AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chat et chien ... L'éternel combat. [ Road ~ ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Robert G. Break
Ex-criminel Dark Smoker
Membre

avatar

Féminin
Lion Chien
Messages : 619
Age : 23
Rang dans le RP : Ancien suspect R.
Rang spécial Hrp : Baby-sitter de Leila, Mouelleux , Cobaye de Chame

Feuille de personnage
Points:
16/65  (16/65)
Niveau:
12/17  (12/17)

Pouvoir: Peut brûler les matières. Utilisation de gants pour transfmuter directement. Utilisation d'un révolver avec chaîne.

MessageSujet: Chat et chien ... L'éternel combat. [ Road ~ ]   Mar 22 Sep - 0:22

L’après-midi était longue, excessivement longue pour Robert. Chercher, chercher, chercher et ne rien trouver. Quoi de plus ennuyant que de se creuser la tête pour avoir strictement rien au final. Bon il fallait l’avouer, que ce n’était pas vraiment la meilleure journée, au contraire. Celle-ci était placée sous le signe de la malchance la plus totale pour lui. Non ce n’était pas entièrement à cause de ce foutu chat noir qui avant décidé de rester dans les pattes de Bébert. On peut dire qu’il le cherchait bien … mais seulement par moment. Ou alors était-ce encore à cause de ce porte poisse? Il avait beau ne pas être superstitieux, là il fallait bien avouer, que le jeune homme s’en sortirait bien mieux sans ce chat qui allait fouiner partout et qui le forçait en quelque sorte à réparer les dégâts causés. Ce chat, lui-même, avait de la chance qu’il y avait du monde dans la rue, sinon ça aurait été un bon chat fumé au dîner.


Bien sûr, il avait déjà essayé de le semer au coin d’une ruelle abandonnée, mais il n’y avait rien à faire. C’est comme si le chat, surnommé Cheschire, avait un radar à Robert. Même si il était à l’autre bout du pays, il pourrait réussir à le retrouver… Enfin il fallait voir le côté positif, Cheschire servait de bouche-trou pour la discussion et peut-être de futur repas. Enfin, temps qu’il ne dévalisait pas plus le jeune homme ou qu’il ne l’empêchait pas de fumer ses clopes, il pouvait rester. Enfin … C’était ce que bébés espérait vraiment, que ce chat reste tranquille ne serait-ce que 10minutes de plus. Mais non. Porte poisse un jour, porte poisse pour toujours. Son espoir était vain. Cheschire venait de casser une vitre. Ne demandez pas à Robert comment il avait fait, il s’en foutait complètement, mais là il venait de dépasser les limites. Des limites pas très grandes certes, mais là c’était la cerise sur la gâteau.

Son premier réflexe fut de prendre le chat par la peau du cou et de courir dans une autre ruelle déserte. Oui oui, c’était assez bête de sa part d’avoir emporté le chat avec lui … Mais sa présence était devenue habituelle. Maintenant il se retrouver complice de Cheschire. Enfin, c’était pas ce qui trottait vraiment dans la tête de Robert. Complice d’un stupide chat noir porte poisse, et alors? Dans tous les cas ça aurait été lui qui aurait payé la vitre si il y avait eu quelqu’un. Le plus important c’était de sermonner ce stupide chat. Qu’il comprenne ou pas le langage humain, Bébert s’en foutait comme de la prochaine personne qui allait se faire trucider par un quelconque idiot. C’était le moment où jamais, là, maintenant, de déverser sa colère, son châtiment divin pas si divin, quitte à passer pour un fou assis par terre à parler dans le vide. Ainsi donc après avoir vidé son sac sur, il regarda Cheschire qui en avait sûrement rien à faire de ce qu’il avait dit. La preuve, même tenu encore par la peau du cou, le plus important c’était de nettoyer ses petites pattes salies. Ce qui eut comme effet de mettre le jeune homme encore plus en rogne. A la Squalo ♥

« VOIIIII … Tu perds pas ton temps fumier, tu pourrais quand même écouter ?! Tu vas voir quand tu seras passé dans mon assiette … Mwahahaha.»

En effet, Robert avait eu de la chance d’être seul dans cette ruelle, sinon il était bon pour l’asile. Et il continuait à rire comme un possédé jusqu’à ce qu’il s’étouffe avec sa salive. Hah … Pas malin ça … Ça devait sûrement être le châtiment divin de Cheschire. On aurait pas idée de mettre au défit un chat qui porte malheur. Enfin, au point où il en était dans sa journée, le jeune homme n’était pas à ça près, alors qu’importe. Personne l’attendait chez lui, donc qu’importe peu. Encore faut-il qu’il ait un « chez lui » digne de ce nom pour l’instant… Pas facile la vie d’ex-R. Quand il pensa à ça, il s’estima encore heureux qu’un chat voulait bien encore rester en sa compagnie. Haha, cela faisait bien longtemps qu’il était seul. Longtemps … pas tellement en fait… 3ans seulement. Oui oui c’est à la période de squattage d’Alice à quoi il faisait allusion dans sa petite tête bien fatiguée de ces mésaventures. Il soupira et regarda le chat après l’avoir déposé sur ses genoux.

« Haaah … Sérieux … Qu’est-ce que tu me feras pas faire stupide Cheschire… Privé de bouffe ce soir, haha è_é ! »

Robert serait bien reparti dans un fou rire d’aliéné mais bon, son envie de se re-étouffer était pas vraiment là. Il était un peu fou sur les bords, mais il tenait quand même un minimum à sa vie peu glorieuse. Ainsi, il reprit son chemin, Cheschire dans les bras cette fois-ci. Au moins de cette manière, le jeune homme était sûr que ce chat ne ferait pas de bêtises! Enfin, il avait plus l’air d’une nounou comme ça en fait même si son look faisait pas vraiment très garderie. Vêtu majoritairement de noir, une chemise simple, à moitié rentrée dans le pantalon de Robert, enveloppait son torse. Le pantalon gris quand a lui, était plutôt du genre slim, dont le bas était fourré par des bottes noires elles aussi, sans talon bien sûr et à la coupe masculine. Il ne se travestit pas. Et heureusement. Il ne lui manquerait plus que ça.

Le calme retentissait dans les ruelles par où Robert passait. Personne, pas un chat. Excepté Cheschire qui n’avait pas décidé au final à quitter ses bras. Ce qui était bien embêtant d’ailleurs … Dans cette position, il ne pouvait pas fumer sa cigarette sans faire tomber le porte poisse. Et qui dit pas de clopes dans peu de temps, dit une mauvaise surprise. Surprise que déteste beaucoup Bébert et il y a de quoi. Comme si ça l’amusait de devenir un fou furieux en étant juste en manque de nicotine. Au contraire c’était même désespérant. Mais il devait faire avec ce lourd fardeau. Ne supportant pas plus le manque de cigarette il se stoppa net et parla une nouvelle fois au chat.

«Tu sais quoi ‘tite boule de poils, tu vas te loger sur mon épaule, parce que faire les mamans chats, c’pas mon truc. Aller zou sur l’épaule. ù.ù »

En vain … Une nouvelle fois. Cheschire avait décidé de faire son rebelle ? Très bien qu’il en soit ainsi. Mécontent de l’indifférent que le chat avait pour son monologue, Robert déplaça ses bras pour les mettre au niveau de sa hanche, laissant l’autre tomber, sans prévenir.

« Bien fait pour toi, t’avais qu’à m’écouter. Maintenant tu marches tout seul, t’as des pattes ça te sert à ça. »

Son premier réflexe fut de prendre son briquet et une cigarette. Une once de bonheur, enfin! Ne faisant alors plus gaffe à tout ce qui pouvait l’entourer y compris son compagnon à 4 pattes, il continuait à vagabonder un peu partout. Ceci le fatiguait plus qu’autre chose, mais il continuait avec un certain pressentiment. Mauvais ou bon, Robert ne le savait pas. Il ne faisait que suivre ce que son instinct lui disait… Bien que c’était pas forcément la meilleure chose à faire le plus souvent. Il le savait bien. Comme si ça lui avait porté chance jusqu’ici… x_x

Cependant, au bout d'un moment la jeune homme remarqua enfin quelqu'un. Oui, il était enfin redescendu sur terre. Mais en même temps qui ne remarquerai pas quelqu'un comme cette personne. Il était assez imposant d'une certaine manière, mais pas au niveau du poids ou autre. Sur ce plan là, c'était une personne tout à fait normal, parfait pour être mannequin quoi en fait... Enfin, si Bébert lui, ne lui prêtait pas plus attention que ça, Cheschire lui non. Ce stupide chat venait de griffer, par un réflexe inconnu, ses bottes. Il n'est donc pas la peine de dire que le porte malheur venait de signer son arrêt de vie. Robert se retenait de le fourrer le mégot dans les oreilles de son compagnon. Bah oui voyons, ça serait bête de se retrouver en taule pour maltraitance sur animal... Avec donc un plus un témoin. La prison, niet, nada, plus jamais. Une fois, pas deux.

En parlant de prison... l'inconnu venait de lui adresser la parole sur un sujet similaire. Enfin, Robert ne savait pas si c'était vraiment à lui que la phrase était destiné, mais bon ils étaient tous les deux seuls, à moins que ce type se parlait à lui-même ce qui était peu probable, les paroles étaient donc destinées au fumeur. Fumeur qui n'avait pas vraiment tout entendu. Oui, il pensait à quelque chose de plus important comme ... Comment faire griller un bon chat par exemple, bien qu'il ne le ferait jamais, s'était malheureusement attaché à la boule de poils ambulante.

« Hum... ? Pardon ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Road Shokkeru
R, Criminel Reconnu
Membre

avatar

Masculin
Balance Cheval
Messages : 1421
Age : 27
Rang dans le RP : Chien enragé. Actuellement en taule.

Feuille de personnage
Points:
29/90  (29/90)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Alchimie sans cercle permettant de manier l'électricité.

MessageSujet: Re: Chat et chien ... L'éternel combat. [ Road ~ ]   Mer 23 Sep - 19:06

    Cela faisait déjà quelques heures que Road était parti du Quint Flesh, ce bar où les criminels en tout genre pullulaient... il aurait dû s'y sentir chez lui, mais non, il n'avait vraiment pas apprécié l'ambiance de ce bar. Il était bien content d'en être parti, vous n'imaginez même pas à quel point ça lui faisait plaisir, même s'il ne le montrait pas. Il faut dire que pour un criminel, il n'était pas tout à fait de la même envergure que ceux-là. Non, eux, ce ne sont que des crasseux, des lâches, des imbéciles sans cervelle qui pètent plus haut que leur anus simplement parce qu'ils ont tabassé des chiots ou poussé des grands-mères sur les routes. Des amateurs. Il n'y avait que ça. Enfin, Road les considérait comme des amateurs, parce que lui, avec son allure de mafieux et sa classe légendaire, il ne pouvait même plus compter les meurtres à son actif et tous les autres crimes qu'il avait commis en l'espace de seulement quatre années. C'était ainsi qu'il était devenu l'un des criminels les plus recherchés d'Amestris, tellement connu que la seule lettre R faisait trembler les honnêtes gens. C'était assez amusant tout de même, il effrayait tous les habitants d'Amestris ainsi que ceux des pays avoisinant, et pourtant, ces gens-là ne connaissaient absolument rien de lui... si ce n'est son surnom de criminel. C'est tout. Et c'était ça le plus effrayant dans l'histoire. Mais Road, ça l'amusait bien tout ça. Bref, il considérait que lui et les autres bouseux n'étaient pas du même monde. Mais il était quand même très rare qu'il ait de l'estime pour quelqu'un.

    Ce qui devait arriver arriva, évidemment. Alice disparut du champ de vision de Road. Pourtant, il ne l'avait pas semé à mi-chemin, il n'en avait pas eut l'intention, il n'y avait même pas songé un seul instant. Pour tout dire, il ne voulait pas se l'avouer, mais la présence d'Alice ne le dérangeait pas. Au contraire, d'une certaine façon, il l'appréciait. Mais il ne s'en rendait pas vraiment compte... enfin, c'était un sentiment quasi-inexistant, une minuscule poussière qui se baladait en lui-même, dans un espace vide de toute émotion. Son cœur. C'est vrai, il ne détestait pas Alice, sa présence ne lui était pas indispensable, mais elle mettait une once de gaieté dans sa vie. Vie qui n'avait jamais été très joyeuse. Road était né dans une famille plutôt fortunée, avait un grand succès dans tout ce qu'il entreprenait, il était doté d'une intelligence et d'une perspicacité supérieures, mais malgré tout ça... il avait tué sa mère, assassiné son père et était devenu un vrai monstre horrible et absolument détestable en un temps record. Cette vie ne le dérangeait pas, mais ce n'était pas souvent qu'il avait l'occasion de se trouver des proies intéressantes. C'est pour ça que tout était terne, fade. Même s'il ne supportait pas les imbéciles heureux, en rencontrant Alice, il avait agit comme il ne l'aurait jamais fait avant. Elle était tout ce qu'il détestait, et pourtant, il n'avait fait que la menacer plusieurs fois de la tuer et il l'avait simplement frappée sur le haut du crâne. En général, ça se terminait plutôt dans une marre de sang. Donc Alice était vraiment chanceuse.

    En tout cas, il ne prit pas vraiment la peine de la chercher. Non, trop fatigant. Mais bon, là, il n'avait rien à faire... alors quitte à s'emmerder sur un banc et à balancer des miettes de pain aux pigeons comme les petites vieilles... autant partir à sa recherche. Non pas qu'il tenait absolument à l'avoir à ses côtés, mais c'est juste qu'il n'avait rien d'autre à faire. Et comme ça ne le dérangeait pas tant que ça d'avoir cette gamine dans les basques, ce n'était pas vraiment un problème. En plus de ça, Road ne voyait Hibird nulle part, il était persuadé qu'Alice l'avait gardé avec elle, et dans ce cas-là, il était peut-être mort étouffé à l'heure qu'il est. Il chassa cette pensée de son esprit avant qu'elle ne se transforme en film d'horreur (oui, il a une imagination débordante ♥) et il commença à déambuler dans les rues de Central, lui-même complètement paumé et sûrement plus qu'Alice. Car oui, tout comme son petit frère, comme son père, son grand-père, son arrière grand-père etc, Road avait un sens de l'orientation absolument déplorable, c'était d'ailleurs à cause de ça qu'il avait eut le malheur de tomber sur le Quint Flesh. Un peu plus et il se faisait griller... enfin au moins, il n'y avait pas de militaires... mais on ne sait jamais. Après tout, on ne peut plus faire confiance à personne dans ce foutu pays.

    Voyant que ses recherches n'aboutissaient pas, Road s'arrêta un instant. Il jeta un œil en biais à la vitre juste à côté et observa son reflet. Il avait les mains dans les poches, les cheveux ébouriffés, presque plus que d'habitude, sa chemise blanche fripée dépassait d'un peu tous les côtés et sa cravate était à moitié défaite. (♥__♥) Là, il était plus très classe... c'était peut-être toute cette agitation au bar qui l'avait mit dans cet état. Tranquillement, il passa sa main dans ses cheveux pour les remettre à peu près en place, mais le changement se remarquait à peine... bref, après ça, il réajusta son costard et refit le nœud de sa cravate en se regardant dans la vitre avec un air hautain. Il se regardait lui-même de haut, si cela peut donner un aperçu de son orgueil énormissime. Toujours avec l'index de sa main gauche par dessus le nœud de la cravate, il regarda ses deux billes rouges à travers la vitre. Ça lui avait toujours paru étrange. Ces yeux rouges. Ce regard empli de mélancolie et de tristesse. Il était différent, et il le savait. Mais était-ce de sa faute ? Pas vraiment... il n'avait pas choisi de naître comme ça... et même sans le vouloir, il avait toujours effrayé les gens, il les inquiétaient, tous se demandaient ce qui n'allait pas avec lui. Pourtant il n'y avait rien. Absolument rien. Il le savait. Mais tout était dans les gènes... fils de militaire, fils à papa, il avait eut droit à un peu tous les noms. Ce n'était pas vraiment ça qui le dérangeait, il n'en avait rien à faire pour tout dire, mais disons que ça ne l'aurait pas non plus dérangé d'être traité comme un être humain et non comme une espèce de monstre différent juste à cause de ses yeux rouges. Road savait que les yeux rouges étaient propres aux Ishbals, et forcément, on devine tout de suite qu'il y avait un lien entre ça et le fait que les Ishbals répugnent certaines personnes. C'était incompréhensible, mais c'était comme ça. D'ailleurs Road se souvenait que Nami lui avait demandé si elle pouvait lui poser une question. Question qu'elle n'avait pas posé. Mais il avait deviné de quel genre elle était, cette fameuse question... Nami était une Ishbale, normal qu'un type aux yeux rouges ait éveillé sa curiosité. Mais avec toutes ces horreurs qui s'étaient passées, elle devait avoir du mal à accorder sa confiance aux gens, et c'était bien normal. C'est pour ça que Road n'avait pas insisté pour qu'elle lui pose la question, il avait fait mine de l'oublier complètement et était parti en laissant la jeune fille seule dans le bar. Il ne se faisait pas trop de souci pour elle étant donné qu'il n'avait aucune raison pour ça. Un sniper inné comme elle, ça devait pas avoir trop de problème à s'en tirer. Mais ça ne devait pas être facile tous les jours. Surtout qu'elle était accusée d'une tentative d'assassinat sur la seconde de Bradley, donc elle allait avoir les militaires à ses trousses pendant un certain temps... c'était pas de chance ça.

    Road se sortit de ses pensées qui commençaient à s'embrouiller dans sa tête. Maintenant qu'il s'était un peu arrangé, il reprit ses recherches de la blondinette. Il n'osait même pas demander aux gens s'ils n'avaient pas par hasard aperçu une fillette aux cheveux blonds avec un air idiot, mais bon, sa fierté le lui interdisait formellement. Et puis il ne croisait pas beaucoup de gens, en général ces derniers l'évitaient. Oui, parce qu'il était imposant de par sa présence et son charisme, alors en plus, avec ses yeux rouges écarlates, c'était évident qu'il faisait fuir les gens. Mais c'était plutôt dans ce genre de rue qu'il effrayait le plus, puisque quand il y avait du monde, soit les gens ne le remarquaient pas (cas plutôt rare), soient ils s'en fichaient donc n'y faisaient pas attention, soit ils préféraient tout simplement faire comme s'ils n'avaient rien vu parce que Road n'est pas le genre de personne que l'on peut se permettre de regarder de travers sans s'en mordre les doigts après.

    Bon là, c'était pas la peine de chercher plus loin, il était clairement perdu. Il passait pour la quatrième fois devant cette vitre et ça ne trompait pas. Pourtant, il était persuadé d'être passé par le bon chemin, mais non, même pas... ça devenait très irritant. Mais valait mieux pas s'énerver, parce que bon, il aurait l'air malin à s'énerver tout seul dans un coin paumé de la ville. Même s'il n'y avait personne par ici, c'était psychologique, qu'il cède à l'énervement pour trois fois rien ce serait... atroce, insupportable. Et puis il n'était pas comme ça voyons. Alors qu'il s'était perdu une fois de plus dans ses pensées, il entendit des bruits de pas, puis la voix d'un gars qui semblait parler tout seul. Ridicule... enfin, finalement, il se rendit compte qu'il ne parlait pas tout seul mais avec un chat. C'était déjà mieux, mais bon, y avait du progrès à faire. C'était un des rares types qu'il avait eut l'occasion de croiser depuis un moment. Celui-là n'avait pas l'air d'être du même genre que les autres, il avait l'air complètement cinglé de la caboche. Road remarqua d'ailleurs qu'il ne vouait pas une grande affection pour ce matou et que c'était réciproque... ils formaient un duo plutôt original. Presque autant que le duo que Road formait avec Alice, qui était vraiment particulier. Il le regarda furtivement avec un air indifférent, mais à un moment, alors que leurs regards venaient de se croiser, il s'arrêta net. Il connaissait ce type. Il l'avait déjà vu. Oui, sa photo dans le journal lui apparaissait clairement, cela remontait à plusieurs semaines mais il s'en souvenait parfaitement. La raison ? Eh bien, le fait qu'il figurait dans un article concernant R. Oui, il semblait que ce gars avait eut la malchance comme beaucoup d'autres d'être pris pour le terrible criminel sans nom et sans visage, R. Intéressant. Road ne pensait pas qu'il le croiserait un jour. Ça promettait... Les mains dans les poches, à un mètre à peine du principal intéressé, il finit par lui adresser la parole sur un ton des plus ironiques comme il avait l'habitude de le faire.


    « Oh, eh bien... on peut dire que les grands esprits se rencontrent... »

    N'attendant aucune réponse à ce gros méchant sarcasme, Road afficha un léger sourire à peine visible, fixant le jeune homme droit dans les yeux, comme le prédateur qui fixe sa proie. C'était comme si plus rien n'existait autour d'eux. Après quelques instants, il reprit la parole.

    « Salut, je m'appelle... Jack. Enchanté. »

    Ce n'était pas souvent qu'il disait ça. Vraiment pas souvent. Et en plus il avait menti sur son vrai nom. Mais valait mieux le cacher pour l'instant. Pour le coup, c'était parce que ce type l'intéressait grandement, même s'il ne se souvenait plus exactement de son nom. Mais ce n'était pas important. Pour une fois qu'il était poli, fallait en profiter quoi. Encore une fois, Road ne s'attendait pas à recevoir de réponse, donc sans attendre, il s'approcha encore de sa cible en marchant volontairement sur la queue du chat. Il s'en approcha tellement qu'il le frôla. Il fit le tour, le regardant dans tous les recoins, montrant de plus en plus son aspect de prédateur. Systématiquement, comme si ce qu'il venait de faire était tout à fait normal, il planta brutalement son regard noir dans les yeux du chat.

    « Hors de ma vue. »

    Voyant que cette boule de poils ne comprenait pas les ordres, il lui donna un coup de talon dans le derrière et l'envoya balader plus loin. Il le gênait. Et Road n'aimait pas ce genre de bestiole. Il appréciait les animaux, mais plutôt les petits machins mignons dans le même genre que Hibird, ce genre de gros chat noir et moche c'était pas son truc. Oui il avait des critères de sélection assez particuliers pour ce qu'il était. Bref, il replaça son attention sur sa victime, et, toujours derrière lui, il posa sa main sur son épaule dans une ambiance froide et glaciale. C'était amusant de prendre ses proies par surprise.

    « C'est toi le célèbre R ? »

    ... Si amusant.


Dernière édition par Shokkeru Road le Mar 27 Oct - 22:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robert G. Break
Ex-criminel Dark Smoker
Membre

avatar

Féminin
Lion Chien
Messages : 619
Age : 23
Rang dans le RP : Ancien suspect R.
Rang spécial Hrp : Baby-sitter de Leila, Mouelleux , Cobaye de Chame

Feuille de personnage
Points:
16/65  (16/65)
Niveau:
12/17  (12/17)

Pouvoir: Peut brûler les matières. Utilisation de gants pour transfmuter directement. Utilisation d'un révolver avec chaîne.

MessageSujet: Re: Chat et chien ... L'éternel combat. [ Road ~ ]   Dim 27 Sep - 16:22

Qui l’aurait cru. Cet individu lui avait parlé. Ceci lui paraissait plutôt étrange à première vue. En général, les gens se passaient parfaitement bien de lui adresser la parole, sûrement à cause de son physique un peu trop noir … ce qui, il faut l’avouer, est assez peu commun et peu rassurant. Mais ceci ne le dérangeait pas plus que ça, au moins Robert évitait de trop se fourrer dans des situations incontrôlables. Même si, ayant une attirance extraordinaire avec ça, il arrivait toujours à avoir des ennuis. Sans compter qu’avec ce chat noir, porte malheur par-dessus tout, qui sait ce qui aurait pu lui arriver. Quelque chose de pas joli joli et dont il se passerait très bien. La phrase n’ayant pas vraiment de sans pour lui, Bébert préféra s’abstenir de casse le silence de mort. L’ignorance totale, c’était une bonne solution pour lui … Bien que ceci n’allait être déterminé que plus tard.

Dit comme ceci, le jeune homme n’avait pas bien l’air sociable. Son « interlocuteur » devait sûrement penser ceci, mais qu’importe. Sociabilité ou pas, ce ne lui apportait pas grand-chose dans la vie. Il savait l’être par moment de toutes façons. C’était selon son humeur et là, il était plus fatigué qu’autre chose. Vagabonder comme il l’avait fait, marcher pendant une demi-journée, ça l’avait épuisé. Sans compter sur la présence de Cheschire qui le vidait de toutes énergies présentes. Robert n’en revenait toujours pas même. Comment une boule de poils aussi petite pouvait être aussi épuisante. L’armée d’Amestris ferait mieux de travaillait sur ça tiens, ça serrait utile à la population qui ont des chats. Enfin … Pour en revenir à l’inconnu qui lui avait adressait, même si il ne lui avait pas répondu, son nom l’avait interpellé. Jack… l’alchimiste n’en croisait pas tous les jours. C’était même un prénom rare. Ceci l’avait intrigué, mais pas plus que ça. Oui. Il préférait trucider son chat du regard x_x.

Non, mais comme si ça se faisait de faire ses griffes sur des bottes, neuves en plus. Ce stupide chat pourrait avoir un peu de respect pour les vêtements de son soi-disant maître. Mais bon, il fallait croire que chez lui c’était en option et que personne n’avait osé l’élever correctement. Un chat sauvage même peut-être. Oui … Il n’avait ni collier ni tatouage ou autres pour pouvoir l’identifier. Impossible à rendre en gros … Graah … Quelle poisse … Mais qu’importe Cheschire, le comportement de ce Jack était étrange. Si il devait être comparé à un animal ça serait soit un loup, soit un rapace soit un requin… Un gros pas de gentilles petites bébêtes quoi x_x. Rien de bien rassurant en résumé. Robert n’était à l’aise là … et décida de continuer sans prendre en compte l’attitude voir même la présence de Jackou. Celui-ci le mettrait sûrement pas dans une situation agréable et se sentir comme une proie ... C'pas la meilleure sensation qui existe dans le monde.

Enfin c’était ce qu’il espérait faire, jusqu’à ce qu’il voit Cheschire se faire botter le derrière. Non il n’avait pas vraiment remarqué qu’au départ il s’était fait écraser la queue. En même temps, à ce moment là il était plongé dans des pensées un peu étranges pour oublier le semi inconnu. Oui c’était pas très solidaire pour son chat, mais dans un sens c’était bien fait. Bah ouais, la punition pour lui avoir griffé ses bottes. Rien que pour ça, ce cher Jack aurait pu avoir des remerciements. Mais non, il les aura pas. A quoi bon remercier quelqu’un qui n’avait absolument pas l’air de cherche la joie et la bonne humeur. Enfin, c’était l’impression que ressentait le jeune homme. La méfiance commençait à naître dans son instinct. Avec ça, il ne l’aimait pas vraiment … Mais bon c’était un premier jugement … peu gentil certes. x_x

Alors qu’il commença à poser son regard, noir, sur Jack qui se trouvait alors derrière lui, il sentit une main se poser sur son épaule… Avec ce silence de mort, dans une rue déserte, c’était une scène parfaite pour mourir de peur pour un trouillard. Le soleil, lui, s’était comme enfui de la scène, à cause de cette ambiance peu rassurante. Ceci n’avait rien de bon pour lui. Bébert allait encore se mettre dans une situation délicate. En même temps, il les attire, donc on va dire que c’est … normal… Une porte de sortie serait la bien venue, là tout de suite. Oui évidemment, il n’avait pas du tout la tête à encore faire quelque chose déplaisant. Comme toujours quoi en fait. Cependant, Jack avait quand même réussi à le retenir par la seule force des mots. Parce que c’était pas une main qui allait l’empêcher de courir.

R … Encore ce R. Ça allait vraiment lui collait à la peau pendant 150 ans. Sans compter qu’il y avait eu plus d’une quinzaine de prétendu coupable. Mais non, il fallait qu’on se rappelle de lui. Certes il était beau, charmant et autres, mais fallait pas abuser non plus. >3< Robert se dégagea alors de la main de Jack en se retournant, faisait bien soigneusement attention à pas trop écraser Cheschire. Qui sait ce que ce chat maudit pourrait lui faire encore, haha. Au départ il avait fait semblant de pas comprendre. Bon en même temps, il avait qu’à lire les journaux récents pour se rendre compte que non c’était pas lui R…

« Tu lis plus les journaux ou quoi ? Je ne suis pas R, tsch. »

N'oubliant toujours pas sa cigarette qui avait continué à se consumer dans les doigts de Robert, il la remit dans sa bouche. Maintenant il ressemble à Lucky Luck en un peu plus ... Un peu plus noir. °_° Regardant toujours son interlocuteur avec méfiance, un tas de question venait d'affluer. Des plus débiles aux plus ... débiles en fait. Robert repris alors la parole, se fichant un peu de la réponse de Jack.

« Ce chat ne t'as strictement rien fait tu sais ... Jack ... Mais m'en fiche, qu'est-ce que ça aurait pu te faire que je sois ce ... R ?»

Oui il avait été gentil en accordant un peu d'importance à ce chat qui c'était caché derrière un carton, non loin de Robert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Road Shokkeru
R, Criminel Reconnu
Membre

avatar

Masculin
Balance Cheval
Messages : 1421
Age : 27
Rang dans le RP : Chien enragé. Actuellement en taule.

Feuille de personnage
Points:
29/90  (29/90)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Alchimie sans cercle permettant de manier l'électricité.

MessageSujet: Re: Chat et chien ... L'éternel combat. [ Road ~ ]   Dim 18 Oct - 17:10

    Effrayer les gens, leur faire goûter à l'horreur de la vie, que c'était bon tout ça. Oh oui, Road adorait ça, tellement qu'il ne s'en lassait jamais. La souffrance, le massacre, le mal. Voir tous ces gens agoniser et supplier qu'on leur épargne leur misérable vie, mettre les pieds dans des mers de sang et des montagnes de cadavres, c'était que du bonheur, c'était ainsi que Road concevait l'environnement naturel. Du sang, des cadavres, des armes, et les ténèbres régnant sur le monde : c'était tout simplement son Idéal. Et le pauvre jeune homme qui venait de croiser la route de monsieur l'Empereur des Ténèbres n'avait vraiment pas de chance, car c'était tout à fait possible qu'il fasse l'objet du prochain meurtre de Monsieur. Enfin, je dis bien « possible », car pour l'instant, ce type l'intéressait. Il ne savait pas vraiment pourquoi, mais une aura étrange se dégageait de lui, une aura indescriptible. Ce qui était sûr, c'est que ce gars-là n'était pas comme les autres. C'est ce qui intéressait Road avant tout. Et par conséquent, il n'allait probablement pas le tuer, mais simplement s'amuser avec. Et puis, il savait très bien que ce n'était pas R qu'il avait en face de lui, puisque R, c'était lui-même. Haha. Mais le jeu c'était ce que Road préférait, après l'adrénaline que lui procurait la bataille. Il avait donc choisi sa proie. Cette dernière n'étant pas vraiment chanceuse, pour le coup. Enfin en général, les gens qui le rencontraient n'étaient pas très, très chanceux. Donc bon.

    L'ambiance était déjà assez palpable, mais alors en plus, il n'avait pas arrangé l'affaire. Oui, il était vraiment flippant quand il s'y mettait, et il faisait pas semblant. Mais là, à vrai dire, ça aurait été mieux de ne pas trop faire peur, parce que si l'autre se méfiait de lui, il n'allait pas pouvoir récolter d'informations. Ce serait idiot tout de même. Bien trop idiot pour Road, qui n'était pas si négligent que ça. Non, si à l'issue de quatre longues années, l'armée n'avait encore rien découvert de lui, c'était bien parce que c'était un professionnel... presque impossible de découvrir son identité tant il était doué dans l'art du meurtre parfait et de la discrétion. Il n'avait pas un QI surélevé pour rien. <3

    Après qu'il ait posé sa main sur l'épaule du jeune homme, il y eut un grand blanc, quelques instants de réflexion. N'importe qui à la place de ce gars se serait barré en courant depuis longtemps, mais celui-là était visiblement plus tenace, plus difficile à effrayer. Ou peut-être qu'il flippait tellement qu'il n'arrivait plus à bouger ? Non... ce n'était pas ça. Apparemment, l'affaire R ne le laissait pas indifférent et c'est grâce à ça que Road allait pouvoir s'amuser avec. Ce n'était pas souvent qu'il rencontrait un faux R, mais celui-là n'avait pas l'air de se vanter d'avoir été pris pour un criminel... c'est pour ça qu'il était intéressant... pourquoi l'avoir pris pour un grand criminel ? Il devait avoir quelque chose de spécial, de rare, que les autres prétendants au trône n'avaient pas. En fait, peu importe, du moment que Robert pouvait servir de jouet ça suffisait. Et ses réactions étaient des plus appétissantes. Oh oui, ils venaient à peine de se rencontrer mais Road l'appréciait déjà, enfin à sa façon. Il l'appréciait comme une belle cuisse de poulet bien dorée on va dire, quoi. Même si ça ne semblait pas être réciproque.

    C'est alors qu'il lui fit une réflexion assez énervante, mais le principal intéressé resta de marbre en entendant ça. Comment ça, s'il ne lisait plus les journaux ? Bien sûr que si, il ne lisait que ça, mais c'est juste que des fois, ben il ne faisait que les survoler, parce qu'il avait la flemme, et de toute façon il n'avait pas besoin de lire les journaux pour savoir que ce n'était pas lui R. Tout de même, hein.


    « Oh, ce n'est pas toi... c'est bien dommage... »

    Le jeune homme était méfiant. Ça c'était fait. Il le regardait de travers comme un type louche qui venait de dévaliser un bar et sur qui les conséquences se voyaient largement. Mais non, ce n'était pas la peine de le dévisager comme ça... tout en gardant son calme, Road planta à son tour son regard dans les yeux de son interlocuteur avec une flamme dans les yeux, une flamme inextinguible. Celle qui représentait son envie de se battre, de massacre. Owi. Il aimait diablement ça. Ça voulait tout dire ; la partie ne faisait que commencer. Il passa sa main dans ses cheveux d'un geste sensuel avec son habituel air hautain qui méprisait tant les gens, puis il reprit la parole avec une ironie qui n'avait pas son égal sur toute la surface de la terre.

    « Tu as beau dire que ce n'est pas toi, ça ne sert à rien... Moi, on m'a dit que tu étais R, et je n'ai honnêtement aucune raison de te croire. Robert Break... C'est ça ? Ce n'est pas la peine de nier les faits. Au fait, je suis un colonel de l'armée, juste pour info ♫ »

    Comment se servir de la position de son petit frère pour arriver à ses fins. Hinhin. Évidemment, c'était bien pratique de porter le même nom qu'un colonel de l'armée, ça ouvrait bien des portes quand on savait se servir de ce genre de chose. Et Road, c'était le roi du gruge. Maintenant que c'était fait, il allait pouvoir s'éclater comme il voulait sur sa jeune victime qui n'avait rien fait de mal. Mais c'était assez fréquent que Road tue pour le plaisir, comme ça, parce que ça le chantait... et sans raison particulière. Oui, c'était plus un passe-temps qu'autre chose. Mais qui n'a jamais eu ne serait-ce qu'une petite étincelle d'envie d'égorger quelqu'un avec tout son instinct meurtrier en marche sans avoir de raison de le faire en particulier ? Personne, voyons. Enfin selon Road. Et il n'avait pas une vision très saine de l'humanité, donc faut pas lui demander de penser correctement à certains moments...


    « Ne recule pas... reste avec moi... »

    Il avait dit ça sur un ton à la fois suppliant, moqueur, sadique, et surtout à peine audible. Il aimait tellement stresser les gens, leur faire peur, tout ça. Il avait posé son regard sombre au sol en disant ça. Mais quelques secondes plus tard, il releva la tête en laissant voler sa chevelure noire dans le vent.... l'Oréal, parce que je le vaux bien... Puis il agrippa le nœud de sa cravate et tira dessus avec un sourire mesquin. Il défit complètement sa cravate puis il la fit tourner comme un lasso x_x et après son petit numéro des Chippendales, il se calma et commença à s'approcher de Robert à pas lents, avec une main dans sa poche. Lorsqu'il fut juste en face, il retira lentement sa main de sa poche, laissant croire qu'il allait sortir un flingue. On voyait le manche du revolver qui dépassait de sa poche, par ailleurs. Qu'allait-il faire ? Tirer une balle sur Robert ? Eh bien non, figurez vous que c'était bien plus frivole qu'on ne l'imagine. Il colla deux de ses doigts en donnant à sa main une forme de revolver comme le font les gamins et la pointa dans la tête du jeune homme.

    « PAN PAN. »

    Là, franchement, qui ne l'aurait pas pris pour un fou ? Hum c'est à réfléchir... bref... Il retira sa main et attrapa la cigarette de Robert qu'il amena à sa bouche. C'était difficile à croire, mais c'était la première fois que Road touchait à une clope. En tout cas, il n'avait pas l'intention de la rendre à son propriétaire. Ça coûte cher ces machins alors autant en profiter. Il lâcha un gros nuage de fumée à la figure de Robert avant de lui rétorquer :

    « Ce que ça peut me faire ? Eh bien, tu dois te douter que l'armée ne peut pas laisser passer une occasion de mettre la main sur un criminel de cette envergure... Tu es en état d'arrestation. Le premier qui bouge, il est mort. »

    Mon dieu, Road jouait si bien la comédie. ♥ Il était doué pour falsifier son identité et faire preuve d'une persuasion remarquable. C'était ce que lui permettait son impressionnant charisme, eh oui. Ainsi, cette fois-ci, il sortit un vrai flingue de sa poche qu'il pointa sur le front de Robert. Il lui donna alors, d'un geste vif, un coup de genoux dans le ventre de façon à le mettre à terre. Il s'assit ensuite sur lui et lui ligota les mains avec sa cravate fraîchement retirée dans ce seul et unique but. Comme ça, il était sûr que Robert n'agirait pas contre lui. Il avait serré le nœud tellement fort qu'il aurait été difficile de le défaire... le seul moyen de s'en défaire, ce serait de couper les liens, et le jeune homme avait très certainement un couteau ou un objet de ce genre qui le lui permettrait. Mais s'il tentait quoique ce soit, ça irait très mal pour lui. Toujours assis sur lui, Road dégusta sa cigarette et il posa son pied sur le crâne de sa victime qui avait la joue plaquée contre le béton froid du sol. Il en avait carrément oublié l'existence du chat qui était toujours dans son carton, mais de toute façon, ce n'était pas un matou qui allait lui faire peur.

    « C'est fatigant de poursuivre un criminel comme toi, vraiment. »

    Le pauvre jeune homme était décidément très mal tombé. Quand on rencontrait Road, en général, il fallait pas s'attendre à une grande partie de plaisir. Ce dernier tira une nouvelle fois la clope de sa bouche en laissant l'odeur du tabac envahir l'air, toujours confortablement installé sur son fauteuil humain.

    « Bon, maintenant, avoue toute la vérité et je te laisserai tranquille. »

    Bien sûr, c'était faux, il ne comptait en aucun cas lui foutre la paix. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robert G. Break
Ex-criminel Dark Smoker
Membre

avatar

Féminin
Lion Chien
Messages : 619
Age : 23
Rang dans le RP : Ancien suspect R.
Rang spécial Hrp : Baby-sitter de Leila, Mouelleux , Cobaye de Chame

Feuille de personnage
Points:
16/65  (16/65)
Niveau:
12/17  (12/17)

Pouvoir: Peut brûler les matières. Utilisation de gants pour transfmuter directement. Utilisation d'un révolver avec chaîne.

MessageSujet: Re: Chat et chien ... L'éternel combat. [ Road ~ ]   Mar 27 Oct - 1:13

Ce Jack était pire que louche, et ce dans tous les sens du terme possibles. En passant par terrifiant, étrange et peu commun. Et surtout, se qu’il dégageait rappelait de mauvais souvenirs à Robert. Quelque chose qu’il aurait préféré oublier à jamais, bien qu’impossible en fait. La prison. Oui ceci l’avait marqué en quelque sorte. En même temps quand un gamin de 8ans délinquant, devenu un « adulte » travailleur honnête se fait enfermer pour des faits qu’il n’avait même pas commis, ceci marque un minimum l’esprit. Ce mec lui ravivait trop de souvenirs à oublier. L’étiquette était posée. Bébert ne l’aimait pas, autant se méfier de ce genre de personne. Après tout qui sait qui il pourrait être. En passant de détraqué mental à militaire enragé, il s’était passé dans l’esprit toutes les catégories possibles. Ceci n’allait pas l’aider, mais bon, c’était un réflexe. Qui n’est pas stressé par une personne inconnue, hautaine et effrayante ? Fallait être fou pour sauter de joie dans une telle situation. Bien sûr dans ces moments là on se demande toujours pourquoi ne pas prendre ses jambes à son cou comme un lâche. Enfin, en temps que Breakain, il était borné, borné et encore borné.

Enfin là ça l’aurait bien arranger de crier « Hooo un éléphant rose » en pointant le ciel. Parce que évidemment, c’est débile et c’est du niveau mental de Robert 8D mais le pire c’est que ça marchait … A tous les coups! Pas un pour rattraper l’autre à Amestris, de toutes façons. Bien sûr dans un élan de stupidité il aurait pris Cheschire avec Lui pour l’emmener voir un veto. C’était pas dit qu’avec ce qu’il avait reçu, il prête la forme le petit chat noir. Enfin malheureusement ceci n’était qu’une simple scène imaginée dans la tête de Robert. Comme il le fait tout temps … Qui ne s’imagine pas très trucs assez rose dans la vie de toutes façons ? Bon hormis les fous, les meurtriers en séries, et ceux qui veulent terroriser la population. Bien sûr avec cette descriptions, Bébert en revenait toujours à R. ._. Non, bien sûr il ne le connaissait pas, mais bon au vu du nombre incalculable de victime, si c’était pas pour créer un monde apocalyptique c’était pour quoi ? Pas par obligation en tout cas. Enfin il n’y avait qu’une infime chance pour que ça soit cela … Aller soyons gentils … 0.0001%. 8’D

Enfin bref’, retenu par une sensation inconnue, Robert resté là, à écouter les répliques très désagréable de ce cher Jackou. Si là tout de suite on lui disait que son interlocuteur était la sainte vierge, il se serait pendu. Comme si ça se faisait de tuer les gens du regard. Non mais, Peace and Love quoi … Ouais c’est Robert qui pensait ça, alors qu’il aura même pas l’intention de rester en mode flower power quand il croisera R. Enfin si d’ici là, il avait réussi à trouver une piste potable quoi. L’espoir fait vivre, c’est bien connu. Enfin bref, le malheur continuait de s’abattre sur les pauvres épaules de Robert. Non mais depuis quand on croise à tous les coins de rues un colonel de l’armée ? Ils sont pas censés rester cloîtré dans leur bureaux, écroulés sous le poids de la paperasse eux ? Bon Colonel Jack machin truc … Évidemment et étrangement , jamais entendu parler d’un tel colonel. Enfin, peut-être un nouveau promu, qui sait … Qu’il soit, nouveau, ancien, disparu, mort ou brûlé, ça sentait le roussi. Et pas très gentil roussi en fait.

Qui n’aurait pas peur de rester avec un Chippendales qui se prend pour Tom Cruise dans la pub l’Oréal ? Surtout quand Monsieur se met à parler tout bas, avec un regard … regard de prédateur qui donne la parfaite impression, que qu’importe où la proie se trouve, il te retrouvera pour t’égorger façon film d’horreur quoi. ♥ Enfin la question que se posait Robert c’était … Pourquoi avoir enlevé sa cravate ? Ceci n’avait rien de bien rassurant bien sûr. Et malgré les pas en arrière qu’il avait fait, il avait quand même l’impression d’être dans une bulle, dans une sale cage. Comme un prison encore… Mais plus Jack s’avançait et plus le stress montait chez Robert. Qu’est-ce qu’il voulait ? Que comptait-il faire ? Ça il allait sûrement pas tarder à le savoir. Mais ce cher Jack semblait plus préoccupé à lui faire peur. Où à se faire passer pour un fou aussi … Cela allait de soit. En fait on aurait dut un simple gamin, qui jouait à la guéguerre comme le faisait notre chez Bébert quand il fuguait de chez lui à 8 ans :3.

Déconcerté, tellement déconcerté qu’il ne remarqua que ce cher colonel attardé lui avait piqué sa clope qu’après s’être ramassé le nuage de fumée en pleine tronche. Pas très aimable et pas conseillé non plus de priver le jeune homme de cigarette. ~ Mais côté positif, ceci lui avait remis les pieds sur terre. Ceci dit, plus ça allait et moins Robert aimait ce type. En fait fallait être complètement débile pour apprécier quelqu’un avec un tel caractère. Pas de tact, pas de gentillesse, effrayant, fou et autres. Tel était pour l’instant l’image qu’avant Bébert de Jack. Pas très joyeux, ni gentil, mais ceci reflétait la réalité qu’il voyait.

« T’es bouché ou quoi ? Je ne suis PAS R. ._. »

Deux choses seulement suffisait l’énerver. Lui retirer sa clope … et lui dire qu’il était R. A première vue ce n’était pas grand-chose en fait. Mais de 1, un clope c’était sacré. Comme si tout le monde pouvait se payer 12paquets de cigarettes en une journée. Et ceci est encore plus sacré quand cela maintient le « Dark Robert ». De 2, être pris pour R, n’a rien de flatteur, au contraire, Robert le prenait plus comme une insulte qu’autre chose. Et encore plus quand sa vie a été ruinée à cause de simples suppositions sans preuves même. C’était les deux règles d’or à ne absolument pas faire avec lui. Et ce Jack les cumulait en fait depuis tout à l’heure. Bien sûr il fallait s’attendre à ce que la jeune homme récupère sa chère et précieuse cigarette. Bien que c’était sans compter sur le flingue qui lui était à présent posé sur la tronche. Poisse & co, c’est par ici. o/

Enfin Robert n’était pas au bout de ses surprises. Sans même avoir le temps de faire un geste de défense, il se retrouva écroulé par terre se pliant de douleur. Après tout, c’est jamais doux un coup de pied dans l’estomac, surtout quand celui-ci est vide et qui crie déjà famine. Une chose était sûre, l’armée ne s’était pas radoucie, au contraire. A présent, ils utilisaient même les gens comme des canapés. Sans même comprendre le pourquoi du comment, Robert s’était tout simplement retrouvé ligoté, face contre terre et écrasée par un pied … même pas propre par-dessus le marché. Était-ce vraiment un militaire ? Il ne se posais même plus la question. La seule chose qui lui venait à la tête en ce moment c’était le mot « douleur ».

C’est vrai que dans un tel état, pour éviter de souffrir encore plus, le mieux serait de dire des choses à contrecœur juste pour oublier cette sensation. Mais comme déjà dit, le sang des bornés résidait dans Bébert et encore plus quand il s’agit d’avouer des actes qu’il n’avait même pas fait. Il n’avait pas avoué lorsqu’il avait été frappé en prison, pourquoi le ferait-il maintenant après tout? Ce mec pouvait toujours courir pour avoir ses pseudos aveux. Robert avait mal, très mal, et il n’écoutait même plus les remarques de Jack. A quoi ça lui avancerait ? Il savait pertinemment ce qu’il disait. De belles paroles du genre « Tu es R, avoues et ôte laisserai la paix, enfin, une paix en prison quoi ». Tous des bouchés à l’armée. Ça devait sûrement être une des caractéristiques recherchées dans le recrutement.

« Lâche … moi … J’en ai rien à foutre de tes chers pseudos aveux … Vous êtes que des limaces à l’armée … Même pas capable d’avoir … un minimum de jujote … pour découvrir ne serait-ce qu’un indice sur R. »

Comment énerver un colonel en 5 leçons pour les nuls. o/ Enfin un colonel … maintenant qu’il avait récupérer un minimum d’esprit, Robert mettait en doute la thèse qu’il soit vraiment un militaire. Enfin, il fallait quand même s’appuyer sur ce seul indice de l’identité de cet homme. Mais là n’était pas la question principale en fait. Si il ne faisait pas quelque chose dans les 5prochaines minutes, avec le poids que fait ce cher Jackou, le dos de Bébert n’allait pas durer bien longtemps. La seule solution, c’était de faire en sorte que l’autre se lève. En évitant de brûler la cravate de préférence. Pourquoi D: ? Parce qu’une cravate c’est sacré voyons. Oui c’était débile de résonner ainsi, mais il s’était résolu à ne jamais faire de mal aux cravates. * BAF * Non, en fait la véritable raison était tout autre. Si la cravate brûlait … Ses pauvres poignets subiraient sûrement le même sort. Ainsi, fallait trouver une autre solution. Moins dangereuse en somme.

La seule chose à portée de main était la veste que portait Jack. Bon c’était pas cool de brûler une veste comme celle-ci, mais c’était la solution la moins dangereuse, et la premier réflexe qu’aurait le colonel serait de se lever pour enlever sa veste. Un plan avec de fortes probabilités de réussite en plus. Il ne restait plus qu’à l’exécuter.

Joignant ses deux gants marqués de sceaux d’alchimie, toucha alors le plus discrètement possible un coin de la veste du militaire. Cela bien sûr avait fait du bien, et des éclairs, mais le tissu était une matière inflammable, ce qui facilitait la tâche en fait. Il n’y avait plus qu’à espérer que ça marche, sans se faire frapper à nouveau. Ainsi, il profiterait donc de cette occasion pour essayer de se relever, bien qu’ayant encore horriblement mal au ventre. Il n’y était pas allée de main morte Jack sur ça, au moins si on voulait passer un tabac à quelqu’un, on pouvait compter sur l’extraordinaire force de Monsieur je tyrannise le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Road Shokkeru
R, Criminel Reconnu
Membre

avatar

Masculin
Balance Cheval
Messages : 1421
Age : 27
Rang dans le RP : Chien enragé. Actuellement en taule.

Feuille de personnage
Points:
29/90  (29/90)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Alchimie sans cercle permettant de manier l'électricité.

MessageSujet: Re: Chat et chien ... L'éternel combat. [ Road ~ ]   Mar 27 Oct - 20:42

    Très confortable ce jeune homme. Oui, il fallait avoir une sacrée estime de l'humanité pour pouvoir se servir du premier passant comme d'un fauteuil. Mais bon, Road c'est Road, on n'y peut rien hein. Enfin au moins, ce bonhomme devait s'estimer heureux de servir à quelque chose, parce qu'il n'avait pas l'air d'être le genre de type qui rend service à tout le monde. Ça se repère en deux secondes, ce genre-là. Enfin à ce niveau, Road n'avait pas à se vanter, ce n'était pas non plus un chevalier servant qui volait au secours des gens. Il avait sauvé deux demoiselles en détresse quelques heures plus tôt, certes, mais ça ne démontrait en rien qu'il s'agissait de quelqu'un de brave et dévoué. Justement, il était tout le contraire, comment pouvait-on en arriver à cette conclusion ? Sur ce point-là, ils avaient tous les deux pas mal de trucs en commun, mine de rien... le destin faisait décidément bien les choses, deux types qui se ressemblent tellement se croisant au petit bonheur la chance dans une rue vide de toute vie humaine... Robert ne le savait peut-être pas, et même s'il avait l'air de détester sa nouvelle connaissance, il n'était pas si différent de lui finalement. C'était là tout ce qui rendait cette rencontre si délicieuse. Les paroles-mêmes de ce gars étaient délicieuses. C'était comme ça que Road le voyait. Quoiqu'il dise, ça ne servait à rien. Il avait beau essayer de prouver par tous les moyens qu'il n'était pas R, ça ne servait à rien. De toute façon, tout ça n'était qu'une feinte, un simple jeu qui n'était probablement pas divertissant pour tout le monde.

    Il manquait plus que le thé et les petits gâteaux et ce serait parfait. Et oui, monsieur prenait ses aises, mais on ne pouvait pas en vouloir à monsieur sous peine de se faire déchiqueter la figure à coups de tonfas. C'est pour ça qu'on lui laissait faire ce qu'il voulait en général, un coup de tonfa dans la gueule et hop c'est réglé. Oui, il était tout sauf diplomate, mais que voulez-vous, c'est comme ça. Et naturellement, il ne comptait pas l'être avec sa victime. La preuve, il se servait de ses cheveux comme paillasson pour essuyer ses chaussures, et de son dos comme d'un siège. Il était pas aimable, en plus de ça. Il montrait vraiment là le côté détestable de sa personne, celui que tout le monde fuit comme la peste, l'horreur, la démence qui l'habite. L'hôpital psychiatrique, ça aurait le lieu le plus conseillé pour son cas, encore plus que la prison. Mais ses victimes l'avaient souvent traité de malade, de monstre, de toutes sortes de choses que Road avait appris à apprécier avec le temps. Ça ne lui déplaisait plus d'entendre ces pauvres gens le regarder avec des yeux suppliants, noyés de larmes, lui criant « Monstre ! » C'était tellement bon comme spectacle, tellement délectable, tellement... délicieux. Mais les types plus résistants comme Robert n'étaient pas déplaisants non plus, au contraire, c'était une vraie partie de plaisir de les faire tourner en bourrique comme il le faisait.

    Il tira une nouvelle fois de sa bouche la cigarette qui se consumait au fil des minutes. Cette sensation de respirer du plombs et toutes sortes de substances dangereuses était... dégoûtante. Le tabac, l'alcool, la drogue, tout ça, Road en avait horreur. Étrange pour un criminel comme lui, me direz-vous. Il avait un certain intérêt pour la nature qu'il appréciait énormément, et cet amour passionné était réciproque, oui. La ville ne le dérangeait pas, mais ceux qui détruisaient la nature sous son nez n'avaient pas seulement signé l'accord d'utilisation du terrain, mais aussi leur arrêt de mort. Là, c'est l'odeur du tabac qui était des plus répugnantes, c'était à se demander comment les gens pouvaient s'en enfiler des douzaines comme ça par jour. De toute façon, si ça pouvait faire râler Robert, alors il allait s'en contenter. Oui, il savait à quel point les accrocs du tabac pouvaient être dangereux une fois à cours de cigarettes. Toujours la clope au bec, il fit tourner son flingue autour de son doigt en faisant des cercles devant la gâchette, comme s'il avait un simple jouet dans les mains. C'était un peu le cas, il ne considérait pas qu'un revolver était un objet vraiment dangereux. Même si lorsqu'il entrait en sa possession, il le devenait encore plus que d'habitude. Mais il savait très bien que les gens avaient une peur bleue de ces machins, il en tirait donc un certain profit. Mais dès qu'il a une occasion de s'amuser, il le fait, c'est tout.

    Monsieur proclamait qu'il n'était pas R. Bien sûr, il avait raison. Road le croyait. Enfin, il aurait assez paradoxal qu'il ne le croit pas, tout de même. Il continua de jouer la comédie quand même. Il s'amusait bien, pourquoi mettre fin à son plaisir ?


    « Tch, tu me fais perdre mon temps... »

    Et il écrasa bien la tête de Robert contre le sol pour le lui faire comprendre. En vérité, pour l'heure, Road n'avait pas un emploi du temps très chargé donc ce n'était pas un problème. Ça l'occupait, dirons-nous. Il fallait bien qu'il trouve de quoi s'occuper, les affaires se faisaient toutes seules en ce moment, alors autant prendre un peu de bon temps. Mais les rôles s'inversaient. Robert n'avait pas l'air si convaincu que l'homme qu'il avait en face de lui était un militaire. Personne de normalement formé n'y aurait cru, en même temps. C'est vrai... il avait beau se servir du nom de son petit frère pour s'attribuer un haut titre, mais il avait peut-être oublié d'y ajouter un minimum de crédibilité. Mais d'un côté, le peuple n'avait pas un avis très positif de l'armée et Road avait toutes les caractéristiques requises pour être encore plus négatif que les militaires. Et sa façon de s'habiller tendait également à croire qu'il pouvait s'agir d'un haut gradé : costard, cravate, chaussures bien cirées. La grande classe. Mais ça pouvait aller dans les deux sens, en effet, on aurait put le prendre pour un mafieux aussi. Ce qui était le cas, d'une certaine façon.

    C'est alors que Robert lui fit une réflexion que n'importe quel militaire aurait très mal encaissé. Les militaires, des limaces ? Road étouffa un rire.


    « Tu n'imagines pas à quel point tu es proche de la réalité, mon grand. »

    Il toussa un coup à cause de l'effet du tabac sur ses poumons, dont il n'avait pas l'habitude. Si Robert avait voulu énerver son agresseur, c'était raté, étant donné qu'il approuvait sur toute la ligne ce qu'il venait de dire. Des limaces. Il n'y avait pas d'autre terme pour les décrire, ces militaires. Ce garçon était intéressant, vraiment plus que Road ne l'imaginait au départ. Une envie soudaine de pimenter cette rencontre monta en lui, tellement qu'elle en devint un besoin. Oui, celui-là, il n'allait pas échapper au diable que Road incarnait. Et ce dernier qui était impossible à énerver avait trouvé le moyen pour faire définitivement péter un fusible à sa victime. Il l'avait déjà bien nargué jusqu'à présent, mais maintenant, il était temps de passer aux choses un peu plus sérieuses. À ce moment, il ne remarqua même pas les magouilles de Robert. Mais une drôle d'impression l'envahit et il remarqua alors qu'il y avait une odeur de brûlé dans l'air et qui ne venait pas de sa cigarette. Il regarda en biais vers les poignets ligotés de son fauteuil humain et il remarqua avec surprise que sa veste était en train de brûler. Son premier réflexe, ce fut de lever son revolver et de tirer instinctivement. La balle frôla la joue de Robert. C'était fait exprès, il s'agissait simplement d'un avertissement comme quoi il n'avait pas affaire à n'importe qui en ce moment même. Road se leva, montrant un soupçon d'agacement par rapport à ce qu'il venait de se passer, et il retira la veste de son costard qu'il balança contre un mur sans prendre le temps d'éteindre la petite flamme qui brûlait vivement. Il n'avait plus que sa chemise blanche fripée, au col légèrement froissé et avec quelques boutons déboutonnés, le tout lui donnant un aspect encore plus sauvage qu'avant. Et de plus, son visage était animé par un regard de prédateur, pas n'importe lequel, le regard du prédateur qui vient de trouver la proie parfaite. Il s'en léchait déjà les babines.

    La cigarette arrivait à sa fin. Road s'approcha à pas lents de Robert qui était toujours étalé par terre, et toujours avec son expression de grand malade heureux, de psychopathe, il s'accroupit devant lui. Il lui attrapa le menton avec délicatesse pour lui relever la tête, lui souriant désagréablement, et il lui écrasa la cigarette sur la joue. Ça lui faisait un bien fou de voir ce spectacle, de faire souffrir, de donner autant de douleur à quelqu'un. Ah ça oui, il aimait tellement ça. Sans lâcher le menton de Robert, sans enlever la cigarette de sa pauvre joue endolorie, il reprit la parole sur un ton effrayant.


    « Tu es à mon goût, c'est bien... sais-tu pourquoi l'armée, malgré ses nombreux efforts, ne parvient toujours pas à découvrir ne serait-ce qu'une petite information sur ce criminel anonyme depuis de longues années ? Eh bien, je vais te le dire... »

    Il avait les mots sur le bout de la langue. Il était sur le point de lui dire quelque chose qu'il n'avait encore jamais dit à personne, et ce jeune homme pouvait s'en estimer heureux. Même s'il n'allait probablement pas apprécier la nouvelle. Mais c'était là que résidait toute la subtilité de cette rencontre... le hasard faisait bien les choses, oui. La flamme qui brûlait dans les yeux de Road était si intense que n'importe qui qui aurait croisé son regard se serait évanoui sur place. Ce regard de tueur souligné d'une couleur rouge écarlate était parfaite pour effrayer les gens. Il articula doucement ses mots, comme pour les ancrer de la manière la plus brutale possible dans la mémoire de sa malheureuse victime.


    « C'est tout simplement parce que... c'est moi, R. »

    Oui, cela justifiait le fait que l'armée soit incapable de mettre la main dessus. Road n'était pas con, et l'armée l'était trop pour pouvoir arrêter un homme comme lui. C'est tout. Il avait une très grande estime de lui-même, certes, mais le fait est que, vrai ou faux, l'armée n'avait jamais réussi à découvrir ne serait-ce que son nom. Il termina en beauté en lançant une provocation à Robert, le regardant toujours de la même façon, laissant la cigarette lui brûler encore la joue.

    « Bienvenue dans ton pire cauchemar, garçon... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robert G. Break
Ex-criminel Dark Smoker
Membre

avatar

Féminin
Lion Chien
Messages : 619
Age : 23
Rang dans le RP : Ancien suspect R.
Rang spécial Hrp : Baby-sitter de Leila, Mouelleux , Cobaye de Chame

Feuille de personnage
Points:
16/65  (16/65)
Niveau:
12/17  (12/17)

Pouvoir: Peut brûler les matières. Utilisation de gants pour transfmuter directement. Utilisation d'un révolver avec chaîne.

MessageSujet: Re: Chat et chien ... L'éternel combat. [ Road ~ ]   Sam 7 Nov - 5:17

D’une cruauté inégalable. C’était avec ceci que l’on pouvait décrire sur le champ ce Jack. Jack ce soi-disant colonel dans l’armée. Il est logique dans un sens pour Robert de voir un militaire avec une telle méchanceté, même si celle-ci, pour l’instant, dépassait de loin tout ce qu’il avait vu. Bon il en avait pas vu énormément, mais ceci lui avait suffit pour l’instant. Et oui, même si on ne dirait pas de par son physique quelque peu ténébreux, monsieur Break aimait bien tout ce qui était un peu rose. Enfin pas trop rose non plus, ceci est d’une lassitude accablante après, mais un poil de bonheur ne ferait pas de mal. Ceci se base bien évidemment et principalement sur ces expériences personnelles, et à vrai dire … Il commençait, à cet instant même, à regretter d’avoir laisser la pauvre petite Alice, toute seule dans son appartement. Et ce quitte, à subir les harcèlements de son père pour le rembourser, mais en fait … Il s’avérait que ce n’était qu’un maigre détails dans le malheur présent de Robert.

Ce n’était pas forcément plaisant de servir de mobilier, pour essuyer les pieds des autres par exemple. Il est vrai, que l’on avait proclamé notre cher Bébert à la naissance : Paillasson. :’3 Enfin, il fallait bien se rendre une fois utile dans sa vie il fallait l’avouer, bien que cette manière n’était pas forcément la meilleure. C’est sûr, qu’il est mille fois mieux de donner des journaux aux gens, que d’être écroulé, non écrasé et limite piétiné pour se rendre un temps soit peu légèrement utile. Mais non, comme c’est bien connu, avec sa chance extraordinaire, le jeune homme ne pouvait absolument et strictement rien faire comme les autres. Comme si la normalité lui était clairement interdite. Au moins pour cela, il se révélait assez content de ne pas ressembler à un de ses nombreux moutons, suivant le même train train habituel et monotone.

Oui jamais content. Tel pouvait être notre cher Robert. Capricieux, légèrement quand même, comme toute personne. Qui n’a pas emmerdé le monde avec ses propres « je veux, je veux » ne serait-ce qu’une seule fois, par pur caprice et égoïsme ? Aucun Homme. Tout le monde l’est. Oui c’est un point de vue bien négatif, mais tel il était en réalité selon lui. Seul la vérité blessait et ceci était bien connu. Vérité, que même Bébert, lui-même refusait de voir. Enfin si il l’avait ne serait-ce qu’un peu remarqué. Comme si ces deux jeunes individus, rencontrés par simple hasard, étaient totalement différents. Non. Bien au contraire. Mais, à quoi bon s’attirer une fois de plus le malheur? Comme si il n’en avait pas assez, d’être écrasé sur le sol, par ce « monstre » et ce, dans presque tous les sens du terme.

Enfin là n’était pas le problème à vrai dire. Pour l’instant, le plan à première vue avait légèrement échoué. Après tout ce n’était pas vraiment le but de se faire tirer dessus, en juste à côté. Tellement proche de sa figure, que le tire avait réussi à entailler la joue de Robert. Comme si il n’était pas déjà assez abîmé comme ça. Non, il fallait le faire saigner en plus. Vraiment pas de bol. En même temps, ceci se comprenait largement. Cheschire ne s’était toujours pas barré, ce qui portait encore préjudice, sûrement; à notre pauvre jeune homme en détresse. Il n’y avait rien à faire pour se dégager de se pétrin, Bébert s’y était enfoncé et pas qu’un peu. Ne demandez surtout pas pourquoi, la seule réponse qu’il aurait à fournir serait «à cause de sa tronche. Oui bientôt il va falloir envisager la chirurgie esthétique mon vieux … ça va encore te coller à la peau pendant longtemps cette fameuse initiale, dont il ne faut pas prononcer la lettre … R ! R le maudit HAHA ! Enfin ça c’était Robert…

Enfin bref’, le plan ayant quand même réussi dans le global, il pouvait enfin se reposer, respirer comme bon lui semblait. Enfin pas tout à fait, après tout, il ne pouvait toujours pas, ou à peine, se mettre à quatre pattes, ce qui était bien malheureux vu la cruauté qu’avait l’air d’avoir ce cher Jack. Et il n’en avait pas fini apparemment. Oui bien sûr, malgré la souffrance, la douleur qu’endurait notre cher héros Breakien, il suivait quand même les gestes de se cher colonel qui a un sens de l’affection bien particulier. Chacun sa vision des choses après tout comme on dit. Enfin, quand même, il n’était pas vraiment prudent de laisser une veste en feu, sur des matériaux un minimum combustibles. … Bien sûr le résultat sera sûrement, dans quelques minutes, un bel incendie, merveilleux, grand et excessivement chaud pour les deux jeunes hommes. C’est bête, parce que si d’ici là, ce pauvre Bébert ,’arrivait toujours pas à se lever, il allait falloir ramper pou sauver sa propre peau… Et c’est pas facile de ramper vite, surtout avec le feu au fesses.

Ceci dit, il n’y était pas encore, et ça il le ressentait vivement. Que ça fait du bien quand même d’être libre, ou presque, de ses mouvements. Enfin il restait plus qu’à défaire la cravate et le tour était joué. Mais bien évidemment fallait pas trop compter sur le peu de tranquillité que lui offrait Jack. Le mot d’ordre pour l’instant était « récupération ». Bah ouais, c’est pas facile comme métier d’être un mobilier humain. Enfin, qu’il ne s’y trompe pas, en fait son métier n’était pas encore totalement fini. Bah oui, faut bien être utile un certain laps de temps. Bien sûr, il valait mieux ne pas imaginer sa prochaine utilité, avec le sourire, le regard, la tronche entièrement de psychopathe qu’arborait Jack. Mais au moins à cause de ça, et ENFIN, Robert pensa sérieusement à une hypothèse. Était-il vraiment colonel dans l’armée? Cette même armée, stupide, de limaces ambulantes, aurait-elle réellement engagé quelqu’un d’aussi cinglé que ce cher individu qui se présentait comme militaire ? Certes il y avait des fous, mais quand même … Il fallait avouer que ce cher monsieur, dépassé de loin l’entendement que c’était fixé Bébert.

Des personnes détraquées, on pouvait en croiser à tous les coins de rue, même si en général ils cachent plutôt leur véritable eux, plutôt que de se montrer aussi expressif comme lui. Ce même lui, avec s’amusait à voir souffrir les gens, un sadique pur et dur. Et apparemment fier de l’être. En gros … Vraiment pas de bol du tout même Robert. Hmm … Que c’est bête. Enfin t’inquiètes pas, un jour, peut-être, tu rencontreras enfin ce qu’est la véritable paix. Un jour peut-être seulement. Mais bon, quitte à être dans la poisse la plus totale, autant se retrouver avec un véritable psychopathe dans l’âme ‘shishishi.

Enfin bref’, notre cher Jackou le croquant, ou pas, avait décidé de se servir bien gentiment de la tête de Robert, sa joue plus précisément comme d’un cendrier. Au départ on aurait pu s’attendre à quelque chose de bien plus … bien plus gentil. Bah oui, en général on soulève la tête de quelqu’un de cette façon, quand on a quelque chose d’extrêmement important à dire, ce que Robert ne ressentait pas. Non, là tout de suite, c’était plutôt une douleur, insoutenable ou pas, mais un douleur bien vive. A vrai dire, le seul côté positif que pouvait en tirer le jeune homme de cette souffrance, était que celle endurée par le coup de genou de l’autre taré, avait presque disparu. Bon bien sûr, pas de la meilleur façon possible, mais c’était déjà ça, fallait s’estimait heureux, enfin un minimum, pour ceci. Courage Bébert, courage.

Road entamait le conversation … enfin non, un super monologue, vu qu’il n’écoutait pas. Non il était plus judicieux de concentrer ses effort pour réussir à faire passer sa main dans le noeud de la cravate, enfin à l’extérieur du lien, pour ainsi se libérer les bras, et avoir une meilleure liberté de mouvement. Le seul problème qui se présentait maintenant, était le nœud, un peu trop serré. Mais rien n’est impossible en fait … Heureusement que durant son enfance on le ligotait souvent parce qu’il était trop polisson et sauvage. Ceci lui a valu d’avoir une certaine expérience sur comment défaire rapidement, ou desserré un nœud. Là au moins, Robert pouvait largement remercier sa famille pour lui avoir involontairement appris une telle faculté bien utile. La méthode en elle-même était un secret, ainsi un secret doit rester secret et je n’en dirais pas plus pour l’instant. Mais bon, pendant ses efforts qui porteront peut-être leur fruit, Jack parlait, parlait, parlait … dans le vide.

Tout du moins jusqu’à ce qu’une petit phrase interpella la curiosité de Robert. Curiosité qui est très présente lorsqu’il s’agit de R. En même temps, c’est le type qu’il veut tuer, alors la moindre rumeur, la moindre piste si futile telle qu’elle soit est presque une chance insaisissable. Et là par miracle … Comme si Dieu avait donné ne serait-ce qu’une dernière once de vie, ce Jack, se présenta en réalité sous les traits de R… Oui bien sûr, comme si on allait le croire à première vue. Mais bon en même temps, seuls les fous se jetteraient sur les journaux en criant comme des groupies affamées et en manque de leur star « RRRR ». Oui évidemment … Heureusement ce type de personnes est le plus couramment, enfermé dans un hôpital psychiatrique. Et puis, Amestris censure bien trop les informations pour pouvoir avoir des groupies de ce genre ….

Ainsi, et malheureusement pour couronner le tout d’un splendide cerise bien rouge mûre, comme les yeux effrayants de … R, il fallait malheureusement le croire sur sa véritable identité. Enfin, ceci arrangeait bien notre jeune homme, si c’était bien lui, même pas la peine de se casser la tête le chercher dans 4 pays différents, il venait de lui-même. Si c’était pas un coup de bol miraculeux cachant en véritable une poisse inimaginable … Que voulez-vous ... Enfin une chose était sûre, Robert ne restait pas béat devant la révélation de son cher interlocuteur. Non, il s’empressa plutôt de répondre, des conneries sûrement, tout en continuant à gesticuler les mains pour se libérer enfin de l’emprise de cette foutue cravate. Tout un art, mais un art bien long, et la patience et de rigueur dans ce domaine-ci.

« Haha … Quelle … poisse …Si ce que tu dis est belle et bien vrai … Tu m’épargnes la peine de me casser la tronche à te chercher dans les 4 coins du monde … »

Bien évidemment à cause du stupide mégot écrasé sur sa joue endolorie, le pauvre Bébert ne pouvait pas vraiment parler … Dommage il avait tout pleins de trucs à raconter à ce R … Enfin si c’était vraiment lui. Bah oui, à part sa parole, sa cruauté sans égal, il n’y avait rien prouvait que c’était vraiment lui le criminel connu, R. Enfin une chose était sûre … Si tel était vraiment le cas et que c’était vraiment R alors … Il n’était pas du tout comme l’avait imaginé Robert. Non, il était malheureusement plus classe et plus cruel qu’il ne l’avait « espérait » … Enfin ce n’était pas ce fin de cigarette qui allait en tout cas, empêchait un d ses gestes. Pour montrer toute sa haine, il lui cracha à la figure … Très élégant j’avoue. Une façon comme une autre de montrer un superbe affection, remplie d’amour.

Cependant c’était bien paradoxal … Si on s’en réfère à ce qu’il est dit plus haut … Les deux individus se ressemblent et malheureusement … Si il montre une haine féroce envers ce soi-disant Jack, c’est comme si il se détestait affreusement. Mais en fait c’était tout l’inverse… Il s’aimait … Bon pas au point d’être narcissique tout de même, un minimum de logique et de décence dans cet esprit. Enfin là était toute l’étrangeté de l’âme de Bébert. N’allez pas chercher à le comprendre, c’était bien trop chiant, compliqué et autres, même si en vérité, ceci est d’une simplicité extraordinaire … ou pas … enfin bref.

Tout ceci passant … une merveilleuse nouvelle était à annoncer, outre la splendide remarque que n’écouta pas Robert en fait. Comme si il n’avait que ça à faire écouter le blabla presque inutile de ce cher R, qu’il méprisait le plus au monde. Non, il était largement préférable de concentrer tous ses efforts et son attention dans sa libération qui fut en fait un véritable succès. La patience paye toujours ça aussi c’est bien connu. Bon après, son nouvelle … hum hum ... Ami avait sûrement déjà découvert son petit manège mais bon … Peut-être était-il en fait bien trop occupé à prendre du plaisir à voire, la mégot de cigarette brûler la surface de la joue de sa nouvelle victime? Sûrement … Qui sait ce qui se trame dans sa tête en vérité. Un malade reste un malade, même si il avait l’air, en dehors de sa cruauté et autres quelqu’un de tout à fait intelligent et logique. Une des nombreuses raison d’ailleurs qui fait qu’il ne s’est jamais fait chopper … Enfin bref là n’était pas la question. Il valait mieux réagir et vite, avant que l’autre nigaud ne découvre ou si ce n’est pas déjà fait, qu’il s’était libéré de ses liens. La seule chose sous la main … Raven, son cher et fidèle revolver. Toujours loyal, lui au moins.

Il se dégagea alors, d’un geste vif de la cigarette sur sa joue; Qu’importait peu que R ne lui neutralise ce bras. Après ce n’était que le gauche, le pas trop utile, même si ne fait c’était atrocement le cas contraire. M’enfin qu’importe. De l’autre bras, il pris tout simplement Raven qui était juste sur le côté droit de sa cuisse droite et le pointa tout simplement sur la tronche de R. Bon bah très intimidant et super classique, mais c’était le mieux que pouvait faire Robert dans ce cas là … En fait non, il lui est venu une soudaine envie de le frapper avec la cross de son révolver … Ce qu’il fit avec joie, en détournant légèrement son geste de départ pour ainsi bien lui faire mal. Mais qui dit grand criminel dit aussi, et peut-être, beaux réflexes …

Les seuls mots qui résonnèrent en dehors de la bouche de Bébert était un simple …

« Tsss … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Road Shokkeru
R, Criminel Reconnu
Membre

avatar

Masculin
Balance Cheval
Messages : 1421
Age : 27
Rang dans le RP : Chien enragé. Actuellement en taule.

Feuille de personnage
Points:
29/90  (29/90)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Alchimie sans cercle permettant de manier l'électricité.

MessageSujet: Re: Chat et chien ... L'éternel combat. [ Road ~ ]   Mer 11 Nov - 22:06

    Ce Robert était un parfait pion à exploiter. Il avait gobé tout ce que Road lui avait pondu depuis le début de leur rencontre, malgré son manque de crédibilité assez conséquent -qui, soit dit en passant, n'était pas volontaire, étant donné que cette rencontre n'était pas prévue. Il n'avait pas l'air du genre à se laisser faire, mais pas bien compliqué à manipuler quand on sait s'y prendre avec finesse. Et Road, qui était à ce jour l'une des personnes les plus intelligentes recensées dans Amestris, n'était pas en mauvaise position face à ce gars. En effet, lui, il était le merveilleux fils d'un militaire renommé mort aujourd'hui, toujours impeccable, poli, bien habillé, bref. Il savait comment se comporter avec les gens en général, même si c'est vrai qu'il y avait des exceptions qui avaient la possibilité de le voir sous sa vraie nature. Celle d'un malade mental tout ce qu'il y a de plus simple. Mais Road savait être présentable malgré ça, ainsi que faire les courbettes et le baise-main aux demoiselles, bref, il savait donner une image de perfection de sa personne. À côté de lui, qui a tout d'un bon citoyen, Robert avait l'air du pire des délinquants, grossier, vulgaire, et j'en passe. C'était pour ça que Road pouvait en tirer profit. Pour lui, Robert n'était qu'un pion sur un échiquier. Comme beaucoup de personnes, par ailleurs. Et il avait l'immense honneur de savoir qui était R réellement, si ce n'est pas un grand débordement de bonté de la part de notre cher criminel ? Mais évidemment, pour tout acte de sa part, il s'attendait à une dette, cela va de soi. Et Robert n'allait pas tarder à rembourser sa dette. Comme je l'ai dit, il représentait un parfait pion à exploiter... et en plus de ça, il semblait avoir une assez bonne maîtrise de l'alchimie.

    Il sembla lui aussi s'intéresser à son interlocuteur dès que ce dernier lui annonça qui il était. Et oui, mais un criminel recherché dans Amestris et tous les pays avoisinants, quand on tombe dessus, ça ne laisse pas forcément indifférent. Enfin du coup, peut-être qu'il ne le croirait pas. C'était assez courant, avec tous ces types qui se faisaient passer pour R, au bout d'un moment, on ne croyait que ce que l'on voyait. Et si même Road n'est pas crédible, alors il y a vraiment un problème... enfin, le peuple se l'imagine certainement comme un gros caïd qui casse la gueule de tous ceux qui lui plaisent pas, qui n'a que du muscle et rien dans la tête, bref, le genre de criminel de base en somme. Et pourtant, le célèbre R était d'un tout autre genre. Calculateur, manipulateur, assoiffé de sang et de meurtre, mais qui, pourtant, peut très bien donner une bonne image de lui. Il avait tous les atouts pour être le parfait criminel... c'est pour cela qu'il était très demandé en tant que tueur à gages, et il gagnait pas mal de pognon grâce à tout ça. On peut dire que lui aussi avait servi de pion dans sa vie, ce n'est pas pour rien que Sykes l'avait pris sous son aile lorsqu'il était encore jeune. Et maintenant, voilà quel monstre il était devenu. En réalité, ce n'était pas l'argent qui l'intéressait le plus, mais plutôt l'adrénaline que lui procuraient la bataille et la tuerie. Oui, c'était ce pourquoi il existait, ce pourquoi il vivait. Mais son but n'était tout de même pas de croupir en prison et s'il ne faisait pas gaffe, il allait réellement se retrouver au trou. Pour l'instant, il n'avait pas encore d'idées possibles à mettre en œuvre en ce qui concernait Robert, mais ça allait lui venir. Un moyen de le garder sous sa coupe, vite.

    Il réfléchissait à une manière quelconque de mettre en œuvre son plan machiavélique, jusqu'à ce que Robert interrompe ses pensées en lui disant qu'il n'aurait plus à le chercher dans les quatre coins du monde. En effet. Mais quoiqu'il en soit, qu'il le trouve ou non, tôt ou tard, ça n'aurait rien changé au résultat final. Que comptait-il faire au juste ? Lui casser la gueule pour se venger ? Et une fois vengé, qu'est-ce qu'il allait faire de sa vie ? C'était stupide, mais bon, la vengeance, why not. Enfin après ça, pour lui exprimer toute l'affection qu'il avait à son égard, Robert lui cracha à la tronche. Chose qu'il ne fallait pas faire à Road si on tenait à sa misérable existence. Pendant un instant, son expression amusée s'éteignit et il serra la cigarette entre ses doigts avec plus de force qu'il ne l'avait fait jusqu'à maintenant, la faisant presque tomber en cendres. Il enfonça encore plus la cigarette difforme qui n'en était à présent plus une, puis après avoir passé sa manche sur son visage, il prit la tête de Robert entre ses mains avec une délicatesse suspecte, et ses doigts se refermèrent sur son crâne comme un piège à souris. Il lui tira les cheveux nonchalamment en entrainant sa tête vers l'arrière, comme pour lui craquer la nuque. Ce qu'il ne fit pas, mais il planta un regard hostile dans ses yeux, lui montrant clairement qu'il venait de faire quelque chose qu'il risquait de regretter amèrement dans l'immédiat. Le tout sans ouvrir la bouche une seule fois. La seule force de son regard et de l'aura meurtrière qu'il dégageait étaient suffisantes à retranscrire ces mots.

    Cela faisait un petit moment que Road avait remarqué les magouilles de sa pauvre victime. Dès le début, il avait deviné que celui-ci tenterait par n'importe quel moyen de se libérer de ces liens. Et il savait qu'il réussirait. C'était comme si tout était prémédité depuis le début, depuis qu'il avait croisé son regard. Mais ensuite, tout se passa assez rapidement, après que Robert se soit libéré. Et Road se retrouva rapidement, à son tour, avec un revolver braqué dans sa tête. C'est alors qu'il se remit à sourire, découvrant légèrement ses dents blanches. On aurait presque pu croire qu'il s'apprêtait à mordre Robert. Ce n'était pas exactement ce qu'il avait derrière la tête, en vérité. Mais cela se voyait que ce sourire de malade n'était vraiment pas un faux... comme il s'y attendait, celui qui lui faisait face n'appuya pas sur la gâchette. Non, il se contenta de lui frapper dans la tête avec la cross de son flingue. Sans montrer la moindre résistance, et, toujours souriant, Road se prit le coup dans la tempe, coup qui fut assez fort pour le faire reculer de quelques pas. Mais son sourire n'avait pas quitté ses lèvres, même après avoir encaissé. Il donnait l'impression d'aimer ça, la douleur, avoir mal. Mais non, ce n'était pas ça. Sa main posée sur sa tempe se tâcha de rouge, tout comme le filet de sang qui coula tout le long de son visage en contournant soigneusement son œil pour finalement s'écraser au sol. Un frisson lui parcourut tout le corps, un frisson d'excitation, comme une envie de massacrer Robert sans modération. Il en oublia carrément son idée de le prendre son sa coupe par n'importe quel moyen, là, tout ce qui comptait, c'était de voir couler son sang, déchirer sa chair, lui infliger tout le mal qu'il pouvait. Robert venait de louper une occasion en or de mettre fin aux jours d'un terrible criminel que l'armée n'arrivait toujours pas à choper depuis de longues années, et ce, tout simplement parce qu'il avait préféré le frapper avec son revolver plutôt que de lui tirer une balle dans la tête. Il n'aurait pas deux chances comme celle-là, et c'était bien dommage pour lui... car ce n'était plus Road qu'il avait en face de lui, mais R sous sa vraie forme, celle d'un monstre sans cœur et sans conscience. Juste un être qui ne fonctionnait qu'à l'instinct meurtrier.

    Sans attendre plus longtemps, Road se rua sur Robert et le plaqua violemment contre un mur, guidé par ses seules pulsions meurtrières qui battaient en lui avec une puissance inimaginable pour le commun des mortels. Avec un seul tonfa dégainé, il le compressait presque contre le mur, prêt à lui démolir la nuque d'un coup de tonfa, qu'il avait pris soin de placer sous sa gorge. Sa main libre lui tenait une épaule, la serrant entre ses doigts métalliques avec une agressivité sans pareil. Il lui aurait volontiers arraché la peau avec les dents, crevé les yeux et autres marques d'affection digne de lui, mais quelque chose l'en empêchait. Il ne savait pas vraiment quoi, c'était comme un barrage indestructible entre les deux jeunes hommes... mais finalement, dominé par son instinct animal, Road lui donna un grand coup de tonfa dans la mâchoire, lui tenant toujours fermement l'épaule pour qu'il ne bouge pas de là où il était. Il le fixait, droit dans les yeux, avec ses deux pupilles entourées de rouge écarlate. Et il était si près de lui qu'il pouvait même sentir son souffle. C'était le genre de proie qu'il avait envie de frapper jusqu'à n'en plus pouvoir. Et là, il en avait un besoin monstrueux, de se déchaîner sur lui et de lui faire ressentir une douleur équivalente à son immense orgueil, ce qui n'est pas peu dire.



    « Je vais te tuer. »

    Et il en avait vraiment l'intention. Une intention meurtrière aussi forte, de nos jours, ça ne courait pas les rues. Et oui, mais Road était si terrible que pour lui, c'était la chose la plus normale du monde. Il avait l'habitude de tuer de pauvres innocents en les faisant saigner jusqu'à ce qu'ils en meurent. Mais là, celui-là était plus robuste que les autres et donc plus délicieux à torturer. C'est pourquoi, avec un léger sourire satisfait, Road retira sa main glaciale de l'épaule de sa victime et lui flanqua un dernier coup de tonfa, avec pour but de l'envoyer par terre. Son sourire s'effaça ensuite de son visage, inexplicablement, et il commença à fixer Robert avec un regard effrayant. Il n'avait qu'une envie, le réduire à l'état de poussière. Tellement qu'il ne remarqua même pas la chaleur brûlante qui envahissait l'atmosphère et qui n'avait pour origine qu'un début d'incendie, rien que ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robert G. Break
Ex-criminel Dark Smoker
Membre

avatar

Féminin
Lion Chien
Messages : 619
Age : 23
Rang dans le RP : Ancien suspect R.
Rang spécial Hrp : Baby-sitter de Leila, Mouelleux , Cobaye de Chame

Feuille de personnage
Points:
16/65  (16/65)
Niveau:
12/17  (12/17)

Pouvoir: Peut brûler les matières. Utilisation de gants pour transfmuter directement. Utilisation d'un révolver avec chaîne.

MessageSujet: Re: Chat et chien ... L'éternel combat. [ Road ~ ]   Sam 14 Nov - 3:39

Où était donc passée la chère étoile qui devait, en principe, veiller sur Robert. La réponse de celui-ci aurait été très simple si on le lui avait demandé. Celle-ci avait sûrement pris congé pour les 2 prochaines décennies. Autant dire que lorsqu’elle sera revenue, Bébert sera mort, enterré et réduit à la simple existence de poussières depuis bien longtemps. Enfin là n’était point encore la question, après tout il n’allait pas mourir là, maintenant, tout de suite hein. Il avait devant lui, encore une belle vie, misérable et aussi pitoyable qu’avant, mais bon on ne peut pas tout avoir dans la vie, comme on dit. Quoique Robert n’allait pas mourir tout de suite, tout de suite … euh … A la vitesse à laquelle le pauvre venait de se faire battre, frapper, il était clair qu’il n’allait pas tenir bien longtemps quand même. Quel dommage … Enfin non, ça ferait juste de l’oxygène en plus pour certains. * se sbaf *

En tout cas une chose était sûre, c’était qu’il ne voulait pas crever ici. Et surtout des mains de ce Jack qui se disait être le fameux R. Si c’était vraiment lui, autant dire que Bébert avait eu un excellent privilège et une chance véritablement abominable, comme déjà dit. Il y avait de quoi se sentir flatté. Quel honneur et blablabla. A vrai dire de ce point de vision, le jeune homme écroulé par terre n’en avait strictement rien à faire. Lui il voyait plutôt le côté : Tu sais qui je suis, donc tu vas mourir. Ouais bon, pas très gaie comme vision mais d’un côté tout ce qui était bonheur, joie et autres trucs bien, comme on le lui a dit, fallait pas lui en parler, il ne connaissait rien de tout ça. A vrai dire, avec son attirance pour les ennuis, il n’a jamais vraiment été heureux, sauf à quelques exceptions près mais bon.

Oui en effet, Robert avait presque le profil type d’un serial killer, peut-être pas de la trempe de R, mais c’était déjà un bon début. Certes il n’a tué jusqu’à maintenant, que des animaux : chats, souris, rats, oiseaux, araignées ( brrreuh ) et autres. Non pas d’être humains encore. Il n’en avait pas la force, ou plutôt pas l’envie. C’est sûrement pour cela qu’il n’a pas appuyé sur la gâchette, alors que c’était une des rares occasions qui allaient s’offrir à lui pour éliminer son pire ennemi, hahaha! Et ce, même si celui-ci lui avait gentiment et très délicatement écrasé encore plus le mégot, à moitié brûlant now, sur sa magnifique joue endolorie. Et aussi surtout après l’avoir en plus décoiffé, d’une manière peu agréable, ses cheveux noirs. Il avait ainsi, la tête en arrière, le regard planté vers le ciel.

Oh que le ciel était beau, ça oui. Ces magnifiques nuances de bleus tirant vers le rose orangé surplombaient toute la scène, la rue, la ville. On pouvait encore se demander comme un ciel si éclatant, pouvait l’être autant après ces multiples gouttes de sang qui tombaient petits à petits, sous le tempo des coups. C’était comme si, d’un autre monde, ce ciel observait ces deux êtres s’entre-tuer. Oui même dans une telle situation, le pauvre jeune homme essayait de rester calme zen, ailleurs et un poil philosophique. Comme si c’était le moment de se questionner sur la beauté même du monde, alors qu’il était sur le point de se faire encore ratatiner.

Oui évidemment, c’était plus une situation à sens unique qu’il y avait. Et malheureusement ça ne tournaient , mais alors pas du tout, en faveur de Robert. Oh que c’était bête. Mais bon fallait pas lui cracher à la tronche, donc faut pas se plaindre de recevoir sa punition. Un peu beaucoup sévère, il est vrai. Mais quand un chien affamé a trouvé un beau et bon os à savourer, il est assez difficile de le retenir. Et bien là, c’était exactement la même chose. Jack, car oui son véritable nom lui était encore inconnu, était le chien affamé et Bébert le fameux os appétissant. Rien de bien flatteur pour lui, mais il y avait des gens comme ça. Oui c’est triste en effet.

En passant outre les descriptions peu élogieuses de ce cher personnage, il fallait quand même avouer que c’était quelqu’un de bien résistant. Au final, encore merci papa hein. Ce cher paternel, tellement détesté, lui avait apporté bien plus qu’il ne l’espérait et le croyait. Si Robert sortait vivant de cette situation, ce qui est pour l’instant, peu probable, il irait le remercier, par courrier de préférence, de lui avoir inculquer involontairement ces chères facultés. Enfin bref. A droite, à gauche, en avant, en arrière. Le jeune homme ne savait même plus où il était, sur quelles parties sur visage il était frappé. A vrai dire, c’est comme si la douleur d’avoir été plaqué contre le mur si violemment, à lui ruiner encore plus le dos, à avoir la gorge presque écrasée, une épaule meurtrie par une main de fer, et ce réellement, avait engourdi tous ses sens. Tous vraiment? Non, seul celui du touché était encore présent. Sous une forme peu agréable tel que la souffrance, mais il était présent c’était déjà ça, malheureusement

Robert avait mal, très mal, la souffrance qu’il avait enduré pour en arriver ici était bien inférieur à ce qu’il subissait maintenant. Ce n’était malheureusement que maintenant qu’il comprenait l’ampleur de la cruauté de R. Déjà qu’il l’a trouvait excessivement élevée, alors là … Valait mieux ne pas imaginer. En tout cas, si ça continuait ainsi, il n’était clairement pas sorti de l’auberge, ni vivant de cette ruelle. Enfin, un seul point positif que le jeune homme pouvait noter … Il commençait désagréablement à s’habituer à la douleur. Son épaule ayant déjà subit quelques dommages bien importants, c’était comme si maintenant elle était toute léger, insensible à tout ce qui pourrait lui arriver. Bien sûr, à ce moment là, il ne savait absolument pas que les bras de son adversaire étaient en fait composés à 100% de fer, d’acier, de métaux quoi. Bah bien cool pour se ramasser des coups de poings et tout le tralala. Le pire était qu’il ne pouvait pas résister … déjà de un c’était totalement impossible vu la situation, et de deux, il se ferait plus mal qu’autre chose …

Entre deux coups, Bébert regarda du coup de l’œil le visage de R. A vrai dire, la première chose que l’on pouvait observer c’était qu’il n’avait alors plus du tout le même calme, le même repos que lors du début de la rencontre. A présent on dirait plus un animal sauvage, fou de sang, tel un requin, en train d’essayer de dévorer sa proie. Ses yeux rouges, écarlates, reflétaient tout simplement la folie, l’envie de meurtre et faisait froid dans le dos. De son souffle halètement essayant de retrouver un rythme normal, il ne put dire un seul mot quand « Jack » lui annonça si chaleureusement qu’il allait le tuer. Ho que oui qu’il le croyait sur parole. Dans les secondes qui suivirent, tout ce que sentit Robert était un autre coup de tonfa dans la mâchoire, qui allait bien le faire s’écrouler à nouveau par terre. Non, il n’avait même pas remarqué que R lui avait lâché l’épaule.

Ainsi, se laissant emporter par la puissance du coup, Bébert commença à tomber vers le sol. Le choc n’allait pas être bien gentil encore. Oui c’était comme si il avait une attirance pour le sol. Comme si une envie de le manger le dévorer du plus profond de son estomac. Mais je suis désolée, mais le béton ça ne se mange pas voyons. Sois donc un peu réaliste Robert. Cependant, au dernier moment parce que nous sommes dans un rp de manga, la main droite s’accrocha vivement à une barre de fer, qui était plantait là, avec d’innombrables débris comme les cartons d’à côté. Ho bien sûr, il fallait être terriblement aveugle pour que personne ne remarque l’intention de Robert. Après tout, se rattraper à une barre métallique ça fait du bruit. Le problème qui se posait à l’instant c’était comment détourner l’attention de Jack pour pouvoir essayer d’utiliser cette foutue barre.

En fait, Robert n’avait même pas besoin de se poser la question, la réponse est venue d’elle-même à lui. L’odeur … Une odeur de brûlé venait titillait ses narines. D’où est-ce que ça venait bien sûr … Il n’avait pourtant rien brûlé … ou presque … La veste ? C’était le seul objet dans le coin qui avait eu la souffrance de se faire un poil cramer. Mais bon, instinctivement il avait pensé que son cher prédateur avait un minimum pensé à éteindre le feu … Mais d’après ce qu’il réussi à observer, non … C’était bel et bien la veste, qui avait brûlée tout entier, emportant avec elle aussi les cartons qui servaient de portemanteau. Ho oui, ceci ne présageait rien de bon … Un mini incendie quoi de mieux pour mourir. Un plus d’avoir un cinglé sur les épaules, le jeune homme avait un incendie à proximité … Double raison de crever dans ôte foutue ruelle. Enfin, il rigola, légèrement … faisant presque croire qu’il aimait se faire frapper. Ho oui que c’est si bien d’avoir mal …hum hum.

« Hey, Prince des flammes, on dirait que t’as déclenché un mini incendie. Ça te dirait d’aller danser avec le feu mon cher ? ~ »

Haah non il ne fallait pas parler … Trop tard il venait de cracher du sang … Un peu plus et ça allait être ses poumons. Oui il était salement amoché et ne tenait que via une barre de fer. Sacré résistance quand même. Enfin, il s’en foutait un peu là sur le moment. Tout ce qu’il voyait c’était la porte de l’enfer s’ouvrir devant lui… Comme si déjà ce qu’il vivait n’en était pas un, avec comme Diable, R. Ainsi donc, après avoir essayé de récupérer un minimum de force, Robert rua la barre sur Road, qui allait forcément la bloquer, au niveau du ventre. Mais il s’en contrefichait un peu, là n’était pas le but. S’appuyant avec l’autre main contre le mur, le jeune homme un coup de pied, vif dans l’objet métallique. Le but étant d’essayer de repousser un maximum son adversaire. Avouez que c’est un minimum stressant d’avoir quelqu’un si près de vous. X3x

Enfin, ses efforts étaient bien vains, la fatigue pesait un peu trop sur lui, et il commençait malheureusement à y voir flou. Pas très pratique pour se battre. Sans compter avec la fumée qui s’épaississait à chaque instant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Road Shokkeru
R, Criminel Reconnu
Membre

avatar

Masculin
Balance Cheval
Messages : 1421
Age : 27
Rang dans le RP : Chien enragé. Actuellement en taule.

Feuille de personnage
Points:
29/90  (29/90)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Alchimie sans cercle permettant de manier l'électricité.

MessageSujet: Re: Chat et chien ... L'éternel combat. [ Road ~ ]   Dim 29 Nov - 18:55

La mini combustion du vêtement de Road n'aurait put être qu'un détail, mais très rapidement, des flammes ardentes commencèrent à s'étendre, à croître avec une célérité étonnante. Cette petite rue, en plus d'être étroite, comportait de nombreux objets aptes à être brûlés dans un très court délai. Aussi fallait-il faire vite avant que tout parte en fumée, les deux hommes y compris. Il était cependant difficile de détourner Road de son objectif principal qui visait simplement à détruire la face de son adversaire.

Robert s'était emparé d'une barre de fer, instrument dont l'utilité ne faisait aucun doute, sans hésiter ne serait-ce qu'une fraction de seconde. Le geste fut rapide, mais Road parvint à parer le coup qui se fit au niveau du ventre, dans un grand "clang" dû à l'entrechoquement de la barre de fer et des bras métallique de l'homme. Il n'eût pas l'occasion de s'en débarrasser, car le pied de son ennemi vint s'ajouter au coup, et en prenant appui sur le mur, il le repoussa et le fit reculer de quelques pas, de quelques mètres. Road se plia en deux et leva les yeux, dévisageant Robert avec un air mauvais. Il remarqua alors le crépitement des flammes et la chaleur étouffante qui se dégageait des flammes en présence. L'incendie grandissait à chaque instant, améliorant un peu plus à la nouvelle seconde s'écoulant les chances pour que les deux protagonistes finissent totalement consumés. Il aurait été paradoxal qu'un criminel se fasse éliminer sur son propre terrain de jeu... mais il ne pouvait rien contre les flammes, c'est un fait. Il se contenta de sourire avec satisfaction en observant toujours d'un mauvais oeil l'homme qui lui faisait face.

- Il n'y a jamais de Diable sans flammes...

Il constata également une faiblesse soudaine de la part de son adversaire. Il le fixait à travers l'épais nuage de fumée noire, de ses yeux rouges reluisant à la lumière des flammes. Comme s'il pouvait lire en lui d'une facilité déconcertante. La douleur, la fatigue, il parvenait presque à ressentir une certaine empathie, seulement en le toisant comme il le faisait. Mais il sentait un soupçon d'adrénaline plaisant monter en lui, le fait d'être confronté à l'élément que les hommes craignent et fuient comme la peste lui procurait un sentiment qu'il n'éprouvait qu'en de rares occasions. Mais il n'y avait rien qui puisse autant le ravir que la musique enivrante de la plus terrible des guerres.

Le bruit infernal des flammes vives animait le visage de Road, qui, les poings fermés et l'expression sauvage, donnait l'inexplicable impression de contrôler l'incendie par la simple force de ses pensées. Son charisme en valait cinquante, et, même entouré par les flammes et par une fumée étouffante, il continuait de le fixer, lui qui était devenu sa cible capitale, tout le centre de son attention. Son sang bouillonnait dans ses veines, et son envie de meurtre s'alimentait grâce à la tension qui régnait en maître dans cette simple ruelle... et qui était passée au stade de terrain de jeu pour Road...

S'il avait attendu plus longtemps, il n'y aurait eu plus aucun échappatoire. Mais il réagit au moment opportun, et passa rapidement son bras autour de la taille de Robert qui ne semblait même plus en état de penser afin de le transporter sous son bras. D'un geste souple, il fit un bond sur un tonneau qui n'avait pas encore été emporté par les flammes et atterrit avec agilité sur le toit du bâtiment avoisinant. Même avec son haut niveau en alchimie, il ne pourrait pas éteindre un incendie avec des flammes aussi puissantes. Ainsi donc, au lieu de jouer au héros en mourant vaillamment au coeur des flammes, l'option de la fuite lui était plus favorable. Il resta pourtant à proximité de l'incendie, pour son simple plaisir personnel, même s'il ne présentait plus aucun risque à présent. Ils se trouvaient sur le toit d'un bâtiment suffisamment éloigné, jusqu'où le feu ne s'étendrait pas. Probablement.

Road lâcha négligemment Robert, le laissant étalé sur le toit à souffrir en silence. Il venait de le sauver d'une mort certaine... chose peu commune venant de ce type... mais les raisons ne manquaient guère à tout cela.

- Ne meurs pas tout de suite, ça ne serait pas drôle sinon...

Dégainant à nouveau ses tonfas, il en plaça un sous la gorge de Robert et il lui fit un sourire cynique, se penchant dangereusement sur lui.

- Tu n'es pas aussi intéressant que je ne le pensais... mais tu pourrais m'être utile... Robert Break...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robert G. Break
Ex-criminel Dark Smoker
Membre

avatar

Féminin
Lion Chien
Messages : 619
Age : 23
Rang dans le RP : Ancien suspect R.
Rang spécial Hrp : Baby-sitter de Leila, Mouelleux , Cobaye de Chame

Feuille de personnage
Points:
16/65  (16/65)
Niveau:
12/17  (12/17)

Pouvoir: Peut brûler les matières. Utilisation de gants pour transfmuter directement. Utilisation d'un révolver avec chaîne.

MessageSujet: Re: Chat et chien ... L'éternel combat. [ Road ~ ]   Lun 28 Déc - 5:51

    Last Move ?


    Enfin un petit moment de repis! Tout du moins c'est ce qu'espérait Robert au plus profond de lui même car il était bien évident qu'une attaque aussi banale que celle-ci n'allait pas fonctionner, surtout contre R qui est un grand spécialiste des combats. o/ Il n'y a pas à dire, celui-ci faisait preuve de beaucoup de talent pour ceci ou ne serait-ce que pour la stratégie et tout ce qui va avec. Dommage qu'il l'utilise pour tuer des gens. Mais bon on peut dire que c'est ce qui fait son charme ravageur. Son regard pénétrant effrayant, qui n'y résisterait pas? C'est sûr, Bébert tu peux retourner dans ton coin, tu ne fais largement pas le poids. Mais là n'est pas la question de la puissance, enfin si un peu quand même. Pour la première fois de sa vie, notre cher jeune homme avait enfin sa bonne étoile qui lui venait en aide ... Ou pas au final, mais disons que c'est quand même mieux que de finir cramer par des flammes.... é_é

    Bref', Road venait de faire preuve d'une extrême générosité aussi rare que les éclipses. C'est à croire si il n'était pas tombé malade la pauvre. La chaleur des flammes aurait-elle eu plus d'impact qu'on ne l'aurait imaginé en lui faisant griller quelques neurones de tuerie? Mah peut-être pas non, ceci serait vraiment étonnant et stupide de laisser un témoin comme ça par pure bonté. Autant dire qu'il y devait forcément anguille sous roche. Ma foi ce n'était pas comme si Robert Break pouvait penser à ceci dans son état. Presque au bord de l'évanouissement, il n'avait même pas encore pris conscience qui ce cher R venait de le transporter, en le prenant par la taille, sur un toit. La seule chose qu'il pouvait capter était la douleur de retomber sur un sol ferme.

    Non bien sûr, cela ne lui faisait plus mal vu ce qu'il avait subit quelques secondes avant. Essayant de reprendre ses esprits petit à petit, le jeune alchimiste s'allongea sur le dos. Non pas pour faire bronzette pour plutôt pour reprendre son souffle et éviter de se retrouver dans des positions qui le feraient horriblement souffrir, déjà qu'il avait peine à se remettre debout.... Un peu de calme dans ce monde de brutes. Bien entendu, pas la peine d'espérer de sa part d'écouter les chères paroles affectifs de son ... sauveur. Malheureusement pour lui c'était un terme qui pouvait le désignait... Enfin il avait quand même écouté un minimum de chose, comme 2mots sur 10 par exemple... Ce n'était pas la peine de répondre à ceci. Drôle ? C'est vrai que pour R tuer des gens est un jeu amusant, Robert l'avait malheureusement oublié.

    Mais à ce moment précis, la fatigue commençait à peser bien lourd, laissant ainsi le sommeil guetter son esprit en quête de calme. Une drogue. Le sommeil devenait alors comme une drogue, en en voulant toujours plus. Et ceci lui avait fait complètement oublier Cheschire ... ce foutu chat porte-poisse... Il ne fallait pas trop s'en inquiéter d'ailleurs, c'est un chat ayant un minimum d'instinct de survis. Celui-ci devait déjà être loin en train d'enquiquiner le premier passant qui lui est tombé sous la main tiens. Mais peut-être qu'au final il était resté pétrifié dans son carton et fini brûlé ... Ce qui réjouirait sûrement l'autre sadique juste à côté.

    Le rescapé des flammes pensait pouvoir profiter d'une bonne brise, comme si de rien n'était, oubliant entièrement l'existence de R, pour se revigorer. Mais un autre avait un tout autre moyen pour le tirait de la fatigue qui l'entraînait peu à peu dans le monde merveilleux du sommeil et des rêves. Effectivement ce n'était pas avec un tonfa sous la gorge que l'on pouvait respirait l'harmonie et la paix. Il fût ainsi tirer immédiatement de son repos pour voir un psychopathe lui faire un " beau " sourire ... Il n'y avait pas à dire, R était quelqu'un d'effrayant. E, seulement quelques instants, quelques secondes il pouvait faire d'un atmosphère gaie et épanouie en une respirant l'oppression, et quelque chose ressemblant de prêt à l'enfer. La seule chose qu'il y avait alors à faire était d'écouter et quand R parle il faut se taire...

    Gardant son calme, Robert pris d'un geste lent une cigarette et l'allume calmement à l'aide de son briquet presque vide d'ailleurs ... Il préférait respirait quelques secondes ce tabac pour lui éviter en beauté une montée de tension en quelque sorte. La nicotine, c'était vitale. Il apporta délicatement sa clope sur ses lèvres, fuma tranquillement ne se souciant même plus du tonfa sous sa gorge qui pouvait lui ôter la vie sans difficulté, et souffla doucement la fumée du tabac sur le visage de R. C'était en quelque sorte sa réponse, bien que pas entière. Le self control ... Il avait réussi à le maîtriser assez vite grâce à l'autre.

    « ... Utile en quoi ? Et Pourquoi moi... ? »

    C'était à se demander comment il pouvait être aussi calme avec pourtant un certain cran. Il tenait bien entendu à sa vie et n'essayait absolument de la raccourcir. Mais il valait mieux rester naturel comme si il allait trembler de peur au moindre petit geste dangereux de son " compagnon ". Commençant alors légèrement à ne plus pouvoir respirer correctement, il déplaça le tonfa sur le côté. Robert s'attendait à ce qu'il le frappe en fait. Bientôt il allait peut-être devoir faire appel au S.O.S Hommes battus... Ça ferait presque pitié ... <3 Plantant son regard dans les iris rouges sanglants de R, il se souvînt qu'il avait par pur habitude gardé la cravate. Parce que oui c'est sacré une cravate hein, faut pas les jeter à tous les coins de rues non plus. Ainsi par geste de bonté pure on va dire, il lui tendit soigneusement l'habit que R avait très sympathiquement utilisé pour le ligoter ...

    « J'aime pas vraiment gaspiller des vêtements ... Et j'veux pas faire le chieur mais faudrait peut-être me soigner un peu si t'as besoin de moi ... T'as légèrement destroy mes jambes déjà pas très solides. ._. »

    Bébert ... On t'aime. ♥

    Last Move ?


Voilà voilà, c'est fait :') ... Désolée c'est pas top mais en même temps j'suis censée dormir alors me tues pas trop Roberte ... <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Road Shokkeru
R, Criminel Reconnu
Membre

avatar

Masculin
Balance Cheval
Messages : 1421
Age : 27
Rang dans le RP : Chien enragé. Actuellement en taule.

Feuille de personnage
Points:
29/90  (29/90)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Alchimie sans cercle permettant de manier l'électricité.

MessageSujet: Re: Chat et chien ... L'éternel combat. [ Road ~ ]   Lun 28 Déc - 16:59

    C'était pourtant une belle journée.
    Pour Road tout du moins. L'une de ces journées plaisantes où rien de particulier ne se passait. Juste la monotonie habituelle et le son monocorde du temps qui s'écoule et passe. Cette impression singulière que tous les jours se suivent et se ressemblent. Amestris était un pays si embêtant. Drachma était déjà beaucoup plus amusant. Même si cette sale face de rat puant de Sykes y résidait à long terme et même si Road devait supporter sa compagnie, il se passait nettement plus de choses là-bas pour lui. Le pays où il était né, Amestris, cachait probablement de nombreux événements à venir peut-être tous plus dangereux les uns que les autres et suffisamment excitant pour raviver la flamme meurtrière qui brûlait en Road, mais il n'avait pas encore eu l'occasion de s'en rendre compte. Pour lui, ce pays était encore d'un ennui déprimant. Depuis quatre ans, l'armée n'avait toujours pas réussi à mettre la main sur lui malgré de nombreuses tentatives, et même une seule petite information de son identité n'avait jamais pu passer à l'intérieur des mailles du filet militaire. C'est si ennuyeux. Si banal. Si monotone. Sans intérêt quelconque. À un tel point que cela le refroidissait quand il s'agissait de tuer. Ce qui n'était pas peu dire. Ah la banalité... Road en avait perdu l'habitude. Depuis la mort de son père. Quoique même avant sa mort, ce vieil enfoiré de Sykes avait déjà bien profité de ses talents. La douleur, le sang, la mort, c'était une habitude chez lui. Et il aimait ça. Il aimait être si répugnant. C'était tout ce qui pouvait lui offrir suffisamment d'adrénaline pour que sa vie ne sombre pas complètement dans la banalité. Road était blasé par la vie.

    La rencontre avec Robert avait été une vraie partie de plaisir. Il avait rarement autant aimé taper sur quelqu'un, et il n'avait pas l'intention de faire une croix dessus... garder ce pauvre type sous sa coupe pour ensuite l'achever quand il serait temps, là était le plan dans son intégrité. Il ne vivait que pour se battre et tuer de toute manière. S'il sympathisait avec quelqu'un, cela aboutissait toujours à une baston, à une tuerie, voire même à une véritable torture qui n'en finit plus. Jusqu'à maintenant, la seule personne que Road n'avait aucune intention de tuer était Alice. Une petite veinarde cette gamine. Il ne pouvait pas s'empêcher de l'apprécier, et juste pour ça, il la détestait. Quelqu'un qui bloque ses envies meurtrières de cette façon était un caillou en travers de sa route. Mais mine de rien, il n'arriverait pas à s'en détacher si facilement à présent. C'est pourquoi il ne comptait pas la laisser paumée dans Central, surtout si en plus, elle avait Hibird avec elle. Et une arme vraiment redoutable. Son sourire. Un sourire vraiment monstrueux en lui-même, même s'il n'en avait aucunement l'air. Sans ce sourire innocent et abruti, Road l'aurait déjà assommée et oubliée au bout de deux minutes. Avec lui, on ne passe pas par quatre chemin dans ces cas-là.

    Plus encore que le crime de s'avouer apprécier quelqu'un, il venait de sauver une personne qui aurait dût être sa victime. Oh mais Robert l'était toujours, vous pouvez me croire. Seulement l'avoir sauvé, même si ce n'était ni par compassion ni par réelle envie de le garder en vie, la morale de cet acte le détruisait de l'intérieur. Il aurait pu le laisser mourir brûlé avec sa saleté de chat qui y était probablement resté, mais il ne l'avait pas fait. C'était incompréhensible. Enfin en tout cas, peu de temps s'écoula avant qu'il n'agresse à nouveau le pauvre Robert qui avait l'air au bout du rouleau en l'étranglant presque avec son tonfa. Son sourire mesquin affiché sur son visage n'avait rien de rassurant. Et il le savait parfaitement. C'était ça qui était plutôt drôle, il en usait et abusait sans se retenir, voyant très bien que les autres n'y étaient pas indifférents. En tout cas, il n'eût droit qu'à un nuage de fumée dans la face, envoyé par l'autre accroc à la nicotine. Road le dévisagea avec un air mauvais. Il ne supportait que très peu cette odeur. Il ne montrait jamais ses faiblesses d'habitude. Il ne le fit pas cette fois-ci non plus. Il fit comme si cette seule marque d'irrespect était la raison de ce regard acrimonieux qu'il lui lançait. C'était certainement le cas d'ailleurs.


    « Tu as été un éventuel suspect en ce qui concerne la recherche acharnée que mènent les militaires sur R n'est-ce pas ? »

    Il lui lança un regard peu sympathique et qui, là non plus, n'avait absolument rien de rassurant... en effet, il allait lui servir d'appât, il était parfait pour ça. Et il était certain qu'il avait déjà le rôle dans la peau (hem). De plus, quelqu'un qui avait réussi à mettre Road dans cet état d'euphorie et d'envie profonde de tuerie n'était pas à déplorer. Ce n'était pas n'importe qui ce type. C'était pour cela qu'il serait très utile à Road.

    « Je t'expliquerai plus tard en quoi tu vas pouvoir te rendre utile... en attendant, j'aimerais te demander une faveur... »

    Il pencha la tête sur un côté avec un air las. Il fallait bien régler ce problème idiot de la baby sitter. Road n'était vraiment pas fait pour garder des enfants. Alice avait peut-être atteint sa majorité, mais dans sa tête, c'était toujours qu'une gamine et rien d'autre. Même pas capable de faire preuve de maturité une seconde. Il était évident qu'elle n'allait pas le retrouver de sitôt. D'un côté, ce n'était pas si mal. Une folle schizophrène complètement disjonctée comme elle, ce n'était pas de très... bonne compagnie. Enfin en général. Parce que malgré ça, Road l'appréciait et s'il posait sa demande à Robert, c'était bien parce qu'il ne se fichait pas d'elle au fond. Autrement, il la laisserait pourrir dans son coin toute seule, car si elle s'imaginait que quelqu'un d'autre allait la recueillir, elle pouvait toujours rêver. Si Road l'abandonnait elle serait condamnée à errer dans Central sans jamais rien voir d'intéressant, fin de l'histoire. Ce n'était pas vraiment de la pitié mais voyez-vous, il ne faut pas se leurrer. Bref, monsieur prononça donc sa demande à ce cher Robert qui ne l'écoutait qu'à moitié mais qui y avait plutôt intérêt.

    « J'ai paumé une gamine en route que je n'ai pas retrouvé. Elle s'appelle Alice. Elle n'est pas très grande et tellement idiote et maladroite que tu ne peux pas la rater. Je veux que tu me la retrouves... j'ai quelque chose à faire, on se rejoint à la gare. »

    C'était pourtant une belle journée...


Fin du topic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hinoto Portman
Petit Nouveau *_*
Invité

avatar

Féminin
Cancer Singe
Messages : 1886
Age : 25
Rang dans le RP : Chimère chat à la solde de Greed, elle recherche sa fille: Eden. La recruteuse de choc des DH.
Rang spécial Hrp : Grande soeur de May, Tata de Zina, Presque épouse de Subaru, mère d'Azai, d'Angelica (alias Eden) et de la box, buveuse de lait, marchant de sable à ses heures perdues, sosie brune de la fée clochette (jeteuse de poussière d'atmosphère), adepte de Saturnain, millitante pour la régence de vert, utilisatrice de . , fan du bas marché, chanteuse de générique de séries et dessins animés cultes, grande floodeuse (n°2 par le passé, actuelle n°1, en attente de se faire détrôner par sa petite soeur <3 histoire que le royaume reste dans la famille!), dealeuse de peluche qui boss pour Memory, accro aux pommes elstars, fondatrice de la secte anti time out.

Feuille de personnage
Points:
32/60  (32/60)
Niveau:
13/20  (13/20)

Pouvoir: Sens surdéveloppés, grande rapidité et aptitude à faire des sauts très haut, griffes acérés. Maîtrise des armes blanches et arts martiaux.

MessageSujet: Re: Chat et chien ... L'éternel combat. [ Road ~ ]   Mar 19 Jan - 15:41

Bonjour à vous deux!

Donc vous serez tout deux noté sur 10 en raison de vos 6 post respectifs. C'était un topic bien sympathique, qui en profile de très beaux à venir une fois que vous retrouvé la petite Alice, vous allez encore nous faire un beau trio! Comme d'habitude en plus d'être divertissant, c'est au point techniquement (ortho, synthaxe, longueur des posts, etc.) donc vous voilà tout deux avec un 8/10.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chat et chien ... L'éternel combat. [ Road ~ ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chat et chien ... L'éternel combat. [ Road ~ ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un chat, un chien et un rongeur, c'est la recette du bonheur !
» Un chat ? Un chien ? Peut être un poisson rouge alors ?
» S'entendre comme chien et chat (Pv Uridan Sangried)
» Entre chien et loup [Combat Liana vs Sven]
» L'Art du Combat ... [ Nuage de Flamme ] // End.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FMA-World :: Amestris - Central Area :: Central City :: Petites rues calmes-
Sauter vers: