AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Course-poursuite massacrante [Pv Elkion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Road Shokkeru
R, Criminel Reconnu
Membre

avatar

Masculin
Balance Cheval
Messages : 1421
Age : 27
Rang dans le RP : Chien enragé. Actuellement en taule.

Feuille de personnage
Points:
29/90  (29/90)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Alchimie sans cercle permettant de manier l'électricité.

MessageSujet: Course-poursuite massacrante [Pv Elkion]   Dim 10 Jan - 17:27

    « Hey, vous. »

    Road était de mauvaise humeur. De très mauvaise humeur. Comme d'habitude, me direz-vous. Il était effectivement rare voire inexistant qu'il soit de bonne humeur. Cela se remarquait facilement sur son regard d'assassin et ses lèvres jamais souriantes, mais également sa façon de s'adresser aux gens. Pour faire simple, il ne parlait pas aux gens, il les agressait sans penser une seule seconde que le respect pourrait éventuellement être de rigueur. Mais il n'était pas du genre à respecter les gens de son plein gré. Les autres lui devaient le respect, mais lui estimait qu'il n'avait pas besoin d'avoir de l'estime pour les autres. Avec lui, presque tout était à sens unique, en l'occurrence. Et on peut dire que la situation le montrait assez bien.

    Commençons par le commencement. Car tout problème a un début, un élément perturbateur qui fait dégénérer une situation pourtant tout à fait banale à la base. Après avoir engagé de force un pseudo baby-sitter pour cette boulette d'Alice, il était retourné à ses passionnantes occupations, donnant rendez-vous à Robert à la gare. Jusque là, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Seulement, Central et ses rues mal famées... vous connaissez. Road n'était pas le genre de personne que l'on osait approcher pour un sou, mais lorsque quelqu'un le faisait... cela pouvait prendre des tournures effrayantes. Tout comme le début de combat avec Robert l'avait bien prouvé, alors que la pauvre victime n'avait rien demandé pour en arriver là. Cela revenait donc à avoir affaire à une bête sauvage, un dangereux prédateur prêt à se jeter sur sa malheureuse proie pour la... mordre à mort. Oui, telle était l'expression qu'il utilisait souvent pour indiquer aux gens que c'était l'heure de rejoindre leur tombe. En vérité, il n'avait jamais réellement mordu qui que ce soit, mais il voyait la vie différemment des autres... il avait d'ailleurs tendance à considérer les autres comme de faibles herbivores, comparaison plutôt sauvage qui le plaçait au plus haut de la chatoyante relation entre chat et souris. La vie était comme une chasse. Une chasse interminable et la bête sauvage, c'était lui. Celui qui effrayait et tuait ses proies.

    C'était donc dans le cadre d'une rencontre avec un faible herbivore que la situation avait dégénéré. En effet, et l'élément qui avait provoqué cette dégénérescence n'était autre qu'une simple montre à gousset. C'était une montre à gousset en or fin avec de jolies gravures florissantes qui n'avait rien à envier aux montres d'alchimiste d'état ornées du blason royal. La chaîne dorée dépassait de la poche du pantalon de Road, et vous vous doutez bien que c'est ce genre d'objet que les pauvres reluquent. Mais pas seulement eux... il y a également les sales gosses rebelles et mal élevés qui s'amusent à faucher les affaires des passants et s'enfuient avec. Pour le coup, le gosse était très mal tombé. Il ne devait pas se douter de qui était Road, c'était certain. Arrivant par derrière, ce sale morveux avait fait de la montre son affaire et s'était tiré à l'anglaise sous le regard meurtrier du criminel. Il en fallait peu pour l'énerver, mais là, lui voler ainsi un objet de valeur, c'était inadmissible. C'est pourquoi je pourrai presque vous dire qu'il partit à sa recherche, tronçonneuse à la main, mais... mais en fait non.

    En vérité, du fait de l'aura impressionnante que dégageait Road, le gamin s'était rendu compte qu'il était resté figé en plein milieu de la rue, les poings fermés, avec les nerfs en surchauffe. Mais le jeune homme savait très bien que le gosse reviendrait s'il remarquait qu'on ne le suivait pas. Oh mais Road s'y connaissait en poursuite, il avait l'habitude. Pas à Amestris étant donné que les forces de l'ordre ne connaissait pas l'identité de R, mais à Drachma il était loin d'être incognito... au bout d'un moment, on sait comment s'y prendre, et plus particulièrement avec les sales gosses qui croient pouvoir jouer au plus dur avec lui. C'est là que commença la petite guerre entre lui et le morveux. S'approchant de lui, armés de ses tonfas, il lui aurait volontiers fait une chirurgie faciale de sa marque de fabrication, mais en fait non. Ce n'était pas si amusant s'il en finissait rapidement. Le gamin, trop effrayé pour faire marcher ses neurones et rendre la montre, courut se planquer dans un grand bâtiment qui en imposait assez. C'était la bibliothèque de Central. Nous en sommes donc là. Toujours avec ses tonfas à la main, Road ne calcula même pas que le port d'arme n'était pas autorisé dans les lieux publics, et il agressa la bibliothécaire en la menaçant avec un tonfa sous la gorge.


    «
    Hey, vous. Où est allé ce gosse ? »

    Elle fit mine de ne pas savoir, et pourtant, elle l'avait forcément vu s'il s'était caché ici. Elle devait comprendre qu'un gamin ne veuille pas être confronté à un tordu comme Road, n'importe qui aurait pris sa défense en niant son passage ici. Mais elle ferait plutôt mieux de répondre, c'était dans son intérêt, vous pouvez me croire. Il l'attrapa par le col, en la fixant d'un air agressif. Cette pauvre femme tremblait comme une feuille, elle n'osa même pas croiser le regard de son agresseur, remontant nerveusement ses petites lunettes sur son nez. Elle ne touchait plus le sol avec ses pieds. Et c'est alors qu'il fit un geste brusque avec un de ses tonfas, et, complètement paniquée, la bibliothécaire commença à hausser la voix, défiant Road du regard.

    «
    Cela suffit, je vais prévenir l'armée, monsieur ! »

    Et elle se reçut un coup de tonfa en acier chromé dans la mâchoire, avant de s'écrouler au sol. Elle saignait, elle pleurait, s'accrochant au bord de sa table pour s'aider à se relever. Road se retourna brusquement, et tous les humbles gens venus ici pour bouquiner tranquillement eurent un mouvement de recul, la bibliothèque était encore plus silencieuse que d'habitude. Vous voyez, une bibliothèque, c'est très calme et silencieux d'habitude, mais là... c'était tout autre chose. Même les mouches s'étaient évanouies devant un type pareil. Ses lèvres affichèrent un léger sourire mesquin et il attrapa le téléphone, avant de le faire glisser jusque devant la bibliothécaire qui venait de se relever difficilement, totalement effrayée, paniquée, elle alla se plaquer contre le mur.

    «
    Allez-y, appelez donc les flics, si vous l'osez. »

    Il s'éloigna d'elle, laissant un vent glacial dans toute la bibliothèque, alors qu'il se dirigeait tranquillement vers l'escalier du premier étage. Ses pas lents résonnaient dans toutes la pièce principale, et une fois arrivé en haut, il toisa l'étage, avec une partie de la vue bloquée par les immenses bibliothèques remplies de livres en tout genre. Le gosse était là, il entendit d'ailleurs des bruits suspects de l'autre côté de la pièce. Il avait déjà commencé à foutre un bordel monstrueux dans cet endroit juste à cause d'une montre à gousset, jusqu'où cela irait donc ? Il donna un violent coup dans une étagère, faisant tomber presque la totalité des livres qui y étaient disposés. Cet endroit était un véritable labyrinthe, si on y réfléchissait bien. Il fit tranquillement le tour de l'étage, sans se presser, persuadé que le gosse finirait par céder. Cela se passa différemment. Ils se croisèrent à nouveau, dans un total hasard, et cela ne fit que l'affaire d'une minute avant que le gamin ne finisse par terre, à moitié mort sous les coups. Il devait bien avoir quinze ans, ce petit. Dommage. Road récupéra sa montre tâchée de sang et la laissa glisser doucement dans sa poche, la chaîne dépassant de sa poche. Mais naturellement, une évidence s'imposait : il était loin d'en avoir terminé avec sa petite visite à la bibliothèque. Et dire qu'il était censé passer inaperçu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elkion Harkonnen
Lieutenant Général
Membre

avatar

Féminin
Capricorne Singe
Messages : 299
Age : 24
Rang dans le RP : Spitfire Alchemist
Rang spécial Hrp : Côté Noir de Tiky Mick : D

Feuille de personnage
Points:
26/80  (26/80)
Niveau:
13/20  (13/20)

Pouvoir: • Alchimie sans cercle # Corps-à-corps

MessageSujet: Re: Course-poursuite massacrante [Pv Elkion]   Mer 20 Jan - 22:00


    Pfeuh... Une bibliothèque... Ca faisait un bail, tiens, qu'Elkion n'y avait pas mis les pieds. Ca lui faisait un bon paquet de souvenirs, sans aucun doute. Ces longues soirées à étudier l'alchimie, tout ça pour devenir ce qu'elle était aujourd'hui. Une espèce de folle dingue prête à n'importe quoi pourvu qu'elle puisse tabasser quelqu'un.
    Elle avait en tête ces centaines de livres qu'elle avait ouverts, laissé tomber au sol, jeté contre les murs, tous en rapport avec cette science dont elle connaissait presque tous les secrets... Enfin, trève de rêvasseries. C'était pas son truc, les flashbacks larmoyants où elle se revoyait avec quinze ans de moins, et puis, elle n'avait pas que ça à faire. Voyez-vous, ce qui arrive quand on a des enfants, c'est qu'il faut s'en occuper, de ces petites choses là, surtout quand elles vous hurlent qu'elles vont écoper d'une bulle si elles ne terminent pas leur exposé en temps et en heure.
    Alors aujourd'hui, c'était Nymphaea Baroque qui était venue jusqu'au QG
    pour lui demander de l'accompagner à cette fichue bibliothèque. Dérangée en plein petit déjeuner alors qu'elle s'évertuait à démolir dans les règles de l'art ses sous-fifres incompétents, Elkion avait, encore une fois, frôlé la crise de nerfs qui aurait eu pour conséquence un incendie gigantesque en plein Central.

    - M'maaaaaaaaaaaaaaaaaaaan...?

    La mioche la regardait, avec ses grands yeux bleus, battant des cils, comme si ça pouvait marcher sur elle.
    Et effectivement, ça marchait. Laissant ses subordonnés ruminer leur inutilité et leur nullité consternante, Elkion leur avait donné une masse monumentale de paperasse à faire. Un travail de plusieurs semaines qu'elle leur demanda d'effectuer en une journée. Les joies d'être un haut gradé, oui oui, vraiment.
    Quoique... En ce moment, elle se sentait en stand by, un peu à l'écart, et même si beaucoup s'en réjouiraient, elle au contraire se disait qu'il serait temps qu'elle se bouge un peu l'arrière-train. Des criminels à Central? Oui, y'en avait un paquet, mais la vermine se cache bien et Elkion n'avait pas tellement envie de se fatiguer à les débusquer. Qu'ils viennent à elle? Ah, si seulement c'était aussi simple...


    - C'sur quoi, ton truc? demanda Elkion, passablement de mauvaise humeur. Depuis tout à l'heure, la gueuse de l'accueil la regardait d'un air bizarre.

    C'était une nouvelle, une paumée de la campagne comme on en voyait plus de nos jours, et qui n'arrivait pas à se mettre l'image d'Elkion dans le bon sens. Une vraie paumée. La lieutenant général avait du lui envoyer sa montre d'alchimiste bien entre les deux yeux pour que cette petite comprenne un peu sa situation. Mais même avec cela, la bibliothécaire continuait à la lorgner bien comme il fallait pas.


    - Sur une personnalité de Central, n'importe laquelle et --

    - N'porte laquelle? répéta Elkion, un air ébahi sur son visage. Et moi alors, j'compte pour du beurre?

    Ahn, Elkion Harkonnen frappée dans son ego par sa propre progéniture. A refaire. Nymphaea Baroque ricana doucement, avant d'expliquer à sa môman qu'il pouvait s'agir de n'importe quelle personnalité tant qu'elle vivait il y a de cela deux siècles. Perplexe, maman Elkion hocha la tête et laissa la mioche se débrouiller seule. Elle? S'intéresser aux macchabés? Pas tellement.

    Elkion commença à déambuler dans les couloirs, jetant un oeil discret à sa fille, vérifiant qu'elle travaillait toujours parce qu'on sait tous que les gosses, ça. bosse. pas. La jeune femme se dit qu'elle laisserait bien sa propre fille en plan - elle l'avait fait des dizaines de fois, à croire que c'était elle l'enfant dans l'histoire - si elle n'avait pas remarqué que "quelque chose" clochait dans cette bibli' maudite.


    - Hey, vous. Où est allé ce gosse ?

    Et lui, d'où il sort? Depuis le palier du premier étage qui donnait vue sur le rez-de-chaussée incroyablement mal décoré, Elkion le voyait. Elle jura assez bas pour ne pas que l'individu la remarque, mais assez fort pour que ceux autour d'elle lui lancent des regards réprobateurs. Cependant, ce n'était pas parce que l'inconnu la dérangeait qu'elle jurait. Au contraire, c'était peut-être le début d'un après-midi pas si morne que ça...

    - Cela suffit, je vais prévenir l'armée, monsieur !

    *Et moi, j'suis pas l'armée peut-être?*

    Ouais... Ben Harkonnen se demandait bien si finalement, elle ne lui en mettrait pas une, à cette gueuse... Ainsi, Elkion laissa le jeune homme tabasser la gueuse à l'accueil. Déjà d'une, parce qu'elle méritait -et elle n'avait pas à le faire-, et de deux, ça ferait un motif en plus pour l'arrêter. Une pierre deux coups, voire même un peu plus. Il était complètement inconscient ou au contraire, savait parfaitement ce qu'il faisait, dans tous les cas le malfrat n'allait pas tarder à connaître les ravissants locaux de la prison de Central, ces locaux qui, en été, sont plutôt frais et ne laissent pas passer le soleil... Poussant un "Hmpf!" des plus méprisants, la Lieutenant Général fit un pas en arrière. L'inconnu montait à l'étage et, dissimulée par les kilomètres d'immenses étagères, elle l'observait mettre le boxon, battant un gamin à mort pour...
    ... Une montre?

    Eh ben, si un simple machin qui donne l'heure pouvait mettre un gars autant en rogne... Bon, peut-être que l'objet avait une valeur autre que marchande, mais voilà, il se trouve qu'Elkion n'en avait rien à secouer, son seul souci étant de mettre son poing de fer dans la tronche de cet incongru. Alors, tout naturellement, marchant sur les livres neufs - provoquant au passage des soupirs horrifiés de la part des amoureux de la lecture -, elle se dirigea tout naturellement vers le jeune homme qui lui tournait le dos.


    - Mam...
    - Shh.

    Nymphaea Baroque, bien entendu, n'était pas restée étrangère à tout ce vacarme et avait observé, les yeux mi-clos, la bastonnade auquel le garçon avait eu droit. La fillette se serait bien jetée sur le petit pour le traîner jusqu'à la salle où elle étudiait pour le soigner, mais sa môman lui jeta un regard qui voulait dire tellement de choses qu'elle préféra garder le silence. Frappant dans ses mains, puis les posant sur le sol, Elkion transmuta tout naturellement une partie du parquet qui barra le passage vers les escaliers. Consciente que ça ne ferait que perdre un peu de temps à cet abruti plutôt que de le faire paniquer comme il le fallait - parce que c'était sa spécialité -, la jeune femme prit pourtant plusieurs secondes pour s'approcher tout près de lui, à peut-être un ou deux mètres de distance. L'affreux n'avait plus qu'à se retourner, et il rencontrerait la magnifique main d'argent de Madame.


    - D'donc chéri, vociféra-t-elle, et sa voix résonna dans toute la bibliothèque. T'as fini ton bordel?

    Pfeuh, mais qu'est-ce que c'étaient, des bouquins étalés par terre, à côté d'un escalier à moitié transformé et d'un parquet complètement arraché? Revoyez l'ordre de vos priorités, Lieutenant Général.
    Histoire de terminer cet incident au plus vite, Elkion saisit le jeune homme par l'épaule et tenta de le frapper en plein visage, pour l'assommer, pour faire vite, quoi. Cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait cogné personne - ah si, hier matin - qu'elle ne sut pas vraiment si elle avait atteint son but.

    Round 1, Messieurs Dames.



Dernière édition par Elkion Harkonnen le Mer 3 Mar - 12:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Road Shokkeru
R, Criminel Reconnu
Membre

avatar

Masculin
Balance Cheval
Messages : 1421
Age : 27
Rang dans le RP : Chien enragé. Actuellement en taule.

Feuille de personnage
Points:
29/90  (29/90)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Alchimie sans cercle permettant de manier l'électricité.

MessageSujet: Re: Course-poursuite massacrante [Pv Elkion]   Sam 23 Jan - 16:53

    Le tic tac de la montre à gousset était devenu le seul bruit que l'on pouvait entendre dans cette bibliothèque. Grande, sinistre, elle avait perdu son ambiance habituelle, celle d'une bibliothèque tout ce qu'il y a de plus banal. Et Road ne se sentait aucunement fautif dans tout cela, celui qui avait perturbé l'atmosphère tranquille de cet endroit n'était autre que ce sale gosse trop plein d'ambitions pour oser voler un objet de valeur à un malade heureux comme Road. S'il fallait provoquer quelqu'un, ce n'était certainement pas lui. Il avait tendance à tout prendre au premier degré et si ce petit vol n'était qu'une plaisanterie, ça n'aurait même pas pu lui effleurer l'esprit une seule seconde. Ce n'était pas concevable pour lui. Ce gosse avait donc mérité ce qu'il lui arrivait. Enfin, selon la « logique » du jeune homme qui, ironie quand tu nous tiens, n'était absolument pas logique. Et allez chercher une graine de diplomatie en lui... mais il avait toujours été direct dans tout ce qu'il entreprenait, la parlotte et les négociations étaient des choses absurdes de son point de vue. Inutile par dessus le marché. Il n'y a que la violence pour régler les problèmes, au moins de cette façon, il est certain d'obtenir ce qu'il veut dans les règles de l'art.

    Les tâches de sang sur la surface de sa montre ne tenaient pas, c'était comme si l'on versait de l'eau sur une surface de verre. Quelques gouttes coulèrent sur le côté, puis sur son poignet, jusqu'à tâcher légèrement le tissu de la manche de sa chemise blanche. Avec un air provocateur, il mena son poignet à sa bouche en léchant le filet de sang qui y avait coulé, fixant les pupilles dilatées du jeune garçon qui était aux frontières de la mort. Il était pâle. Il devait souffrir... c'était pour cela qu'il ne l'avait pas complètement tué. Road ne tuait jamais ses victimes du premier coup. Il les battait à mort en prenant soin de les faire souffrir le plus longtemps possible. Le garçon ouvrit légèrement la bouche comme pour parler, mais il ne semblait plus avoir suffisamment de force pour articuler le moindre mot. D'un côté, voyez donc son état... sa mâchoire n'était plus en état de marche, sa tête saignait comme une fontaine, il devait facilement avoir plusieurs côtes cassées et les membres broyés. Mais Road avait fait preuve d'une extrême bonté à l'égard de cet enfant, vous pouvez me croire.

    Le jeune homme jugea bon de le laisser mourir tout seul dans son coin, il n'allait pas non plus attendre sagement qu'il rende l'âme. Il avait autre chose à faire. Et même si quelqu'un tentait de le sauver une fois qu'il aurait le dos tourné, ça ne servirait à rien. Il baignait déjà dans une marre de sang beaucoup trop importante pour qu'on puisse espérer le tirer des griffes de la mort. Alors qu'il s'apprêtait à sortir un couteau suisse pour déposer sa marque de fabrication sur le front du gosse, il sentit quelque chose d'inhabituel. Une présence trop inhabituelle... il dressa l'oreille pour entendre des pas, et un bruit signifiant qu'il y avait de l'alchimie dans l'air... sans bouger, il attendit que la personne se manifeste, sans vraiment se poser de questions. Il ne s'attendait pas à ce que ce soit une charmante personne de bonne humeur qui vienne lui proposer un café dans le bistrot du quartier, alors pourquoi avoir peur ? De toute façon, Road se croyait éternel, alors qui que ce soit, même s'il s'agissait de Bradley, ça ne lui ferait ni chaud ni froid. Ç'aurait même pu être une araignée mutante de cinquante mètres de haut, la situation l'aurait amusé. Cherchez l'erreur.

    Finalement, il entendit une voix de femme derrière lui, une voix assez agressive et un ton plutôt disgracieux pour une demoiselle. Et en plus de l'appeler « chéri » elle lui fit une remarque qui lui déplu au plus haut point. Il fronça les sourcils et tourna légèrement la tête pour mieux voir cette personne et lui faire comprendre sa façon de penser, mais il n'eût même pas le temps de sortir le moindre son de son gosier que la femme se saisit de son épaule pour le retourner et lui envoyer son poing en pleine figure. Un peu désorienté par le coup, Road recula de quelques pas, une main posée sur sa joue. Elle avait une sacrée poigne celle-là ! Il ne s'était franchement pas attendu à un tel coup. Une douleur commença à envahir sa mâchoire alors qu'il était encore à moitié sonné. Il eût la sensation que le sol se dérobait sous ses pieds. C'était comme s'il venait de se recevoir son propre coup... si on lui avait dit qu'une femme pouvait frapper aussi fort que lui, il ne l'aurait pas cru. Jusqu'à maintenant du moins. Il reprit ses esprits au moment où il manqua de s'étouffer en avalant son sang, toussant un bon coup avant de recracher par terre ce liquide presque noir et visqueux.

    Se redressant calmement, il identifia rapidement la situation ; il venait de se prendre un coup de poing d'acier dans la tronche par une femme qui avait, elle aussi, foutu un certain bordel, et se permettait de le reprocher à Road... hum... elle avait également bloqué l'accès vers l'escalier en utilisant l'alchimie et en défonçant le parquet par la même occasion. Il la toisa de haut en bas avec un air indifférent et enchaîna sur quelque chose de totalement hors sujet mais qui lui tenait particulièrement à cœur.


    «
    Pourquoi me tutoyez-vous ? Ne me prenez pas pour votre pote. »

    Il la fixait de ses deux yeux rouges, ne montrant aucune inquiétude, juste de l'indignation. Pas pour le coup de poing mais pour la façon dont elle lui avait parlé. Road était peut-être un dangereux criminel complètement malade, c'était quand même quelqu'un de très classe et raffiné qui ne supportait pas les mauvaises manières à son égard, et comme je l'ai dit, il prenait toujours tout au premier degré. Pour un criminel de son envergure, il sortait assez de l'ordinaire. Disons qu'il se permettait de mettre les autres sur le droit chemin par la violence alors que lui, abusait de sa force pour s'imposer et surtout pour tuer quand bon lui semblait. C'était comme s'il était le seul à avoir le droit de faire tout ça. Et il estimait même que ce qu'il venait de faire à ce pauvre garçon était tout à fait légitime. Avec un air hautain et le menton légèrement levé pour regarder son interlocutrice de haut bien comme il le fallait, il lui fit une réflexion toute simple sur comment elle devrait se comporter au lieu de bousiller un lieu public.

    «
    Et mêlez-vous de vos affaires. »

    Cette femme pouvait être n'importe qui. Une militaire, une simple passante, qu'en sais-je ? C'était bien le cadet des soucis de Road. Cette fouineuse l'avait offusqué, c'était tout ce qui l'importait. Et il ne fallait pas contrarier Monsieur. Le coup de poing avait déjà fait beaucoup plus de mal à sa fierté qu'à sa mâchoire. C'était vraiment pas sa journée. D'abord il avait fallu qu'il se coltine une gamine qui se croit au pays des merveilles, un abruti qui ne sait pas se servir d'un flingue et qui lui fait provoquer un incendie, puis un sale morveux qui lui pique sa montre et maintenant... une folle enragée qui le frappe sans raison -car comme je l'ai dit, il considérait son acte comme légitime. Évidemment, n'allez pas croire qu'il allait faire le gentil toutou et s'en aller les oreilles baissées et la queue entre les pattes, quelqu'un qui aime autant le combat que lui... c'était inimaginable. Et bien sûr, il se ferait une grande joie d'envoyer à son tour son poing ou un truc du genre dans la tronche de cette trouble-fête, et au diable la galanterie. Vous n'imaginez tout de même pas que Road fait la distinction entre homme et femme dans ce genre de situation ?

    Il avança de quelques pas, sans trop s'approcher de l'inconnue. Il lissa le tissu de son costard fait sur mesure qui lui allait comme un gant, dégageant la poussière des vieilles étagères de la bibliothèques qui s'était déposée sur lui au moment où il avait fait tomber tous les livres. Et il passa sa main dans ses cheveux avec sensualité, dévisageant la femme d'un air mauvais. Mauvais et hautain. Il la méprisait, même si elle avait suffisamment de force pour le sonner, ou alors... qui sait en quoi son poing était fait ? Road pouvait très bien concevoir qu'il ne soit pas de chair et d'os, dans la mesure où lui même avait deux automails à la place des bras. Chez lui ce n'était pas visible, étant donné qu'il gardait toujours des gants en gaz de soie afin de masquer la présence de ces tas de ferraille. Et encore, ses automails étaient assez classes, ayant un design original et purement différent du style d'automail que l'on trouvait à Amestris. Il en était assez fier, et en plus ils lui étaient bien utiles. Même s'ils n'étaient pas encore tout à fait au point, dans la mesure où il y avait une batterie limitée. Et il n'était pas certain que les batteries actuelles étaient encore bien pleines... en plus, il ne s'était pas retenu au Quint Flesh. Enfin, passons...

    Il écarta une mèche de cheveux gênante d'un geste vif de la tête puis frappa dans ses mains, pour ensuite faire apparaître une petite sphère d'électricité entre ses deux paumes, qu'il avait remonté au niveau de la naissance de son cou. La petite sphère éclairait légèrement son visage sombre, sur lequel s'était plaqué un air blasé. Alors que la sphère électrique s'épaississait de plus en plus, Road déclara avec lassitude :


    «
    Je n'ai pas de temps à perdre avec vous, et je ne suis pas très en forme. Cela me ferait donc plaisir que vous gicliez du passage. »

    Ce qu'il pouvait se foutre des bonnes manières... analysant la trajectoire dans l'air la moins occupée par la poussière, il relâcha toute l'énergie emmagasinée dans sa sphère électrique et l'envoya en plein sur la jeune femme qui l'avait importuné, en remerciement pour le coup de poing. Et encore, il n'en avait pas mis une énorme dose. Il faut dire qu'il n'était pas au top de sa forme aujourd'hui... cela faisait combien de fois qu'il s'était fait frapper depuis le début de la journée ? Bonne question. Et en plus, c'était pas juste des petites baffes, entre la barre de fer dans le ventre et le coup de poing de Terminator... il grogna, lassé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elkion Harkonnen
Lieutenant Général
Membre

avatar

Féminin
Capricorne Singe
Messages : 299
Age : 24
Rang dans le RP : Spitfire Alchemist
Rang spécial Hrp : Côté Noir de Tiky Mick : D

Feuille de personnage
Points:
26/80  (26/80)
Niveau:
13/20  (13/20)

Pouvoir: • Alchimie sans cercle # Corps-à-corps

MessageSujet: Re: Course-poursuite massacrante [Pv Elkion]   Mer 3 Fév - 16:39



    - ...Ne me prenez pas pour votre pote.

    Dans le genre « C'était pas mon but», on ne pouvait pas faire mieux. Vraiment. Mais ce qui arracha un sourire amusé à Elkion, c'était plutôt le fait que le jeune homme parvenait encore à articulier après ce crochet du gauche admirablement exécuté, et pour dire de ces âneries... Mais à propos de ce coup de poing, cela avait surpris la Lieutenant Général elle-même, eh oui. Elle qui n'avait pu en décrocher une à qui que ce soit pendant des mois -que dis-je, des années- était agréablement surprise de voir que sa poigne n'avait pas changé d'un pouce. Plutôt normal, à vrai dire, mais soit. Ce qui était certain, c'était que l'autre ne s'attendait réellement pas à être sonné ainsi. De l'avis d'Elkion, ça ne devait pas être très agréable de se prendre un coup de poing tout en acier. Mais elle s'en fichait, parce qu'elle, elle n'avait jamais eu ce genre de souci. C'est elle qui donne les coups, personne d'autre, et dans les bureaux du QG, ça se savait.
    Et puis... C'était un drôle d'urluberlu, celui-là. Il venait de se prendre un pain magistral et tout ce qui l'importait, c'était le ton sur lequel Elkion lui parlait. Prise au dépourvu, elle haussa un sourcil franchement moqueur et, posant les poings sur les hanches, laissa l'autre déblatérer. Tout ce qu'il lui importait désormais, c'était de trouver une nouvelle faille pour lui en mettre une autre, histoire de le défigurer.
    Mais c'était dommage, ce guignol-là n'était pas laid à voir, et malgré son air méprisant -ils avaient l'air de rivaliser sérieusement sur ce point, autant que pour la force dans le poing- il n'était pas trop mal. Enfin, on n'était pas là pour s'admirer mutuellement, ainsi Elkion arrêta de regarder le jeune homme en face et posa son regard bleu sur le petit garçon, immobile au milieu des livres teintés de pourpre. Pauvre chose. Sa respiration était à peine audible et les mouvements de sa poitrine de plus en plus lents. Autour de cette scène, les occupants de la bibliothèque avaient presque tous fui; et ceux qui étaient trop près, ceux qui ne pouvaient s'échapper sans être vus, retenaient leur souffle. Mais une femme en décida autrement.

    - Je vous en supplie, faites quelque chose pour le sau...


    - LA FERME!

    La femme poussa un cri, n'osant terminer sa phrase, terrifiée par la voix d'Elkion qui résonnait sans fin dans toute la bibliothèque. La Lieutenant lui avait parlé sur un ton sans appel, et à part laisser ce gamin pousser ses derniers soupirs, il n'y avait plus rien à faire.
    Et d'où elle sortait, l'autre? Dans un élan de compassion ou d'on ne sait quel autre sentiment dont on avait idée, cette autre cruche voulait faire sa sauveuse? Et ainsi interrompre l'action en plein milieu? C'est là qu'on en vient à envier les criminels, parce qu'ils peuvent exploser le premier clampin qui vous tape le système. Et Elkion de se blâmer elle-même, fidèle husky au service de l'armée. Pfeuh.
    Toujours immobile, elle observa le garçonnet, qui avait gardé ses yeux ouverts, le visage maculé de sang noir. Nymphaea Baroque, elle, s'était cloîtrée dans la petite pièce, se bouchant les oreilles pour ne rien entendre.
    Elle avait remonté ses genoux contre son menton, et n'espérait qu'une chose, que Maman règle cette histoire au plus vite, que le méchant monsieur aille en prison, que le garçon soit emmené à l'hôpital et qu'elle puisse terminer son exposé. Et raconter tout ce qui venait de se passer à ses copines.

    - Y'a plus rien à faire, déclara Elkion d'un ton des plus neutres en désignant le cadavre sur le sol de la bibliothèque. Nada. Tant pis.

    La jeune femme poussa un soupir, comme si la mort du garçon venait de lui enlever un fardeau des épaules. Militaire au service du peuple? Bien entendu. Mais cela ne signifie pas qu'Amestris est peuplée de supers héros en uniformes bleus. Un gamin qui crève, c'est normal. C'est la vie. Le monde ne s'arrête pas parce qu'un mioche passe de l'autre côté.
    C'est assez amusant de voir comme Elkion peine à se convaincre elle-même. Elle qui avait perdu sa propre fille, elle en arrivait quand même à rester totalement insensible à la mort du jeunot. En même temps...
    Elle haussa les épaules, ferma les yeux un instant puis les rouvrit. Reportant son attention sur son adversaire, un sourire goguenard s'afficha sur son visage. Elle semblait particulièrement apprécier la situation, ou plutôt, elle jubilait. Mais on ne pouvait pas en dire autant sur son hôte, mais après tout c'était bien le cadet de ses soucis. De toute façon, rare sont les gens qui apprécient la compagnie d'Elkion. Sauf, peut-être, sa famille. Et encore. Elle était suffisamment garce pour pouvoir envoyer bouler la Terre entière. Enfin. Peu importe le mépris que ce criminel pouvait lui porter, Elkion le lui rendait tout aussi bien. De leur côté, les spectateurs, terrifiés, n'osaient émettre le moindre son. Et vu la tournure que les choses prenaient, selon toute probabilité, la situation n'allait pas tarder à devenir électrique.

    Mais peut-être pas comme elle l'imaginait.

    Son compagnon d'infortune était un alchimiste sans cercle. Intéressant. C'en était même carrément bluffant, aussi Elkion eut un autre sourire. «
    Impressionnant », se contenta-t-elle de lui lancer. Les bonnes surprises se multipliaient aujourd'hui, pour le plus grand plaisir de Son Altesse, seulement voilà, elle n'avait pas le temps de s'interroger du pourquoi du comment. Parce Monsieur n'était pas très en forme. Monsieur voulait en finir au plus vite. Qu'à cela ne tienne, que Son Altesse le jette aux cachots!
    Mais Monsieur lui envoya sa charmante sphère électrique, à une vitesse qu'Elkion n'avait pas prévu. Elle en était même vexée, elle qui voulait continuer la conversation, voir jusqu'où son charmant futur prisonnier pouvait aller sans s'énerver totalement. Mais bon, cela serait pour une prochaine fois. Mais attendez, quelle prochaine fois?

    Alors que la chose lui fonçait dessus, Elkion eut une idée. Elle ignora si c'était la bonne, elle s'en foutait, elle avait une idée, point barre! Saisissant sa montre d'alchimiste de sa main gauche, elle l'arracha d'un coup sec et la balança droit devant ses yeux, de sorte qu'elle rentre en collision avec cette sphère. Seulement voilà, sa main gauche d'acier touchait encore la montre et son épaule fit la désagréable expérience d'un choc électrique franchement pas plaisant. Grognant à son tour comme un chien légèrement enragé, la Lieutenant préféra également mettre un terme à cette rencontre. Pas le temps de s'échauffer, même si le coup de poing n'était pas de trop. Mais son bras gauche était parcouru de petits spasmes et le gant qui couvrait sa main de faire avait brûlé de part en part, si bien qu'on découvrait la mécagreffe à travers ces petits trous. Elle eut du mal à utiliser son bras gauche... Et ça, ça craint. Pas qu'un peu. Soupirant d'un air visiblement contrarié, elle effleura sa mécagreffe de la main droite et posa les deux mains à terre. Qui giclera du passage en premier?

    Le sol se déformait, bientôt une partie entière du parquet se trouvait transformée en sortes de pics, étroits et resserrés, qui avançaient inexorablement vers son adversaire. Faire dans la dentelle? Non, Elkion ne sait même pas ce que ça veut dire. Le temps que l'autre réagisse, elle "escaladait" déjà les pics, gardant de temps à autre une main sur eux pour continuer la transmutation. Ce mec était plutôt dans une mauvaise posture, mais comme la Lieutenant l'imaginait, il avait sûrement plus d'un tour dans son sac, et c'était bien ça qui le rendait intéressant. Les pics entourèrent bientôt le jeune homme, et s'ils avaient été animés de leur propre volonté, ils se jetteraient sur lui. Mais non, Elkion aime faire les choses à sa manière, et, semblant voir une ouverture, sauta des pics et atterrit en plein sur son adversaire, le poing prêt à frapper à nouveau, ce qu'elle fit sans tarder, utilisant cette fois son poing droit. Tout ce qu'il fallait espérer, maintenant, c'était que la mâchoire de ce type n'était pas aussi dure que son poing gauche à elle...

    - Oh, j'allais oublier de me présenter! s'exclama la folle dingue d'un air ravi alors qu'elle sautait littéralement sur le brun. Je suis la Lieutenant Général Elkion Harkonnen. Et vous?



Dernière édition par Elkion Harkonnen le Mer 3 Mar - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Road Shokkeru
R, Criminel Reconnu
Membre

avatar

Masculin
Balance Cheval
Messages : 1421
Age : 27
Rang dans le RP : Chien enragé. Actuellement en taule.

Feuille de personnage
Points:
29/90  (29/90)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Alchimie sans cercle permettant de manier l'électricité.

MessageSujet: Re: Course-poursuite massacrante [Pv Elkion]   Lun 1 Mar - 22:01

    Ce qu'il se passait-là était tout bonnement... pitoyable. Que les gens soient effrayés par un pauvre type complètement détraqué, je veux bien, mais qu'ils réussissent encore à avoir de la pitié envers ce pauvre garçon était pathétique. La pitié était quelque chose de dégradant pour Road. Sans intérêt, ni pour celui qui a pitié, ni pour celui qui suscite la pitié chez les autres. Finalement, il n'y avait pas beaucoup de différence entre celui qui envoie et celui qui reçoit. C'est un fait. De ce fait, une femme se permit de venir ajouter son grain de sel à cette scène des plus déplorables, et pour pas grand chose de vraiment intéressant, par dessus le marché. Le sauver. C'était si simple à dire. Ces gens pensaient donc tous que la médecine faisait des miracles? Qu'ils continuent à vivre dans l'ignorance, dans ce cas. S'ils ne peuvent pas vivre avec les yeux en face des trous, alors qu'ils aillent au diable. La nature humaine était si défectueuse... mais ça ne serait pas drôle si elle était parfaite... après tout, un humain qui ne connait pas la guerre est-il vraiment humain? La haine, l'envie de tuer, tout le monde l'a ressentie au moins une fois dans sa vie. C'était du moins ce que pensait Road. Enfin bon, on ne peut pas dire qu'il soit une bonne référence à ce niveau-là, lui qui ne vivait que pour la joie des champs de bataille.

    Il constata avec satisfaction qu'il n'était pas le seul à penser que la pitié était futile dans un moment pareil. À vrai dire, il n'en attendait pas moins de cette sauvage enragée qui l'agressait sans raison -cherchez l'erreur. Le ton qu'elle avait employé pour rembarrer la pauvre femme montrait clairement à quel point la société avait besoin de ce genre de coup de marteau pour se réveiller. La pauvre petite victime se tut immédiatement. Pour avoir une telle autorité d'acier, cette femme ne devait pas être n'importe qui. Et de plus, ce n'est pas donné à tout le monde de pouvoir frapper Road de plein fouet de cette manière. Le plus souvent, quand on essaye le frapper, aussi étrange que cela puisse paraitre, le coup se retourne contre nous avant qu'on ait pu réaliser ce qu'il nous arrivait. Ou du moins, ça, c'était quand il était au top de sa forme. Là, il ne l'était pas vraiment. C'était la fin de la journée et il s'était passé beaucoup de choses depuis la matinée. Et Road avait beau être une bête sanguinaire, il n'en était pas moins humain ; forcément, à force de trop recevoir de coups, il fatigue.
    Quoi qu'il en soit, il était impatient que la dame le laisse filer. Il était attendu ailleurs. À la gare en l'occurrence. Il ne se faisait pas trop de souci pour Robert mais en ce qui concerne Alice, il y avait de quoi se faire un sang d'encre. Il avait pu constater au cours de la journée qu'elle n'était pas du genre calme. Et elle semblait vouloir tout le temps rester avec lui, pour une raison qui lui échappait complètement, à vrai dire. Enfin, pour l'instant, il ne pensait qu'à une bonne nuit de sommeil... mais peut-être que ce n'était pas vraiment le moment. Il avait la nette impression que la femme qui lui faisait face ne comptait pas le lâcher tout de suite.

    Par ailleurs, elle semblait apprécier la situation. Non. Le mot était bien faible. Road connaissait ça. Il pouvait donc concevoir jusqu'où cela pouvait aller. Il le ressentait très bien même. L'adrénaline que nous procure les adversaires dangereux ou les positions désavantageuses... on ne peut pas dire qu'elle était dans une position désavantageuse, pour l'instant. Mais Road comptait bien la remettre à sa place, cette femme qui se prenait pour meilleure que ce qu'elle était. De toute façon, c'était difficile de rivaliser avec Monsieur en matière de comportement dédaigneux.
    Il observa avec attention sa réaction face à l'offensive qu'il avait lancé. Une simple sphère électrique, qui était plus petite que prévu d'ailleurs. Il mit ça sur le compte de la fatigue. En tout cas, la femme eut un assez bon réflexe en se servant de sa montre d'alchimiste d'état pour se protéger. Malheureusement, elle était faite d'un matériau conducteur... l'automail de Madame ne fit pas long feu. Quoi qu'il était encore en assez bon état par rapport à d'autres qui avaient subi une attaque légèrement plus ravageuse de la part de Road. Attendez... une montre d'alchimiste d'état?

    Mais oui. Il se disait bien qu'il y avait quelque chose de pas net avec cette femme. Il avait donc sa réponse. Et ça ne l'étonnait pas vraiment d'apprendre qu'elle était un toutou de l'armée. L'envie lui prit de lui jeter un os, mais faute de matériel, il s'abstint. Il n'avait rien de particulier contre les alchimistes d'état. Ils étaient juste une excuse pour tuer quelqu'un. Road n'aimait ni le bien ni le mal, il ne vivait que pour sa propre personne et ses petits plaisirs personnels. Autrement dit, la guerre et l'adrénaline. Donc les alchimistes d'état à la botte de l'armée qui font mal leur boulot en martyrisant le peuple, ça lui volait un peu à deux cent kilomètres au dessus de sa tête.
    Enfin peu importe. Dans tous les cas, elle avait bien fait de se servir de sa montre d'alchimiste d'état. Autrement, vu la direction de la sphère électrique, elle aurait probablement terminé sur un brancard... ou pas. Mmh, ça n'aurait pas été drôle si elle se faisait battre si facilement. Puis elle lança l'offensive à son tour. Et avec une alchimie plutôt particulière. Elle semblait être alchimiste sans cercle, elle aussi. C'est ce qui rendait cette rencontre si passionnante. Road regarda les petits pics se former à partir du sol et grandir avec une certaine célérité. Il resta pantois lorsque les pics le dépassèrent en taille, ne faisant attention à la femme qu'à moitié. Qu'est-ce qu'elle allait faire encore? Oh, la réponse ne tarda pas. Perchée au sommet de ses pics, on pouvait aisément deviner ce qu'elle allait faire. Il aurait été mauvais de frapper avec son bras gauche qui avait subit un léger court-circuit. Oui, mais Road était doué pour ce genre de truc. Lorsque la femme alchimiste d'état sauta du haut de son perchoir, il recula d'un pas en veillant soigneusement à être bloqué par un pic. Cette barrière de pics était vraiment embêtante. Il rechigna et planta son regard sombre dans les yeux de l'autre, qui lui avait à nouveau adressé la parole. Et pour confirmer ses soupçons. Lieutenant Général, pas mal... évidemment, elle lui demanda son nom également, mais il se contenta de lâcher un grognement et de répondre sur un ton mal aimable.


    « Je n'ai pas envie de vous répondre. »

    On pouvait difficilement trouver plus impoli que ça.
    Paré à contre-attaquer, il frappa à nouveau dans ses mains pour l'électrocuter comme il se doit, cette fois-ci. Manque de chance. Il n'y eût qu'une petite étincelle qui s'échappa du creux de sa main. Plus de batterie on dirait... là, il était vraiment dans une mauvaise posture. En plus de ça, il n'avait pas ses tonfas à portée de main qu'il avait laissés plus loin, près du gosse. Il était donc désarmé... il savait se battre sans arme, certes, il était même très doué pour ça mais... ça lui demandait quand même une certaine forme physique... or la fatigue le gagnait petit à petit et pendant une fraction de seconde, il en oublia presque son agresseur. Et ce fut un violent coup de poing qui le ramena à la réalité. Encore un? Par chance, il était moins puissant que le premier coup. Il recula sous le coup, un peu dépassé par les événements. Il restait toujours une solution ; les charges présentes dans l'air. Mais peut-être qu'elles ne suffiraient pas. N'ayant pas l'habitude de se battre avec autre chose que son alchimie électrique, il n'avait pas trop d'idée, pour être honnête.

    À nouveau, un filet de sang coula de sa bouche jusqu'à son menton, pendant que ses paupières devenaient lourdes, très lourdes... il reprit maladroitement son équilibre, fixant Elkion de ses prunelles rouges. Si ça avait été un combat en privé, d'accord, mais là les deux adversaires avaient droit à un public, superbe public qui restait prostré devant cette scène. Si Road se faisait battre, c'était une humiliation intégrale. Avec une démarche de clochard sous l'effet de l'alcool, il se dirigea vers Elkion sans la quitter du regard, avant d'attraper le col de la militaire sans aucune délicatesse, se penchant dangereusement sur elle comme pour la mordre. Oh, il aurait pu le faire. Après tout, comme je l'ai dit, il n'était qu'un monstre sanguinaire sans aucune limite. S'il ne pouvait utiliser ni la foudre, ni ses tonfas, alors pourquoi pas ses dents? Non, il avait quand même encore un minimum de fierté. Mais il la dévisagea tel un prédateur prêt à se jeter sur sa proie. Avec un regard de pur psychopathe endurci, ses doigts attrapèrent le cou d'Elkion, se resserrant sur celui-ci, avec pour unique but de l'étrangler tout simplement.


    « Vous êtes exactement le genre de personne... que j'aime le plus battre à mort... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du jeu
Game Master
MJ

avatar

Messages : 196

Feuille de personnage
Points:
0/0  (0/0)
Niveau:
0/0  (0/0)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: Course-poursuite massacrante [Pv Elkion]   Mar 2 Mar - 0:31

PNJ : Lieutenant Folter accompagné de 4 soldats


Le sud du pays n’avait été qu’un bref passage dans la carrière du soldat Folter. A peine quelques patrouilles à son actif, et il tombait en compagnie de son unité sur les pires criminels de South City. Il avait perdu tous ces camarades ce jour là, et la mort n’était pas passée loin non plus pour lui. Une espèce de folle à tatouage lui avait tiré dessus et, pour une raison inconnue, ne l’avait pas achevé, le laissant se vider de son précieux fluide corporel sur un trottoir poussiéreux de la grande ville du Sud.

Quelques jours plus tard, à l’hôpital, il avait raconté à des pontes hauts placés de Central cette mésaventure. Ils avaient paru très intéressés du fait que ce soit une femme qui l’ait agressé, et qu’elle soit accompagné d’un alchimiste qui, après expertise, maîtrisait la transmutation de l’Azote. Ravis, les hauts gradés avaient promis à Folter un retour rapide sur Central, avec une promotion à la clé. Il ne sut que bien plus tard, en lisant les journaux, que Liberty n’était pas un groupe qui avait pour habitude de laisser de militaires en vie…

C’est donc en remerciant sa bonne étoile que le nouveau Lieutenant prit son poste à Central. Dans un premier temps, on l’affecta dans un bureau, le temps qu’il récupère de ses blessures… Eh oui, une balle dans l’épaule droite et un gros coup de crosse de revolver dans la tête, ça ne se soigne pas si rapidement que certaines personnes semblent le penser. Donc pour le ménager, on le mit temporairement sous les ordres du Lieutenant Général Harkonnen. Il ne la connaissait pas, mais franchement, il ne pouvait pas y avoir pire que Mercedes Cortez, non ? Hum… Quoi que… Il se prit une sacrée engueulade, un jour ou deux dossiers avaient été mélangés. Le pire, c’est qu’il était aux archives à ce moment précis, mais comme il était le plus gradé du lot, c’est lui qui avait tout pris. Breeef. C’est avec un grand soulagement qu’il reçut l’autorisation de reprendre les patrouilles. Ahh, le contact avec la population, les insultes, les voleurs… Il n’y a que ça de vrai !

C’est donc au cours d’une patrouille tout à fait tranquille que l’équipe du Lieutenant Folter fut appelée de toute urgence à la bibliothèque. Arrivant le plus vite possible sur les lieux, ils s’aperçurent qu’il y avait eu du grabuge à l’accueil : la pauvre femme avait été violemment frappée par un espèce de fou, et certains témoins affirmaient qu’un enfant avait été gravement blessé à l’étage. Le sang de Folter ne fit qu’un tour. Lui et son groupe partirent donc immédiatement en direction d’une série de bruits inquiétants, à l’étage de la bibliothèque. Quand ils arrivèrent au sommet de l’escalier, ce fut pour y découvrir un chaos peu commun à la grande bibliothèque de Central. Des étagères renversées, des livres par terre, des drôles de constructions synthétisées un peu partout (l’œil aguerri de Folter y reconnut la patte d’un alchimiste, il n’était pas dans les habitudes amestriennes de mettre pareilles œuvres dans un lieu de lecture). A droite, un peu plus loi, un corps immobile, baignant dans son sang. Folter ordonna par un geste discret à deux de ses soldats d’aller voir ce qu’il en était. Lui se dirigea avec les 2 autres vers les bruits de bagarre.


-« Lieutenant Général !! »

Folter eut le temps de reconnaître son éphémère supérieur direct avant que celle-ci ne reparte à l’assaut du fauteur de trouble signalé par les témoins. Elle claqua des mains et une série de pics apparurent, barrant la route aux soldats en direction du combat. Folter fonça donc vers le combat, slalomant entre les piliers. Il arriva sur le lieu de l’affrontement au moment ou l’homme tentait d’étouffer Harkonnen. Ni une, ni deux, le lieutenant se servit de la crosse de son fusil et frappa aussi fort qu’il le put le brun à la tempe. Le choc dans son bras lui rappela un peu celui qu’il avait ressenti quand Fran l’avait frappé de la même façon, il y a quelques temps. Sauf que cette fois, il était plutôt du bon coté de l’arme.

-« Tout va bien Lieutenant Général ? »


Alors que l’homme s’effondrait, sonné par le choc, les deux autres soldats se précipitèrent sur lui, immobilisant immédiatement ses mains. Par précaution, ils ne les joignirent pas ensemble, les alchimistes pouvaient se cacher n’importe ou… Folter, quant à lui, ramassa la montre d’alchimiste qui traînait à terre et la tendit à son ex-supérieure, tout en surveillant qu’elle ne tourne pas de l’œil. Allait il lui demander si elle voulait une assistance médicale ? Il y avait de bonnes chances pour qu’elle le frappe en disant cela. Il décida donc de se taire et d’attendre les ordres, tandis que ses hommes ficelaient étroitement le meurtrier inconscient …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elkion Harkonnen
Lieutenant Général
Membre

avatar

Féminin
Capricorne Singe
Messages : 299
Age : 24
Rang dans le RP : Spitfire Alchemist
Rang spécial Hrp : Côté Noir de Tiky Mick : D

Feuille de personnage
Points:
26/80  (26/80)
Niveau:
13/20  (13/20)

Pouvoir: • Alchimie sans cercle # Corps-à-corps

MessageSujet: Re: Course-poursuite massacrante [Pv Elkion]   Mer 3 Mar - 2:10


    Dans d'autres circonstances, Elkion l'aurait frappé, injurié, envoyé au trou et... Attendez. Non, en fait, quelques soient les circonstances, son Altesse aux talons n'était jamais d'humeur à se faire répondre ainsi. Donc voilà, la réponse de son adversaire, encore une fois, était loin, très loin d'être satisfaisante et aurait presque pu stopper Elkion en plein élan si celle-ci n'était pas en train de fondre sur le brun, lui envoyant son poing qui, ô divine fortune, s'aventura une nouvelle fois dans la mâchoire déjà fortement sollicitée de l'affreux. Il n'était peut-être pas son subordonné -encore heureux, elle l'aurait tué depuis longtemps-, mais il méritait amplement tout ce qui avait été dit à la première ligne. Oui, s'il y avait bien une raison pour laquelle Elkion l'enfermerait, c'était pour cela. Parce que son dédain était plus gros qu'un éléphant et que sa tête déjà bien enflée allait rapidement reprendre son volume initial. Quoiqu'il en soit, rien ne pouvait plus faire plaisir à l'Alchimiste que de lui flanquer une autre rouste, peu importe ce qui l'entourait. Être dans une bibliothèque emplie de spectateurs? Non, aucune importance, vraiment. Même la mort du gamin lui passait au dessus de la tête. Bien sûr, elle ressentait comme un gros, gros pincement au coeur, mais l'heure n'était pas à la tragédie, aux larmes et au désespoir. Là, c'était l'adrénaline, l'excitation du combat, et au bout le goût exquis de la victoire. Ce fruit pas réellement défendu mais tellement convoité par ces deux sanguinaires, à croire que l'un et l'autre ne vivaient que pour ça. Sauf qu'ils n'étaient pas du même côté de la barrière. Forcément, ça corse les choses... mais c'est nettement plus intéressant.

    Son coup donné, elle se sentait presque assez clémente pour lui laisser le temps de contre-attaquer. Son adversaire ne fut pas en reste, mais quand il frappa à nouveau dans ses mains pour former une autre boule électrique -et là, Elkion devait l'avouer, elle n'avait pas de plan B au cas où ce mec avait d'autres tours dans son sac-, une simple étincelle apparut. Ridiculement petite et innoffensive. Aussi dangereuse qu'un peu d'électricité statique. Alors Elkion ouvrit des yeux ronds comme deux pleines lunes, et s'esclaffa ouvertement. Dissimulés par les pics, les deux se faisaient face sans que les témoins ne puissent voir quoi que ce soit. L'un d'entre eux fut cependant assez courageux pour se faufiler jusqu'au rez-de-chaussée et tenter d'alerter la police. Les autres, eux, tétanisés par la terreur, ne bougèrent pas, les yeux rivés soient sur les pics, soit sur le garçonnet. Et de son côté, Nymphaea avait ouvert la porte, et regardait le champ de bataille d'un air extasié, soufflant un «Wouaaaaaah» d'admiration. C'est que Maman, elle a la classe.

    Être désarmé et aussi dangereux qu'un poussin amorphe était littéralement à mourir de rire, si bien que pendant un moment Harkonnen ne pouvait faire que ça. Se foutre totalement de lui et se dire que quand même, des perles dans ce monde, il y en avait un paquet. Mais sa jubilation fut de courte durée. Dans ce moment de rire en solo, elle avait baissé sa garde et ne ressentit que trop tard ces doigts métalliques qui se resserrèrent autour de sa gorge tatouée. Ah, c'était bas. Sournois. Pathétique. Mais vachement bien pensé. Après tout, Elkion, même dans ses moments de faiblesse, se permettait des commentaires.

    - Argh...

    L'asphyxie, non ce n'était pas son truc, aussi Elkion essaya, sans succès, de se défaire de cette emprise qui se faisait de plus en plus oppressante. Sa main humaine ne rivalisait pas avec ces doigts d'acier, et ses poumons commençaient à hurler leur manque d'air. Au bord de l'évanouissement complet, Elkion tenta aussi un coup désespéré, prête à frapper l'autre en plein dans le mille avec son genou. Au moment ou elle leva la jambe, sa gorge fut soudain libérée. Mais elle n'avait pas frappé.

    - Hein?

    Un coup de fusil derrière le crâne... mais d'où cela venait? Elkion regarda par dessus l'épaule de son adversaire avant qu'il ne s'écroule. Tiens... Un militaire qui lui rappelait très vaguement quelque chose. Mais ce n'était pas le moment de fouiller dans sa mémoire, elle venait presque de se faire asphyxier et tout ce dont elle avait besoin, c'était d'air. Beaucoup d'air. Mains sur les genoux, elle prit plusieurs grandes bouffées d'oxygène frais, le visage rouge, le souffle court, mais l'air visiblement satisfait. Elle regarda sans mot dire les deux autres larbins s'emparer des bras du brun, prenant soin de ne pas les lier entre elles. C'est bien, ils auront appris un truc durant leur service.

    - Tout va bien Lieutenant Général ?

    - Vouai, grogna Elkion, fouillant à présent sa mémoire.

    Ah oui... en fait non, elle avait oublié son nom. Elle savait juste que c'était un bon à rien qui ne savait pas trier des dossiers. Mais au moins, il l'avait tiré d'une bien mauvaise passe. Elle leva la tête et observa le militaire, réfléchissant un moment.

    - Le gamin est mort, fit-elle en désignant le corps du menton. Emmenez-le ch'pas où, faites vot' boulot.

    Frappant dans ses mains, elle les posa sur les pics qui se rétractèrent, redonnant un aspect presque normal à la bibliothèque, si on en oubliait le bazar. Elle se redressa ensuite et observa les alentours, jusqu'à ce que son regard se pose sur la porte derrière laquelle devait se trouver sa fille. Mais la porte était ouverte, et Nymphaea regardait sa mère, l'air à la fois admiratif et inquiet. Elkion lui fit un clin d'oeil, et sa progéniture se releva et courrut vers elle, fourrant son visage dans la poitrine de sa mère, refusant regarder le cadavre.

    - Ca va, m'man?

    - Bien sûr qu'ça va, tiens; répondit Elkion en ricanant. J'sais qu'tu sais pas garder un secret, mais tu gardes ça pour toi, hein? La dame là, et elle désigna une des militaires présentes, va prendre ta déposition. En gros, tu racontes c'que t'as vu. Mais pas un mot aux copines.

    La petite hocha la tête, mais resta accrochée à sa mère, attendant la suite des évènements. Elkion attendit que les deux autres militaires aient soulevé le brun, le remettant sur pieds, prêts à le ramener au QG.

    - Lieutenant Général?

    - Eh bien... commença Elkion, et un sourire carnassier s'étala sur ses lèvres.

    Elle allait savourer cette victoire, qui avait un goût amer cependant, parce qu'un CERTAIN quelqu'un l'avait empêché de poursuivre son combat tranquillement. Elle lança un regard assassin à Folter, puis elle ordonna aux autres.

    - Foutez le au trou, condamnez le à mort, pendez le par les chevilles, faites c'que vous voulez, mais coffrez moi ce vaurien. EXECUTION!
Spoiler:
 

Par ici la suite! Orgueil et Tentation, avec Sin et King Bradley.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia M. Armstrong
Général de Division
Modo PNJ/Event

avatar

Féminin
Vierge Coq
Messages : 224
Age : 24
Rang dans le RP : Général de Division de la forteresse de Briggs

Feuille de personnage
Points:
5/75  (5/75)
Niveau:
12/20  (12/20)

Pouvoir:

MessageSujet: Re: Course-poursuite massacrante [Pv Elkion]   Dim 28 Mar - 1:05

    Devinez quoi? Et oui, c'est moi qui vous corrige! =w= *à moins que le commentaire de Roy quant à ma liberté de corriger des topics n'ait été qu'une blague? D: Dans ce cas, c'est lui qu'il faut blâmer, pas moi!*

    C'est dommage que vous n'ayez posté que trois fois chacun. D'ailleurs, le nombre de messages est, selon moi, le seul défaut de ce topic: ça me force à vous noter sur 5 seulement.
    Si ce topic avait été sur dix, je vous aurais peut-être notés à 9 pour quelques vulgaires petites fautes, mais dans ce contexte je pense que vous vous méritez tous les deux un bon 5/5. Ce topic était un véritable régale: je l'ai adoré du début à la fin, autant pour l'un que pour l'autre. Qui plus est, les postes sont longs et la présentation est soignée. Un plaisir pour les yeux!


EDIT Mumu > C'était bien une blague! Non, je plaisante, Olivia, tu as bien eu mon autorisation toute puissante! Mais tu aurais pu parler de mon PNJ!

_________________
The weak die and the strong live.
¦-

♥ A reçu 6 roses ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Course-poursuite massacrante [Pv Elkion]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Course-poursuite massacrante [Pv Elkion]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Poursuite d'un voleur
» Course-poursuite entre magiciens [PV:Eva,Nagi,Daisuke]
» Course-poursuite sur les toits
» [cal. event] : a la poursuite des Amis
» Course poursuite sur les toits d'Oshibana [pv Layle]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FMA-World :: Amestris - Central Area :: Central City :: Bibliothèque :: Partie publique-
Sauter vers: