bras gauche était couverte de sang des doigts jusqu’à l’épaule; rien de plus normal, puisque Jonathan lui avait tranché ce bras. La différence de couleur entre la peau de son bras droit et celle de la même épaule n’était tout de même que très légère, puisque couverte elle aussi de sang et de boue. Très vite, il devint évident que la simple serviette ne parviendrait pas à le débarbouiller tout entier; il n’avait pas encore achevé de frotter les bras qu’elle était passée du blanc crème au rouge-brun. Wrath cessa donc de se nettoyer, déposa e torchon inutile sur ses genoux, et leva les yeux vers Nicky.

« Je pourrais prendre un bain? »

Bien plus pratique, et beaucoup plus rapide : une fois dans l’eau, une grande partie de la crasse qui le couvrait s’en irait d’elle-même. Et puis, ce n’est pas avec une brosse et une débarbouillette qu’il pourrait venir à bout du mélange de sang boueux qui avait collé et séché dans sa tignasse … Bien que ce détail, à la rigueur, était négligeable, puisque ses cheveux étaient sombres; au pire, ils auraient l’air sale. Mais sale de quoi? Ça, les passants ne pourraient le déterminer qu’en l’examinant de près. Et évidemment, il ne se serait pas laissé faire … Il leva les yeux vers Nicky, guettant la réponse de l’homme, tout en n’osant pas trop espérer; cette cabane semblait bien lamentable. Un bain l’aurait satisfait, mais quitte à devoir choisir entre l’un des lacs froids de Dublith et une serviette imbibée d’eau chaude, il aurait tout de même choisi la serviette.

Lorsque son hôte évoqua la possibilité de nettoyer ses vêtements, Wrath baissa le yeux vers les pièces toutes déchirées qui le couvraient et afficha une grimace de suspicion. Ces loques pouvaient-elles être encore d’une quelconque utilité? Il saisit entre ses doigts les bords de la déchirure qu’avait provoqué le coup d’épée de Vortex et les écarta légèrement, les tendant vers Nicky.

« Je crois pas que je pourrai remettre ça … »

Il ne regarda pas son hôte, cette fois, se contentant d’attendre une réponse à sa première question.

_________________


---


¦--¦¦--¦

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Ven 17 Avr - 11:10

L'homme et l'enfant avaient donc finalement put atteindre la résidence secondaire sans trop de problème. Ce n'était que quelques regards étranges, de dégout, de mépris, de stupéfaction et d'autres sentiments semblables qui avaient accompagné Nicky et le petit enfant. Heureusement, aucun militaire ou policier de la ville ne les avaient aperçu et demander la raison de cet état. Dans le cas contraire, Nicky n'aurait pas put répondre et cela aurait sans doute été suspect. Mais tout cela était passé, maintenant tout deux avaient put rejoindre l'endroit qu'il désirait et pouvait à présent penser à autre chose que des regards d'autrui. L'endroit n'avait pas été visité depuis longtemps mais pourtant le vendeur d'arme savait encore où se trouvait chaque objet, une bonne chose, il n'aurait pas fallu tomber sur une arme à feu en cherchant une serviette. Cette serviette qui d'ailleurs avait été imbibé d'eau et avait permis à ce jeune garçon de se nettoyer un peu. Malheureusement il semblait que ce ne soit pas suffisant. Ce fut d'ailleurs à ce propos que le jeune garçon demanda s'il pouvait prendre un bain pour ensuite répondre que ses vêtements étaient trop en mauvais état pour les remettre. En y regardant de plus prêt il était vrai que même nettoyer ils resteraient dans un sale état. Nicky regarda alors l'enfant qui n'arrivait pas à soutenir son regard et finit par lui dire en riant à moitié :

Tu as raison, va prendre un bain qui est dans l'autre pièce, pendant ce temps j'irais voir si il y a quelque chose en ville pour t'habiller.

Il se leva alors et lui indiqua où se trouvait la baignoire qui lui serait plus qu'utile. Il alla alors chercher un pot dans le placard et le posa sur la table en lui disant :

Si tu as faim, c'est des gâteaux que j'ai acheté y a pas longtemps, ne t'inquiète pas ils sont encore bon.

Il lui sourit et alla chercher dans ce qui restait sa chambre un objet qu'il cacha rapidement sous sa veste, si cet enfant allait rester ici pour prendre un bain, il était élémentaire de l'éloigner de tout objet pouvant lui nuire. Retournant alors dans la pièce principale il regarda à nouveau le jeune garçon et reprit encore :

Bon j'y vais, prend un bain et pas de bêtise.

Il sourit avant de se diriger vers la sortie. Pendant un bref instant il avait eu l'impression d'être à la place d'un père laissant son fils seul chez lui alors que lui, allait faire une course ou bien allait tout simplement travailler pour assurer leur vie. Mais ce n'était pas le cas, loin de là, Nicky ne connaissait pas absolument ce garçon, même si malgré tout il l'avait laisser tout seul sans une quelconque surveillance. Nicky avait une certaine nature méfiante mais pas à un tel point, après tout, la sortie ne serait pas long et chaque tiroir ou meuble avait une serrure suffisamment résistante pour un enfant. Et après tout, cet enfant semblait assez traumatiser au point de ne bouger pour le strict nécessaire. Enfin tout cela ne durerait qu'un temps. Nicky comptait essayer de savoir pourquoi cet enfant avait été dans cet état et surtout retrouver sa famille ou ses tuteurs légaux, après tout, il n'était pas seul et devait bien avoir une famille. Nicky devait donc la retrouver mais avant cela il devait trouver une tenue pour cet enfant. En réalité ce n'était pas dur de trouver, le vendeur d'arme connaissait un marchand de tissu et de vêtement assez rapide en matière de couture ou de textile. Avec un peu de chance, il serait disponible et lui ferait une tenue rapidement.

Ce fut après quelques minutes que Nicky arriva finalement chez le magasin de son ami. Après de courtes salutations, le vendeur d'arme demanda à son ami ce qu'il fallait, en outre, une tenue pour cet enfant. Le problème étant qu'il ne connaissait ni ses goûts ni ses envies, Nicky décida de demander la même tenue. Il fit un petit croquis pour son ami le tisseur afin qu'il le reproduise. Après quelques dizaines de minutes, le vêtement était enfin fini, quelques défauts persistaient entre le vrai et le faux mais cela ressemblait suffisamment pour ne pas faire la différence à l'œil des passants. Nicky remercia rapidement son ami en lui disant qu'il lui en revaudrait une. Partant alors marchant rapidement, il se fit finalement interrompre par une vieille dame qu'il avait rencontré tout à l'heure. Son visage ridé et fripé laissait croire à une sorte de mécontentement. Elle avait un manteau de fourrure marron et un parapluie qui pendant depuis son poignet gauche. Elle regarda alors Nicky au travers de ces petites lunettes de lecture et annonça d'une voix tremblante mais suffisamment forte pour être entendu par plusieurs passants :


Mais c'est vous qui étiez accompagné d'un petit garçon tout ensanglanté de partout. Vous avez pas honte !

Nicky resta un moment bouche-bée devant cette agression verbale d'une si charmante vieille dame toute courbée. Ne restant pas longtemps étonné il demanda :

Et honte de quoi ma ptite dame ?
Vous osez me le demande ? Mais de maltraiter votre enfant, je vous ai vu tout à l'heure, le pauvre saignait de partout et était apeuré.
Mais voyons, ce n'est pas mon enfant, et puis c'est à cause de vous qu'il est apeuré, allez oust, j'ai à faire moi.


Rigolant à moitié il partit sur la gauche en trottinant poursuivit par les nombreux injures de la vieille dame qui trouva sa conduite infantile et grossière. Nicky en rigolait encore de bon cœur pendant un moment avant de se reprendre et de se diriger vers sa seconde résidence pour retrouver enfant. Chose qui ne tarda pas. Rentrant alors et refermant alors la porte, il alla dans la pièce principale et déclara tout haut à l'intention de son petit squatteur de baignoire :

Hé ptit gars, j'ai trouver de quoi t'habiller, tu t'en sors toi ?

Nicky attendait alors une réponse en restant un moment debout. Il ne prendra la peine de s'asseoir que lorsqu'il aurait eu une réponse, après tout Dieu seul sait ce qu'il avait pu se passer pendant son absence même si malgré tout rien n'avait bougé dans la pièce ...




[ HRP : si tu cherchais un moyen de t'enfuir je te tends une perche xD ]
Revenir en haut Aller en bas
Wrath
La Colère Incarnée
Modo PNJ/Event

avatar

Féminin
Vierge Coq
Messages : 174
Age : 23
Rang dans le RP : Homonculus de la Colère

Feuille de personnage
Points:
64/75  (64/75)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Contrôle de l'Alchimie, dû à la jambe et au bras d'Edward Elric.

MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Jeu 23 Avr - 4:17

Dès que Nicky quitta sa chaise pour se diriger vers la salle de bain, l’homonculus le suivit, s’arrêtant près de la baignoire, qu’il examina du regard; elle ne semblait pas être en mauvais état, contrairement à ce qu’il s’était imaginé lorsque son hôte lui avait annoncé qu’il y avait bel et bien un bain dans cette ruine. Il se pencha par-dessus le bord du bassin et fit tourner les poignées d’eau chaude et d’eau froide en même temps. Comme il croyait que l’homme s’apprêtait à partir, il sursauta lorsque ce dernier revint dans la pièce, armé d’une boite en aluminium qu’il déposa près de son invité, en ajoutant qu’elle contenait quelques gâteaux qu’il pourrait manger si l’envie lui prenait. Puis, il sortit de la pièce, et quitta la demeure pour de bon. En entendant la porte de l’entrée se refermer, Wrath se tourna vers la baignoire, qui s’était entre temps considérablement remplie, et y plongea la main. L’eau lui parut aussitôt un peu trop froide, et il tourna donc de nouveau l’une des poignées. Le jet d’eau s’amincit, et lorsque de la vapeur commença à s’élever de l’endroit où la chute atteignait l’eau qui était déjà dans le bassin, il tourna la seconde poignée. Il entreprit ensuite de se dévêtir, et abandonna ses vêtements sales et déchirés sur le sol, ces derniers n’existant déjà plus à ses yeux.

La tuyauterie usée donnait à l’eau une désagréable odeur de fer, qui ne le gênait pas à un trop haut point, puisque le sang qui couvrait sa personne lui avait déjà empli le nez d’un parfum semblable. Dès qu’il se fut enfoncé dans l’eau, il remarqua que cette dernière perdait de sa transparence, devenait floue, puis progressivement se colorait des couleurs du sang et de la boue qui se détachaient de sa peau. Voyant que l’eau se salissait rapidement, l’incarnation de la colère y plongea la tête et entrepris de frotter sa nuque et ses cheveux, décollant du mieux qu’il pouvait les saletés qui s’y étaient accrochées. Lorsqu’il eut achevé de se laver, l’eau était bien trop souillée pour qu’il songe à rester immerger pour se prélasser. Il acheva de se nettoyer, puis s’empressa de sortir et croisa les bras sur le torse, agrippant ses épaules dans une veine tentative d’échapper aux inévitables frissons qui ne tarderaient pas à s’emparer de son corps livré au changement de température par l’eau qui continuait de ruisseler sur lui. Il parcourut la pièce du regard, à la recherche d’une serviette dans laquelle il pourrait s’enrouler, et ne prit pas longtemps à trouver. Il entreprit de s’essuyer la tête, puis passa la serviette autour de ses épaules, de façons à ce qu’elle retombe jusqu’à ses genoux au moins, le recouvrant presque en entier.

Plus ou moins sec, il s’approcha prudemment de la boîte que lui avait apporté Nicky et l’ouvrit. Il tenta de déterminer si l’homme avait raison de croire que les gâteaux étaient encore bons seulement en les regardant, mais ils ne présentaient aucune trace de moisissure. Il approcha son nez de la boîte et, après une inspiration, en déduisit qu’ils étaient bel et bien bons. Mais ils sentaient l’humidité, et il renonça donc à en prendre quelques uns. De toutes façons, il n’avait pas faim, et cette nourriture humaine ne lui faisait pas plus envie que nécessaire.

Il referma a boîte et s’en détourna tout en poussant un soupir d’impatience; son bain n’avait pas été bien long, et l’homme ne devait pas être prêt de revenir. Sachant d’ores et déjà qu’il ne pourrait patienter bien longtemps, enfermé dans cette petite pièce, il entreprit d’en sortir, la serviette toujours serrée autour de ses épaules, afin d’explorer le reste de la maison. Cette dernière, bien que mal entretenue, était tout de même considérablement grande, mais la vue des pièces, toutes aussi ennuyantes les unes que les autres, l’ennuya assez vite. Un seul détail eut le don de capter son attention; les cadenas que verrouillaient chacune des portes d’armoires. Ce n’est qu’en revenant dans ce qui devait être la salle de séjour qu’il s’en aperçu, toutefois, alors que son regard se posait sur un étagère cloué au mur. Verrouillé, évidemment. Lui revinrent progressivement en tête les images de tous les meubles qu’il avait observé, tous munis d‘un cadenas et, intrigué, il s’approcha de l’étagère.

Il s’empara d’une chaise, qu’il approcha du mur, e y grimpa afin de pouvoir atteindre sa cible. Il lâcha sa serviette d’une main, qu’il tendit vers le cadenas, et resserra ce dernier entre ses doigts. L’incarnation de la colère commença par tirer faiblement, pour vérifier que le cadenas était bien barré. C’était le cas, et sa curiosité ne fit que s’accroître. Que pouvaient contenir tous ces meubles, pour qu’ils soient ainsi protégés? Le sympathique Nicky Greem qui lui était venu en aide avait-il quelque chose à cacher? Si tel était le cas, alors il désirait savoir quoi. Ne pensant pas vraiment aux conséquences de son acte, Wrath tira de nouveau sur le cadenas, plus fort cette fois, tentant de le briser. Il tint bon, et l’homonculus recommença son manège, jusqu’à ce qu’un craquement sinistre le fige sur place. Le cadenas n’avait pas cédé; deux des clous qui retenaient l’étagère s’étaient retirés, et le meuble s’était aussitôt incliné vers le bas, sans tomber pour autant. Comprenant que le tout s’effondrerait s’il tirait à nouveau, il préféra abandonner la partie et bondit au bas de sa chaise, avant de repousser celle-ci à son emplacement initial, pour que son hôte ne le soupçonne pas d’être le responsable de la situation de son meuble.

Au même instant, la porte de l’entrée s’ouvrit en grinçant. Même si le nouvel arrivant ne pouvait le voir de l’entrée, l’enfant, soudain pris de panique, se retourna et fonça vers la salle de bain à l’intérieur de laquelle il s’enferma de nouveau, refermant la porte le plus doucement possible. Il soupira en lâchant la poignée, presque certain de ne pas avoir été repéré par Nicky, qui ne pourrait donc pas lui reprocher sa petite sortie … Un sourire cynique se dessina sur ses lèvres, à la suite de cette pensée. Pourquoi craignait-il les réprimandes de cet homme? Dans le pire des cas, si ce dernier le gênait trop, il n’aurait qu’à l’éliminer. Après, aurait-on l’idée de le chercher ici? Pas avant plusieurs jours, certainement.

Hé ptit gars, j'ai trouver de quoi t'habiller, tu t'en sors toi ?

Ces paroles mettant aussitôt fin à ses scénarios macabres; il ne l’avait probablement pas vue. Si tel avait été le cas, il l’aurait probablement interrogé sur la raison de sa soudaine retraite vers la salle de bain. Wrath tourna de nouveau la poignée de porte, l’entrebâilla et laissa sortir son bras, paume tendue vers le vide, demandant ainsi qu’il lui passe les vêtements qu’il lui avait trouvés.

« J’ai fini! »


_________________


---


¦--¦¦--¦

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Jeu 23 Avr - 11:08

Nicky était donc rentré après cette petite course faite pour l'enfant de bas âge qu'il avait trouver dans la rue. Il l'avait recueillit temporairement et l'avait ramener à sa seconde résidence si on pouvait l'appeler ainsi pour éviter tout problème potentiel et pour éloigner cet enfant le plus possible des armes que Nicky revendait. Il ne pouvait pas corrompre l'esprit de cet enfant en lui montrant d'or et déjà des armes même si malgré tout il se pouvait que cet enfant voit la guerre bien plus tôt qu'on ne l'aurait voulu. Bref, tout cela pour dire que le vendeur d'arme avait accueillit temporairement cet enfant afin qu'il puisse se laver et se nourrir s'il avait faim. Il avait donc montrer la baignoire et donner quelques gâteaux avant de filer lui chercher des vêtements. Son absence avait été plus ou moins courte selon la vision du monde. Finalement, Nicky était rentré avec de nouveau vêtement. L'impression d'être un père revenant d'une sortie se faisait plus forte mais restait tout aussi stupide. En revenant, Nicky avait demander à ce petit inconnu s'il s'en sortait et ce fut une petite main qui sortit de la porte timidement pour dire qu'il avait finit. Le marchand d'arme sourit avant de lui tendre le sac et de lui dire joyeusement et peut-être même fier de lui :

Tiens, je t'ai trouver les mêmes habits que tu portais, j'espère que ça t'ira.

Lorsque le jeune garçon prit le sac, Nicky alla voir dans son armoire s'il n'avait pas un petit encas, et oui, après tout courir et s'occuper d'un enfant ça donnait faim. Il ouvrit alors la porte du placard et prit une petite boite contenant quelques barres de céréales non périmés. Même s'il ne vivait pas ici, Nicky avait toujours eu l'habitude de prendre le temps de faire une ou deux courses de temps à autre et apparemment cela avait servi une fois de plus. Prenant place alors sur une des chaises présentes non loin de la table, le marchand d'arme prit une nouvelle fois la parole pour demander d'une voix simple :

C'est bon ?

Peut-être était-il trop pressé, d'où ces questions incessantes. À vrai dire Nicky n'avait pas l'habitude et ignorait presque comment s'y prendre. Heureusement pour lui il n'était pas né de la dernière pluie et savait plus ou moins comment faire sauf si bien sur cet enfant allait jouer la psychologie et penser à l'inverse ou autre. Bref il fallait encore attendre un moment avant que ce petit ai finit, il suffisait de patienter. Malheureusement il arrivait que Nicky ne soit pas patient et dans le cas présent c'était le cas. Il tournait presque trop en rond, il attendait encore et encore que cet enfant finisse ou réponde à ses quelques questions. Bon il était vrai que cet enfant avait un passé inconnu et surement rude d'où la possibilité d'un traumatisme. Mais la question que le marchand d'arme se posait peu à peu était qu'est-ce qu'il allait faire de cet enfant ? Il ne connaissait ni son nom, ni son âge, ni son passé. Avait-il des parents ? De la famille ? D'où venait-il ? Comment avait-il été rendu dans cet état ? Trop de questions qui empêchait Nicky de savoir ce qu'il pouvait faire par la suite. Il devait se contenter d'attendre et de voir comment faire pour ce jeune garçon. Il devait juste avoir quelques réponses et après il anticiperait ...



[désolé j'avais pas trop d'idée sur le coup ^^' et vu que tu t'habille jvais pas forcer la main xD]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Sam 9 Mai - 22:08

Nouvelle protestation de son estomac éprouver qui, une fois de plus, s’était violemment contracté à la vue d’une assiette lourde d’une viande probablement délicieuse, mais saignante. Donia croisa les bras sur son ventre et fit mine de ne pas écouter les grommellements mécontents de ce dernier; quant à savoir s’il s’agissait de bruits produits par sa nausée ou par sa faim, c’était peine perdue. Elle n’avait rien mangé depuis deux jours car elle n’avait rien pour se payer de quoi dîner, mais même si elle avait pu, elle n’aurait pas tenté de manger; malgré son corps qui réclamait un renouveau d’énergie, elle se savait bien incapable d’avaler quoi que ce soit sans le vomir par la suite, car l’image du ventre écarlate de l’homme qu’elle avait assassiné de ses mains lui revenait régulièrement en tête, aux moments les plus inopportuns. Comme à présent, par exemple, alors qu’elle observait sans pouvoir s’en détourner l’homme en train d’engloutir son repas à moitié cuit.

Elle monta lentement une main à sa gorge, l’enserra légèrement entre son pouce et de son indexe, et inspira profondément pour chasser le retour des nausées, bien qu’elle n’ait plus vomi depuis plusieurs heures. Fait peu surprenant, d’ailleurs; depuis le temps, son estomac devait s’être complètement vidé… À vrai dire, elle peinait même à rassembler suffisamment de salive pour déglutir. La journée était chaude, mais pas autant que l’avait été la précédente. Or, si elle n’avait pas mangé depuis l’incident du restaurant, elle n’avait pas bu non plus, et les effets de la déshydratation se faisaient de plus en plus évidents. Son mal de tête de cuve d’alcool s’était changé en mal de tête de manque d’eau, et ses tournis étaient revenus, accompagnés de douleurs à la gorge et de bouche sèche. Sans parler de la mauvaise haleine, évidemment, mais ça, on en parle pas. Désespérée devant le spectacle de cet homme se goinfrant joyeusement, Donia glissa une main sur son front, écartant de ce fait les quelques longues mèches noires de sa perruque qui collaient à son visage. Puis, elle se remit en route.

Elle ignorait quelle direction, tout comme elle ignorait ce qu’elle devait faire, à présent. Sa perruque était si chaude que son cerveau lui-même cuisait o=sous les rayons solaires, mais elle n’osait pas s’en débarrasser, certaine que la femme de l’homme qu’elle avait tué avait dû se dépêcher de prévenir les autorités; à cette heure, elle devait être recherchée par les militaires qui oeuvraient à Dublith. Or, les filles portant les cheveux châtains courts ne courraient pas les rues …

Arrivée dans un quartier résidentiel, elle fut prise d’un malaise. Certaine que son corps avait finalement trouvé substance à recracher, elle se pencha vers l’avant, mais ne vomi rien. Son mouvement la déséquilibra, toutefois, et elle tenta de se rattraper à une colonne de brique. Son tournis était toutefois tel qu’elle ne le situa pas très bien, et plutôt que de s’y appuyer, elle s’étala lourdement au sol. Une fois par terre, elle su qu’elle n’avait plus assez de force pour se relever, elle resta étendue un moment, puis tenta tout de même de se remettre sur ses quilles. La tentative occasionna de nouveaux étourdissements, et elle se laissa retomber par terre, livrée à l’épuisement autant qu’à la déshydratation. Elle sombre même dans l’inconscience pendant quelques minutes.


Dernière édition par Donia D. Latifa le Lun 27 Juil - 19:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wrath
La Colère Incarnée
Modo PNJ/Event

avatar

Féminin
Vierge Coq
Messages : 174
Age : 23
Rang dans le RP : Homonculus de la Colère

Feuille de personnage
Points:
64/75  (64/75)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Contrôle de l'Alchimie, dû à la jambe et au bras d'Edward Elric.

MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Dim 10 Mai - 2:31

Une fois enfermé dans la salle de bain de nouveau, le jeune homonculus demeura près de la porte, silencieux, écoutant attentivement chacun des sons que produisaient non seulement l’humain, mais aussi la maison en elle-même. À vrai dire, il craignait que l’armoire qu’il avait précédemment tenté de forcer se décroche entièrement, et que Nicky le tienne pour responsable. Accusations qui, d’ailleurs, seraient tout à fait fondées puisqu’il était bel et bien le responsable … Mais le silence persista jusqu’à ce que l’homme déclare qu’il avait trouvé de quoi l’habiller – à peu près les mêmes vêtements que ce qu’il portait précédemment. Wrath entrouvrit donc la porte et sortit le bras jusqu’au coude, attendant que Nicky lui calle les vêtements dans la paume. Il ne fut pas long, et l’homonculus ramena sa main à l’intérieur. Il enfila les vêtements sans vraiment prendre la peine de les observer, s’assura seulement que le tout n’était pas trop grand pour lui, puis ouvrit prudemment la porte. Comme Nicky n’était pas à portée de regard, il sortit, laissant l’eau dans le bain, la serviette mouillée ainsi que ses vieux vêtements sur le sol, et abandonnant la boite de gâteaux là où elle se trouvait. Il songea, un instant, à faire demi-tour et à quitter la demeure par la porte arrière, qu’il avait aperçu alors qu’il faisait un tour de la demeure, un peu plus tôt. Après réflexion, il décida que cette idée était mauvaise. Après tout, s’il disparaissait dès maintenant, Nicky risquait de se lancer à sa recherche. Il lança un unique regard déçu vers son espoir de fuir, puis fit demi-tour et se dirigea vers le salon, où il découvrit l’adulte assis dans la pièce. Il s’approcha de lui et s’installa sur une chaise, non loin de Nicky. Il lui lança un regard en coin, attendant qu’une occasion de se faire oublier se pointe. Il craignait toutefois qu’une telle occasion ne se présente pas avant la nuit tombée, et l’idée de demeurer là encore plusieurs heures l’ennuyait; à cette heure, Gluttony devait déjà être retourné chez Dante … Et cette dernière devait se demander où il avait bien pu passer.

[Ahhh, le poste pourri ;__;]

_________________


---


¦--¦¦--¦

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Dim 10 Mai - 11:44

Nicky attendait donc assis sur cette chaise semi poussiéreuse que le jeune garçno sorte de la salle de bain. Il regardait encore et toujours autour de lui en patentant simplement, il n'était pas du genre impatient mais pas non plus à attendre des heures. Il regardait autour de lui et hésitait à un peu en ce qui concernant de manger ou non, il n'avait pas nécessairement faim mais ce n'était surement pas bon pour cet enfant de manger seul sous le regard d'un adulte inconnu même si ce dernier venait de le remettre plus ou moins d'aplomb. Nicky vit finalement la porte s'ouvrir et ce jeune inconnu en sortir, apparemment les vêtements lui allaient plus ou moins bien, ni trop grand ni trop petit. Nicky lui sourit finalement avant de le regarder et de rire un peu avant de dire :

C'est bon non ? Il te va comme un gant, enfin temporairement. Surtout si on te retrouve dans le même était que lorsque je t'ai trouvé.

Le revendeur d'arme parlait sur un ton le plus amical possible en essayant de ne pas ui faire peur ou de le brusquer. Se levant finalement pour ouvrir un placard en hauteur, il l'ouvrit à l'aide de sa clé et prit finalement une autre boite de gateau. Il la referma et entendu avec désastre le placard tombé sur le meuble inférieur qui heureusement ne céda pas. Un fracas eu lieu et l'oreille de Nicky put entendre le fracas métallique de deux armes qui s'étaient rentré dedans. Il espérait que rien n'était cassé surtout le reste et que cet enfant n'ai rien entendu si ce n'est que le fracas de la chute. Il se retourna et jura presque trop joyeusement pour encore une fois ne pas effrayé l'enfant. Il le regarda avant de dire en souriant et se grattant l'arrière de la tête d'un air désolé :

Plus très solide tout ça, désolé, tu m'excuse un instant je vais régler ce petit problème.

Il prit finalement le placard qui n'était pas aussi lourd qu'il n'y semblait et se dirigea vers la seconde pièce pour déposer ce placard sur le lit et le vider avant de ranger ce qu'il ne fallait pas voir dans une cachette de voiture : sous le lit. Il posa les boites d'alimtentations sur le meuble à côté du lit et regarda finalement les vetements sales sur le sol et la baignoire encore pleine. Il prit alors un air névrosé et regarda avec dépits cette eau sale. Il alla vider l'eau de la baignoire avant de ramasser les vêtements déchirés et ensanglantés pour les mettres dans le placard qui venait de mettre fin à ses jours. Il reprit le petit placard et alla se diriger vers la pièce principale pour prendre la direction de la sortie en disant joyeusement :

Et bah, on peut dire que tu m'en donne du boulot toi.

Il lui sourit avant de sortir et de regarder un moment dehors s'il n'y avait personne dans les alentours. Il prit sur la droite et y déposa finalement le petit placard. Il se retourna finalement et sourit à un passant qui el regardait étrangement. Il se retourna à nouveau pour rentrer chez lui avant de finalement voir un autre spectacle étrange. Une jeune fille, problablement la vingtaine semblait être allongée sur le sol, dos au mur un air de faiblesse. Il la regarda et soupria avant de dire tout bas, pour lui même :

Ce doit être ma journée, encore une personen affalé sur la rue, mais bon

Il s'approcha avant de s'accroupir de cette jeune fille. Il l'a regarda d'un air étonné, il al regarda un moment et fini par poser ses doigts sur son front pour vori si elle avait de la fièvre. Il sentit une petite hausse et la regarda plus attentivement. Elle semblait malade et à court de force. Nicky finit par soupirer et la prit au niveau des genoux et des épaules en claant bien la tête contre son torse avant de la soulever et de rentrer en fermant rapidement la porte. Il traversa alors la picèe principale en souriant au jeune garçon et fila rapidement vers la seconde pièce. Il déposa cette jeune fille sur le lit, l'allongea convenablement et alla rapidement dans la pièce principale. Il parla alor sau jeune garçon qui n'avait pour le moment pas trop bouger et lui dit :

Et oui, apparemment il n'y a pas que toi que j'aide. Bouge pas je m'occupe de toi dans deux minutes.

Il prit alors un verre, le remplit d'eau et se redirigea vers la chambre pour aller porter le verre d'eau à cette jeune femme à bout de force. Il l'aida à boire avant de lui tendre une simple barre de céréales et lui dire :

Tenez, mangez un peu, vous avez pas l'air dans votre assiette. Ne vous inquiétez pas vous êtes en sécurité.

Il lui sourit un moment pour essayer d'être le plus réconfortant possible. Encore une fois il ne savait pas qui elle était ni d'où elel venait, mais il ne pouvait pas la laisser dans la rue à mourir. De plus, plus il l'a regardait, plus il se disait qu'elel était mignonne malgré ses marques de fatigues.



[ C'est ta signature d'arrivé comme ça dans un topic ? <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Mer 13 Mai - 3:28

Elle cligna prudemment des paupières, fronçant ces dernières afin d’éviter d’être entièrement aveuglée par les rayons du soleil. Incapable de supporter bien longtemps la lumière, elle referma bien vite les yeux, pour les rouvrir presque aussitôt. Cette fois, elle découvrit, juste au dessus d’elle, un visage pencher sur le sien. Un désagréable frisson lui traversa l’échine, et elle fronça les sourcils, tout en plissant le nez. Instinctivement, elle tenta de reculer sa tête mais, bien évidemment, n’y parvint pas puisque cette dernière reposait sur le sol.

« Aehh … »

Le visage de l’homme était flou, et elle ne parvenait pas à apercevoir ses traits clairement. Ses lèvres se tordirent en une légère grimace alors que sa tête se remettait à lui faire mal. Elle ne tenta pas de bouger, s’en sachant incapable, et ne dit rien : pour ce qu’elle en savait, ce gars pouvait autant être un militaire qu’un handicapé mental. Mieux valait ne pas lui adresser la parole. De toutes manières, sa bouche était tellement sèche qu’elle doutait être capable de prononcer le moindre mot.

Elle frémit de nouveau en se sentant soulevée de terre. Sous l’angoisse, elle sentit ses muscles se raidir légèrement et elle se mit à serrer les poings, incertaine. Incapable de faire confiance à cet inconnu, elle craignait l’endroit où il la conduisait, craignait aussi ses intentions. Mais elle ne tentait pas de se débattre, s’en sachant bien incapable. D’autant plus que, si il la lâchait à cet instant, elle ne ferait que s’écraser lamentablement par terre et risquerait de se tuer. Autant se laisser porter en espérant que rien de mauvais ne lui arriverait. De toutes façons, il n’y avait rien d’autre à faire.

Lorsqu’on la déposa, Donia était pratiquement dans les vapes. Épuisée par le manque de sommeil et d’eau, elle menaçait de rouler des yeux à chaque instant. Le confort du matelas sur lequel on l’avait allongée n’aidait en rien, et une fois installée et confortablement bordée, elle ne tarda pas à se laisser emporter par le sommeil. Sommeil toutefois léger, et elle se retrouva de nouveau éveillé lorsque Nicky lui apporta à manger et à boire. Poussant son orgueil de côté, elle rassembla toutes ses forces pour s’emparer rapidement du vers d’eau et bu à longues gorgées, soulagée. Elle refusa toutefois de toucher à la nourriture, évitant même de regarder la barre de céréale qu’on lui avait apporté. Peu de temps après, elle sentit ses nausées revenir, et pâlit d’indignation, tout en se penchant légèrement par-dessus le lit, pour être certaine de ne pas vomir dans ce dernier …

[ Hum .. Je suis gentille, ou bien je la fais vomir sur ton plancher? xD ]


Dernière édition par Donia D. Latifa le Lun 27 Juil - 19:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wrath
La Colère Incarnée
Modo PNJ/Event

avatar

Féminin
Vierge Coq
Messages : 174
Age : 23
Rang dans le RP : Homonculus de la Colère

Feuille de personnage
Points:
64/75  (64/75)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Contrôle de l'Alchimie, dû à la jambe et au bras d'Edward Elric.

MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Mar 19 Mai - 3:24

Loin d’apprécier le commentaire de Nicky, Wrath leva vers lui un regard irrité qu’il ne parvint pas à retenir convenablement, cette fois. De son point de vue, l’homme sous-entendait qu’il s’attendait à ce qu’on le retrouve à nouveau dans un état semblable à précédemment, éventualité qu’il n’osait même pas envisager. Il ne supporterait probablement pas une seconde défaite, surtout s’il en gardait la même impression d’avoir été tout bonnement écrasé par son adversaire. Même si, au fond, leur combat ne s’était pas achevé comme il l’aurait dû, puisqu’il était prévu que lui et Gluttony quittent le Devil’s Nest en feignant une défaite, pour apaiser la méfiance de Greed. Comme Gluttony n’était pas l’un des plus puissants d’entre eux, un tel dénouement pouvait paraître crédible. Surtout en considérant qu’il affrontait l’Impitoyable, elle-même étant d’une puissance considérable. Quant à Wrath, le fait qu’il soit un homonculus nouvellement créé et qu’il n’avait jamais combattu avant suffisait à expliquer sa défaite contre Vortex. Mais l’incarnation de la Colère se voyait incapable d’accepter son abandon, car il n’avait point l’impression d’avoir totalement feint sa défaite. La vérité? Vortex avait mené le jeu pendant la majorité du combat, il l’avait atteint à de nombreuses reprises et n’avait pour sa part subi aucunes blessures graves. Et, sans qu’il puisse vraiment dire pourquoi, le commentaire de Nicky lui avait renvoyé ce ‘‘petit détail’’ en pleine figure.

Irrité, il s’était relevé de sa chaise en fixant son hôte, les sourcils froncés, mais avant même qu’il ait pu le rejoindre, un grand bruit vint rompre le silence, alors que les tiroirs se fracassaient sur le sol. L’homonculus, dans un sursaut, recula de deux pas en se détournant vivement de Nicky, cherchant l’origine du vacarme qui venait de retentir. En voyant le meuble, brisé sur le sol, il eut le réflexe de se replier légèrement vers l’arrière, se sachant coupable. Il se reprit toutefois en entendant l’excuse de Nicky, grâce à laquelle il comprit que l’homme ne le soupçonnait pas. Du moins …

Il fit quelques pas vers le meuble arraché du mur et tendit le cou, tentant de voir par-dessus l’épaule de Nicky. Le contenu des nombreuses armoires verrouillées l’intrigant toujours autant, il ne comptait pas laisser la possibilité de satisfaire sa curiosité alors que l’occasion s’offrait si joliment à lui. Il n’eut toutefois pas le temps d’apercevoir quoi que ce soit sous les planches fracassées sur le sol, car Nicky entreprenait déjà de les déplacer, tout en affirmant qu’il allait s’occuper du problème. Cette fois vraiment agacé, le jeune homonculus attendit que son hôte disparaisse de sa vue puis, comme ce dernier s’était dirigé vers l’arrière de la maison, rejoignit la porte d’entrée qu’il ouvrit toute grande.

Tant pis si l’homme trouvait suspecte sa soudaine disparition, et tant pis s’il se lançait à sa recherche; il aurait déjà eu amplement le temps de s’éloigner lorsque Nicky s’apercevrait de sa disparition. Quant au reste, s’il se mettait en tête de le retrouver, il n’aurait aucune piste solide à laquelle s’accrocher : l’homme ne lui avait pas demandé son nom, il ne pourrait donc pas le retrouver à partir de ce dernier. Et, à moins qu’il fasse la rencontre de Jonathan ou de Greed et qu’il fasse dévier la conversation directement sur lui, les chances qu’il croise quelqu’un qui e connaissait étaient nulles. Et puis, même s’il les croisait, Wrath se doutait que tous deux ne seraient pas assez stupide pour délivrer la moindre information à ce simple humain. Tout en tentant de se convaincre que sa fuite ne risquait pas de lui causer des ennuis futurs, Wrath fit un pas à l’extérieur, et se figea en constatant la présence de la jeune femme, devant la porte. Après lui avoir jeté un regard, elle avait quitté son champ de vision. Un bruit sourd lui fit comprendre qu’elle venait tout bonnement de s’écraser par terre. Loin de compatir, il fit de nouveau quelques pas vers la rue, et faillit hurler lorsque la voix de Nicky résonna dans son dos, le surprenant une nouvelle fois.

Il se retourna, pris sur le fait, pour lancer vers l’humain un regard lourd de méfiance. Maintenant qu’il l’avait surpris dehors, qu’allait être sa réaction? Qu’allait-il s’imaginer? Il n’était pas stupide, il risquait de découvrir la vérité … Mais, contrairement à ses craintes, le jeune homme se contenta de le dépasser, allant porter à la rue ses vieux vêtements sales, pour les jeter. Résigné, Wrath entreprit de revenir sur ses pas afin de retourner à l’intérieur, mais arrêta son mouvement en voyant l’homme se pencher. Se rappelant la chute de l’inconnue, il en vint à se dire que cette intervention finirait peut-être par jouer en sa faveur, tout comptes faits. Il le regarda se relever, la jeune femme dans les bras, puis se recula pour le laisser passer. Au même moment, il fit mine de s’intéresser à la situation en demandant, tout bêtement :

« Tu la connais? »

Il n’écouta la réponse que d’une oreille, de même pour la suite de sa phrase, insouciant de sa promesse de venir s’occuper de lui bientôt. Dès que Nicky eut regagné l’intérieur de la maison et échappé à son champ de vision, la colère incarnée s’élança vers la rue, bondissant au travers de la foule moins dense que précédemment dans la journée, qui d’ailleurs, s’achevait. Il ne faisait pas encore noir, mais les gens commençaient déjà à retourner chez eux. Il choisit de marcher, afin de ne pas trop attirer les regards, et entreprit de se perdre dans la foule, se déplaçant entre les passants qui ne le remarquaient qu’à peine. Sa progression était plutôt lente, mais il pensait que les nombreux humains qui l’entouraient suffiraient à couvrir sa présence, puisqu’il n’était pas bien grand. D’autre part, si Nicky était bien occupé avec son second patient, il était bien possible qu’il ne tente pas de se lancer à sa recherche …


_________________


---


¦--¦¦--¦

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Mer 20 Mai - 19:58

Nicky continuait d'observer cette jeune femme, totalement inconnue à ses yeux qu'il avait retrouver devant son pallier, à moitié consciente. Il avait décidé de lui apporter son aide même si elle n'avait rien demander et ce pour deux raisons : la première était que d'une, il ne pouvait pas la laisser ainsi, pas une jeune demoiselle étant dans le besoin et de deux, il n'allait pas laisser une jeune femme sans défense dans cette rue. Elle était fréquentée par de nombreuses personnes, après soit on profitait de sa faiblesse pour l'enlever, soit on se demandait si l'habitant de la maison où elle était tombé était le resposnable. La dernière hypothèse pouvait s'aggraver pour finalement tomber dans une fouille de chez Nicky, autant dire que cela signifierait sa perte. Bien sur, il ne l'avait pas aider juste pour son propre intérêt. Loin de là, Nicky était l'un de ses pseudos gentlemen qui se prétendait chevalier servant de ces dames et se portant toujorus vifs pour les aider dès qu'elles en ont besoin. Bref tout cela pour dire que finalement le marchand d'arme venait d'aider une nouvelle personne et ce pour la deuxième fois dans la journée. Comme pour le premier, Nicky avait d'abord observé ce qui n'allait pas et essayait d'agir en conséquence. Pour le premier, il s'agissait de le nettoyer et de le nourrir si besoin. Pour ce second cas, il fallait du repos et de la nourriture, enfin, c'est ce que pensais Nicky, après tout il n'était pas médecin, juste vendeur. Mais il ferait ce qu'il pouvait faire.

Il s'était donc occupé de cette jeune femme et lui avait fait oire un peu d'eau en lui proposant également des barres de céréales, elle avait refusé et semblait pour le moment avoir besoin de repos. Il la laissa alors un moment et finit par aller dans la pièce principale pour retrouver le plus jeune des deux pseudo-rescapés, il alla donc voir dans l'autre pièce et vit par la plus grande surprise, un vide. Cela ne voulait pas dire que la pièce était totalement vide, que les meubles avaient tous disparus et que seul le plancher, le plafond et les murs étaient restés sans bouger à leur place mais il manquait quelque chose, non pas le meuble qui venait de tomber mais une personne, une personne qui venait juste d'arriver, oui, il manquait ce jeune garçon que Nicky venait d'aider. La porte était ouverte et il n'était pas difficile d'en conclure qu'il avait pris la poudre d'escampette. Pourquoi avait-il fait ? Avait-il eu peur ? Nicky n'en savait rien et ne savait pas quoi y penser. Il n'avait rien pu savoir sur lui et ne l'avait même pas vu partir. C'était à la fois bête et dommage, pourquoi avait-il fuit ? Nicky ne le savait pas et il hésita pendant un petit moment pour se lancer à sa poursuite. Après tout, il pouvait partit comme bon lui semblait, il n'avait aucun rapport avec Nicky. Même si malgré tout, un au revoir aurait été le bienvenue. Mais bon, il était déjà parti et les chances de le revoir étaient minces. Soupirant alors, Nicky alla à la porte pour la fermer et jeter quand même un petit coup d'œil. N'apercevant rien, il fit un demi sourire en disant finalement :


Bah c'est y est, il est parti.

Il se retourna alors et alla voir dans la pièce principale en soupiant un peu et posant ses mains sur ses hances d'un ai un peu dépité. Il avait perdu un placard et avait du rangé ses armes sous son lit en catastrophe. Le même lit où était allongée la jeune fille que Nicky venait d'aider. Il devait docn attendre avant de les déplacer. Mais la véritablement question qui se posait à présent était de savoir ce qu'il allait faire maintenant. S'occuper de cette malade certes mais elle avait besoin de repos alors que faire en attendant ? Il alla sur le pas de la porte entre les deux pièces et regarda la jeunne femme qui était allongée la tête en dehors du lit. Avait-elle peur de vomir ? Ou essayait-elle de chercher de l'air ou quelque chose. S'adossant alors au mur du pas de la porte et croisant les bras, le vendeur d'arme demandant en étant pas sur qu'elle entende :

Comment ça va ? Tu te sens comment ? Si t'a besoin de quelque chose n'hésite pas

Il attendit alors une réponse en regardant le visage presque pâle de cette inconnue encore faible physiquement. Même si c'était mauvais pour Nicky, l'idée d'appeler un médecin venait de plus en plus dans son esprit. Même si sa planque et ses armoires d'armes allaient surement être découvertes, il n'allait pas faire passer ses armes avant une vie humaine. Il commençait d'hors et déjà à se poser la question en attendant une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Jeu 21 Mai - 2:30

Penchée par-dessus le lit, la tête reposant dans le vide, Donia prenait de grandes inspirations pour tenter de calmer ses nausées. Le résultat ne fut pas des plus prononcé, mais au bout d’un instant, elle sentit que le plancher de son hôte n’était plus aussi à risque que précédemment. Elle en profita pour se laisser retomber contre le matelas, ses bras tremblants ne la soutenant plus, et enfonça la joue dans l’oreiller. Malgré ses yeux à presque entièrement refermés, elle aperçu la silhouette de Nicky lorsque cette dernière apparut dans le cadre de porte, et un vent de panique l’arracha de force du sommeil dans lequel elle avait, pendant un instant, faillit plonger. Elle releva la tête, sursauta lorsque quelques longues mèches noires venues de sa perruque glissèrent devant ses yeux, et se redressa finalement sur un coude, lançant à l’inconnu qui s’était rapproché d’elle un regard lourd d’une méfiance non dissimulée. Ce mouvement brusque n’eut rien pour plaire à son estomac, et elle sentit la bile lui remonter au travers de la gorge. Elle serra les dents, s’efforçant de refouler ce haut-le-cœur. Au même moment, Nicky eut la bonne idée de lui adresser la parole, en profitant pour indiquer qu’elle n’avait pas à s’embarrasser pour lui demander quoi que ce soit. Ce qu’elle fit.

« La salle de bain …? » gargouilla-t-elle, en ramenant les bras autour de son ventre, alors que ses boyaux semblaient se tordre, tant la douleur qu’elle ressentait était vive.

Dès que Nicky lui eut indiqué l’endroit désiré, elle bondit hors du lit et s’élança vers les latrines, dans lesquelles elle s’engouffra après les avoir repéré du coin de l’œil. Elle s’agenouilla devant la toilette, enfonça la tête dans la cuvette et, sans plus attendre, rendit l’eau qu’elle venait de boire.

Une fois la scène terminée, son corps en entier sembla se ramollir, et elle s’affaissa sur le derrière, assise dans la salle de bain. Le souffle court, elle garda un moment la tête basse, puis la releva prudemment afin de chercher du regard l’homme qui l’avait secourue lorsqu’elle s’était effondrée, à l’extérieur. Sa gorge, irritée, l’incommodait, mais certainement pas autant que le goût amer qui envahissait sa bouche. Dans un élan de rage, elle écrasa son poing contre sa cuisse – n’en ressentit qu’une douleur risible – et se dit que ces réactions de son corps étaient absurdes. Certes, elle avait … elle avait commis un meurtre. Mais trois jours étaient passés, depuis, et elle se voyait toujours incapable d’avaler la moindre matière. Continuer ainsi était tout bonnement impossible; elle mourrait sous peu, si elle ne parvenait pas même à s’abreuver. Pendant un instant, Donia enfouit le visage entre ses mains et ferma les yeux, luttant contre sa migraine pour se forcer à réfléchir, à résonner son corps qui ne s’était toujours pas remis de sa mésaventure.

Lorsqu’elle releva finalement la tête, elle se remit à chercher Nicky du regard, et inspira profondément, avant de tourner vers lui des yeux embarrassés. Mal à l’aise, elle chercha un instant quelque chose de courtois à dire afin d’introduire sa demande. Mais, n’y parvenant pas, elle se contenta finalement d’un simple :

« J’pourrais avoir encore de l’eau? »

Elle se redressa, s’appuyant sur le bord de la bassine qui devait faire office de baignoire. Un clapotis d’eau attira son attention, et elle tourna le regard vers le bain presque entièrement vide. L’eau qui demeurait encore à l’intérieur était brunâtre, et aux parois du bassin collait une substance rouge à l’aspect poisseux. Un désagréable frisson traversa la colonne de la jeune femme, qui sentit l’angoisse monter en elle. Captivée, elle demeura à fixer le contenu du bain, les traits tirés par la surprise, jusqu’au retour de son hôte.



Dernière édition par Donia D. Latifa le Lun 27 Juil - 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Sam 23 Mai - 1:04

Nicky avait étonné quand la jeune fille lui demanda la salle de bain. Malgré tout il le lui avait indiqué sans pour autant comprendre, enfin pour le moment il ne comprenait pas car finalement sa réponse arriva, elle s'était dépêché d'aller devant la cuvette et avait rejeté le peu que son estomac avait retenu. Nicky venait de comprendre, son estomac avait apparemment trop subit et ne voulait pas retenir plus longtemps. Le vendeur d'arme observait simplement en se demandant si l'idée du médecin n'était pas de plus en plus nécessaire. Il la regardait en se demandant si elle allait bien, elle s'était assise à côté de la cuvette et semblait être au bord de l'inconscience, elle avait finalement demandé un verre d'eau, il avait alors approvué en allant dans la pièce principale pour lui servir un autre verre d'eau. Il était ensuite revenu et la voyait observer la baignoire. Lui souriant il lui dis alors :

Désolé de cet état un peu misérable. Un jeune garçon vient de prendre un bain alors qu'il était recouvert de sang. Tu es arrivée et j'ai pas eu le temps de nettoyer. Si tu veux prendre un bain dis le moi je laverais la baignoire.

Il lui sourit alors et lui tendis le verre d'eau. Il attendit alors qu'elle le prenne et alla prendre le premier verre d'eau à présent vide. Une fois fait, il alla à nouveau dans la picèe principale et mis le verre dans l'évier. Il soupira un moment avant de soupirer un moment. Il n'avait pas vraiment l'habitude de s'occuper des gens et même si maintenant ce n'était plus un jeune garçon mais une jeuen femme assez mignonne, il ne savait toujours pas comment s'y prendre. Si cette jeune inconnue aurait été en forme et dans son état normale, Nicky l'aurait surement aborder et inviter à diner mais là ce n'était pas le cas, il ne pouvait pas faire puisqu'elle était malade. C'était étrange mais c'était ainsi. Il se dirigea à nouveau vers la chambre et regarda un moment cette jeune femme. Il regarda alors la pièce et vit finalement un canon d'une arme à feu dépassé légèrement du dessous du lit. Il fit une petite grimace et espérait qu'elle ne le voit pas, si c'était le cas, il devrait lui donner un explication et cela il ne le voulait pas. Il se disait qu'après tout, étant malade, elle ne le remarquerait pas tout de suite, peut-etre même pas du tout.

Mais cette arme le fit tilter, il avait oublié une chose importante, il ne l'aurait pas oublier s'il n'avait pas été dans son propre magasin, il avait eu un rendez-vous d'organiser par un client. Il regarda alors celle qu'i lvenait de recueillir et hésita un moment. Que pouvait-il faire ? Appeler quelqu'un de confiance pour qu'il s'occupe d'elle ? La laisser seule et aller à ce rendez-vous ? Annuler ce rendez-vous ? Non, il ne pouvait pas annuler, c'était un gros client qui avait commander des armes en rande quantité, il ne pouvait pas annuler, il perdrait une grosse affaire et un apport d'argent massif en un coup. Mais alors que faire pour cette jeune malade ? Il rélféchit avant de finalement prendre une décision. La regardant alors, il lui adressa à nouveau la parole en espérant qu'elle comprenne :


Je vais devoir m'absenter pendant un certain moment, maximum une journée. J'en suis désolé mais je ne pourrais pas t'aider. Il y a un numéro dans sur le bureau pour un médecin si tu en as besoin, il me connait et ne te fera rien payer. Si tu as faim ou saoif tu peux te servir dans les placards. POur une douhe ou un bain, il te faudra utiliser cette baignoire j'en suis désolé. Si tu as besoin de te reposer tu sais où est mon lit. Ne touche pas aux armoires et laisse un petit mot si tu pars, et dans ce cas ferme bien la porte. Bref je te fais confiance. Je reviens le plus vite possible.

Lui laissant un petit papier sur le bureau pour les différents numéros, il prit la direction de la porte et partit rapidement laissant alors la jeune inconnue dans sa secondre résidence. Il sortit donc et ferma la porte avant de partir rapdiement pour prenre la direction de la gare en faisant un petit détour ...


[Voila on reprendra après si tu veux ^^ le temps que tu te soigne *sbaff*]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Dim 31 Mai - 5:26

Donia n’avait qu’à peine eut le temps d’enregistrer mentalement tout ce que Nicky lui disait qu’elle se retrouvait déjà seule dans la demeure. Pendant un moment, elle se demanda pourquoi il la livrait à elle-même ainsi alors qu’elle était malade et, à vrai dire, n’y trouva pas vraiment de réponse satisfaisante. En fait, elle n’avait tout simplement pas vraiment compris toute l’intégrité du discours de Nicky et, donc, n’était pas certaine d’être dans une situation stable … rien ne lui indiquait qu’il n’était pas allé chercher la police. Et si des avis de recherche avaient été lancés? À près tout, elle était une meurtrière, maintenant, et peut-être son hôte avait-il découvert une description d’elle dans le journal local ou ailleurs.

( Woowh! Calme! Rien n’indique qu’il sait ce que j’ai fait! Si ça se trouve, ce gars est sincère! ) Se gronda-t-elle mentalement en appuyant une main sur son cœur, qu’elle sentait battre follement.

( J’deviens carrément paranoïaque, c’est bête. Aller, de toutes façons, j’ai pas la force de partir d’ici, alors s’il est vraiment allé chercher de la sécurité, j’y peu tout simplement rien. )

Elle inspira profondément, puis expira tout aussi lentement, et répéta l’opération plusieurs fois afin de calmer autant sa crise de paranoïa que son mal de tête. Son cœur retrouva, bien assez tôt, un rythme normal, mais sa migraine persista. Si elle s’était légèrement adoucie, elle n’en demeurait pas moins encombrante. Après réflexion, la jeune femme s’installa en position assise sur le sol, les jambes croisées, décidant qu’il était peut-être un peu trop tôt pour s’éloigner de la cuvette.

Le verre d’eau que Nicky lui avait apporté reposant toujours près de l’évier, Donia se redressa afin de le prendre et se rassit. Son regard se perdit un instant dans le liquide translucide qui clapotait, enfermée par la paroi fragile et transparente. La jeune femme inspira profondément une nouvelle fois, rassemblant son courage, et le porta à ses lèvres. Elle avala prudemment quelques gorgées, puis déposa le verre par terre. Vu sa précédente expérience, elle préférait se montrer plus méfiante ; elle n’avait aucune envie de vomir à nouveau. Un moment passa pendant lequel elle n’eut pas l’impression que les quelques gorgées qu’elle avait avalé voulaient ressortir. Encouragée, elle récupéra son verre, avala de nouveau quelques gorgées, et ainsi de suite jusqu’à ce que le verre soit vide.

Donia se releva et quitta la salle de bain sans craindre sincèrement de devoir y retourner précipitamment. Les quelques gorgées d’eau qu’elle venait d’avaler lui avaient été trop bénéfiques pour qu’elle redoute encore son estomac; en fait, elle n’avait plus de nausées, et même son mal de tête semblait avoir diminué. La jeune femme se rendit jusqu’à la cuisine, où elle se remplit un autre verre, qu’elle vida, malgré tout, avec tout autant de précautions que précédemment. Un troisième suivit, ainsi qu’un quatrième, mais elle n’acheva pas le cinquième. Arrivée à la moitié de ce dernier, elle fit disparaître le restant du breuvage dans l’évier et laissa reposer le verre sur le comptoir, l’abandonnant là avec nonchalance.

Soulagée de ses maux de ventre et de tête, elle prit enfin patience de la fatigue hors norme qui l’habitait et, craignant presque de s’effondrer si elle demeurait debout plus longtemps, elle regagna la chambre dans la quelle Nicky l’avait transportée. Elle s’allongea toute habillée, n’ayant pas de vêtements de rechange et ne désirant pas se retrouver nue entre les draps d’un parfait inconnu.

Une fois installée, Donia faillit prendre la décision de retirer sa perruque, car dormir avec un tel couvre-chef était des plus inconfortable. Mais, craignant que son hôte revienne et passe par la chambre pendant son sommeil, elle préféra ne pas prendre de chance et garda la perruque, aussi inconfortable qu’elle puisse être. Malgré cela, elle s’endormit en moins de quelques minutes, tout simplement épuisée.




Dernière édition par Donia D. Latifa le Lun 27 Juil - 19:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Lun 1 Juin - 10:54

Nicky était enfin arrivé à la gare de Dublith, son chauffeur l'avait déposé avant de lui dire à la prochaine en indiquant l'endroit où serait exposé le train et son contenu. Le vendeur d'arme avait pris soin de retenir l'endroit pour son futur commerce. Et oui, il n'était pas stupide au point de rassembler toutes ses armes en un seul et même point. Le raisonnement de la double résidence suivait le principe de la dispersion. Un principe qui permettait de toujours avoir de quoi rebâtir ce que l'on avait détruit. Pratique et efficace, c'était comme faire passer une pilule par une pilule, ça passait beaucoup mieux qu'une dizaine de pilules, même si dans ce cas, ça ne se comptait pas par dizaine mais par centaine voire plus. Un peu soucieux de la situation et de la jeune femme qui était seule chez lui, il n'avait prix le temps de se balader en appréciant le temps, les gens et les très jolies demoiselles qui passaient de part et d'autre des rues.

Bref, il se dépêchait de rentrer en espérant qu'elle ne n'avait pas fuit en laissant la porte ouverte permettant à tout le monde de rentrer ou bien même qu'elle est découvert ce qui l'y avait de caché sous son lit. Si c'était le cas, la situation serait bien mal partie. Prudent, Nicky pensait d'hors et déjà à un plan ou à une solution aux deux situations qui se présentaient à lui. Il y réfléchissait tout en marchant rapidement, il ne pouvait courir mais il ne pouvait flaner. Il se baladait avec sa mallette dans sa main, trop pressé pour passer par son magasin principal et la déposer. Et oui, c'était ça de laisser des inconnues seuls chez lui. Mais bon il n'avait pas trop le choix. C'était soit s'en occuper et rater ce fameux rendez-vous soit faire comme il venait de faire. Bah oui, il n'allait pas la laisser dans la rue en train de mourir d'épuisement ou de faim. Mais bon, maintenant il n'avait plus le choix. Il devait prévoir la suite et non penser à ce qu'il aurait du faire ou au contraire ne pas faire.

Arrivant finalement à destination, il put constater avec joie que la porte était encore fermée. Un premier point, maintenant il fallait espérer qu'elle n'ai rien découvert. Ouvrant rapidement la porte pour la refermer une fois rentré, il s'engagea dans le petit couloir avant d'atteindre la pièce principale et de voir un verre sur l'évier. Le verre d'avant son départ ? Elle s'était donc surement déplacée pour boire ou au moins pour remettre le verre à sa place, étant vide, on pouvait croire qu'elle l'avait bu, c'était un bon début. Il alla alors voir dans la chambre pour en savoir l'état et la vit allongée sur le lit, était-elle endormie ou bien simulait-elle ? Il n'en savait rien, on pouvait penser qu'elle s'était tout simplement endormie pour se reposer un peu. Apparemment elle n'avait rien découvert sur les armes. Finalement tout s'était bien passé. Nicky soupira de soulagement avant de sourire et de s'adosser un moment au mur en croisant les bras, ne sachant pas quoi faire sur le coup si ce n'était que d'attendre son réveil.




[ youpla jsuis revenu xD ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Jeu 4 Juin - 4:11

Épuisé par ses quelques jours d’errance, Donia ne s’éveilla pas à l’arriver de Nicky, ni même lorsque l’homme se glissa à l’intérieur de sa chambre pour s’assurer qu’elle s’y trouvait bien. Elle n’avait jamais eu le sommeil léger, et, la fatigue démesurée qui l’habitait n’aidant pas, elle ne remarqua même pas la présence de son hôte, de retour dans la pièce. Autant dire qu’elle faisait un bien piètre gardien … une chance que l’homme ne lui avait pas confié la tâche de surveiller la maison durant son absence. Il aurait été déçu de ce qu’il y aurait trouvé à son retour. Entortillée dans ses couvertures, la joue droite enfoncée dans l’oreiller, les cheveux répandus partout autour de sa tête, la jeune femme ronflait à pleins poumons. Sa bouche entre ouverte laissait échapper un mince filet de bave dans lequel son menton reposait inconsciemment. Autant dire qu’elle n’était, à l’instant, pas vraiment à son avantage … Mais bon, n’étant pas éveillée pour s’en rendre compte, ce n’était pas bien grave.

Épuisée par son jeûne forcé, par les nuits d’insomnies qu’elle venait de passer, par ce qu’elle avait vécu dans les derniers jours et par les émotions trop fortes – et encore présentes – qui en étaient déboulées, la jeune femme dormit longtemps. Considérant qu’elle s’était endormie vers la fin de l’après midi, et qu’elle avait dormi plus de douze heures d’affilé, elle ne s’éveilla que peu avant midi le lendemain [Donc bond de quelques heures dans le temps <3], prise d’une envie plutôt pressante. Quoi de plus étonnant ; vu toute l’eau qu’elle avait ingéré la veille, elle pouvait presque se compter heureuse de s’être éveillée à temps! Elle regagna donc la salle de bain d’une démarche traînante, y demeura un court moment, puis en ressorti après un court instant. Consciente du fait qu’elle ne devait pas , à cette heure, être d’une beauté à faire pâlir Narcisse de jalousie, elle évita de croiser le regard de son reflet et se contenta de se laver les mains, à moitié consciente.

Une fois hors de la salle de bain, elle s’arrêta un instant dans le couloir et lança un regard en direction de la chambre où elle avait passé la nuit, hésitant. ( Hmm … J’retourne dormir ou pas? ) Elle demeura un instant immobile, à réfléchir à ce choix difficile et, lorsque, cinq minutes plus tard, elle décida de retourner dormir, elle n’avait même plus sommeil. Si bien que, finalement, elle se dirigea vers la cuisine afin d’avaler quelques bons verres d’eau. Avant de se faire, elle se frotta énergiquement les paupières, réveillant ses yeux, allégeant ses paupières qui semblaient vouloir s’affaisser sans fournir le moindre effort. Elle les cligna à quelques reprises, bailla sans grande élégance, puis s’arrêta devant l’évier.

Elle perdit un moment à fouiller dans les armoires qui n’étaient pas verrouillées afin d’y trouver un verre vide et propre, qu’elle découvrit après la cinquième porte ouverte. Elle le pris, le remplit, et avala les quelques gorgées d’eau en affichant une grimace dégoûtée. Avec l’haleine du matin, disons qu’elle avait déjà goûté mieux … Elle vida rapidement son verre, tout de même encore assoiffée par le manque d’eau des derniers jours, puis le remplit à nouveau. Cette fois, elle entreprit de le boire plus lentement et, ce faisant, alla s’asseoir sur l’une des chaises qui entouraient la table à dîner. Après avoir avalé quelques gorgées, Donia se passa la main dans les cheveux, afin de les repousser son visage. Ses doigts se tendaient de nouveau vers son verre lorsqu’elle se figea soudain, sous le choc, louchant pour apercevoir quelques mèches de cheveux courts et bruns dansant devant son nez. (Eh merde, ma perruque … Elle plus là …)



Dernière édition par Donia D. Latifa le Ven 5 Juin - 2:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Jeu 4 Juin - 20:10

[ dur dur du gris sur du noir xD mais allons-y pour la rep ! xD ]

Nicky resta sur le pas de la porte pendant un moment, les bras croisés il attendait de savoir quand se réveillerait cette jeune demoiselle. Bien sur il n'attendait pas qu'un comité international vienne lui dire ou tout simplement qu'elle se réveille, lui dise l'heure à laquelle elle se réveillerait et se rendormirait. Non, il attendait simplement, croyant qu'elle ne tarderait plus à se réveiller. Mais ce n'était pas le cas, enfin pas pour le moment. Il attendit quelques minutes avant de sourire et de s'éloigner en silence fermant simplement la porte et la laissant dormir. Il soupira malgré tout avant d'aller prendre place autour de la table en s'asseyant sur une chaise. Il regarda un moment autour de lui pour vérifier que rien n'avait bouger. Et effectivement, rien n'avait bouger. Ne pouvant partir au cas où "sa" malade se réveillerait, il allait devoir rester ici en attendant son réveil.

Il avait sortit des fiches sur ses armes et les relisait simplement. Il n'avait que ça à faire pour passer le temps. Il s'occupait et avait de nouveau en tête les principales caractéristiques de chaque arme. Les munitions, leur recul, leur origine, leur prix, leur qualité, tout ces détails qui faisait que Nicky était un bon vendeur, enfin selon certain point de vue. Il resta ainsi pendant un certain temps, observant et lisant en retenant ce qu'il lisait. Il finit par arrêter en soupirant. Que pouvait-il faire d'autre ? Il connaissait déjà ses armes et ne pouvait pas partir comme ça sans rien dire. Il devait s'occuper, mais comment ? Il avait beau chercher il ne trouvait pas. Ce ne fut qu'après une heure ou presque qu'il trouva finalement. Ce n'était pas sa tasse de thé mais il n'avait pas trop le choix. Se levant alors après avoir ranger ses fiches, il se dirigea vers les placards pour tout vider sur la table. Et oui, il allait faire le ménage, enfin plutôt un nettoyage.

Quand il eut finit, il se rendit compte d'une chose : l'heure qu'il était. IL ne s'en était pas aperçu puisque la pièce n'avait aucune fenêtre ni aucun indicateur temporelle. Il devait déjà être tard, la nuit devait être déjà pas mal entamée. Enfin c'est ce que pensait Nicky, décidant d'aller voir ce qu'il en était, il ouvrit la porte et regarda rapidement. Il avait eu raison, les lampadaires des rues étaient allumés, le ciel sombre laissait les étoiles se donner en spectacle. Il referma la porte avant de soupirer. Une nuit blanche ou presque s'annonçait. Qu'allait-il faire pendant tout ce temps ? La réponse lui vint finalement : il allait lire un journal qui trainait là depuis quelques heures. Il reprit alors place sur la même chaise et ouvrit le journal en lisant simplement et patientant, attendant que les heures tournent et que son "invitée" se réveille.

Le temps passa et il sentit son estomac commencé à réclamer. Il chercha alors dans un de ses placards avant de prendre un peau de barre céréalières et d'en prendre un ou deux. Il continua la nuit ainsi surveillant de temps en temps si la jeune femme se réveillait ou non et si tout allait bien. Rien ne se passa jusqu'au matin. Entendant les premiers pas et les premiers bruits venant de la rue, il ne tarda pas à comprendre que le matin s'était levé. L'heure du petit déjeuner approchait à grand pas et pour tout dire, Nicky avait besoin d'un bon café. Il décida finalement de sortir, après tout, si elle se réveillait elle aurait surement faim et il fallait un repas copieux. Il l'avait laissé pendant des heures, ce n'était pas quelques minutes qui allaient déranger, enfin normalement. Il sortit donc et alla à la boulangerie se trouvant non loin d'ici. Il revint finalement avec un petit paquet contenant plusieurs pâtisseries ou viennoiseries. Il tenait en sa main un café qu'il sirotait peu à peu. Il revint finalement dans sa seconde résidence avant de voir finalement la jeune femme réveillée, assise sur une chaise. Un point affreusement différent : ces cheveux. non pas qu'ils étaient sales ou mal coiffés mais plutôt la différence. Il avait un tout autre souvenir de sa chevelure. N'y prêtant pas plus intention pour le moment il lui adressa quelques mots en souriant :


Ah tiens tu es réveillée. Tu as faim ? J'ai quelques trucs à manger tout neuf. Enfin, fraichement cuit et acheté.

Il tendit alors le paquet et le posa sur la table quand il y était arrivé. Il n'y avait pas à dire, il la préférait ainsi, même s'il ne comprenait pas ce changement de coiffure. Posant alors une simple question mais n'ayant toujours aucun rapport avec ce changement, il demanda :

Alors comment te sens-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Ven 5 Juin - 3:04

En entendant la voix de Nicky s’élever dans son dos, Donia se catapulta hors de sa chaise, surprise, et se retourna vivement. Les yeux écarquillés, l’air terrifié, elle jeta à son hôte un regard lourd de panique, s’attendant à le voir balancer ses achats, élever la voix, hurler à l’imposteur … Ce que, évidemment, il ne fit pas. Au lieu de cela, il se contenta de lui demander si elle se sentait bien. Ébahie, la jeune femme ne répondit rien. Elle s’empressa plutôt de conduire une main à sa tête et plongea les doigts dans son abondante chevelure, y farfouillant un instant afin de s’assurer qu’elle n’avait pas halluciné la disparition de sa perruque. Convaincue après quelques instants qu’elle n’avait pas rêvés, elle lança à Nicky un regard empli d’incompréhension. ( Il est aveugle, ma parole! C’est pas possible qu’il ait pas remarqué! Et il a même pas réagit!) Voyant qu’il la fixait dans l’attente évidente d’une réponse, elle tâcha de se remémorer quelle avait été sa question et se mordilla un instant la lèvre inférieure.

« Euh je … Ouais, j’vais bien … »

Parvint-elle à bégayer malgré tout, sans vraiment prendre le temps de s’interroger sérieusement sur son état. Elle passa de nouveau une main dans ses cheveux, puis s’ébroua légèrement, agacée par ce simple mouvement qu’elle n’avait de cesse de répéter. ( Pourquoi est-ce qu’il réagit pas? Ça va m’rendre folle! ) Il grimaça, mal à l’aise, les muscles assaillis par quelques sursauts dus au stress.

L’odeur alléchante des pâtisseries chaudes atteignit son nez, et elle inspira à pleins poumons, humant inconsciemment le fumet dégagé par les aliments frais sortis du four. Son estomac se manifesta aussitôt en faisant entendre un grondement d’envie pure, auquel Donia n’accorda aucune attention. Même si elle devait s’avouer qu’elle était affamée, elle n’était pas certaine d’être capable de manger. Boire de l’eau, passe encore … mais sa conscience la laisserait-elle apaiser sa faim? Là était la principale question, car à chaque fois qu’elle revoyait le corps de son employeur se vidant de son sang sur le sol, elle sentait son estomac se tordre et ses nausées revenir.

Elle n’ignorait toutefois pas qu’il lui faudrait bientôt manger si elle désirait vivre, et darda donc un regard hésitant sur le sac que portait Nicky. Finalement, n’osant pas demander, elle se contenta d’attendre qu’il lui propose à manger et, en attendant, demeura silencieuse. Elle lui aurait bien demandé pourquoi il n’avait pas réagit en la voyant sans sa perruque, mais il craignait que, suite à cette question, Nicky lui demande pourquoi elle cachait ses vrais cheveux. À cette question, elle n’avait pas d’excuse crédible à répondre, elle préférait donc qu’on évite qu’on la lui adresse …

[J'ai changé la couleur, wala <3]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Ven 5 Juin - 11:13

[ merci =D ]


Elle avait bégayé et avait mis un certain laps de temps, une raison ? Peut-être le choc ou la surprise. Ce n'était pas bien grave, ce n'était pas urgent comme réponse. Il la regarda un moment en souriant avant de sortir les quelques viennoiseries de son sac en fredonnant un air sympathique. Il avait sortit quelques pains au chocolat, quelques croissants, des petits pains et un peu de tout. Une bonne journée commençait par un bon repas. Seul bémol, il avait oublié les boissons, enfin, le lait, le jus d'orange, le thé ou le café. Lui avait bien un café, il le lui aurait bien proposer mais cela n'était pas tout à fait correct. Enfin, il devait bien y avoir quelque chose dans un des placards. Il avait vu quelques sachets de thé dans une boite. Il suffisait de faire chauffer un peu d'eau et le tour était jouer. Enfin, il fallait déjà que la jeune malade se réveille suffisamment pour dire si oui ou non elle voulait du thé. Il se retourna alors et lui demanda :

Tu veux du thé peut-être ?

Il attendit une simple réponse avant de dire finalement :

Moi oui, tiens, ça me fera un peu de bien. Allez hop du thé !

Toujours souriant il avait chercher rapidement de quoi faire chauffer de l'eau. Étant donné qu'il avait fait un peu de rangement quelques temps auparavant, il savait bien où se trouvait ses affaires. Prenant alors rapidement une casserole pour y introduire un peu d'eau et la placer sur une plaque où elle chaufferait, il continua en prenant quelques sachets de thé et les inséra dans une théière. Une fois cela fait, il prit deux assiettes et les déposa sur la table, dont une devant son invitée et une devant sa future place. Il prit alors les viennoiseries et les partagea en deux. Il poussa alors un peu l'assiette devant la jeune femme toujours aussi peu réveillée et lui dit encore en souriant :

Tiens mange, ça te fera du bien tu verra

Il lui sourit un moment avant de voir sa réaction et finit par prendre place devant la table et croquer à pleine dent un pain au chocolat qui avait été le dernier a être tombé dans l'assiette. Tombé le dernier mais mangé le premier, comme ça pas de jaloux ! Il observait furtivement les cheveux changés de la jeune malade et se demandait pourquoi un changement ? La seule explication valable serait le port d'une perruque, mais pourquoi ? Surtout quand on est malade, on met pas de perruque, enfin elle avait peut-être une bonne raison. Mais le pire dans tout cela c'est qu'il semblait qu'elle soit au courant, pour preuve, elle avait passé ses doigts par deux fois dans sa "nouvelle" coiffure. Peut-être qu'il était arrivé au mauvais moment. Lui aurait-elle menti ? Menti sur quoi ? Pourquoi ? Quelques questions qu'il se devait d'élucider, mais pas tout de suite. Il n'allait pas la harceler de question alors qu'elle venait de se réveiller après de très longues heures de sommeil. Malgré tout, s'il n'en posait aucune, il se pourrait qu'elle s'en aille comme le garçon qu'il avait aider précédemment. Un enfant qui avait fuit sans un mot.

Une fois son premier pain au chocolat fini, il prit le journal du matin et le lit rapidement en prenant une tasse de café. Il avait l'impression d'être un bon matinal dans un petit déjeuner traditionnel. Mais bon, ce n'était qu'une impression. Il arrivait souvent que Nicky ne mange que sur un pouce pour aller vers un nouveau commerce. Bref, il lisait en jetant parfois un petit coup d'œil à l'avancée de la jeune malade dans son petit déjeuner. Il surveillait également l'eau en train de chauffer. Il lut alors les nouvelles et ne put s'empêcher de faire un commentaire sur un ton à la fois sérieux et humoristique en se rappelant qu'on lui avait parler d'un meurtre lorsqu'il était aller chercher le petit déjeuner.:


Tiens, ce matin on m'as dis qu'on a assassiné le gérant d'une boite de danse ou de je sais pas quoi. C'est pas ça qui changera le monde, faudrait peut-être que je remercie l'auteur de ce soi disant crime. Enfin si je le vois un jour.

Il sortir la tête de son journal, conscient qu'il avait parler à haute voix et dit finalement à son interlocutrice peu bavarde en reprenant un ton suffisamment enjoué et souriant pour paraitre de bonne humeur :

Mais c'est pas comme si on allait sonner à ma porte et dire "salut je suis l'auteur de ce meurtre" tu crois pas ?

Il sourit un moment en attendant une réponse. Mais l'eau commençait à bouillir, il fallait s'en occuper. Il posa alors le journal sur la table. Ne se souciant de pas grand chose à ce sujet, il prit la casserole et la vida dans la théière. On sentait déjà une légère odeur de thé à la menthe. Il referma alors rapidement la théière et alla placer la casserole vide sur l'égouttoir, geste habituel qu'il n'avait pas perdu. Une fois cela finit, il entama la recherche de sucre conscient qu'il ne pouvait prendre du thé sans sucre.



[ va falloir passé à la vitesse supérieure si on veut pas tourner en rond <3 tu t'en doute, le meurtre dont je parle c'est ton oeuvre xD c'est fait exprès <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   Lun 8 Juin - 1:31

L’indifférence du jeune homme quant à son changement de cheveux la laissait complètement perdue, égarée dans son incompréhension à un tel point qu’elle ne réagissait qu’à moitié aux paroles de Nicky. Dans cette situation, elle ne considérait pas que le jeune homme puisse trouver comme normal qu’une femme porte une perruque, puisqu’elle connaissait ses raisons de cacher ses vrais cheveux. Son raisonnement la poussait donc automatiquement à croire que la découverte de la supercherie le pousserait à la soupçonner de quelconque infamie. Et, si les autorités s’étaient chargées de faire circuler sa description physique, il ne tarderait pas à faire le lien entre elle et le meurtre passionnel, dicté par la folie et la colère, qui avait eu lieu au restaurant, a à peine quelques coins de rues d’ici …

« Un thé? … »

Ce mot, allez savoir pourquoi, la tira suffisamment de ses pensées pour qu’elle réponde à Nicky, même si cette réponse n’était certainement pas celle à laquelle il s’attendait. Donia le regarda curieusement s’activer, faire bouillir de l’eau, préparer le breuvage alors qu’elle en était encore au stade de chargement, tentant d’associer ce nom au produit qui le représentait; elle n’avait bu de thé si peu souvent dans sa vie qu’elle n’était pas tout à fait en mesure de ce souvenir de ce que c’était au juste, et encore moins de ce ça goûtait. Elle ne refusa toutefois pas l’offre de Nicky, se disant qu’un thé ne pouvait avoir un goût aussi infect que celui de la bille qu’elle avait vomie pendant des jours. Elle demeura immobile jusqu’à ce que Nicky ait achevé de préparer le thé et de mettre la table. Alors seulement, elle remarqua l’odeur alléchante que dégageaient les pâtisseries encore chaudes qu’il avait séparées et disposées dans deux assiettes. L’une d’elles se trouvait à l’endroit où elle s’était assise un peu plus tôt, si proche qu’en tendant la main elle aurait certainement pu s’emparer de son contenu. ( Aaah! Ça a l’air vraiment bon! Et j’ai trooop faim! ) Elle appuya ne main sur son ventre, qui grondait d’impatience et la suppliait de s’emparer de l’une des viennoiseries mises à sa disposition. Mais Donia hésitait encore; craignant d’être malade à nouveau, elle hésitait à prendre le risque de manger. Elle ne résista toutefois, évidemment, pas longtemps à la déferlante d’odeurs alléchantes qui l’appelaient. Tout en adressant une prière à son estomac, le suppliant de garder ce déjeuner luxueux, elle se rassit prudemment sur sa chaise et tendit les doigts vers un chausson qui traînait dans son assiette.

Elle le maintint un instant entre ses doigts, humant l’odeur exquise qu’il dégageait, l’appréciant, salivant presque en le contemplant. Puis, finalement, elle se décida et y enfonça les dents. De mémoire, elle ne se souvenait pas avoir déjà goûté déjeuner aussi délicieux; les repas de cette qualité étaient réservés aux clients, pas aux ouvriers. Ça, au moins, c’était pareil pour tout le monde : le propriétaire lui-même ne profitait pas des talents de ses cuisiniers. Elle englouti rapidement le chausson et, enchantée de constater que son estomac l’acceptait sans faire de caprice, elle enchaîna avec un pain au chocolat qu’elle découvrit encore plus savoureux que la première viennoiserie qu’elle avait prise.

Face à elle, Nicky mangeait du bout des doigts tout en lisant son journal. Elle pencha légèrement la tête afin d’en apercevoir la première page, illustrée. L’image ne lui disait rien, toutefois, et comme elle ne savait pas lire, elle se désintéressa bien vite du tas de feuilles grasses de son hôte et s’attaqua à un croissant avec un plaisir évident. Puis à une baguette, et à une brioche, avant de prendre conscience de sa boulimie soudaine pile au moment ou elle engloutissait la dernière bouchée qu’avait autrefois contenue son assiette. Elle s’assura de ne pas avoir de miettes embarrassantes collées aux lèvres et autour de la bouche et jeta un regard envieux à l’assiette encore à demi pleine de Nicky. Elle s’en détourna vivement, prise d’une soudaine poussée d’orgueil. Hors de question qu’elle aille quêter pour plus! De quoi elle devait avoir l’air, là? D’une affamée, mais dans sa petite caboche de presque adulte, elle s’imaginait Nicky la considérant comme étant la pire es gourmandes. Elle s’apprêtait à remercier le jeune homme pour son hospitalité, mais il lui coupa la parole, en lui balançant l’annonce du meurtre qui avait eu lieu en plein visage. Elle écarquilla les yeux en reconnaissant l’histoire qui était la sienne et sentit que, soudainement, son déjeuner lui pesait sur l’estomac. ( Il a deviné! C’est pour ça qu’il a rien dit en voyant mes cheveux, il devait avoir peur que je le tue aussi! Il doit penser qu’je suis une espèce de malade mentale… Voyons, ça peut pas être un hasard qu’il parle exactement de ce meurtre là maintenant. Il doit essayer de me faire comprendre qu’il est au courant … Si ça s’trouve, la sécurité est en route, ou alors la maison est cernée!) Elle se tourna vivement vers l’une des fenêtres, croyant avoir aperçu un mouvement du coin de l’œil. Rien. Exaspérée, elle inspira profondément et baissa un peu la tête. ( Du calme, du calme, du calme!)

À ce moment, Nicky se releva, lui montrant son dos, afin de se diriger vers la théière qui bouillait. Donia pris conscience qu’elle avait cessé de respirer pendant quelques secondes et inspira profondément, tentant de se calmer afin de ne pas se trahir. Si ça se trouve, il avait tout deviné, mais peut-être pas non plus …

« Pourquoi le remercier? J’veux dire … Il a tuer quelqu’un… »

Sa voix tremblait, mais elle n’y pouvait rien; c’était l’émotion. Elle n’avait jamais tué avant, ne s’était jamais imaginée dans la peau d’une meurtrière. Cette vérité ne s’était pas encore incrustée totalement en elle et le simple souvenir du sang couvrant ses mains, des gargouillis que produisait l’homme en se roulant par terre suffisait à lui donner l’impression qu’elle allait perdre connaissance.

« C’était un meurtre… c’était mal … »

Elle se mordit nerveusement la lèvre inférieure tout en emmêlant ses doigts sans même s’en apercevoir.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dix minutes plus tard ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dix minutes plus tard ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les minutes du Congrès de Miami
» Il n'est jamais trop tard pour vivre ses rêves [ Étoile Brillante ].
» apres l' heure, c'est trop tard
» europe ? je voulais être seule mais trop tard, j'étais déjà née.
» 1000 ans d'histoire en 11 minutes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FMA-World :: Amestris - South Area :: Le Sud, plaines et canyons ensoleillés :: Dublith-
Sauter vers: