AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Ven 18 Sep - 17:40

Je courrais. Encore et toujours. Mes muscles étaient réduits à un effort permanent. Ils étaient certes habitués, mais sacrément dérangés. Mes poumons fonctionnaient à plein régime. Une sensation de chaleur m'envahissait. Il faisait soudainement chaud, les rues étaient sombres et désertes. Mais je les entendaient. Ils étaient là, tout près de moi. Peu de distance nous séparaient. Peu de distance me séparait de ces chaînes. De cet enfers. Les rues étaient parfois glissantes, je les entendaient jurer des gros mots par moments, ils devaient probablement éviter la chute à maintes reprises. Moi, je ne risquais pas de tomber. En fait, je n'étais jamais tombé de ma vie. Je retombais toujours sur mes pattes. Aujourd'hui, ce don naturel me porta chance. Une petite rue sombre s'offrit rapidement à moi. C'était ma chance. Mes vêtements sombres et près du corps me permettaient de me confondre dans l'obscurité des lieux. Le Centre avait rendu cette tenue obligatoire lors des missions, il m'aura alors servis à quelque chose. Mes boucles noires étaient attachées en une queue de cheval pour ne pas me déranger lors de mon assasinat. Oui, ce soir encore, j'avais tué une personne. Je n'aimais pas cela, cet acte ne m'apportait plus aucun plaisir. Je l'avais pratiqué tellement de fois que je n'en voyais plus l'attraction. Seulement il fallait le faire, c'était un devoir. Alors j'éxécutais ces gens, qui parfois m'impleuraient, qui parfois pleuraient. Mais pour la plupart, il sne s'en rendaient à peine compte. Je restais dans l'ombre de la pièce, attendant le meilleur instant pour agir. Alors soudain, j'apparaissais et je leur tranchais la gorge le plus souvent. Aujourd'hui, du sang avait coulé sur mes mains, elles étaient rouges et le sang commencait à séché avec le vent qui fouettait mon visage.

La ruelle m'accueillit sans rien dire. J'avais gagné du terrain. J'observais attentivement, à bout de souffle, ce que la rue me proposait. Une fine et petite ouverture faîte par un chat probablement, donnait accès dans un vieil immeuble en ruines. Sans me poser de questions, sans attendre davantage, je jetta mon corps au travers, sans en déformer l'ouverture. Mon agilité me permettait de grandes choses, et en cet instant, j'étais fière de moi. Mon petit corps favorisa l'entrée et mes pattes accusèrent le coup. J'étais entré. Certes, il faisait sombre. C'était humide, sal, puant et effrayant, mais d'un côté, les apparences étaient trompeuses. Qui pourrait croire que le centre est aussi terrible et mal fréquenté? Je les entendis soudain. Ils étaient eux aussi à bout de souffle, ils criaient:

-Où elle est?
-Par où est-elle passée?
-Merde! On l'a loupé!


Je m'engoufrais dans le vieux bâtiment en prenant soin de ne rien faire tomber, bouger, ni même de toucher les murs qui pourraient alors s'effondrer sous la pression de mes faibles petits bras. Je longea alors les murs et m'accroupie dans un petit coin sombre et puant. Je les entendaient toujours. Beuglant des insultes, sur moi, sur la ville, sur la soirée. Puis, ils parlèrent de Mme Red. Oui elle allait être en colère, oui elle allait me punir et m'enfermer dans la boîte. Je n'avais pas l'intention d'y retourner. J'avais prévus ma fuite. J'avais tout prémédité avec Gill. Durant mon absence, longue ou courte, elle s'occuperait de Mozart. Je me mis à penser à lui. Il me manquait déjà. Pour combien de temps allais je être séparé de lui? D'un côté j'avais peur de renter à la maison, de l'autre,lui et Gill étaient les deux seules choses qui vallaient la peine, et maintenant je suis seule. Libre, mais seule.

Je retenais mon souffle pour ne pas qu'ils m'entendent. Je ne bougeais pas. Je n'osais même pas respirer. Soudain les bruits cessèrent. Ils repartaient dans un autre endroit. Ils courraient toujours. Que devais je faire? Rester ici ou essayer d'aller dehors pour profiter de mes instants de liberté? J'avais tellemtn peur de me faire prendre que pour l'instant je ne préfèrais pas sortir. Un sentiment de peur m'envahit. Je ne ressentais que très rarement cette sensation, mais elle me surprenait comme si c'était la première fois à chaque apparition. Ma misson avait réussie, cela allait faire neuf ans que j'étais fidèle au Centre, j'avais bien le droit à un peu de quartier libre. J'avais besoin de sortir, de voir les gens, ce que l'on appelle Ville, de voir là où ils vivent, là où ils travaillent, de voir tout ça, toutes ces choses qui me sont étrangères et que je ne peux voir au Centre. Toujours accroupie, j'entendis soudain le buit du tonnerre, suivis rapidement par le bruit de la pluie. Cette pluie qui transportait une odeur agréable et douce, qui effacait les traces et qui nettoyait les plaies. Je sortie alors de ma tanière pour tendre mes mains vers le ciel, le sang tomba sur le sol et mes mains retrouvèrent leur couleur originelle. Je regardais autour de moi, j'étais complètement perdue. Je ne connaissais rien, ni personne. J'avançais alors d'un pas de loup vers la rue principale et n'y trouva aucun nettoyeurs. Ouf! Ils avaient peut être redirigé leurs troupes! Soudain alors, j'entendis que quelue chose n'allait pas. Un bruit, une voix, des pas. Quelqu'un était derrière moi. S'étaient ils cachés? Je me retourna brusquement et le vit. Trempé. Il me fixait.


( J'espère que ça te plaît! A toi de jouer! Mdr oh non, je deviens limite là! =) )
Revenir en haut Aller en bas
Wrath
La Colère Incarnée
Modo PNJ/Event

avatar

Féminin
Vierge Coq
Messages : 174
Age : 24
Rang dans le RP : Homonculus de la Colère

Feuille de personnage
Points:
64/75  (64/75)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Contrôle de l'Alchimie, dû à la jambe et au bras d'Edward Elric.

MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Mar 22 Sep - 3:19

    Volages, futiles, aussi incertaines et infidèles qu’une péripatéticienne en pleine besogne, elles disparaissaient au moindre contact, pour revenir alors qu’on les croyait mortes, se concrétisant alors qu’on ne leur avait accordé aucune crédibilité, s’étendant, grandissant, gagnant en puissance … Marquant les mémoires même après qu’on les ait démenties. Les rumeurs, le véritable fléau de l’espèce humaine. L’incapacité de l’être intelligent à tenir sa langue, la démonstration même du manque d’honnêteté de l’homme, de la femme, de l’enfant, du vieillard, attirés par le drame, fiers de l’intérêt qu’on leur porte lorsqu’ils dévoilent, sans la moindre honte, le plus infondé des mensonge. Mensonge qui, aussi rapidement qu’un virus, se répand et s’aggrave, passe du rang de simple histoire à raconter au coin d’un feu à celui de récit d’un événement arrivé dans un endroit très, très lointain, au cousin du demi-frère de l’ami de l’amant de la tante. Elles n’en demeuraient toutefois pas moins imaginaires, et plusieurs faisaient l’erreur de tomber dans ce piège. Lui le premier …

    Peu familier avec les ''vraies choses de la vie'', le jeune homonculus de la Colère s’était laissé influencer par les dires innocents d’un passant qui, tout à son ignorance, avait laissé entendre que de drôles de choses se passaient ces temps-ci à Central. Instinctivement, Wrath avait curieusement tendu l’oreille, pour finalement se laisser convaincre que, non seulement ce qui se passait à Central ne pouvait être l’œuvre de bêtes humains, mais aussi, que les chances que sa proie du moment, la fugitive Chame, soit la responsable. Ni une ni deux, il s’était aussitôt embarqué en direction de la métropole, afin de découvrir qu’il ne s’y trouvait, finalement, rien pour confirmer ces paroles en l’air. De stupides bobards … Et il s’y était laissé prendre! Fidel au péché qu’il incarnait, Wrath avait avalé cette défaite de travers, se refusant à admettre qu’un humain avait pu ainsi le manipuler, s’obstinant à croire qu’il ne s’était déplacé pour rien, même si l’évidence s’étendait devant ses yeux : Chame n’était probablement pas assez idiote pour se rendre à Central. En tant qu’Homonculus, elle ne pouvait que savoir que cet endroit était trop dangereux pour elle, principalement à cause de la présence de King Bradley. Lui, devait connaître son visage. Peut-être même était-il recherché par l’armée, sous prétexte d’un crime que son propriétaire n’aurait pas commis? Un instant, Wrath songea que le sort de Chame était injuste. Après tout, elle n’avait fait que récupérer ce qui lui revenait de droit : sa liberté. Action que lui-même n’avait ni le courage, ni la volonté de faire, même s’il en avait bien envie. Dante, Bradley, et les autres Homonculus lui faisaient trop peur pour cela. Et puis, s’il s’échappait, non seulement il serait rapidement retrouvé, mais en plus, il ne pourrait plus espérer retourner bientôt auprès de Sloth.

    En pensant à sa pseudo mère, l’incarnation de la Colère se sentit subitement extrêmement vulnérable. Il ne l’avait plus revue depuis ce qui lui semblait être une éternité, et qui devait tout de même représenter quelques mois en termes réels. Évidemment, elle lui manquait. Sa douceur, la sécurité qu’elle représentait, et même sa présence seule. Autant l’avouer, malgré les apparences, il ne s’était pas entièrement adapté au monde de brutes dans lequel il évoluait depuis son retour à la vie, et son seul agréable souvenir était celui de la chaleur aqueuse des intestins vaporeux de Sloth, dans lequel il avait reposé comme un enfant demeure dans le ventre de sa mère jusqu'à être prêt à voir le jour. Mais lui, contrairement aux autres enfants, avait souvenir de cette période qu’il avait ''passé dans le ventre de sa mère'', avant d’être jugé prêt à servir leur maître, Dante. Tout en se remémorant les traits de Sloth – étrangement flous dans son esprit – il continuait d’avancer d’un pas traînant, le regard fixé non sur ses pieds, mais sur le sol juste devant lui, sans vraiment le voir … Complètement à ses réflexions, il ne prenait garde qu’à ne pas foncer dans un mur ou à ne pas croiser la route d’humains.

    Aussi, lorsque des pas précipités retentirent derrière lui, il sursauta presque violemment et se retourna. Presque au même instant, la pluie se mit à tomber, non progressivement, mais en un rideau aqueux qui réduisit son champ de vision. De nouveau pleinement conscient de ce qui l’entourait comme de l’éventualité d’une confrontation, il recula de quelques pas et plissa les yeux, tentant de distinguer au loin les propriétaires de ces foulées. L’eau ruisselait sur son visage, ses cheveux collant impitoyablement à son corps, pareillement pour ses vêtements et, incommodé, il s’ébroua comme un chien.

    « Elle est là-bas! »

    Il se figea, discernant à présent quelques silhouettes au travers du voile de pluie. Sourcils froncés, il fit de nouveau un pas vers l’arrière, pris d’une mauvaise impression. Probablement aussi méfiants que lui, ils ne se sont pas aussitôt avancés. Ils sont demeuré là un instant, à tenter de le regarder comme il tentait de les voir. Puis, l’une des silhouette s’est avancée, aussitôt suivie par les autres. Automatiquement, le jeune homonculus s’est précipité vers l’arrière, se retournant pour fuir. Non pas que ces gens lui faisaient peur, mais il préférait éviter tout contacte avec des êtres humains, espèce tant détestée, et surtout en terrain aussi risqué. À Central, une enquête serait aussitôt menée, et il ne voulait pas trahir sa présence indésirée.

    « Angelica! »
    « Reviens, petite imbécile! »

    L’insulte fit mouche. En réponse à cette qualification, Wrath feula et cessa de courir. Il poussa même l’audace jusqu’à faire demi-tour et fonça droit sur ses poursuivants, lesquels se figèrent en le voyant approcher. Soudain visiblement nerveux, ils se placèrent en position défensive, mais l’homonculus se contenta d’accrocher violemment les jambes de l’un d’entre eux en passant, le faisant tomber. Même s’il y avait visiblement erreur sur la personne –Angelica? C’était pas lui, ça …– Wrath ne se sentait pas l’humeur de laisser passer l’insulte, aussi se sentit-il relativement satisfait en entendant le corps lourd de l’adulte s’effondrer dans la boue. L’envie de se retourner pour lui crever les yeux avec ses orteils toutefois toujours présente, il jugea plus judicieux de continuer à courir, droit devant lui… ''Devant lui'' ne représentant, pour l’instant, pas grand-chose. La pluie devenant de plus en plus violente, il voyait extrêmement mal et n’était en mesure de percevoir les obstacles qu’une fois arrivé très près. Ignorant s’il était poursuivit ou non, il préféra mettre fin à la partie en tournant brutalement sur sa droite. Son épaule, puis son torse et son visage rencontrèrent un mur dans lequel ils s’enfoncèrent comme dans la surface d’un lac. Encore une foulée, et il se retrouva à l’intérieur d’un bâtiment vide –abandonnée? – à l’abri du regard de ceux qui s’étaient mis en tête de le poursuivre.

    Il s’ébroua pour la seconde fois, éclaboussant partout autour de lui, décollant ses cheveux de son visage. De nombreuses goûtes ruisselaient sur son visage pâle, faisaient leur chemin jusqu’à son menton où à ses lèvres entre ouvertes, entre lesquelles elles tentaient de s’introduire. Il les repoussait en soufflant, tout en observant non la pièce dans laquelle il se trouvait, mais l’individu qu’il venait d’y découvrir. Sourcils froncés, il se mit à toiser la jeune fille avec appréhension. Si une gamine se trouvait dans cette pièce, le bâtiment ne devait pas être aussi abandonné que ce qu’il avait cru. Ses parents n’étaient sûrement pas loin … De nouveau coincé, il tourna le regard vers chaque murs de la pièce, tentant de voir par lequel il serait le plus judicieux de s’échapper.

_________________


---


¦--¦¦--¦



Dernière édition par Wrath le Jeu 21 Jan - 4:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Ven 25 Sep - 11:43

Il regardait autour de lui, comme quand Mozart veut s'enfuir et qu'il ne le peut. Il fuyait mon regard, après m'avoir observé de longues secondes. Que devais je faire? Etait il du Centre? Non, je ne l'avais jamais vu et je connaissais tout le monde là bas. Alors qui était il? Un simple petit garçon qui se promenait? Alors que ferait il dans cet endroit? Peut être y habite t'il? C'est ça, sa 'maison'? Des gens peuvent vivre dans un endroit pareil? Alors peut être que je ne suis pas la plus à plaindre au Centre. Il était trempé jusqu'aux os et ne resta pas plus longtemps face à moi. Il prit soudainement la fuite, ma laissant seule dans cet endroit miteux. La pluie tombait toujours lourdement, provoquant un bruit de fond apaisant et libérant une odeur pas très agréable d'un environnement humide et poisseux. Ce garàon devait avoir mon âge. Il était seul et semblait aussi perdu que moi. Peut être qu'il pourrait me guider dans cette ville qui est sûrement la sienne? Peut être qu'il pourrait être mon aide pour ma liberté finale? Peut être qu'il pourrait, alors, juste me faire oublier tout mes soucis? Je ne savais pas trop quoi penser, mais mon instinct ma disait juste de ne pas le laisser s'enfuir. Si je l'avais rencontré, peut être qu'il pouvait m'être util à quelque chose?

Dans la suite de cette réflexion, mon corps bougea et je me mis à courrir derrière lui. Il n'avait pas quitté l'immeuble. Il cherchait à s'enfuir. Mais ne savait sûrement pas par où il le pouvait, il ne vivait donc pas ici, alors qui était il? Nous nous arrêtames alors et je me posta devant lui. Je l'empêchais de faire demi tour en lui bloquant la porte ( sans porte ) qui menait vers l'endroit de notre rencontre. J'essayais de deviner au travers de ses yeux si c'était quelqu'un de confiance ou non. Si il parraissat gentil ou non. Mais quand ce mot fût désigner, j'arrêtais ma démarche...

'Paraître'


Oui, un mot ignoble et horrible qui régis ma vie depuis toujours. On me demande d'être une gentille petite fille qui assassine des gens. Le Centre paraît le lieu magique et magnifiques pour les enfants abandonnés. Alors, non, il ne fallait absolument, jamais, se fier aux apparences. Tout mais pas ça, jamais!

-Tu es seul? Demandais je alors.

Ma voix était sûr d'elle, on m'avait appris à contrôler toutes mes émotions. Je n'avais jamais fonctionné autrement. Je le toisais en l'espoir d'une réponse soudaine. Mais ce ne fût pas le cas.

-Tu habites ici? Questionnais-je à nouveau.

La pluie tombait vraiment fortement ce soir là. Mélangeant les odeurs, les délices, les indices et les preuves. Soudain, j'entendis un grissement de pneux sur la route mouillée. Des portes qui claquaient, des pas qui frappaient le sol innondé d'eau. Des ordres donnés sur un ton agressif, violent et méchant. J'avais l'impression qu'il y avait de plus en plus de voitures, de plus en plus d'hommes, de plus en plus de monstres.

Ce n'était plus des hommes. Non. Ca ja l'avais admit depuis peu. Des hommes n'enferment pas des enfants spéciaux pour en faire des accessoires de boucherie. Ca, c'était le rôle des monstres. Des méchants. Dans les histoires et certain contes, les méchants étaient comme ça.

-Vous allez par là! Vous autres fouillez le secteur 4! Toi, toi et toi, venez avec moi! Gueula une voix.

Un réflexe plus qu'autre chose, mon corps et mon esprit ne se préoccupèrent plus de mon hôte. Je déambulais dans l'immeuble à la recherche d'une sortie. Je devais absolument fuir à nouveau. J'entendais qu'ils brisaient tout sur leur passage. Sûrement qu'ils regardaient dans les poubelles. Ils allaient rentrer. Que devais je faire? Ou devais je aller? Je devais absolument sortir!! J'étais essouflée. Je ne savais où regarder. Je devais faire attention à trop de choses. Les surveillez, me protéger, et trouver un moyen de m'enfuir.
Revenir en haut Aller en bas
Wrath
La Colère Incarnée
Modo PNJ/Event

avatar

Féminin
Vierge Coq
Messages : 174
Age : 24
Rang dans le RP : Homonculus de la Colère

Feuille de personnage
Points:
64/75  (64/75)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Contrôle de l'Alchimie, dû à la jambe et au bras d'Edward Elric.

MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Ven 2 Oct - 5:08

    Immobile devant lui, la jeune fille l’observait, une étincelle de curiosité au fond du regard. Lui-même, bien que n’aimant pas s’avouer intéressé par la race humaine, n’avait cessé de la dévisager depuis qu’il s’était aperçu de sa présence, la toisant avec la même méfiance qu’aurait affiché un petit animal sauvage piégé dans un coin par un autre, plus gros. Et pourtant, à ses yeux, la chimère n’était rien de plus qu’une gamine aussi inoffensive qu’innocente. Prudemment, le jeune homonculus recula d’un pas, jusqu’à ce que son dos vienne s’appuyer contre le mur qu’il avait traversé près d’une minute plus tôt, grâce à l’alchimie inexplicable qu’il contrôlait sans trop savoir comment depuis son retour au monde. L’idée de le traverser de nouveau pour échapper à la vue d’Angelica était tentante, mais il se souvint des hommes dans la rue, et changea d’idée. S’il tombait de nouveau sur eux, ils risquaient de l’attaquer, et lui, de répondre. Or, il devait à tout prix éviter de se faire remarquer à Central, sous peine de s’attirer la colère de Dante s’il faisait trop de vagues. La rumeur de sa présence ne devait pas s’étendre, les humains ne devaient pas commencer à s’interroger sur le sujet, à douter de quelque chose …

    Lentement et à contrecœur, il quitta Angelica des yeux et laissa son regard faire un tour de la pièce, jaugeant prudemment les possibilités qui s’offraient à lui. La fillette lui faisait face, et donc, bloquais l’accès au mur droit devant lui – celui qu’il aurait voulu traverser, pour mettre plus de distance entre lui et ses possibles poursuivants – et les deux autres risquaient de le précipiter dans la gueule du loup. À moins de donner sur une autre pièce, ce qui ne serait pas plus pratique. Après réflexion, il se détourna légèrement, appréciant le mur que protégeait Angelica, mais s’intéressant tout particulièrement à son coin droit, plus éloigné de la gamine. S’il prenait suffisamment de vitesse, il parviendrait certainement à l’atteindre avant que la jeune fille ne se décide à faire quoi que ce soit …
    Réconforté par cette idée, il s’élança vers le mur, mais en deux temps, trois mouvements, Angelica s’était retrouvée tout juste devant lui, lui coupant la route. Forcé de freiner en pleine course, il enfonça les talons dans le sol, balançant le corps pour ne pas la percuter de plein fouet et, déstabilisé, finit par s’étaler lamentablement par terre.

    Honteux de cette ridicule conclusion, il sentit la rage remonter au creux de sa gorge et retroussa légèrement les lèvres, découvrant les dents dans une grimace animale et laissant entendre un grondement tout aussi bestial en direction de la gamine qui, non seulement, lui bloquais l’accès au mur mais, en plus, venait de le forcer – même si inconsciemment – à saluer le plancher pour éviter de devoir entrer en contact avec aussi répugnante créature. Cette dernière, visiblement bien inconsciente du danger qu’elle courait, avait de nouveau planté son regard dans le sien. De près, elle semblait beaucoup plus sûre d’elle qu’il ne l’avait d’abord cru, ce qui ne fit qu’ajouter à son mécontentement. Il détestait l’aisance avec laquelle elle le côtoyait. Tout comme il détestait se trouver plus bas qu’elle, actuellement, cette position lui donnant tout bonnement l’impression qu’elle le regardait de haut. Aussi, il ne tarda pas à se relever et, pis, redressa les épaules et bomba le torse, se faisant plus imposant, tentant d’effacer la suffisance – imaginaire – qu’il voyait sur le visage de l’humaine. Les sourcils froncés, il l’observait l’expression sévère, ne voulant rien plus que la voir détourner finalement le regard, intimidée. Ce qui ne vint, évidemment, pas. Au contraire, puisque, tout en continuant de l’observer, elle se mit à parler.

    ''Tu es seul? ''
    Il lança un regard agacé à la pièce, faisant mine de chercher une présence qu’il n’aurait pas remarqué, avant de ramener le regard sur elle de nouveau. Oui, bel et bien seul, mais il n’éprouvait pas le besoin de lui répondre. Elle constaterait bien par elle-même, la petite … Elle avait beau être humaine, elle ne pouvait pas être bête à ce point.

    ''Tu habites ici? ''
    Ses traits se détendirent légèrement, et son expression contrariée céda bientôt la place à une mimique perplexe.

    « Je pensais que c’étais ta maison … » fit-il prudemment remarquer, à présent sur ses gardes.

    Si elle n’était pas chez elle, alors que faisait-elle là? Cette gamine n’avait pas l’air bien âgée. Normalement, elle n’aurait pas dû traîner bien loin de ses parents. De plus en plus méfiant, il fronça de nouveau les sourcils et recula d’un pas, puis d’un autre, repartant en quête d’une issue. De par une fenêtre entrouverte de la pièce lui parvinrent les ordres lancés par l’un des imbéciles qui avaient croisés son chemin plus tôt, et leurs précédentes paroles lui revinrent en tête. Pris d’une soudaine intuition, il se tourna de nouveau vers la fille qui, cette fois, ne semblait plus vraiment – plus du tout même – intéressée par lui. Tout comme lui, elle ressemblait à un animal piégé.

    «C’est toi, Angelica? » demanda-t-il, en se rappelant l’appel de l’un des hommes.

    Il avait baissé la voix presque sans s’en apercevoir, ne voulant pas être repérés par ceux qui, visiblement, cherchaient à retrouver la fillette qui occupait à cet instant précis la même pièce que lui.

_________________


---


¦--¦¦--¦



Dernière édition par Wrath le Jeu 21 Jan - 4:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Ven 2 Oct - 17:58

«C’est toi, Angelica? » Me demanda son doux tenor.

Je lui fis comprendre rapidement, certainement par un regard perçant et un comportement étrange qu'il avait vu juste. En effet, j'étais bien la fille que ces types, les nettoyeurs, recherchaient. Mais je sentais leur présence. Ils étaient là, tout près, dans la pièce juxtaposée à la notre, séparé par un mur qui paraissait tellement fin à ce moment, que j'en aurai pu entendre la respiration saccadée de ces monstres. Mon coeur avait été habitué a avoir un rythme cardiaque effarant. Je ne connaissais pas vraiment ce sentiment qu'on appelle Peur, mais je crois qu'en cet instant je n'en étais pas loin. Si les nettoyeurs mettaient la main sur moi, j'étais morte. Ils allaient devoir se battre avec moi et je perdrai. En effet les nettoyeurs étaient des personnes qualifiées. C'était leur job. Ils savaient ce qu'ils faisaient. Alors, comment pouvais-je, moi, jeune fille âgée de 9 ans, leur faire face? Ni même tenir la distance? Je n'avais pas vraiment de talents particuliers. Certes j'avais des capacitées, comme celles qui me reliaient à Mozart, j'étais intelligente et je savais bien me battre, en vérité, j'étais dans les meilleurs élèves du centre, mais alors pourquoi doutais-je tant de ma force?

Mes yeux fixèrent mes poings que je me mettais à serrer fort. Mes jointures blanchirent. Le sang n'était pas partit, il avait séché. S'incrustant sous mes ongles limés. A vrai dire, j'en avais marre de voir ce sang sur mes mains. J'en avais marre de vivre dans un univers caché et renfermé. Un univers faux et barbare dans lequel on emprisonne des enfants pour leurs dons. Certains, arrivé à un certain âge, disparaissent. Je ne veux pas finir comme eux. Moi je veux me battre. Je veux me battre pour décider de ma vie. Pour choisir où je veux vivre. Avec qui. Quoi lire. Quoi faire. Des choses banales comme par exemple, si je veux lire un livre avant de dormir, de pouvoir le faire. J'en ais marre qu'on me dise ce que je dois faire, comment, sans me dire pourquoi. J'ai tué des gens, sans savoir pourquoi, simplement parce qu'on me l'avait demandé. Simplement parce que Mme Red me le demande.

Je regarda alors ce jeune garçon et sans m'occuper de lui, je prit le risque de sauver ma peau. Mon corps se colla contre la paroie d'un mur. Près de l'unique porte de sortie de cette pièce. Les pas se rapprochaient, quand bientôt, un premier nettoyeur déboula. Il fût tout d'abord surpris de voir le jeune homme sans défense. Aussi, profitant de ce moment d'innatention, je bondis sur moi même, arrivant derrirère lui, et j'enfonçais mes ongles pointus et limés qui étaient sortis de dessous ma peau. Caractéristique de mes capacité, j'avais des doigts de fois, où plutôt des 'mains d'argents'. Le nettoyeur tomba à genoux en poussant un hurlement. Un second arriva, je l'attendais de pieds fermes. Il tomba vers moi pointant un tranquilisant. Si jamais ce truc me touchait, je deviendrai un véritable légume et de ce fait, perdrais ma liberté. Je bondis à nouveau et balança ma jambe sur son bras, on pu alors entendre un craquement, présentant la fracture de ce dernier. Ma petite taille et mon poinds léger me permettaient des figures impressionantes, oui, en réalité, j'étais la meilleure. Le deuxième nettoyeur était en train de tribucher, se tenant son bras brisé, et criant des insultes à mon égard. Je lui lança plusieurs coups de griffes. Mais soudain, il sortit son arme. Une arme à laquelle je ne pouvais rivaliser. Une arme à feu. Il pointa le revolver dans ma direction et les coups de feu fusèrent. Je me recroquevilla sur moi même avant de bondir tel un chat sauvage. J'arriva rapidement à hauteur du plafond esquivant ainsi toutes les balles, mais bientôt son arme se mit à fuser dans toute la pièce. Le jeune garçon prit la fuite, et j'entendis des bruits de bagarre. Sûrement voulait il sortir et les nettoyeurs ne voulaient, devaient, laisser aucune traces. Ou alors voulait il peut être m'aider?

Le deuxième nettoyeur ne cessait de vider son chargeur sur moi. Bientôt, je poussa un cri de douleur que je n'avais jamais connu auparavant. Une brûlure atroce me picora dans la nuque. Le deuxième nettoyeur commença à rire. Puis un deuxième rire se mêla au sien. Comment avait je pu croire que je réussirai à les tuer? Le premier nettoyeur venait de me planter le poison dans mon corps. Ce tranquilisant qui n'allait pas tarder à m'endormir pour au moins 2 heures. Mes yeux commencèrent à se fermer. Mon corps commença à s'engourdir, mes jambes à flancher. Je sombrais dans un curieux et accueillant sommeil. Mes genoux rencontrèrent le sol. Mon visage y goûta rapidement aussi. Ils rigolaient fortement. Soudain, je me réveilla brutalement, l'un des deux monstres venait de me lancer un coup de pied dans l'estomac. De ma bouche sortit du sang. J'avais mal, partout, mais le tranquilisant m'aidait à supporter la douleur.

En quelques heures j'avais goûté à tant de sensations. D'abord le fait de tuer un homme, puis de tenter à m'enfuir, pui le fait qu'on me rattache à mes chaînes. J'allais rentrer au Centre, je le savais. Et ce queje savais aussi, c'est que ma punition serait probablement la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Wrath
La Colère Incarnée
Modo PNJ/Event

avatar

Féminin
Vierge Coq
Messages : 174
Age : 24
Rang dans le RP : Homonculus de la Colère

Feuille de personnage
Points:
64/75  (64/75)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Contrôle de l'Alchimie, dû à la jambe et au bras d'Edward Elric.

MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Mar 6 Oct - 3:11

    La jeune fille, d’un très simple hochement de tête, lui avait répondu que, oui, elle était bien la dite Angelica avec laquelle les étrangers, à l’extérieur, l’avaient confondu plus tôt. Il se souvint de leur appréhension lorsqu’il leur avait fait face, et se remit à observer la jeune fille curieusement. De quelle manière une gamine pouvait-elle représenter un danger pour des hommes adultes et nombreux? Aucune réponse quelque peu logique ne lui venait en tête. Et, alors qu’il s’activait les méninges afin de tenter de trouver une réponse à son questionnement sans avoir à interroger la gamine, cette dernière s’agitait nerveusement – il ne la surveillait plus que du coin de l’œil, et ne tentait plus de s’échapper non plus, s’interrogeant toujours. Jusqu’à ce que la porte de la pièce s’ouvre brutalement sur la silhouette haute perchée de l’un des hommes de la ruelle, qu’il reconnut grâce à son chapeau installé de travers sur la tête. Tiré de ses pensées, il recula d’un pas, surpris, et toisa l’homme avec méfiance. Ce dernier, l’apercevant, croisa le regard de l’Homonculus et grimaça, probablement contrarié de ne pas avoir trouvé celle à laquelle il s’attendait. L’ayant perdu de vue, Wrath jeta prudemment un regard à la ronde afin de situer Angelica, et n’eut que le temps de la voir bondir en direction de l’homme. Ce dernier n’eut pas même le temps de pousser un cri : sa bouche s’ouvrit sur du silence, et un gargouillis immonde fit vibrer sa gorge alors qu’il s’effondrait au sol, sa bouche et sa gorge ouverte recrachant bonne quantité de sang rouge.

    Plus choqué par la facilité avec laquelle Angelica avait tué l’humain que par le meurtre en lui-même, l’Homonculus adressa à la gamine un regard inquisiteur, tentant de comprendre la scène à laquelle il venait d’assister, de mettre des mots sur la rapidité, la violence avec laquelle elle avait abattu son poursuivant. Mais, à peine le premier homme s’était-il effondré qu’un autre se profilait déjà dans le cadre de porte. Cette fois plus intéressée par l’arrivée de l’homme, Wrath se tint en retrait, guettant la réaction d’Angelica en plissant les yeux, une idée des plus absurde venant de monter à son esprit. Cette gamine pourrait-elle être la fameuse Chame, celle-la même qu’il devait retrouver? Après tout, sa rapidité et sa force n’avaient rien d’humain, et Dante lui avait bien spécifié que sa proie était suffisamment rapide pour lui fausser sans même qu’il ait eu le temps de s’en rendre compte.

    À nouveau, la chimère avait chargé et, d’un coup agile, avait tordu, puis brisé le poignet de son tortionnaire qui, fou de douleur, s’était un instant abandonné. Certain que cette seconde manche était déjà gagnée, Wrath tendit le cou pour voir d’autres hommes arrivaient derrière celui qui tenait toujours debout. Aussi, ne le vit-il pas dégainer son arme.

    Le premier coup de feu lui vrilla les tympans, qui se mirent à ciller dangereusement, et il plaqua brutalement les mains contre les oreilles, que le bruit seul avait considérablement blessées. Jamais, jamais il ne s’était imaginé qu’un bruit pourrait faire mal! Surpris, car n’ayant jamais entendu user d’une arme à feu auparavant, il se replia, gardant les mains plaquées les oreilles, les muscles tendus. Une deuxième déflagration retentit, suivit d’une troisième, puis d’une quatrième. La cinquième le rendit passablement sourd, et il se redressa vivement, sentant la panique monter, accélérer le rythme de son cœur. Il écarquilla brusquement les yeux, et son regard se fixa sur l’arme, dont le canon était à présent fixé vers lui. Un long frisson traversa sa colonne alors qu’il redoutait la nouvelle explosion, mais il ne l’entendit pas. La balle quitta l’arme sans même qu’il ne s’en aperçoive.

    Brusquement, il se sentit partir. Son esprit sembla s’éteindre, le temps de quelques secondes, et son corps s’effondra mollement, les nerfs ne recevant plus les signaux du cerveau qui venait d’être pratiquement pulvérisé par la balle, cette dernière ayant été tirée de si près qu’elle avait purement traversé sa tête. Ses genoux, puis son front heurtèrent le sol, et il s’écrasa lourdement sur le flanc, débalancé. Un court moment passa, avant que des crépitement désagréable se mettent à retentir, indiquant que son corps commençait d’ores et déjà à réparer les dommages. Au bout de quelques secondes, il reprit plus ou moins conscience. Il s’éveilla, mais n’eut pas le temps de reprendre contact avec le moindre de ses sens. Seul comptait l’horrible douleur qu’il ressentait à la tête, à l’intérieur de la tête, comme si cette dernière avait tout simplement implosé. Le sang qui ruisselait sur son visage goûtait jusque dans ses yeux, les embrouillant, coupant son champ de vision, alors qu’il s’était mis à tourner nerveusement la tête en essayant de comprendre ce qui lui arrivait, jusqu’à ce que le choc de la douleur terrible passe, lui rendant sa voix.

    « WAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRRGH! »

    Il serra les paupières et les mâchoires, et se saisit la tête à deux mains, son corps se contorsionnant et se tordant furieusement, alors qu’il tentait d’échapper à l’horrible douleur, qu’il essayait de comprendre ce qu’il lui arrivait, car tout était arrivé beaucoup trop rapidement pour qu’il prenne conscience de la présence de la balle. La douleur s’apaisait peu à peu, à mesure que ses capacités incroyables de régénération réduisaient la gravité de la blessure, et donc, la douleur qu’elle lui infligeait.

    Lorsqu’il la sentit diminuer, et croyant que cette douleur continue était due à quelconque piège humain dans lequel il serait tombé, l’Homonculus se cru brusquement libéré et se releva, forçant ses paupières à s’ouvrir afin de situer les hommes qui, croyait-il, s’en prenaient à lui. Il aperçut la silhouette du second, qui ne tirait plus, dévisageant ce jeune garçon qu’il venait d’abattre et qui s’était relevé malgré la balle reçue en pleine tête. Profitant de sa surprise, Wrath bondit vers lui et leva le poing, qu’il écrasa contre son flanc. Il sentit les côtes se rompre sous le coup – anormalement puissant, étant donné qu’il y avait mis de sa force d’Homonculus. Déjà affaiblit par les innombrables griffures d’Angelica et son poignet brisé, l’homme tomba à la renverse et demeura allongé en gémissant. Les autres, méfiants de voir leurs deux compagnons morts, reculèrent et demeurèrent dans l’autre pièce, en attendant une meilleure occasion d’intervenir. Sa cible ayant disparue de son champ de vision, la douleur à sa tête toujours très vive et le sang coulant sur son visage l’aveuglant, Wrath recula précipitamment, jusqu’à ce que ses pieds heurtent le corps de la chimère, engourdie par le tranquillisant. Il perdit de nouveau l’équilibre et s’effondra sur le sol derrière elle, où il demeura, en coinçant de nouveau la tête entre les bras. Un court mais bruyant sanglot lui échappa, alors qu’il tentait d’apaiser sa peur et sa colère.

_________________


---


¦--¦¦--¦



Dernière édition par Wrath le Jeu 21 Jan - 4:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zina
L'Ironie incarnée
Membre

avatar

Féminin
Messages : 558
Rang dans le RP : L'Ironie incarnée
Rang spécial Hrp : Maîtresse des peluches -- Nièce d'Hinoto -- Petite fille de Mercade -- Soeur de ♥ d'Angelica --

Feuille de personnage
Points:
15/75  (15/75)
Niveau:
17/20  (17/20)

Pouvoir: Changer de genre

MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Lun 2 Nov - 16:44

    [Incruste à la demande des deux petits ♥]

    Zina avait quitté la citée de l'Est quelques heures plus tôt pour se rendre à Central. Pourquoi? Pas la moindre idée, seulement son intuition beaucoup trop grande la poussait à y aller. Dans le train elle repensait à cet alchimiste, Kurnous qu'elle avait rencontré puis complètement délaissé. Dans le fond elle s'en fichait un peu, ou pas. Tirée de ses pensées par la pluie battante contre la fenêtre, elle tira un soupire d'agacement.

    #___*Wouah, quel temps superbe fait-il à Central !*

    C'était ironique, bien sûr.

    Une fois arrivée à quai, elle marcha suivant son instinct, toujours perdue dans un flux de pensées. Elle se retrouva bien vite au centre-ville, complètement trempée. Ses mèches dorées collants sur son visage lui donnaient un air de chien battu cherchant l'abri. Elle tua ses pensées dans un juron frôlant le blasphème, puis entendit un coup de feu. Puis une multitude de balle, 4 fois. Rien... Plus rien ne se fit entendre. Dans un silence inquiétant pour une ville comme-ci, surtout après ça, l'ironie se mit à courir jusqu'au lieu d'où était tiré les balles. Ses sens étaient tous en alerte, comme une angoisse profonde et une inquiétude à damner.

    #___« WAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRRGH! »

    Elle se stoppa net. Cette voix était-elle bien celle de ... Wrath? L'autre homonculus était-il là ? Ni une ni deux, elle entra fonça vers l'entrée du bâtiment, mais un homme l'arrêta. Il lui dit qu'il était impossible qu'elle entre ici.
    Dans un regard assassin et une violente colère due au refus du "soldat", la blonde lui attrapa le bras pour le faire voler un peu plus loin. Il retomba dans un fracas, signe que quelques os ont dû se briser, ou peut-être son squelette. Les pupilles de la jeune homonculus changèrent de couleur pour un violet clair feinté comme un chat. Elle chercha pour entendre un simple "boum" comme si quelqu'un était tombé. Suivant le bruit à l'écoute, elle se retrouva bientôt devant une pièce sans porte ayant pour seule conduit de lumière une fenêtre sans vitre. Par terre gisaient deux enfants, dont Wrath qui se tenait la tête complètement recroquevillé. Prise d'inquiétude ses yeux redevinrent dorés, puis elle se dirigea vers la Colère le secouant gentiment.

    #___« Wrath! Wrath ! C'est moi Zina »

    A vrai dire, elle ne le connaissait pas vraiment ce petit. Petit plus vieux qu'elle au passage. Elle l'avait croisé mainte fois chez Dante, lui avait brièvement parlé mais jamais plus. Jamais l'Ironie n'avait daigné prêter attention à la Colère.


    [Désolé du post court, je ferai mieux au prochain, je n'ai pas vraiment d'idée pour l'instant puis que c'est un peu une inscruste]


Dernière édition par Zina le Sam 12 Juin - 1:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wrath
La Colère Incarnée
Modo PNJ/Event

avatar

Féminin
Vierge Coq
Messages : 174
Age : 24
Rang dans le RP : Homonculus de la Colère

Feuille de personnage
Points:
64/75  (64/75)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Contrôle de l'Alchimie, dû à la jambe et au bras d'Edward Elric.

MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Ven 6 Nov - 21:28

    Tout en emprisonnant fermement sa tête entre ses bras, l’Homonculus se repoussa de ses jambes jusqu’à ce que son dos rencontre l’un des murs de la pièce, contre lequel il se blottit nerveusement, tentant de se protéger d’un éventuel retour de l’ennemi. Alors que ses cellules cervicales ainsi que ses vertèbres – elles aussi endommagées lors de sa chute – achevaient de se reformer, l’os de son crâne demeurait fendu à l’avant comme à l’arrière, et la blessure continuait de déverser quantité de sang sur le sol poussiéreux. Des pulsations de douleur faisaient encore trembler son corps tout entier, et même si son corps se reformait à présent rapidement, il ne sentait pas de variation dans sa souffrance, qui pourtant diminuait peu à peu. Complètement dépassé par les évènements, il demeurait immobile, le dos arqué, ses genoux repliés effleurant ses coudes, alors que ses bras se resserraient autour de sa tête. Terrifié, il tentait de se repérer, mais sa vue embrouillée par le sang et la douleur, et ses oreilles rendues momentanément sourdes suite aux coups de feu, le laissaient complètement démuni. Privé de ces deux sens et assaillit par la douleur, il ne parvenait ni à se calmer, ni à réfléchir correctement pour parvenir à se raisonner. Alors il se contenta de demeurer là, se protégeant du mieux qu’il pouvait tout en serrant les paupières, espérant tout simplement que les hommes qui poursuivaient Angelica ne reviendraient pas pour empirer la situation.

    Il demeura ainsi un long moment, inconscient du temps qui passait ou qui ne passait pas, mélangeant les secondes pour des heures, et les minutes pour une éternité. Puis, il prit peu à peu conscience d’un poids contre sa cheville droite. Une simple pression, si légère qu’elle ne semblait pas réelle, mais qui dégageait une chaleur autrement plus dérangeante. Wrath sentait avec dégoût la chaleur corporelle irradier du poignet d’Angelica qui reposait contre sa jambe. Il remua donc légèrement cette dernière afin de l’éloigner de la chimère inconsciente, mais ce mouvement seul provoqua une vive douleur à l’intérieur même de son crâne. Il se replia violemment sur lui-même en poussant un nouveau couinement de douleur, qu’il n’entendit pas, pas plus que les claquements produit pas les talons de Zina et qui résonnaient à présent dans l’une des pièces adjacente. Il pouvait sentir la légère vibration de ses pas sur le sol de bois, mais il ne la remarqua pas vraiment, trop occupé à serrer les dents en attendant que ses maux de tête ne disparaissent.

    Puis brusquement, des mains se posèrent sur ses épaules, le faisant sursauter. Il ne s’était pas aperçu de la présence de l’Ironie et, croyant à un retour des agresseurs d’Angelica, chercha à échapper de l’emprise de l’Homonculus. Tout en refusant de lâcher sa tête, il plia le dos en tentant d’éloigner Zina d’un coup de pieds maladroit, tout en tentant de se reculer. Mais le mur qui lui avait précédemment servi d’abris basique faisait à présent lieu d’obstacle, l’empêchant d’échapper aux mains de Zina qui continuaient de serrer ses épaules et qui le secouaient légèrement. Il finit donc par relever légèrement la tête, tentant d’impressionner ce qu’il croyait être son assaillant d’un grognement qu’il ne s’entendit pas pousser, mais qui ne devait certainement pas être bien impressionnant. Ce faisant, il ouvrit les yeux et tenta d’apercevoir Zina, qui ne se présenta d’abord à lui que sous la forme d’une silhouette brouillée. Cette dernière se précisa toutefois rapidement, et il finit par reconnaître l’Ironie incarnée.

    La vue d’un visage familier l’apaisa, même s’il n’avait qu’entrevue Zina à quelques reprises au manoir. Il la reconnaissait, et lisait dans son regard qu’elle le reconnaissait aussi. Ses lèvres remuaient, mais il n’entendait pas ce qu’elle disait. Un détail, puisque sa présence seule le réconfortait déjà. Il libéra prudemment sa tête de l’emprise de ses bras afin de se redresser. Il y parvint sans trop de mal, mais au dernier moment, fut pris d’un sursaut et lança un regard inexpliqué vers la porte, qui provoqua aussitôt le retour d’une douleur fulgurante à son crâne. Effrayé, il plongea vers Zina et enfouit le visage dans son cou, passant les bras autour de ses épaules tout en s’esclaffant de douleur.

_________________


---


¦--¦¦--¦



Dernière édition par Wrath le Jeu 21 Jan - 4:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zina
L'Ironie incarnée
Membre

avatar

Féminin
Messages : 558
Rang dans le RP : L'Ironie incarnée
Rang spécial Hrp : Maîtresse des peluches -- Nièce d'Hinoto -- Petite fille de Mercade -- Soeur de ♥ d'Angelica --

Feuille de personnage
Points:
15/75  (15/75)
Niveau:
17/20  (17/20)

Pouvoir: Changer de genre

MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Lun 9 Nov - 0:34

    Alors que les mains de Zina se posèrent sur les épaules du petit Wrath, celui-ci commençait à se débattre plus ou moins violemment. Peut-être pensait-il que les hommes à l'entrée étaient de retour? L'ironie serra alors un peu plus son étreinte, mais se prit un coup de pied assez méchant bien que maladroit dans le ventre. Ce n'était pas bien conséquent pour un Homonculus, alors la jeune blonde resserra encore son étreinte et secouant légèrement la Colère pour qu'il reprenne ses esprits.

    #___« Wrath calme toi voyons... »

    Lorsque le dénommé ouvrit les yeux et entrevue Zina, il libéra sa tête de l'emprise de ses mains. L'Ironie sourit doucement à ce geste, maintenant que la Colère était calmée, c'était déjà plus simple pour lui poser certaine question. Notamment ce qu'il faisait là.

    #___« Alors dis-moi, qu'est-ce que tu fais ici? C'est qui cette fille allongée par terre? Pourquoi tu es là? Que c'est-il passé ? »

    On aurait pu prendre ça comme une agression, certes, mais c'était un peu plus de l'inquiétude en réalité. Mais le petit ne semblait pas l'écouter, dans un sursaut et un regard effrayé il fixa la porte puis plongea directement dans les bras de l'ironie pour enfouir sa tête dans le cou de celle-ci et d'entourer ses épaules. Dans un premier temps, Zina ne comprit pas vraiment ce qu'il venait de se passer. A présent elle avait le petit agrippé à son cou, comme un enfant apeuré dans les bras de sa mère. Dans un geste maternel, elle prit Wrath dans ses bras et caressa son dos avec précaution. Elle resta comme cela un moment, jusqu'à ce que le petit daigne se calmer un peu. Ce n'était pas quelque chose qu'elle faisait souvent de tenir les gens comme ça, elle ne l'avait jamais fait à vrai dire... Mais là, cela lui semblait nécessaire et inévitable. Un long moment semblait passer, mais la blonde n'en avait cure.

    #___« Ils ne reviendront pas, et même si c'est le cas je te protègerai Wrath, promis. N'ai pas peur, je suis là maintenant.. »

    C'était des mots simples, banals mais c'est tout ce que l'homonculus pouvait dire, ne trouvant rien d'autre à ajouter ni même à enlever. C'était propice à la situation, même si ça semblait un peu nyan nyan.

    Zina ne savait pas quoi faire, lâchait Wrath ou alors le serrer encore contre elle? L'instinct maternel n'était pas quelque chose d'innée chez les homonculus, mais chez une jeune fille c'était autre chose... Alors que les deux aspect de l'ironie se battait avec intensité, celle-ci fixa la fenêtre. Il pleuvait des cordes dehors et apparemment ce n'était pas près de s'arrêter. Malgré ça, il fallait rentrer au manoir, non?

    #___« On va rentrer, mais qu'est-ce qu'on fait de la jeune fille? »

    Elle désigna la chimère couchée au sol d'un mouvement de tête compréhensible mais maladroit. Après c'est vrai, devait-on la laisser là ou l'embarquer?


Dernière édition par Zina le Sam 12 Juin - 1:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wrath
La Colère Incarnée
Modo PNJ/Event

avatar

Féminin
Vierge Coq
Messages : 174
Age : 24
Rang dans le RP : Homonculus de la Colère

Feuille de personnage
Points:
64/75  (64/75)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Contrôle de l'Alchimie, dû à la jambe et au bras d'Edward Elric.

MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Sam 21 Nov - 3:07

    Il avait de nouveau fermé les yeux en se précipitant entre les bras de Zina, et il se détendit dès qu’il la sentit l’enlacer doucement, tout en réalisant qu’il n’avait pas eu droit à ce genre d’affection depuis le départ de Sloth. Ainsi, même si la taille de Zina était plus fine à étreindre et même si son odeur était différente, il avait presque l’impression que c’était sa mère qui le rassurait ainsi. Elle lui manquant affreusement – il s’en apercevait, à présent – et de se serrer ainsi contre l’Ironie le réconfortait tout en le blessant davantage encore, car il ignorait quand il pourrait revoir la paresse de nouveau. Il ne tenta toutefois pas de s’éloigner pour autant, restant confortablement installé contre sa consoeur, le visage appuyé dans son cou, n’osant pas ouvrir les yeux de peur de ce qu’il risquait de découvrir autour de lui.

    Puis, ses oreilles se mirent à ciller de plus en plus fort, et il recommença à percevoir les sons autour de lui. Déformés certes, par la courte période de surdité qu’il venait de traverser, mais de plus en plus nets à mesure que le temps passait. Il entendit donc la voix de Zina lorsque cette dernière s’adressa à lui pour la troisième fois. Des simples paroles de réconfort, qu’il écouta toutefois avec attention et confiance, trop heureux de pouvoir entendre de nouveau. Dans le silence total, il s’était senti perdu et étourdit. À présent plus calme – si Zina affirmait que ces hommes avec leurs fusils ne viendraient plus, alors elle les avait sûrement tués, donc il n’y avait plus rien à craindre – il se décolla lentement du corps de l’Homonculus de l’ironie et leva vers elle un regard hésitant, se demandant si elle agissait gentiment avec lui simplement par curiosité ou vraiment par empathie. Sur ce, elle déclara qu’ils allaient rentrer, avant de se détourner vers Angelica, qui gisait non loin, immobile. Il avait complètement oublié sa présence, dans le feu de l’action, mais en l’apercevant morte – d’après lui – il se souvint des blessures qu’elle avait infligées aux deux hommes et hésita, avant de répondre d’une voix légèrement brisée :

    « Je sais pas … »

    Pourquoi s’encombrer d’un mort, après tout? Mais la gamine l’intriguait. Pourquoi ces hommes s’en étaient-ils pris à elle, et d’où lui venait la force avec laquelle elle s’était défendue? Cela, en considérant qu’elle semblait être encore plus jeune que lui… Se pourrait-il qu’elle soit, comme eux, une Homonculus? Improbable, sinon elle ne serait pas morte si facilement. Finalement, incapable de se décider, il laissa entendre :

    « Je crois que c’est elle que les hommes voulaient attraper. Elle a tué l’un d’eux très facilement, avant que tu arrives …»

    Il soupira en observant la silhouette immobile de la chimère, à la fois intrigué et dégoûté. D’une certaine manière, elle lui ressemblait … Ça lui donnait envie de lui arracher tous les cheveux de la tête, de déformer son corps pour ne plus reconnaître à travers elle un corps d’enfant très semblable au sien. Mais il avait encore trop mal à la tête pour oser une telle chose : il ne tenait qu’à peine à genoux tant son équilibre était chancelant, et ses jambes et bras tremblaient avec obstination. Même si plus calme, Wrath était encore sous le choc de la balle qui lui avait traversé la tête, et il ne prit donc pas la peine de réfléchir davantage, attendant que Zina prenne une décision et qu’ils rentrent, peu lui portant où ils rentreraient. Puisqu’ils ne pouvaient décemment pas passer de Dublith à Central si facilement …

_________________


---


¦--¦¦--¦



Dernière édition par Wrath le Jeu 21 Jan - 4:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zina
L'Ironie incarnée
Membre

avatar

Féminin
Messages : 558
Rang dans le RP : L'Ironie incarnée
Rang spécial Hrp : Maîtresse des peluches -- Nièce d'Hinoto -- Petite fille de Mercade -- Soeur de ♥ d'Angelica --

Feuille de personnage
Points:
15/75  (15/75)
Niveau:
17/20  (17/20)

Pouvoir: Changer de genre

MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Jeu 17 Déc - 9:55

    On ne savait que faire de la chimère et Zina n'était vraiment pas d'humeur à attendre pour interroger une gamine. Wrath prétendait qu'elle avait tué deux hommes avec une facilitée proche de celle des homonculus. L'ironie fronça les sourcils d'agacement. Serait-ce un nouvel homonculus dont Dante n'aurait pas mentionné l'existence ? Impossible. Dans un geste vif, la blonde se leva, marchant d'un pas tueur vers la petite allongée.

    « Nous allons voir de suite si cette gamine fait partie des nôtres »

    A première vue pas de tatouage symbolique et typique de leur race : l'ouroboros. A présent frôlant la crise de l'énervement, l'Homonculus s'abaissa et retourna le corps comateux de gamine. Tout ses gestes étaient brutaux, fait avec une pointe de méchanceté et Zina en avait parfaitement conscience, ce n'est pas pour autant qu'elle allait s'arrêter. Qu'importe si elle laissa des marques ou quelconques traces, ses préoccupations étaient toutes autres. Une fois entièrement inspectée, Zina frappa la jeune fille étendue sur le sol pour l'éloignée d'elle, comme soudainement prise de dégoût et d'une rage certaine.

    « Elle ne fait pas partie des homonculus. Qu'importe qui est cette fille, elle n'a cas crever ici ! Cela ne nous regarde pas. »

    Oui, l'Ironie était méchante, agressive dans ses propos comme au ton de sa voix. Mais quelque part une chose était vrai. Qu'avait-elle à faire d'une jeune fille inconsciente touchant à peine la barre des 10ans ? L'affaire aurait été toute autre s'il s'agissait d'une de ses consœurs, or ce n'était pas le cas à présent. Dans un regard hautain, presque haineux, la blonde fixait le corps inanimé comme prête à sévir un enfant qui avait fait une bêtise.

    « Ne restons pas ici, l'armée risque de débarquer ... S'il nous attrape tu sais ce qu'il se passera. »

    Elle tourna la tête juste à la fin de sa phrase vers Wrath. Ses traits furent plus détendus, plus doux. L'Ironie regardait la Colère avec un regard presque désolé. Au fond, le péché de l'ironie et de la colère n'était pas si loin de l'autre, peut-être même étaient-ils similaire mais pas au même degré ? Zina secoua la tête, voulant fuir les idées qui commençait à l'envahir. Elle tendit les bras à Wrath avec un sourire l'invitant à la rejoindre.


    « Partons ... Nous n'avons désormais plus rien à faire ici. Rentrons au manoir nous reposer un peu, nous chercherons Chame ensuite et ensemble. Du moins si tu le veux. Dans le cas contraire, je te laisserai t'en chargeais. »

    [HRP : Encore sincèrement désolée pour le retard. Je pensais qu'Angie allait poster puisqu'elle m'en avait parlé.]


Dernière édition par Zina le Sam 12 Juin - 1:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wrath
La Colère Incarnée
Modo PNJ/Event

avatar

Féminin
Vierge Coq
Messages : 174
Age : 24
Rang dans le RP : Homonculus de la Colère

Feuille de personnage
Points:
64/75  (64/75)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Contrôle de l'Alchimie, dû à la jambe et au bras d'Edward Elric.

MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Jeu 31 Déc - 4:22

    Le corps de la chimère était enveloppé de l’odeur du sang de ses victimes ainsi que de celui de l’Homonculus qui, incommodé par l’intensité des émanations, s’abstint de s’approcher alors que Zina se penchait sur Angelica pour l’examiner. Il l’observa à distance, intrigué de la voir ainsi manipuler, déplacer et même, par endroit, dénuder la gamine endormie. Ses mouvements étaient brutaux et manquaient de délicatesse. Sa manière de l’empoigner, de la retourner trahissait même une certaine méchanceté qu’il ne parvenait pas à comprendre. Après tout, Angelica ne lui avait rien fait. Étais-ce simplement dû au fait qu’elle était humaine?

    Finalement, Zina laissa retomber le corps endormi de la gamine sur le sol et se détourna en affirmant qu’il ne s’agissait pas d’une Homonculus et que, donc, elle n’en avait rien à faire. Trouvant ce raisonnement logique – même si les récentes prouesses de la jeune chimère continuaient de l’intriguer – Wrath se lança à sa suite et, le moment venu de quitter la pièce, s’accrocha même à son bras en craignant bêtement d’entendre résonner un nouveau coup de feu. Les pièces adjointes qu’ils traversèrent étaient vides. Vides de vie autant que de corps : ceux qui n’avaient pas péris sous les coups de la chimère et de l’Homonculus de la Colère s’étaient donc enfuis. À moins qu’ils ne se soient cachés ailleurs dans le bâtiment, attendant que Wrath et Zina partent pour s’emparer d’Angelica. Tout naturellement, Wrath jeta un regard par-dessus son épaule, à travers le cadre de porte qu’ils venaient de franchir, et aperçut les pieds immobiles de la chimère prise d’un sommeil artificiel.

    Il sursauta en se sentant tiré légèrement vers l’avant – puisqu’il s’agrippait toujours au bras de Zina et que cette dernière avançait – et se détourna rapidement pour la suivre, ne voulant surtout par la perdre de vue. Il la lâcha toutefois, se contentant de la suivre de près en pressant le pas, s’interrogeant sur l’endroit où ils passeraient la nuit.

    Ils sortirent bientôt du bâtiment et, pataugeant dans la boue que la crasse de la ruelle mélangée à la pluie qui était tombée plus tôt avait créée, commencèrent à s’éloigner. Il ne fallut toutefois que quelques pas à l’Homonculus de la Colère, avant qu’un bruit de voix étouffé ne le fasse sursauter. Il s’arrêta aussitôt et, croyant que Zina en avait fait autant, se retourna pour toiser sombrement le toit du bâtiment, à la recherche de la source du bavardage discret qu’il entendait toujours. Deux silhouettes sombres se détachaient difficilement du ciel encore rouge qui noircissait à vue d’œil. Les individus, visiblement, n’avaient pas remarqué les Homonculus qui venaient de sortir, mais Wrath se sentait bien incapable de leur tourner le dos pour continuer de s’éloigner. Ainsi, il aurait été trop facile pour eux de l’assaillir de nouveau avec leurs armes à feu.

    Il se mit donc à reculer prudemment, tâtant le sol derrière lui de la paume des pieds et s’attendant à retrouver bientôt le rassurant contact de Zina, tout près de lui. Mais à tâtons, il ne parvenait à la retrouver. Il risqua donc un coup d’œil par-dessus son épaule, pour finalement réaliser qu’elle n’était tout simplement plus là. Réalisant sa solitude, sans pour autant oublier les deux hommes, il demeura un moment figé, les yeux écarquillés de surprise et, curieusement, de peur.


    [Désolé pour le retard, et pour la qualité '__']

_________________


---


¦--¦¦--¦



Dernière édition par Wrath le Jeu 21 Jan - 4:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zina
L'Ironie incarnée
Membre

avatar

Féminin
Messages : 558
Rang dans le RP : L'Ironie incarnée
Rang spécial Hrp : Maîtresse des peluches -- Nièce d'Hinoto -- Petite fille de Mercade -- Soeur de ♥ d'Angelica --

Feuille de personnage
Points:
15/75  (15/75)
Niveau:
17/20  (17/20)

Pouvoir: Changer de genre

MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Lun 11 Jan - 0:37

    Zina avançait visiblement agacée dans les couloirs de la bâtisse presque déserte. Une fois sorti, le ciel était obscur à cause de la pluie mais aussi de l'heure. La crasse des rues étaient déplorables, rendant l'homonculus de l'Ironie un peu plus agaçée; Un bruit se fit entendre, léger et étouffé. La blonde se tourna distinguant deux silhouettes. Pressant le pas, elle finit par disparaître du champs de vision de celles-ci.

    Ceci devait être deux autres sbires de ceux qui avaient fait assaut tout à l'heure, il valait donc mieux tracé son chemin plutôt que de reculer. L'Ironie avança donc, s'enfonçant dans les rues sombres. Elle pensait que Wrath aurait la même logique, elle ne s'en inquiéta donc pas. Ce ne fût que quelques quartiers plus loin, qu'en se retournant, elle vit que Wrath n'était pas là. Etait-il resté là-bas ? Avait-il pris un autre chemin ? La demoiselle ne savait pas vraiment et ne pouvait malheureusement pas retourner sur ses pas.

    De tout son coeur, elle esperait que Wrath soit parti de son côté et ne soit pas retourné là-bas, mais ayant à faire de son côté, elle ne pouvait que continuer son chemin vers Resembool ...


    Arrow Zina quitte le topic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Ven 15 Jan - 18:00

Froid. Humide. Légère.

Je ne savais pas vraiment ce qu'il m'arrivait. Tout était noir. Il faisait sombre, il faisait froid. Je n'entendais plus aucun bruit. Tout était silencieux, mis à part les battements de mon coeur. Alors eux, oui, je les entendais, et c'est ce qui me fit dire que je n'étais pas morte. Je ne sentais plus mon corps, j'eus du mal à bouger mes jambes, mes mains, puis le reste de mes membres. Mes yeux laissèrent entrer la lumière de ce début de journée. Le jour? Déjà? Pourtant il faisait encore nuit quand.. Aïe! Ma tête. J'avais mal à la tête, horrible douleur qui me tiraillait. J'avais du me cogner en tombant, lorsque les nettoyeurs m'ont endormis. Rapaces. Je me redressa alors lentement, m'asseyant sur les genoux, prenant mon crâne entre mes mains. Aïe. Vraiment très mal, vu le sang qui était collé à ma tempe. Bon, en tout cas, j'étais là, vivante. Là? Je n'étais pas au Centre? Je regardais tout autour de moi. Non, ce n'était pas la prison du centre, étais-je encore dans cette vieille bâtisse? Les corps inertes de nettoyeurs répondirent à ma question. Alors une image du garçon qui s'était trouvé avec moi me vint en tête. Mais oui, je n'étais pas seule, était ce lui qui les avait tué comme ça? Si c'était le cas, non seulement je devais le remercier, mais aussi me méfier de lui, car pour se débarrasser de deux nettoyeurs, il fallait être vraiment fort.

Je tenta de me relever, mais c'était encore un peu trop tôt. Il fallait que je reprenne mes esprits. Mon corps avait été plongé dans une flaque d'eau et je grelottais de froid dans ces fringues trempés. Je devais trouvé un endroit où mes réchauffer et me reposer en toute sérénité. Il ne fallait pas que les nettoyeurs me retrouvent, ce qui n'allait pas tarder à se produire parce que si les trois cadavres ici présents ne rentraient pas faire leur rapport, les soupçons s'éveilleraient.

Je soupira alors. Il fallait que je quitte cet endroit et que je parte le plus loin possible afin de leur échapper. Avais-je réussis à m'enfuir? Je pense bien que oui, je crois que j'ai vraiment réussis à me libérer du centre, mais d'un côté, ils seraient toujours à mes trousses, à me traquer et a me récupérer. Il faudrait que je change d'apparence et de personnalité. Trop compliqué pour une enfant de 9 ans.

Mon ventre cria famine. Il fallait absolument que je trouve à manger, j'avais utilisé beaucoup d'énergie pour tuer ce nettoyeur. Je l'avais d'ailleurs eu, ça j'en étais vraiment fière. J'avais pu tuer un nettoyeur, alors que je suis âgée de 9 ans. Un sourire se dessina sur mes lèvres alors que je me redressais. Soudain j'entendis un drôle de bruit provenant de la pièce juxtaposée. Les nettoyeurs étaient ils déJà là? Non! Ma cavale ne pouvait pas se terminer ainsi! Il fallait que je trouve un moyen de m'échapper. Peu importe lequel. J'étais prête à les affronter. J'en avais tué un, pourquoi pas d'autre?

Alors que j'adoptais une attitude de combat, je vis mon adversaire entrer. Lui? Que faisait il là? Il ne s'était pas enfui?

( Je m'excuses pour le retard Wrath, mais maintenant c'est bon, je revient boosté )

Revenir en haut Aller en bas
Wrath
La Colère Incarnée
Modo PNJ/Event

avatar

Féminin
Vierge Coq
Messages : 174
Age : 24
Rang dans le RP : Homonculus de la Colère

Feuille de personnage
Points:
64/75  (64/75)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Contrôle de l'Alchimie, dû à la jambe et au bras d'Edward Elric.

MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Mar 19 Jan - 4:30

    De nouveau livré à lui-même – et s’interrogeant sérieusement sur les raisons de la soudaine disparition de Zina – Wrath s’écarta de quelques pas afin de se fondre dans l’ombre de la ruelle, espérant ainsi échapper au regard pourtant vif des nettoyeurs. Indécis, il demeura un moment à se demander s’il ne lui était pas préférable d’attendre à cet endroit même que Zina revienne – supposant qu’elle revienne – où si plutôt il ne serait pas plus judicieux de partir à sa recherche. Après tout, elle ne devait pas être bien loin, à moins qu’elle ne se soit volontairement enfuie … peut-être était-elle même encore tout près, à portée de main? Revigoré par cette idée plus que logique, il tourna dos aux nettoyeurs – non sans appréhension – et entrepris de s’éloigner en longeant le mur pour demeurer invisible dans l’ombre de la nuit naissante.

    Les pas de Zina s’étaient encrés dans le sol terreux des ruelles, aussi parvint-il à suivre facilement sa trace pendant un moment. Le pas rapide, pour ne pas la laisser le distancer davantage, Wrath suivit la piste jusqu’aux rues plus fréquentées, où les pas disparurent. Frustré, le jeune homoncule entrepris de chercher au hasard, en ''suivant son instinct''. Évidemment, cette tactique ne le mena à rien, et il finit par se résigner à revenir sur ses pas, considérant qu’il s’agissait là de la meilleure façon d’être retrouvé par Zina, si cette dernière venait à le chercher, puisque lui-même n’avait aucune idée d’où la trouver. Il retourna donc à son point de départ et s’installa contre le même mur qui continuait de le protéger de son ombre. Il s’assit puis s’y adossa, tout en lançant à la ronde des regards nerveux. Il ne voyait plus les deux nettoyeurs, mais ces derniers devaient être toujours dans le coin … S’ils n’avaient pas déjà découvert Angelica. Dans ce cas, peut-être étaient-ils déjà partis. Ils ne risquaient donc pas de revenir.

    Il réalisa toutefois bien vite qu’il faisait fausse route, lorsque l’un d’entre eux ouvrit la fenêtre d’une demeure pour en sortir, avant de s’élancer en silence dans les ruelles, probablement à la recherche de la fugitive et de leurs défunts compagnons. La colère incarnée se serra davantage contre le mur afin d’éviter d’être trop visible et demeura immobile et attentif au moindre bruit.

    À plusieurs reprises, il aperçut les nettoyeurs qui passaient en poursuivant leur ronde. Ces derniers ne semblèrent toutefois pas le remarquer et, pas une seule fois, ne s’approchèrent trop de lui. Sans pour autant perdre de son attention, il finit par se détendre légèrement et cessa de se recroqueviller lorsqu’il lui arrivait d’apercevoir l’un ou l’autre des nettoyeurs – ils étaient deux, mais se déplaçaient seuls, par soucis d’efficacité. Un moment passa, au cours duquel Wrath demeura à attendre l’arrivée toujours aussi attendue de Zina.

    C’est pourquoi, lorsque des pas retentirent plus loin dans la ruelle, il se redressa légèrement et tendit le cou. Il ne s’agissait non pas de la subtile course des nettoyeurs, mais d’un pas plus régulier et plus lent, celui de quelqu’un qui marchait. Enthousiaste, il s’accroupit et tendit le cou, avant de murmurer :

    « Zina? »

    Les pas cessèrent, et le silence lui répondit. Puis, une silhouette se présenta à l’extrémité de la ruelle; non pas celle, gracieuse et frêle de la zizanie, mais d’une taille considérablement plus imposante et couverte des pieds à la tête.

    Il reconnut aussitôt l’un des deux nettoyeurs et, conscient d’avoir été repéré, se releva vivement et recula de quelques pas, tout en observant l’homme avec défiance. Ce dernier n’avait pas esquissé le moindre mouvement. Il semblait aussi paisible que pacifique, mais Wrath avait pu apercevoir l’arme à feu qu’il tenait à demi camouflée dans sa manche.

    « Que fais-tu dehors, à cette heure? »

    L’homme parlait à voix basse, et son ton aurait presque été rassurant, et plus; sa voix ne laissait transparaître aucune humanité. Il était calme, mais à la fois extrêmement froid, comme un être sur qui les émotions ne font que couler. De larges lunettes aux verres fumés posées sur ses yeux ne servaient probablement qu’à camoufler un regard encore plus vide et distant que cette voix qui, d’une certaine manière, lui faisait penser à sa propre espèce, même si elle ne ressemblait en rien à celle de ses frères, tous plus impulsifs et réceptifs que cet homme, au moins à un sentiment en particulier.

    Trop abasourdis pour songer à une réponse, Wrath fixa un moment l’homme qui, en retour, semblait le détailler des pieds à la tête. Son regard sembla un moment s’arrêter sur ses vêtements, sur lesquels du sang avait coulé de nouveau. L’homoncule devinait d’ailleurs que, même s’il avait fait gaffe de s’essuyer le visage de ses bras, il devait y demeurer des traînées de sang séché. Autrement dit, aucune chance que cet homme qu’on avait changé en machine de guerre ne croie à l’innocence d’un enfant découvert couvert de sang, dans une ruelle en pleine nuit.

    « Que t’es-t-il arrivé? » continua-t-il, à la fois doux et complètement désintéressé.

    Quelqu’un qui travaillait pour son propre compte … Aucun réel intérêt à savoir si ce gamin qu’il avait devant lui allait bien et pourquoi il se trouvait là. Il voulait seulement s’assurer qu’il ne lui traînerait pas dans les pattes, qu’il ne gênerait pas le travail.

    Il le considérait au mieux comme une perte de temps, et cette réalisation fut le déclencheur d’une nouvelle colère de la part de l’homoncule. Mêlée à la peur d’être de nouveau atteint pas une balle, elle lui fit perdre tout son sang froid, et sans tenter de se contrôler, Wrath bondit en direction du nettoyeur. Ce dernier, bien que placide, ne s’était visiblement pas attendu à cela et, par pur réflexe, s’écarta du chemin de l’enfant et releva son arme à feu.
    Cela sans compter sur la vitesse hors norme de l’homoncule, qui pivota de la cheville pour poursuivre son adversaire dans son écart. En apercevant la bouche du canon fixée droit entre ses deux yeux, il se pencha et continua sa charge, jusqu’à ce que son front entre en contact avec le ventre de l’homme. Ce dernier laissa entendre un hoquet de surprise et se plia en deux, la respiration coupée. Il ne lâchait toutefois pas son arme, et il fallut que la colère incarnée lui assène un violent coup de coude au poignet pour que le fusil tombe. Il s’apprêtait à l’éloigner d’un coup de pieds, lorsque l’un des genou du nettoyeur se replia vers lui, le frappant à son tour en plein torse pour l’envoyer au sol, un peu plus loin.

    Il se releva toutefois rapidement, l’excitation du combat ne lui laissant pas plus de temps pour se soustraire à la douleur. Voyant l’homme se pencher pour récupérer son arme, Wrath fonça dans sa direction avec l’intention de lui asséner un coup mortel à la nuque. Il le vit toutefois venir et, plutôt que de prendre un risque inutile, préféra s’écarter et, donc, esquiver l’attaque. Il ne s’attarda toutefois pas longtemps à esquiver et, d’un mouvement rapide, dégagea de son ceinturon un cimeterre aussi mince qu’aiguisé et, d’un habile jeu de jambe doublé d’un mouvement de poignet empli de son expertise, l’homme lui taillada sévèrement l’épaule. Le sang jaillit lentement de la plaie, gouttant sur son bras et imbibant son vêtement, alors que la colère incarnée se reculait pour se mettre à l’abri de l’arme.

    Cette situation ne lui rappelait que trop son combat avec Jonathan au Devil’s Nest, combat dont le souvenir ne faisait que l’énerver davantage. Mais cette fois, il ne perdrait pas contre un simple humain muni d’une arme blanche et d’une mentalité de fer. Il avait l’avantage de l’immortalité, comment donc pourrait-il perdre contre un homme adulte, même très bien entraîné?

    C’est, fort de cette réflexion, que l’homoncule bondit droit vers son adversaire sans même attendre que sa blessure ne se soit refermée. La lame siffla à ses oreilles, mais il refusa de s’en soucier, incapable d’envisager une nouvelle défaite contre l’espèce humaine.

    Il sentit la pointe s’enfoncer profondément dans son ventre alors même qu’il heurtait le torse de l’homme de toute la force de son coude, après avoir bondit pour s’élever à un niveau suffisant. Il sentit la cage thoracique s’affaisser sous ce coup, les os se briser et se presser contre les poumons qui en souffrirent aussitôt. L’homme émis un sifflement de surprise aigu, puis s’effondra au sol. La colère incarnée atterrit à genoux au-dessus de lui mais s’éloigna rapidement, peu désireux d’entretenir le moindre contact physique avec cet homme qui s’apprêtait à mourir. Il recula de plusieurs pas, puis se replia sur lui-même et poussa un profond râle de douleur, tout en empoignant la lame qui lui embrochait le ventre. Il inspira profondément et tira, mais sentit aussitôt une résistance certaine; l’arme ne se dégagerait pas aussi aisément. Il s’éloigna encore un peu, au cas où il resterait assez de force au nettoyeur pour contre-attaquer, mais constata bien vite que cette précaution s’avérait inutile : il reposait sur le dos, les mains pressées sur son torse renfoncé, et respirait à petits coups, en émettant à chaque inspiration un sifflement à faire frémir d’effroi.

    Tout en tentant de ne pas s’intéresser au mourant, Wrath serra de nouveau le manche de l’arme entre ses doigts et, une seconde fois, tira pour la dégager de la blessure. Cette fois, elle suivit, mais une douleur encore plus vive lui indiqua qu’il ne venait que d'aggraver son état. Il jeta l’arme à bout de bras, puis serra les paupières et se laissa tomber au sol, replié sur lui-même, attendant que son corps répare les dégâts.

    «Qu’es-tu …? » entendit-il murmurer.

    Bien que coupée par des lamentations d’agonie, sa voix n’avait rien perdue de son froid, de sa placidité. L’homoncule ne s’en sentit que davantage énervé : cet homme le craindrait avant de mourir. Il ne le laisserait pas partir, autrement!

    Il ne pris pas la peine de se tourner pour regarder le mourant, se concentrant à peine sur sa respiration de plus en plus régulière, de plus en plus difficile. Il se releva toutefois, lentement, un bras appuyé sur son ventre pour soulager un peu la plaie, avant de s’avancer vers sa victime, d’un pas lent et un peu chancelant. Puis, il se laissa retomber à genoux près de la tête de l’assassin, sa blessure pétillant et grésillant au fur et à mesure que la plaie se résorbait d’elle-même, à une vitesse telle qu’il était possible d’en voir la guérison à l’œil nu. Cette fois, il entendit une exclamation rauque, un grommellement de surprise entrecoupé d’horribles sifflements d’agonie. Ce son écoeurant n’eut que l’effet de lui tirer un sourire glauque, un rire moqueur, victorieux.

    « Je suis plus fort que toi. » se contenta-t-il de répondre, avant de se relever et de lui asséner un violent coup de pieds dans la tête, lui brisant le cou net.

    Alors seulement, il se permit d’observer l’homme, d’évaluer son âge, d’examiner ses traits – pour cela, il lui retira ses lunettes. Puis, il s’en désintéressa. Au loin, un appel avait retentit : celui de l’autre nettoyeur, à la recherche de son compagnon. Wrath sentit la colère affluer de nouveau en lui, accentuée d’un violent sentiment de victoire, et il se manifesta en adressant à ce second adversaire potentiel un rugissement de vainqueur.

    Puis, il s’élança à la course en direction de l’immeuble où il avait rencontré Angie. Il savait que c’était elle que cet homme cherchait, et il savait aussi que, même s’il avait tué le premier, sa victoire ne serait pas complète s’il laissait l’autre nettoyeur repartir avec sa cible. De mettre à mort un seul homme ne lui suffisait pas : il voulait mettre en échec tous ces soldats, autant ceux qui s’en étaient pris à lui que ceux qui n’avaient même pas participé à cette mission. Et il voulait mettre en échec le maître du jeu, celui qui avait ordonné qu’on ramène Angelica et qu’on élimine le moindre gêneur.

    En ce moment, il voulait tout bonnement mettre l’humanité dans sa totalité en échec. Mais il savait cela impossible, et il savait aussi que la meilleure manière de clarifier de sa victoire était de les empêcher de mettre la main sur la chimère.

    Certain que le second nettoyeur ne tarderait plus à se lancer à ses trousses, Wrath entra dans le bâtiment sans cesser de courir et, une fois à l’intérieur, enjamba les deux corps pour se diriger vers Angelica, qui s’était éveillée entre temps. Il ne daigna même pas redouter son contact : il se pencha vers elle et s’empara fermement de l’un de ses poignets afin de la remettre sur ses pieds.

    « Dépêches-toi, il arrive. »

    Il la sentait faible, toutefois; rien d’étonnant, vue l’effet qu’avait eu le sédatif. Il la traîna donc un moment derrière lui, jusqu’à être de nouveau sortit du bâtiment. Puis, constatant qu’elle ne semblait pas plus stable sur ses pieds, il la jeta pratiquement sur son dos, avant de s’élancer à la course au travers des ruelles.

    [Huh, je t’ai pas vraiment laissé le choix, à la fin, désolée ‘^^. Si tu préfères que je change un peu, Mp! <3]

_________________


---


¦--¦¦--¦



Dernière édition par Wrath le Jeu 21 Jan - 4:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Mer 20 Jan - 22:19

Je marchais dans une rue de Central. Elle était petite, très biscornu. La route était très mal entretenu. La pluie battante formait des flaques ou tout mon pied pouvait s'enfoncer. Invraisemblable... Il y faisait très sombre, la lumière qui se projetait dedans était avalé et on n'y voyait plus grand chose. Les maisons n'était guère mieux que la route. Une, c'était à moitié écroulé, les fenêtres cassées, la porte brisée. Une autre, n'avait plus de toi. Je me demandais comment des personnes pouvaient vivre dans une endroit si délabré.

*Ils n'ont peut-être pas le choix, me dis-je dans ma tête*

Pas le choix...avait-il eu le choix, lui, de quitter sa maison, sa vie à la campagne ?! Non, lui non plus il n'avait pas eu le choix ! Il n'eut pas le choix non plus de devenir une chimère. Tout ça, la faute de cette stupide maladie. Personne ne l'aimait là bas, et personne ne l'aime ici. Je me sentais tout drôle de m'énerver stupidement. C'était fait, il n'y avait pas à revenir dessus. Laissons le passé derrière nous, vivons le présent et assurons notre avenir. C'était sa devise. La seule devise qu'il n'ai jamais eu. Je sentais de drôle d'odeurs, comme du souffre. Je n'aimais pas cette odeur, elle me rappelait trop le Centre. Le Centre... quel endroit horrible. Des Nettoyeurs te suivait tout le temps, jour et nuit. Aux yeux du Centre, une vie humaine ne vaut rien. Ceci n'est pas vrai, une vie humaine vaut plus d'argent que l'Amestris a. Mais ça, peu de gens le comprennent. Reparlons du Centre. J'entendais souvent des cris, montant dans les aigus. Ceux d'une jeune fille. Ces cris résonnait dans ma tête chaque nuit que j'ai passé là-bas. Mais maintenant je m'étais évadé, et j'étais libre. Une chimère libre...cela n'a pas de sens. Nous, chimères, nous ne sommes que cobayes, des esclaves. Nous ne serons jamais libres, car on nous a volé une part de notre vie. Une blessure qu'il est impossible de guérir, sauf par la mort.

La mort... qu'y a t-il après ? Personne ne le sait, en tout cas, aucune personne vivante. La mort est peut-être une délivrance, après les souffrances endurées. Ou alors elle n'est que cauchemar. La mort n'est peut-être aussi rien. Rien du tout. Mais ça, je le saurais une fois après y avoir goûté. Et je compte n'y goûté que dans le plus lointain futur possible. J'avais finis de traverser la ruelle ou je me tenais. Je ne savais pas ou j'allais, j'errais simplement. La rue dans laquelle je m'engagea était une des rues chics de Central. Des boutiques, des maisons très belles. Je me sentais bien ici. Je repéra un banc et je marchai dans sa direction. Quand soudain, une jeune fille qui courait me percuta. Elle se releva très vite et continua de courir.

Je tomba amoureux. Elle était si belle. Son petit corps était tout simplement gracieux et agile. Le coup de foudre tomba sur moi. Elle aussi aurais eu un coup de foudre ? Le seul moyen de savoir était de la suivre !

Je m'élança alors à sa poursuite. Je regarda derrières moi, car je ressentit des présences qui allait vite. Un garçon, courrait aussi. En avait-il aussi après moi ? Ou après elle ? Je n'en avais aucune idée, et je ne voulais pas le savoir. D'autres personnes courrait derrière nous. Je ne les regarda même pas et je couru de plus belle.


"Jeune fille, criai-je !"

Je devais la ratraper, à tout prix !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Jeu 21 Jan - 17:09

Ma tête me tournait. J'avais mal au crâne comme jamais je n'avais eu avant. Comme un millier de petites aiguilles très fines qui piquent sur la tête, pénétrant à l'intérieur de mon cerveau et endolorissant tout mes membres et paralysant encore mes aptitudes. Je n'avais plus aucun réflexes, plus aucune faculté pour me battre. Si, comme le disant le jeune garçon, un nettoyeur arrivait, je ne pourrais me battre contre lui. Mes jambes étaient molles, mon regard vague, mon tronc me semblait si lourd, ainsi que mes paupières, j'avais une telle envie de les fermer. De m'endormir. Je me battais avec la sommeil, je me battais pour rester éveiller. Je n'en avais pas forcément envie, mais je n'avais surtout pas le choix. Je devais suivre ce garçon si je voulais garder ma liberté, si je voulais échapper au Centre au travers ce nettoyeur. Je pouvais l'entendre derrière nous, parfois, il jurait. Non, je ne voulais pas y retourner, par pitié, tout mais pas le Centre, je vous en prie! Me murmurais je à moi même. Je priais pour la première fois de ma vie. Je quémandais à qui veut l'entendre de ma laisser vivre librement. De ne plus retourner en ces murs. De ne plus y connaître le froid, l'obscurité et l'humidité. Je voulais pouvoir me réveiller en dehors de l'ombre de ces murs. Si quelqu'un m'entend, s'il y a quelqu'un qui m'écoute je vous en supplie, je ne veux pas y retourner, je ferai tout ce qu'il faudra pour ça. J'abandonnerai même les meurtres s'il le fallait. Si c'était le prix à payer pour goûter un instant de plus à la liberté.

Le garçon de tout à l'heure me fit sortir du bâtiment dans lequel j'étais tombée. La nuit régnait en maître. Il faisait noir, très sombre, on ne voyait que des ombres qui s'agrandissaient et se réduisaient au fur & à mesure. Quelques bruits. Le vent, des chats errants, des souffles, des pas.. Tant de choses qui s'offraient à moi, mais que je n'analysais pas suite à mon état. Que pouvais je faire? Je pouvais à peine bouger, je pouvais à peine me mouvoir. Le garçon allait se faire attraper par ma faute, pourquoi se préoccupait il de moi? Ce corps à demi inerte qui n'était qu'un obstacle à la liberté? Alors que j'allais le lui demander, il me prit sur son dos. M'attrapant par le poignet, et me faisant presque mal suite à ça, il me jeta sur son dos. Son corps était chaud, il bougeait, mais c'était suffisamment confortable pour que je m'y endorme. J'avais tellement envie de dormir.. Je n'en pouvais plus.. Je sentais mon esprit partit, je murmurais alors:

-Pourquoi.. fais-tu.. ça?

Mes paupières se fermèrent toutes seules, m'envoyant dans une obscurité totale et apaisante. Je me sentais bien. Je me sentais enfin bien. Tout se calmait, comme si ce qu'il me fallait était cela: dormir. Mon mal de tête se calma, mes muscles se détendirent et je me sentis beaucoup mieux. Parfois, mon corps entrechoquait celui du jeune homme, mais cela ne me dérangeait pas, du moment que je restais sur son dos, à dormir, je me fichais de tout.

Mais soudain, je sentis un choc. Le garçon venait de percuter autre chose. Un humain d'après son odeur, son souffle et sa réaction. Mon corps tomba à la renverse, et frappa violemment le sol. Ma tête entra en contact avec le sol. Aïe, cela me fit encore plus mal. Je n'en pouvais plus, j'avais envie de pleurer. Je souffrais à multiples endroits sur et dans mon corps, je perdais ma liberté, j'étais un fardeau pour le garçon, je n'en pouvais plus. J'ouvris les yeux et sentis que le garçon me relevait déjà. J'aperçus un visage. Un doux visage.. blanc, fin, pur.. Était-ce un Ange? Sans doute.. Peut être que mon corps était trop faible pour survivre à tout cela.. Peut être que je mourrai.. Mais ce visage était si beau, si la mort ressemblait à cela, alors oui, je voulais mourir. Ce visage me sourit, enfin c'est l'impression que j'eus. Ses yeux pétillants reflétaient une incompréhension. Avait il peur de moi?

N'avais je pas ma place au Paradis? En tout cas je savais que ce n'était pas l'enfer ici, ce garçon était trop beau pour être un démon. Oui, ce visage était masculin, et le temps s'était comme arrêter, pour que je puisse observer chaque détails. Il était magnifique. Je sentis un souffle de chaleur, un souffle de courage m'envahir à cette vision. Je me redressa en compagnie du jeune homme, remontant sur son dos, et quittant cet Ange pour partir en toute hâte. Le garçon couru encore plus vite, rattrapant ainsi le retard causé par notre incident. Le nettoyeur était tout proche, je l'entendais, il se rapprochait. Non, pitié, je ne voulais pas y aller, je préférais mourir, maintenant que j'avais vu ce à quoi ça ressemblait, cela ne me faisais pas peur.

Mais j'entendis bientôt une voix angélique. Mes yeux s'étaient refermés, quelque chose de chaud coulait sur mon œil gauche, m'obligeant à le fermer. Je tomba dans un sommeil doux et réconfortant, alors que j'entendais mon ange m'interpeller. Oui, il m'appelait.. Voulait il que je meurs tout de suite? Je ne le savais pas.. Mais le garçon qui me portait continuait sa route. Il courrait vraiment vite, et il n'arrêtait pas de tourner, une fois à gauche, à droite, encore, puis à nouveau. Un vrai labyrinthe. Je ressentais tout cela sans pouvoir le voir. Mais bientôt, il s'arrêta. Nos têtes entrèrent en contact et j'ouvris péniblement les yeux. Nous étions dans une ruelle très très étroite et surtout très sombre. Mais pire que tout, il s'agissait d'un cul de sac. Non, nous étions pris au piège. Il fallait faire demi tour au plus vite et continuer à courir! Je ne sentais plus l'odeur du nettoyeur, il devait être loin derrière. Mais mon ange était tout près. J'entendais son cœur battre rapidement.

Je murmurais alors péniblement:

-Je suis... si fatiguée...
Revenir en haut Aller en bas
Wrath
La Colère Incarnée
Modo PNJ/Event

avatar

Féminin
Vierge Coq
Messages : 174
Age : 24
Rang dans le RP : Homonculus de la Colère

Feuille de personnage
Points:
64/75  (64/75)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Contrôle de l'Alchimie, dû à la jambe et au bras d'Edward Elric.

MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Lun 25 Jan - 5:06

    Il lui avait toujours été aisé de courir; en tant qu’Homoncule, il possédait une puissance musculaire supérieure à celle des simples humains, et même à celle de la plupart des chimères, et de ce fait, il était capable d’une plus grande foulée et d’une course plus rapide, malgré sa petite taille. Mais le poids supplémentaire d’Angelica l’encombrait et gênait grandement sa fuite, non qu’il ne soit pas assez fort, mais l’étrange disposition de la chimère chat sur son dos le déséquilibrait généreusement, et il lui arrivait constamment de perdre l’équilibre, car il ne parvenait pas à gérer convenablement ce surplus de poids. Il fallait donc qu’il modère la vitesse de sa course, au risque de perdre pied et de tomber pour de bon (peut-être serais-ce là la petite erreur qui permettrait au dernier nettoyeur de les rattraper…).

    De plus, son fardeau avait entouré son cou de ses bras pour se retenir, et lorsqu’il tentait d’allonger ses foulées, il ne parvenait qu’à s’étouffer en appuyant la gorge contre les poignets de la gamine. Gamine qui d’ailleurs respirait chaudement contre son cou, lui arrachant des frissons de dégoût intenses. Si ça n’avait été du nettoyeur, il aurait abandonné là la chimère, et plus; se serait empressé de rompre tout contact physique avec un être dont la chair autant que l’existence lui donnait envie de vomir. Son dédain de l’humanité était maladif à se point même que le contact d’Angelica le déconcentrait parfois alors même qu’il fuyait, car il ne pouvait s’habituer à la sensation d’avoir un humain appuyé sur le dos, sur les épaules … Dire que le contact seul de sa paume contre le poignet de Jonathan était parvenu à le révulser, quelques temps plus tôt!

    Il n’avait pas le choix, toutefois. S’il voulait mettre en échec les poursuivants d’Angelica, il lui fallait avant tout protéger cette dernière.

    « Pourquoi.. fais-tu.. ça? »

    Il sentait presque ses lèvres remuer contre son oreille, son haleine ricocher sur sa peau, et il répondit d’un grognement exaspéré. Ne pouvait-elle pas se tenir?!

    « Tais-toi! » s’était-il contenté de répondre en tentant de lui jeter un coup d’œil par-dessus son épaule.

    Puis il s’était retourné, mais il était déjà trop tard : juste devant lui se trouvait un étranger qu’il n’avait pas vu arriver et qu’il n’avait plus le temps de contourner. Il tenta d’éviter l’obstacle d’un écart mais, emporté par son élan, il sentit son épaule percuter violemment Austin. Déséquilibré pour de bon, il s’étala dans la poussière de la ruelle, son menton heurtant solidement le sol et le sonnant pour un moment.

    Il se redressa presque aussitôt sur les coudes, puis sur les genoux et, malgré un soudain mal de tête, se lança du regard à la recherche d’Angelica qui, évidemment, avait glissé de son dos alors qu’il tombait. Il ne s’intéressa même pas au garçon qu’il avait heurté : malgré la douleur, il s’était relevé et, de nouveau, avait soulevé Angelica pour la grimper sur son dos. Et il était aussitôt repartit, bien qu’à présent les pas d’Austin – à qui il adressa une menace colérique – derrière lui soient aussi audibles; il n’avait point le temps de lui accorder le moindre intérêt et, de toutes manières, il commençait déjà à le distancer, car même si ralenties ses foulées demeuraient plus rapides que celles d’un pauvre humain …

    Le sang de la chimère chat s’écoulait lentement de l’une de ses blessures, et venait s’accumuler contre la peau de l’Homoncule qui en frissonnait de dégoût, tout en tentant de ne pas y penser afin d’éviter un second accident aussi bête que le premier. L’inévitable se produisit toutefois : sa chance pris fin, et il se retrouva soudainement coincé entre trois murs. Cul de sac. Décidé à ne pas se laisser acculer là par le nettoyeur, il fit aussitôt demi-tour, mais déjà, Austin les avait rejoints, et sa présence seule bloquait malencontreusement le passage …

    « Dégage! » avait-il aussitôt ordonné, tout en s’avançant à grands pas vers la chimère requin.

    En réponse à sa colère, ses crocs inhumains s’étaient dévoilés, et il avait de nouveau adressé à Austin un grondement lourd de menace. Le gamin, en se positionnant ainsi à l’entrée de la ruelle, représentait aux yeux de la colère incarnée le quatrième mur qui réfrénait sa fuite, mais il s’agissait aussi de l’obstacle le plus fragile, le plus facile à surmonter avec son fardeau … et il était décidé à le contourner avant que le nettoyeur ait eu le temps de le rattraper!

_________________


---


¦--¦¦--¦

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Sam 30 Jan - 21:54

J'étais stupéfait ! Ce garçon, certainement plus jeune que moi, courrait à une allure époustouflante, foulant rapidement l'air de ses jambes musclés. Ma tête me tournait tellement l'effort était difficile, mais je tenais bon en pensant à la jeune fille sur le dos de l'adolescent devant moi. Je me posais beaucoup de questions sur ce jeune garçon. Comment pouvait-il aller si vite ? Était-ce lui aussi une chimère ? Peut-être bien, mais je ne le connaissais pas, je devais rester méfiant. Il n'étais peut-être pas amicale. Il prenait de l'avance quand je repensa à la jeune fille qu'il portait à présent sur son dos. Son visage, si doux et gracieux me donnais des ailes. Petite et renfermé sur elle, j'en étais follement amoureux. Mais devais-je écouter mon cœur ? En les poursuivant, je m'entraîne sûrement dans une galère pas possible. Mais mon cœur me disait de les suivre. Je redoublai d'efforts quand je ressentis des picotements dans mes jambes. Je n'avais pas la même condition physique que le jeune garçon que je poursuivais, certainement bien moins développé. Le jeune garçon devant moi trébucha. J'étais encore loin de lui mais je m'approchais de plus en plus grâce à sa chute. Devant moi, il repartit en courant, mais moins rapidement qu'avant. Peut-être que cette chute l'avait blessé. En tout cas, le jeune garçon devant moi courait moins vite ce qui me permettait de ne pas me faire distancer.

Je poussais un soupir de soulagement. Wrath courait moins vite, ce qui me permettait de reprendre mon souffle après avoir ralenti. Angelica gigotait sur le dos de Wrath, qui je ne sais pas pourquoi, lui ordonna de se taire. Comment pouvait-il lui parler sur ce ton ? J' accélérera, énervé contre le garçon devant moi.

D'un coup, Wrath se retourna. Il avait l'air un peu surpris, ses traits se tirèrent, montrant l'énervement. Il ne m'avais sans doute pas vu arriver derrière lui. Il tenta de passer mais je lui fis face. Wrath heurta violemment mon épaule. Le choc me fis perdre l'équilibre et je trébucha sur le sol. Je releva la tête vivement et vis qu'il était de même pour ce garçon qui devenait de plus en plus étrange. Wrath s'était relevé rapidement et cherchait déjà Angelica. Il ne fis guère attention à moi, repris la chimère sur son dos et repartit en foulées rapides. Il restait plus rapide que moi et je m'engagea à sa poursuite. Je voyais sur les vêtements de la jeune fille des tâches rouges. Elle était blessé et saignait. Je me mordis le lèvre et découvrit à mon tour ce cul de sac. J'essayais de faire le plus imposant possible pour l'empêcher de repartir. Wrath s'avança vivement vers lui.

"Dégage !"

Je n'avais pas l'intention de partir, je bloquais à moi seul la ruelle. Je dévoila ma mâchoire, en tentative d'intimidation. Je n'espérait pas que cela fonctionne, mais je voulais lui montrer que moi aussi j'étais une chimère, et non pas un humain. Est-ce qu'il allait le comprendre ? Je n'en savais rien.

Je m'avança vers lui.


"Qui es tu ?!"

J'attendis une réponse. Mon cœur battait fortement dans ma poitrine, ma tête me tournait légèrement. Soudain, un Nettoyeur apparu soudainement et se stoppa net. Il avait l'air vaguement surpris, sûrement à ma découverte. Je me retourna pour lui faire face. Je m'avançait lentement vers lui, d'un pas furtif et discret. Je voulais connaître sa réaction. Avait-il peur, ou allait-il m'attaquer ? Une seule façon de le savoir. Je commença à accélérer, puis je commença à trottiner. Je courait à présent, en direction du Nettoyeur. Il maintenus sa position. J'allais lui asséner un coup quand une fléchette anesthésiante se planta dans ma cuisse. Le produit commençait à se répandre si rapidement dans mes veines que le sommeil commença m'envahir presque aussitôt. Mes paupières devenait lourdes et se fermèrent lentement.

"N..Non" fis-je.

Je m'écroulais sur le sol. Le Nettoyeurs s'avança lentement vers moi. Il continua, sans s'arrêter et alla en direction de Wrath et d'Angelica. Qu'allait-il advenir d'eux ?


Dernière édition par Austin Crayze le Dim 31 Jan - 0:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Sam 30 Jan - 23:37

Tout fût très rapide et je dois dire assez confus. Comment expliquer la scène alors que je ne m'en rappelle que quelques fragments? Je ne saurai même pas dire ce qui s'est passé avant, après, dans quel ordre, par qui, comment... Tout ce dont je me souviens, c'est le froid et la fatigue. Ca c'était certain. Il faisait vraiment très froid, peut être à cause de ma fatigue et du choc de ma chute tout à l'heure, je tremblotais comme une feuille. Mes dents claquaient les unes aux autres dans un bruit stressant. Mon corps étaient couvert de spasmes. J'étais si faible que je me détestais.

Dans cette ruelle nous étions à présent quatre. Il y avait Wrath & moi, ainsi que mon Ange, mais aussi un représentant du Diable. Un nettoyeur. Je le sais parce que je l'ai sentis. J'ai sentit sa présence. On ne voyait que ça silhouette en contre jour. Il paraissait fort et entrainé, comme tout les nettoyeurs. J'avais tourné la tête pour le voir, ouvrant péniblement les yeux. Soudain, mon corps bougea sans que je le lui demande. Quelqu'un me prenait dans ses bras et me déplaçait. Wrath. Il me fit asseoir au fond de la ruelle, contre un mur humide, surement car il se préparait au combat, qu'il se préparait à affronter cet homme et qu'il avait besoin de tout son corps et de ses facultés.

Il me laissa seule très rapidement et le froid m'enveloppa à nouveau. Je fermais les yeux, capturant mes forces par ses petits moments de paix. Quand je les ouvrais j'observais ce qui se dessinait sous mes yeux:

MOn Ange était tombé à terre, il devait surement avoir été victime du nettoyeur à son tour. Son visage était collé à terre et je le voyais se tortiller pour se battre avec le sommeil. Il était plus fort que moi, car dès les premières secondes, j'avais sombré, ne pouvant retenir la peine du sommeil qui luttait contre mon corps.

IL y avait aussi Wrath, entre moi et le Nettoyeur, c'est à dire entre nous et la sortie. Il semblait énervé et près à se battre avec acharnement. Il était courageux. Car malgré la fatigue du à sa course, il ne semblait pas apeuré une seule seconde.

Mes yeux se fermèrent alors. J'avais froid, tellement froid, j'avais l'impression que pour une fois, ça allait me tuer. De plus, cela me faisait repenser au Centre, aux salles de punition et de tortures, les salles que l'on devait toujours éviter.

J'avais l'impression d'y être, d'y avoir été emmené, d'y être enchaîné. Non.. Je ne voulais pas.. par pitié... je vous en supplie...

Sans m'en rendre compte je sanglotais, presque de peur et surtout d'angoisse, je ne voulais pas y retourner, je préférai mourir plutôt que d'y retourner. Pitié.

Je ne me disais même pas que les mots que je murmurai à voix haute étaient ceux que tellement de personnes m'avaient dites avant que je ne les exécute. Pourtant c'était vrai, et maintenant enfin, je ne souriais plus à ces mots. Je ne pourrai plus jamais tuer qui que ce soit, ça j'en était persuadé, je le savais.
Revenir en haut Aller en bas
Wrath
La Colère Incarnée
Modo PNJ/Event

avatar

Féminin
Vierge Coq
Messages : 174
Age : 24
Rang dans le RP : Homonculus de la Colère

Feuille de personnage
Points:
64/75  (64/75)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Contrôle de l'Alchimie, dû à la jambe et au bras d'Edward Elric.

MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Dim 31 Jan - 2:21

    Certain de sa force, Wrath s’était avancé vers Austin avec la conviction qu’une simple parade suffirait à effrayer suffisamment le gamin pour que ce dernier s’écarte de sa route. Il n’avait donc pas pris la peine de déposer Angie au sol, et s’était aussitôt avancé de quelques pas vers Austin, laissant ses pieds heurter lourdement le sol à chaque foulée, et le menaçant généreusement de ses canines tout en produisant des sons semblables à ceux d’un chien sauvage défendant son territoire; n’ayant jamais officiellement appris à se battre ou même simplement à vivre en société, il se contentait de suivre son instinct, et ce dernier le poussait à se défendre avec la même classe qu’un animal blessé, en grognant, mordant et même griffant à l’occasion.

    Mais, plutôt que de s’écarter dès les premières provocations, Austin s’était mis à avancer vers lui à son tour. Surpris, l’Homoncule s’était aussitôt figé et, d’un œil tout à coup plus incertain, avait observé les impressionnantes mâchoires garnies d’innombrables dents de la chimère requin s’ouvrir et se déformer légèrement alors qu’il les lui présentait. Ce geste, bien qu’impressionnant et anormal, ne semblait toutefois pas avoir été fait dans le but de le menacer, car Austin n’était ni dans une position offensive, ni dans une position défensive, et son visage – la mâchoire exceptée – n’exprimait aucune agressivité.
    Déstabilisé par un tel comportement – lui qui peinait déjà à comprendre la complexité du langage corporel et du cerveau humain – Wrath recula de quelques pas tout en observant Austin avec défiance.

    « Qui es tu ?! »

    Aucune agressivité non plus dans sa voix. Que cherchait-il donc?! Agacée autant par la présence de la chimère requin qui le retardait dans sa fuite que par son incompréhension presque totale du comportement de ce dernier, l’incarnation de la colère inclina légèrement la tête et laissa de nouveau apercevoir ses dents dévoilées par ses lèvres retroussées. Puis, encore une fois, il s’avança vers Austin en menaçant sérieusement de mordre, sans prendre la peine de lui répondre.

    Il s’était arrêté presque aussitôt, la silhouette du second et dernier nettoyeur ayant soudain surgit à l’autre extrémité de la ruelle, derrière Austin. Trop tard! L’Homoncule s’était aussitôt reculé, puis retourné pour atteindre le mur du fond, contre lequel il avait installé Angie. Puis il s’était accroupi à côté d’elle, observant Austin qui s’était retourné pour faire face à l’adversaire. Presque aussitôt, la chimère requin avait bondit vers le nettoyeur avec cette fois l’intention évidente de l’affronter. Pour les défendre? Intéressé, Wrath remarqua que leur poursuivant avait reculé sous la menace d’Austin, puis il s’était emparé de son arme.

    Hélas! la distance entre les deux adversaires étant trop grande, le nettoyeur avait eu tout le temps de viser et de tirer avant qu’Austin l’atteigne, et la chimère s’était écrasée presque aussitôt, encore consciente, mais ses mouvements encombrés par l’anesthésiant.

    Prudent, le nettoyeur avait contourné Austin sans le quitter du regard, afin de s’assurer qu’il ne risquait pas d’être attaqué par derrière alors qu’il s’approchait. Wrath profita de ce court répit pour repousser Angelica dans le coin droit de la ruelle, la coinçant presque derrière une vieille boîte de planche entourée de débris qu’on avait abandonné là longtemps auparavant. Il se serra ensuite contre elle, disparaissant à son tour de la vue du nettoyeur qui, de ce fait, avait cessé d’avancer. Ne pouvant voir ses adversaires, il préférait garder ses distances et ainsi éviter de prendre des risques inutiles.

    « Angelica? »

    Sa voix était plus rude, plus émotive que celle de son compagnon décédé; il n’était visiblement pas rassuré de se trouver dans une telle situation, d’autant plus qu’il ne comprenait pas ce qui était arrivé à son camarade. La peur accélérait sa respiration et faisait trembler légèrement sa voix, mais sa détermination en augmentait l’impacte. Abandonnerait-il la partie s’il parvenait à l’effrayer suffisamment? Ou son entrainement prendrait-il le dessus sur ses sentiments?

    «Rends-toi, maintenant! Madame sera certainement plus conciliante avec toi si tu reviens par toi-même. »

    Madame? Il lança un regard à Angelica, avant de décider que le moment n’était pas bien choisit pour réclamer de l’information. Il se recroquevilla légèrement, afin de pouvoir s’accroupir sans pour autant s’agenouiller; ainsi, il pourrait réagir plus rapidement lorsque le nettoyeur serait assez prêt pour qu’il l’attaque.

    « Réponds-moi! »

    Son sang était bien moins froid que celui du précédent; peut-être de ce fait serait-il plus maladroit? Il s’était remis à avancer, et s’approchait à une bonne vitesse. L’Homoncule saisit l’occasion et se dégagea de sa cachette pour foncer droit vers le nettoyeur en poussant un long hurlement. Surpris, l’homme se recula vivement de plusieurs pas, mais trop lentement. Une fois suffisamment près, Wrath bondit et percuta le torse de l’homme de tout son poids, l’envoyant promener par-dessus le cadavre d’Austin et atterrir à l’entrée de la ruelle. Emporté par son élan, il roula dans la poussière avec lui et sentit une violente douleur lui envahir tout le dos et la hanche lorsqu’il heurta le sol. Il se releva malgré tout, pour constater que la douleur lui occasionnait un boitement évident et embarrassant à la jambe gauche. Sans parler que les muscles fatigués de son précédent combat ainsi que de la course lui faisaient à présent défaut. À son côté, le nettoyeur se relevait en préservant son bras droit de tout effort inutile. Était-il brisé? Visiblement oui, mais l’enchantement de l’Homoncule fut de courte durée; de son bras gauche, il dégagea une dague et s’avança vers lui, déterminé.

    La colère incarnée fit l’effort d’éviter le premier coup, mais n’y parvint qu’avec difficulté et faillit retomber au sol. Quant à son adversaire, il frappait avec une agilité ambidextre qui le forçait aux plus ridicules acrobaties pour éviter d’être atteint par la lame.

    Alors que le combat se prolongeait ainsi, la douleur à sa hanche tardait à s’effacer, et Wrath se mit à redouter l’éventuelle possibilité d’un manque de pierres rouges. C’était toutefois une éventualité qu’il ne pouvait prévoir d’avance, et la crainte soudaine d’une défaite lui fit perdre son sang froid déjà fragile. Il tenta d’ignorer sa douleur, et chargea de nouveau pour asséner à l’homme un violent coup de coude dans le ventre. Puis, voyant son bras armé se relever, il se recula dans le but d’esquiver de nouveau, comme il l’avait déjà fait à plusieurs reprises. Seulement, alors qu’il reculait, son talon heurta le corps encore conscient mais très peu mobile d’Austin et, déséquilibré, il s’écrasa sur le dos.

    Le nettoyeur, voyant là une opportunité en or, bondit sans chercher à se protéger et, l’arme au devant, s’abattit sur l’Homoncule qui n’eut que le temps de redresser les genoux dans une vaine tentative de se défendre; la lame de l’homme transperça sa gorge, et il l’y abandonna, se relevant aussitôt pour reculer et contempler sa victoire. Paralysé par la douleur, Wrath se mit à tousser et à râler, crachant en abondance le sang qui, de la blessure, coulait dans sa gorge et envahissait sa bouche.

    Certain de sa victoire, le nettoyeur fit demi-tour et, cette fois d’un pas de conquérant, se dirigea vers la cachette d’Angie. L’Homoncule ne le suivit pas des yeux, trop occupé à tenter de retirer la lame profondément incrustée dans sa gorge. Il ne parvenait plus à respirer et s’étouffait dans son propre sang qui n’avait de cesse de couler et couler encore. Entendant l’homme qui revenait, probablement après s’être emparé d’Angie, Wrath serra les paupières et, dans un élan désespéré, claqua des paumes avant de s’emparer du manche de l’arme, qui se fondit aussitôt avec sa main droite. Ses doigts prirent la couleur du bois clair et se collèrent les uns aux autres, la lame émergeant entre le majeur et l’index. Il tira, et elle se dégagea cette fois de sa gorge sans plus résister. La plaie ne se mit toutefois pas à cicatriser aussitôt, et elle saignait toujours lorsque le nettoyeur l’enjamba pour quitter la ruelle. Bondissant sur la seule occasion qui lui restait, Wrath leva son bras transmuté avec le poignard et frappa l’homme à l’arrière de la cheville.

    Le nettoyeur retint un cri de douleur et s’effondra, échappant Angelica du même coup. Incapable d’user de ses jambes avec autant de précision, Wrath s’agrippa à l’homme de sa main valide et tenta de se hisser vers sa tête. Son adversaire résistait toutefois : bien décidé à ne pas se laisser abattre par un gamin qu’il venait d’égorger, il se débattit comme un beau diable et parvint même à s’emparer du poignet transmuté de l’Homoncule. Il tira, tentant de lui arracher le poignard des mains, mais n’y parvint évidemment pas puisque l’arme était à présent intégrée à son corps. Étonné, son premier réflexe avait été de lâcher prise, et il avait ainsi signé son arrêt de mort : décidé à en finir avec cet affrontement, Wrath lui asséna un coup semblable à celui qu’il venait de recevoir, et planta solidement la lame de la dague juste sous le menton du nettoyeur. Puis il sépara sa main de l’arme et abandonna cette dernière à ce même endroit. Dégouté et en très mauvais état, il se repoussa loin du cadavre à la force seule de ses bras.

    Il ne tenta pas de se relever, s’en sachant d’ores et déjà incapable et, dès qu’il ne sentit plus le contact de l’homme, il cessa de bouger et ferma les yeux, demeurant immobile et tentant de détendre tout son corps en attendant que les blessures achèvent, lentement, de se cicatriser.

_________________


---


¦--¦¦--¦

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Mer 3 Fév - 19:05

    Je sentais le froid sur mon visage contre le sol. Ma tête me tournait fortement, ma vision était floue et brouillé. Mes paupières se faisaient lourdes et voulaient se fermées. Mais je résistais désespérément. Angelica était si belle. Une chaleur se fit sentir dans mon cœur, tellement elle était belle.

    « Angelica ?! »

    La voix du Nettoyeur était hésitante mais rauque. Il ne devait pas être rassuré d’être ici, dans cette ruelle sombre et étroite, à la merci de son adversaire camouflé dans la pénombre. Le monstre avançait d’un pas hésitant et lent, en essayant de se faire discret. Mais il avait été repéré très rapidement par l’homonculus qui se tapissait dans l’ombre.

    « Rends-toi, maintenant! Madame sera certainement plus conciliante avec toi si tu reviens par toi-même. »

    J’entendais faiblement les voix et les sons autour de moi. Mes oreilles ne les entendaient presque pas me laissant dans une situation très dérangeante. Sans l’usage de la vue ou quasiment pas et sans l’ouïe, je ne pouvais rien faire, rien sentir arriver. Mon pouvoir – me permettant de détecter les êtres vivants – m’indiquait trois personnes dans cette ruelle. Les deux caché dans le fond et l’autre avançant lentement vers une obscurité inquiétante.

    « Réponds-moi ! »

    Le Nettoyeur n’était plus très loin de Wrath et d’Angelica. L’homonculus saisit cette occasion en se démasquant de la pénombre et se ruant en poussant un cri que j’entendis très bien. Le Nettoyeur parut surpris et se recula de quelques pas en ouvrant plus grandement les yeux. Wrath était près de l’homme et lui sauta dessus, le percutant au torse. Les deux hommes roulèrent à terre. L’homonculus se releva et commença à repartir dans la direction. Il boîtait légèrement mais n’avait pas l’air de s’en soucier. Le Nettoyeur se releva, le bras droit immobile, dégainant une dague de son bras valide.

    Wrath esquivaient les coups agiles et précis du Nettoyeur avec beaucoup de difficulté. Soudain, après que la colère incarnée envoya un coup de coude dans le ventre du Nettoyeur, Wrath trébucha malencontreusement. Le Nettoyeur saisit cette chance et planta d’un coup sec son arme dans la gorge découverte du jeune garçon. L’homme croyait avoir gagné mais il se trompait. Certes Wrath ne bougeait plus et crachait beaucoup de sang, il ne pouvait pas mourir. C’était un Homonculus, une créature invincible. Wrath dégagea la lame de sa gorge et la transmuta avec sa main droite. Saisissant une occasion, l’homoncule frappa le Nettoyeur qui venait de l’enjamber à la cheville. Celui-ci s’effondra, et Angie partit avec.

    Il se fit agripper par Wrath qui grimpait. Le nettoyeur se remuait dans tout les sens. Il attrapa la main ou l’arme était intégrée dans la main de Wrath et essaya de l’enlever ou de la reprendre. Le Nettoyeur lâcha l’arme trop surpris pour continuer. L’homoncule ne laissa pas s’échapper cette chance et enfonca d’un coup sec dans la gorge de l’homme.

    Wrath laissa tomber l’arme au sol après s’en être séparé et se releva. Le Nettoyeur était enfin mort. L’anesthésiant faisait moins effet et je pu me relevé. Je m’aidai de mes bras en l’agrippant au mur pour me relever. Ma tête me tournait encore un peu mais cela restait surmontable. Je tremblotai comme une feuille à la merci du vent.


    « Merci »

    Je ne m’attendais pas à une réponse. A chaque fois que j’essayais d’adresser la parole à l’Homonculus, il n’avait pas répondu. Je m’avançai d’un pas hésitant, n’avançant pas droit. On aurait pu me croire soûle mais j’étais juste encore un peu paralysé par la fléchette.

    J’allai voir la chimère chat. Je l’observai. Si belle, si… je ne trouvais pas les mots.


    « Ne t’inquiète pas, c’est finis ! Finis-je par lâcher »

    Je me demandais d’où venait-elle. La première que je l’avais vu, j’en étais tombé amoureux, mais je ne pouvais pas encore lui dire. Je la pris sur mon dos, mais l’Homonculus m’en empêcha.

    « Je connais une cachette.»

    À ces mots, il me laissa prendre Angelica sur mon dos. Je partis en trottinant. Angelica était légère et ma course était aisée. Nous étions assez loin de la cachette que je connaissais, je pensais alors au raccourci. Le seul problème, c’est que des brigands pullulent là-bas et je ne savais pas si c’était une bonne idée. Je tournais dans des ruelles toutes aussi sombres les unes que les autres. Guère rassurant, mais je continuai sans m’arrêter. Je ne sentais presque pas Angelica, elle ne bougeait pas. Elle marmonna quelque chose. La chimère chat était bien vivante. Nous débouchâmes alors sur une ruelle fermée. Les maisons fermaient la vue au ciel et la rue se trouvait être très sombre. Je ne sentais pas de présence suspecte. Le petit groupe ralenti avant de s’engager dans la rue.

    « Il y a des brigands par ici, il faut faire attention »

    Un frisson me parcourus le dos. Je toussotai légèrement. Je me sentais bien mieux qu’avant et ma tête ne me tournait plus. J’avais repris peu à peu le contrôle de mes muscles engourdis. Mon cœur battait assez fort dans ma poitrine. Je me figeai, en ayant l’air terrorisé. Je ressentais trois présences de trop. Etaient-elles amies ou ennemis ? Aucune idée, et je devais le savoir. Je continuai ma route.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Ven 5 Fév - 12:57

« Ne t’inquiète pas, c’est finis ! Finis-je par lâcher »
« Je connais une cachette.»
« Il y a des brigands par ici, il faut faire attention »


Cette voix était si douce et apaisante. Il agissait sur moi comme un baume, il destituait mon mal de tête atroce et faisait que la fatigue était moins lourde à porter. En faite, il s'agissait simplement du poison qui ne faisait plus vraiment effet. Je gigota légèrement une fois monté sur le dos de mon Ange. Il était venu à mes côtés, m'apportant un peu de chaleur et avait soulevé mon corps, comme si je ne pesait pas plus de dix kilos. Il m'avait alors déposé sur son dos rond et confortable. Sa peau était froide, il avait froid, moi je tremblais aussi. Mais à être à son contact, me réchauffait. Je sentais une chaleur envahir mon coeur, parcourant chaque membres de mon corps frêle, me faisant ressentir un tremblement, une dose d'adrénaline qui me réveilla alors soudainement. La fatigue ne faisait pas le poids face à cette sensation inconnue. Si je ressentais cela durant un combat, je devais être invincible. Ca, c'était sûr. Cette sensation emplissait mon corps et me donnait une force que je ne connaissais pas. Je ne ressentais pas la fatigue ni la douleur. Alors si durant un combat, je ne ressentais ni l'un ni l'autre, j'étais devenue un monstre de guerre pouvant tuer tout ce qu'elle désirait sans soucis. Je le savais.

Je murmurais alors faiblement:

-Continues de parler..

Sa voix me faisait du bien et elle me sortait de mon état de létargie. Elle me rendait plus forte et je redevenait moi même. Je le savais. Alors il ne fallait pas que cela se termine, il fallait qu'il poursuive pour que je redevienne complètement la chimère chat que j'étais et qui avait une capacité à tuer incroyable.

J'encerclais son cou de mes bras, la chaleur de mon coeur envahissait mon corps à présent et je me réchauffait, je voulais le réchauffer aussi, lui, mon Ange. Mes yeux s'ouvrirent et je voyais ses cheveux bleutés, ainsi que Wrath qui était toujours avec nous. Que voulaient ils? Pourquoi m'aidaient ils? Pourquoi ne m'abandonnaient ils pas à mon destin qui était apurement de retourner au Centre?

A près tout s'il devait en être ainsi... Non mais qu'es ce que je racontais moi? Je ne pouvais pas retourner au Centre, j'en mourrai sinon! Il fallait continuer à avancer. Je cala mon visage dans le cou de mon Ange, et sans vraiment m'en rendre compte, j'y déposais un baiser. Non mais qu'es ce qui me prenait de l'embrasser comme ça? En même temps, ce jeune homme était comme l'espoir incarné. Il me sortait de ma vie horrible, il était là quand j'avais besoin de lui, à un moment intense, il me portait, comme l'espoir porte la vie. Pour l'aider à avancer quoi qu'il arrive.

Ce jeune homme courrait facilement et je sentais le vent fouetter mon visage. Le jour allait se lever dans peu de temps, il fallait qu'on trouve un reperd très rapidement, sinon les nettoyeurs allaient nous débusquer et me ramener au Centre, sans laisser ces jeunes garçons en vie. Une ruelle sombre, et surtout, l'odeur de ces monstres qui nous poursuivaient toujours. Ils étaient là, derrière nous, près à bondir sur notre liberté pour nous attacher au Centre. Il fallait qu'on se cache tout de suite. Alors c'est à ce moment que mon ange s'arrêta. Il murmura quelque chose à Wrath que je n'entendis pas complètement, et il ouvrit un passage dans un mur. Quelque chose de caché, mon ange, mon espoir l'avait trouvé.
Revenir en haut Aller en bas
Wrath
La Colère Incarnée
Modo PNJ/Event

avatar

Féminin
Vierge Coq
Messages : 174
Age : 24
Rang dans le RP : Homonculus de la Colère

Feuille de personnage
Points:
64/75  (64/75)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Contrôle de l'Alchimie, dû à la jambe et au bras d'Edward Elric.

MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Ven 12 Fév - 4:47

    Toujours allongé sur le ventre, l’Homoncule colérique respirait péniblement, la bouche ouverte pour laisser le sang s’en écouler. Il lui arrivait parfois d’essuyer une violente quinte de toux. Alors, il serrait les paupières et toussait, laissant parfois entendre un geignement de douleur; sa gorge tranchée lui faisait terriblement mal. Naturellement.

    La plaie s’était mise à cicatriser, comme l’indiquaient les petits éclairs bleus qui dansaient tout autour de sa gorge. Un grésillement retentissait dans l’air alors que la blessure se refermait lentement mais sûrement. La faible quantité de pierres rouges qui ravivaient toujours son corps ne suffisait plus à le soigner aussi efficacement, mais elle veillait tout de même. Les yeux clos, l’incarnation de la colère inspira profondément et grimaça de nouveau. Tout près, il entendait Austin s’agiter, mais il ne portait plus vraiment attention à ce qu’il disait, ni même à ce qu’il faisait. À vrai dire, la douleur occupait autant son corps que son esprit, et il en avait même oublié la présence d’Angelica et le danger potentiel de la situation; même si les nettoyeurs étaient morts, n’importe qui pouvait encore tomber sur la scène et avertir les autorités de Central. S’il avait été un peu plus conscient, l’image de Bradley – et surtout de Sloth – se serait aussitôt affichée dans son esprit, et il se serait aussitôt précipité sur le premier venu pour qu’on le ramène enfin à sa mère. Cette semi inconscience avait donc un peu de bon; ainsi, il ne perdrait pas son objectif de vue … à moins que ce dernier ne soit emporté ailleurs.

    Bientôt, l’état de la blessure lui permit de s’intéresser à autre chose que la douleur pure et simple, et il s’aperçut alors qu’Austin avait hissé Angelica sur ses épaules, et qu’il le dépassait pour quitter la ruelle. Refusant d’essuyer une défaite après avoir vaincu les deux hommes, il tenta de se hisser sur ses pieds, mais comprit aussitôt que la force lui manquerait pour supporter un troisième combat. C’est à peine s’il parvenait à tenir sur ses jambes, sa hanche blessée lui faisait encore atrocement mal, puisque sa gorge avait été la première à cicatriser. Il regarda presque tristement la chimère requin s’éloigner avec sa proie sur le dos, puis se força à se lancer à leur poursuite en claudiquant ridiculement. De la plaie, du sang continuait de s’écouler et souillait son torse et son ventre; son menton était sale de celui qu’il avait craché, et ses mains étaient rouges jusqu’à hauteur des coudes. Ainsi arrangé, il ne passerait pas longtemps inaperçu. Il devait donc bouger, mais il ne savait pas où aller; le plus logique restait encore de suivre les deux chimères. D’autant plus qu’il n’était pas prêt à lâcher le morceau, même si ils ne semblaient pas même se souvenir de son existence. Agacé, l’Homoncule leur adressa un appel lourd de sa colère, tentant au mieux de leur faire remarquer sa présence afin qu’ils l’attendent.
    Il les suivit ainsi pendant un moment, et la marche forcée ne fit qu’aggraver l’état de sa hanche, si bien que lorsqu’Austin ralentit sa marche pour on-ne-sait-quelle-raison, il n’hésita même pas à s’approcher de lui et à prendre appuis sur son épaule afin de soulager sa douleur; la chimère requin lui devait bien ça, après tout …

_________________


---


¦--¦¦--¦

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   Sam 13 Fév - 22:30

    Je sentais mon cœur battre à une vive allure dans ma poitrine. Je fermai mes yeux un court instant, pour sentir les présences qui se tenaient, là devant, dans l'obscurité profonde et lugubre de mon fameux « raccourci ». Wrath s'était avancer près de moi et se reposait sur mon épaule. L'homonculus avait l'air de souffrir, et je posai mes yeux sur sa cicatrice lui barrant la gorge. Mais comment avait-il pu survivre ? Le doute m'envahissait. Je me trouvais en compagnie d'une personne qui n'était pas morte après s'être fait déchiré la gorge par un lame et qui avait, qui plus est, tué son agresseur. Je déglutit, et je fixait Wrath, d'un regard méfiant. Cette situation me mettait très mal à l'aise. Je frissonna légèrement. J'étais légèrement gêné et j'éprouvais plus de crainte envers Wrath. Mais après tout, il m'avait sauvé la vie et je devais le remercier. Mais je devais rester un peu prudent, par crainte de trahison de sa part, ce qui pourrait me coûter bêtement la vie, et je ne voulais pas la perdre à cause d'une erreur idiote.

    J'observais plus précisément la rue qui se distinguait devant moi. J'essayais de repérer d'éventuelles cachettes si nous rencontrions des personnes avec de mauvaises intentions. Je m'engagea à pas discret et furtif dans la pénombre. Wrath poussait de petit gémissements de douleur, mais je ne pouvais pas l'empêcher d'arrêter. Malgré ces petits grognements, le petit groupe se faisait très discret, avançant d'une démarche souple dans l'ombre. Les trois présences que j'avais ressentis s'était évaporées, elle étaient partis. Il n'y avait plus rien à craindre. Plus rien à crainde, à première vue. Je me figeai, mes yeux regardait dans toutes les directions. Je... je ressentais des présences, en nombres. Le flux m'indiquait que ce n'était pas des humains, ou alors pas des adultes. Angelica ne se faisait même pas sentir. Je la posais derrière une caisse. Je regardais son visage que je trouvais encore plus beau qu'avant. Mais là, je me devais de la défendre. Je me retournai vers Wrath.

    « Veille sur elle »

    L'homonculus était bien trop blessé et fatigué pour combattre à mes côtés. Je devais me débrouillé seul cette fois-ci, et ça ne me mettait pas vraiment en confiance. J'aperçus alors des adolescents, armés de couteau de longue lame. Ils n'avaient pas bien l'air sympathique, et je restais bien sur mes gardes. L'adolescent, le plus grand -qui avait l'air du chef- me lança un regard noir et me dis :


    « Que fais tu là, toi ? »
    « J'emprunte un raccourci, un problème ? »
    « Le problème c'est qu'on tue tout ce qui vient dans cette rue »

    Le ''chef'' se rapprocha d'un pas rapide vers moi. Je dévoila mes crocs inhumains en attendant une réaction, et en signe de provocation. Il n'avait pas l'air de s'en soucier, levant son arme vers moi et fit un geste rapide vers moi. Je me baissa et j'esquivai de justesse. Je sautai sur le côté, en roulant dans la poussières, pour m'éloigner de cette adolescent et pour reprendre mes esprits. Mon adversaire n'attendit pas et s'engagea en courant vers moi. Je fis une roulade vers lui, passant dans son dos et me relevant le plus vite possible. L'adolescent devant moi eut du mal à comprendre, et se retourna lentement. J'eus le temps de lui attraper le poignet ou se trouvait son arme. Mon ennemi se débattait avec rage et me flanqua un coup de coude en plein visage, qui me fis reculer de quelques pas. Il hurla et se dirigea vers moi.

    Un coup de couteau vint en plein sur moi. Je me recula d'un bond et la lame entailla légèrement ma joue. Je mis ma main sur la plaie, regarda le liquide rouge sur ma main. J'étais furieux. Un adolescent me tenait tête alors que j'étais une chimère, et que je pouvais largement le battre. Une monté d'adrénaline se fis sentir en moi. Je courait alors vers cette impertinent. Il me répondit par un coup de couteau. Je bloquait son bras, lui tordant le poignet. Un bruit métallique se dis entendre et résonna dans toute la ruelle. Son arme était tombé sur le sol. Je contracta les muscles de mon cou, faisant pousser ma mâchoire très rapidement. Je mis la bras de cet adolescent complètement borné sous mes dents, et appuya sèchement, mais pas assez fort pour lui sectionner. Il hurla de douleur, en voyant son bras couvert de sang. Il tomba à terre tellement il souffrait. Sa bande recula, en regardant la scène. Ils avaient peur en voyant un humain, sectionnant à moitié le bras de quelqu'un en le mordant. Ils s'enfuirent en poussant des gémissements de terreur. J'avais réussi à faire fuir toute une bande. Le chef gémissait en rampant dans un coin. Je repris Angelica sur mon dos, et j'aidai Wrath à se relever. Nous étions presque arriver à ma cachette.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
O0o° Rencontre inopinée sous un soleil couchant °o0O [PV Wrath et Angie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Sous le soleil de la plaine...
» Sous le soleil (PV Akuzu Mia)
» Rendez-vous sous le soleil (PV Lrya)
» [TERMINÉ] Sous le sunlight des tropiques ? [Alex]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FMA-World :: Amestris - Central Area :: Central City :: Centre ville-
Sauter vers: