AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Liberty entre en scène...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kurosu Cross
Le Juge - n°2 de Liberty
Membre

avatar

Masculin
Sagittaire Chèvre
Messages : 46
Age : 37
Rang dans le RP : Le Juge - Numéro 2 de Liberty

Feuille de personnage
Points:
16/65  (16/65)
Niveau:
6/10  (6/10)

Pouvoir:

MessageSujet: Liberty entre en scène...   Ven 15 Mai - 21:48

South City... Une ville habituellement habitée par le soleil. La ville la plus chaude, au sens propre du terme, de tout Amestris. Peut-être bientôt au sens figuré, à cause de la présence, discrète mais bel et bien active, de terroristes en son sein. Aujourd'hui, rien n'était lumineux à South City. Même le soleil s'était fait la malle. Effectivement, des nuages noires trônaient dans le ciel, signe qu'il n'allait pas tarder à pleuvoir dru sur la cité. Comme si le temps avait une influence particulière sur l'humeur des gens, la plupart des passants avaient la mine maussade. Celle des mauvais jour. Les rues étaient, comme chaque jour à cette heure-ci, bondées de personne, une expression de lassitude profonde sur le visage, qui rentraient d'une dure journée de labeur, fixant le trottoir et leurs pieds se succéder l'un après l'autre, comme s'ils s'attendaient à ce qu'un piège les fasse tomber ou quoique ce soit dans le genre. Il y avait très peu de jeunes dans la rue. La plupart attendait la soirée pour sortir. C'était presque déprimant. Parmi la foule, un homme. Normal. Indiscernable de tous les gens qui l'entouraient. Il marchait, comme eux. Identique. Et pourtant si différent. Il portait un long manteau noir, et un grand chapeau d'une couleur identique. Sa longue chevelure rouge descendait jusqu'à ses épaule dans un ensemble assez désordonné. Différent des autres par l'expression de son visage. Au lieu d'arborer la mine presque dépressive de tous les autres gens, il avait une expression parfaitement neutre. Indéchiffrable. Cependant, au fond de son regard lui aussi d'un rouge flamboyant, on pouvait lire une détermination infinie, une foi en ce qu'il faisait immense et une volonté infaillible. Et pourtant, rien dans son attitude ne trahissait cette envie. Et pour cause: cet homme n'avait aucune raison de se faire remarquer...

Cross marchait, dissimulé entièrement par la foule. Perdu dans ses pensées, il se dirigeait presque machinalement vers l'adresse de sa cible. Ce n'était que le troisième de la journée... Liberty avait de nombreux ennemis... Ou plutôt de nombreuses personnes étaient les ennemies de Liberty. Ces gens qui se croyaient tout permis à cause du pouvoir qu'ils avaient, ces chiens du gouvernement qui se faisaient de l'argent sur le dos du peuple, tous les militaires qui usaient de leur influence pour opprimer le peuple. Tous ceux-là devaient mourir. Ils n'avaient pas leur place ici. Pas au pouvoir en tout cas. Il fallait des gens justes, proches du peuple, pour gouverner. Pas ces pourris qui ne pensaient qu'à leur propre carrière et à l'argent qu'ils gagneront pour se payer des suites royales en attendant d'aller massacrer des innocents. L'homme à qui il allait rendre visite d'ici quelques minutes était de ceux-là. C'était l'adjoint au maire de South City, et il ne rêvait que de prendre la place du maire actuel, et plus tard augmenter encore en grade et en influence, pour atteindre le plus haut rang possible. Pour cela, il n'hésitait pas à user de corruption, pots-de-vin, menace, intimidations et autres procédés non seulement illégaux, mais en plus dégueulasses. Malheureusement pour lui, il n'allait pas pouvoir continuer ses magouilles bien longtemps. Pour le bien du peuple, Cross allait mettre fin à sa brillante carrière d'ici peu de temps.

Après quelques minutes à parcourir les rues de South City, tout en sachant précisément où il allait, le numéro 2 de Liberty arriva à destination. Evidemment, ce type s'emmerdait pas. Sa baraque était immense, et puait le luxe à cent mètres à la ronde. Jetant son mégot dans une bouche d'égout, le Juge souffla un nuage de fumée sur l'énorme porte d'entrée, avant d'appuyer sur la sonnette. A tous les coups, il allait se faire accueillir par un majordome...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du jeu
Game Master
MJ

avatar

Messages : 196

Feuille de personnage
Points:
0/0  (0/0)
Niveau:
0/0  (0/0)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: Liberty entre en scène...   Ven 22 Mai - 0:03

PNJ : Adjoint au Maire de South City
Mickael Corvin


Voilà une fin de journée tout à fait tranquille pour l’Adjoint au maire de South City, Mickael Corvin. La semaine avait été riche en évènements divers et variés, un peu de calme ne faisait pas de mal. Tranquillement installé dans son salon, un bon verre de scotch à la main et un livre posé sur les genoux, Mickael s’autorisait enfin de prendre un peu de repos. Femme et enfants étaient occupés ailleurs en ville, il ne restait plus que quelques domestiques en activité dans la maison. Tout en feuilletant son journal, l’adjoint au maire se remémorait sa journée.

L’empoisonnement du maire actuel se déroulait bien. Le domestique soudoyé par Corvin y veillait personnellement. En fait, il n’avait pas eu beaucoup le choix, ce pauvre homme. Sa fille unique avait été enlevée par les hommes de Mickael, et ne lui serait rendue que s’il accomplissait sa mission. A présent atteint d’un mal inconnu qui empirait de semaine en semaine, le maire de South City avait délégué la plupart de ses responsabilités à Mickael, ce qui était le but recherché. A présent, les petits trafics de Corvin pouvaient prendre de l’ampleur à South City. Et, pour garder la population de son coté, il ne cessait de se montrer en homme politique proche du peuple. Sa vie de famille irréprochable en surface faisait de lui quelqu’un de confiance pour la plupart des habitants.


DING DONG

Mickael leva les yeux de son journal. Un visiteur? Étrange, il n'attendait personne… Un majordome se présenta au salon, en attente des ordres de son employeur.

-« Patrick, allez chercher Burt et les chiens. Je n'attends personne et les honnêtes citoyens n’ont pas pour habitude de me déranger chez moi directement… »

Ce n’est donc pas un majordome qui accueillit cet homme étrange, vêtu d’un long manteau noir. Burt, le chef de la sécurité du nouvel homme le plus important de South City, s’en chargea à sa place, la mitraillette au bras. A ses pieds se trouvaient deux dogues allemands, pour l’instant immobiles. Danny et Pitchy avaient été dérangés dans leur repas et regardaient d’un sale œil l’homme à la chevelure rouge, cause de leurs tourments du soir…

-"Vous désirez… ?"

[Désolé, je complique la situation, mais ce n’est pas logique qu’un homme pourri comme cet adjoint ne soit pas entouré d’un minimum de protection… XD Si ça te pose problème, envoie moi un MP !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurosu Cross
Le Juge - n°2 de Liberty
Membre

avatar

Masculin
Sagittaire Chèvre
Messages : 46
Age : 37
Rang dans le RP : Le Juge - Numéro 2 de Liberty

Feuille de personnage
Points:
16/65  (16/65)
Niveau:
6/10  (6/10)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: Liberty entre en scène...   Ven 22 Mai - 13:05

[non t'inquiètes, au contraire, ça ajoute un peu de piment...]

Quelques minutes s'égrenèrent sans qu'aucun signe de vie ne soit donné à l'intérieur de l'immense demeure. Espérant silencieusement que l'homme qu'il venait voir ne soit pas de sortie ce soir, Cross prit son mal en patience. Et puis, enfin, la porte s'ouvrit devant lui, sur trois molosses, dont un de près de deux mètres. S'il savait que l'adjoint du Maire était un homme assez protégé, car ses magouilles avaient du lui faire quelques ennemis, le Juge se rendit compte qu'il espérait tout de même secrètement qu'il n'aurait pas à faire face à la sécurité durant son intervention. Cependant, son visage ne marqua aucun signe de déception ou de surprise à la vision de l'homme en uniforme. Il était très impressionnant... Plus grand que le rouquin d'une demi-douzaine de centimètres, il devait faire le double de son poids, et l'expression ''armoire à glace'' lui convenait parfaitement. D'autant que sa tête n'inspirait pas la sympathie. L'air méchant, on sentait que ça le faisait carrément chier de se bouger pour ouvrir la porte à l'importun qui venait les déranger alors qu'ils étaient pour une fois bien tranquilles... Et les deux dogues à ses pieds n'étaient pas non plus extrêmement accueillant. Avec un petit sourire ironique, Cross pensa qu'un homme qui se prétendait si proche du peuple avait une manière très particulière de répondre aux visiteurs... Enfin bon, de toutes façons, dans quelques minutes, son ère de corruption et de mensonge prendrait fin, et le monde entier s'en porterait mieux. Avec une voix grave et presque hostile, le vigile lui demanda bien entendu ce qu'il faisait là. A aucun moment, le numéro 2 de Liberty ne montra un signe d'hésitation, de doute, de peur... Son visage restait parfaitement inexpressif, si on exceptait ce vague sourire qui traînait sur ses lèvres... De la voix calme et sereine de celui qui fait son travail, il répondit au malabar qui lui faisait face...

-Est-ce que monsieur Mickael Corvin est là? J'ai un message pour lui... D'une importance et d'une urgence extrêmes...

Sans rien ajouter, Cross laissa ses mots faire effet et se tut l'espace d'un instant. Cependant, il avait l'habitude de traiter avec ce genre d'enfoiré, et savait que cette phrase ne suffirait pas à le laisser entrer à l'intérieur. Cela n'avait rien de grave... Son plan était bien rodé, huilé à la perfection. Il avait fonctionné des centaines de fois, et marcherait une fois de plus aujourd'hui. Ce type serait mort avant le lendemain matin, quelque soit le nombre de sbires qu'il lui enverrait à la tronche. Le rouquin savait parfaitement ce qu'il devait faire. Chaque geste, chaque mot étaient réfléchis, et calculés avec une précision terrible pour qu'il est un impact tout particulier sur son interlocuteur. Son sourire s'accentuant, pour bien montrer à ce Bart qu'il n'avait pas peur de lui, et qu'il savait ce qu'il faisait, il reprit la parole pour finir de le déstabiliser. Il n'était pas un obstacle... Simplement une épreuve dans son entreprise de justice.

-Et... Il vaudrait mieux que vous ne me disiez pas qu'il est actuellement occupé... Je ne suis pas sûr que... Le King tolère qu'on n'écoute pas ses messages car monsieur vaque à d'autres occupations...

Encore une fois, il se tut après sa tirade, laissant ses paroles frapper l'esprit du garde du corps. Il savait pertinemment ce que l'évocation du dirigeant de ce foutu pays provoquait comme réaction. Si ce type tenait à son boulot, et qu'il ne voulait pas se faire renvoyer pour avoir fait raté à son patron la possibilité d'une promotion, il le laisserait passer. Enfin, c'est ce qui devait se passer dans sa tête... Tout en souriant, Cross attendit la réaction du garde, quasiment certain de ce qu'il allait dire et faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du jeu
Game Master
MJ

avatar

Messages : 196

Feuille de personnage
Points:
0/0  (0/0)
Niveau:
0/0  (0/0)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: Liberty entre en scène...   Ven 22 Mai - 16:06

PNJ : Adjoint au Maire de South City
Mickael Corvin


Il se révéla que le visiteur demandait à voir Mr Corvin de toute urgence. Burt eut un reniflement de dédain : de nombreuses personnes lui avaient déjà fait ce coup là. Son métier l’incitait à se méfier de tout et de tout le monde, et ce rouquin avec un sourire flottant sur ses lèvres venait d’activer les alarmes dans le cerveau du chef de la sécurité. Venir demander une entrevue de toute urgence avec un sourire au coin des lèvres ? Etrange… Alors que Danny le dogue s’était levé pour venir renifler les pieds du visiteur, Burt allait envoyer paître le jeune homme lorsque celui-ci invoqua le Führer en personne. Etonné, notre homme resta la bouche ouverte, un « Non, il n’est pas là. Dégage de là. » mourant dans sa gorge.

Etait ce un messager de Bradley ? Mais que voulait le führer en personne à son employeur ? Burt n’était pas tellement au courant des trafics louches de Corvin. Il savait qu’il se passait des histoires étranges autour de son patron, mais une bonne situation et l’argent qui allait avec lui suffisait pour ne pas poser trop de questions. Ce n’était pas son homme de main, il était juste le gardien de la demeure, payé pour surveiller les biens de l’adjoint au maire et de protéger sa famille lorsqu’elle s’y trouvait. Sentant l’étonnement de son maître, Danny grogna pour la forme contre le visiteur et retourna s’asseoir aux pieds de Burt. Les rouages du cerveau de notre homme fonctionnaient à plein régime.

-« Heuuuu… Bougez pas d’là, je reviens. Et essayez pas d’entrer sans avoir été invité, Danny et Pitchy aiment pas les intrus, vous pourriez être blessé… Boys, au boulot.»

Burt n’était pas majordome et le tact lui était aussi inconnu que la morale l’était pour Corvin. D’un geste de la main, il ordonna à ses deux molosses de sortir. Les chiens se levèrent et s’avancèrent de part et d’autre du rouquin. Burt referma alors la porte, laissant Kurosu en compagnie des dogues. Ceux-ci ne quittaient pas des yeux le visiteur, suivant avec attention chaque mouvement. Aucun grognement ne sortait de leur gueule : les garçons de Burt étaient au boulot, gardiens de la demeure silencieux et menaçants. Ils le suivraient ou qu’il aille s’il se déplaçait dans la propriété et réagiraient de façon violente si l’homme tentait d’entrer dans la demeure sans l’autorisation de Burt. Quant à notre chef de la sécurité, son pas lourd l’amena dans le salon ou Corvin se prélassait.

-« Burt ! Qui est ce alors ? »

-« Monsieur, c’est un homme en manteau noir, avec un chapeau noir aussi et des cheveux roux. Il dit qu’il a un message d’une importance et d’une urgence extrême pour vous, et que le King ne tolère pas qu’on écoute pas ses messages. »

-« Eh bien ! Qu’est ce que vous attendez ? Appliquez la procédure habituelle ! Si c’est positif, faites le entrer, je le recevrais dans mon bureau. Ainsi, personne ne pourra dire que je n’ai pas écouté un message venant du führer en personne. Tant que j’y pense, demandez-lui son identité à ce messager… Cela m’intrigue, l’envoyé de King Bradley que j’ai l’habitude de rencontrer ne correspond pas à sa description… »


Burt acquiesça aux ordres et retourna de ce même pas lourd vers la porte d’entrée. Il n’aimait pas trop la façon dont Corvin le traitait, mais il payait bien mieux que tous les employeurs qu’il avait eu auparavant. Ouvrant à nouveau la porte, Burt délivra son message.

-« Monsieur Corvin vous fait dire qu’il vous recevra dans un moment. Il demande également votre nom, par courtoisie, puisque il semblerait qu’il vous connaisse pas. »

Les deux molosses étaient attentifs, aux pieds de Kurosu. Deux petites flaques de bave étaient apparues sur le sol, gonflées goutte à goutte par la salive des deux gardiens à quatre pattes.

-« Ah… J’allais oublier. Combien de sabres possède actuellement le généralissime ? Mr Corvin songe très fortement à lui en offrir un nouveau, en gage de sa bonne foi… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurosu Cross
Le Juge - n°2 de Liberty
Membre

avatar

Masculin
Sagittaire Chèvre
Messages : 46
Age : 37
Rang dans le RP : Le Juge - Numéro 2 de Liberty

Feuille de personnage
Points:
16/65  (16/65)
Niveau:
6/10  (6/10)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: Liberty entre en scène...   Ven 22 Mai - 20:43

La surprise qu'il put lire sur le visage de son interlocuteur provoqua un sentiment de plaisir dans l'esprit du Juge. Il se délectait à chaque fois de l'effet de ses mots sur ceux à qui ils étaient destinés. Certain d'avoir interrompu le vigile dans ses velléités de l'envoyer valser, le moment était vraiment magique. Rien que pour la mine déconfite que le molosse avait affichée, le terroriste ne regrettait pas d'être venu ici. Bien sûr, ce n'était pas en se moquant royalement des gardes de Corvin qu'il ferait son boulot pour Liberty, aussi Cross se reconcentra bien vite, au moment où l'un des deux dogues grognait légèrement avant d'aller s'asseoir aux pieds de son abruti de maître. Le sourire qu'il affichait disparu même des lèvres du rouquin, qui écoute Burt lui expliquer qu'il allait l'annoncer à son employeur... Du moins c'est ce qu'il comprit de son départ un peu précipité. Bien évidemment, il le mit avant en garde de ne pas essayer d'entrer de manière clandestine à l'intérieur, ce que de toute façon Cross n'avait absolument pas l'intention de faire... Le meilleur moyen de faire efficacement son travail, c'était de rester le plus discret possible. Ne pas faire de vague, ne pas se faire remarquer... Avoir une couverture solide, et agir rapidement et de manière ''propre''. Par contre, le fait qu'il aille se concerter avec son employeur, s'il n'était pas vraiment surprenant en soit, n'était pas vraiment rassurant. Si ses informations étaient exactes, ce type était une ordure de la pire espèce, et il allait trouver une saloperie pour le faire chier... M'enfin bon, pour l'instant, Cross n'avait aucune raison de craindre quoique ce soit. Tout était clair dans sa tête. Son plan était sans faille...

Les deux clébards se rapprochèrent de lui quand leur maître retourna à l'intérieur de la grande maison, une lueur presque effrayante dans les yeux. Bien qu'ils soient parfaitement silencieux, le terroriste n'avait aucun doute sur leur réaction s'il venait à faire un geste un peu trop brusque. Le second de Franklin entendit le pas bruyant de son homme s'éloigner et se prépara de nouveau à attendre, tout en gardant un oeil attentif aux deux chiens qui le surveillaient. Quelques minutes plus tard, Burt revint. La surprise avait quitté son visage, et avait été remplacé par une expression indéchiffrable. Cette fois-ci, Cross écouta avec attention ses mots, sans faire attention aux énormes flaques de bave qui venaient d'apparaitre non loin de ses chaussures. Bien évidemment, il demandait son nom, ce qui était parfaitement normal... La deuxième question le surprit un peu plus, même s'il fallait s'y attendre... Corvin voulait le tester, savoir s'il disait la vérité. La demande, si elle était pointue, n'était pas si difficile, et Cross, pour avoir servi dans l'armée pendant de nombreuses années, connaissait très bien la réponse. Pourtant...


-Oh, veuillez m'excuser, je ne me suis pas présenté... Honte à moi, quel manque de savoir vivre. Je me nomme Buckley. Jeff Buckley. Quant à votre autre question, je suis désolé mais j'ignore le nombre exact de sabres que possède le King. En tant que simple messager, je n'ai pas encore eu l'insigne honneur de voir sa collection personnelle. La seule chose que je sais, c'est que lorsqu'il est en déplacement d'ordre militaire, il en porte toujours cinq sur lui...

Pourquoi n'avait-il pas donné le nombre exact de sabre que la collection du généralissime comportait? Il le connaissait, pourtant... Pour la simple et bonne raison que jamais le King n'aurait donné cette information au messager qu'il était censé être aujourd'hui... D'après son expérience, Bradley n'avait pas l'habitude d'étaler sa vie privée à son petit personnel... Maintenant, restait à savoir comment le malabar allait réagir à cette réponse. Pour une fois, Cross n'était pas sûr de lui. Pourtant, il n'avait montré aucun signe d'hésitation, que ce soit dans son attitude ou dans sa voix, lorsqu'il avait répondu. Trop professionnel pour commettre ce genre d'erreur. Mais il était possible que Corvin attendait de lui qu'il connaisse la taille de la collection de Bradley... Auquel cas, la situation se compliquait, et le Juge allait être obligé de forcer le passage pour faire son boulot...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du jeu
Game Master
MJ

avatar

Messages : 196

Feuille de personnage
Points:
0/0  (0/0)
Niveau:
0/0  (0/0)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: Liberty entre en scène...   Sam 23 Mai - 16:57

PNJ : Adjoint au Maire de South City
Mickael Corvin


Burt regardait de haut le rouquin, tandis qu’il lui donnait la réponse attendue. Apparemment, il se trouvait devant Jeff Buckley, qui n’avait pas la réponse à la question, parce qu’il n’avait pas eu l’insigne honneur de voir la collection du King, mais qui savait qu’il en avait cinq sur lui lors de déplacements militaires.

-« Très bien, attendez ici. Monsieur Corvin va vous recevoir… Boys, venez. »

Les deux chiens se levèrent et emboitèrent le pas à leur maître, qui laissa une fois de plus le visiteur sur le pas de la porte. Quel sens incroyable de l’hospitalité… D’un pas toujours pesant, cette fois accompagné de ses deux molosses, Burt retourna une fois de plus faire son rapport sur la situation. Il trouva Corvin, toujours dans le salon, en grande conversation avec Mario, son second. Lui était véritablement un homme de main, trempant dans toutes les magouilles les plus inavouables de son patron. Les cheveux noirs gominés, un costume noir impeccable et une grande cicatrice sur la joue, Mario prenait ses dernières instructions auprès de Mickael Corvin, qui s’aperçut de l’arrivée de Burt.

-« Ah, Burt ! Mario me confirme qu’il ne connait pas de rouquins dans les contacts qu’il a avec Bradley. A-t-il le bon mot de passe, notre inconnu ? »
-« Il s’appelle Jeff Buckley, Et non, monsieur, il n’a pas le bon mot de passe… »


A pourri, pourri et demi. Corvin avait suffisamment d’ennemis pour s’attendre à ce que les problèmes frappent parfois à sa porte. Bien qu’il ne sache pas ce que voulait ce rouquin, il avait décidé de ne prendre aucun risque, sous peine de voir certains de ses trafics révélés au grand jour.

-« Bien, voilà ce que nous allons faire… Patrick ? Faîtes entrer notre visiteur…»



Quelques instants plus tard, ce n’est pas Burt qui ouvrit une fois de plus la porte, mais le très distingué Patrick. Habillé en majordome, celui-ci s’inclina légèrement en indiquant d’un geste l’entrée de la demeure. Entrée qu’il referma derrière le rouquin. En face de l’entrée, il y avait un grand escalier, qui se dédoublait à mi hauteur pour atteindre les pièces de l’étage supérieur. Au pied des marches se tenait Mario, la veste de costume entrouverte et les bras croisés sur la poitrine. Et au 1er étage, derrière la rambarde au dessus des escaliers…

-« Monsieur Buckley, c’est ça ? Je n’ai pas l’honneur de vous connaître… Quoi qu’il en soit, me voilà tout ouïe pour écouter votre message important, messager de King Bradley… »

Mickael Corvin, l’adjoint au Maire de South City. Un sourire peu sympathique sur les lèvres. Un étage plus bas, Mario décroisa les bras, laissant apparaitre la crosse d’une arme, rangée dans un holster sous le costume…



[La suite n’est à lire que si tu choisis d’attaquer de suite.]


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurosu Cross
Le Juge - n°2 de Liberty
Membre

avatar

Masculin
Sagittaire Chèvre
Messages : 46
Age : 37
Rang dans le RP : Le Juge - Numéro 2 de Liberty

Feuille de personnage
Points:
16/65  (16/65)
Niveau:
6/10  (6/10)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: Liberty entre en scène...   Dim 24 Mai - 1:33

La réponse de Cross ne sembla faire ni chaud ni froid au malabar, qui continuait de le toiser, d'un air qui agaçait légèrement le rouquin, bien qu'il n'en montra rien. Sans donner de réaction à proprement parler, le vigile lui annonça que Corvin allait le recevoir, mais que pour l'instant, il ne pouvait toujours pas rentrer... Quelle hospitalité! S'il n'était pas là pour le tuer, le numéro 2 de liberty aurait bien touché deux mots à l'adjoint du maire de South City sur son accueil qui pourrait être bien meilleur... Il était évident que Burt ne le croyait absolument pas, de même que, probablement, son employeur. Cross allait devoir la jouer fin s'il voulait éviter que cela ne se termine en bain de sang. Déjà, ça serait dangereux pour lui, ensuite, il aurait été à l'encontre des principes d'abattre cet homme, qui ne faisait que son boulot, et enfin, cela aurait attiré l'attention sur la maison, et ses chances de retourner au Q.G de Liberty aurait grandement diminué par la même occasion. Pour l'instant, du moins, le Juge devrait continuer à jouer le jeu. Conscient que s'il ne parvenait pas à les convaincre un peu plus que ça, il allait devoir utiliser la méthode brutale, le jeune homme attendit patiemment, seul cette fois-ci, les deux dogues ayant accompagné leur maître, que ce dernier daigne revenir et lui demander d'entrer à l'intérieur de la superbe maison. Profitant du fait qu'il ne soit surveillé ni par le malabar, ni par ses deux toutous, Cross jeta un oeil à toutes les issues possibles si jamais la situation dégénérait. Il y avait de grandes chances pour qu'il ait à sortir de ce bâtiment par une des fenêtre. Heureusement, la maison en était copieusement pourvue. Un sourire éclaira la bouche du terroriste en voyant que le premier étage était à distance raisonnable du sol. Un saut de là-haut ne lui briserait donc pas les deux jambes... Avec un soupir, il se demanda pourquoi il avait absolument voulu enchainer directement jusqu'à ce Corvin. Ca aurait pu attendre demain...

Laissant là ses tergiversions, Cross se concentra sur les pas qui revenaient vers lui. Il fronça les sourcils en entendant ce bruit régulier... Il n'y avait plus la lourdeur de Burt. Et effectivement, ce ne fut pas l'armoire à glace qui ouvrit la porte quelques instants plus tard, mais un majordome en costard, qui lui fit même la révérence en lui faisant signe d'entrer à l'intérieur. C'était louche... Toute cette gentillesse, après la brutalité avec laquelle on l'avait traité jusqu'ici... Sans pour autant montrer sa suspicion, Cross remercia d'un signe de tête et pénétra à l'intérieur du bâtiment. Pile en face de lui, au pied d'une volée de marches qui menaient vraisemblablement vers le premier étage, se tenait un homme. Ce n'était pas Corvin. Le second de Franklin avait bien entendu ses renseignements sur sa cible, et savait évidemment à quoi il ressemblait. Or son portrait craché était... en haut des marches. Bien, il prenait ses distances. Normal pour un véreux, d'être prudent... Après tout, ce type devait avoir bien des ennemis... D'une voix aux intonations de glace, Corvin l'invita à délivrer le message qu'il était censé apporter. Le regard fixé sur la crosse de l'arme de poing qui pendait dans un holster dissimulé sous la veste du gars en bas des marches, Cross mit un certain temps à répondre. Sa voix à lui était à la fois sympathique et autoritaire. Il devait feindre de transmettre les ordres du King, des ordres indiscutables et certainement pas par une petite frappe telle que ce Corvin.


-Les murs ont des oreilles... Le King m'a bien précisé que ce message devrait être délivré à vous... Et vous seul, Mr Corvin.

D'un geste dédaigneux du menton, le rouquin désigna l'homme en face de lui, au pied des escaliers, et le majordome, toujours dans son dos. Position, d'ailleurs, qu'il n'appréciait guère. Et puis, pour bien faire comprendre à Corvin qu'il n'était pas le maître, et que les consignes du King n'étaient pas discutables, il appuya ses propos avec une nouvelle phrase...

-Et ne me dites pas que ces hommes ont toute votre confiance... Ce n'est pas mon cas, et probablement encore moins celui du Führer. Cessez vos précautions inutiles et arrêtez de me faire perdre mon temps et celui du King, voulez-vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du jeu
Game Master
MJ

avatar

Messages : 196

Feuille de personnage
Points:
0/0  (0/0)
Niveau:
0/0  (0/0)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: Liberty entre en scène...   Dim 24 Mai - 22:39

PNJ : Adjoint au Maire de South City
Mickael Corvin


Du sommet de son étage, Corvin avait une vue plongeante sur le hall d’entrée. Et sur son visiteur. Buckey le rouquin et porte parole du Führer. Rien de bien n’était annoncé par cette visite anonyme. Il n’avait pas le code convenu avec les portes paroles de King Bradley et se comportait comme s’il était chez lui, donnant des ordres à Mickael et lui faisant des réflexions, comme s’il était son serviteur et inférieur. A la fin de la deuxième réplique, Corvin ne put se retenir : un rire d’amusement jaillit de sa gorge, bientôt rejoint par celui de Mario. Ce fou rire dura bien au moins 30 secondes ; seul le majordome n’y participa. Toujours impassible, il se tenait à coté de la porte d’entrée, non loin de la poignée, comme pour réagir au quart de tour si quelqu’un voulait sortir de la demeure de façon précipitée.

Lorsque Corvin réussit à se calmer, il reprit la parole, alors que Mario était toujours en train de ricaner, un sourire mauvais sur le visage.

-« Suffit, Mario ! Ne laissons pas penser à l’homme du Führer en personne que nous nous moquons de lui… »
-« Oui… Excusez-moi, patron… »


Posant les deux mains sur la rambarde du premier étage, Corvin redevint sérieux. Ses yeux détaillait le rouquin un peu plus bas, et essayait de lire au travers de son jeu. Cet homme faisait montre d’un aplomb sans faille, son ton ne trahissait nullement un éventuel mensonge. S’il n’avait pas mis en place ce code avec le contact du Führer il y a quelques semaines, Mickael aurait pu se laisser abuser. Mais ce Buckey ne le connaissait pas. Corvin avait donc un problème dans son hall d’entrée.

-« Vous me semblez extrêmement méfiant, Monsieur Buckey. J’ai un peu de mal à le comprendre… Ces hommes ne sont là que pour me servir et s’assurer de ma sécurité. Le temps du Führer est précieux, j’en conviens… Mais le mien l’est également, contrairement à ce que vous pouvez imaginer… Aucune précaution n’est inutile dans le monde ou nous vivons, vous devriez être bien placé pour le savoir… »

Corvin soupira, puis jeta un regard à Mario, qui comprit aussitôt. Il quitta sa posture et avança lentement de quelques pas vers Kurosu, sans avoir l’intention d’être menaçant.


-« Nous allons bien sûr nous entretenir de façon privée si vous le souhaiter, je ne tiens pas aller à l’encontre de la volonté de King Bradley. Par contre, je vous serais gré de vous laisser fouiller par Mario. Il laissera vos effets personnels classés « dangereux » dans le premier tiroir de la commode que vous voyez à votre droite. Nous pourrons alors nous entretenir en toute intimité… »

[L’action en spoiler est toujours valable si tu attaques !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurosu Cross
Le Juge - n°2 de Liberty
Membre

avatar

Masculin
Sagittaire Chèvre
Messages : 46
Age : 37
Rang dans le RP : Le Juge - Numéro 2 de Liberty

Feuille de personnage
Points:
16/65  (16/65)
Niveau:
6/10  (6/10)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: Liberty entre en scène...   Lun 25 Mai - 0:31

Le sourire de Cross se figea sur sa bouche au moment où il termina sa phrase. Les deux abrutis en face de lui venaient d'éclater de rire à la suite de ses mots. Il avala sa salive difficilement, tentant tant bien que mal de se contrôler. S'il y avait une chose qu'il ne supportait pas, mais alors pas du tout, c'était qu'on se paye sa tête de la sorte. Surtout de la part de deux pourris comme ces deux types. Heureusement qu'un mouvement brusque l'aurait probablement condamné à mort. Sinon ils auraient déjà rejoint leurs ancêtres. Sa main gauche, qui brulait de saisir la crosse de Jugement et de vider son chargeur sur les deux abrutis, en tremblait légèrement. La remarque de Corvin à son bras droit, particulièrement ironique, finit de le mettre hors de lui. Les dents serrées, il parvint à se contrôler, mais c'était limite. Si l'adjoint au maire n'accédait pas tout de suite à sa requête, le Juge allait être obligé de mettre un terme à cette plaisanterie et utiliser la manière forte. Pourvu que cette pourriture ne le fasse pas chier plus longtemps avec sa sécurité à deux balles. Lorsqu'enfin ils se furent calmés, Corvin posa ses mains sur la rambarde, et tenta de scruter Cross. C'était sans compter sur l'expérience de ce dernier. Des années d'entrainement lui avait permis de dissimuler entièrement ses sentiments s'il le désirait. Rares étaient les personnes qui parvenaient à lire ses émotions dans ses yeux ou sur ses traits, et encore plus rares ceux qui le connaissaient suffisamment pour les deviner à ses gestes ou ses mots. A vrai dire, peut-être qu'une unique personne en était capable, actuellement... L'essai de Corvin était donc peine perdue. Il l'avait probablement deviné, puisqu'il abandonna rapidement, et reprit la parole immédiatement après. La première phrase du magouilleur fit doucement rigoler le numéro 2 de Liberty. Celui-ci jeta un regard empli d'une surprise ironique. C'était à son tour de se moquer un peu... Alors comme ça, il était méfiant? C'était vraiment un comble...

-Venant de votre part, le compliment me touche... Vous me semblez un maître en la matière. Votre temps est précieux? Alors que vous étiez tranquillement chez vous, en train de boire un verre, j'imagine, vous vous moquez de moi?

Cross se tut en voyant Corvin soupirer avant de regarder Mario. Ce dernier s'avança vers le rouquin, qui leva un sourcil, légèrement surpris. Décidément, leurs attitudes étaient étranges... Déjà, ce foutu majordome qui ne bougeait pas d'un poil. Normalement, à ce stade de la visite, un majordome déjà aurait pris congé... C'était louche. Il faudrait surveiller ce type à l'avenir. Et maintenant, l'autre qui avançait vers lui. Les paroles de Corvin l'éclairèrent un peu. Cross écarquilla les yeux, imperceptiblement. Merde! Le fouiller? C'était la dernière chose à faire. Il ne fallait surtout pas qu'il le fouille, sinon il lui ôterait son arme, Jugement, qui était la seule arme que Cross possédait, et par conséquent lui ôterait toute possibilité de mener à bien sa mission. Bon et bah... Tant pis. Il allait devoir passer aux choses sérieuses plus tôt que prévu. Mais pas encore... Une goutte de sueur perlait le long de l'arcade du bras droit du chef de Liberty. La situation devenait tendu. Il jeta un coup d'oeil en arrière. Même le majordome était tendu comme un ressort. Relevant son regard vers Corvin, il lança d'une voix qu'il tenta de rendre la plus convaincante possible.

-Bien évidemment, c'est la moindre des choses.

Mario continua donc à avancer vers lui. Cette fois-ci, il ne dissimulait plus ses intentions. Il commença la fouille, par le bas comme le voulait la méthode. Grave erreur. Le craquement sec qui survint un instant après, lorsque le genou de Cross percuta son nez, ce qui le fit valser, en fut le témoin. Vu l'intensité du coup, le pif était bien pété. Au moment où Mario prit son nez à deux mains, le majordome se jetait sur le rouquin, une matraque sortie de nulle part dans la main. Heureusement que ce dernier s'était préparé à un sale coup du genre. Il se baissa simplement accroupi, et son bras gauche saisit celui de Patrick, qu'il fit passer au dessus de lui, pour l'envoyer directement sur Mario, histoire que celui-ci n'ait ni le temps ni l'idée de tirer son arme pendant cet instant de répit. Après ce petit lancer, il tira le plus vite possible son fidèle pistolet à deux canons, Jugement, avant de tirer quatre balles dans la direction des deux corps devant lui. En théorie, et il arrivait rarement au Juge de rater sa cible, cela faisait deux ennuis en moins. Il préféra cependant vérifier du regard, histoire d'éviter de recevoir une balle parce qu'il ne faisait pas attention...

[Tu me dis si tu trouves que je prends trop de liberté vis-à-vis des pnj...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du jeu
Game Master
MJ

avatar

Messages : 196

Feuille de personnage
Points:
0/0  (0/0)
Niveau:
0/0  (0/0)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: Liberty entre en scène...   Ven 29 Mai - 18:08

[Mais vous allez arrêter de réduire en bouillie mes PNJ !! >.< Je jure de pourrir Liberty jusqu’à la fin de mes jours, mouahahahaaaaaaaaaaaaa !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!]

PNJ : Adjoint au Maire de South City
Mickael Corvin


Toujours à l’étage, Corvin regarda Mario s’avancer vers le visiteur afin de le fouiller. Ce fut le déclic : Buckley se révéla alors au grand jour, pulvérisant le nez de l’homme de main d’un coup de genou bien placé. Mario fut renvoyé en arrière, se tenant le nez à deux mains et hurlant sa douleur au travers d’insultes édulcorées destinées au rouquin en face de lui. Le souffle finit par lui manquer lorsqu’il reçut Patrick le majordome en plein dans l’estomac. Les deux s’écroulèrent lamentablement sur le sol et, avant de pouvoir réagir, se firent transformer en passoires humaines par l’arme de Buckley.

-« MARIO ! PATRICK ! BANDE DE CRETINS !!! … BUUUURT !!! RAMENE TES FESSES !!! »

Corvin était furax. Ses deux « collaborateurs » les plus proches étaient hors d’état de faire quoi que ce soit, peut être même étaient-ils morts. Et pas de Burt à l’horizon. Hors de lui, Corvin quitta son poste d’observation et courut le plus vite possible dans le salon de l’étage, là ou se trouvait un téléphone. Tandis qu'il se déplaçait, il ne vit pas Mario tenter de sortir son arme, malgré les blessures, pour essayer de mettre une balle dans la tête du rouquin. Patrick, quant à lui, étiat mort, les yeux grands ouverts. Une balle en pleine tête ne fait de bien à personne.

Mickael ferma à clé la porte du couloir, puis celle, un peu plus loin, du salon. Il savait que ça ralentirait l’intrus mais que ça ne l’arrêterait pas… Sa seule chance de survie résidait dans l’alerte immédiate du QG de South City. Fort heureusement, il y avait encore une tonalité et une standartiste le mit bien vite en contact avec le QG. Un revolver serré dans la main gauche et braqué sur la porte du salon qui risquait à tout moment de s’ouvrir sur un rouquin flingueur, Corvin joua à la perfection son rôle d’adjoint innocent attaqué, la voix basse, presque chuchotant...


-« Allo, le QG ? C’est Mr Corvin, l’adjoint au maire ! Vite, venez tout de suite chez moi, ma maison est attaquée par un homme ! Grand, roux, il a déjà tué deux de mes employés !! Il pourrait me tuer, venez vite… »

Corvin raccrocha puis alla s’asseoir dans un des fauteuils un peu plus loin, l’arme dégainée et le doigt crispé sur la gâchette. L’adjoint au maire avait un mince espoir de survie et comptait bien ne pas le laisser s’échapper… A présent, il ne pouvait qu’attendre cet homme, qui en voulait apparemment à sa vie… Et peut être savoir enfin ce qu’il lui voulait vraiment…


[Désolé, c'est pourri, mais je manque d'inspi et j'ai pas envie de mourir de suite >.<]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurosu Cross
Le Juge - n°2 de Liberty
Membre

avatar

Masculin
Sagittaire Chèvre
Messages : 46
Age : 37
Rang dans le RP : Le Juge - Numéro 2 de Liberty

Feuille de personnage
Points:
16/65  (16/65)
Niveau:
6/10  (6/10)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: Liberty entre en scène...   Dim 7 Juin - 22:54

Sans perdre un seul instant, Cross se mit en route dans le but d'aller déloger Corvin de son perchoir. Jetant un coup d'oeil à ses deux sous-fifres qu'il venait de réduire en charpie, il remarqua que celui qui s'appelait ''Mario'' n'en avait pas eu assez, et tentait une dernière action désespérée, à savoir abattre vilement et sans honneur le numéro de Liberty... Ce dernier ne s'arrêta même pas. Il décocha un magistral coup de pied dans la tête de l'homme en passant, et ne prit pas la peine de se retourner pour voir s'il en avait définitivement fini avec lui. De toutes façons, un coup comme ça ajouté au choc qu'il avait probablement reçu lorsque sa tête avait du heurter le sol l'avait au minimum plongé dans un bon coma, et au mieux lui avait brisé les cervicales, la colonne vertébrale ou quoique ce soit d'autre qui pourrait lui amener une mort plus ou moins rapide selon la partie de son corps qui avait été atomisée... Toujours était-il que le sort de cet enfoiré n'intéressait plus du tout notre Juge, qui s'était précipité à la poursuite de Corvin. Enjambant les dépouilles de ses deux sous-fifres, il se jeta dans les escaliers, qu'il gravit quatre à quatre, mettant à peine quelques secondes pour parvenir au pallier. Maintenant que ses hommes étaient morts, l'adjoint au maire avait des chances de survie pratiquement nulles. Le rouquin ne ratait que très rarement ses cibles, et il n'avait actuellement pas envie de laisser s'échapper celle-ci. Arrivé au premier étage, Cross atteignit la porte. Il ne fut pas surpris de constater lorsqu'il abaissa la poignée que celle-ci était fermée. Il n'était quand même pas fou... Bah... En tout cas il le sous-estimait visiblement. Ah bah ouais, vu qu'il ne savait pas véritablement qui il était... Reculant de quelques pas, le second de Franklin pointa Jugement, son arme qui n'avait pas quitté ses mains, sur l'obstacle qui lui barrait la route. Il était temps d'utiliser sa ''capacité'' spéciale, à savoir un second canon qui projetait des balles qui explosaient au moindre contact. Il pressa sur la détente, une détonation retentit, et la porte appartenait ensuite au passé...

Lorsque le nuage de fumée dû à l'explosion se dissipa, Cross se retrouva devant un couloir plein de... portes. Là encore, il n'était pas difficile de deviner où Corvin était parti se planquer... Il suffisait de trouver la seule qui était fermée à clef, et ce pleutre se trouverait probablement derrière, un revolver à la main, bien qu'étant protégé par des dizaines d'hommes de mains, il ne sache absolument pas s'en servir... Le rouquin lâcha un soupir presque involontairement. C'était toujours pareil avec les politiques... Dès qu'on supprimait leurs sbires, ils s'affolaient. Et tous, sans exceptions, avaient une arme à feu planquée quelque part, preuve qu'ils ne sont pas nets, et qu'ils attendent que des gens viennent les tuer pour les saloperies qu'ils avaient fait... Seulement, ils savaient pertinemment qu'ils n'étaient pas capables de s'en servir convenablement...
Sans attendre plus longtemps, l'homme au manteau noir s'engagea dans le corridor. Au bout de quelques secondes, il trouva la cachette de Corvin. Mais, avant de la faire exploser comme la précédente, il réfléchit un instant à un plan d'attaque. Si ce pourri se trouvait derrière, il y avait un risque qu'il se fasse trouer dès qu'il aurait mis un pied dans la pièce... Il allait falloir faire vite. De nouveau, il se servit du deuxième canon de Jugement pour faire exploser la porte, mais cette fois-ci, au lieu d'attendre que la fumée se dissipe, il prit les devants. Se jetant à travers le nuage de poussière, Cross se rétablit grâce à une roulade et, jouant sur l'effet de surprise et sa bien meilleure maîtrise d'un arme à feu que Corvin, pointa son arme sur ce dernier dès lors qu'il l'eut trouvé, vautré dans son fauteuil, l'arme au poing. C'est celle-ci que le terroriste visa. Lorsque la balle quitta le canon du pistolet, elle prenait la direction de la main de Corvin, pour lui faire lâcher son revolver afin d'annihiler tous les risques. Et Cross ne ratait jamais sa cible. Pendant un instant, il eut presque pitié pour l'homme qui se trouvait en face de lui... Par expérience, il savait que se prendre une balle dans la main n'était pas très agréable. Jugement toujours dirigé sur un Corvin désormais inoffensif, il prit la parole. Dans quelques instants, ce serait terminé, maintenant...


-Je crois que nous n'avons pas encore été vraiment présentés... Je me nomme Cross. Cross Kurosu. Peut-être que ce nom vous dit quelque chose?

Entièrement à sa merci, Corvin était en train de vivre les derniers instants de sa vie. Et la balle qu'il allait prendre entre les deux yeux dans quelques secondes était amplement méritée. Mais avant... Le procès...

[hrp: voilà, désolé pour ce post un peu brouillon mais avec les révisions du bac j'ai pas trop eu le temps d'en faire un mieux. Si t'as pas compris ses actions, Mp moi pour éviter les malentendus, mais en clair, Cross passe à travers la fumée, se relève grâce à une roulade et désarme Corvin en lui tirant une balle (normale) dans la main. Wala Wala!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du jeu
Game Master
MJ

avatar

Messages : 196

Feuille de personnage
Points:
0/0  (0/0)
Niveau:
0/0  (0/0)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: Liberty entre en scène...   Mar 9 Juin - 20:06

PNJ : Adjoint au Maire de South City
Mickael Corvin


Désormais, plus personne ne se dressait entre Mickael et l’assaillant de sa maison. Burt était introuvable, il s’était sûrement terré dans un coin de peur d’être tué comme ses deux collègues. Le pleutre, le lâche !! Décidemment, le bon personnel est rare de nos jours… Corvin avait beau être riche, il semblerait que venir se terrer à South City n’était pas vraiment du gout du personnel de qualité. Ceux là préféraient de loin Central City, joyau glorieux d’Amestris. Mais les meilleurs politiciens ont commencé dans de petites villes de campagne avant de s’attaquer au gros morceau qu’était Central. Même sous la coupe serrée des militaires, être Maire restait un bon plan pour assurer un avenir financier confortable. Et qui sait… Bradley n’était pas de la première jeunesse, il arrivera bien un jour où le pays pleurera son Généralissime. A ce moment, le peuple pourrait prendre un peu plus de pouvoir, s’émanciper de la rigueur des soldats et réfléchir par lui-même… Et à ce moment, les gens auraient besoin d’un leader : lui…

Telle était la conception de l’avenir pour Corvin. Le futur du pays ne passait pas par l’armée mais par les civils. En un sens, il était comme ces anarchistes dont on avait entendu dans le Sud il fut un temps. Sauf qu’il n’employait pas les mêmes méthodes.

BAAAM !

Un cou de feu. Proche et énorme, on aurait presque dit une explosion. Le rouquin arrivait. Corvin était toujours assis dans son fauteuil, son arme serrée dans la main au point de blanchir ses jointures. Il tremblait. A vrai dire, il ne s’était jamais trouvé dans une telle situation, Mario avait toujours su palier à cette éventualité. Sauf aujourd’hui. Sentant le gout amer de la défaite poindre le bout de son nez, Mickael déglutit difficilement.


*Bon sang, dépêchez vous… Dépêchez vous !!!*

Supplique adressée aux forces armées qu’il avait averties quelques instants plus tôt. Mais il y avait un peu de délai, ils ne pouvaient pas être là instantanément. Soudain, la porte explosa, répandant un nuage de fumée dans la pièce. Surpris, Corvin se releva et s’apprêta à tirer à l’aveuglette dans le tas, lorsqu’une balle sortie de nulle part lui transperça la main. L’homme tomba à genoux en hurlant, sa main indemne tentant de comprimer sa blessure.

-« AAAH P’TAIN !!!!!!!! MA MAIN !!!!!!!!! »

Le regard vitreux à cause des larmes de douleur, Corvin regarda le rouquin s’approcher. A sa façon d’agir, on sentait qu’il n’en était pas à son coup d’essai…

-« Mais j’te connais pas, merde !! Espèce de batard, qu’est ce que tu m’veux ??!!»

Le rôle d’adjoint au maire et les faux semblants avaient été jetés aux orties. Désormais à la merci de ce Cross, Corvin n’était plus l’homme politique. Il ressemblait plus à une araignée apeurée que l’on tentait d’écraser avec le talon de la botte…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurosu Cross
Le Juge - n°2 de Liberty
Membre

avatar

Masculin
Sagittaire Chèvre
Messages : 46
Age : 37
Rang dans le RP : Le Juge - Numéro 2 de Liberty

Feuille de personnage
Points:
16/65  (16/65)
Niveau:
6/10  (6/10)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: Liberty entre en scène...   Mar 9 Juin - 23:19

Un sourire de glace fit son apparition sur les lèvres de Cross. Ils étaient tous les mêmes... Tant qu'ils avaient une dizaine de gardes du corps autour d'eux, les politiciens avaient de l'assurance et n'hésitaient pas à envoyer paître n'importe qui. Cependant... Dès qu'ils étaient seuls, ils ne pouvaient plus se débrouiller. Pathétiques... Dire que des centaines de personnes comme ça gouvernaient les différentes villes d'Amestris... Voilà pourquoi Liberty existait. Pour débarrasser le peuple de ces rats, ces vermines qui avaient comme seul avantage le poids du nombre. Corvin était de cette espèce... Tant qu'il restait des enfoirés dans son genre, la population du pays ne pourrait jamais vivre en paix et prospérer, comme ils le promettaient tous. Certes, leurs méthodes étaient brutales... Mais pas plus que ces vendus... L'énorme différence entre les terroristes du groupe et ces types sans aucune morale, c'était que Liberty se battait pour le bien de la nation. Alors que Corvin et ses semblables n'avaient qu'un seul objectif: leur intérêt personnel. Gagner toujours plus d'argent, avoir toujours plus de pouvoir, lécher toujours plus les bottes des grands de ce pays, le tout dans la malhonnêteté et l'immoralité, voilà à quoi ressemblait la vie de ces politiciens miteux. Sur le coup, le rouquin eut presque pitié d'eux... C'en devenait presque pathétique. Cependant, il avait un travail à faire, et le numéro 2 de Liberty n'avait pas pour habitude de trembler lorsqu'il devait mener une mission à bien. Ce n'était pas le moment de commencer. Ce chien devait mourir, et son air ridicule de vermine à quatre pattes, presque en train de le supplier de l'épargner, rendait le moment très agréable. Cross profitait de cet instant, où Corvin savait qu'il allait mourir, et que seul l'homme en face de lui avait un pouvoir de vie ou de trépas sur lui. En l'occurrence, ça allait être trépas, d'ailleurs.
Le regard froid et dur que le Juge lança sur sa cible laissa transparaître sa détermination et la haine qu'il éprouvait pour lui. Au fond de ses yeux, une profonde lueur de mépris trônait, presque mêlée à un dégout digne des pires insectes. Sans même daigner répondre à sa question, Cross le fixa droit dans les yeux, son regard d'un rouge flamboyant devant ressembler aux flammes de l'enfer pour l'adjoint au maire de South City, tant la promesse de mort qu'on pouvait y lire était presque perceptible. Avec une voix neutre, comme s'il récitait un discours appris par coeur, Cross prit à nouveau la parole, pour prononcer ce qui allait être les derniers mots que Corvin entendrait dans ce monde.


-Mickael Corvin, vous êtes déclaré coupable de corruption, enlèvement, pot-de-vin envers des hauts placés, demande d'assassinat à plusieurs reprises, usage de divers moyens malhonnêtes pour parvenir à vos fins, mensonge envers le peuple, non respect et trahison de ce même peuple, non respect des promesses établies, et une quinzaines d'autres délits du même acabit. Pour ces chefs d'accusation, et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous condamne à la peine capitale, exécutée ici et maintenant.

Ces phrases, prononcées d'une traite, n'avait pourtant contenu aucune intonation, aucun ton particulier. C'était simplement la phase qui précédait chaque assassinat chez Cross... C'était d'ailleurs de là que lui venait son surnom de ''Juge''. Non pas que cette procédure ait une signification particulière, simplement qu'il aimait préciser les raisons qui le menaient à agir de la sorte. Comme une justification, en somme. Et puis... La simple vue de l'expression des visages de ses victimes au moment où il prononçait la dernière phrase l'emplissait de joie... Marquant une pause, le rouquin en profita pour pointer son arme entre les deux yeux de Corvin. Il ne souriait plus désormais. Seule la détermination était lisible sur son visage. Le reste de ses émotions étaient dissimulées derrière un masque d'impassibilité. Il tira le chien de son révolver personnel en arrière. Plus que quelques secondes. Sa bouche s'ouvrit une dernière fois, comme un point final.

-Que Justice soit faite...

Cross pressa une fois la détente. Une seule fois. Cela suffisait. La balle vint se ficher comme prévu pile entre les deux yeux de Corvin, le tuant probablement sur le coup. Il n'avait pas tremblé. Ne tremblait jamais. Sans un regard pour le corps trempant désormais dans son propre sang à ses pieds, le Juge rangea son arme dans une poche intérieur de sa veste, et tira d'une autre poche un bout de carton, qui ressemblait étrangement à une carte à jouer. C'en était une, si on exceptait le fait que les décorations étaient différentes... D'un côté se trouvait l'emblème de Liberty, accompagné de sa devise, tandis que sur l'autre face... Une simple phrase. Trois mots: ''Justice est faite''. Jetant négligemment cette carte sur la dépouille de sa dernière victime en date, Cross quitta la pièce sans se presser. C'était, en quelque sorte, sa marque de fabrique, sa signature. Le numéro 2 de Liberty posa le pied sur le trottoir et referma la porte derrière lui au moment où les premières gouttes de pluie tombaient. Les nuages gris qu'il avait vu avant d'entrer n'étaient donc pas là pour faire joli... Haussant les épaules, le rouquin s'alluma une cigarette avant de se mettre en route pour le refuge de l'organisation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hinoto Portman
Petit Nouveau *_*
Invité

avatar

Féminin
Cancer Singe
Messages : 1886
Age : 25
Rang dans le RP : Chimère chat à la solde de Greed, elle recherche sa fille: Eden. La recruteuse de choc des DH.
Rang spécial Hrp : Grande soeur de May, Tata de Zina, Presque épouse de Subaru, mère d'Azai, d'Angelica (alias Eden) et de la box, buveuse de lait, marchant de sable à ses heures perdues, sosie brune de la fée clochette (jeteuse de poussière d'atmosphère), adepte de Saturnain, millitante pour la régence de vert, utilisatrice de . , fan du bas marché, chanteuse de générique de séries et dessins animés cultes, grande floodeuse (n°2 par le passé, actuelle n°1, en attente de se faire détrôner par sa petite soeur <3 histoire que le royaume reste dans la famille!), dealeuse de peluche qui boss pour Memory, accro aux pommes elstars, fondatrice de la secte anti time out.

Feuille de personnage
Points:
32/60  (32/60)
Niveau:
13/20  (13/20)

Pouvoir: Sens surdéveloppés, grande rapidité et aptitude à faire des sauts très haut, griffes acérés. Maîtrise des armes blanches et arts martiaux.

MessageSujet: Re: Liberty entre en scène...   Lun 5 Oct - 13:45

Hello, il est temps d'être noté!

Alors ce topic contient de bonnes reps, peu de fautes d'orthographes, c'est fluide et agréable à lire. je dois avouer que j'ai bien aimer la scène final avec Jugement *o* c'était beau tout simplement, l'énonciation des crimes aussi! Et puis le pnj, bien que mort *une minute de silence* était sympa dans son genre: pourris jusquà la moelle et parano comme jsais pas quoi XD Brefouille, Cross t'as le droit à un 8/10! A la prochaine!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Liberty entre en scène...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Liberty entre en scène...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ros Timx entre en scène
» Miss Wellington entre en scène ?
» Le pas-doué de service entre en scène ! o/
» L'ombre de la mort entre en scène
» Finn Andrew Greggson entre en scène ! - OK

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FMA-World :: Amestris - South Area :: South City :: Rues ensoleillées-
Sauter vers: