AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Flashback] Dead Memories [Willem]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Road Shokkeru
R, Criminel Reconnu
Membre

avatar

Masculin
Balance Cheval
Messages : 1421
Age : 27
Rang dans le RP : Chien enragé. Actuellement en taule.

Feuille de personnage
Points:
29/90  (29/90)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Alchimie sans cercle permettant de manier l'électricité.

MessageSujet: [Flashback] Dead Memories [Willem]   Ven 6 Aoû - 0:36

Six years ago. [...]


« Fais bien attention à toi Road, j'ai entendu dire qu'un véritable monstre traine dans les parages depuis peu.
- Un monstre? »

D
e nos jours, le mot « monstre » pouvait avoir tellement de significations différentes. La guerre d'Ishbal était désormais terminée mais les séquelles étaient nombreuses. Pouvait-on à présent considérer que l'horreur était humaine au point que l'on qualifie ses semblables de monstre?
Road avait alors dix-sept ans. Les gens le voyaient comme un jeune homme de bonne famille bien élevé et à la maturité remarquable. Il savait se montrer respectueux envers les gens, et beaucoup l'appréciaient, malgré ce petit air mélancolique qu'il laissait courir sur son visage de façon permanente. Et n'oublions pas qu'il s'agissait du fils d'un grand médecin. Tout le monde déplorait sa mort. Le peuple ne se rendait pas compte de sa bêtise. C'était insensé. Et le jeune homme estimait que la mort de son père était une bénédiction, bien qu'il en soit l'auteur incontesté – ce que personne n'a jamais su. Qui l'aurait soupçonné, lui qui paraissait si calme et si innocent? Personne n'aurait pu s'imaginer que, six ans plus tard, il deviendrait l'un des criminels les plus dangereux de toute l'histoire d'Amestris. Et pourtant.. on ne peut pas dire que l'habit fasse le moine, c'est un fait.

L'épicière d'Aquroya était bavarde, d'une telle façon qu'une grande patience était de rigueur avec elle. C'était pourtant une très belle jeune femme de vingt ans, à la silhouette harmonieuse. Ses yeux gris faisaient tout son charme, bien que sa chevelure rousse soit aussi un grand atout de son apparence. Les gâteaux qu'elle préparait étaient un véritable délice, malheureusement il y avait toujours au moins cinq mètres de queue à faire. Surtout quand, en plus, la demoiselle se met à discuter de la pluie et du beau temps avec ses clientes – car peu d'hommes l'écoutaient pour ce qu'elle avait à dire. Mais Road éprouvait de l'intérêt à écouter certaines informations de sa part, car cette femme était une véritable commère qui savait tout ce qu'il se passait dans cette ville. Certaines choses étaient intéressantes. Il l'observait calmement, pendant qu'elle rangeait ses cookies dans une pochette en papier, et pendant que le moulin à paroles continuait de fonctionner. Dans ses yeux rouges dansait la curiosité. Il avait toujours apprécié la beauté. Et cette épicière comblait sa vue, largement. Lui était vêtu d'un habit de seconde classe. Les premiers boutons de sa chemise fripée étaient défaits, ses mains rangées dans ses poches. Et ses cheveux noirs étaient toujours aussi mal coiffés. Peut-être que ça lui donnait un certain charme. À cette époque, il parvenait à maitriser son immense aura meurtrière. Les gens voyaient donc en lui le garçon normal et civilisé qu'ils devaient y voir. Rien de plus. Il s'était installé dans cette ville depuis peu, car Mr Sykes lui avait suggéré de l'attendre ici. Il avait dû retourner à Drachma pour un petit moment, il fallait donc caser son disciple quelque part, et c'était sur Aquroya que c'était tombé. Malgré tout, il avait su se faire apprécier, la plupart des commerçants et quelques habitants le connaissaient et le saluaient quand il passait. L'endroit était plutôt agréable à vivre, c'est vrai.

Lorsque l'épicière eu finalement terminé sa parlotte – dont Road n'avait écouté que la moitié – elle lui tendit la poche en papier, et il déposa quelques pièces sur le comptoir.

« Merci beaucoup, mademoiselle. »

I
l quitta enfin la file pour s'en aller. Avant de passer la porte, il adressa un dernier regard à la demoiselle qui lui fit un clin d'œil malicieux. Il lui répondit par un sourire, pour finalement quitter la petite boutique.
C'était en fin d'après-midi. Les nuages étaient nombreux dans le ciel, nuages menaçant. Il ne vivait pas très loin d'ici, heureusement. Mais cette histoire de monstre lui avait mis la puce à l'oreille. Il se demandait bien à quoi il pouvait ressembler. Si bien sûr cette rumeur était avérée. Il fixait l'horizon, pensif, marchant à travers les rues de cette ville sur l'eau, son sac de cookies à la main. Il plongea sa main dedans pour en attraper un avant de croquer dedans. Toutes ces rumeurs qui couraient, c'était difficile de savoir si elles étaient toutes vraies, malheureusement. On finissait par croire qu'elles étaient toutes fausses, et par conséquent, plus personne n'était sur ses gardes. Ç'aurait pourtant été nécessaire à plusieurs reprises. Cela faisait longtemps qu'Amestris n'était plus en réelle sécurité. Et l'armée, c'était juste du folklore pour que les civils s'imaginent que la paix règne. De toute façon, on se rendait vite compte de leurs non-services rendus au peuple.

Il sortit sa montre à gousset en or fin de sa poche et l'ouvrit. Les aiguilles tremblaient sur le cadrant. Elles affichaient très exactement dix-neuf heures pile. L'heure à laquelle le ciel commençait à s'assombrir. C'était un beau début de soirée. Sans doute le moment de la journée qu'il préférait. Peut-être parce que le peuple ne trainait plus beaucoup dehors, à cause de toutes ces rumeurs idiotes qui circulaient. Les gens étaient encore assez naïfs pour y croire, tout de même. Depuis le temps que les militaires n'étaient plus dignes de confiance... d'ailleurs sur qui pouvait-on compter maintenant ? Même les civils avaient tendance à devenir agressif avec l'extérieur de temps à autres. Une grande menace planait au dessus de leur tête, et personne ne le savait. Pas même Road. Pas même les plus grands alchimistes du pays. Personne...

Il fut tiré de ses interminables pensées lorsqu'un objet métallique pointu non identifié qui trainait par là lui entailla le bras. Il ne chercha même pas à savoir de quoi il s'agissait. Quelle importance? En tout cas, il ne l'avait pas raté. L'énorme entaille longeait tout le haut de son bras, sa manche déchirée le montrait clairement. À l'origine d'un blanc immaculé, la manche de sa chemise de soie se tâcha de rouge écarlate. Heureusement, la blessure n'était pas très grave, pas assez pour lui faire tourner la tête. Son liquide vital se déversait en toutes petites quantités sur son bras. L'odeur du sang avait tendance à attirer les rats. Ces sales bestioles n'auraient pas osé s'en approcher, de toute façon. Son aura meurtrière commença à émaner de lui avec force, avant qu'il ne se sente espionné. Le moment était assez mal choisi. Ses yeux rouges luisaient de colère. Il aurait pu attraper le premier abruti venu pour le saigner à mort afin de calmer ses pulsions meurtrières soudainement envahissantes, mais il ne voyait personne. Il ne se sentait pourtant pas seul. Crise de paranoïa ? Qui sait...

« Inutile de vous cacher, je sais que vous êtes là. »


Dernière édition par Shokkeru Road le Ven 6 Aoû - 21:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willem Van Selvester
Chien de Bradley
MJ

avatar

Féminin
Scorpion Cheval
Messages : 42
Age : 62
Rang dans le RP : Chien à la solde de Bradley
Rang spécial Hrp : Bartock le magnifique (by Mercade <3)

Feuille de personnage
Points:
0/0  (0/0)
Niveau:
18/20  (18/20)

Pouvoir: Il possède une Ouïe surdeveloppé qui lui permet d'anticiper la plupart des mouvements, et plus particulièrement la trajectoire des balles. Il possède aussi un grande agilité et une bonne maitrise des armes à feu...

MessageSujet: Re: [Flashback] Dead Memories [Willem]   Ven 6 Aoû - 13:20


Quel étrange paysage… Quel étrange endroit qu’est cette ville situé non loin de central. Posé sur le toit le plus haut de cette ville d’eau, il observait les paysages… Pourquoi avait-il finit par ce retrouver la ? Hu… Tout ça était une bien longue histoire. Il n’y avait que très peu de temps, finalement, qu’il pouvait jouir de nouveau de sa liberté. Tout ces événements… Il se les ressassait sans repos, revoyant ces passages dans ce laboratoires, sa transmutation, sa soit disante mort… Un sourire macabre se dessina sur son visage, alors qu’il commençait seulement à se rendre finalement compte que sa situation devait en jalouser plus d’un. Franchement… Pouvoir parcourir le pays, tuer et se désaltérer de ce liquide de vie sans même risquer de ce retrouver condamné à mort… Sans même risquer de se faire de nouveau enfermé, pour subir encore et encore toute ses expériences malsaines. La liberté, sentir le vent sur sa peau, ce soleil repoussant et profiter de la lune, maîtresse de toute ces ombres… Combien de temps déjà, qu’il pouvait sillonner le pays à sa guise ? Juste quelques mois. De simples petits mois qui on finit par annoncer sa délivrance, la fin de cette vie de cobaye qui avait duré pratiquement un an, jour pour jour. La défaites contre cet être étrange lui laissait encore un goût amère dans la bouche…

Il se souvenait encore de cette journée, de cette première victime qu’il avait fait. C’était qui déjà ? Ha oui, ce scientifique qui n’avait prit aucune précaution, qui c’était fait avoir par l’attitude calme de l’animal, et qui avait osé ouvrir la cage pour venir y déposer la nourriture quotidienne. Mais le Sujet ne c’était pas intéressé au contenu de la gamelle, mais plutôt à ce qui coulait dans les veines de l’être humain. Le sang… Un nectar si doux, si appétissant… Il avait laissé ces instincts de chauve-souris prendre le dessus, il c’était laissé guidé par ses pulsions animal, et avait finit par abattre cette personne, de sang froid, afin de pouvoir y goûter. Et même si on voulut le punir en lui faisant subir toute les tortures, son actes c’était finalement avéré payante. D’une certaine façon.
Le King en personne lui avait rendu visite. La conversation n’avait qu’a peine débuté, que le fou c’était jeté sur le président dans l’espoir de pouvoir goûter au sang d’un haut gradé mais… Tout avait été si rapide. Il n’avait même pas su le toucher une seule et unique fois. Il n’avait même pas trouvé le truc pour pouvoir ne serais-ce qu’effleurer le grand patron. Les sabres de cet homme lui avait entaillé plusieurs fois les flans, les cuisses et les bras, lui laissant aujourd’hui de terrible cicatrice. Il avait baigné dans son sang, il avait senti sa vie quasiment s’en aller, il c’était senti agoniser, souffrir à en pleurer… Et ces yeux si étrange… Cet homme… Non, il en était sûr, il n’était pas humain. Pas du tout même… Ce tatouage qu’il avait put voir dans son œil caché… Et ce mot… Homonculus… Ce simple mot… Le faisait encore frissonner aujourd’hui. Ce mettre en travers de sa route était tout bonnement inimaginable. Et ce pacte qu’il lui avait proposé, était des plus alléchante. Comment refuser une tel offre ?

Ce fut donc ainsi qu’il c’était retrouvé à errer à travers les rus, après avoir reçut son premier ordre de mission. Achever un militaire qui avait osé défier les hautes sphères. Une simple mission de routine, un ordre bref, qui lui permettrait de faire ses preuves. L’homme était donc sa première victime en étant sous les ordres du maître, et il ne comptait pas le décevoir, bien au contraire. Seulement, tout ne c’était pas passé comme prévu. La chimère, malgré sa dangerosité ne c’était pas encore très bien accoutumé à son corps. Après tout, ça ne faisait que quelques mois qu’il sillonnait les villes non ? Et cette nouvelle vision en noir et blanc était véritablement troublante. Certes, il commençait à s’y faire, grâce à son ouïe surdéveloppé, mais tout de même… Résultat, l’homme ayant senti le danger planer sur lui, avait prit la décision de s’isoler un peu de central, le temps que tout ça puisse ce calmer. Plusieurs fois il avait croisé la chimère, ils c’étaient battu avec violence, mais à chaque fois, soit lui prenait la fuite, soit l’homme s’éclipsait. Ça en devenait presque un jeu. Mais la situation commençait franchement à l’agacer un peu. Devoir se déplacer si loin pour un seul homme… Mais bon, la promesse de pouvoir goûter au sang de cette proie parvenait à lui faire garder son calme, et sa patience. C’est de par les échecs, que l’on finissait par se forger de tel atout n’est-ce pas ?

Le regard rougeoyant de la chimère finit par se poser sur l’horizon. Le soleil descendait doucement, il était grand temps de passer à l’action. Trois jours plus tôt il avait eu le temps de repérer la position exacte de sa proie, et n’ayant pas encore vu la présence de son bourreau, il n’avait pas quitté les lieux depuis. Malheureusement, il n’était pas seul, et ça… C’était plutôt contraignant. M’enfin… Le faites que cet homme passait pour un fou, et ces petites gens facile à effrayer, en plus de ces SDF qu’il pouvait éliminer sans mal, lui donnait un os à ronger en attendant de pouvoir attaquer. Il savait que ce serait la dernière fois, il le sentait. Sa mission arrivé à sa fin… D’ici quelques jours il pourrait revenir sur central pour annoncer fièrement que l’homme n’était plus. Mais en attendant…
Silencieux, il se leva, laissant son long manteau rouge voleter sous l’effet, du vent, et rajusta ses lunettes de soleil au vert orangé. D’un geste précis il enfonça son grand chapeau sur le haut de sa tête, et se mit en mouvement après s’être assuré que ses armes étaient toujours à ses cotés. Avec agilité, il passait de toit en toit, faisant à peine crisser les tuiles sous ses chaussures. À force de se déplacer ainsi, il avait finalement quasiment réussi à contrôler son corps au mieux, et parvenait ainsi à se déplacer silencieusement à l’oreille des hommes… Mais bon.

Alors que le ciel devenait de plus en plus sombre, et que la demeure tant désirait approcher, une odeur plus que familière vint lui titiller l’odora. Sans se soucier du reste, il s’arrêta soudainement dans son élan, restant immobile un instant…

- Du sang…

Un sourire déchira son visage, alors qu’il se redressait pour mieux sentir l’air et en trouver la provenance. Il put aisément trouver la direction du vent, et tout en fourrant ses mains dans ses poches, prit la décision d’aller voir ça d’un peu plus près.
Une ruelle… L’odeur semblait bien plus forte… Lorsque la chauve-souris s’approcha du bord du toit, il put entendre la respiration d’un être, et sentir… Une aura plutôt meurtrière… Il y avait eu un meurtre ? Sans attendre plus longtemps, il s’éloigna afin de venir remettre un pied sur le planché des vaches, et ainsi pouvoir se placer dans les ombres et pouvoir observer cette personne. Ha… Pas de meurtre. Willem ne pouvait pas dire si il s’agissait d’un homme ou d’une femme, mais il c’était une nouvelle fois bloqué sur cette vision… Pourquoi diable pouvait-il voir ce rouge si apetissant du sang et pas le reste des couleurs ? Gardant un léger sourire sur ses lèvres, il observait l’entaille, se perdant doucement dans ces pensés… Jusqu’à ce qu’une voix le fasse revenir sur terre. Ha… C’était donc un homme.

Enfin, devant de tel parole, le pseudo vampire ne put retenir un léger rire, bien que pas spécialement rassurant en soit. Il fourra une nouvelle fois ses mains dans ses poches et ce décida à aller à la rencontre de cet étrange être humain, avec l’envie de venir récupérer le nectar de vie avec plus ou moins de violence… Il le sentait de toute façon, son cœur battant d’excitation. Willem se dégagea des ombres et finit par se laisser éclairer par ces derniers rayons du soleil qui finissait par mourir peu à peu sur l’horizon… Dévoilant ainsi sa taille imposante, ses vêtements rouge sang, et… Cette étrange aura plus ou moins effrayante qui se dégager de lui… Un sourire macabre sur le visage, il tentait toutefois de garder contenance, de ne pas se laisser envahir par l’extase d’une telle situation….Sang… Sang… Sang… Sang !… Le mot envahissait son esprit, essayait de lui faire perdre toute consciences humaines afin de le faire sombrer dans cette folie qui lui avait finalement valu le surnom de vampire à Central City, ou plus précisément de Blood Hunter lorsque l’on se retrouvait finalement dans les services de polices, lancé à sa poursuite… Puis il laissa entendre sa voix rocailleuse, semblant provenir directement d'outre-tombe...

- Et bien… Il est plutôt rare de croiser des âmes errantes en ces lieux, à cette heure-ci… Et vous avez… Hm… Une odeur plutôt attirante sur vous…

Sans plus attendre, un sourire un peu plus fort finit par lui faire dévoiler sa dentitions, et plu^s particulièrement ces crocs un peu trop développé pour un être humain normal…

[Voila ^^. Bon, désolé, le début c’est un peu trop de parlotte, je me suis un peu emballé sur son passé x’D. Si quelque chose te gène, ou que tu veux que je rajoute quelques actions à la fin, n’hésites pas à me contacter ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Road Shokkeru
R, Criminel Reconnu
Membre

avatar

Masculin
Balance Cheval
Messages : 1421
Age : 27
Rang dans le RP : Chien enragé. Actuellement en taule.

Feuille de personnage
Points:
29/90  (29/90)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Alchimie sans cercle permettant de manier l'électricité.

MessageSujet: Re: [Flashback] Dead Memories [Willem]   Sam 7 Aoû - 0:09

L
'obscurité nocturne se propageait petit à petit sur chaque parcelle du sol qu'il foulait, laissant une ambiance funèbre s'installer dans l'atmosphère. L'oxygène se fit singulièrement rare, l'angoisse pesait. Road n'avait pas peur. Cette sensation d'hostilité n'était sans nul doute qu'une apparence. Il avait appris à réfléchir et analyser une situation avant que la peur ne prenne le dessus. Son cerveau au QI supérieur à la moyenne assimilait rapidement les informations, il était donc peu commun d'avoir affaire à lui dans une phase d'effroi. Il était presque détaché de la réalité. Presque, s'il ne ressentait pas ce froid glacial remonter le long de son échine. Une légère brise, un simple coup de vent comme tellement d'autres. Et pourtant une sensation si... inhabituelle. La douleur à son bras commença à s'apaiser ; il avait toujours été assez résistant à ce calibre de blessure. La pire affliction que l'on pourrait lui infliger serait la simple amertume d'une défaite absolue. La peur quant à elle n'est qu'une sensation psychologique ressentie dans une situation que l'on n'explique pas. Quelque chose de soudain, d'inconnu. Mais des circonstances inquiétantes ne résistaient pas à une petite analyse d'un habitué. Il ne craignait pas l'inconnu, il n'avait pas peur. Pour le moment.

Ses pas discrets étaient à peine audibles pour une oreille humaine. Un certain talent de concentration était nécessaire pour détecter le son provoqué par le délicat contact entre la semelle et les graviers. Seulement de cette façon, il aurait pu aisément deviner la texture de la chaussure, si tant est que ça n'en soit pas une. Peu importe. Il resta immobile, de marbre, attendant patiemment que le prédateur sorte de sa cachette pour enfin se jeter avidement sur sa proie. Serait-ce lui, la cible ? Aucune autre créature humaine ou même simplement vivante ne polluait les rues de sa présence néfaste. Et étrangement, son instinct lui affirmait que l'intrus n'était pas ici pour défiler ou renverser les poubelles, mais pour bien plus. Qui a dit que l'odeur du sang attirait uniquement les rats...? Il était observé, il en avait conscience. Il était peut-être même la cible potentielle de l'inconnu tapi dans l'ombre. Mais il ne se sentait pas comme le mulot face au serpent... il ne le craignait pas. Il ne percevait pas la menace à travers toute la dimension qui les séparait. Quelque chose le forçait à croire que l'autre n'était pas comme lui. Personne n'était comme lui. Il refusait de l'admettre, capricieux, dans le besoin de se considérer comme supérieur au reste de la populace. De sang noble, une telle réaction n'était guère sciante pour quelqu'un comme lui. C'était l'évidence-même.

Une voix rocailleuse résonna avec énergie dans ses tympans, d'une telle façon que c'en était réellement troublant, et irritant. Une once de provocation sur un rythme musical rendait ses paroles à la fois inquiétantes et rageantes. Une âme errante ? En effet, c'est ce qu'il était... mais l'intrus aussi, n'est-il pas ? Mais Road ne craignait pas le danger. Même un potentiel danger de taille démesurée capable de lui écorcher la gorge sans trop d'effort ne l'effrayait pas. Et l'odorat de ce type était développé d'une manière assez spectaculaire pour un être humain normal... à cette distance, seules les bêtes auraient pu humer cet arôme délicat. Le jeune homme daigna finalement tourner la tête pour poser son regard vermeil sur la silhouette imposante de l'intrus. Il ne percevait que la partie inférieure de son visage, le reste était camouflé par des lunettes de forme circulaire aux tons orangés surmontées d'un large chapeau d'une couleur similaire à celle de ses vêtements. Son aspect n'était pas commun, il faut l'avouer. À côté de ça, Road semblait d'une banalité déconcertante, malgré l'aura meurtrière qu'il dégageait – celle de l'inconnu était pour le moins impressionnante également. Sa seule vue avait suffi à le convaincre d'une chose. Il lâcha la pochette de cookies au sol dans un léger bruit de froissement de papier avant de poser sa main sur sa plaie. N'importe quel humain normalement constitué aurait pensé que l'odeur alléchante en question était celle des cookies. Seul un homme à l'étoffe d'un meurtrier pouvait deviner instantanément de quoi il s'agissait. Laissant son liquide vital s'insinuer à travers sa peau fine, il pressa le tissu de sa chemise sur la blessure afin d'atténuer les coulées de sang, tâchant un peu plus cette blancheur innocente. Sa chemise était fichue. C'était bien dommage, mais il était préférable que cela soit son habit plutôt que son bras. Puis il dévoila explicitement sa blessure au regard caché de l'être en face de lui avec provocation.

« C'est de ça dont vous parlez ? »

O
n aurait presque pu penser qu'il l'invitait ouvertement à venir s'abreuver de ses précieuses perles de sang. Mais Road n'était pas aussi généreux qu'il le laissait penser. Il méprisait toute personne ayant le culot de s'adresser à lui. Hormis peut-être Mr Sykes ou encore cette charmante petite épicière. Il n'avait pas encore échangé suffisamment de paroles avec cet inconnu pour pouvoir le qualifier d'être « à part ». Peu de gens disposaient de ce privilège. Néanmoins, il ressentait une nette absence d'humanité dans ce corps camouflé par une longue cape aussi mystérieuse que le chapeau haute forme d'un magicien. Cet homme à lui tout seul rassemblait tous les mystères, toutes les épouvantes et les chimères des fables, et pourtant, il avait ce petit truc qui le distinguait des Méchants issus des contes de fées. Il avait l'air d'un « méchant » qui gagnait.

Mais peut-être que tout cela n'avait aucun sens au final. Road fit un pas en arrière, mine de prendre ses précautions face à cet énergumène. Il savait parfaitement que n'importe quel ahuri croisé dans la rue pouvait s'avérer être un monstre sanguinaire et celui-ci était pour le moins convaincant dans ce domaine. Ses dents affichaient une cruauté qui n'avait pas son pareil. Il devait susciter un effroi impressionnant auprès des personnes dites normales...
Le menton légèrement levé avec dédain, le jeune homme glissa sa main dans sa poche discrètement, observant suspicieusement ces deux verres orangés. Il ne parvenait pas à voir à travers ceux-ci, ce qui était bien décevant... le regard de ce type devait valoir le détour. Ses doigts rencontrèrent le cylindre du revolver rangé dans sa poche, prêts à l'en extraire à n'importe quel moment. Road était un piètre tireur, c'est un fait incontournable. Il savait néanmoins appuyer sur la gâchette, et s'il tirait de près, il avait peu de chances de le rater. Le jeune homme n'avait de toute façon pas l'intention de s'en servir pour le moment. Pour une fois qu'il avait affaire à quelqu'un d'intéressant...

« Si c'est mon sang que vous convoitez, je peux vous en offrir... mais vous devez vous douter qu'il ne vous sera pas gratuit. N'est-ce pas ? »

N
on, il n'avait pas réellement l'intention de lui faire cette faveur. Road n'avait jamais été quelqu'un de très honnête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willem Van Selvester
Chien de Bradley
MJ

avatar

Féminin
Scorpion Cheval
Messages : 42
Age : 62
Rang dans le RP : Chien à la solde de Bradley
Rang spécial Hrp : Bartock le magnifique (by Mercade <3)

Feuille de personnage
Points:
0/0  (0/0)
Niveau:
18/20  (18/20)

Pouvoir: Il possède une Ouïe surdeveloppé qui lui permet d'anticiper la plupart des mouvements, et plus particulièrement la trajectoire des balles. Il possède aussi un grande agilité et une bonne maitrise des armes à feu...

MessageSujet: Re: [Flashback] Dead Memories [Willem]   Sam 7 Aoû - 12:29

Sanng… Sang… Sang… SANG ! Ce simple mot commençait à se faire insistant dans la tête du vampire. L’odeur l’enivrait, et l’appelait presque… Cela faisait tellement longtemps qu’il n’avait pas put s’en procurer… Enfin… Depuis ce jour au laboratoire, puisque même si il s’amusait avec des SDF, jamais il ne se serait abaissé à les mordre. Qui sait où ils avaient bien put traîner hein ? Enfin… Il c’était donc approché doucement, gardant les mains dans les poches, afin de s’arrêter non loin de cet être impudent. Mais il ne réagissait pas… Du moins, pas pour le moment… Willem parvenait à capter le son de sa respiration, et ces battements de cœur… Chose qui restait sur une moyenne respectable, signe que l’homme savait garder un calme certain. De plus, une aura meurtrière s’échappait de lui, comme il l’avait remarqué quelques instant auparavant, mais ce n’était pas un détail qui impressionnerait le prédateur, bien au contraire.
Puis il y eu le mouvement. L’homme c’était finalement retourné pour faire face, et lorsque son regard c’était posé sur son « adversaire » il avait eu vite fait de lâcher ce qu’il tenait dans les mains pour venir appuyer sur cette plaie, où s’écouler doucement ce liquide vitale… Sang… Sang… Sang… SANG !… Une fois de plus, tout semblait s’embrouiller dans l’esprit de la chimère, qui se sentait partir vers la folie, le désir, la tentation. L’instinct semblait vouloir prendre le dessus mais l’homme luttait encore. Il ne fallait pas qu’il pli. Il ne fallait pas qu’il lâche maintenant… Si il le tuait, le King n’apprécierait vraiment pas qu’il ce soit attaqué à autre chose que sa cible… L’idée de s’en aller lui effleura l’esprit, mais cette obsession l’étouffa bien rapidement.

Willem baissa légèrement la tête, dévoilant uniquement l’un de ses yeux sous la lumière mourante du jour lorsque l‘inconnu lui demanda si c‘était de cette plaie qu‘il parlait… Tout en faisant exprès de la lui présenter. Le chasseur fixa son regard sur la plaie, continuant d’observer ce doux nectar tâcher un peu plus le tissus, et s’incruster dans les moindres faille… C’était un pure supplice, une provocation qui n’était pas dissimulé, et autant dire que l’Ishbal n’en fut que plus excité… Il laissa son sourire s’élargir encore, laissant ce rire si déroutant s’échapper de lui… Est-ce qu’il savait seulement que de jouer ainsi pouvait signer son arrêt de mort sur le champ ? La chimère en doutait énormément, mais qu’importe… Ce n’était pas comme-ci c’était son problème.
Enfin… Notre animal finit cependant par relever son regard sur le propriétaire de ce liquide qui l’attirait tant. Il avait l’air plutôt frêle par rapport à lui… Un simple mortel en soit. Et même si il semblait garder un calme à toutes épreuves, le vampire avait tout de même noté ce mouvement de recul. De toute façon, à partir du moment où il avait laissé tombé ce sac qui aurait attiré plus d’un SDF, il avait su que cette personne savait quel danger il représentait. Du moins, en partie.. Sage décision donc, que de se retirer un peu, même si il ne pourrait échapper à son bourreau. Enfin… Cet homme la… Il laissait échapper une certaine prestance aussi, et l’air dédaigneux qu’il avait laissé paraître, n’était pas passé inaperçu, bien que le regard de la chimère soit mauvaise. Par contre, il ne c’était pas aperçut du mouvement qui avait pour but, d’aller s’emparer de l’arme. Arme dont il ne connaissait pas l’existence, il en va de soit.

Puis le gamin (ba oui, c’est un gamin à coté de Wiwi *meurt*) finit par lui faire comme un début de proposition de marché. Hm… Il le croyait vraiment ? Que le Vampire s’abaissait à ce genre de pratique ?

- Pas gratuit ?… ha hahaha… Je n’ai pas vraiment pour coutume de faire le moindre marché avec de simple déchet.

Non il s’abaissait véritablement pas à faire ça. Non seulement il n’avait rien à donné, mais en plus ça l’agaçait un peu de devoir courber l’échine devant de tel créature si… Insignifiante. Comme une simple humain pouvait-il ne serais-ce qu’oser lui dire une chose pareil ? Comment est-ce qu’il pouvait simplement imaginer que cela pouvait passer hm ?
Enfin… Il laissa de nouveau son rire ce faire entendre alors qu’il finissait par se redresser totalement, libérant les mains de ses poches, et dévoilant ainsi ces gans où ce trouvait des cercles alchimiste plutôt compliqué, et surtout… Brillant. De simple leurre en soit, mais ces victimes n’étaient pas sensé le savoir. Bradley lui avait fait un réel plaisir que de lui offrir ce genre de vêtement… La peur de l’alchimiste fou était bien la, parmi la population… Parmi ces simples gens. Eux qui ne connaissait rien de cette science…

- Je n’avais de toute façon pas dans l’esprit que vous coopériez pour cela.

Haa quel douce extase… Il finit par se laisser un peu glisser la folie, alors qu’il humait l’air pour apprécier d’avantage l’odeur, et cette promesse qu’elle laissait planer…

Puis son regard ce posa une nouvelle fois sur sa cible, laissant un air bien plus menaçant s’échapper de lui. Il ne pouvait plus lutter contre l’appel, il ne pouvait plus s’empêcher de vouloir aller cueillir sa proie, il avait finit par se laisser glisser dans sa folie du sang, et une seule idée régnait désormais dans son esprit. Doucement il avait reprit sa marche, d’un pas menaçant pour s’approcher un peu plus de sa victime. Il ne craignait pas ses réactions. Il ne craignait de toute manière jamais les proies qu’il convoitait tant. Il s’immobilisa finalement lorsque son pied droit vint se poser sur le sac contenant les cookies. Le froissement du papier l’avait plutôt interpellé. Cet objet… Il ne l’avait pas vu tiens. Enfin, ce qu’il y avait à l’intérieur était à présent fichu. Quel qu’il soit. Mais pour la chimère, ça n’avait guère d’importance. Ce fut donc plutôt rapidement qu’il avait reporté son attention sur sa proie….

- Inutile de résister… Cela ne ferait que retarder votre supplice…

En claire, il n’avait pas l’intention de lâcher prise… Un sourire fou c’était posé sur son visage, il était finalement prêt à passer à l’attaque… L‘objectif ? Mais plaquer sa prise contre un mur bien entendu. La main serrant d‘une poigne de fer le col de sa victime, tout en appuyant pratiquement sur le cou pour rendre la respiration difficile, et le maintenir détaché du sol…

(Normalement je voulais le faire sauter directement dans ce poste, mais puisque tu as une arme à feu x’D. Enfin, c’est toi qui vois pour la suite. Je t’ai laissé le choix. Soit tu le stop, soit tu te fais avoir x).)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Road Shokkeru
R, Criminel Reconnu
Membre

avatar

Masculin
Balance Cheval
Messages : 1421
Age : 27
Rang dans le RP : Chien enragé. Actuellement en taule.

Feuille de personnage
Points:
29/90  (29/90)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Alchimie sans cercle permettant de manier l'électricité.

MessageSujet: Re: [Flashback] Dead Memories [Willem]   Sam 7 Aoû - 16:37

R
oad ne supportait pas qu'on le prenne de haut. C'était une attitude qui le mettait totalement hors de lui. Mais il n'en montrait rien ; comme le disait Mr Sykes, un criminel bon chic bon genre de la haute sphère se devait d'être toujours le plus insensible possible. Le plus indifférent. Il devait savoir s'affirmer et toujours avoir le dernier mot, sans pour autant se rabaisser à être un de ces déchets de la pire espèce qui osaient se proclamer meurtriers en série alors qu'ils ne tenaient plus sur leurs guiboles dès qu'un Alchimiste d'état venait les chercher. Ces gens ne comprenaient rien au mot « business » qui résumait à peu près tout le parcours d'un gangster digne de ce nom. L'argent, le pouvoir, obtenir tout ce qu'un homme peut désirer était aussi simple qu'une balle de revolver... pour cela, il fallait connaître les mille et unes subtilités de l'art du meurtre dans les détails. Road n'était peut-être qu'un débutant dans le domaine, mais il savait déjà plus que beaucoup d'autres. Il avait le gabarit d'un grand meurtrier, l'étoffe du parfait salopard, bref, il était né pour ça. Alors qu'un parfait inconnu se permette de ne pas le prendre au sérieux, qu'il ose même le contrarier en le traitant indirectement de « simple déchet » était un véritable affront. Une invitation explicite à venir lui coller son poing à la figure. Cependant, il se contenta de lui sourire en retour, n'émettant aucune réponse à cette injure. Il n'en valait pas la peine.

Le jeune homme ne voyait pas vraiment un être humain dans ce qu'il avait en face de lui. Il l'aurait presque traité comme un chien, avec ce qu'il percevait à travers ce masque humain. Il put entrevoir pendant un instant la lueur sanglante de ses yeux rouges. Des yeux rouges ? Un Ishbal ? Il n'avait pourtant pas ce teint mat caractéristique des Ishbals... et n'étaient-ils pas censés avoir tous été massacrés ? Peut-être n'y avait-il aucune explication à cette couleur. Road n'avait pas une goutte de sang ishbal dans ses veines et pourtant, il était évident que ses yeux rouges n'étaient pas des faux. Peu importe. Quelles que soient ses origines, il restait une simple bête assoiffée de sang aux yeux du garçon. Ce dernier en avait tenu compte dans ses propos. L'inconnu n'était pour lui qu'une simple créature retombée à un état primitif de l'humanité. Il estimait donc qu'il se devait de le traiter comme tel, malgré la menace qu'il représentait. Après tout, les bestioles mal éduquées ont juste besoin d'un peu de leçon de discipline. Allait-il finir par manifester une attitude de fou furieux ? Il était déjà assez convaincant dans le domaine du monstrueux. Un vampire. Que pourrait-il être d'autre pour apprécier autant cet arôme sanglant ?

Le dernier mouvement de la bête retint l'attention de Road. Il portait des gants. Pas de simples gants ordinaires visant simplement à voiler ses bouts de chair ; des cercles de transmutation y étaient apposés. Comment un être du bas monde pouvait-il tracer avec tant de précision un cercle aussi complexe ? Il l'observa longuement, aboutissant à la conclusion que ce type devait être un alchimiste. Ne serait-il pas un alchimiste d'état, par pur hasard ? L'armée était devenue tellement suspecte que voir un vampire parmi leurs rangs ne l'aurait guère étonné. En tout cas, il ne donnait pas la sensation d'être inoffensif, c'était la première chose à laquelle Road devait penser. Et s'il était en réalité bien plus monstrueux qu'il ne l'aurait envisagé ? Toutes ces questions se chamboulaient et se percutaient entre elles dans sa tête, pour finalement aboutir à une seule et même interrogation : qui était-il ?
À pas de velours, l'intrus s'approchait à nouveau, laissant le garçon contempler sa place face au prédateur. Être la victime le rebutait profondément, mais il n'eut aucune réaction. Il avait de toute façon bien compris que la bête ne l'écouterait pas. Il était lucide, et il valait mieux l'être dans ces circonstances. La douleur à son bras s'atténuait doucement, alors que sa curiosité commençait à occuper toute la place de son cerveau. Il ne recula plus. Il ne ressentait aucune peur, comme devant un pantin en bois dont les fils étaient remués par un artiste de rue. Il entendit alors le craquement des gâteaux à travers le papier. Avant qu'il ne puisse le réaliser, l'inconnu était déjà juste en face de lui, grand et imposant, lui laissant entrevoir quel goût prendrait la tournure des événements. C'était bien dommage de gaspiller de si délicieux cookies préparés avec amour. Mais il est vrai que le nectar de vie était d'une tout autre qualité...

Ses pieds quittèrent le sol. Sa respiration se bloquait. Il eut à peine le temps de gonfler ses poumons avant que la main osseuse et charnue du diable ne se saisisse de son col avec violence. La main libre de Road se leva brusquement, s'accrochant au poignet meurtrier qui le tenait fermement. Ses ongles s'enfoncèrent avec acharnement dans la peau de son agresseur, non pour lui faire lâcher prise, mais plutôt pour lui indiquer qu'il était loin d'en avoir terminé avec lui. Il n'avait aucunement l'intention de se laisser faire de cette façon... tentant difficilement de respirer, il prit un peu de temps avant de finalement planter son regard dans celui du monstre. Il était près, il pouvait presque sentir son souffle bestial. Sa bouche s'arqua et il retroussa ses narines avec dégoût avant de lui cracher ses mots, montrant clairement son aversion de la situation.

« Je t'interdis... de me toucher ! Sale rat ! »

U
n rat. Le qualificatif était plutôt bien choisi à son goût. Road ne supportait tout simplement pas qu'on le touche. Même juste l'effleurer, cela ne faisait qu'attiser sa colère. Le contact physique avec les autres personnes avait toujours été ce qu'il exécrait le plus au monde. Le seul contact qu'il accordait aux gens était celui de la concordance parfaite entre leur figure et son poing. Ça n'était jamais allé plus loin. Il ne serrait pas la main des gens. Il restait le plus à l'écart possible. La solitude ne le dérangeait pas. Mais que diable, ne l'approchez pas ! Son karma attirait naturellement les gens, transformant ainsi chaque instant de sa vie passé en compagnie d'un quelconque moucheron en véritable enfer. Et même si blesser les gens au cœur ne faisait pas partie de ses principes, il n'hésitait jamais à être dur sur les mots pour faire comprendre aux autres qui d'entre eux fait la loi. Soif de puissance. Il n'était pas toujours dans la position la plus avantageuse – le cas présent le démontrait bien – mais rien n'empêchait jamais ses réflexions de gamin arrogant, même s'il n'en était plus vraiment un, d'être lancées comme des cailloux. C'était ça le vrai visage de la haine, l'égoïsme humain, la cruauté... tout ce qui fait le charme du monde.

Faisant rouler ses pupilles entre ses paupières mi-closes, ses doigts experts firent tourner nerveusement le cylindre du revolver toujours dans sa poche, plaçant une balle dans l'axe du canon de l'arme. Il était prêt à s'en servir cette fois, autant que l'inconnu avait l'intention de lui pomper son liquide vital. Mais il ne comptait pas tirer pour le moment, juste s'en servir à bon escient... ce type était fascinant, d'une certaine façon. Et la question qui lui trottait dans la tête continuerait de prendre de la place tant qu'il n'aura pas pu nourrir sa curiosité mal placée. Dégainant son arme, il tenta vainement de se défaire de l'emprise de son agresseur avec force et constance, mais se contenta finalement d'appuyer le canon du revolver sur le front de l'inconnu, par dessus son chapeau, le doigt posé sur la gâchette.

« Un geste de plus et je te fais sauter la cervelle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willem Van Selvester
Chien de Bradley
MJ

avatar

Féminin
Scorpion Cheval
Messages : 42
Age : 62
Rang dans le RP : Chien à la solde de Bradley
Rang spécial Hrp : Bartock le magnifique (by Mercade <3)

Feuille de personnage
Points:
0/0  (0/0)
Niveau:
18/20  (18/20)

Pouvoir: Il possède une Ouïe surdeveloppé qui lui permet d'anticiper la plupart des mouvements, et plus particulièrement la trajectoire des balles. Il possède aussi un grande agilité et une bonne maitrise des armes à feu...

MessageSujet: Re: [Flashback] Dead Memories [Willem]   Sam 7 Aoû - 21:58

Quelle odeur enivrante… Quelle douce promesse que cette odeur qui se faisait porter doucement par la brise d’été. Ces étranges comme l’appel de ce sang la, était si forte… Enfin… Willem c’était laissé rapidement emporté, s’approchant doucement de sa proie sans vraiment faire attention à ce qui traînait par terre. Ces pas c’étaient donc arrêté lorsque l’une de ces imposante chaussure de marche avait finit par écraser son contenu. Il était resté un instant étonné par cette soit disant nouveauté, avant de finir par attraper sa proie. Sa voix d’outre-tombe avait un instant brisé le silence, avant qu’il ne vienne se saisir du jeune homme par le col, et de venir le plaquer contre le mur le plus proche, faisait bien attention à appuyer sur son corps frêle de façon à rendre la respiration plus difficile.
Bon sang qu’il était plutôt intéressant cet homme. Willem avait beau tendre l’oreille, ce n’était finalement qu’un cœur prenant un rythme normal qui battait dans la poitrine de sa proie… Enfin non, un cœur qui s‘emballait légèrement dût à la maltraitance, mais sans plus. Il était bien calme, et semblait savoir garder sa peur bien lointaine non ? En tout cas, celui-ci semblait être une souris bien intéressante. Un déchet qui sortait du lot en quelque sorte. Un reste qui pouvait encore servir dans ce monde décadent… D’un geste rapide, il retira l’un de ses gants.

Enfin, il avait bien put constater une fois de plus que sa nouvelle vie était plutôt palpitante. Le corps qu’on lui avait offert révélait bien des secrets… Il y avait eu cette vue, cette ouïe… L’odorat, son agilité et sa vitesse… Depuis qu’il était enfin libre, il ne comptait même plus le nombre de fois où il avait testé encore et encore tout ce qui lui était possible de faire, tel un enfant ayant reçut un nouveau jouet. La force qu’il possédait ? Cela ne faisait que quelques jours tout au plus qu’il s’en était rendu compte, ayant plutôt eu tendance à profité de ses capacités de mouvements, et de s’entraîner à viser juste avec ces deux jouets qui attendait patiemment dans leur holter respectif. Et même si il commençait à se dégager du lot, il avait encore pas mal de chemin à faire. Oui, Willem avait eu le droit à avoir une arme durant Ishbal, histoire d’abattre ces propres « frères » plus facilement. Mais avec toute les modifications qu’il avait put avoir entre temps… Tirer n’était plus vraiment une masse à faire, il comptait encore trop souvent sur la vue, plutôt que de s’abandonner définitivement sur son ouïe. Enfin… Il était encore en jeune en un certain sens, et c’était sans aucun doute pour cela, que sa véritable proie ne cessait de s’échapper à chaque fois. Alors… Autant se rabattre sur un jouet qui avait l’air bien plus intéressant non ?

Quel ne fut son plaisir que d’entendre la voix sortir difficilement de son adversaire… Et pour faire quoi ? Gaspiller de sa salive et de son temps pour rien. L’insulte avait glisser sur le tueur au manteau avec une facilité déconcertante. Toute ces paroles, ces insultes, la chimère n’en avait cure. Tout ce qui lui importait, c’était ce qu’il pensait lui, et pas les autres. De plus, le faites qu’il avait rapidement attrapé son poignet pour venir y enfoncer ses ongles ne faisait que renforcer sa joie, son simple plaisir. La douleur ? Il en faisait fi. Qu’est-ce que c’était vraiment la douleur, lorsque l’on atteignait l’extase quasi absolu, et que l’on avait déjà goûté à la mort hein ? Rien. Surtout celle-là. C’était tellement infime par rapport à ce que lui était capable de faire… Autant aujourd’hui qu’a l’époque. Même si il considéré ce scientifique comme son premier meurtre, il en avait déjà fait des centaines autrefois. Ou plutôt, durant cette guerre folle, qui avait finit par faire tomber le peuple dont il provenait. Il en avait vue… Toute ces horreurs de guerre, ces morts, ces tués… Les enfants, les femmes, les vieux… Mais rien de tout cela n’avait finit par l’atteindre le jour où cette gamine avait succombé à la maladie. Depuis ce jour, il avait brisé tout les sentiments qu’il pouvait ressentir. Tristesse, colère, haine… Jour après jour il oubliait tout ça, jusqu’au finalement ne plus les connaître. Ressentir ce genre de chose était plutôt comme une énorme faiblesse pour lui. C’était… Ce qui au final empêchait d’agir vite et bien. Il suffisait d’un instant d’hésitation pour que tout soit chamboulé… Alors… Il fallait garder son calme, rester détendu… Ne pas réagir aux provocations. Résultat, la chimère se contenta simplement de sourire, alors qu’il passait sa main libre (celle dépourvu de gant) sur la blessure de sa petite victime, récoltant ainsi, un peu de ce liquide qu’il convoitait tant…

Tiens ? C’était quoi ce bruit ?… Il semblait pourtant si familier mais si lointain à la fois… Il savait que ce son n’était pas spécialement de bonne augure, mais en même temps… Il ne pouvait s’empêcher de jubiler. Allez, résiste donc mon ami, que cela soit bien plus amusant. La proie se débattit un instant, essayant de ce défaire de cette poigne qui lui était sans doute un peu trop forte, avant de se stopper tandis qu’il brandissait un objet. Ho ? Le jeune homme avança l’arme vers son visage, et posa le canon froid juste entre son chapeau et ses lunettes, laissant quelques paroles bien désagréable le menacer. Le silence ce posa un instant, tandis que le tueur fixait le gamin droit dans les yeux… Si il avait peur ? Bien sûr que non… Les armes à feu étaient sans doute les derniers instruments de mort qui lui faisait peur…

- Je n’en doute pas un seul instant… Vous avez la un regard plutôt intéressant pour une si jeune personne… Quelque chose chez toi est plutôt fascinant. La dernière fois que j’ai put voir ces yeux… C’était durant Ishbal…

Un sourire macabre reprit place sur le visage de la chimère, avant qu’il ne finisse par se redresser d’une seule traite, tout en éjectant l’être humain un peu plus loin dans la rue. Et puis quoi encore… Il voulait jouer avec des armes à feu un ? Willem laissa un sourire effrayant étirer ses lèvres, alors qu’il venait lécher le bout de son doigt qui était tâché du sang de sa Victime… hooooo… Quel goût exquis… Même celui de sa futur proie n’était pas aussi fabuleux. Autant dire qu’il était tombé sur la personne qu’il fallait en cette soirée…

- Quel sang fabuleux… Je n’ai jamais put profiter d’une tel saveur jusqu’à maintenant… Vous êtes plutôt exceptionnel mon ami…

Il laissa un léger rire s’échapper une nouvelle fois de lui, tandis qu’il venait de chasser d’un geste rapide un coté de sa longue veste rouge, dévoilant la crosse de l’une de ses deux armes. La blanche pour être exacte. Sans un bruit, il retira l’arme de sa demeure, et laissa le métal briller un instant sous la douce lueur de la lune qui s’imposait de plus en plus, laissant les étranges gravures paraître… Un déclic se fit entendre, signe que la sécurité venait d’être enlevé, puis le monstre pointa le canon vers sa proie. Trois… Deux… un…
Bang
Le coup de feu partie aussitôt. Zone ciblé ? Le genoux droit…

- Puis-je connaître votre prénom… peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Road Shokkeru
R, Criminel Reconnu
Membre

avatar

Masculin
Balance Cheval
Messages : 1421
Age : 27
Rang dans le RP : Chien enragé. Actuellement en taule.

Feuille de personnage
Points:
29/90  (29/90)
Niveau:
15/20  (15/20)

Pouvoir: Alchimie sans cercle permettant de manier l'électricité.

MessageSujet: Re: [Flashback] Dead Memories [Willem]   Dim 8 Aoû - 2:54

[Attention y a un passage un peu gore =w=]


C
'était encore une jeune pousse, à cette époque. Encore une petite graine lâchée dans la nature qui absorbait avec difficulté les différents nutriments et la matière organique dont elle avait besoin pour survivre dans ce monde au ciel teinté de ténèbres et au sol tâché de sang. La petite graine cherchait l'eau claire et limpide parmi cette mer de sang, la pureté au milieu de ce lit de pierres tombales. Il avait rapidement appris la dureté de cet univers, mais il était encore loin d'être comme le rosier fier et puissant qui dominait le jardin de la folie, le jardin de l'Enfer. Il survivait, s'imposait, bombant ses délicieux pétales noirs tâchés de perles de sang, hérissant ses dangereuses épines empoisonnées. Ses roses se nourrissaient de la douleur des autres. C'était ainsi le seul moyen de rester debout sur ce sol infernal sans que chaque parcelle de terre ne s'effrite sous vos pieds. Road était encore jeune, il en avait conscience. Il avait encore beaucoup à apprendre. Et la petite leçon qu'il s'apprêtait à recevoir était un exercice clef de sa carrière. Peut-être ne serait-il jamais devenu ce qu'il serait six ans plus tard s'il ne s'était pas retrouvé en ce lieu à cette heure précise. La vie était décidément remplie de surprises... toutes aussi juteuses les unes que les autres.
Les principes sont les principes, dussent les rues ruisseler de sang ♪
Il est vrai que Road avait toujours eu ce regard insistant et empli de haine qui le distinguait du reste de la populace. Il était né avec une cuillère en argent dans la bouche, ce qui faisait de lui un gamin capricieux et désinvolte, qui avait néanmoins le sang d'un meurtrier dans ses veines. L'adrénaline s'accrochait à ses os frêles, lui donnant l'envie irrésistible d'appuyer sur la gâchette. Son doigt le démangeait, le besoin de tapisser la façade avec le sang de la bête lui brûlait les veines. Mais le dernier mot qu'il prononça, « ishbal », l'interpella. Durant Ishbal..? Avait-il participé à cette guerre terrifiante ? Ce genre de chose ne l'étonnait même plus... mais il venait de lui offrir un indice, même infime, de son identité. Et ce génocide lui avait-il plu ? Il semblait heureux. Il jubilait même. Un sourire dément lui sciait le visage, alors que le canon du revolver était toujours appuyé sur son front. Lui non plus n'avait pas peur. Rien d'étonnant... beaucoup de gens utilisaient cette arme dans un unique but de persuasion. Road avait bel et bien l'intention de s'en servir, contrairement aux autres cas. Il avait conscience de la dangerosité de l'arme et c'était bien pour cette raison qu'elle était dans sa poche en permanence.

Sans qu'il ait pu faire quoi que ce soit de plus, il sentit la pression se relâcher quelques secondes, et un mouvement de redressement de la part de l'inconnu avant que ce dernier ne jette sa victime d'un geste brusque, le laissant tomber lourdement au sol. Il avala littéralement une grande bouffée d'air, les poumons enfin libérés. Allongé par terre en appui sur son flanc gauche, il avait lâché maladroitement le revolver qui s'était projeté à quelques mètres, tournant encore sur lui-même, se rayant contre le ciment froid à cause du choc. De toute évidence, l'arme n'avait pas été un atout de qualité jusqu'à maintenant. Au moins, le type l'avait lâché, c'était déjà ça de gagné. Néanmoins, il sentait la menace s'approcher dangereusement, bien qu'il ne la craigne pas, il savait distinguer le potentiel de l'inévitable. Et c'est pour cela qu'il n'avait pas peur. Ce qu'il savait inéluctable ne l'impressionnait pas.
La bête se mit à le complimenter sur la qualité de son liquide vital. Ça ne l'étonnait guère, lui-même était parfaitement au courant que son sang représentait une véritable ambroisie pour quiconque osait y goûter. Il leva un sourcil avec curiosité.

« Je ne suis pas votre ami... »

I
l aurait voulu ajouter à ceci le fait que ce serait la première, mais également la dernière fois qu'il y goûterait... mais le rire aliéné de l'inconnu l'en empêcha. C'en était presque déstabilisant. Il avait écarté un pan de son manteau, dénonçant la présence d'une arme qu'il avait vraisemblablement l'intention d'utiliser dans la minute qui suivait. Et de quelle façon ? Il ne faisait nul doute que ses idées étaient malsaines. Il n'y avait qu'à le voir pour deviner qu'il avait de toute façon l'esprit irrémédiablement mal tourné. Comme beaucoup de gens. Mais peu d'entre eux atteignaient le point culminent du déséquilibre mental comme lui l'avait fait.
Il se sentit d'un coup visé. Le canon sombre était pointé vers lui, menaçant. Il allait tirer. Il allait le faire. Road eu un léger mouvement de recul, par pur réflexe. Et le tir n'eut pas à se faire désirer ; sans attendre, l'homme pressa la gâchette, faisant retentir un grand coup de feu dans toute la rue. Le garçon n'avait même pas eu le temps de récupérer son arme, c'était déjà trop tard. Tout s'était déroulé très rapidement et le temps n'avait pas joué en sa faveur, lui qui était encore secoué par le choc. Et pour lui rendre la chose plus pénible à endurer, la cible du flingue avait été sa jambe, son genou plus précisément. Une douleur insupportable s'en empara, et, bientôt, tout ce qui était au-delà de la jointure entre sa cuisse et sa jambe ne répondit plus. Et pourtant, il avait mal. Tentant de garder son calme, ses ongles grattèrent le sol avidement, ses articulations se crispèrent. Mal. Sang. Douleur. Il devait tenir. Succomber à une seconde blessure serait un signe de faiblesse à ne jamais dévoiler. Surtout pas à Lui.

Il fit grincer ses dents, fixant la bête avec agressivité. Il sentait la froideur de la balle contre son os. C'était insupportable. Son sang bouillonnait. Il releva son buste brusquement, lançant un dernier regard meurtrier à son ennemi avant d'agripper violemment l'ourlet du bas de son pantalon. Il ne prit pas la peine de le relever, et déchira complètement le tissu tâché de sang qui lui collait à la peau pour faire glisser sa main jusqu'à son genou blessé. Le mal qui le lacérait était indescriptible. Mais le plus dur à surmonter n'était pas encore arrivé. C'était la présence de ce fragment de plomb à l'intérieur de son corps qui l'écœurait. Il résistait assez bien à la douleur en général. Et il valait mieux avoir une certaine endurance dans ce genre de situation déplaisante. Sans faire attention à l'inconnu, il gratta un instant le trou bien ancré dans sa peau, grimaçant de dégoût. Il tâtait le terrain. Terrain qui lui laissait une certaine amertume dans la gorge. Sans la moindre précaution, ni délicatesse, il introduit brusquement deux de ses doigts fins à l'intérieur de la plaie, tentant d'écarter les morceaux de chair afin de se créer un chemin plus espacé. Le sang s'en échappait rapidement, une petite goutte jaillit même jusqu'à sa joue pâle. Il se mordit la lèvre à sang, afin de mieux encaisser le mal de sa jambe. Tendu, il essayait de réguler difficilement son rythme cardiaque. D'un geste brusque, il retira ses doigts de la cavité ensanglantée, tenant la balle de plomb entre les phalanges de son majeur et de son index. Le sang s'écoula sur sa main, emportant les morceaux de chair arrachée dans laquelle la balle s'était précédemment logée. Une veine battait violemment sur sa tempe, les muscles de ses bras s'étaient contractés avec force. Malgré cette première offensive, il n'avait toujours pas peur. Il se permit d'ailleurs une petite note de cynisme en jetant la balle à son envoyeur, la faisant rouler jusqu'à ses pieds. Elle laissa de petites tâches de sang sur sa trajectoire.

« Je crois que vous avez perdu ce truc, je vous le rends. »

S
oufflant un grand coup, il tendit sa jambe droitement devant lui, sans se lever. Il n'était pas certain de tenir debout très longtemps de toute façon. Il se força à sourire, malgré ses blessures. La situation n'était pas particulièrement appréciable. Mais il ne devait offrir aucune ouverture à son ennemi, bien que l'autre soit déjà largement avantagé face à lui. Il était clairement plus expérimenté. Et Road aurait dû faire attention à ce détail plus tôt, cela avait été un cruel manque de subtilité de sa part. Mais l'on apprend de ses propres erreurs...
Le monstre lui posa une dernière question. Oui, le monstre. Il ne faisait aucun doute que c'était lui, le monstre dont parlait la rumeur qui lui avait été communiquée un peu plus tôt.

« Quand on est un gentil toutou bien élevé, on se présente avant de demander à quelqu'un d'autre de décliner son identité. Ce que je n'avais de toute façon pas l'intention de faire... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willem Van Selvester
Chien de Bradley
MJ

avatar

Féminin
Scorpion Cheval
Messages : 42
Age : 62
Rang dans le RP : Chien à la solde de Bradley
Rang spécial Hrp : Bartock le magnifique (by Mercade <3)

Feuille de personnage
Points:
0/0  (0/0)
Niveau:
18/20  (18/20)

Pouvoir: Il possède une Ouïe surdeveloppé qui lui permet d'anticiper la plupart des mouvements, et plus particulièrement la trajectoire des balles. Il possède aussi un grande agilité et une bonne maitrise des armes à feu...

MessageSujet: Re: [Flashback] Dead Memories [Willem]   Dim 8 Aoû - 13:34

Bon sang qu’il appréciait l’instant… Le vol plané de sa victime n’était que plus excitant. Son regard rougeoyant c’était ainsi posé sur sa cible, alors qu’il gisait sur le sol froid, et le flingue… Avait glissé un peu plus loin, ayant subit lui aussi le choc de la chute. Tout semblait si merveilleux en cette heure de la soirée, que la chimère commençait à se demander si ce n’était finalement pas un rêve. Surtout que se goût qui avait à présent envahis sa bouche, était tout à fait exquis. Ça ne ressemblait en rien à ce sang qu’il avait put goûter au Laboratoire, ni même à celui de cette proie qu’il chassait. Non non… C’était encore tout autre chose, un sang qui semblait sonner comme rare aux oreilles du prédateur, et dont il aurait beaucoup de mal à retrouver par la suite, mais ça… il le découvrirait bien assez tôt. Haaaa quel supplice de ne pas pouvoir l’achever, d’être ainsi muselé alors qu’un festin de roi se trouvait juste en face de lui. A cet instant précis, il se sentait tel un chien soigneusement attaché à un arbre, pouvant humer et voir un superbe rôtis, mais dont il manque que quelques centimètres, voir millimètre à peine pour pouvoir l’attraper. Frustrant… Non vraiment… Il allait devoir faire attention de ne pas le tuer, tout en le faisant souffrir un maximum pour lui faire payer cet affront. On ne lui faisait pas goûter impunément à un tel breuvage, sans en subir les conséquences.
Il n’était pas son ami ? Soit… Willem s’en fichait un peu de ce qu’il pensait, de toute manière, il nommait un peu tout le monde ainsi. Le seul faisait abstraction de ce petit surnom étant bien entendu Bradley. Ha ça, jamais il n’oserait appeler celui qui l’avait mit au sol avec autant de facilité ainsi. C’était inenvisageable.

Enfin, la chauve-souris avait finit par dégainer son arme claire, avant de tirer directement sur sa victime. Et contrairement à ce que tout le monde pouvait penser, ce n’était pas une balle de plomb dont il s’agissait, mais bel et bien une balle en argent, afin de faire grimper un peu plus sa réputation de créature fantastique. Ce fut donc avec un large sourire de pure plaisir qu’il put voir que son tire était arrivé à destination. Le Genou de son adversaire était à présent hors service en quelque sorte… Mais cette proie… Cette proie était un miracle ! La douleur… Il n’avait pas hurlé. Pourtant il était sûr que la douleur devait être de mise, il suffisait d’écouter les battements du cœur, et la respiration. Douleur… Souffrance… Une pure extase que de pouvoir la faire sentir chez quelqu’un d’autre… Et celui-ci était un cas qui commençait de plus en plus à intéresser le monstre. Surtout le geste qui s’en suivit…
Il n’avait pas raté une seule miette du spectacle. Se sang, cette couleur vif qui tâchait sa vision, commençait à s’écouler de la plaie que sa victime venait de recevoir. Mais la douleur, il semblait en faire fit, pour venir arracher le tissus, découvrir ainsi la blessure, pour enlever l’objet qui le gênait. Le liquide carmin commençait à s’écouler de la plaie, avec de plus en plus d’abondance au fur et à mesure que le jeune homme y introduisait ces doigts pour récupérer l’objet étranger. L’excitation était de mise… Voir autant de sang, voir sa victime jouer avec tellement de calme à ce petit jeu était tout bonnement fascinant… Puis, il finit par en extraire la balle et l’envoya valser en direction de son ancien propriétaire. L’objet eu tôt fait de rebondir plusieurs fois, laissant une petite traîné de sang à sa suite, et s’arrêta finalement au pied du bourreau, en même temps que la proie osait l’ironie.

Finalement l’inconnu répondit à sa question, refusant explicitement de donner son identité. Ho… Et bien tant pis. Il continuerait de martyriser une personne dont le nom lui était pas connu. Tant pis. Ça ne changerait en rien ces plans, c’est un faites. Il reprit donc sa marche, avança d’un pas tranquille et dangereux vers sa cible, laissant ses bras tomber le long de son corps, et donc, laissant le canon de son arme dirigé vers le sol… Un sourire fou étirait ses lèvres, tandis qu’un rire amusait continuait de se faire entendre…

- Oï… Vous êtes une personne plutôt étrange. J’aime énormément votre façon de penser et de faire, vous êtes un jouet de première qualité dites moi…

Il arrêta ses pas, juste devant sa victime, et prit le partie de rester debout face à lui, l’observant de haut, alors qu’il jouait machinalement avec son arme étrange.

- Malheureusement je suis dans l’incapacité de vous révéler mon identité. Mon nom et mon prénom, je les ai perdu il y a bien longtemps. Trahir Ishbala ne pardonne pas il faut croire, mais je m’en porte que mieux…

Un rire malsain, une nouvelle fois. A croire qu’il avait vraisemblablement atteint le sommet du bonheur, mais ça ne faisait que commencer. Dans un geste sûr et plutôt rapidement, il vint écraser le genou blessé de son pied droit, ayant bien entendu, l’intention de faire souffrir au maximum ce gamin prétentieux qui le fascinait tant… Bien sûr il ne le fit pas de façon douce, et n’avait prit aucune précaution pour le préparer à la douleur qui allait suivre, il en valait de soit. Hmmmm quel ivresse ! Le meilleur moyen d’oublier ces défaites consécutives, pour pouvoir repartir sur le bon pied en soit…

- Cependant, vous avez sûrement raison, je ne doit être qu’un chien… Muselé et attaché pour le plus grand bien de votre vie.

Puis, sans prévenir, il décocher un violent coup de pied dirigé vers la tête de sa proie, pour l’expédier encore plus loin de ce flingue qu’il avait lâché involontairement, lorsque la chimère l’avait fait voler une première fois…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Flashback] Dead Memories [Willem]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Flashback] Dead Memories [Willem]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» Version N°15 : Bang bang you're dead !
» Red Dead Redemption

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FMA-World :: Amestris - Central Area :: Aquorya-
Sauter vers: